Grève dans l’ESR : un coin dans le CNESER

 

Bien que la LPR a finalement été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière, la mobilisation et les mouvements de grève dans l’ESR ne faiblissent pas (ex. : appel à la mobilisation par la CGT FercSup). Aujourd’hui, le mardi 24 novembre, le CNESER doit siéger. Cependant, certains syndicats, comme la CGT ont décidé de ne pas y assister et donc enfoncent un « coin » dans le CNESER. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/damienpollet/6597320885/in/photolist-b3YZDP-on8nA-99MBaN-2hLhjsg-4uJnLY-5PVfhj-6pWxVe-DAAR9-dw87CL-5aDvP1-9VRABj-8AvFiR-f7KgGu-xfbiuL-9VwPZ8-Gv7HEA-Cysegk-8AydXw-ehfejV-8Avdyg-bYXb2f-App6sU-qcm24b-CXkX5x-uifPdh-zuEr7Q-ehtrx4-App91Q-Aqv5Qu-9VwPMF-A4PG6a-3eDkc2-ArGnFZ-YV2aeW-qes5NB-AsFS78-AsFRur-ArGjJg-edByRV-AquY43-zuExNL-Aqv5F1-App5V1-AsFQFn-Aa6aG9-Aqv6id-Aa6bbA-Aqv2xN-Aqv2jb-4HBuMQ

Wedge, chipbreaker, iron (bottom sides). Credit: Damien Pollet, 2011

Dans le même temps, Denis Roynard, président du SAGES, a fait un discours sur l’instrumentalisation de l’avis du CNESER par le gouvernement après l’exament de la LPR. Denis Roynard a ensuite, comme la CGT et Sud Recherche, quitté le CNESER.

« LPR. Déni de démocratie ». Conférence de presse, 14 octobre, 9h

Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 : déni de démocratie

Conférence de presse en ligne, mercredi 14 octobre 2020, 9h-10h

Communiqué de presse

Le parcours du projet de loi de programmation de la recherche 2021-2030 s’est brutalement accéléré à la sortie du confinement, pour être, depuis lors, mené à marche forcée devant les instances consultatives, le Conseil économique, social et environnemental, l’Assemblée nationale et, désormais, le Sénat.

Alors que l’hostilité à ce texte s’exprime avec une rare ampleur depuis le premier trimestre de l’année 2020, rien, ou presque rien, n’a été modifié dans le projet de loi depuis qu’il a enfin été divulgué le 7 juin 2020.

Face à cet état de fait, c’est un véritable sentiment de sidération qui s’impose désormais progressivement dans les universités et dans les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche, au moment même où toutes les forces se trouvent consacrées à la gestion du chaos de la rentrée et aux questions urgentes de recherche, à commencer par la santé, les inégalités, la crise climatique.

La très grande violence de ce processus législatif est vivement ressentie au sein de la communauté de l’enseignement et de la recherche. Le succès inattendu de l’appel solennel à cesser de prendre toute mesure non-urgente en période de confinement (13 avril 2020) qui, en dépit de la technicité des mesures que cet appel dénonçait, avait réuni en quelques jours près de 18 000 signatures, en témoigne à sa manière.

C’est la légitimité même du processus législatif qui est désormais directement interrogée, en réalité : il ne suffit pas de faire adopter par le Parlement un projet de loi à toute vitesse, sans véritable concertation et au prix d’innombrables mensonges, d’une terrible incompétence et d’une succession de coups de force, pour pouvoir considérer que la démocratie est passée par là.

Cette perte de lucidité démocratique inquiète énormément : mener ce projet de loi comme il est mené est inacceptable, qui plus est lorsque ce sont les principes constitutifs de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – l’indépendance, la liberté d’expression, l’intégrité scientifique et la collégialité des décisions – qui sont en jeu.

Il nous a donc semblé que placer des mots sur des pratiques qui ne peuvent pas être tolérées en démocratie, contribuera à l’information de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais aussi et surtout de nos concitoyens.

