2020. Les libertés académiques en danger dans le monde et en France

Update 25/1/2021. En reprenant les archives Academia, via les Newsletters, il s’avère que les liens ci-dessous ne sont qu’une sélection incomplète des publications touchant à ce sujet. La rédaction espère les compléter un jour

En 2020, Academia a poursuivi son activité d’observatoire des libertés académiques dans le monde (1), mais aussi en France (2), où les attaques — jusqu’alors activement orientées contre les syndicats et les grévistes — ont connu un tournant avec l’entretien d’Emmanuel Macron du 10 juin 2020. Il accuse alors des universitaires d’avoir, par leur activité d’enseignement et de recherche, de « casser la République » en deux. Cette ligne se trouve confirmée le 27 octobre, avec Jean-Michel Blanquer qui va jusqu’à accuser dles universitaires de « complicité de terrorisme ». À partir de là, la situation s’est rapidement dégradée : attaques inouïes contre le Conseil national des universités après la nuit noire au Sénat, et l’ignominieuse commission mixte paritaire, à la fin du processus légalislatif de la Loi de Programmation de la recherche,qui crée le « délit d’atteinte à la tranquilité et au bon ordre des établissements »1, demandes maccarthystes de la part d’universitaires et de parlementaires, fichages d’opinions religieuses, syndicales ou philosophiques, licenciements…  En Europe, la situation ne s’améliore pas, et s’aggrave nettement en Pologne sous la forme de sanctions financières des universités, notamment.

Il est désormais temps de réfléchir à protéger (3) activement nos libertés académiques, en commençant par restaurer les franchises universitaires et  étendre la notion de libertés académiques à l’ensemble des membres de l’ESR, comme nous y invite Denis Roynard — étudiant·es inclus·es.

Academia suggère quelques pistes complémentaires pour 2021.

1. Libertés académiques dans le monde

Maroc: Maati Monjib, un universitaire détenu arbitrairement, 10 janvier 2021
La revue SAMAJ se mobilise pour les libertés académiques en Inde, 19 décembre 2020
Il faut sauver l’ENS Tunis, 18 décembre 2020
Pologne. Appel au boycott officiel de l’actuel ministre de l’éducation et des sciences, M. Przemysław Czarnek, 12 décembre 2020
Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin, 24 novembre 2020
Attaque contre les étudiants de l’Université de Kaboul, 2 novembre 2020, 5 novembre 2020
Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget, 1er novembre 2020
#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre 2020
Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !, 6 octobre 2020
Fariba Adelkhah sortie de prison, [assignée à résidence], 4 octobre 2020
#freecihan #liberezcihan#cihanıserbestbırakın, 30 septembre 2020
Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition, 20 juillet 2020
Appel de Fariba Adelkhah : la chercheuse reste en prison, 30 juin 2020
L’Iran torture nos chercheurs, et Mme Vidal continue de se taire, 22 juin 2020
Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison 15 mai 2020
The UK. Petition. The Assault on Universities, 6 mai 2020
Attaques contre les sciences humaines et sociales au Brésil, 6 mai 2020
Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères, 5 mai 2020
Manifester pour Fariba Adelkhah avant dimanche 19 avril, 17 avril 2020
Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !, 5 avril 2020
Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées, 4 avril 2020
Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise, 3 avril 2020
Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne, 24 mars 2020
Compte à rebours #8mars J-5 – Marielle Franco, in memoriam, 4 mars 2020
Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020, 15 février 2020
Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli), 12 janvier 2020
Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif, 27 décembre 2019, mise à jour 4/1/2020

2. Libertés académiques en France

Continuer la lecture

  1. Heureusement censuré par le Conseil constitutionnel le 21 décembre 2020. []

Zoom ou la censure des libertés académiques

  • par Alexandre Hocquet,
    publié en anglais dans The Conversation, sous le titre « Debate: Is open scholarship even possible with Zoom?», 7 décembre 2020

En plein milieu de la pandémie de Covid-19, plusieurs grandes maisons d’édition ont eu l’idée d’ouvrir l’accès à la littérature scientifique à tous. La communauté universitaire comme les médias ont salué ce geste. Pourtant, qui dit accès gratuit à la littérature scientifique ne veut pas dire libre accès. Décider unilatéralement de supprimer temporairement les barrières, puis de les remettre unilatéralement en place plus tard, s’apparente davantage à une technique de verrouillage du lectorat, très appréciée des éditeurs de logiciels.

https://theconversation.com/debate-is-open-scholarship-even-possible-with-zoom-149293

