Rester mobilisé·s dans l’unité pour la défense du CNU. Communiqué SneSup-CGT FercSup, Université de Rennes-2

En passant

Maintien du contingent national des promotions des Enseignants-Chercheurs:

Communiqué du SNESup-FSU et de la FERC-Sup-CGT de Rennes 2

 
Nos deux organisations s’étonnent du message ci-dessous publié par le SGEN-CFDT sur le dossier du maintien du contingent des promotions nationales des enseignants-chercheurs par le CNU.
Pour notre part, nous saluons une victoire collective, suite à une mobilisation animée en premier chef par la CP-CNU et sa présidente, notre collègue de Rennes-2 Sylvie Bauer, et relayée dans les instances locales et nationales par toutes les organisations syndicales.
Les sections CNU ont toutes pris des positions fortes sur cette question, montrant l’attachement de la communauté universitaire dans son ensemble au paritarisme et à la collégialité.
Le CA de Rennes 2 a voté une motion en ce sens vendredi 28 janvier, motion pour laquelle les élus SGEN-SO ont préféré s’abstenir ou ne pas prendre part au vote (motion en PJ).
De plus, le recul du Ministère sur la question des promotions nationales ne doit pas faire illusion; le CNU et les instances nationales paritaires sont clairement menacées (suppression de la qualification aux fonctions de Professeur des Universités effective depuis l’année dernière, menace réelle sur la qualification aux fonctions de MCF, suppression de l’évaluation nationale par le CNU pour les primes d’encadrement doctoral dans le cadre du Ripec, etc.).
Nous nous réjouissons donc de l’issue positive de la mobilisation des sections CNU, de la CP-CNU, et de nos organisations syndicales.
Nous appelons maintenant  l’ensemble des enseignants-chercheurs et toutes les organisations syndicales à rester mobilisés dans l’unité pour la défense du CNU.
 

Les organisations syndicales SNESup-Fsu – FERC-Sup-CGT de Rennes-2

Continuer la lecture

Les membres du CNU sur le point de démissionner. Motions de la session d’hiver

lAcademia a l’habitude de recenser les motions des sections du CNU. Cette année, elles sont tellement nombreuses, que nous abandonnons l’idée de pouvoir le faire et invitons les collègues à les enregistrer dans la base CPESR.

L’ensemble dénonce le mépris du MESRI, la politique de ressources humaines apportées par les décrets de la Loi de programmation de la recherche et menacent de démissionner si leurs revendications ne sont pas entendues.

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, et Fabrice Planchon, membre du bureau,  ont été reçus, à leur demande, par un membre du cabinet de la Ministre. Ils attendent désormais une confirmation par écrit des clarifications qui ont été apportées sur le sujet des promotions de grade.

Le sens de l’histoire. Deux entretiens avec Sylvie Bauer

Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

Sylvie Bauer a récemment accordé deux entretiens à des organes spécialisés (AEF et Newstank). Compte tenu de l’importance de ce qu’elle précise, Academia en publie des extraits, en invitant ses lecteurs à se référer aux articles originaux

Continuer la lecture

Désarrois. Motion de la section CNU 7, 13 janvier 2021

La Loi de Programmation de la Recherche, examinée en procédure accélérée, supprime, à la suite d’un amendement proposé nuitamment par le Sénat et sans débat préalable à l’Assemblée nationale, l’obligation de la qualification aux fonctions de professeur des universités pour les maîtres de conférences titulaires dans un établissement relevant du ministère de l’enseignement supérieur. Madame la Ministre Frédérique Vidal annonce dans son courrier du 9 décembre 2020 une concertation sur la « forme que doit prendre la nouvelle procédure » d’accès aux fonctions de professeur, concertation qui « doit se prolonger autant que nécessaire pendant le 1er trimestre » 2021 : la CP-CNU n’a, à ce jour, pas été invitée à cette concertation. Le 9 janvier 2021, à 18h30 passées, la direction de la DGRH a fermé l’accès des rapporteurs aux dossiers déposés par les candidats aux fonctions de professeur. Elle indique, indûment, « Candidature déjà qualifiée » pour ces candidats qui ne peuvent, en l’état actuel, bénéficier d’une qualification nationale.