C’est pourquoi, dans le prolongement de la mobilisation intersyndicale des Facs et labos en lutte du mardi 13 octobre, Academia, qui suit l’actualité LPPR depuis l’automne 2019, a souhaité convier les acteurs et actrices de ce parcours législatif dans une conférence de presse pour comprendre les ressorts et les manifestations d’une telle rupture entre gouvernement et communauté scientifique.

mercredi 14 octobre – 9h-10h

Continuer la lecture

Travail d’archives (3) — Le recours grâcieux des élu·es CNESER resté sans réponse

La fabrique de la loi #36

← Article précédent

Article suivant­ →

https://twitter.com/mart1oeil/status/1308317683042131968?s=20Frédérique Vidal s’est vantée, au début de l’examen de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, etc. du vote historique du CNESER sur le texte. Elle était pourtant en possession d’un recours grâcieux qui invitait à mettre en doute la réalité du vote de l’instance. Academia s’est procuré auprès des élu·es CGT du CNESER le recours grâcieux formulé à l’issue de la séance plénière des 12 et 18 juin 2020. Le Ministère, qui en a accusé réception le 28 juillet 2020 n’a pas donné de réponse dans la durée légale des deux mois, invitant la poursuite d’une voie contentieuse. La conclusion de ce recours — qui donne une vision quelque peu différente que celle publiée par Nicolas Holzschuh au lendemain du vote du 18 juin —  est sans appel :

« Le vote final de l’avis du CNESER sur le projet de LPPR
apparaît comme profondément contestable,
tant sur le plan déontologique que sur le plan juridique
». 

Document : RecoursGracieux_CNESER_LPPR_CGT


Les élu.es CGT au CNESER

Montreuil, le 23 juillet 2007,

Lettre recommandée avec accusé de réception

Objet : Recours gracieux – Annulation et report des séances du CNESER des 12 et 18 juin 2020 (LPPR)

À l’attention de :

  • Mme Frederique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,
  • Mme Anne-Sophie Barthez, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle,
  • M. Bernard Larrouturou, directeur général de la recherche et de l’innovation

Madame la Ministre,
Madame la Directrice,
Monsieur le Directeur,

Comme le prévoit le Code de l’Education dans ses articles L232-1 et D232-1, le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) est obligatoirement consulté notamment sur la stratégie nationale de l’enseignement supérieur et la stratégie nationale de recherche, les orientations générales de certains contrats d’établissements pluriannuels, la répartition des moyens entre les différents établissements, les projets de réformes relatives à l’emploi scientifique et à l’organisation de la recherche.

Dans l’étude d’impact du Projet de loi de programmation pluriannuelle de la Recherche (LPPR), qui n’a d’ailleurs jamais été transmise aux membres du CNESER, le tableau synoptique des consultations (pp 22-26 – P.J. 1) montre que le CNESER est la seule instance qui doit être consultée sur l’ensemble des articles du projet de loi et donner un avis global sur le texte. Son avis est donc particulièrement important, en témoignele communiqué de presse du ministère au lendemain de la séance du 18 juin (P.J. 2), qui se félicite d’un vote positif, au moment où toutes les autres instances allaient émettre des votes ou des avis extrêmement négatifs sur le projet (CSFPE le 22 juin : 3 contre, 1 pour, 1 abstention – CESE le 24 juin : 192 voix pour l’avis extrêmement négatif sur le projet de loi, 17 abstentions et pas de contre – CTMESR le 25 juin : 7 contre, 5 pour et 3 abstentions – CTU 2 juillet 2020 qui a finalement été reconvoqué pour « information » après le boycott de la première séance mais avec votes de motions rejetant la plupart des articles clés du projet et demandant son retrait).

