Encore un déclassé en section 36 : la direction du CNRS provoque les sociologues !. Communiqué intersyndical

Communiqué de SNCS-FSU (secteur SHS), SUD-Recherche EPST, FO ESR, SNTRS-CGT

Mardi 24 mai 2022, le jury d’admission du CNRS pour l’InSHS a décidé de modifier le classement proposé par la section 36 (sociologie et sciences du droit) pour le concours des chargé·es de recherche, en reléguant Jean-Philippe Tonneau, classé 1er par la section, à la 8e position (pour 4 postes à pourvoir).

Rappelons que le concours de chargé·e de recherche s’opère en deux temps : en premier lieu, les jurys d’admissibilité, composés de spécialistes de ces disciplines, évaluent des centaines de dossiers sur leur projet de recherche et leurs travaux passés, auditionnent – au terme d’une présélection – des dizaines de candidat·es pendant plusieurs jours et, au bout de longues journées de délibérations, établissent un classement d’admissibilité par ordre de choix basé sur des critères scientifiques. Dans un deuxième temps, des jurys d’admission constitués à l’échelle des instituts se réunissent, le temps d’une journée, pour établir les classements finaux. Le concours d’entrée du CNRS est extrêmement concurrentiel puisqu’il n’y avait cette année que 4 postes à pourvoir en section 36 pour des centaines de docteur·es formé·es chaque année dans ces deux disciplines.

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture

Les objectifs et missions du CNRS

« Le CNRS n’est pas là pour permettre aux bons de devenir très bons, mais pour aider les très bons à devenir encore meilleurs au niveau international. Il est certes important d’aider les bons à devenir très bons, mais ce n’est pas le rôle du CNRS. » — Antoine Petit

À l’occasion de l’audition d’Antoine Petit, préalable à sa reconduite comme pdg du CNRS, Sylvestre Huet a isolé quelques éléments de la pensée profonde aux relents pseudo-darwiniens du petit-fils de Jean Maitron, thuriféraire de l’ « excellence»1.

C’est l’occasion, pour le journaliste, de reprendre un avis du comité éthique du CNRS (Comets) datant de 2014. Intitulé « La politique de l’excellence en recherche», l’avis

souligne à quel point la soi-disante politique « d’excellence » cache le rabougrissement des ambitions scientifiques sur une liste de « priorités« , en général consensuelles et convenues au point que tous les pays ont les mêmes.

Continuer la lecture

  1. Voir également l’entretien qu’Antoine Petit a accordé à David Larousserie, ce 14 février 2022. []

Compétition Nationale et Rivalité Scientifique (CNRS)

Comment dire que vous ne comprenez rien à la science sans dire que vous comprenez rien à la science? Un exemple avec Antoine Petit, pdg du CNRS, dans Le Monde.

« Quand vous êtes chercheur, vous avez envie d’être le premier. La recherche, c’est la découverte, l’invention de choses que les autres n’ont pas faites. C’est par définition une forme de compétition. Il faut l’assumer. » — Entretien avec David Larousserie, Le Monde, 14 février 2022

Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture

Enceinte contre le système

Encore une “Baby Battle”

  • par Viviane Pons, openpyviv, 17 janvier 2022

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS est à la pointe sur la question de l’égalité homme / femme. On pourrait espérer qu’il soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas1.

De façon tout à fait fortuite, j’ai découvert l’histoire de plusieurs jeunes femmes ayant réussi le prestigieux concours de chargée de recherche au CNRS alors qu’elles étaient enceintes. J’ai appris qu’il existait une loi spécifique à l’obtention des concours de la fonction publique en étant enceinte. Et surtout, j’ai été choquée par les conditions de prises de poste qu’ont dû subir ces jeunes femmes. Je vous partage ici à la fois mes découvertes, mon indignation et le sens de ce combat dans le milieu de la recherche.

La loi

Vous connaissez sans doute les concours de la fonction publique française avec leurs qualités (égalité de traitement, uniformité du recrutement) et aussi leurs défauts (rigidité tendant parfois à l’absurde). Cette rigidité qui doit garantir l’uniformité et l’égalité théorique a parfois pour conséquences des inégalités très concrètes comme quand les candidats des départements hors métropole doivent passer des épreuves de concours à des heures absurdes pour traiter les mêmes sujets (et au même moment) que ceux du fuseau horaire principal.

