Le décret “repyramidage” pour les nuls

Le “Décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021 créant une voie temporaire d’accès au corps des professeurs des universités et aux corps assimilés” vient de paraître. Tentative d’explications

  • par Fabrice Planchon, vice-président de la Commission permanente du Conseil national des universités

Le décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021  décrit l’implémentation de l’opération de repyramidage des corps d’enseignants-chercheurs, telle qu’elle a été prévue dans le cadre du protocole de revalorisation décidé par le MESRI en parallèle des discussions qui ont mené à la LPR.

Il crée pour 5 années consécutives (2021-2025) la possibilité, pour un‧e  maitre‧sse de conférence, de devenir professeur des universités dans son établissement actuel. L’objectif est de tendre vers un équilibre 60%-40% dans les 2 corps, et 2000 possibilités devraient être offertes en 5 ans. Concrètement : prenons un établissement avec 70 MCF et 30 PR, l’idée est que 10 de ces MCF deviennent PR1. La dénomination MCF englobe les “assimilés”, c’est-à-dire les corps régis par le décret de 84 sur les ECs (Observatoires, MHN, EHESS, etc).

Nos 70 MCF ne seront pas éligibles : il est nécessaire d’avoir l’HDR, et d’être, soit MCF de classe normale avec 10 ans au moins d’ancienneté, ou MCF hors classe2. Les conditions doivent être vérifiées au 01/01/202x, où x sera l’année où le support sera ouvert pour une telle promotion.

Une répartition comme moyen de contrôle by design

Il y en aura 400 par an : comme on est déjà en 2022, il y en aura 800 à traiter en 2022, mais qui seront différenciées entre celles prononcées au titre de 2021 et celles prononcées au titre de 2022 (avec rétro-effet pour celle de 2021). Comme l’impact budgétaire n’est pas le même suivant le type de candidat‧e‧s (CN ou HC), le ministère a fixé à 3/4 la proportion de MCF HC et à 1/4 celle des MCF CN. Le décret n’indique pas clairement comment le système va permettre de respecter ces proportions : la réponse apportée par la DGRH lors d’un rendez-vous avec la CPCNU est que chaque support ouvert le sera explicitement pour l’une ou l’autre des catégories, au choix des établissements, avant le début du processus de sélection (le ministère se chargeant d’équilibrer les demandes si besoin au vu des souhaits remontés par les établissements). Et si, au bout de 5 ans, les 2000 supports prévus n’ont pas été ouverts, le processus pourra être renouvelé une dernière fois en 2026 pour solder ce qui restera.

Pyramide, par Christophe André, 2008

Continuer la lecture

  1. L’impact sur la masse salariale de l’établissement est donc minime et à long terme, via une évolution dans les grilles indicielles plus rapide pour un PR par rapport à un MCF HC, EE inclus, mais il n’est pas nul : le ministère s’engage à compenser ce différentiel []
  2. L’impact budgétaire sera différent suivant le cas : plus important pour un MCF CN, qui va plus progresser dans la grille en passant PR. []

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

Nouveau décret

Dans le JO du 4/09/2014 est publié le décret n° 2014-997 du 2 septembre 2014 “modifiant le décret n° 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences“.

Des discussions s’ébauchent sur différentes listes mais pour l’instant aucune exégèse précise n’en a été faite. On peut signaler, parmi les modifications principales:

art. 2: « Tout enseignant-chercheur peut demander le réexamen d’un refus opposé par son établissement d’affectation à sa demande de participation aux travaux d’une équipe de recherche auprès du conseil d’administration, après avis du conseil académique, siégeant tous les deux en formation restreinte aux enseignants-chercheurs. »

art. 7: « Les comités de sélection comprennent une proportion minimale de 40 % de personnes de chaque sexe et au moins deux personnes de chaque sexe.
« Un décret en Conseil d’Etat fixe la liste des disciplines, dans lesquelles, compte tenu de la répartition entre les sexes des enseignants-chercheurs, il peut être dérogé à la proportion minimale de 40 %, ainsi que la proportion minimale dérogatoire que doit respecter chacune de ces disciplines. » Continuer la lecture