Pour nos organisations, ce vote du CNESER le 18 juin n’est pas recevable et la consultation de cette instance incontournable de la vie de l’enseignement supérieur et de la recherche en France doit être organisée de nouveau, dans des conditions légales et conformes au Code de l’Éducation et au règlement intérieur de l’instance.En effet, les séances du CNESER convoquées le 12 puis le 18 juin avec, pour seul objet, l’examen du projet de LPPR, se sont déroulées dans des conditions chaotiques qui n’ont pas permis aux débats d’avoir lieu et encore moins avec la sérénité et le sérieux nécessaires. Pire encore, les séances ont été entachées de plusieurs graves irrégularités au regard du Code de l’Education et du règlement intérieur du CNESER (P.J. 3).

https://www.flickr.com/photos/lattefarsan/9396738616/in/photolist-fjmK1L-5kfi7z-3KbTxX-dJZoiW-7YmWoU-8vuoBS-dJTWte-7kcgVe-8WvvbF-774sap-z2EMDt-4pnG8G-7HoeFg-8tbmTr-dzPbUh-sp8x-93BjQH-gp29gf-rgSUs-7e7UpS-rdp6Mx-qy4vbZ-rdhqpN-rbwEc8-rdgFHy-rsyh7L-5dhtEy-ruQVRi-8hwZpX-rbwDQM-zV8diB-rdp7fr-4WCLTA-rdp7G8-rdgECh-ruKrRN-oakzi-7Yn3KE-7e44B2-7e7LCj-4SK4oX-7atqB4-B4jpr-ruQWu2-auy41V-7ax3eh-7e3VaR-B4jpp-7e7XpE-268RuG

Hâche (c) Patrik Nygren, 2013

Voici la liste des dysfonctionnements que nous avons établie :

Continuer la lecture

Paris-1, la valeur des diplômes et l’appel disciplinaire

  • par Claude Danthony

On parle beaucoup dans les médias de l’annulation d’une thèse de doctorat prononcée le 21 par la section disciplinaire de l’université Paris I :

Il est vrai que la lecture des 40 pages, très fouillées, étayées et argumentées, de la décision de la section disciplinaire est proprement hallucinante. Car, outre le plagiat, on y découvre un grand nombre de dysfonctionnements de l’université dans l’attribution de cette thèse, dont une partie est reprise dans l’article du Monde.

Retour de bâton

Comme le dit le futur ex-président de Paris I au Monde, cela met à mal la valeur des diplômes délivrés par l’université et du plus haut d’entre eux.

De ce point de vue, on notera que c’est de l’école de droit de l’Université Paris I qu’ont émané les contestations des décisions prises par la CFVU quant aux modalités d’examens en période de COVID 19, qu’ils jugeaient trop généreuses et de nature à dévaloriser les diplômes délivrés1

https://www.flickr.com/photos/nauright/5206811545/in/photolist-8W7gER-ok3kkW-V2eU3s-aBJjp2-5o7Yff-7fBeEE-56FGRA-DUuV4-8pKM3b-5HXcyP-5HXcxv-5J2udJ-2iNMdFX-Kf4BP-8hrDC3-s8Th1Y-6MdZKe-kRkKR-5oDBjy-8PYhE6-zgV5rf-dxxXkE-f6RMmi-zxsqz1-onWGxn-4YacjU-6oRoeJ-4YadR9-72b9Li-4Y5XAV-4Y5XtT-4Y5YCk-zweeF3-zwedPJ-zyxA3X-yBvxt1-4Y5YjK-TXc2ZB-kCwSb-5DAnL3-4Y5X2M-4YacMU-5hX7hr-4Y5Y9e-6aSTF-dVQnnf-4YadwA-eFcuLH-tnPtiS-8awbzq

Discipine, by Romana Klee, 2015

Cela ressemble un peu à un retour de bâton, point de vue valeur des diplômes délivrés.

Le remarquable travail fait par la section disciplinaire de l’université Paris I renvoie aux changements de la procédure disciplinaire à l’université introduits par l’article 33 de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019.