La section 7, réunie le 13 janvier 2021 :

  • s’étonne de la précipitation et de la brutalité de cette fermeture. La forme adoptée témoigne du mépris du travail effectué par ces candidats, par les bureaux des sections, par les services du ministère et par les rapporteurs des sections,
  • alerte Madame la Ministre sur le désarroi des maîtres de conférences, qui se voient privés de toute validation nationale de leur dossier,
  • s’élève, à nouveau, contre la remise en cause de l’évaluation nationale des dossiers des candidats aux fonctions d’enseignant­-chercheur
  • demande que la concertation avec la CP-CNU sur les modalités de recrutement soit engagée sans délai. Dans l’attente d’une reprise du dialogue, la 7e section :
  • reporte la session des Qualifications et des CRCT,
  • demande aux universités d’adapter le calendrier de la campagne d’emploi à celui des sessions de qualification des sections CNU,
  • soutient l’appel de la CP-CNU à la communauté universitaire à ne plus siéger dans les comités du HCERES,
  • appelle les Conseils centraux des universités à réaffirmer la nécessité d’une évaluation nationale des dossiers des candidats aux fonctions d’enseignant-chercheur.

La future présidence de la CPU : pas de changement de cap en vue

La Conférence des présidents d’université (CPU) renouvelle sa direction en 2021. L’issue de l’élection laisse peu de place aux doutes puisqu’une seule liste s’est présentée. Elle se compose de :

  • Manuel Tunon de Lara (président), docteur en médecine et président de l’université de Bordeaux ;
  • Virginie Dupont (vice-présidente), professeure de chimie et présidente de l’université de Bretagne Sud ;
  • Guillaume Gellé (vice-président), professeur de génie informatique et président de l’université de Reims – Champagne Ardenne.

Pour celles et ceux qui se rappellent du processus d’élaboration de la Loi de programmation de la recherche, Manuel Tunon de Lara était l’un des rapporteur·es  chargé de la thématique « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques » aux conclusions bien illogiques1. Il est aussi l’un des piliers de la Curif et désormais de l’Udice. Cela donne déjà une idée de la politique qui pourra être menée par la CPU sous sa présidence.

Le 3 décembre 2020, cette liste signe une profession de foi donnant la direction qu’elle souhaiterait insuffler à la CPU. L’agence d’information News Tank se l’est procurée et en propose une analyse dans un article réservé aux abonnés. À travers un fil Twitter retranscrit ici, Academia vous propose à son tour une analyse du futur cap de la CPU.

Navigation by Stewart Williams, 2012, CC SA-ND

Continuer la lecture

  1. Pour mémoire, avec les mêmes données, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) était arrivé à des considérations radicalement différentes en matière d’emploi, avec la bénédiction du Medef, c’est dire. []

Le sénateur et doctorant déchu derrière la suppression de la qualification

La fabrique de la loi #75

← Article précédent

Article suivant­ →

https://www.flickr.com/photos/26073928@N03/2452304492/in/photolist-4JGGFW-5K7CPe-f8AX73-qyVWnr-5Z7D2p-aTxsFr-arKe57-arGy8v-arKe7N-arGy54-arGyEz-arKemy-arGxWK-8wYPWn-aUh7bp-arGyba-arKcRw-arKd5f-arKd21-arKdPu-arGyqk-arKehs-arGxCH-3Ebh7R-arKdFq-arKecN-arGxZZ-arKcXy-arKeaf-arKdLo-arGyL2-arGye6-64Dis-arKe2N-5KbUTG-arGz4X-arGyNg-arKcU3-4vzSbP-aXZpKB-37cuN-ayQw4D-7L1u8-arGyHV-arGyiH-arGygk-JVcXZ-4eN96N-4UCj2r-W4co5T

The team, by Uitleg & tekst, 2008 – Study for a website (www.woerdensestratenmaker.nl)

Le sénateur Jean Hingray est maintenant bien connu du monde universitaire mobilisé contre la LPR depuis qu’il a déposé, en catimini pendant ce qu’Academia a appelé la « nuit noire sur le Sénat », un amendement de suppression de la qualification. Cet amendement lui a valu le feu des projecteurs des universitaires qui n’ont pas tardé·e·s à remarquer qu’il était un ancien doctorant en sciences de gestion, dont la réinscription en 7e année et une césure ont été refusées. Aujourd’hui, il se vante d’avoir fait adopter des amendements aussi dangereux que celui pénalisant les mobilisations et se défend d’une vendetta personnelle concernant la qualification. Et pourtant, l’article paru dans Vosges Matin se termine sur des paroles qui montreraient qu’il garde une certaine rancoeur vis-à-vis du fonctionnement de l’institution universitaire. Alors, sans rancune, réellement ?

