Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. « Un traitement médiatique biaisé » dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée « harcèlement » — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ « affaire » de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce « islamo-gauchiste » depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi « confortant le respect des principes de la République » par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son « avis » sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les « cadets Bourbons » de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente « liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France » par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, « la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation« . Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

« Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner. »

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’ »islamophobie ». Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un « traitement médiatique biaisé ». Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. « Islam ≠ Terrorisme », peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le « racisme est un délit » et pour dire « stop à l’islamophobie ». (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette « cabale » serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme « islamophobie » lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, « la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po ». « Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue », dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

« Une réécriture de l’histoire » qui ferai « honte » à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []

Un séminaire sur la déradicalisation « annulé » ? (Panthéon-Sorbonne, octobre 2019)

Des «intellectuels» qui ont voulu parler de radicalisation à l’université auraient été «pris à partie» ou «menacés». Après vérification, il apparaît que le recrutement comme vacataire d’un journaliste connu pour ses propos haineux et islamophobes a été suspendu. Premier opus d’une édition participative dédiée à démonter les rumeurs et les informations fallacieuses circulant sur l’université.

  • par Caroline Ibos, publié originellement sur Médiapart, 28 février 2021

[Ceci est le premier opus d’une édition participative dédiée à démonter les rumeurs et les informations fallacieuses circulant sur l’université et la recherche, à l’heure où la ministre de l’Enseignement supérieur annonce vouloir lancer une enquête sur un supposé islamogauchisme qui, à l’en croire, « gangrènerait » l’université… Cette édition vise à fournir et à rassembler des ressources précises pour contrer ces rumeurs.]


En 2019, un cours sur la radicalisation aurait été supprimé à l’université Panthéon-Sorbonne pour des motifs idéologiques et sous la pression conjointe d’universitaires et d’associations islamistes. La rumeur résonne encore le 18 février dernier, sur France info, dans l’émission Les informés du matin. Une journaliste du Figaro y affirme : « Il y a des intellectuels et des chercheurs qui ont voulu parler de la radicalisation à l’université et qui ont été soit pris à partie soit menacés. Donc il se passe bien quelque chose à l’université ». Et son collègue du Parisien aujourd’hui en France de renchérir sur « l’interdiction de pénétrer à l’université » : les universités seraient-elles devenues des « îlots de répression dans un océan de liberté » ?

Les acouphènes de la rumeur

Aussi floue qu’accusatoire, la rumeur bourdonne depuis plus d’un an, de salle de rédaction en studio de radio, au point d’avoir acquis un statut de « fait ». Entre autres exemples, le 6 novembre 2019, un article sur le site de France cultureévoquait, à l’appui d’une nouvelle forme de censure à l’université, la « suppression » d’un « séminaire » à La Sorbonne. Quelques mois plus tard, en juillet 2020Le Figaro étudiantsrelançait le bruit, dans un article consacré à une supposée « difficile liberté d’expression dans les universités françaises ».

Manquant d’imagination, je parvenais mal à me représenter cette scène : un intellectuel pris à partie dans son cours et menacé par ses pair·es à l’université ? Opportunément, sur le plateau de LCI, le 23 février, le témoignage d’un journaliste de Charlie Hebdo la restitue dans une série apparemment longue : « le nombre de fois où l’on a été interdit ou empêché ou menacé dans les universités, ou exfiltré par la police à la moitié de la conférence par des gens avec des keffiehs, des gens avec des filles voilées et des militants d’une gauche extrême ensemble ».