Outre décider que le CNESER en formation disciplinaire d’appel serait désormais présidé par un conseiller d’État, ce qui pose quelques questions, au vu du principe de valeur constitutionnelle d’indépendance des enseignants-chercheurs2  et du fait que c’est le Conseil d’État qui est juge de cassation, cette réforme a décidé de la suppression du caractère juridictionnel des sections disciplinaires des universités, en ce qui concerne les étudiants.

Or la décision médiatique concernait bien un étudiant (inscrit en doctorat).

Désormais, les sections disciplinaires rendent, en ce qui concerne les étudiants, des décisions qui ne sont plus juridictionnelles. Elles ne font donc plus l’objet d’un appel devant le CNESER, mais peuvent être contestées devant le tribunal administratif (puis devant la Cour administrative d’appel et en cassation devant le Conseil d’État).

Restait donc à savoir comment s’articule dans le temps la procédure avec ces changements et qui est compétent en « appel », d’autant que le décret d’application de la loi n’est sorti que le 27 juin 2020.

Appel disciplinaire : défaire l’échauvaud

Pour la procédure devant la section disciplinaire, le X de l’article 94 de la loi de transformation de la fonction publique répondait : la procédure ayant été engagée en juillet 2019, soit avant la loi, elle devait se dérouler selon les anciennes modalités

C’est donc bien une décision juridictionnelle qui a été rendue. Il apparaît donc naturel qu’elle puisse faire l’objet d’un appel, et pas d’une contestation devant le Tribunal administratif.

Qui était donc chargé d’examiner cet appel ?

Nous avons trouvé la réponse dans les dispositions transitoires du décret n°2020-785, à l’article 15 et suivants.

Ainsi, comme la décision a été rendue sur une procédure engagée avant le 27 juin 2020, elle va en appel devant le CNESER, qui siégera dans une formation spécifique, avec des représentants d’usagers.

À retenir donc pour les usagers :

  • Si une procédure disciplinaire est lancée contre eux avant le 27 juin 2020, ce sera l’ancienne section disciplinaire qui rendra une décision juridictionnelle dont ils pourront faire appel devant le CNESER.
  • Si la procédure est lancée après le 27 juin 2020, ce sera la nouvelle section disciplinaire et une décision non juridictionnelle qui pourra être contestée devant le tribunal administratif.
  1. Les nombreux billets qu’avait consacrés Academia a cette afaire sont recensés ici. []
  2. Même si le Conseil constitutionnel n’y a pas vu de problème. []

Depuis le CNESER, point de vue sur les négociations

Je suis nouvellement élu au CNESER ; je n’ai pas encore terminé la première année de mon premier mandat. Je ne suis encore qu’un débutant sur cette instance,malgré mon âge avancé.

Je me rappelle encore mon enthousiasme en étant élu ; je pensais pouvoir avoir une influence à l’échelle nationale sur la recherche française. J’étais bien naïf…

Une instance purement consultative

Le CNESER n’est qu’une instance consultative. Et purement consultative : même si l’ensemble du CNESER vote, unanimement, contre un texte, le ministère peut toujours passer outre. Dans les Comités Techniques, en cas de vote unanime contre (et sans abstention), la direction est obligée de revenir une semaine plus tard avec un projet différent. Cette possibilité n’existe pas pour le CNESER.

Une autre caractéristique du CNESER est sa composition : il y a des représentants des syndicats des chercheurs et enseignants-chercheurs, des représentatns des syndicats d’étudiants (UNEF, FAGE, ANDÈS,…), mais aussi des représentants du MEDEF ou des présidents d’université (CPU). Et, ce qui est important pour le fonctionnement de l’institution, personne n’a la majorité absolue. Non seulement aucun syndicat n’a la majorité absolue, mais en plus, même si vous regroupez tous les syndicats d’opposition (disons, par exemple, une alliance Sud + CGT + SNESUP), vous n’arrivez pas à la majorité absolue. C’est pareil si on regroupe tous les syndicats de négociation (une alliance, par exemple, CFDT + UNSA + FO), il n’y a pas la majorité. Pour faire adopter un texte ou une motion, il faut nécessairement rassembler au delà de son propre camp, ce qui implique une certaine capacité de négociation et de savoir tenir compte des avis des autres. Je ne porte pas de jugement sur ce fonctionnement, mais en conséquence c’est une instance où on est souvent dans la recherche de compromis.

