LPPR : le Comité d’éthique du CNRS (COMETS) enterre la loi

Communiqué du Comité d’Éthique du CNRS (COMETS) portant sur les textes du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, rendus publics en juin 2020.

01/07/2020.

Le 24 février 2020, le COMETS avait publié une contribution aux discussions préparatoires à la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. En juin 2020, le gouvernement a présenté aux organes consultatifs le projet de loi et les documents associés (exposé des motifs, annexe, étude d’impact).

Le COMETS prend acte de l’accroissement substantiel de la part du budget de l’État consacré à la recherche à l’horizon 2030 figurant dans le projet de loi.

Il prend aussi note que l’annexe au projet de loi adhère au préambule de la contribution du COMETS du 24 février en affirmant « La science est un des socles de notre modèle républicain et cette fonction lui confère les plus grandes responsabilités : elle suppose de porter la plus grande attention à l’exemplarité́ et l’impartialité́ de la communauté́ scientifique, ainsi qu’aux questions d’intégrité́ scientifique et de déontologie, sur lesquelles se noue le pacte de confiance entre la recherche et la société́. »

Toutefois, le COMETS s’étonne que l’étude d’impact n’examine que de manière restreinte le projet de loi à la lumière de l’intégrité scientifique et de l’éthique. L’effet-loupe de la crise sanitaire actuelle met en évidence des risques de dérives tant dans les pratiques que dans la communication des résultats de la recherche, alors que le grand public et les décideurs politiques sont en attente de résultats fiables. Au-delà du contexte particulier d’urgence, ces dérives interrogent le fonctionnement de la recherche française hérité des précédentes lois la structurant. Ainsi, nous constatons que la crise stimule un foisonnement de réflexions au sein de la communauté scientifique dont la richesse plaide pour un projet de loi ambitieux qui laisse le temps à une large concertation s’inscrivant pleinement dans le « monde d’après ».

Cependant, dans la perspective du maintien d’un calendrier accéléré, le COMETS renouvelle dès à présent ses inquiétudes et complète ses recommandations exprimées le 24 février 2020 découlant de ses précédents avis (voir https://comite-ethique.cnrs.fr/avis-publies/).

Un équilibre entre compétences et moyens récurrents et contractuels est nécessaire pour garantir l’indépendance des chercheurs, stimuler la découverte de nouveaux objets d’étude et favoriser la recherche fondamentale sur le long terme.

La domination de priorités thématiques dans le financement de la recherche a des conséquences négatives sur la diversité et la créativité de la production scientifique.

Continuer la lecture

Alexandra voit ses chances d’être titularisée encore repoussées

NB: Section 25 : Neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie.PI – cher de projet (principal investigator)

Racisme dans l’ESR : où en est-on (au CNRS) ?

L’immense rassemblement pour la vérité pour Adama Traoré dans plusieurs villes de France ce mardi 2 juin 2020, ainsi que la dénonciation de la discrimination systémique pratiquée par la police pour le Défenseur des droits1, amène Academia à reposer la question du racisme dans une autre institution républicaine : l’Université. Nous avons commencé, timidement, à faire émerger cette question dans nos pages, en inaugurant une collection « The Elephant in the Room: Racisme et discriminations dans l’ESR » en mai dernier.

Au lendemain de cet événement anti-raciste majeur en France, et par solidarité avec nos collègues universitaires états-unien·nes, n’est-il pas temps de nous demander où nous en sommes en France?

Pas très loin. Sans doute est-il temps de recenser les travaux qui portent sur l’ESR et le racisme. Soulignons tout de même le léger frémissement venu du CNRS, à l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS). À l’occasion d’un colloque « Quelle politique postcoloniale et genrée des carrières scientifiques et universitaires et quels mots pour le dire? » le 2 octobre 2018, le Conseil scientifique de l’INSHS a émis des recommendations transmises non seulement au PDG Petit, gagné depuis au darwinisme social, mais aussi aux autres CS du CNRS.

L’InSHS en tant qu’institution de recherche dédiée notamment à l’analyse des sociétés contemporaines devrait se donner pour mission de promouvoir la recherche sur ces sujets, ce serait la première phase d’un édifice à construire.
Actuellement, en effet, on ne dispose pas de travaux historiques et sociologiques sur la question de la contribution des étrangers et des nationaux d’origines étrangères (et tout particulièrement des citoyens descendants des anciennes colonies françaises). (p.3)

Les conclusions sont de la même eau.

