Le SNCS-FSU demande l’abandon du système Etamine, Notilus et Goelett

Communiqué du SNCS-FSU du 23 novembre 2023

Les personnels des laboratoires et des délégations du CNRS expérimentent le dysfonctionnement et la complexité des outils numériques Etamine, Notilus et Goelett depuis plus de quatre mois. Le SNCS-FSU dénonçait dès le 14 septembre 2023 le calvaire  que ce trio de logiciels fait subir à tous les personnels du CNRS. Depuis, la direction du CNRS a indiqué que les principaux dysfonctionnements auraient été résolus. Cependant, tous les personnels constatent que des dysfonctionnements persistent. Mais le plus inquiétant est certainement la complexité de l’ensemble Etamine, Notilus et Goelett. Même après des mois de familiarisation avec ces outils à travers un nombre significatif de missions, il apparaît que la complexité globale de ce système est trop importante et que son utilisation ne sera jamais assez simple pour les agents souhaitant partir en mission. Le SNCS-FSU considère que c’est la conception même du système qui est à revoir.

Le SNCS-FSU demande que le système Etamine, Notilus et Goelett soit abandonné et remplacé par un autre système plus simple, qui fonctionne et qui donne satisfaction. Ce système engendre aujourd’hui une dégradation des conditions de travail de tous les personnels des laboratoires et des délégations du CNRS, et il est évident que cela continuera.

Pour les agent·e·s souhaitant partir en mission, le constat est indiscutable : l’utilisation de ces logiciels est et restera une perte de temps significative par rapport à la situation antérieure, même dans les rares cas où ces missionnaires se seront parfaitement familiarisé·e·s avec ces outils. D’autant plus qu’il est évident que très peu d’agent·e·s pourront se familiariser avec ce système, même en partant souvent en mission, tant il est complexe et rigide.

Si le travail des agent·e·s des services de gestion pourrait, à terme, bénéficier de la dématérialisation et du report de certaines tâches vers les missionnaires, elles et ils seront beaucoup plus sollicité·e·s dans l’accompagnement de ces missionnaires. Les agents des services de gestion devront, en effet, répondre à leurs innombrables questions, incompréhensions, agacements, exaspérations, frustrations, désespoirs… L’impossibilité pour les agent·e·s des services de gestion de répondre de façon satisfaisante aux attentes de celles et ceux partant en mission est une cause importante de la dégradation des conditions de travail.

Le SNCS-FSU estime que le système Etamine, Notilus et Goelett constitue un véritable recul. Le SNCS-FSU considère que la meilleure solution est de l’abandonner et de le remplacer par un système qui simplifie les démarches pour tous les personnels et qui libère du temps pour la recherche.

Le SNCS-FSU appelle à signer et à faire signer massivement la pétition « CNRS : nouveau système de gestion des missions, on n’en peut plus ! » pour sortir de ce système insupportable et mettre fin à ce calvaire.

Le SNCS-FSU apporte tout son soutien à tou·te·s les agent·e·s confronté·e·s à ces difficultés et à ce système absurde.

Continuer la lecture

Le comité du Hcéres fait 12 recommandations au CNRS

Dans ses Observations, Antoine Petit commente les 12 recommendations du comité du Hcéres qui a publié son rapport et que la presse a déjà commenté. Nous nous dispenserons de commenter davantage le temps perdu à ces opérations Hcéres, qui nuit effectivement à la recherche — le temps de travail et l’intelligence des agent·es de l’organisme devant être mieux employé à résourdre les graves problèmes structurels dénoncés depuis longtemps par les instances, Conseil scientifique en tête.