Les grands centrales syndicales nationales sont bien entendu représentées (CFDT, CGT, FO, Sud…). Et pour elles, il faut aussi prendre en compte l’impact du vote sur l’ensemble des travailleurs. Un vote au CNESER, c’est une position publique du syndicat, il faut que ça soit cohérent avec la politique nationale, ou au minimum explicable au conseil fédéral. Un amendement qui propose de supprimer toute la métallurgie française et de redonner les crédits à la recherche, ça serait probablement populaire auprès de la base, mais ça passerait moyen ensuite en conseil fédéral avec le représentant des syndicats métallurgistes. C’est pareil avec un amendement qui réforme le code du travail : il faut avoir une position cohérente au niveau national. Là encore, sans porter de jugement, ça a une influence sur le fonctionnement de l’instance : il faut non seulement rassembler au delà de son propre camp, mais aussi avoir une proposition acceptable pour une large part de la société.

Même si le ministère peut passer outre un vote négatif du CNESER, le poids médiatique d’un vote « pour » est important (comme on le voit bien depuis vendredi dernier). Pour l’obtenir, le ministère négocie aussi en amont de la réunion avec les représentants des syndicats. C’est en partie là que se joue l’importance des élections professionnelles : les syndicats sont écoutés aussi en fonction de leur poids aux élections (et les listes non-syndicales ne sont souvent pas écoutées du tout).

Racontons maintenant le CNESER sur la LPPR…

Continuer la lecture

Hold-up au CNESER. Communiqué du SNESUP-FSU

Le CNESER qui s’est tenu hier et toute la nuit a révélé une nouvelle fois, si besoin était, l’attitude méprisante du ministère depuis des mois ignorant systématiquement les avis contraires de la communauté pourtant largement partagés et avançant envers et contre tout sur la destruction du service public de l’ESR. Après un marathon qui s’est prolongé jusqu’à l’aube , ponctué de votes concernant la poursuite ou non des travaux, et l’épuisement des participant·es le ministère a finalement arraché un vote positif sur le projet de LPPR (32 voix pour, 26 contre, 2 abstentions).

Ce qui s’est passé au CNESER est profondément inacceptable, tout juste une parodie de démocratie. Réécriture d’articles en séance et demande de vote sur de nouvelles versions d’articles qui n’avaient pas été diffusées et donc pas étudiées par les organisations syndicales, refus de fixer une heure de fin de séance compatible avec les contraintes horaires et logistiques des élu·es qui s’étaient organisé·es pour être présent·es sur la journée, manque d’organisation flagrant des votes en début de séance, hésitations sur la présentation des amendements, etc. Les conditions dans lesquelles ce débat a été organisé qui s’ajoutent aux convocations multiples et contradictoires envoyées hors délai, aux documents transmis tardivement, etc., témoignent du mépris que le MESRI entretient vis-à-vis de la communauté et de la démocratie universitaires, et de la volonté de passer en force alors que l’urgence n’était pas là mais plutôt sur la solidarité et les moyens supplémentaires pour assurer la rentrée 2020.

Continuer la lecture

Scandaleux CNESER – LPPR. Communiqué de la CGT

vendredi 19 juin 2020

Ce qu’il s’est passé au CNESER cette nuit est inacceptable, intolérable pour la démocratie et pour la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche !

Nos élu.es CGT avaient déjà refusé de siéger le 12 juin dernier, refusé de participer à cette mascarade. Convoquer le CNESER pour un sujet aussi important huit jours avant, transmettre le texte de cette loi, non négocié, et qui va restructurer profondément l’ESR, seulement 4 jours avant, oublier l’étude d’impact … inacceptable  !