Open scholarship and the use of corporate software services such as Zoom are not always compatible. Anna Shvets/Pexels

En effet, c’est un bon exemple de l’ambiguïté de la « activité universitaire ouverte » (open scholarship). C’est aussi un bon rappel que la science ouverte et le libre accès s’inspirent du mouvement du logiciel libre. Ce mouvement a débuté dans les années 1980 en réaction aux pratiques commerciales propriétaires de verrouillage provenant précisément de l’industrie informatique, et plus particulièrement de l’industrie du logiciel. Les années 1980 correspondent à l’irrésistible montée en puissance de Microsoft. La victoire de Microsoft Windows sur le système d’exploitation OS/2 d’IBM marque un tournant dans l’histoire de l’informatique : le moment où l’industrie du logiciel a supplanté l’industrie du matériel. Ce moment marque également le succès de la méthode « embrasser, étendre, éteindre» de Microsoft aux dépens d’IBM, une stratégie commerciale en contradiction avec le logiciel libre, en réaction à laquelle la Free Software Foundation a établi ses principes.

Science ouverte et logiciels libres

Pour que la science soit ouverte, on peut raisonnablement penser qu’elle doive utiliser des logiciels ouverts. Cependant, être complètement ouvert n’est pas si facile. Comme l’a montré l’anthropologue Chris Kelty, chacune des étapes de l’activité doit être ouverte afin de ne risquer aucune forme d’enfermement (logiciel scientifique ouvert, système d’exploitation ouvert, matériel standard, protocoles ouverts, formats de fichiers ouverts, neutralité d’Internet, etc.). On peut avoir une attitude fataliste et la considérer comme irréalisable. À l’opposé, nous pouvons tous et toutes adopter un point de vue vigilant : chaque partie de la science, chaque logiciel qui pourrait être libre mais qui est enfermé par une entreprise représente dans ce cas une défaite.

Au moment où  on rendait la littérature temporairement accessible avec une telle générosité, la pandémie a rendu la vidéoconférence cruciale dans les milieux universitaires et les solutions ouvertes existantes mises en place par les structures nationales ou les universités ont été pulvérisée devant la demande exponentielle — qui augmente le besoin de bande passante et donc d’infrastructure. Cela a poussé de nombreuses institutions scientifiques à investir dans des solutions propriétaires : beaucoup d’entre elles ont opté pour Zoom ou Microsoft Teams.

Continuer la lecture

La fac est à nous ! Le délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des établissements et la suppression de la qualification sur France culture

Le délit d’entrave consiste à pénétrer dans une université pour « troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement », selon la future LPPR• Crédits: Quentin Saison / Hans Lucas / Hans Lucas – AFP

Le délit d’entrave, aggravé en commission mixte paritaire en délit d’atteinte au bon ordre des établissements fait la Une du journal de 8h, sur France culture. Avec Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, et Christelle Rabier, pour Academia 😉


Un délit d’entrave dans les universités pour ne pas troubler le bon ordre de l’établissement : cette mesure a été ajoutée en urgence cette semaine au projet de loi de programmation de la recherche. Il s’agit d’éviter les blocages d’étudiants. Tollé chez les enseignants-chercheurs.

Poursuivre la recherche « de base » au quotidien et l’enseignement auprès des élèves tout en stimulant les projets compétitifs et innovants. Voila le précaire équilibre auquel tente d’accéder la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Elle arrive, cette semaine, au terme de son processus législatif et elle est déjà très contestée par la communauté éducative. Une disposition ajoutée en urgence par la Commission mixte (députés et sénateurs) n’y arrange rien : elle introduit un délit d’entrave, ce qui fait bondir les enseignants-chercheurs. Ce délit est passible de 3 ans de prison.

« C’est sans précédent », affirme l’enseignante chercheuse Christelle Rabier, spécialiste d’histoire des sciences à l’EHESS. Pour Sylvie Bauer , présidente de la commission permanente du Conseil national des universités, « les blocages dérangent beaucoup. C’est donc une façon de couper tout ce qui relève du débat politique polémique».

  • Deuxième sujet au Journal de 12h30, à partir de la minute 7’50 sur la suppression de la qualification.

Conclusion de Taga Schlege :

« Cette attaque du Conseil national des universités n’est pas nouvelle : déjà Nicolas Sarkozy, dans la loi sur l’autonomie1, avait rêvé de lui couper les ailes : et bien c’est Emmanuel Macron qui semble l’avoir fait ».