On retrouve cette rigidité dans l’ensemble de la fonction publique et en tant qu’agente de cette fonction publique, maîtresse de conférences titulaire (donc sur concours), je m’arrache souvent les cheveux dans des imbroglio administratifs, cherchant à maintenir un cap cohérent et humain dans une mer de bureaucratie.

En effet, les règles nationales qui doivent s’appliquer à tous et toutes ont parfois du mal à prendre en considération tous les cas particuliers que sont les très nombreux agents et agentes du service public. Comment faire par exemple lorsqu’une femme a réussi le fameux concours et qu’elle est enceinte ? Comment peut-elle prendre son poste alors que cela tombe, par exemple, en plein dans son congé maternité ? Eh bien, il se trouve que ce cas particulier précis a été pris en compte. (Oh miracle !)

Voici le texte du Décret n°94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l’Etat et de ses établissements publics

La nomination en qualité de fonctionnaire stagiaire d’une femme qui, ayant satisfait à l’une des procédures de recrutement prévues aux articles 19 et 26 de la loi du 11 janvier 1984 susvisée, se trouve en état de grossesse est reportée, sur la demande de l’intéressée, sans que ce report puisse excéder un an.

Il est donc possible pour une femme enceinte de reporter sa prise de poste si elle le souhaite. Elle n’y est pas obligée. Par exemple, si son accouchement est prévu un peu plus tard, elle peut tout à fait prendre son poste et bénéficier de son congé. Mais cette possibilité de report lui donne une certaine flexibilité bienvenue.

Je n’ai aucune idée du contexte dans lequel cette loi a été écrite. Elle date de 1994, sous le gouvernement de Balladur. J’ai une pensée pour ce ou cette députée ou peut-être assistant-e parlementaire qui a pensé à ajouter cet article, qui s’est rappelé que “être enceinte” était une situation en réalité tout à fait courante et normale et que cela devait être pris en considération dans la loi.

Cependant, bien que je sois moi-même agente du service public, entourée de nombreux autres agents et agentes que ce soit mes collègues universitaires ou mes amis profs, je n’avais jamais entendu parler de cette loi avant cet automne. J’ai l’impression que cette loi est assez méconnue et que de nombreuses agentes n’en ont pas connaissance alors même qu’elles auraient pu en bénéficier. Et j’ai même des indices qui me laissent penser que les institutions elles-mêmes ne la connaissent pas toujours.

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS et qui a mis en place différentes actions pour diminuer les inégalités hommes / femmes et donner aux femmes scientifiques la place qu’elles méritent2, est à la pointe sur cette question. On pourrait penser que le CNRS soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés, non seulement en appliquant la loi mais en soutenant au maximum ses nouvelles agentes. C’est ce que je voudrais en tant que chercheuse. Je ne suis pas moi-même agente permanente du CNRS mais il est une figure incontournable du paysage de la recherche française. C’est pour ça que les témoignages ci-dessous m’ont particulièrement déçue et mise en colère et que j’ai décidé de les partager.

L’histoire de X

X est une chercheuse. Elle a obtenu le concours CNRS il y a quelques années.  À l’époque, elle était postdoc au Canada, déjà maman d’une petite fille et enceinte d’un second enfant. Elle est heureuse, heureuse d’avoir réussi ce concours particulièrement sélectif, heureuse d’avoir une perspective d’avenir stable dans la recherche. Elle est aussi surprise, elle ne s’y attendait pas. Les résultats du concours arrivent à la fin du printemps, la prise de poste en octobre. X doit accoucher en novembre. Elle avait prévu de s’installer dans une nouvelle ville (toujours au Canada) pour profiter de ses 32 semaines de congé maternité fédéral (contre 16 en France). Son compagnon a un poste là bas.

Alors, X demande : est-il possible de repousser sa prise de poste d’un an ?

Encore une fois, X est très heureuse d’avoir obtenu ce poste. Elle est tout à fait prête à s’installer en France avec sa famille, elle a juste besoin d’un peu de temps. On parle ici d’un poste à vie pour faire de la recherche, un an de plus ou de moins, ça ne change pas grand chose.

La réponse du CNRS arrive : non, ce n’est pas possible. Les règles du CNRS autorisent un report de poste jusqu’au 1er février au maximum. X est un peu dépitée. Non seulement la réponse est négative mais il n’y a pas beaucoup de sympathie pour sa situation personnelle. On ne lui propose aucune solution alternative. Au mois de février, elle aura un bébé de quelques mois, on sera en milieu d’année scolaire pour sa fille, son compagnon pourra difficilement quitter son travail. Elle se renseigne : peut-elle être affectée temporairement dans l’unité internationale du CNRS qui se trouve justement là où elle est ? Non. Elle demande si elle peut prendre un congé pour suivi de conjoint ? Peut-être un congé parental ? Ce sont des choses auxquelles elle a le droit. On lui répond “non”, ou alors on ne lui répond pas du tout. Dans ces échanges, elle sent une certaine lassitude de l’institution. Elle a l’impression d’être embêtante , demandeuse. Elle finit par abandonner.

