Assassinat de Samuel Paty. Communiqué de la section 33 du coNRS

Communiqué
de la section 33 du Comité national du Cnrs
et de représentants des unités de recherche relevant de la section

Réunis le 19 octobre 2020, les membres et les représentants des laboratoires de la section 33 Mondes modernes et contemporains du CNRS, tiennent à exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches, aux collègues et aux élèves de Samuel Paty, professeur d’histoire et de géographie au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, victime de la plus insoutenable des barbaries, assassiné au nom du fanatisme religieux islamiste.

Ils s’associent aux messages des quatre Sociétés d’histoire (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR) pour témoigner leur soutien à toutes et tous les enseignant(e)s qui, au quotidien, transmettent les principes fondamentaux de la République indivisible, laïque et démocratique.

Face à l’obscurantisme et aux manifestations répétées et de plus en plus nombreuses de l’intolérance, ils s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté d’expression, la transmission des savoirs et la formation à l’esprit et la réflexion critiques. Ils en appellent à la responsabilité de toutes et tous pour lutter contre les idéologies de haine et leurs actes terroristes et pour défendre les valeurs humanistes et fraternelles.

Continuer la lecture

L’HCERES dans le nouveau dispositif LPPR : in annexo venenum

L’ouverture de la nouvelle campagne de candidatures pour l’HCERES, dont nous avions déjà parlé, invite à s’intéresser au devenir du Haut Conseil dans un dispositif LPPR. Ce rapport annexe a un statut assez étrange. Présenté comme un exposé des motifs, il est néanmoins adopté à l’article 1 de la loi, sans vraiment de discussion possible.

Le rapport annexe présente pourtant bien autre chose dans la cinquantaine de pages qui le constitue : d’assez stupides remarques sur de grandes questions de science à résoudre, pourtant dépassés pour certaines d’entre elles, des assertions à l’emporte-pièce — il faut ainsi « se déprendre de l’illusion selon laquelle la valorisation de l’actif immatériel de la recherche pourrait constituer une source significative de revenus pour les établissements publics » — des voeux à peine pieux — « Penser les inégalités et les différences pour refaire société ». Le rapport indique s’intéresser aux rémunérations — par des changements de statuts essentiellement (tenure track, etc.), 92M étant annoncés en l’air — des opérations « un chercheur par classe »  ou « Mes recherches en 4 »… Entre prétentions épistémologiques, poudre aux yeux, et infantilisation des chercheurs et chercheuses, il n’y a rien à tirer de ce rapport. Si ce n’était quelques détails où se cache le diable, comme par exemple ce qui est discuté pour l’HCERES.

4.c.i.Un HCERES aux orientations renouvelées pour une évaluation efficiente et adaptée

L’évaluation fait partie intégrante de la vie scientifique et il n’est quasiment aucune des dimensions de l’activité des enseignants-chercheurs et des chercheurs, ni des établissements, qui ne fasse l’objet d’une ou plusieurs évaluations. Le système français d’enseignement supérieur et de recherche ne souffre donc pas d’un manque d’évaluation, mais d’une forme de décrédibilisation des évaluations liée tout à la fois à la multiplication des procédures d’évaluation et à la faiblesse de leurs suites concrètes. Il convient donc, comme l’a souhaité le Président de la République, de donner tout leur sens aux procédures d’évaluation, en allégeant au passage la charge qu’elle représente pour la communauté scientifique.