Continuer la lecture

  1. Sur ce point, voir Didier Fassin, La Force de la police, Paris, Le Seuil, 2011. []

« La recherche ne s’est par arrêtée. Elle s’est même intensifiée ».Lettre du délégué régional Rhône-Alpes aux agents

Academia a reçu ce message qu’elle juge bon de publier, à côté de ceux touchant à la continuité pédagogique et les considérations sur l’aggravation des discriminations genrées, ne doutant pas que cette vision soit partagée parmi les cadres du CNRS. .


De : DR07 Delegue
Envoyé le :lundi 27 avril 2020 12:09
À : agentdr7cnrs@dr7.cnrs.fr; dirlabo@dr7.cnrs.fr
Objet :[Agentdr7cnrs] Message aux agents CNRS et directeurs d’unités en Rhône Auvergne

Chers et chères collègues,
Membres des services de la délégation régionale et des unités CNRS en Rhône Auvergne,

Je me permets ce nouveau point hebdomadaire pour vous livrer quelques nouvelles régionales. Le CNRS en Rhône Auvergne va inscrire son plan de reprise d’activité (PRA) dans le cadre des orientations fixées par Antoine Petit lors son dernier message. Il nous faut faire avec une situation très évolutive, qui comporte son lot d’incertitudes. Mais dès à présent, et de manière collégiale, nous agissons sur plusieurs plans. Sur Clermont, comme sur Lyon Saint-Etienne, la nécessaire consultation des directions d’unités sur leur PRA s’engage avec leur institut scientifique de rattachement, en coordination avec les autres tutelles de laboratoire, et en premier lieu avec les tutelles d’hébergement. Cette stratégie nous permet d’une part de nous adapter aux  spécificités des unités, tout en identifiant et en réagissant aux besoins qui peuvent être pris en charge à un niveau fédératif, régional ou national. C’est le cas notamment de la question des masques, avec une pleine intégration du CNRS dans le dispositif interministériel qui se construit sur le sujet. Plus globalement, les autres produits sanitaires, la distance sociale, les modalités de restauration ou encore d’horaires décalées sont autant de sujets où adaptation à l’échelle laboratoire devra se combiner avec apports locaux ou nationaux.

Une tendance se dessine cependant dès à présent : la plus en plus probable prolongation du télétravail pour les activités pouvant être effectuées de cette manière. Nous découvrons avec cette crise de nouvelles façons de vivre nos professions. Au regard de l’activité foisonnante constatée ce dernier mois, ces pratiques sont en train de montrer tout leur potentiel et les points de vigilance à prendre en compte. Le bilan s’avère très instructif : la recherche ne s’est par arrêtée. Elle a même été intensifiée dans de nombreux domaines. Cette expérience a notamment guidé les choix du CNRS dans les décisions à prendre au niveau RH : nul besoin d’imposer des congés aux agents CNRS télétravailleurs, qui doivent rester libres d’adapter leurs jours d’activités à leur plan de charge et à leur besoins personnels. « Comme avant », en somme.

Quant au « jour d’après », il fait l’objet de nombreuses recherches . Nos services ont identifié plus de 70 initiatives sur la circonscription : travaux et sujets d’expertises visant à comprendre, analyser et fournir des réponses aux défis actuels. Et nous savons que ce référencement est loin d’être exhaustif. Parmi toutes ces démarches : les 9 projets lauréats en Rhône Auvergne de l’appel à projet flash de l’ANR sur le Covid-19. Soyez certains de ma plus grande considération pour ces nombreuses contributions. Travailler pour le CNRS et la communauté scientifique de notre région n’a jamais été source d’autant de fierté.

Prenez soin de vous.

Bien sincèrement.