  • Recommandation 1 : Mettre à jour le rôle et le positionnement du CNRS dans un écosystème français de la recherche en évolution.*
  • Recommandation 2 : Moderniser la gouvernance du CNRS et l’amener au niveau des autres institutions de recherche de classe mondiale.
  • Recommandation 3 : Déployer de nouvelles stratégies pour un financement pluriannuel diversifié et soutenable Le CNRS ne peut que se réjouir de cette recommandation qu’il fera tout pour rendre possible.
  • Recommandation 4 : Mettre en œuvre une stratégie ambitieuse pour attirer, soutenir et retenir les meilleurs talents.
  • Recommandation 5 : Développer une culture du mentorat et de l’inclusion à tous les niveaux.
  • Recommandation 6 : Approfondir le partenariat avec les universités, renforcer le co-management des UMR et l’implication des chercheurs CNRS dans l’enseignement.
  • Recommandation 7 : Lancer une “opération commando”

    Jeu Opération commando

    pour répondre de manière urgente et décisive à la nécessité de simplifier les processus administratifs et de réduire le fardeau bureaucratique qui pèse sur la communauté du CNRS.

  • Recommandation 8 : Renforcer la politique scientifique et la stratégie de partenariat, ainsi que la prise de risque, et mettre en œuvre régulièrement des évaluations et comparaisons internationales.

Continuer la lecture

Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) : signalements au Procureur de la République

Après l’Institut Méditerranéen d’infectiologie, c’est au tour du Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) d’être sur la sellette.

Le 25 avril 2023, la Formation spécialisée santé-sécurité-conditions de travail de l’ENS de Lyon a voté des avis en instance, relayés par la CGT Ens de Lyon qui fait savoir son soutien aux agent·es et doctorant·es victimes,

Continuer la lecture

Manquements à l’intégrité scientifique : lettre ouverte à Antoine Petit

Nécessité d’une réponse transparente et robuste en cas de découverte de manquements à l’intégrité scientifique

  • Lettre signée par 17 chercheuses et chercheurs initialement publiée sur le blog de Dorothy Bishop, Professor of Developmental Neuropsychology (Emeritus), University of Oxford

Cette lettre ouverte fait suite à un article du Monde concernant une enquête sur une faute professionnelle présumée dans un laboratoire de chimie du CNRS-Université Sorbonne Paris Nord et le rapport ultérieur du CNRS sur cette affaire. Les signataires sont des personnes de différentes institutions qui se sont impliquées à divers titres dans des enquêtes sur des manquements à l’intégrité scientifique dans différentes disciplines, toutes préoccupées par le fait que la même histoire se répète encore et encore lorsque quelqu’un identifie des preuves non ambigües de manipulation de données.  La réponse des institutions, des éditeurs et des agences de financement de la recherche est généralement lente, opaque et inadéquate, et penche en faveur de l’accusé, sans se soucier de l’impact sur les utilisateurs de la recherche, tout en plaçant les lanceurs d’alerte dans une position difficile.

Les faits dans cette affaire sont clairs. Il a été démontré que plus de 20 articles scientifiques provenant du laboratoire d’une directrice d’équipe contenaient des graphiques et des images de microscopie électronique recyclés et trafiqués. En d’autres termes, les résultats de différentes expériences qui devraient avoir des résultats distincts sont illustrés par des figures identiques, avec des modifications apportées aux légendes des axes en copiant et collant des chiffres par-dessus les chiffres précédents.

Tout le monde est faillible, et aucun chercheur ne devrait être accusé de faute professionnelle lorsque des erreurs sont commises de bonne foi. Nous devons également être conscients de la possibilité d’accusations malhonnêtes proférées par intérêt personnel. Cependant, il arrive un moment où un enchaînement répété d’erreurs pendant une période prolongée interdit toute explication innocente. Ce point est certainement atteint ici : les données problématiques sont bien documentées dans un certain nombre de commentaires PubPeer sur les articles (voir les liens dans l’annexe 1).

La réponse du CNRS à ce cas, comme l’explique son rapport (voir annexe 2), a été de demander la correction plutôt que la rétractation de ce qui a été décrit comme des “erreurs et manquements aux règles usuelles de publication”, d’accepter la version de la chercheuse selon laquelle il n’y avait pas d’intentionnalité, malgré la preuve évidente d’une quantité remarquable de manipulations et de réutilisations des figures ; une sanction disciplinaire d’exclusion des fonctions a été imposée pour un mois seulement.

