Scandaleux CNESER – LPPR. Communiqué de la CGT

vendredi 19 juin 2020

Ce qu’il s’est passé au CNESER cette nuit est inacceptable, intolérable pour la démocratie et pour la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche !

Nos élu.es CGT avaient déjà refusé de siéger le 12 juin dernier, refusé de participer à cette mascarade. Convoquer le CNESER pour un sujet aussi important huit jours avant, transmettre le texte de cette loi, non négocié, et qui va restructurer profondément l’ESR, seulement 4 jours avant, oublier l’étude d’impact … inacceptable  !

Malgré le raz de marée de la contestation du 5 mars, un rassemblement le 12 juin de 400 personnes, malgré le rassemblement des personnels et étudiant.es devant le CNESER, F. Vidal et ce gouvernement ont fait leur choix contre les personnels et étudiant·es.

Ce 18 juin, avec une convocation qui ne respecte même plus le règlement intérieur (report en cas d’absence de quorum au lendemain, modification des modalités de l’instance 48h avant), il s’agissait pour la ministre de faire examiner la loi à tout prix, quitte à ce que le passage en force écrase tout : finie la démocratie, pas de débat, et mépris total envers les élu.es !

Continuer la lecture

Nous refusons un service public dégradé de l’enseignement supérieur

Communiqué de la CGT Sorbonne Université

4 juin 2020

Des annonces précipitées

Début mai, la ministre de l’ESR, Frédérique Vidal a déclaré dans la presse qu’en raison des risques sanitaires liés à la pandémie de Covid 19 les enseignements dans les universités pourraient se dérouler à la rentrée de septembre essentiellement à distance, ou tout au moins sous une forme « hybride ».

Notons qu’un communiqué de presse du Ministère, sorti le 2 juin, annonçait d’abord que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée. » Mais le communiqué (modifié dès le lendemain !) indique désormais que « les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu’il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d’anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires. »

Très vite notre université a répercuté les annonces de la ministre et les directions des facultés ont donc demandé aux départements de formation d’adapter leurs enseignements dans l’hypothèse d’un accueil restreint sur les campus. Concrètement, la quasi-totalité des CM et la moitié voire 70% des TP et des TD de licence et de master se feraient à distance au 1er semestre de la prochaine année universitaire (2020-2021), et aussi possiblement au 2nd semestre. Par ailleurs, des déclarations ambiguës de la part du président de Sorbonne Université ou de certain-e-s responsables de formation semblent indiquer que cet enseignement hybride pourrait se prolonger au-delà de la crise sanitaire.

Pour quel objectif ?

Plutôt que de s’appesantir sur le côté branquignol de notre bon ministère, on peut se demander quel est l’objectif poursuivi par nos dirigeants quand ils veulent mettre en place de manière massive des enseignements à distance (EàD), en remplacement de l’enseignement présentiel.

Bien sûr il y a une crise sanitaire en cours, face à laquelle il n’est pas question de reprendre comme si de rien n’était. Il est vrai que les politiques d’austérité budgétaire menées depuis des années dans l’ESR ont conduit à des amphis surchargés qui ne facilitent pas le respect de la distanciation physique !

Mais en réalité, la mise en place du distanciel est surtout une réponse économique à cette crise sanitaire. On voit bien où sont les priorités du gouvernement, quand il autorise la réouverture du Puy du Fou avant de donner les moyens aux écoles, aux universités, d’accueillir correctement les élèves et étudiants ; ou quand il offre aux banques 400 milliards d’euros pour garantir des prêts aux entreprises.

En effet, l’EàD semble à première vue très économique : un seul enseignant peut faire cours à des milliers d’étudiants en même temps, et une fois le cours ou le TD « on-line » créé, il peut être répété à l’identique l’année d’après, sans coût supplémentaire en heures d’enseignement.

Une autre motivation de la présidence de SU pourrait être de proposer une offre à distance, pour répondre à un marché au niveau national ou international. Il s’agirait de faire venir à SU des enseignants et des étudiants « d’élite », qui pour le moment ne viennent pas en raison du coût exorbitant de la vie parisienne. Ces personnes pourraient continuer à vivre en province ou à l’étranger tout en participant à des enseignements en ligne.

Continuer la lecture

Manifester en chantant ou en voiture, à Marseille ou à Aix

Pour un lien pédagogique, social et écologique. Une tribune

  • par Makis Solomos, professeur à l’Université de Paris-8

Comment serait-il possible de passer d’une pédagogie entièrement fondée sur le contact à une pédagogie totalement en ligne ? C’est pourtant l’injonction de ce gouvernement qui s’est matérialisée par le nouveau dogme de la « continuité pédagogique », digne d’un plan Marshall si ce n’est que … aucun moyen financier et humain n’y est consacré et que le changement occasionné dans le travail n’est nullement interrogé ! Le même gouvernement qui, depuis son accession au pouvoir, ne cesse de pratiquer la discontinuité en éliminant toutes les structures qui ont fait leurs preuves…