Mallow Baby, above Skunk Creek, Peoria Arizona. Credit: Anne Reeves, 2016

Continuer la lecture

  1. Contrairement aux posts précédents, j’ai décidé d’écrire en français. En effet, cet article concerne de façon plus spécifique la loi française, avec même des subtilités de langage, et les institutions françaises. J’utilise donc ma propre langue pour le rendre plus accessible à la communauté universitaire française. []
  2. NDLR: Nous ne partagons pas cette appréciation. Il y a un écart entre la communication de la direction, la (remarquable) information assurée par la Mission pour la place des femmes au CNRS, non décisionnaire, et les pratiques de gestion de personnel qui dénote un réel sexisme : cf. par ex, sur Academia, Déclassements en série au CNRS, 16 juin 2017: Le CNRS et la parité en temps réel, 23 février 2019; Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars, 8 mars 2019; Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS, 28 avril 2019, sans même parler de la croyance à un darwininsme social sexiste de l’actuel pdg ou des effets délétères de la LPR (La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh, 18 septembre 2020.). []

Postes de recherche au CNRS : toujours moins

Il y a quelques jours Antoine Petit, président directeur-général du CNRS, jugeait que le nombre de postes mis au concours ne changeait pas grand chose : « le recrutement de 400, 300 ou 250 personnes, par rapport aux 12 000 chercheurs du CNRS, ne va pas changer fondamentalement les choses ».1. À lire la publication des postes de chargé·es de recherche mis au concours pour 2022, le CNRS n’entend pas renforcer ses équipes : les postes n’ont jamais été aussi peu nombreux. une exception : la section  “Gestion de la recherche” (CID 50). 13 directions de recherche, à mettre au regard des postes (1 à 8) dans les autres sections de recherche.2

Martin Clavey vient de mettre en image la baisse continue des recrutements depuis 2006. À ce stade, on peut supposer que la pyramide des âges des CR/DR est largement inversée.

(c) Martin Clavey, The Sound of Science, décembre 2021.

Autre représentation par Samuel Alizon, sans appel : “Seulement 238 postes de recherche au CNRS cette année, encore moins que l’an passé. En 20 ans, nous avons perdu 10 postes par an (et beaucoup de postes administratifs et de budget. Quel sort d’événement mondial pourrait aider nos gouvernement prendre la mesure de l’importance de la recherche fondamentale ? ”

graphe par Samuel Alizon.

 

 

 

 

 

 

  1. La Recherche, octobre-décembre 2021. Antoine Petit fait fort peu de cas de la drastique réduction de postes d’ITA. []
  2. Précisons, à la suite d’une remarque d’un lecteur, que les postes CID50 servent bien à la recherche, pour des personnes classées dans d’autres sections et promues sur ces supports par le fait du prince. Martin Clavey en avait fait la démonstration brillante. []

Qui sera le prochain PDG du CNRS ? Deux candidatures

En passant

Olivier Coutard, ancien président de la Conférence des Présidents du Comité National) a déclaré sa candidature à la tête du CNRS et oppose son programme au bilan d’Antoine Petit, sortant. Chercheurs et chercheuses invitent à soutenir sa candidature. 

Plus de 600 soutiens aux propositions d’Olivier Coutard pour la Présidence du CNRS

Le renouvellement du poste de la présidence du CNRS est prévu le 25 janvier 2022, un an après le vote de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR). Deux candidats connus sont en lice, Antoine Petit, l’actuel président – directeur général, et Olivier Coutard, qui a été président de la CPCN (Conférence des Présidents du Comité National) durant ces cinq dernières années.

Les deux professions de foi font apparaître des programmes profondément divergents.

Continuer la lecture

Rapport de la Cour des Comptes sur l’InSHS et l’alliance Athéna

La Cour des Comptes nous dévoile aujourd’hui un référé sur les sciences humaines et sociales au CNRS. Elle y aborde aussi bien le rôle de l’InSHS (institut des sciences humaines et sociales) créée en 2010, que l’alliance Athéna regroupant des universités et établissement en SHS, ou encore les contentieux récents lors du recrutement de chercheur·es au CNRS.

