Rapport de la Cour des Comptes sur l’InSHS et l’alliance Athéna

La Cour des Comptes nous dévoile aujourd’hui un référé sur les sciences humaines et sociales au CNRS. Elle y aborde aussi bien le rôle de l’InSHS (institut des sciences humaines et sociales) créée en 2010, que l’alliance Athéna regroupant des universités et établissement en SHS, ou encore les contentieux récents lors du recrutement de chercheur·es au CNRS.

La ministre Frédérique Vidal a répondu à ce référé le 22 avril 2021 (lettre disponible ici), en mentionnant notamment la récente décision de la direction du CNRS de ne plus afficher publiquement les classements d’admissibilité de recrutement des chercheur·es, provoquant le désarroi et la colère de la communauté, et aboutissant finalement à ce que les sections CNRS affichent elles-mêmes ces classements. Sans surprise, la ministre soutient la décision de la direction du CNRS, y voyant un moyen d’éviter les contentieux, et précise même qu’une modification du décret portant sur les statuts des fonctionnaires des EPST sera apportée dans ce sens.

C’est donc une atteinte à la transparence du recrutement d’agents de la fonction publique qui est ici entérinée par la ministre.

 

La direction du CNRS, missionnée par le ministère, envisage de réduire la proportion de membres élu·e·s dans les sections du Comité national. Communiqué intersyndical, 30 mars 2021

Communiqué des organisations syndicales représentatives du CNRS du 30 mars 2021

Les organisations syndicales représentatives du personnel du CNRS ont été informées des intentions très graves de la direction du CNRS concernant un projet de réforme du Comité national de la recherche scientifique, lors d’une rencontre le 19 mars 2021 avec A. Schuhl, Directeur général délégué à la Science. À la demande de la ministre, la direction du CNRS est missionnée pour rendre, d’ici le début de l’été, des propositions de modifications de la composition et des missions des sections du Comité national. À cette occasion, la direction du CNRS souhaite réduire la proportion à moitié de membres élu-e-s dans les sections au lieu de deux tiers actuellement, en diminuant la part des enseignant·e·s-chercheur·euse·s élu·e·s.

Le Comité national est une instance qui représente l’ensemble de la communauté scientifique académique. Sa composition et son mode de fonctionnement visent à garantir l’indépendance de la recherche par rapport aux intérêts politiques et économiques, ce qui suppose de s’assurer de sa diversité et de sa qualité, mais aussi de son organisation démocratique. En particulier, le Comité national est, et doit rester, indépendant de la direction du CNRS. C’est pourquoi les sections du comité national sont composées d’un tiers de membres nommé-e-s et de deux tiers de membres élu-e-s issu-e-s de l’ensemble de la communauté scientifique : chercheur·euse·s du CNRS, mais aussi d’autres organismes nationaux de recherche, enseignant·e·s-chercheur·euse·s des établissements d’enseignement supérieur, ingénieur·e·s et technicien·ne·s. La proportion de deux tiers de membres élu·e·s est essentielle pour garantir la diversité et la représentativité de la communauté scientifique et l’indépendance et le rôle du Comité national.

Les organisations syndicales signataires s’opposeront à toute diminution du nombre et de la proportion de membres élu·e·s.

SNCS-FSU, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST, SNPTES

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit

L’urgence des très nombreuses luttes en cours – contre le sort réservé aux étudiant·es, contre le sexisme et les harcèlements, contre la précarité, contre les attaques en islamogauchisme, contre la loi de programmation de la recherche, contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, etc., la liste est malheureusement longue – ne doit pas faire oublier que l’on connaît précisément ceux qui sont les principaux responsables, depuis deux décennies, de la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Petit retour en arrière sous forme de portraits, pour le lancement d’une nouvelle série d’articles sur Academia.

La TNT offre parfois de surprenantes programmations, telle cette série mi-documentaire, mi-télé-réalité intitulée « les démolisseurs de l’extrême » qui met en scène des opérations de destruction de grandes structures « hors normes » par une équipe de démolisseurs professionnels, prise généralement par le temps et devant faire face aux contraintes techniques les plus diverses. On imagine la difficulté des producteurs à dénicher, saison après saison, des sujets à la fois spectaculaires et insolites. Academia relève le défi et s’apprête à proposer une nouvelle saison et une programmation tout à fait inédite des « démolisseurs de l’extrême », avec pour toile de fond l’actualité de l’ESR en France. Cette semaine, nous nous intéresserons à deux figures stars de la discipline qui ont fait parler d’elles récemment : Bernard Larrouturou et Antoine Petit. Rassurez-vous, Thierry Coulhon n’est pas loin dans cette histoire ; à un tel niveau de la compétition, les vrais talents sont rares.