Image À la une: playmobil 3121, par kazuma jp, 2015

Les sections CNU 1 à 4 demandent l’intervention du Président et du Premier ministre

Suite au vote de la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, le goupe 1 des sections « Droit, économie et gestion » du CNU demande l’intervention du Président de la République et du Premier ministre concernant l’article 3 bis qui met à l’écart le CNU pour le recrutement des enseignant·e·s-chercheur·e·s.

Le groupe pointe en particulier l’absence d’écoute et de débat possible avec la ministre Frédérique Vidal, et s’indigne de sa façon de faire.

Les biologistes du CNU se positionnent : motion de la section 67

Motion votée le 17 novembre 2020 par la section 67 (Biologie des populations et écologie) du CNU

  • 60 votants sur 71
  • 54 oui
  • 1 non
  • 5 ne se prononcent pas

Conseil National des Universités
Motion de la 67ème section

Le sabordage du travail parlementaire par une lecture accélérée et la surdité du gouvernement face à une mobilisation universitaire confinée ont accouché, le 9 novembre dernier, d’une loi de programmation de la recherche (LPR) qui nuira pour longtemps à l’enseignement supérieur et à la recherche en France.

Ce texte a été critiqué par l’ensemble des organisations syndicales, a fait l’objet de nombreuses motions, notamment de la part de la commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), des présidents de section du comité national de la recherche scientifique, ou encore du conseil économique, social et environnemental. Malgré toutes ces protestations, ce texte contesté par l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche aura réussi à devenir encore pire que prévu initialement.

Non seulement le texte adopté consacre une programmation budgétaire indigente et une précarisation accrue à tous les niveaux, mais il prévoit désormais de dispenser de la qualification les futurs candidats aux postes d’enseignants-chercheurs. Cette disposition rétablira ainsi dans toute sa nuisance le localisme qui caractérisait autrefois les campus français et contre lequel nombre d’universitaires se sont battus pendant des années. Par ailleurs, il faut rappeler que la qualification par le conseil national des universités constitue un concours national de la fonction publique, permettant la sélection des candidats aux postes d’enseignants chercheurs. La suppression de la qualification par le CNU va à l’encontre du statut général des fonctionnaires d’Etat, dont font partie les enseignants-chercheurs, qui ne peuvent être nommés que sur la base d’un concours national. Nous nous interrogeons donc sur l’avenir du statut d’enseignant-chercheur et sur son existence à moyen terme. Cet amendement de dernière minute n’a pas donné lieu à concertation avec le CNU, pas plus qu’à un débat en commission et devant l’Assemblée nationale. Un texte d’une telle portée pour la qualité des recrutements, des enseignements et de la recherche ne peut être élaboré à la hâte, et entériné en commission mixte paritaire par une poignée de parlementaires.

Nous, membres de la 67ème section du CNU, sommes solidaires de l’ensemble des initiatives visant à contester la loi de programmation de la recherche et adhérons totalement aux motions et lettres émises à ce sujet par la CP-CNU. Nous continuerons à assurer le mandat qui nous a été confié dans le respect des candidats et des collègues qui nous ont fait confiance. Nous restons mobilisés et déterminés.

Nous refuserons désormais de siéger dans les instances d’évaluation où notre présence est requise, et en particulier lors de l’affectation des nouveaux bacheliers par Parcoursup, dans les jurys de concours de la fonction publique, jurys de grandes écoles, jurys de baccalauréat, et dans toutes les instances qui ne constituent pas le cœur de notre métier d’enseignants et de chercheurs.

Nous appelons les candidats actuellement en campagne dans le cadre des élections aux conseils centraux des universités ainsi que tous les élus actuels des conseils centraux à prendre clairement position contre la mise en œuvre de l’expérimentation impliquant le contournement de la procédure de qualification. Nous les appelons également à s’engager à limiter les conséquences néfastes de la loi par tous les moyens dont ils disposeront, en refusant plus généralement d’utiliser les dispositifs législatifs visant à précariser davantage encore nos jeunes collègues.

Nous demandons à nos collègues titulaires, membres des futurs comités de sélection de résister par tous les moyens à la mise en œuvre de la loi en exigeant dans les jurys de recrutement que seuls les candidats qualifiés puissent être auditionnés.

