Privatisation des diplômes : condamnations outrées

Suite à la parution au Journal officiel des décrets et arrêtés rendant obligation une certification privée et étrangère pour la langue anglaise, qu’Academia avait dénoncée, les réactions se multiplient :AFEA,  SNESUP-FSU, AGES, RANACLES.

« Le bureau de l’AFEA constate que, contrairement à ce que déclarait le président de la République en décrétant le confinement sanitaire – « toutes les réformes sont suspendues » –, les réformes touchant l’université ne le sont manifestement pas. Non seulement l’AFEA et la SAES, mais les sociétés savantes de langues et cultures étrangères réunies au sein du GALET avaient rejeté explicitement, dès la fin octobre, le projet de certification des langues par des organismes privés, tout en s’élevant simultanément contre toute vision monolinguiste des langues étrangères. Ces sociétés savantes ont signé pétitions et communiqués où elles ont explicité leur refus catégorique de ce qui s’apparente à la fois à un désaveu de nos collègues spécialistes de langues et cultures étrangères pour étudiant.e.s d’autres disciplines, et à un détournement de l’argent public vers le secteur privé, là où le service public est encore – pour combien de temps ? – structuré afin d’assurer cette mission.

En plein confinement, la publication de cet arrêté actant la certification des langues sans tenir aucun compte des spécialistes de la question apparaît à la fois comme une manœuvre déloyale et comme une provocation. Nous n’imaginons que trop bien la manière dont le projet de LPPR continue d’avancer sournoisement, lui aussi, alors que la crise sanitaire actuelle révèle si cruellement les conséquences du néolibéralisme appliqué à l’université et à la recherche (université et CNRS) – cf le témoignage de notre collègue Bruno Canard sur ses recherches interrompues sur le coronavirus, faute de fonds récurrents (Le Monde, 29 fév 2020). Le ministère joue avec le feu en profitant de la crise sanitaire au lieu d’en tirer les leçons. Dès la rentrée, nous saurons faire entendre notre colère. »

https://www.flickr.com/photos/michaelkim724/33370019596/in/photolist-SQN5es-24Cvpyq-dAXun9-2hhzrgP-PcKeyJ-nqZWzp-2hUyN4P-27JDD45-B5erug-urUcY-DbmxHo-T42i1b-Vcc2P1-SKRGun-2iAarm2-6bxpCr-RBGTsP-dqCPzW-dAXumG-JF88Kk-NJSeNn-2dgtp6B-2hkHYC7-2dhSoQC-2eww2QR-ZzPzc4-21jwtdX-dB5C1U-4YFJAZ-6hUWDV-2cLDjUh-LFEHuu-Q5nyo4-dAZane-6hZ63j-24cXnSe-2c1xv4G-kd45PV-dj1Y22-9Mye7q-9MvqaF-a635VS-24TDzD-qkMuE-8fNsTu-23JGYFt-27HxtN9-2dU1skz-21TB4sf-tEajh9

Uncle Sam, by michaelkim247, 2017

 

Conclusion: Le SNESUP-FSU réaffirme son opposition à toute passation de certification obligatoire en anglais, qui plus est une certification externe organisée par des organismes privés, et son attachement à la diversification des langues enseignées. Il rappelle qu’il existe des alternatives publiques de certification. Il demande la mise en place d’urgence d’une concertation avec les acteurs et actrices du service public actuellement en charge du secteur concerné.

Ici un lien vers la Pétition contre la mise en place d’une passation d’une certification en langue anglaise Continuer la lecture

Pendant le confinement, les affaires LPPR continuent : la privatisation des diplômes universitaires en marche

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #12
Article précédent

Dimanche 5 avril 2020, au Journal officiel sont parus deux textes — un décret et un arrêté — concernant respectivement l’ensemble des licences, licences professionnelles et DUT et sur le BTS. Précisons d’emblée que les dispositions ne concernent pas l’épidémie. Elles n’auraient pas dû être adoptées alors que des millions de citoyen·nes se trouvent confiné·es chez elleux. Et qu’iells ont autre chose à faire qu’à vérifier chaque jour si le gourvenement a pondu une nouvelle réforme touchant l’enseignement  supérieur et la recherche en visant pas à nous permettre de trouver des remèdes efficaces au choc respiratoire induit par le COVID-19 ou de sortir du confinement.

