L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. « Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial », a déclaré un membre du corps enseignant. « Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel », a écrit un∙e autre. « Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes »… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que « troisième pays le plus représenté dans le Top 200 », selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information « particulièrement digne d’être soulignée » : « L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166 ».

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []

Classement de Shanghaï : instrument de justification du démantèlement de notre service public d’Enseignement supérieur et de Recherche

Le classement de Shanghaï est contesté depuis sa création en 2003. Il a servi de prétexte auxgouvernements successifs pour imposer les réformes qui ont déstructuré l’enseignement supérieur et larecherche (ESR) depuis 20 ans: autonomie des établissements, désengagement financier de l’État au profitde financements par projets, regroupements divers et variés, fusions-absorptions… Rien d’étonnant donc à l’auto-satisfaction de la ministre Vidal de l’ESR lors de la publication du classement de Shanghaï 2020:

«En décloisonnant universités, grandes écoles et organismes de recherche, et en leurpermettant de déployer leur stratégie au sein d’une organisation dont ils ont choisi le modèle, l’ordonnance du12 décembre 2018 a permis aux établissements français de valoriser leur potentiel scientifique et de se voirreconnaître parmi les meilleurs établissements au monde.»

Et plus loin:

«Ces nouveaux modèles d’universitésfont la preuve de leur pertinence et sont désormais reconnus à l’étranger, témoignant de la qualité de notreenseignement et de notre recherche au plan international».

Même le président Macron a jugé bon de publier un tweet:

«La qualité de notre enseignement supérieur et denotre recherche est enfin reconnue internationalement à son vrai niveau».

Pour la CGT FERC Sup, c’est exactement le contraire.

La reconnaissance scientifique internationale ne passe pas par un tel classement. Elle est le résultat de laqualité du travail des personnels du service public d’ESR. Les diverses lois (Pacte pour la Recherche, LRU-Pécresse 2007, LRU-Fioraso 2013…) ont épuisé les personnels, contourné ou supprimé les règlesdémocratiques de fonctionnement des universités, et renforcé la bureaucratie universitaire. L’ordonnancede décembre 2018 –imposer une politique en légiférant par ordonnances: bravo la démocratie!– estcélébrée alors qu’elle accélère la dérégulation en permettant de déroger pendant 10 ans à quasiment toutesles règles de fonctionnement des universités.De ce point de vue, Saclay est l’aboutissement de cette dérégulation d’un tel dérèglement: l’agglomérationd’établissements absurde et sans objectif scientifique (hors paraître «gros»)… et le risque pour lespersonnels des EPST (CNRS, INSERM, INRAE, INRIA…) d’être fondus / noyés dans le nouvel ensemble.La réalité, c’est la concurrence stérile entre établissements, au détriment des personnels et de la recherche.La réalité, c’est le financement différencié des établissements: le développement de quelques «universitésde recherche» prestigieuses et le marécage pour les «collèges universitaires» accueillant les classespopulaires. La réalité, c’est la volonté de détruire le service public d’ESR. La réalité, c’est la marche forcéevers la marchandisation et la privatisation de l’ESR. C’est le résultat d’une transformation bureaucratique et managériale de l’université à l’opposé de sa missionde production de savoirs et de leur appropriation par les étudiant·es.Le communiqué de la ministre Vidal conclut:

«La future loi de programmation de la recherche, avec uninvestissement de 25 milliards d’€ sur les 10 prochaines années, contribuera encore davantage à cette distinctionfrançaise en confortant la France parmi les grandes nations scientifiques ». Pour la CGT FERC Sup, au contraire, le développement du service public de l’ESR n’est pascompatible avec la LPPR qui remet en cause le recrutement des personnels sous statut defonctionnaire, accroît le financement de la recherche par contrat et le recours aux travailleurs ettravailleuses contractuels, et favorise ainsi le développement de la précarité qui nuit à la qualitéde la recherche et de l’enseignement. Plutôt que courir après les bons points d’un classementprincipalement destiné aux universités chinoises, nous avons besoin d’un service public national d’ESR et d’un recrutement massif de fonctionnaires.

Contact: www.cgt.fercsup.net • www.adherer.cgt.fercsup.net • tract

« Le CNRS n’a pas à propager d’idées reçues sur Darwin », tribune du généticien Michel Veuille

par Michel Veuille généticien des populations, directeur d’études honoraire de l’Ecole pratique des hautes éttudes

Tribune. Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert rappelle ce commentaire convenu sur Darwin : « Celui qui dit que nous descendons du singe ». Des années après, le succès définitif de la théorie de l’évolution et l’hommage exceptionnel rendu à Darwin lors de son enterrement en 1882 auraient pu inspirer cet autre commentaire : « Celui dans lequel la bourgeoisie industrielle projette sa foi dans le progrès par la compétition ».

https://www.flickr.com/photos/internetarchivebookimages/14732617756/in/photolist-orSvYY-xWgB6f-oustAu-od8yxd-otnZvo-yq5tec-tiVFnx-xG5Bfn-of24Gf-xsrgBR-orgDMJ-osCGnq-ovVw6B-owh7sq-hRMLfX-tDBshH-hN3YRo-hR6ncF-oeGXqq-oeGBrN-tiVRHU-w3Xu9X-oygr5z-hMkyGo-y6PWM5-hLsatF-x1zswS-icTHe2-otCbK8-of2HDg-xXGZnf-i6LQC3-hPV9ht-i6CWPA-owzAB6-hTFTyn-oeHaCj-oeHTyT-ow8a1u-oeHzP4-odzXbW-hUx2Wg-i6wyFG-i7e9aq-wQ1kZE-i7YqQa-xrcTzb-owcHdi-ovYufu-osU7e1/

« Le dod et ses petits: ou l’histoire, les affinités et l’ostéologied du dodo, solitaire et autres oiseaux à l’espère éteinte des îles Muarice, Rodriguez et Bourbon » (1848)

Le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, a réutilisé le vieux poncif d’un darwinisme illustrant la compétition bec et ongles en déclarant aspirer pour la recherche à une loi «ambitieuse», «inégalitaire» et «darwinienne». Je ne discute pas ici ses options sur la gestion de la recherche, mais l’usage de métaphores de capitaine d’industrie chez un responsable censé défendre la science. Certes, il reprend des images qu’il n’a pas lui-même inventées. Mais le dirigeant du premier organisme de recherche français ne saurait entretenir la confusion en galvaudant une grande théorie scientifique. Sans doute pense-t-il que le darwinisme est une vieillerie du XIXe siècle. Ce faisant, il dénigre toute une communauté scientifique, celle des chercheurs engagés dans la lutte pour la sauvegarde de la biodiversité. L’adaptation des espèces par la sélection naturelle est un facteur majeur de la résilience des écosystèmes face au changement global. La théorie darwinienne est pour eux le plus actuel des cadres de travail, comme pour d’autres la théorie de la relativité ou la tectonique des plaques.

« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

Continuer la lecture

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore « Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas » by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search