Loi “darwinienne”: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit, pdg

Mise à jour: 18 décembre 2019

À la suite de la tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS du 26 novembre 2019, et de son allocution le 8 décembre 2019 à l’occasion de la célébration des 80 ans du CNRS, les instances du CNRS et du CoNRS se sont unaniment alarmés et ils ont rappelé la nécessité d’augmenter l’emploi et les moyens, et de se préoccuper de la santé mentale des personnels placés sous sa responsabilité.

  1. Motion des présidents et présidentes du Conseil scientifique, des Conseils scientifiques des Institutions et des sections et commissions du CoCNRS
  2. Lettre du Secrétaire général du Comité consultatif d’hygiène, sécurité et conditions de travail, 17 décembre 2019

12 décembre 2019

Monsieur Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Copie à monsieur le directeur général délégué à la science et à mesdames les directrices et messieurs les directeurs des instituts du CNRS

 

Monsieur le Président-Directeur général,

Après avoir pris connaissance de votre tribune parue le 26 novembre dernier dans le quotidien Les Échos, nous — présidentes et présidents du Conseil scientifique du CNRS, des conseils scientifiques d’instituts et des sections et commissions  interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique — tenons à vous faire part de notre profonde désapprobation et de la vive inquiétude que ces propos suscitent au sein de la communauté scientifique.

Dans cette tribune, vous exposez en effet une vision de la recherche basée sur la compétition à tous les niveaux, comme en témoigne en particulier la citation suivante :

« Cette loi [de programmation pluriannuelle de la recherche] doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Nous avons pour notre part la ferme conviction que le CNRS n’a pas besoin de davantage de compétition en son sein alors même que, pour le recrutement de ses chercheurs et chercheuses par exemple, on compte jusqu’à 50 candidatures, le plus souvent de très haut niveau, pour un poste. Ce dont le CNRS a cruellement besoin, en revanche, pour « mobiliser les énergies », c’est d’un soutien beaucoup plus fort aux collectifs de travail (équipes, laboratoires) et aux coopérations qui s’y déploient.

Continuer la lecture

CoCNRS: rapport du jury d’admissibilité de la section 39 (concours 2019)

La section 39 (Espaces, territoires et sociétés) du CoNRS vient de mettre un rapport sur le précédent concours: conrs39.free.fr/2020/documents

À cette occasion, Academia publie une nouvelle collection: “Rapports de concours

NB: la section 38, qui ne fait pas de rapport sur le concours 2019, signale la mise à jour des recommandations aux candidat-es.

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Continuer la lecture

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Continuer la lecture