  1. NDLR: Loi de responsabilités des universités, 2007. []

Censurer au nom de la liberté d’expression

En passant

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

 

  • par Anonyme, Racismes, 4 novembre 2020

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Lire la suite sur Racismes.hypothèses.org →

Recensement de toutes les actions contre la censure, en faveur des savoirs émancipateurs et critques pour et par tous et toutes : Les sciences sociales contre la République ?

Fantasme de titulaire ou naufrage de la vieillesse ? Indigénisme et liberté d’expression

  • UPDATE (2)  – 7/11/2020. Les signataires du texte se sont fendus d’une réponse à leurs « commentateurs » (sic)

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Signataires répartis selon le statut (c) Pierre Bataille, 31 octobre 2020. Source des données

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

Cheval de Troie

En passant

Lu sur la Quadrature du net – 22 janvier 2020

Coup d’État sur la « loi haine »

La loi « contre la haine » s’est transformée en loi sécuritaire au nom de la lutte « anti-terroriste ». Ce bouleversement a été acté hier à 22h30, par un amendement de dernière minute proposé par le gouvernement et adopté par les députés serviles de l’Assemblée nationale. Ce coup de force du gouvernement, imposé in extremis, est une nouvelle démonstration d’anti-parlementarisme. L’honneur des députés exige qu’ils rejettent la loi dans son ensemble.

https://www.flickr.com/photos/bilderwelten/392263819/in/photolist-gmpchD-5neGX2-LBhgob-6WMZVQ-7vfjVE-a3Hs2K-AEsni-22XrAyu-5TtHyp-HrTjo-HrXbX-dgueLK-8Qo7hx-PifgqJ-e5wfV9-eYcH9-gmm6fq-mVYtGr-cydYc1-os1vNF-GUgm9-GUgm3-2943Cn-5Qtbrv-EKoFe-pbSmYb-LwXT5M-7891UP-bz2EYM-4iS2BE-HrTum-2kRVy-9ncnup-6wDb9j-6wz1RV-6wz1MK-rV5xyh-Pp1WhF-9eiRCN-FBokss-xFo6-4EYBna-88nBix-gncAV7-HMCEvv-gFNJgx-gkhUyp-iFWAXm-5gTW7M-eVYXa2

Cheval de Troie sur la Königsplatz, Munich (Allemagne), par BilderMacher, 2007

Alors que la loi exigeait initialement de retirer les contenus illicites en 24 heures, elle impose désormais aux plateformes de retirer en une heure les contenus que la police lui signalera comme relevant du terrorisme ou d’abus sur mineurs. La police décidera seule des contenus relevant du terrorisme – sans le contrôle d’un juge. On l’a déjà vu abuser illégalement de ce pouvoir pour qualifier des propos militants de « terroristes » afin de les faire censurer – la justice avait alors attendu plus d’une année pour dénoncer ces abus de la police.

De plus, alors que la loi ne concernait initialement que les plateformes ayant plusieurs millions de visiteurs par mois (Facebook, Twitter, Youtube…), les nouvelles mesures « anti-terroristes » visent désormais n’importe quelle plateforme, de toute taille. Il pourra s’agir du forum de n’importe quel site de presse, d’une plateforme militante, d’un petit hébergeur associatif ou de tout nœud d’un réseau social décentralisé tel que Mastodon ou PeerTube.

Le délai d’une heure est matériellement impossible à respecter pour la grande majorité des plateformes Web (typiquement pour les signalements qui leur seraient faits de nuit). Ces plateformes n’auront d’autres choix que de fermer boutique ou de déléguer leur modération aux outils de censure automatisée fournis par Google et Facebook. Dans tous les cas, les grands vainqueurs seront ces deux dernières entreprises, dont la concurrence sera anéantie ou mise sous leur joug.

Enfin, alors que la loi initiale ne prévoyait que des sanctions financières, les nouvelles mesures prévoient des sanctions concrètes, drastiques. Si une plateforme ne censure pas un contenu dans l’heure qui suit sa notification par la police, la police pourra exiger que les fournisseurs d’accès à Internet empêchent l’accès à cette plateforme depuis la France.

Une concentration totale des pouvoirs

La concentration des pouvoirs dans les mains de la police est totale : c’est à la fois elle qui décide quelles plateformes attaquer, qui qualifie un contenu comme étant illégal et qui met en œuvre sa sanction. L’ensemble du Web français est à sa merci.

Continuer la lecture