Que doit-il donc se passer lorsque l’on soupçonne une fraude?  Continuer la lecture

Campus de Meudon-Bellevue stop à la vente forcée : signez la pétition adressée aux administrateurs du CNRS

Chère collègue, cher collègue,

Nous vous avons alerté sur la vente forcée d’une partie du site CNRS de Meudon-Bellevue. Suite à notre alerte, vos réactions sur l’avenir du site et les contraintes inacceptables imposées à nos collègues de Meudon ont affiché une réelle volonté de les soutenir.

Nous vous proposons de signer la pétition “Contre la vente et le déménagement forcés du site CNRS de Meudon-Bellevue”.

 Les signataires de cette pétition demandent aux administratrices et aux administrateurs du CNRS de s’opposer à la vente lors de la séance extraordinaire du Conseil d’administration le 10 février 2023 !     

Elle est accessible en ligne à change.org

Attention à bien valider votre signature en suivant les instructions du e-mail que vous devriez recevoir de la plateforme change.org

Notez dès à présent qu’un rassemblement est prévu le vendredi 10 février au matin au siège de CNRS, 3 rue Michel Ange 75016 Paris, à 8h30. Nous reviendrons vers les collègues de la région parisienne pour préciser les modalités de cette action.

Retrouvez toutes les communications du SNTRS-CGT et SNCS-FSU sur ce sujet :

Le SNTRS-CGT  et le SNCS-FSU utiliseront tous leurs moyens d’action pour mettre en échec cette vente inique faite au détriment du personnel du site de Meudon-Bellevue, du CNRS et de la recherche publique.

Meudon : la Ministre Retailleau doit s’expliquer. Communiqué SNCS-SNTRS, 2 février 2023

Comment est-il possible qu’un site universitaire — celui de Meudon-Bellevue — ait été bradé aux promoteurs Vinci et Kaufmann&Broad à un prix inférieur au marché, qui plus est en imposant aux personnels de déguerpir dans un délai aussi bref ? Une réponse pourrait figurer dans le courrier que Sulvie Retailleau à fait parvenir au CNRS. Or celui-ci refuse de communiquer cette pièce administrative.

Le SNCS et le SNTRS exigent transparence et documentation.

« Pour le seul bénéfice de promoteurs immobiliers privés ». Communiqué SNCS-SNTRS au sujet de la vente par la Ministre du site de Meudon-Bellevue

Le 25 janvier, une lettre de la ministre de l’enseignement supérieur et la recherche intime l’ordre au PDG du CNRS de vendre plusieurs parcelles aux promoteurs VINCI Immobilier Ile-de-France et KAUFMAN & BROAD DEVELOPPEMENT. Les lieux doivent être libérés pour le 15 mars au plus tard : un huissier sera dépêché pour constater l’évacuation complète des locaux.

La violence faite aux personnels de la recherche occupant ce site est inqualifiable : il s’agit d’une véritable expulsion !

En six semaines, la division technique de l’Institut national des sciences de l’univers doit déménager avec, parmi le matériel à évacuer, des machines-outils de plusieurs tonnes. Les personnels, après une période de travail insoutenable, à la limite de l’humain pour réaliser ce déménagement, seront isolés loin de tout collectif de travail et même sans travail pour certains jusqu’à la réinstallation de leur service à Gif-sur-Yvette, prévue au plus tôt fin 2023. Sur le plan scientifique, les travaux à réaliser dans le cadre de programmes spatiaux ou d’observation au sol se verront, de fait, retardés.

Les personnels du service central des concours du CNRS se retrouvent également sans locaux alors même que des concours étaient déjà programmés pour la fin du mois de février. Tous les concours de recrutement du CNRS de l’année 2023 se trouvent bouleversés et devront être organisés sur d’autres sites en Ile-de-France.