Divulgâchons. Vous verrez comment, par un renversement de l’histoire et un invraisemblable conflit d’intérêts à venir, celui qui a dirigé le CNRS s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES pour le compte de son « ami de vingt ans », PDG de l’organisme.

Retour en pointillés sur deux décennies d’histoire du CNRS…

Nous sommes en juillet 2003. Bernard Larrouturou est nommé Directeur général du CNRS par la ministre de la recherche de l’époque, la stratosphérique Claudie Haigneré. Ce brillant cerveau, estampillé X-Pont, occupait jusqu’alors les fonctions de PDG de l’Inria depuis 1996 ; organisme où il a gravi à grandes enjambées tous les échelons depuis son entrée en 1983 comme chargé de recherche.

À son arrivée rue Michel-Ange, Bernard Larrouturou affiche des ambitions réformatrices qu’il souhaite mener tambour battant : réorganiser le navire amiral de la recherche française de fond en comble, rien que ça. Ce sera sa grande œuvre, son opus dei. L’homme est pressé mais cette « réorg » va rapidement tourner vinaigre et se trouver sous le feu de critiques internes à la maison. Et pour cause. Il ne s’agit pas d’une restructuration commandée par la science mais plutôt d’un micmac bureaucratique conçu par celui à qui, dans les couloirs du CNRS, va vite coller à la peau la célèbre définition de Coluche :

« un technocrate, c’est un mec que si tu lui donnes le Sahara, dans cinq ans, il va acheter du sable ailleurs ».

Le « projet Larrouturou » prévoit ainsi un bizarre redécoupage des contours des départements scientifiques qui va, dans un premier temps, tourner au couac puis à l’accident industriel.

Il faut dire que le grand architecte de la science française a une idée lumineuse : il décide de regrouper les mathématiques, l’informatique, la physique et les sciences de l’univers dans un seul et unique département de taille démesurée. Ce sera feu le département MIPPU, création « larrouturesque » typique qui explosera en vol rapidement, « ne serait-ce qu’à cause d’un acronyme à la con» d’après un ancien membre du comité de direction de l’époque. Le projet introduit également une surcouche administrative supplémentaire avec la création des fameux « directeurs inter-régionaux », l’œil de Moscou auprès des satrapes provinciaux, dont un délégué régional connu pour son fort accent du sud-ouest et sa verve légendaire dira à leur création : « Les directeurs interrrrrégionaux ne servent pas à grrrrand-chose, à part foutrrrrre la merrrrrrrde ! ».

The Cerda family’s house is demolished for ABC’s “Extreme Makeover: Home Edition” filming in Las Vegas this week.

Un projet d’hommes et d’organigrammes

On l’aura compris : au-delà des coupes budgétaires et de la mise à l’arrêt de nombreux programmes-supports internes initiés du temps de Geneviève Berger, le « projet Larrouturou » apparait surtout comme un projet d’hommes et d’organigrammes. Son but : installer une garde rapprochée qui devra jurer solennellement « fidélité et loyauté » à son DG bien aimé en comité de direction1. Elle en dit long sur les méthodes de management que Bernard Larrouturou essayera d’imposer pendant son mandat de démolisseur. D’une certaine façon, avec le recul, on peut y déceler un précurseur de la macronie ayant une bonne décennie d’avance sur les pratiques devenues monnaie courante dans le monde de l’ESR. Chapeau bas l’artiste ! L’intéressé dira lui-même, après son départ2 :

« Le CNRS a été mis sous pression. Mais la recherche a surtout de la peine à admettre l’intérêt du management » (sic).

Autre perle rapportée dans une interview célèbre de l’Usine Nouvelle : « Ces années ont fait de moi un dirigeant, et plus seulement un chercheur. » (resic). Fermez le ban !

Mais revenons à ce qui nous occupe aujourd’hui.

Continuer la lecture

  1. L’anecdote est authentique, nous y reviendrons dans un prochain billet. []
  2. « Bernard Larrouturou, tête chercheuse« , L’Usine Nouvelle, 16 novembre 2006. []

Affichage des résultats d’admissibilité aux concours chercheurs et chercheuses sur le site du CNRS. Motion de la CPCN, 15 mars 2021

Le 15 mars 2021.

La CPCN — qui réunit l’ensemble des présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS — a appris que le PDG du CNRS avait décidé que les listes de candidates et candidats admissibles ne seraient plus affichées selon l’ordre de mérite établi par le jury, comme c’était le cas antérieurement, mais selon l’ordre alphabétique.

Sur la forme, la CPCN déplore profondément de n’avoir été ni consultée avant cette décision ni même informée de ses motivations. Elle note que cette décision va à l’encontre des informations contenues dans le Guide du candidat et de la candidate mis en ligne par les services du CNRS pour le concours actuellement en cours, qui précise que « les résultats d’admissibilité et d’admission sont mis en ligne sur le site web du CNRS à l’issue des réunions des jurys » (p. 13).

Sur le fond, les règles d’organisation des concours CNRS confient au comité national, instance indépendante représentant la communauté scientifique, la mission de sélectionner les candidates et candidats admissibles à ces concours. Le classement « par ordre de mérite » des admissibles relève des prérogatives des jurys d’admissibilité et figure au procès-verbal de leurs travaux. Ce classement fait suite à un long travail d’évaluation reposant sur l’analyse des dossiers, l’audition de candidates et candidats, et des délibérations approfondies. Sur cette base, le jury d’admission établit la liste des lauréates et lauréats des concours. Cette organisation en deux phases distinctes garantit la qualité du dispositif de recrutement et lui confère une légitimité forte. La transparence des décisions concluant chacune des étapes du concours est en outre un facteur essentiel de la confiance que la communauté scientifique place dans le dispositif de recrutement du CNRS.

La CPCN réaffirme donc avec force son attachement à la publication sur le site du CNRS des résultats d’admissibilité par ordre de mérite.

Motion approuvée à l’unanimité par les présidentes et présidents des sections et commissions interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique, présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS.

Diffusion :

  • Monsieur le PDG du CNRS
  • Messieurs les DGDS et DGDR du CNRS
    Mesdames les directrices et Messieurs les directeurs des instituts du CNRS
    Mesdames les directrices adjointes scientifiques et Messieurs les directeurs adjoints scientifiques des instituts du CNRS
  • Madame la Présidente du conseil scientifique du CNRS
    Mesdames les présidentes et Messieurs les présidents des conseils scientifiques d’instituts du CNRS
  • Mesdames les assistantes et Monsieur l’assistant du Comité national

1968, anonyme

Réintégration des CR CNRS de la section 36: déni de démocratie. Lettre du député François Descroizaille, 2 mars 2021

« Qu’une initiative parlementaire portée par 92 députés ne s’impose pas dans le calendrier sans appui au niveau du gouvernement, cela pose un problème démocratique dont Mme Vidal ne tient pas compte mais c’est une question institutionnelle. » 

En publiant la lettre de François Descroizaille, député de la première circonscription du Val-de-Marne, Academia entend souligner que le déni de démocratie caractérise désormais pleinement le ministère de Frédérique Vidal, et partant, le gouvernement. En effet, le refus d’inscrire à l’agenda parlementaire la proposition de loi pour réintégrer les cinq fonctionnaires lésé·es par les conséquences judiciaires des pressions de la direction de l’INSHS, après avoir fait voter la suppression de l’amendement de la loi de finances qui les aurait réintégrées, éclaire la position du gouvernement d’une lumière encore plus crue. Le député Desroizaille ne parvient pas à y croire.

Paris, le 2 mars 2021

Depuis le 21 octobre 2020, le milieu de la recherche publique est secoué par une décision de justice qui en ébranle le statut. La titularisation de cinq chargés de recherche du CNRS au titre de l’année 2019, dans le domaine de la sociologie et des sciences du droit, a en effet été annulée suite au recours en justice d’un candidat écarté par le jury d’admissibilité.

Le 20 novembre 2020, tous les membres de l’Assemblée nationale ont reçu un courrier signé par 1762 chercheurs, solidaires des cinq dont ils réclamaient le rétablissement de la titularisation par voie législative.

Le 20 janvier 2021, la Proposition de Loi de validation législative de cette titularisation que j’avais déposée avec les signatures de 91 de mes collègues, relevant de tous les groupes parlementaires, a été enregistrée par les services de l’Assemblée nationale.

Mais sous la cinquième République, l’équilibre des pouvoirs est tel qu’une initiative parlementaire, même de cette ampleur, ne s’impose pas dans le calendrier législatif, essentiellement tributaire du gouvernement. Or, la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mme Frédérique Vidal, ne soutient pas cette Proposition de Loi à laquelle elle semble préférer la voie juridictionnelle, pourtant plus incertaine et déstabilisante pour les chercheurs : le CNRS a fait appel.