La ministre Frédérique Vidal a répondu à ce référé le 22 avril 2021 (lettre disponible ici), en mentionnant notamment la récente décision de la direction du CNRS de ne plus afficher publiquement les classements d’admissibilité de recrutement des chercheur·es, provoquant le désarroi et la colère de la communauté, et aboutissant finalement à ce que les sections CNRS affichent elles-mêmes ces classements. Sans surprise, la ministre soutient la décision de la direction du CNRS, y voyant un moyen d’éviter les contentieux, et précise même qu’une modification du décret portant sur les statuts des fonctionnaires des EPST sera apportée dans ce sens.

C’est donc une atteinte à la transparence du recrutement d’agents de la fonction publique qui est ici entérinée par la ministre.

 

La direction du CNRS, missionnée par le ministère, envisage de réduire la proportion de membres élu·e·s dans les sections du Comité national. Communiqué intersyndical, 30 mars 2021

Communiqué des organisations syndicales représentatives du CNRS du 30 mars 2021

Les organisations syndicales représentatives du personnel du CNRS ont été informées des intentions très graves de la direction du CNRS concernant un projet de réforme du Comité national de la recherche scientifique, lors d’une rencontre le 19 mars 2021 avec A. Schuhl, Directeur général délégué à la Science. À la demande de la ministre, la direction du CNRS est missionnée pour rendre, d’ici le début de l’été, des propositions de modifications de la composition et des missions des sections du Comité national. À cette occasion, la direction du CNRS souhaite réduire la proportion à moitié de membres élu-e-s dans les sections au lieu de deux tiers actuellement, en diminuant la part des enseignant·e·s-chercheur·euse·s élu·e·s.

Le Comité national est une instance qui représente l’ensemble de la communauté scientifique académique. Sa composition et son mode de fonctionnement visent à garantir l’indépendance de la recherche par rapport aux intérêts politiques et économiques, ce qui suppose de s’assurer de sa diversité et de sa qualité, mais aussi de son organisation démocratique. En particulier, le Comité national est, et doit rester, indépendant de la direction du CNRS. C’est pourquoi les sections du comité national sont composées d’un tiers de membres nommé-e-s et de deux tiers de membres élu-e-s issu-e-s de l’ensemble de la communauté scientifique : chercheur·euse·s du CNRS, mais aussi d’autres organismes nationaux de recherche, enseignant·e·s-chercheur·euse·s des établissements d’enseignement supérieur, ingénieur·e·s et technicien·ne·s. La proportion de deux tiers de membres élu·e·s est essentielle pour garantir la diversité et la représentativité de la communauté scientifique et l’indépendance et le rôle du Comité national.

Les organisations syndicales signataires s’opposeront à toute diminution du nombre et de la proportion de membres élu·e·s.

SNCS-FSU, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST, SNPTES

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit

L’urgence des très nombreuses luttes en cours – contre le sort réservé aux étudiant·es, contre le sexisme et les harcèlements, contre la précarité, contre les attaques en islamogauchisme, contre la loi de programmation de la recherche, contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, etc., la liste est malheureusement longue – ne doit pas faire oublier que l’on connaît précisément ceux qui sont les principaux responsables, depuis deux décennies, de la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Petit retour en arrière sous forme de portraits, pour le lancement d’une nouvelle série d’articles sur Academia.

La TNT offre parfois de surprenantes programmations, telle cette série mi-documentaire, mi-télé-réalité intitulée « les démolisseurs de l’extrême » qui met en scène des opérations de destruction de grandes structures « hors normes » par une équipe de démolisseurs professionnels, prise généralement par le temps et devant faire face aux contraintes techniques les plus diverses. On imagine la difficulté des producteurs à dénicher, saison après saison, des sujets à la fois spectaculaires et insolites. Academia relève le défi et s’apprête à proposer une nouvelle saison et une programmation tout à fait inédite des “démolisseurs de l’extrême”, avec pour toile de fond l’actualité de l’ESR en France. Cette semaine, nous nous intéresserons à deux figures stars de la discipline qui ont fait parler d’elles récemment : Bernard Larrouturou et Antoine Petit. Rassurez-vous, Thierry Coulhon n’est pas loin dans cette histoire ; à un tel niveau de la compétition, les vrais talents sont rares.

Divulgâchons. Vous verrez comment, par un renversement de l’histoire et un invraisemblable conflit d’intérêts à venir, celui qui a dirigé le CNRS s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES pour le compte de son “ami de vingt ans”, PDG de l’organisme.