Frédéric Faure
Délégué régional

CNRS Rhône Auvergne

2 avenue Albert Einstein – BP61335 – 69609 Villeurbanne cedex


https://www.flickr.com/photos/127028900@N05/26299081390/in/photolist-DdmkSB-wfK6Vm-Q7ab4U-G4XEDL-HHxJer-LJTdbo-HPdzu1-ygReCk-RF6YMC-P8aRpF-Dpscqf-BRd43G-CpDgjJ-wdthcg-HWLCj6-HWEqR1-B4tQaj-t523Kb-PQnvUX-PN7KXt-A2xu4U-zdgNoA-Evs724-LYnitF-NyWPbv-wKsyr5-rp9TEA-LMfSZP-q5hj2D-NAbboi-PHYmXn-yCfQt2-Nd3Edm-rUgPhz-NxRFYR-FgWA4q-Paekks-eJF1AA-A49m5D-of4qa4-PKQqgC-FeSsxf-znB61k-MtgcaJ-zi59xw-FyrkAj-Da98ip-sHizBd-jCmPPG-rRiWWL/

Lyon, de Ph. Nauher 2016

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

Lu sur Geotamtam, 16 avril 2020

Ci-joint un positionnement du Conseil de laboratoire de l’UMR Passages (Bordeaux / Pau – Universités et Ecole d’architecture et de paysage) dans ce contexte de crise sanitaire, en lien notamment avec les différents appels à projets émis dans l’urgence et avec la confirmation que le gouvernement poursuit son projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).
Très cordialement en ces temps où, une fois de plus, on a recours à la géographie sans le savoir ou sans vouloir le dire en appelant « distance sociale » ce qui est de la « distance spatiale », et alors même que l’on met tout en oeuvre pour garder le social en dépit de la rupture spatiale. Intéressant non ?
Bonne journée

Béatrice Collignon, pour l’UMR Passages

Sciences humaines et sociales en temps de crise sanitaire : positionnement de l’UMR 5319 Passages

L’UMR Passages a réuni (en visio-conférence) ce 7 avril 2020 son Conseil de laboratoire afin d’échanger sur les positionnements scientifiques – individuels et collectifs – en réponse aux récents appels à projets émis dans l’urgence par divers bailleurs en lien avec la pandémie de COVID-19. La discussion a une fois de plus montré toute la pertinence des sciences humaines et sociales dans l’analyse et la compréhension des faits qui transforment sociétés et environnements, quelle que soit la nature plus ou moins « vive » des questions travaillées.

L’actualité de la pandémie, des confinemens, et le besoin de recherche sur ces sujets rappellent d’une part, la nécessité de répondre à l’urgence sans renoncer pour autant à l’éthique du chercheur (« éthique de la responsabilité, de la rigueur, mais aussi de la prudence », message commun du Comité d’éthique et de la Mission à l’intégrité scientifique du CNRS, 7/04/20) et, d’autre part, l’importance du rôle de notre communauté dans la société d’aujourd’hui et la validité sur le long terme de nos objets, de nos méthodes et de nos démarches scientifiques.

Mais les circonstances actuelles donnent aussi à voir avec une acuité particulière les dégâts que peut produire, sous couvert d’une certaine performance, le démantèlement des services publics de la santé et de la recherche. Elles nous rappellent durement qu’il est irresponsable de ne pas s’intéresser aux « signaux faibles », de rester sourd aux cris d’alarme et d’attendre une crise majeure pour se poser la question des approvisionnements et du soutien durable aux filières de production et aux services fondamentaux, y compris s’agissant de la connaissance et de la recherche.

C’est pourquoi le Conseil de laboratoire de Passages réaffirme l’impérieuse nécessité de continuer à lutter contre le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont le Ministère confirme le scénario en dépit des vives critiques dont il a fait l’objet. L’UMR reste mobilisée contre l’implantation toujours plus profonde d’un modèle de la recherche où les financements vont aux appels d’offre plutôt qu’aux crédits récurrents, aux précaires et aux CDI « de projets » plutôt qu’aux postes de titulaires, et imposent la production de résultats selon des temporalités qui entrent trop souvent en contradiction avec l’exigence d’une recherche sérieuse.

Pau-Pessac-Talence, 7-10 avril 2020

 

 

 

Lien: positionnement de l’UMR Passages, 7-10 avril 2020

Reporter les concours et promotions 2020 après la fin de la crise sanitaire, sans préjudice pour les agents. Communiqué du SNTRS

Chère collègue, cher collègue,

Dans les organismes de recherche le printemps correspond à l’époque des concours externes chercheurs et des concours internes et du lancement des campagnes de promotion pour les  ingénieurs et techniciens .