Pour moi qui suis un député de la majorité, soucieux de loyalement soutenir le gouvernement sans renoncer au contrôle de son action comme le prévoit la Constitution, ce choix de Mme La Ministre est incompréhensible.

Continuer la lecture

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Chaque geste compte (4)

Remerciements à #Républigram, à @MartyBestof et à un illustre inconnu

Proposition de loi. Pour valider la nomination des candidat·es CR au concours CNRS 2019 en section 36

En passant

2021 apporte quand même son lot de bonnes nouvelles. On apprend ainsi par The Sound of Science qu’une proposition de loi transpartisane a été déposée par 90 député·es afin de réintégrer dans le corps des CR fonctionnaires du CNRS les candidat·es admis·es en 2019 en section 36 et dont le concours avait été annulé suite à la requête d’un candidat. Cette loi vise donc à rétablir une injustice qui avait frappé ces candidat·es (depuis placé·es en CDI au CNRS) et qui n’avaient rien à voir avec la procédure d’annulation.

Pour plus d’informations sur cette annulation, voir un précédent billet d’Academia.

UPDATE : le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT soutiennent cette proposition de loi et demandent son examen au plus vite.

Les CDD au CNRS : vous en (re)prendrez bien pour 3-4 mois ?

En l’espace d’une semaine, les offres de poste du CNRS auront démontré le peu de considérations accordées à la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Cette précarité touche plus particulièrement le corps des BIATSS, puisqu’il n’est pas rare de voir figurer des CDD d’ingénieur·e de recherche de 3-4 mois, avec des attentes variant entre 1 et 4 ans d’expérience ou bien un niveau supérieur à bac+5, parfois même un doctorat

Offre précaire de 4 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Certains de ces emplois précaires sont financés sur des projets ANR, censés être le fleuron de la recherche française et le marqueur de son excellence. Le sentiment de mépris chez les précaires de la recherche n’en est que plus fort.

Offre précaire de 3 mois archivée et à consulter dans son intégralité ici.

Toute honte bue au CNRS donc.

La LPR va faire plonger la recherche pour les 10 ans à venir

Le 24 novembre 2020, après que la LPR a été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, le conseil scientifique (CS) du comité national du CNRS (CoNRS) adopte des recommandations très critiques. Il considère ainsi que la LPR fera plonger la recherche scientifique, « [actant] ainsi son déclassement », alors même que le but premier de cette loi aurait dû être de la remettre sur les rails. Le CS déplore ainsi que cet objectif ne sera jamais atteint en l’état et appelle à ce que le débat se poursuive.

Concours CNRS section 36. Le Ministère renvoie le CNRS à ses responsabilités

L’histoire malheureuse de chercheurs fonctionnaires duCNRS devenus contractuels

 Le Ministre renvoie le problème vers le CNRS, responsable au titre du jugement – qui préfèrerait enterrer l’affaire avec des CDI.

Devenir chercheur en France n’est pas une sinécure. Comme si des années de contrats courts, dessalaires modestes, une pression forte pour dérocher un emploi stable, une course permanente auxfinancements, etc., ne suffisaient pas, quatre jeunes lauréates et un lauréat du sélectif concours duCNRS voient un écueil inattendu et supplémentaire se dresser devant eux. Pour sortir d’une situationjugée «kafkaïenne», ils en appellent, en dernier recours, aux parlementaires pour glisser unamendement dans la loi de finances en cours de discussion afin de les réintégrer au CNRS.

En effet, le 24 octobre, un coup de téléphone apprend à ces sociologues ou juristes qu’ils n’appartiennent plus au corps des fonctionnaires du CNRS, qui les a pourtant recrutés en juin 2019 et titularisés, pour quatre d’entre eux, trois semaines plus tôt…

Continuer la lecture

Déclassements CNRS : suite et…

En passant

[CNRS] Le concours de la section 36 de 2019 annulé par la justice administrative

Le 7 octobre dernier, le tribunal de Paris a décidé d’annuler les décisions prises par les jury du concours du CNRS de la section de sociologie et de droit (section 36) de 2019. Cette décision entraîne l’annulation des nominations des chercheur·euse·s admis·e·s à ce concours cette année là.

Cette décision du tribunal administratif, que Sound of Science a pu se procurer, fait suite à la requête d’un candidat, Matthieu Grossetête, dont le jury d’admissibilité a rejeté la candidature. Le tribunal a aussi décidé que le CNRS devra verser 1500 euros à ce chercheur.

En 2017, ce sociologue avait déjà vu sa candidature être déclassée entre le jury d’admissibilité et celui d’admission.