Pour ce faire, le MESRI proposera au HCERES, après concertation avec les acteurs concernés et dans le respect de l’indépendance du Haut conseil, de travailler conjointement à l’atteinte de trois objectifs :

  • simplifier les procédures, notamment pour que les documents et dossiers à produire dans le cadre des différents processus d’évaluation soient, dans toute la mesure du possible, identiques ou du moins cohérents entre eux. Il conviendra de même de veiller à articuler au mieux le rôle des différentes instances (HCERES, organes d’évaluation des organismes, CNU, etc.).
  • renforcer la crédibilité et la cohérence des évaluations, notamment en ce qui concerne les laboratoires de recherche, en se concentrant sur la science, ses résultats et son impact sur la production de connaissances et la société. Une réflexion sur l’harmonisation du degré de détail de l’évaluation selon la taille des unités évaluées est nécessaire, avec pour objectif de rendre l’évaluation plus globale et plus stratégique, en demandant aux comités d’avoir davantage un regard transversal. Ceci aurait pour effet de réduire le nombre total de comités, en permettant de les constituer de manière plus homogène et de rendre les évaluations plus comparables entre elles.
  • conforter l’utilité de l’évaluation. Si elle est reconnue comme ayant un effet constructif pour les équipes évaluées, l’évaluation est actuellement peu suivie d’effets directs parce qu’elle est assez hétérogène et que les établissements ont des difficultés à s’en saisir pour définir une politique scientifique. L’objectif précédent de rendre l’évaluation plus stratégique et plus homogène permettra aux acteurs (équipes, laboratoires, établissements) de dégager des axes stratégiques et d’affecter spécifiquement des moyens pour les soutenir. Dans le cadre du dialogue contractuel, ceci permettra également aux ministères de tutelle d’apprécier la manière dont les établissements s’en emparent pour développer une stratégie scientifique propre.  (LPPR RAPPORT ANNEXE, p. 44 Nous soulignons)

Nous savons que l’HCERES fait l’objet de toutes les attentions du Conseiller présidentiel à l’Enseignement supérieur et à la recherche. Avant même le départ de son menter, Michel Cosnard, Thierry Coulhon a prononcé un discours mémorable où il fixe des objectifs clairs à l’HCERES. Le Haut Conseil doit parachever sa mission en tirant les conséquences des évaluations qu’il — ou plutôt ses expert·es — fournit. Pour que ces évaluations soient efficientes, il faut « simplifier les procédures (…) et articuler au mieux le rôle des différentes instances (HCERES, organes d’évaluation des organismes, CNU, etc.) ». Il faut les réduire toutes les autres évaluations existantes — s’approprier leur travail, les supprimer? — soit essentiellement celles réalisées par deux instances élues que sont le coNRS et le CNU.

Une fois réduit le nombre d’instances d’évaluation ou du moins en les privant d’autonomie, il convient d’organiser cette évaluation qui doit se concentrer « sur la science, ses résultats et son impact sur la production de connaissances et la société ». Faut-il comprendre que les évaluations avaient d’autres objectifs ? Oui. L’enseignement supérieur, la transmission de la recherche et des savoirs, la formation des enseignant·es et des chercheur·es, la conservation du patrimoine, l’édition scientiifque. L’HCERES devient ainsi l’HCER.

Qui plus est, le rapport annexe prévoit le principe d’une métrique entendue de façon assez faible, afin de « rendre les évaluations plus comparables entre elles ». À quoi sert de rendre comparables les évaluations entre elles ? De comparer les productions d’un laboratoire d’histoire médiévale et celle, par exemple, d’un laboratoire spécialisé en virologie ? Entre des mathématiques appliquées, dont est issu T. Coulhon, et des études de genre ?  Il ne s’agit pas de savoir si l’organisme remplit des objectifs adaptés à sa discipline et à sa configuration, mais bien de pouvoir comparer et de relativiser.

De là, les choses s’éclairent : en simplifiant les évaluations, c’est-à-dire en réduisant leur intérêt et leur portée, la finalité avérée consiste à étalonner le budget en fonction de ces évaluations, soit « d’affecter spécifiquement des moyens pour les soutenir». Voici en quoi consiste la stratégie scientifique précisée par l’HCERES : affecter de manière différentielle, suivant de critères simplifiés, qui ne prendront en compte ni le personnel, ni les étudiant·es, ni les besoins que celleux-ci préciseraient, mais bien ce qui serait décidé en comparant tous contre toutes et en classant leur performance.