Panorama et arc-en-ciel sur Paris et sa proche banlieue le 27 mars 2008 vu depuis le site CNRS de Meudon-Bellevue. Photo C.Berthod

Les personnels de CNRS-Images, la banque d’images scientifiques du CNRS, dont la mission est de créer et produire du matériel iconographique et audiovisuel pour permettre au grand public de comprendre les enjeux de la recherche et son impact sur la société, doivent aussi subir cette expulsion. Continuer la lecture

Chaires de professeur junior. Recommendation du Conseil scientifique de l’INSHS du CNRS, 25 janvier 2023

Le Conseil Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales, réuni le 25 janvier 2023, redit son opposition à la mise en place des Chaires de Professeur Junior et, en cohérence avec cette opposition, recommande aux sections du CoNRS de ne pas siéger dans les jurys relatifs à ces Chaires.

Nathalie VIENNE-GUERRIN
Présidente du Conseil Scientifique de l’INSHS

Texte voté, le 25 janvier 2023 : 19 oui, 0 non, 0 abstention.

Continuer la lecture

Encore un déclassé en section 36 : la direction du CNRS provoque les sociologues !. Communiqué intersyndical

Communiqué de SNCS-FSU (secteur SHS), SUD-Recherche EPST, FO ESR, SNTRS-CGT

Mardi 24 mai 2022, le jury d’admission du CNRS pour l’InSHS a décidé de modifier le classement proposé par la section 36 (sociologie et sciences du droit) pour le concours des chargé·es de recherche, en reléguant Jean-Philippe Tonneau, classé 1er par la section, à la 8e position (pour 4 postes à pourvoir).

Rappelons que le concours de chargé·e de recherche s’opère en deux temps : en premier lieu, les jurys d’admissibilité, composés de spécialistes de ces disciplines, évaluent des centaines de dossiers sur leur projet de recherche et leurs travaux passés, auditionnent – au terme d’une présélection – des dizaines de candidat·es pendant plusieurs jours et, au bout de longues journées de délibérations, établissent un classement d’admissibilité par ordre de choix basé sur des critères scientifiques. Dans un deuxième temps, des jurys d’admission constitués à l’échelle des instituts se réunissent, le temps d’une journée, pour établir les classements finaux. Le concours d’entrée du CNRS est extrêmement concurrentiel puisqu’il n’y avait cette année que 4 postes à pourvoir en section 36 pour des centaines de docteur·es formé·es chaque année dans ces deux disciplines.

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture

Les objectifs et missions du CNRS

« Le CNRS n’est pas là pour permettre aux bons de devenir très bons, mais pour aider les très bons à devenir encore meilleurs au niveau international. Il est certes important d’aider les bons à devenir très bons, mais ce n’est pas le rôle du CNRS. » — Antoine Petit

À l’occasion de l’audition d’Antoine Petit, préalable à sa reconduite comme pdg du CNRS, Sylvestre Huet a isolé quelques éléments de la pensée profonde aux relents pseudo-darwiniens du petit-fils de Jean Maitron, thuriféraire de l’ « excellence»1.

C’est l’occasion, pour le journaliste, de reprendre un avis du comité éthique du CNRS (Comets) datant de 2014. Intitulé « La politique de l’excellence en recherche», l’avis

souligne à quel point la soi-disante politique « d’excellence » cache le rabougrissement des ambitions scientifiques sur une liste de « priorités« , en général consensuelles et convenues au point que tous les pays ont les mêmes.

Continuer la lecture

  1. Voir également l’entretien qu’Antoine Petit a accordé à David Larousserie, ce 14 février 2022. []

Compétition Nationale et Rivalité Scientifique (CNRS)

Comment dire que vous ne comprenez rien à la science sans dire que vous comprenez rien à la science? Un exemple avec Antoine Petit, pdg du CNRS, dans Le Monde.