Retour en pointillés sur deux décennies d’histoire du CNRS…

Nous sommes en juillet 2003. Bernard Larrouturou est nommé Directeur général du CNRS par la ministre de la recherche de l’époque, la stratosphérique Claudie Haigneré. Ce brillant cerveau, estampillé X-Pont, occupait jusqu’alors les fonctions de PDG de l’Inria depuis 1996 ; organisme où il a gravi à grandes enjambées tous les échelons depuis son entrée en 1983 comme chargé de recherche.

À son arrivée rue Michel-Ange, Bernard Larrouturou affiche des ambitions réformatrices qu’il souhaite mener tambour battant : réorganiser le navire amiral de la recherche française de fond en comble, rien que ça. Ce sera sa grande œuvre, son opus dei. L’homme est pressé mais cette « réorg » va rapidement tourner vinaigre et se trouver sous le feu de critiques internes à la maison. Et pour cause. Il ne s’agit pas d’une restructuration commandée par la science mais plutôt d’un micmac bureaucratique conçu par celui à qui, dans les couloirs du CNRS, va vite coller à la peau la célèbre définition de Coluche :

“un technocrate, c’est un mec que si tu lui donnes le Sahara, dans cinq ans, il va acheter du sable ailleurs”.

Le “projet Larrouturou” prévoit ainsi un bizarre redécoupage des contours des départements scientifiques qui va, dans un premier temps, tourner au couac puis à l’accident industriel.

Il faut dire que le grand architecte de la science française a une idée lumineuse : il décide de regrouper les mathématiques, l’informatique, la physique et les sciences de l’univers dans un seul et unique département de taille démesurée. Ce sera feu le département MIPPU, création « larrouturesque » typique qui explosera en vol rapidement, « ne serait-ce qu’à cause d’un acronyme à la con» d’après un ancien membre du comité de direction de l’époque. Le projet introduit également une surcouche administrative supplémentaire avec la création des fameux « directeurs inter-régionaux », l’œil de Moscou auprès des satrapes provinciaux, dont un délégué régional connu pour son fort accent du sud-ouest et sa verve légendaire dira à leur création : « Les directeurs interrrrrégionaux ne servent pas à grrrrand-chose, à part foutrrrrre la merrrrrrrde ! ».

The Cerda family’s house is demolished for ABC’s “Extreme Makeover: Home Edition” filming in Las Vegas this week.

Un projet d’hommes et d’organigrammes

On l’aura compris : au-delà des coupes budgétaires et de la mise à l’arrêt de nombreux programmes-supports internes initiés du temps de Geneviève Berger, le “projet Larrouturou” apparait surtout comme un projet d’hommes et d’organigrammes. Son but : installer une garde rapprochée qui devra jurer solennellement “fidélité et loyauté” à son DG bien aimé en comité de direction1. Elle en dit long sur les méthodes de management que Bernard Larrouturou essayera d’imposer pendant son mandat de démolisseur. D’une certaine façon, avec le recul, on peut y déceler un précurseur de la macronie ayant une bonne décennie d’avance sur les pratiques devenues monnaie courante dans le monde de l’ESR. Chapeau bas l’artiste ! L’intéressé dira lui-même, après son départ2 :

“Le CNRS a été mis sous pression. Mais la recherche a surtout de la peine à admettre l’intérêt du management” (sic).

Autre perle rapportée dans une interview célèbre de l’Usine Nouvelle : « Ces années ont fait de moi un dirigeant, et plus seulement un chercheur. » (resic). Fermez le ban !

Mais revenons à ce qui nous occupe aujourd’hui.

Continuer la lecture

  1. L’anecdote est authentique, nous y reviendrons dans un prochain billet. []
  2. Bernard Larrouturou, tête chercheuse“, L’Usine Nouvelle, 16 novembre 2006. []

Affichage des résultats d’admissibilité aux concours chercheurs et chercheuses sur le site du CNRS. Motion de la CPCN, 15 mars 2021

Le 15 mars 2021.

La CPCN — qui réunit l’ensemble des présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS — a appris que le PDG du CNRS avait décidé que les listes de candidates et candidats admissibles ne seraient plus affichées selon l’ordre de mérite établi par le jury, comme c’était le cas antérieurement, mais selon l’ordre alphabétique.