Il sera ainsi « inutile de pousser le bouchon [plus] loin »  (T. Coulhon) : le darwinisme si attendu par ce gouvernement trouve enfin là son parachèvement.

https://www.flickr.com/photos/44719343@N03/36285257776/in/photolist-XhpqYG-2jiQbyx-2iZJgCL-2iW9uXc-2iXqo31-2jgNVsd-7PNiMF-2iRynta-2iWcg6G-KNiyGT-2jdyGo7-2iTYCZb-2iTv2gG-2iZNvWB-2iZJdsH-2iQ293g-2iEDHgH-KN8n2Q-2iNrBy7-2j1SipD-B2DbqL-2iQzkdP-C4qiFD-MBpcYa-rcZFpN-qXNWYJ-Athozn-2iVT5M2-2iScmpt-2er1pKH-26gKT3G-2iHhkrF-8nc4go-2iZLXow-PTxLHR-KNiWQk-2iBquqF-fcSecy-2iWtyR5-CzJHfk-7pBKQM-A7UR4o-Q8fPhA-2iZLWNy-LCfa84-7pBHxa-VsR3ud-6LRUnV-wRPj4t-wUKgMe

Climax, Darwin, caserne Niel, by Mysticat, 2017

Loi « darwinienne »: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit, pdg

Mise à jour: 18 décembre 2019

À la suite de la tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS du 26 novembre 2019, et de son allocution le 8 décembre 2019 à l’occasion de la célébration des 80 ans du CNRS, les instances du CNRS et du CoNRS se sont unaniment alarmés et ils ont rappelé la nécessité d’augmenter l’emploi et les moyens, et de se préoccuper de la santé mentale des personnels placés sous sa responsabilité.

  1. Motion des présidents et présidentes du Conseil scientifique, des Conseils scientifiques des Institutions et des sections et commissions du CoCNRS
  2. Lettre du Secrétaire général du Comité consultatif d’hygiène, sécurité et conditions de travail, 17 décembre 2019

12 décembre 2019

Monsieur Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Copie à monsieur le directeur général délégué à la science et à mesdames les directrices et messieurs les directeurs des instituts du CNRS

 

Monsieur le Président-Directeur général,

Après avoir pris connaissance de votre tribune parue le 26 novembre dernier dans le quotidien Les Échos, nous — présidentes et présidents du Conseil scientifique du CNRS, des conseils scientifiques d’instituts et des sections et commissions  interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique — tenons à vous faire part de notre profonde désapprobation et de la vive inquiétude que ces propos suscitent au sein de la communauté scientifique.

Dans cette tribune, vous exposez en effet une vision de la recherche basée sur la compétition à tous les niveaux, comme en témoigne en particulier la citation suivante :

« Cette loi [de programmation pluriannuelle de la recherche] doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Nous avons pour notre part la ferme conviction que le CNRS n’a pas besoin de davantage de compétition en son sein alors même que, pour le recrutement de ses chercheurs et chercheuses par exemple, on compte jusqu’à 50 candidatures, le plus souvent de très haut niveau, pour un poste. Ce dont le CNRS a cruellement besoin, en revanche, pour « mobiliser les énergies », c’est d’un soutien beaucoup plus fort aux collectifs de travail (équipes, laboratoires) et aux coopérations qui s’y déploient.

Continuer la lecture

CoCNRS: rapport du jury d’admissibilité de la section 39 (concours 2019)

La section 39 (Espaces, territoires et sociétés) du CoNRS vient de mettre un rapport sur le précédent concours: conrs39.free.fr/2020/documents

À cette occasion, Academia publie une nouvelle collection: « Rapports de concours »

NB: la section 38, qui ne fait pas de rapport sur le concours 2019, signale la mise à jour des recommandations aux candidat-es.

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Continuer la lecture

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Continuer la lecture