Malgré le raz de marée de la contestation du 5 mars, un rassemblement le 12 juin de 400 personnes, malgré le rassemblement des personnels et étudiant.es devant le CNESER, F. Vidal et ce gouvernement ont fait leur choix contre les personnels et étudiant·es.

Ce 18 juin, avec une convocation qui ne respecte même plus le règlement intérieur (report en cas d’absence de quorum au lendemain, modification des modalités de l’instance 48h avant), il s’agissait pour la ministre de faire examiner la loi à tout prix, quitte à ce que le passage en force écrase tout : finie la démocratie, pas de débat, et mépris total envers les élu.es !

Continuer la lecture

Après 21 heures de séance, le CNESER a voté la #LPPR

Mise à jour : 14h

Ce matin, à 6h45, le dernier vote sur l’article 18 de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche a s’est achevé. Academia a demandé à plusieurs membres de l’Assemblée de relater cette séance qu’iels avaient chroniqué sur Twitter.

Quelques informations rapides pour les lecteurs et les lectrices d’Academia : le quorum, une fois vérifié en début de séance n’a jamais été réévalué pour les votes qui ont suivi ; l’UµNEF et la CGT, s’étonnant du nombre de votes au regard du la participation en présentiel ont rappelé qu’une seule procuration n’était autorisé par votant·es, l’article sur les tenure tracks a été rejeté, le MEDEF a voté en faveur d’une prolongation de séance – sans participer aux débats qui ont suivi.

Qui plus est, Academia a demandé à chaque syndicat de préciser ses votes et ses motivations.

Update

Quel texte a-t-il donc été mis aux voix ? D’après Newstank — information Martin Clavey — la Ministre a mis aux voix le texte initial. Voté donc par le SGEN-CFDT, l’UNSA et le SNTPES qui s’en vante.

Contre la LPPR, devant le Ministère – 18 juin 2020

LPPR – Suivre la séance du CNESER, 12 juin 2020


Les réunions à distance permettent de façon extraordinaire de suivre des échanges qui nous sont d’habitude interdits.
Le lien mis à disposition par le secrétariat du CNESER se trouve ci-dessous

Dans tous les cas de figure, vous êtes invités à vous connecter au plus tard à 14h30 afin de pouvoir commencer le CNESER dans de bonnes conditions à 15h.

 

Nous vous demanderons de bien inscrire, lors de votre connexion à l’application, vos prénom et nom afin de pouvoir être identifié.

Adresse du CNESER : lien mis gracieusement à disposition

Pour les smartphones, utilisez le code de conférence 3652851 avec l’application « Klood », disponible sur les marketplaces Google et Apple.

 

LPPR : l’étude d’impact et les conditions de son examen

 

Un élu a fait connaître sa position au Ministère à propos de la LPPR examinée ce jour au CNESER. Parmi les documents arrivés tardivement, le pompon revient à l’étude d’impact  de 100 pages, datée et transmise le 11 juin, pour une réunion le 12. Nous reproduisons le courrier qu’il a adressé au secrétariat général du gouvernement.

L’étude d’impact, document d’anthologie, a été analysée hier par Julien Gossa sur Twitter: un document entre fraude et bêtise intersidérale.

Compte tenu de l’impossibilité pratique de tenir compte de cette étude d’impact pour la séance du  CNESER prévu ce jour, je souhaite donc de manière expresse et non équivoque son report pour pouvoir tenir compte de cette étude d’impact. Je ne prendrai(s) donc part à la séance de ce jour que si le quorum était réuni en dépit de ma volonté qu’il ne le soit pas pour la raison évoquée ci-dessus.
Et si je devais être conduit à prendre part à cette séance, c’est-à-dire si le quorum était réuni, mon intervention orale contrairement à ce que j’avais prévu, se limiterait à stigmatiser la tardiveté relative à cette étude d’impact et à l’évocation de quelques aspects absents du projet de loi LPPR et qui devraient y figurer (il faut que les autres membres du CNESER qui n’en sont pas encore informés découvrent la désinvolture dont le CNESER fait l’objet, de la part d’un intervenant dont l’indépendance et la liberté d’expression sont garanties légalement), réservant la plénitude de nos analyses et contre propositions à une intervention ultérieure, après avoir pu y intégrer ce qui figure dans l’étude d’impact.
Je suis très déçu de cette parodie de consultation du CNESER totalement indigne, et je considère que cette indignité s’attache plus à ses auteurs  qu’à ceux qu’ils traitent ainsi.
Merci de transmettre à qui de droit.
Denis Roynard