Lire la suite sur The Sound of Science →

De l’expertise à l’action politique : sur la désertification scientifique du territoire français

La fabrique de la loi #31

← Article précédent

Article suivant­ →

Il arrive souvent que les travaux de recherche soutiennent certaines initiatives législatives ; et que chercheurs et chercheuses spécialistes de la loi en préparation soient auditionnés. Avec la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, etc., à côté des syndicats, et des groupes d’intérêt habituels, n’ont été sollicitées que les spécialistes d’études de genre. C’est pourquoi l’initiative des géographes qui n’ont pas encore été sollicité·es par les institutions vient à point nommé, au moment où Laure Darcos a clôturé les auditions de la Commission des Affaires culturelles et rédige le rapport préalable à l’examen en commission.

De fait, la question de l’égalité des territoires et du rôle majeur de ces établissements scientifiques et universitaires sur ces territoires : emploi, réponse à une demande publique, animation scientifique et culturelle, etc.Donnons ici trois exemples. 

  • À Fos-sur-Mer, à la demande du maire, un programme de recherche associant anthropologues, sociologues et épidémiologues de Marseille a conduit à la mise en évidence d’un problème majeur de santé publique liée à la pollution atmosphérique et à l’action de l’ARS Paca.
  • Dans la région de Brest — et bien au-delà — l’IFREMER est régulièrement sollicitée pour assister les patrons-pêcheurs et les collectivités territoriales dans leurs problématiques halieutiques et environnementales.
  • Enfin, à l’Avignon, après une alerte sanitaire lancée par les médecins du service d’Oncologie-Hématologie du Centre hospitalier d’Avignon, un projet de recherche-action assuré par une équipe de médecins, et de chercheur·ses en sciences sociales et en santé publique (GISCOP84), a débuté pour explorer les expositions professionnelles des patient·es pouvant expliquer les cancers en forte augmentation.

Ces trois exemples attestent de l’originalité, de la créativité comme de l’utilité sociale des universités au plus près des territoires français. En concentrant davantage de moyens sur quelques établissements centraux, la LPR retire à l’ensemble des universités françaises les moyens d’agir et de répondre efficacement aux besoins des collectivités. C’est ce que démontre l’analyse ci-dessous. Un amendement (AC198) avait été proposé, pour pallier les graves insuffisance de la LPR en matière d’aménagement du territoire, il a malheureusement été rejeté.


Vers une désertification scientifique et universitaire du territoire français ?

En l’absence d’une concertation suffisante avec les représentants légitimes des territoires et de toute consultation des citoyens, la LPR Loi de Programmation de la Recherche tourne résolument le dos à plus d’un demi-siècle d’efforts de décentralisation et de politique d’aménagement du territoire en France. Une telle politique est non seulement injuste mais aussi inefficace car l’accumulation des financements et ressources en quelques lieux rares ne paie pas. Elle néglige l’importance cruciale des effets positifs de la proximité et de la mise en réseau. Ses promoteurs semblent avoir imité sans réfléchir des expériences internationales aujourd’hui remises en cause. Et ils ne semblent pas non plus avoir tiré les leçons des crises successives des Gilets Jaunes et de la Covid-19.

Cette analyse transmise à nos députés, sénateurs s’inscrit dans la droite ligne des critiques émises par différentes instances, dont le CESE et le Comité National de la Recherche Scientifique. Elle n’en reprend pas les principaux points auxquels elle adhère, mais ambitionne de souligner la manière dont la LPR ignore les effets bénéfiques d’une recherche en réseau, aux multiples entrées territoriales.

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de l’Université de Paris et du CNRS : Sophie Baudet-Michel, Sandrine Berroir, Claude Grasland, Marianne Guérois, Malika Madelin, Marion Maisonobe, Pierre Pistre, Josyane Ronchail, Christine Zanin

1. La remise en cause d’un demi-siècle d’aménagement du territoire

Des inégalités croissantes entre les régions et les départements

L’aménagement du territoire, cette « ardente obligation » selon le mot du général de Gaulle, semble bien mis à mal par la concentration croissante des moyens publics de recherche et de l’enseignement supérieur au profit d’un très petit nombre de campus et d’initiatives d’excellences. Si l’on s’en tient à ces dernières (IDEX), force est de constater qu’elles ne concernent que 5 des 18 régions françaises et aucune en dehors du territoire métropolitain. Les disparités ne sont pas moins considérables à l’intérieur des quelques régions favorisées où ce sont les départements les plus riches et surtout les nouvelles métropoles régionales issues de la fusion des régions antérieures qui concentrent les investissements d’avenir.

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search