Qui est ce « on » ? Les journalistes de Charlie Hebdo seraient-ils constamment invités dans les universités islamo-gauchistes ? Ou bien faut-il comprendre :  Qui sont ces « gens » ? S’agit-il d’universitaires ? d’étudiant.es ? Et si la police intervient si souvent sur les campus, où en sont les traces ?

https://www.flickr.com/photos/love_79/5048471451/in/photolist-8G7JFe-6wZdKP-nsprpU-7KVKvC-RP7Lg-pMZDJM-5Zx3qD-8q1ifM-np4L3Y-Qnr3Lf-7oTVYh-8G1fvF-q9s9jx-QdFiHS-bDUnbU-AWJJb-8Wkcd-24QGrks-3UPNs-2ex7TBM-JM18Hg-26mE2Uf-r6WTD3-F4kP2V-4Gg59a-ezbhDU-952bsf-2fJqKMz-fkuZvN-5AyGLX-RbZArg-5D2Epy-bB2ass-4gzT9c-6YTKKa-bCtaex-626VqH-aeFtZV-97V39U-Jqu4wF-5i74Xc-9pcRFM-d2q1qf-8x4j3V-2bR8LtP-YmWU6N-9jNtS-d5ZYEN-5LUN78-zpzHSP

Light, home. Crédit: Khoury123, 2010

Il est là, savant et concentré, avec son cours soigneusement préparé, ses petites feuilles blanches entre les mains et la gorge un peu nouée par le trac (je m’identifie). Et tout à coup, la horde débarque dans l’amphithéâtre : des gens-en-keffieh-avec-filles-voilées-et-militants-d’extrême-gauche. Comme, malencontreusement, la police n’est pas sur le campus, l’intellectuel est désespérément seul face à la vague des insultes et des violences ; il s’accroche à son cartable, mais rien n’y fait : empêché, menacé, maltraité, pris à partie par la meute « islamogauchiste ».

Reconstituer les faits

À l’automne 2019 à La Sorbonne, aucun chercheur n’a été pris à partie ou menacé ; aucun séminaire n’a été supprimé. Puisqu’ « il se passe bien quelque chose à l’université », que s’y est-il donc vraiment passé ? Un article de Lucie Delaporte très documenté et publié dans Médiapart le 21 octobre 2019 l’a alors retracé. Mais la rumeur a très vite englouti l’information pourtant disponible.

Le service de formation continue de l’Université Paris 1 avait programmé un module sur deux jours, facturé 890€ par client et intitulé « Prévention de la radicalisation : compréhension d’un phénomène et détection de signaux faibles ».

Dans les universités, les services de formation continue fonctionnent sans lien avec les cursus destinés aux étudiant·es, et proposent des formations courtes (en l’occurrence seize heures), dites « non diplômantes » qui permettent aux universités « autonomes » financièrement – en réalité sous-financées– de gagner quelques ressources propres. La formation continue n’interfère pas non plus avec la recherche, qui se déploie dans des laboratoires et implique chercheur·es, enseignant·es chercheur·es, docteur·es et doctorant·es.

Le module « prévention de la radicalisation » avait été proposé par les responsables de la formation continue sans consultation des enseignant·es-chercheur·es. Il ne relevait donc ni d’un cycle de séminaires, ni de la recherche, ni du débat scientifique contradictoire, ni de la formation intellectuelle d’étudiant·es, mais visait à délivrer des savoirs pratiques à des adultes : des enseignant·es, des fonctionnaires de police, des imams. Pour autant, les universités restent responsables des contenus et des savoirs délivrés en leur nom.

En octobre, soit un mois avant sa tenue, l’intersyndicale de l’université découvre le module et ses thématiques dans le catalogue des formations continues. Elle  s’en alarme alors et appelle non à le supprimer mais à le suspendre « jusqu’à de plus amples informations sur ses intervenants et ses contenus ». Elle relevait plusieurs points problématiques.

D’abord, l’Université Panthéon-Sorbonne, très engagée dans l’enseignement de la laïcité, délivre un diplôme universitaire reconnu intitulé « Connaissance de la laïcité ». Il semblait donc curieux de ne pas faire appel aux ressources disponibles de l’Université et de rémunérer un intervenant extérieur.

Ensuite, Mohamed Sifaoui, l’animateur du module, suscitait des réserves. De fait, cette figure controversée ne correspond pas exactement au « savant neutre » que l’actuelle ministre de l’Enseignement supérieur semble appeler de ses vœux, ni même à l’expert·e ou à l’acteur·rice de terrain dont l’expérience spécifique et éventuellement engagée peut utilement compléter celle des universitaires.

En tant que journaliste, Mohamed Sifaoui n’a cessé depuis des années de proférer des propos haineux, discriminatoires et xénophobes dans les médias (sans parler des réseaux sociaux). Déjà en 2008, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) adressait à RMC une mise en demeure à la suite des propos qu’il avait tenu dans l’émission Les grandes gueules, affirmant que « la majorité des Asiatiques (…) n’ont absolument rien à foutre de la communauté nationale (…) Ils sont là pour gagner de l’argent ». En 2015, il s’était étonné dans le Journal télévisé que François Hollande, alors Président de la République, honore la mère d’une victime de Mohamed Merah au prétexte qu’elle « porte le voile ». Très constant, il déclarait encore le 10 février 2020, sur le plateau de C8 dans l’émission Balance ton post : « le voile est une serpillière et je m’essuie les chaussures avec ».

L’intersyndicale jugeait problématique qu’un polémiste aussi provocateur et contesté enseigne à l’université un module intitulé « déradicalisation » et axé sur la détection de « signaux faibles » ; et cela particulièrement « dans le climat national délétère marqué par une forte stigmatisation de la communauté musulmane ».

Face à l’enfumage, fermer les yeux

Il n’y a donc eu ni interruption de cours, ni intolérance, ni menace, ni extrémisme, ni exclusion ; plutôt la remise en cause du recrutement d’un vacataire dont l’éthique a été de multiples fois mise en cause. Si l’université est et doit rester ouverte à la société, personne à part les enseignant·es-chercheur·es ne peut se prévaloir d’un droit ou d’un devoir d’y professer. Les réserves envers la personne de Mohamed Sifaoui ont été redoublées par celles portant sur l’intitulé même du cours : venue du management puis appliquée au renseignement, la notion de « signaux faibles » est contestée dans le champ scientifique, car peu heuristique1. L’université aime le débat mais ne peut pas accueillir n’importe qui pour dire n’importe quoi, même dans un lucratif module de formation continue.

C’était là une attitude cohérente et responsable. Elle empêchait d’autant moins le débat scientifique que les questions de radicalisation ne sont pas écartées de l’université. Bien au contraire, l’Agence nationale pour la recherche (ANR) finance abondamment depuis plusieurs années des programmes centrés sur ces questions, notamment dans l’un de ses axes intitulé « Sécurité des citoyens, lutte contre le crime et le terrorisme ». L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est impliquée par de nombreux projets dans l’appel « Attentats-recherche » lancé par le CNRS pour soutenir des projets en sciences humaines et sociales documentant les radicalisations. Radicalisation et déradicalisation sont largement débattues dans des carnets de recherche, des projets scientifiques, des colloques.

Peut-on ainsi supposer avec France culture que « le report du séminaire de Mohamed Sifaoui (…) interroge sur le rôle de l’université comme lieu de débat ? ». En tout cas, rien ne permet d’affirmer avec Libérationqui ne donne pas de sources, que « Mohamed Sifaoui, journaliste, écrivain et réalisateur connu pour ses positions anti-islamistes » a été censuré « à la suite de protestations externes émanant d’associations musulmanes ». Ajourné de l’université pour propos haineux et insuffisance scientifique, Mohamed Sifaoui a invoqué sur les plateaux télévisés l’intolérance d’une université « islamogauchiste ». Il l’a fait avec d’autant plus d’arrogance qu’il se savait soutenu par des journalistes. La fumée sans feu semble aveugler ainsi tous ceux et toutes celles qui lui ouvrent leurs pages ou leurs ondes ; et celles et ceux, plus nombreux·ses encore, qui, sans vérifier, répandent la noire rumeur dirigée contre l’université – parce qu’elle reste, dans cette démocratie dégradée, l’une des alvéoles de la pensée critique. Gageons que ce n’est pas fini : le 31 mars, Mohamed Sifaoui publie une « enquête inédite » sur l’islamogauchisme. À défaut de participer à la formation continue à la Sorbonne, ce polémiste pourrait bien ainsi continuer d’alimenter la machine à rumeurs médiatique.

Je remercie Éric Fassin et Sandra Laugier pour leurs relectures et leurs suggestions.

  1. Voir, par exemple, les travaux de Camille Alloing et Nicolas Moinet et notamment « Les signaux faibles, entre mythe et mystification », Hermès, n°76, 2016, p.86-92. []

La #cancelculture pour les nuls

Faire taire : tel est l’objectif que se donnent celles et ceux qui pratiqueraient — consciemment ou non — la cancel culture. Depuis quelques mois, on assiste à une recrudescence de commentaires sur l’existence d’une #cancelculture à la française, qui consisterait à déboulonner les statues, à « couper la République en deux » (Emmanuel Macron), ou plus pratiquement, à entraver la tenue de « débats »1 ou à censurer des oeuvres2.

Il est pourtant une #cancelculture bien française, qui se reconnaît difficilement comme telle, et qui se pratique dans l’espace de communication feutrée des universités : le harcèlement sur les listes professionnelles, à l’endroit des jeunes chercheurs et, plus souvent encore, des jeunes chercheuses.

Pour ce billet, nous nous appuyons sur les archives de la liste Theuth, spécialisée en épistémologie et histoire des sciences. Nous ne souhaitons pas particulièrement stigmatiser une liste de diffusion qui a été, par le passé, un beau lieu de débat professionnel et scientifique. Cette liste en effet n’est pas modérée a priori3, ce qui favorise les débats ou les échanges. Elle diffère ainsi grandement des listes où les modérateurices, en autonomie ou soumis·es à un protocole complexe de censure, comme H-France, Histoire eco, la liste de diffusion de l’Association française d’histoire économique4, ou encore geotamtam, qui regroupe des centaines de géographes; ces listes sont modérées a priori ; les lecteurices n’ont pas accès aux épiques échanges invisibles ont lieu avant la publication ou la censure — ni même idée de leur existence, puisqu’aucune justification publique et régulière de l’activité de modération n’est jamais publiée sur lesdites listes. Parmi les sujets les plus censurés sur ces dernières listes citées, on trouve ainsi toutes les considérations touchant aux conditions de travail et d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, jugées « non scientifiques », ou sans rapport avec l’objet de la liste de diffusion, et plus récemment, les informations touchant aux attaques contre les « libertés académiques ». C’est ainsi que, pendant des années, l’emploi dans l’ESR et ses conditions n’ont fait l’objet d’aucune discussion au sein de certaines sociétés savantes, les privant de facto d’un levier sur une évolution dégradant considérablement les conditions d’exercice et la science telle qu’elle se fait. En ce sens, Theuth n’est pas représentative de nombre de listes de diffusion universitaire et reste un espace professionnel bien vivant.

Meme sur Twitter, 10 décembre 2018

La conjonction entre un échange récent sur Theuth, à propos de l’Observatoire du décolonisme, et le fait que plusieurs membres, également membres de Vigilances Universités, y pratiquent de façon régulière le harcèlement sexiste et dominant à l’endroit de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs  — visant in fine à les faire taire — nous conduit aujourd’hui à resaisir le pseudo-débat autour du décolonialisme à l’université au prisme du harcèlement des subalternes de l’ESR5. Ce harcèlement prend plusieurs formes : en général, des interpellations à n’en plus finir sur l’usage « scandaleux » (sic) de l’écriture inclusive ou de la langue anglaise ; moins fréquemment, l’attaque ad hominem et l’injure publique6. Ces comportements, qui s’apparentent à du harcèlement avec ciblage spécifique des femmes et des jeunes chercheurs et chercheuses ne font pas l’objet d’une modération a posteriori effective7.