« Quand vous êtes chercheur, vous avez envie d’être le premier. La recherche, c’est la découverte, l’invention de choses que les autres n’ont pas faites. C’est par définition une forme de compétition. Il faut l’assumer. » — Entretien avec David Larousserie, Le Monde, 14 février 2022

Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture

Enceinte contre le système

Encore une “Baby Battle”

  • par Viviane Pons, openpyviv, 17 janvier 2022

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS est à la pointe sur la question de l’égalité homme / femme. On pourrait espérer qu’il soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas1.

De façon tout à fait fortuite, j’ai découvert l’histoire de plusieurs jeunes femmes ayant réussi le prestigieux concours de chargée de recherche au CNRS alors qu’elles étaient enceintes. J’ai appris qu’il existait une loi spécifique à l’obtention des concours de la fonction publique en étant enceinte. Et surtout, j’ai été choquée par les conditions de prises de poste qu’ont dû subir ces jeunes femmes. Je vous partage ici à la fois mes découvertes, mon indignation et le sens de ce combat dans le milieu de la recherche.

La loi

Vous connaissez sans doute les concours de la fonction publique française avec leurs qualités (égalité de traitement, uniformité du recrutement) et aussi leurs défauts (rigidité tendant parfois à l’absurde). Cette rigidité qui doit garantir l’uniformité et l’égalité théorique a parfois pour conséquences des inégalités très concrètes comme quand les candidats des départements hors métropole doivent passer des épreuves de concours à des heures absurdes pour traiter les mêmes sujets (et au même moment) que ceux du fuseau horaire principal.

On retrouve cette rigidité dans l’ensemble de la fonction publique et en tant qu’agente de cette fonction publique, maîtresse de conférences titulaire (donc sur concours), je m’arrache souvent les cheveux dans des imbroglio administratifs, cherchant à maintenir un cap cohérent et humain dans une mer de bureaucratie.

En effet, les règles nationales qui doivent s’appliquer à tous et toutes ont parfois du mal à prendre en considération tous les cas particuliers que sont les très nombreux agents et agentes du service public. Comment faire par exemple lorsqu’une femme a réussi le fameux concours et qu’elle est enceinte ? Comment peut-elle prendre son poste alors que cela tombe, par exemple, en plein dans son congé maternité ? Eh bien, il se trouve que ce cas particulier précis a été pris en compte. (Oh miracle !)

Voici le texte du Décret n°94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l’Etat et de ses établissements publics

La nomination en qualité de fonctionnaire stagiaire d’une femme qui, ayant satisfait à l’une des procédures de recrutement prévues aux articles 19 et 26 de la loi du 11 janvier 1984 susvisée, se trouve en état de grossesse est reportée, sur la demande de l’intéressée, sans que ce report puisse excéder un an.

Il est donc possible pour une femme enceinte de reporter sa prise de poste si elle le souhaite. Elle n’y est pas obligée. Par exemple, si son accouchement est prévu un peu plus tard, elle peut tout à fait prendre son poste et bénéficier de son congé. Mais cette possibilité de report lui donne une certaine flexibilité bienvenue.

Je n’ai aucune idée du contexte dans lequel cette loi a été écrite. Elle date de 1994, sous le gouvernement de Balladur. J’ai une pensée pour ce ou cette députée ou peut-être assistant-e parlementaire qui a pensé à ajouter cet article, qui s’est rappelé que “être enceinte” était une situation en réalité tout à fait courante et normale et que cela devait être pris en considération dans la loi.

Cependant, bien que je sois moi-même agente du service public, entourée de nombreux autres agents et agentes que ce soit mes collègues universitaires ou mes amis profs, je n’avais jamais entendu parler de cette loi avant cet automne. J’ai l’impression que cette loi est assez méconnue et que de nombreuses agentes n’en ont pas connaissance alors même qu’elles auraient pu en bénéficier. Et j’ai même des indices qui me laissent penser que les institutions elles-mêmes ne la connaissent pas toujours.