Sur la forme, la CPCN déplore profondément de n’avoir été ni consultée avant cette décision ni même informée de ses motivations. Elle note que cette décision va à l’encontre des informations contenues dans le Guide du candidat et de la candidate mis en ligne par les services du CNRS pour le concours actuellement en cours, qui précise que « les résultats d’admissibilité et d’admission sont mis en ligne sur le site web du CNRS à l’issue des réunions des jurys » (p. 13).

Sur le fond, les règles d’organisation des concours CNRS confient au comité national, instance indépendante représentant la communauté scientifique, la mission de sélectionner les candidates et candidats admissibles à ces concours. Le classement « par ordre de mérite » des admissibles relève des prérogatives des jurys d’admissibilité et figure au procès-verbal de leurs travaux. Ce classement fait suite à un long travail d’évaluation reposant sur l’analyse des dossiers, l’audition de candidates et candidats, et des délibérations approfondies. Sur cette base, le jury d’admission établit la liste des lauréates et lauréats des concours. Cette organisation en deux phases distinctes garantit la qualité du dispositif de recrutement et lui confère une légitimité forte. La transparence des décisions concluant chacune des étapes du concours est en outre un facteur essentiel de la confiance que la communauté scientifique place dans le dispositif de recrutement du CNRS.

La CPCN réaffirme donc avec force son attachement à la publication sur le site du CNRS des résultats d’admissibilité par ordre de mérite.

Motion approuvée à l’unanimité par les présidentes et présidents des sections et commissions interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique, présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS.

Diffusion :

  • Monsieur le PDG du CNRS
  • Messieurs les DGDS et DGDR du CNRS
    Mesdames les directrices et Messieurs les directeurs des instituts du CNRS
    Mesdames les directrices adjointes scientifiques et Messieurs les directeurs adjoints scientifiques des instituts du CNRS
  • Madame la Présidente du conseil scientifique du CNRS
    Mesdames les présidentes et Messieurs les présidents des conseils scientifiques d’instituts du CNRS
  • Mesdames les assistantes et Monsieur l’assistant du Comité national

1968, anonyme

Réintégration des CR CNRS de la section 36: déni de démocratie. Lettre du député François Descroizaille, 2 mars 2021

“Qu’une initiative parlementaire portée par 92 députés ne s’impose pas dans le calendrier sans appui au niveau du gouvernement, cela pose un problème démocratique dont Mme Vidal ne tient pas compte mais c’est une question institutionnelle.” 

En publiant la lettre de François Descroizaille, député de la première circonscription du Val-de-Marne, Academia entend souligner que le déni de démocratie caractérise désormais pleinement le ministère de Frédérique Vidal, et partant, le gouvernement. En effet, le refus d’inscrire à l’agenda parlementaire la proposition de loi pour réintégrer les cinq fonctionnaires lésé·es par les conséquences judiciaires des pressions de la direction de l’INSHS, après avoir fait voter la suppression de l’amendement de la loi de finances qui les aurait réintégrées, éclaire la position du gouvernement d’une lumière encore plus crue. Le député Desroizaille ne parvient pas à y croire.

Paris, le 2 mars 2021

Depuis le 21 octobre 2020, le milieu de la recherche publique est secoué par une décision de justice qui en ébranle le statut. La titularisation de cinq chargés de recherche du CNRS au titre de l’année 2019, dans le domaine de la sociologie et des sciences du droit, a en effet été annulée suite au recours en justice d’un candidat écarté par le jury d’admissibilité.

Le 20 novembre 2020, tous les membres de l’Assemblée nationale ont reçu un courrier signé par 1762 chercheurs, solidaires des cinq dont ils réclamaient le rétablissement de la titularisation par voie législative.

Le 20 janvier 2021, la Proposition de Loi de validation législative de cette titularisation que j’avais déposée avec les signatures de 91 de mes collègues, relevant de tous les groupes parlementaires, a été enregistrée par les services de l’Assemblée nationale.

Mais sous la cinquième République, l’équilibre des pouvoirs est tel qu’une initiative parlementaire, même de cette ampleur, ne s’impose pas dans le calendrier législatif, essentiellement tributaire du gouvernement. Or, la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mme Frédérique Vidal, ne soutient pas cette Proposition de Loi à laquelle elle semble préférer la voie juridictionnelle, pourtant plus incertaine et déstabilisante pour les chercheurs : le CNRS a fait appel.

Pour moi qui suis un député de la majorité, soucieux de loyalement soutenir le gouvernement sans renoncer au contrôle de son action comme le prévoit la Constitution, ce choix de Mme La Ministre est incompréhensible.

Continuer la lecture