Dans le primaire, « mettre en place une classe virtuelle, en plus d’accentuer l’inégalité scolaire, s’avère ne pas être un outil efficace pour garder le contact avec toutes les familles de nos élèves », lit-on dans une belle tribune d’enseignant·es du premier degré intitulée « On a refusé la classe virtuelle et on a bien fait » Dans le secondaire, les familles disent combien elles sont dépassées et les élèves expriment leur désarroi face à l’injonction : « Des gens vont mourir, mais il faut que tu passes ton bac »1. Jean-Michel Blanquer vient de reconnaître que 5 à 8% des élèves sont « perdus », chiffre que, le connaissant, on pourra multiplier par 5 ou par 10…

Les étudiant·es, quant à elles et eux, ont de nombreux soucis : problèmes de logement (trop petits, lorsqu’ils et elles n’ont pas été chassé·es par le CROUS), promiscuité avec les parents ou les frères et sœurs, monotonie des repas, absence d’équipements élémentaires (machine à laver…), malades dans leur entourage ou malades eux-mêmes… Une étude montre que, déjà, en temps normal, dans les filières d’enseignement à distance, les problèmes sont nombreux, alors, par temps de confinement ! Tou·tes les étudiant·es, loin de là, ne sont pas équipé·es avec le meilleur matériel informatique, le meilleur smartphone. La connexion internet, lorsqu’elle existe, est parfois très basse, en fonction de la région, voire du type d’abonnement, lorsqu’elle existe ; on constate aussi que la saturation des réseaux crée des inégalités difficiles à évaluer. Par ailleurs, le travail demandé, qui s’accumule, est devenu difficile sans l’accès aux bibliothèques. Tou·tes les enseignant·es ont constaté que de très nombreu·ses étudiant·es ne donnent pas signe de vie : ils et elles ne sont nullement « perdu·es », simplement ils et elles hiérarchisent leurs priorités. L’angoisse, les inquiétudes pour un avenir global remis en question sont bien présentes : un sondage réalisé par les étudiant·es de l’Université Savoie Mont Blanc donne, à la question « êtes-tu angoissé·e, stressé·e, inquièt·e ? » 74,6% de réponses positives2 !

https://www.flickr.com/photos/sculptorli/40010396274/in/photolist-23XzJSw-4vEWny-ESw4nU-8zAsWr-4dCPf6-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hWD73c-h35aZN-FfQf7R-bomzFC-2hu4Fq4-V1razN-opXQQv-2hX1w42-ZHgs4X-YhvNsi-RaJx4Y-dyzSya-2hWXahh-2hWV8ua-2hWTT59-hk4X3S-2iEfENJ-2hWFtCc-2hWK8TF-8cHGpp-ajivB-s85e8Y-cMKwkh-5zVNNN-dMb1EG-2bqNgTD-2hWQRrG-2hULc3m-KanLPH-R7scD8-2hWtxSR-qeZrX1-eiZT6G-24eAP2c-rWsv44-nGQ6NS-9j3yBg-j86Yv5-6eVpJE-cL6Yz3-eihhgX

Chains up, by sculptorli, 2008

Continuer la lecture

  1. Article de Mediapart, https://www.mediapart.fr/journal/france/310320/des-gens-vont-mourir-mais-il-faut-que-tu-passes-ton-bac. []
  2. Lettre ouverte du syndicat Solidaire Etudiant·e·s au Président de l’USMB, 31 mars 2020. []

Reporter les concours et promotions 2020 après la fin de la crise sanitaire, sans préjudice pour les agents. Communiqué du SNTRS

Chère collègue, cher collègue,

Dans les organismes de recherche le printemps correspond à l’époque des concours externes chercheurs et des concours internes et du lancement des campagnes de promotion pour les  ingénieurs et techniciens .

Tout le monde comprendra que le confinement n’offre pas des conditions correctes pour les auditions, ni pour les épreuves écrites des concours internes. Il ne permet pas non plus d’envisager des entretiens annuels dans le cadre de la promotion au choix des ingénieurs et techniciens durant cette période exceptionnelle. L’égalité de traitement entre candidats, l’impartialité des concours, la rédaction des dossiers de carrière, tout cela serait impossible à assurer dans ces conditions

C’est la raison pour laquelle dès l’annonce du confinement nous sommes intervenus auprès de la Direction du CNRS pour demander le report des auditions des concours chercheurs, les épreuves et auditions des concours internes et ainsi que les campagnes de promotions au choix des ingénieurs et techniciens. (Courrier adressé au PDG du CNRS).

Nous sommes également intervenus dans le cadre d’une réunion en multilatérale (présence de toutes les organisations syndicales) auprès du ministère sur cette question pour demander le report des concours et examens. Cependant, nous sommes attachés à l’établissement d’un nouveau calendrier pour permettre à ces différents examens et concours rendent possible une prise de fonction avant la fin 2020. Nous avons demandé au ministère de travailler avec les organisations syndicales à l’homogénéisation des pratiques pour tout l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Ceci enfin de faire bénéficier des mesures les mieux « disantes » à tous ses personnels.

Continuer la lecture

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture