« En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés ». Communiqué intersyndical Condorcet, 22 avril 2022

https://twitter.com/VontBien/status/1517021054857842688?s=20&t=Xgjbx93WGhEXuyGbadMYSw

Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 21 avril 2022

Depuis mercredi 20 avril après-midi, des étudiant-es ont investi les locaux de l’EHESS sur le Campus Condorcet afin de se donner un espace pour organiser leurs mobilisations face à la montée de l’extrême-droite et la situation très précaire de l’enseignement supérieur. Dans ce contexte, la présidence de l’EHESS a décidé de l’annulation des cours et a imposé au personnel administratif de passer au travail à domicile. Depuis hier, c’est le Campus Condorcet qui a été entièrement fermé à 17h. Même l’accès aux locaux syndicaux est empêché.

Les universités ont fait ces dernières années l’objet d’attaques incessantes contre leurs missions de service public et leur indépendance. La politique de fermeture systématique des établissements où naissent des mobilisations contribue à cette mise au pas.

La décision de fermer les locaux ne constitue aucunement un moyen de protéger notre outil de travail. L’assemblée générale étudiante d’hier avait voté une occupation ouverte, et il est urgent de créer les conditions favorables et de donner les garanties permettant cette ouverture.

La présence sur place des personnels est la meilleure manière de protéger l’outil de travail. Nous rappelons que l’assemblée générale d’hier avait refusé toute dégradation du matériel pouvant entraver le travail des personnels. Le flou des responsabilités entretenu par l’enchevêtrement administratif du Campus ne doit pas faire oublier que l’urgence est à l’apaisement par l’ouverture de nos locaux à toutes et tous.

Campus Condorcet, 21 avril 2022

En tant qu’organisations syndicales présentes sur le Campus Condorcet :
* Nous considérons fondamental de laisser des espaces de débat et d’organisation aux différent-es usager-es, travailleur-euses, étudiant-es. Nous condamnons par conséquent les fermetures décidées par différents établissements universitaires.
* Nous rappelons que le « travail à domicile », abusivement appelé « télétravail », ne saurait être imposé à qui que ce soit, autant du côté des personnels administratifs que du côté des enseignant-es, des étudiant-es et des chercheur-euses. Le principe de base du télétravail réglementé est le volontariat.
* Nous dénonçons la possible mise en danger des personnels et des occupant-es qui se sont retrouvé-es enfermé-es hier dans le bâtiment, du fait d’une décision de la direction du Campus de désactiver les accès badgés.
* L’accès aux locaux syndicaux est un droit auquel on ne saurait déroger, afin de garantir les libertés syndicales. Nous exigeons que cet accès soit garanti.

Nous ne pouvons pas rester indifférent-es aux mobilisations d’une génération qui juge avec raison que le spectacle consternant offert par le deuxième tour de la présidentielle n’est pas à la hauteur des enjeux de l’époque. En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés. Veillons toutes et tous, présidences, instances, syndicats, communauté universitaire, à les faire vivre.

Signataires : FERC Sup EHESS, Sud Recherche Condorcet, Université Ouverte, FSU-SNCS EHESS, FERC Sup Paris 8, Section SNTRS-CGT de l’INED, SNTRS-CGT section Paris Nord, CGT FERC Sup Paris 1, Solidaires Etudiant-e-s EHESS

Campus Condorcet: appel intersyndical à la grève le 23 novembre 2021

Une assemblée générale réunissant le personnel travaillant pour l’EPCC s’est tenue jeudi 18 novembre, suite au dépôt du préavis de grève par les trois organisations syndicales représentatives des agents de l’EPCC (SNPTES, FO, SGEN-CFDT).

Les 54 agents présents on voté à l’unanimité la grève pour la journée du 23 novembre. 
Suite à cette assemblée générale, les représentants du personnel ont eu rendez-vous avec le Président de l’EPCC, qui a dit comprendre les revendications du personnel, mais n’a pu y répondre favorablement.
Rendez-vous sont donc donnés mardi 23 novembre :

Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR

À l’occasion de la réflexion collective en préparation du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), l’équipe des Rédacteurs d’Academia est heureuse d’accueillir des femmes et des hommes ITA (personnels ingénieurs, administratifs, techniques) et BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) mobilisés pour leurs métiers. Dans ce blog consacré à l’emploi en sciences humaines et sociales, ces femmes et ces hommes représentent plus de la moitié des effectifs ; pour autant, ces personnels, injustement subalternes, sont peu audibles. Ces corps de l’enseignement supérieur et de la recherche ont pourtant connu d’inquiétantes mutations de leurs niveau et conditions d’emploi, qui pourraient préfigurer l’avenir de l’emploi de recherche et d’enseignement. ITA et BIATSS mobilisés pour leurs métiers inaugurent, avec ce billet, une réflexion pour que vraiment toutes et tous, ensemble, imaginions l’avenir de la recherche et le contenu de la LPPR.  

 

 

Le CDI de chantier : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017 le CDI de chantier ou contrat de chantier est une possibilité ouverte à  tous les corps de métier sous réserve d’accords de branche ou de convention collective (articles 30 et 31) ; il est donc possible de recruter des agentes et agents pour une durée indéterminée, pour une mission spécifique liée à une opération ou un projet à l’échéance non prévisible. Les agent·e·s seront ensuite licencié·e·s lorsque l’opération ou le projet seront considérés comme achevés, l’achèvement étant considéré alors comme une cause réelle et sérieuse de licenciement (article 31).

Continuer la lecture