Deux textes ont ainsi été adoptés : d’une part, un Arrêté du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie et d’autre part, Décret n° 2020-398 du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats à l’examen du brevet de technicien supérieur et modifiant le code de l’éducation.Leur préparation est ancienne, comme le rapporte Bernard Gensané, sur son blog1..

Jeudi 17 octobre [2020] s’est tenue une réunion du COPIL du CLES (Certification de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur) à laquelle ont participé des représentants du Ministère et de la Conférence des présidents d’universités. Au cours de cette réunion, il a été question du prochain décret (présenté au CNESER mi-novembre) visant à subordonner l’obtention de la licence à la passation d’une certification en langue anglaise (cf. arrêté licence juillet 2018 + p.16 du document “ Projet de loi de finance 2020 ”).
Au cours de cette rencontre, il a été confirmé que l’obtention de la licence deviendra conditionnée par la passation d’une certification reconnue internationalement en langue anglaise à compter des toutes prochaines sessions.

On est donc en présence d’un texte préparé par le MESRI, en dépit de l’qustion de la part d’une députée, Sabine Rubin, à l’Assemblée nationale2, et de l’opposition affichée à la fois par les sociétés savantes3, les départements de langue4 qui sont sont manifestées au cours de l’automne et une certaine tiédeur de la Conférence des présidents d’université. Il a fait l’objet d’une quesiton au CLES par la député Sabine Rubin en mars 2019. Il paraît en plein cœur du confinement.

Modifier le Code de l’éducation pour y introduire une certification étrangère

Ces décret et arrêtés ne sont pas de textes consensuels, bien au contraire. Lors de leur présentation au CNESER en novembre dernier,  l’arrêté avait été rejeté par 62 voix contre, 2 absentions, aucun vote pour ; le vote sur le décret avait lui recueilli 57 voix contre, 2 abstentions, aucun vote pour5.

Pour ce qui touche au BTS, c’est bien la passation d’une certification qui conditionnera désormais l’obtention du diplôme, sans aucune autre précision de niveau.

Pour les autres diplômes, tout en précisant que la certification pourra se faire «dans la langue choisie», mais que « cette certification concerne au moins la langue anglaise ; dans ce cas, elle fait l’objet d’une évaluation externe et est reconnue au niveau international et par le monde socio-économique. La justification de la présentation à cette certification conditionne la délivrance du diplôme. ». Passation de nouveau (sic) ; évaluation externe (sic), reconnue au niveau international (sic) et par le monde socio-économique (re-sic).

Happisburgh Lighthouse, Happisburgh sur la côté du North Norfolk coast, Royaume Uni,par Luke Hanna, 2013

Continuer la lecture

  1. Bernard Gensané, retraité de l’Éducation nationale, tient un blog où il étudie les transformations — « privatisation » — de l’enseignement supérieur depuis Jacques Chirac et Valérie Pécresse, par plus de 250 articles sur le sujet, mouvement amplifié sous Hollande, et plus encore sous Macron selon lui. Voir également l’histoire longue de ces textes, présentée par P.-Y. Modicom, dans le commentaire à cet article. []
  2. À propos du Certificat de Langues Étrangères Supérieur, Sabin Rubin s’inquiète notamment du coût de la certification TOEFL. []
  3. par ex. Société des Anglicistes de l’enseignement supérieur français (SAES). []
  4. communiqué et tribune du Réseau des composantes de langues. []
  5. Rappelons, pour nos collègues, que l’avis du CNESER est consultatif et que parmi les membres du CNESER, on trouve des membres représentant la société civile (entendre le MEDEF). []