Tout le monde comprendra que le confinement n’offre pas des conditions correctes pour les auditions, ni pour les épreuves écrites des concours internes. Il ne permet pas non plus d’envisager des entretiens annuels dans le cadre de la promotion au choix des ingénieurs et techniciens durant cette période exceptionnelle. L’égalité de traitement entre candidats, l’impartialité des concours, la rédaction des dossiers de carrière, tout cela serait impossible à assurer dans ces conditions

C’est la raison pour laquelle dès l’annonce du confinement nous sommes intervenus auprès de la Direction du CNRS pour demander le report des auditions des concours chercheurs, les épreuves et auditions des concours internes et ainsi que les campagnes de promotions au choix des ingénieurs et techniciens. (Courrier adressé au PDG du CNRS).

Nous sommes également intervenus dans le cadre d’une réunion en multilatérale (présence de toutes les organisations syndicales) auprès du ministère sur cette question pour demander le report des concours et examens. Cependant, nous sommes attachés à l’établissement d’un nouveau calendrier pour permettre à ces différents examens et concours rendent possible une prise de fonction avant la fin 2020. Nous avons demandé au ministère de travailler avec les organisations syndicales à l’homogénéisation des pratiques pour tout l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Ceci enfin de faire bénéficier des mesures les mieux « disantes » à tous ses personnels.

Continuer la lecture

#COVID19 – opération Pièces jaunes au CNRS

Academia souhaite rappeler à Antoine Petit et à Frédérique Vidal que le Crédit Impôt Recherche, de 6,5 milliards d’euros — soit 2 fois le budget du CNRS, masse salariale incluse — est toujours affecté à l’optimisation fiscale des entreprises.
Qu’il pourrait donc être affecté à la recherche. 

Au lendemain de l’annonce, bouclons la boucle avec Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine :

Liens :

700 directeurs et directrices de laboratoires de recherchent contestent les principes au fondement de la LPPR

En passant

Recherche : « Notre politique de recherche serait-elle faite par et pour 1 % des scientifiques ? »

Plus de 700 directrices et directeurs de laboratoires de recherche contestent, dans une tribune au Monde, les critères qui président à l’élaboration de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ils préconisent de « renforcer les collectifs » plutôt que de promouvoir « une infime élite œuvrant au profit d’une infime partie des savoirs ».

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/10/recherche-notre-politique-de-recherche-serait-elle-faite-par-et-pour-1-des-scientifiques_6029044_3232.html

« A l’université, la population étudiante augmente quand les recrutements chutent (de près de 40 % pour les enseignants-chercheurs entre 2012 et 2018. » Stefan Kiefer / ImageBroker / Photononstop

Tribune. Faute de tenir les engagements budgétaires pris par l’État à l’occasion de l’agenda de Lisbonne (2000), le service public de recherche et d’enseignement supérieur décroche. Son indépendance et sa stabilité sont ébranlées par des pratiques d’évaluation, de management et de gestion empruntées au secteur privé. Les politiques publiques favorisent ainsi les contrats courts et précaires au détriment des emplois pérennes, elles promeuvent la compétition contre la coopération et enjoignent de trouver des résultats rentables aux dépens de la liberté de chercher et de son incertitude radicale.

Le 1er février, confirmant le projet d’élaboration d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, le premier ministre déclarait : « Gouverner, c’est choisir, et choisir, c’est renoncer ; nous devons donc faire des choix et décider ce qui est le plus important.» On comprend qu’il ne faudra garder que les « meilleurs » d’entre nous. Mais selon quels critères ? Ceux qui obtiennent des prix internationaux ou des labellisations d’« excellence », déposent des brevets, obtiennent de très gros financements européens et font des recherches à haut « facteur d’impact » ?

Soumettant la recherche à une pensée utilitariste et comptable, le management public mesure aujourd’hui la performance à court terme et ne considère le fruit du travail scientifique que par les seuls travaux à haute visibilité et à rentabilité immédiate. Pourtant chacun sait que la recherche ne peut être que le fait d’une vaste communauté, « stars » comprises : aucun « génie » n’existe sans un collectif stable, compétent et à l’abri de la précarité.

Continuer la lecture

Frédérique Vidal au séminaire des nouveaux directeurs et directrices d’unité CNRS

En passant

Frédérique Vidal au séminaire des nouveaux directeurs et directrices d’unité CNRS

Le séminaire d’accompagnement des nouveaux directeurs et directrices d’unité, organisé conjointement par le CNRS et la Conférence des Présidents d’Université le mardi 4 février 2020, a réuni plus d’une centaine de participants. Il a donné l’occasion à Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation, de répondre à de nombreuses questions soulevées par la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. La première partie de cet échange a été menée par une animatrice. Le texte ci-après en est la transcription.

Il manque le compte rendu du débat avec les directeurs d’unité – qu’Academia accueillera volontiers.

Continuer la lecture

Le Conseil scientifique du CNRS rejoint la Conférence des Présidents du Comité National

En passant

Conseil scientifique du CNRS

Recommandation sur les dispositions attendues de la LPPR

A l’heure où sont rendues publiques les premières orientations du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Conseil Scientifique du CNRS attend une loi qui réponde aux défis de la science, aux besoins de la communauté scientifique ainsi qu’aux exigences de la société en matière de recherche. Il partage donc l’inquiétude exprimée par la Conférence des Présidents du Comité National (CPCN) et soutient la motion (cf lien ci-dessous) votée à l’unanimité le 17 janvier 2020.

Dorothée BERTHOMIEU
Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 27 janvier 2020

Destinataires :

  • Mme Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation
  • M. Antoine Petit, Président directeur général du CNRS
  • M Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes publics

Continuer la lecture

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? », tribune de François-Xavier Fauvelle, du Collège de France

 

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Continuer la lecture

Le cauchemar de Darwin — à propos d’une tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS (18 décembre 2019)

Antoine Petit a commis une tribune en accès payant dans le quotidien Le Monde ce 18 décembre 2019, dont le ton et le contenu restent à l’opposé de ce que la communauté des chercheurs et chercheuses a récemment dit attendre (voir ici et ). En voici une lecture assurée par le mathématicien Antoine Chambert-Loir, nouveau rédacteur d’Academia.

 

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde du mercredi 18 décembre 2019, Antoine Petit, président-directeur-général du CNRS, revient sur les « réelles ambitions scientifiques » qu’il a pour l’établissement qu’il dirige. Cette tribune fait suite à une précédente, qu’il avait publiée dans Les Echos, du 26 novembre 2019 et à son discours du même jour, prononcé au Palais de la découverte, à l’occasion du 80e anniversaire du CNRS, en présence du président de la République.

Les propos d’Antoine Petit avaient déjà suscité étonnement et colère, en particulier par la référence à la théorie de l’évolution de Darwin :

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

et par le vocabulaire guerrier employé tout au long de sa tribune, dès son titre : « La recherche, une arme pour les combats du futur. »

Des réseaux sociaux jusqu’au Conseil scientifique du CNRS, de nombreux collègues ont émis une contestation détaillée des propos d’Antoine Petit.

La façon dont Antoine Petit revient aujourd’hui sur ses propos initiaux est encore plus problématique. Petite revue en quelques points.

  1. Son texte commence par un auto-satisfecit bienvenu du CNRS et par l’affirmation de la volonté de la communauté scientifique de répondre aux grands défis du moment. C’est une entrée en matière et on peut comprendre que la recherche
    https://www.flickr.com/photos/87306608@N05/8022744813/in/photolist-ddWEwr-5W5Mye-9Aq8BU-5fZxdF-29i2Wx-9zoSuc-7PmuE6-awv2HP-9x3w1T-appf9p-8ewtuz-e6yWsd-n9NivR-b85JL6-2hnQAT6-b9eZrP-2gyxLid-agRkNZ-duqKTo-2dzJdQ1-5nRruB-ddWCCE-555A-ddWGGH-7Ae2Dz-q3sHRN-eYr2j8-8bnNbF-egmb25-7p6GJi-nkMFmK-afKYmh-99NFCJ-2i1vAhh-4oW3zR-crBCxY-aTt8DM-hfPic-41tc4R-crBCJS-eYCqKY-21LG78e-FwJtZS-84iXhs-eYCqy5-eYr4Ei-eYCsym-iHKard-rcAzV2-eYr3WB

    Lies, par Suicidepirate, 2012

    fondamentale disparaisse provisoirement du radar. Il continue en évoquant « une très large consultation des laboratoires » qui a permis au CNRS de formuler dès juillet 2019 des propositions « que ce soit en matière de financement de la recherche, d’attractivité des emplois et carrières scientifiques, ou plus largement de recherche partenariale et d’innovation ». Là, Antoine Petit marche joyeusement sur la tête — ou plutôt sur les pieds de toute la communauté scientifique.
    Car ce qui est sorti de ces consultations était très différent du rapport produit par la direction du CNRS, malgré toute la diversité que commandent des pratiques scientifiques parfois assez éloignées.
    Continuer la lecture