L’ensemble des documents se trouvent désormais ici, pour le projet de loi consolidée et l’étude d’impact, et là, pour l’ensemble des documents et l’avant projet.

Examen de la LPPR au CNESER : nouvelles manœuvres ministérielles

Changement de calendrier

CNESER

    • débat: 12 juin, 14h – pour obtenir le quorum
    • vote : jeudi 18 juin

CTMESR

    • vendredi 19 juin

CTU

    • lundi 22 juin

Mercredi 10 juin à 17h12, les élu·es au CNESER reçoivent du secrétaire de l’instance un message annonçant que la séance exceptionnelle du CNESER du 12 juin

« se déroulera[it] en deux parties afin de donner aux débats et à l’expression démocratique le plus de temps possible ».

Un temps de débat est donc prévu pour le vendredi 12 juin, avant un vote reporté au jeudi 18 juin. Par effet de domino, les élu·es au CTMESR sont ensuite informés que la réunion de leur instance, prévue le mercredi 17 juin, est désormais reportée au 19 juin. Sous couvert de faire place à la démocratie, le Ministère s’efforce ainsi de découpler les réunions des instances des dates de mobilisation, et de semer le trouble chez les organisations syndicales qui envisageaient un boycott.

Toujours mercredi 10 juin, à 23h59 cette fois, les mêmes élu-e-s CNESER reçoivent un nouveau message annonçant que la séance du CNESER du 12 juin organisée en visioconférence « se tiendra également en présentiel dans le respect des préconisations sanitaires en vigueur, pour celles et ceux qui le souhaitent ». Surtout pour celles et ceux qui résident dans l’agglomération parisienne : la province devra se contenter de la visioconférence. Dans ce même message, le secrétariat du CNESER demande à ce que les participant·es souhaitant prendre la parole lors de la séance s’inscrivent à cette fin d’ici jeudi 11 juin à 18h. Une telle exigence, contraire à la possibilité pour les élu-e-s au CNESER de participer librement aux débats, ne repose sur aucune point du règlement intérieur du CNESER. Le Ministère s’est d’ailleurs largement assis sur le RI du CNESER pour cette séance exceptionnelle, en passant outre l’obligation d’adresser une convocation aux membres deux semaines avant la séance. Mais ç’aurait probablement laissé trop de temps à la communauté universitaire pour s’organiser contre ce passage en force…

Cette anecdote, affligeante en tous points sur l’état et les conditions du « dialogue social », révèle en fait la fébrilité du Ministère face à l’opposition très large dont son projet destructeur fait l’objet.

Phil Norton, Vintage Clocks, 2018

Le CNESER tenu en échec par le distanciel. Communiqué SNESUP

Il est temps d’acter que la technologie bien que prometteuse ne remplace pas le fonctionnement en face à face et ne saurait être déployée précipitamment et sans les moyens humains et techniques nécessaires et cela malgré toute la bonne volonté des collègues.

Si toutefois la séance du CNESER à distance a permis quelques échanges avec l’aide d’un assistant technique compétent, des problèmes de connexions récurrents n’ont pas permis de reprendre les débats dans des conditions satisfaisantes et encore moins pour voter.

Imaginons, des cours, des TD, des examens dans ces conditions ! C’est pourtant ce que le ministère a encouragé pour ce semestre et s’apprête à renouveler pour le semestre d’automne.

Le numérique ne s’improvise pas : il peut servir de pis-aller, compléter dans une certaine mesure et trouver sa place mais pas se substituer au présentiel.