On pourrait penser qu’un institut aussi prestigieux que le CNRS et qui a mis en place différentes actions pour diminuer les inégalités hommes / femmes et donner aux femmes scientifiques la place qu’elles méritent2, est à la pointe sur cette question. On pourrait penser que le CNRS soit pionnier et leader, montrant l’exemple à la fois aux secteurs publics et privés, non seulement en appliquant la loi mais en soutenant au maximum ses nouvelles agentes. C’est ce que je voudrais en tant que chercheuse. Je ne suis pas moi-même agente permanente du CNRS mais il est une figure incontournable du paysage de la recherche française. C’est pour ça que les témoignages ci-dessous m’ont particulièrement déçue et mise en colère et que j’ai décidé de les partager.

L’histoire de X

X est une chercheuse. Elle a obtenu le concours CNRS il y a quelques années.  À l’époque, elle était postdoc au Canada, déjà maman d’une petite fille et enceinte d’un second enfant. Elle est heureuse, heureuse d’avoir réussi ce concours particulièrement sélectif, heureuse d’avoir une perspective d’avenir stable dans la recherche. Elle est aussi surprise, elle ne s’y attendait pas. Les résultats du concours arrivent à la fin du printemps, la prise de poste en octobre. X doit accoucher en novembre. Elle avait prévu de s’installer dans une nouvelle ville (toujours au Canada) pour profiter de ses 32 semaines de congé maternité fédéral (contre 16 en France). Son compagnon a un poste là bas.

Alors, X demande : est-il possible de repousser sa prise de poste d’un an ?

Encore une fois, X est très heureuse d’avoir obtenu ce poste. Elle est tout à fait prête à s’installer en France avec sa famille, elle a juste besoin d’un peu de temps. On parle ici d’un poste à vie pour faire de la recherche, un an de plus ou de moins, ça ne change pas grand chose.

La réponse du CNRS arrive : non, ce n’est pas possible. Les règles du CNRS autorisent un report de poste jusqu’au 1er février au maximum. X est un peu dépitée. Non seulement la réponse est négative mais il n’y a pas beaucoup de sympathie pour sa situation personnelle. On ne lui propose aucune solution alternative. Au mois de février, elle aura un bébé de quelques mois, on sera en milieu d’année scolaire pour sa fille, son compagnon pourra difficilement quitter son travail. Elle se renseigne : peut-elle être affectée temporairement dans l’unité internationale du CNRS qui se trouve justement là où elle est ? Non. Elle demande si elle peut prendre un congé pour suivi de conjoint ? Peut-être un congé parental ? Ce sont des choses auxquelles elle a le droit. On lui répond “non”, ou alors on ne lui répond pas du tout. Dans ces échanges, elle sent une certaine lassitude de l’institution. Elle a l’impression d’être embêtante , demandeuse. Elle finit par abandonner.

Mallow Baby, above Skunk Creek, Peoria Arizona. Credit: Anne Reeves, 2016

Continuer la lecture

  1. Contrairement aux posts précédents, j’ai décidé d’écrire en français. En effet, cet article concerne de façon plus spécifique la loi française, avec même des subtilités de langage, et les institutions françaises. J’utilise donc ma propre langue pour le rendre plus accessible à la communauté universitaire française. []
  2. NDLR: Nous ne partagons pas cette appréciation. Il y a un écart entre la communication de la direction, la (remarquable) information assurée par la Mission pour la place des femmes au CNRS, non décisionnaire, et les pratiques de gestion de personnel qui dénote un réel sexisme : cf. par ex, sur Academia, Déclassements en série au CNRS, 16 juin 2017: Le CNRS et la parité en temps réel, 23 février 2019; Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars, 8 mars 2019; Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS, 28 avril 2019, sans même parler de la croyance à un darwininsme social sexiste de l’actuel pdg ou des effets délétères de la LPR (La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh, 18 septembre 2020.). []