Le harcèlement professionnel ne laisse pas indemnes les membres d’une communauté scientifique. Plusieurs collègues ont d’ailleurs quitté Theuth, fatiguées des remarques sexistes continuelles. Dans le contexte récent de mise en lumière de l’association Vigilance Universités, à la manœuvre dans l’élaboration et la publication de plusieurs tribunes cette année8, la rédaction d’Academia a découvert avec stupéfaction que ceux-là mêmes qui prônaient le maccarthysme universitaire, pratiquaient quotidiennement le harcèlement sur une liste professionnelle bien familière. Attaques publiques et dévalorisation publiques apparaissent, sous ce nouveau jour, comme les deux mamelles de la domination professionnelle de ceux qui sont habituellement prompts à se poser comme victimes de la supposée #cancelculture des militant·es gauchistes9. Ce faisant, et sans modération de la part de leurs collègues titulaires, ce sont bien les « dominé·es » de l’ESR, les non-titulaires, les femmes et les personnes racisées, qui se trouvent privées d’un espace de travail serein. Il est ainsi plus simple de cancel celles et ceux à qui ces personnes malveillantes dénient toute légitimité ou qui, en raison d’une politique plus que malthusienne de l’emploi universitaire, ont intérêt à se taire, à oublier même certains sujets ou certaines pratiques de la recherche, s’iels veulent être un jour recruté·es.

Nous choisissons de reproduire trois réponses de la liste, sélectionnées au sein de son archive publique, avec l’accord de leurs autrices et de leur auteur, afin de donner à d’autres les moyens de se défendre contre la mâle #cancelculture à la française.

  1. Observatoire du décolonialisme, Vigilance universités et domination (janvier 2021)
  2. « Les convulsions qui indiquent la fin prochaine »: point médian, écriture inclusive et réactions d’arrière-garde (novembre 2020)
  3. Au revoir TheuthienNEs : quitter la liste pour en refuser le sexisme (décembre 2018)

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Entendre « soliloques » le plus souvent, à l’instar de la conférence annulée à l’Université de Bordeaux-Montaigne en octobre 2019. []
  2. En ce qui concerne la pièce des Suppliantes d’Eschyle, empêchée de se tenir à la Sorbone le 25 mars 2019 : les manifestations anti-racistes avaient été motivées par la fuite de photos faisant état de l’usage du blackface lors des répétitions. Ce n’est qu’après cette représentation avortée que le metteur en scène, Philippe Brunet, a choisi d’utiliser des masques, respectant ainsi par ailleurs la tradition antique. []
  3. Il en existe d’autres, parmi lesquels la liste de diffusion de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP). []
  4. Nous avons pu avoir comme justification à la non-publication d’un message touchant les conditions de travail universitaire, envoyé sur cette liste, que ledit message était passé sur celle de l’Association française de l’histoire des mondes du travail (AFHMT), liste proche par ses objets, non modérée a priori et qu’il n’était pas donc pas besoin de le publier sur Histoire eco ! []
  5. Nous invitons celles et ceux qui n’ont jamais eu vent de cette liste d’entrer Theuth dans le moteur de recherche de Twitter et d’y lire les commentateurs humoristiques ou désabusés des jeunes ou moins jeunes collègues. []
  6. Exemple rapporté par Alexandre Moatti le 5 décembre 2018 : « Du rififi sur la liste d’histoire des sciences Theuth. Un collègue défend le PIR et Bouteldja en traitant un autre collègue d’âne bâté, et en donnant en fin de courriel les définitions d »âne’ et de ‘bât’. Ambiance. #VivreEnsemble« . []
  7. Pour être précis, elle existe, mais elle est vraiment très peu utilisée, et la justification frise quelquefois le ridicule. Nous n’avons souvenir que d’une exclusion, celle d’un certain Lounès qui avait injurié un autre membre de la liste. []
  8. Ayant soutenu le Manifeste raciste dit « des 100 », devenu « des 90 », prônant la mise en place d’une police politique supervisant le contenu de la recherche en sciences sociales. []
  9. Pour une posture identifique, voir « La gauche cannibale, un syndrome universitaire » de Rick Fantasia, Le Monde diplomatique, août 2019, p.6-7. []