Nous réclamons que l’avis des instances scientifiques reposant sur la collégialité et l’élection par les pairs soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de la recherche.

Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique et qui lui permettent de remplir sa mission essentielle, trop souvent oubliée, celle d’un accès démocratique au savoir et à la connaissance pour toutes et tous.

Sylvie Bauer rétablit les faits. Entretien avec Olivier Monod, Libération, 16 novembre 2020

Après la tribune de la ministre Frédérique Vidal dans Le Monde, la présidente de la CP-CNU a souhaité faire paraître un Droit de réponse communiqué dimanche 15 octobre au Monde, et encore non publié. En attendant, Sylvie Bauer répond à LIbération, sans langue de bois. Elle  mâche pas ses mots : les paroles de la ministre sont, dans sa bouche, « des contre-vérités » et tiendraient du « procès d’intention».

Le gouvernement continue de se mettre le monde universitaire à dos. Le projet de loi pour une programmation de la recherche n’avait déjà pas beaucoup de soutien, mais les amendements passés au Sénat ont empiré la situation.

Deux articles sont particulièrement visés. L’un prévoit la pénalisation des manifestations sur les campus universitaires. L’autre modifie les règles de recrutement des enseignants-chercheurs. Tous deux ont été passés sans débat, alors que la communauté devait s’adapter aux règles du second confinement. La provocation de trop. Le dialogue semble rompu entre Frédérique Vidal, elle-même universitaire, et le milieu scientifique qui ne s’adresse plus à sa ministre de tutelle. La semaine dernière, la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) a écrit une lettre ouverte directement adressée au président de la République dans Libération demandant la démission de la ministre Frédérique Vidal.

La lettre ouverte «Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour agir en faveur de l’université»

Les syndicats du secteur demandent à être accueillis par le Premier ministre afin que celui-ci revienne sur ces deux dispositions lors des dernières discussions parlementaires prévues mardi à l’Assemblée nationale et vendredi au Sénat. Une grève des enseignements baptisée «écrans noirs» est en cours depuis vendredi et une manifestation est prévue ce mardi.

La ministre essaie de reprendre la main dans une tribune parue dans le Monde le 12 novembre où elle s’en prend vertement à la CP-CNU qualifiée d’«excessive» et «théâtrale». Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU répond à la ministre dans Libération.

Comment réagissez-vous à la tribune de Frédérique Vidal qui juge votre lettre ouverte «maladroite» et vous appelle à vous «ressaisir» ?

 

Cette tribune nous a choqués. Plusieurs éléments tiennent de la contre-vérité et du procès d’intention. Frédérique Vidal évoque des querelles internes au sein de la CP-CNU et parle d’une expression du bureau, mais c’est oublier que notre texte a été soumis au vote des 240 membres de la CP-CNU. Sur 69% de votants, nous avons obtenu 94% de bulletins favorables à l’envoi de cette lettre. Nous avons donc demandé un droit de réponse au journal le Monde qui a publié la tribune de la ministre.

Je conçois que notre lettre ouverte au président de la République ne lui ait pas fait plaisir mais cette situation est le fruit des difficultés que nous nous avons à rentrer en discussion avec le ministère. Depuis mon élection en janvier dernier, je n’ai vu la ministre qu’une seule fois et depuis le lancement des consultations sur ce projet de loi en février 2019, la CP-CNU n’a jamais été associée aux réflexions.

 

Justement, la ministre vous invite à accepter «l’exercice démocratique» qu’a représenté l’élaboration de cette loi. Que répondez-vous ?

Je me demande qui fait preuve de «déni de démocratie» pour reprendre ses termes. La ministre parle du vote positif du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) sur la loi, mais elle oublie de mentionner que celui-ci a eu lieu à 6h45 du matin après plus de vingt heures de débat, une nuit blanche et en l’absence de beaucoup d’organisations syndicales ayant boycotté la séance.

Cette loi a été passée en procédure accélérée au Parlement en pleine crise sanitaire. La communauté universitaire s’est largement exprimée contre, sans qu’aucune critique ne soit jamais prise en compte. Que penser du processus démocratique, quand des amendements sont passés en catimini, dans la nuit, sans débat, alors que les enseignants-chercheurs doivent organiser l’accueil des étudiants et la continuité pédagogique en période de pandémie ?

Continuer la lecture