Depuis vingt ans, mon métier a changé…

Texte présenté oralement lors de la journée L’Université et la recherche s’arrêtent d’Aix-Marseille Université, campus Saint-Charles, le 5 mars 2020

  • par Jeff Mauffrey, maître de conférences en écologie,recruté en 2003 à Aix-Marseille Université et responsable d’une mention de Master et d’un parcours de licence «Formation des enseignant·es»

Vingt ans c’est court mais depuis vingt ans mon métier a changé, a été transformé !

Ce qui a changé :

  • La gestion financière et comptable : avant je dépensais de l’argent universitaire au profit des étudiants que j’avais en gestion pour organiser des sorties, acheter du matériel, rénover des salles, je donnais des factures au secrétariat qui les payait, nous avions même une carte bleue… et même des fonds de trésorerie, une autre époque…
    Aujourd’hui je gère un budget de ma formation, que j’ai du composer pour évaluer la viabilité de ma formation, ma petite formation, le possessif est important… ma formation individuelle ! évidemment que ce n’est pas la mienne, mais je dois la défendre… et ces dix dernières années, encore plus depuis la fusion, il a fallu la défendre âprement
  • Avant chaque collègue faisait son service (ou pas) et nous déclarions annuellement (ou pas) nos services en fin d’année sur papier libre ou sur feuille Excel pour les plus Geek d’entre nous…
    Mais aujourd’hui c’est à moi de vérifier que les heures sont faites et déclarées dans le logiciel qui nous surveille (ou pas !) A-t-on gagné en efficacité ? Certainement pas, par contre on a perdu en liberté !
  • J’étais un agent à qui on a fait confiance en lui donnant la responsabilité de cours, de cursus, aujourd’hui je suis une source de défiance parce que je dépense trop d’heures, trop d’argent et je parle des dysfonctionnements, et cela ne plait pas.
  • Avant mes cours évoluaient parce que je les actualisais, les remodelais au gré de mes lectures et travaux…
    Aujourd’hui ils changent parce que je n’ai plus que xx heures de l’UE « machin » pour les enseigner et l’année d’après yy heures de l’UE bidule.
https://www.flickr.com/photos/154098172@N02/46346594831/in/photolist-2dBupXe-7LWN1A-238gy2o-fAA87F-2dW3iEW-2ipgZ12-76kku1-7KBCn4-2i1KfYD-EiWAWN-2hFP8H7-2g8aHo8-2hBiVQk-2hwE4FH-2bTRhaD-2hexmfd-2gLtQKe-7J6P3V-oG9xSU-NMwF4J-krUhBp-9RT5tZ-fxQQjP-bVRi8U-24HEPjH-tr5PBD-9G131f-RViikn-ixVjVJ-2hgewAP-fmMtoa-HswpjM-auvXFu-WWGsKC-dmSEj2-69Y299-2aAmu8-4mMqnS-XdNnWV-66MNt7-2gJkxVm-iov9n-fbt9E5-bb53yX-ySSJUr-4VWGr3-2geYece-N9ox36-2gnUvgZ-2erfxtk

Absurd, by Edgar Severa, 2018

Continuer la lecture

Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes

PAR AFFORDANCEINFO

11 février 2020

Ne pas céder sur son désir. Depuis 7 ans je suis responsable pédagogique et administratif d’une licence professionnelle en Community Management. Je l’étais. Car à compter d’aujourd’hui, je démissionne. Rien ne permet d’indiquer aujourd’hui si celle licence pourra ouvrir l’année prochaine. Il faudra assurer son recrutement, le suivi des inscriptions et des négociations estivales d’étudiants en recherche de contrats ou simplement en demande d’information. Il faudra aussi recruter de nouveaux vacataires. Il faudra faire les emplois du temps en jonglant avec d’innombrables contraintes. Je ne le ferai pas. Je démissionne. Je démissionne de toutes mes fonctions administratives.

En 7 ans, je pense avoir exploré toutes les principales failles d’une université qui achève de se renier dans chacune de ses valeurs fondamentales et qui ne tient plus que par la curiosité et l’envie de ses étudiants et le dévouement, hélas souvent mortifère, d’une partie de son personnel enseignant, technique et administratif.

Quand j’ai voulu monter cette licence professionnelle je suis passé par toutes les phases au mieux ubuesques et au pire kafkaïennes. On m’a fait remplir d’innombrables dossiers et formulaires sans cesse recommencés, qui n’avaient aucun autre sens que celui de m’habituer à vivre dans un monde où chaque décision, chaque choix, chaque envie et chaque idée ne vaut que si elle peut être déclinée en autant de procédures cherchant l’épuisement de la (bonne) volonté. J’ai avalé toutes les couleuvres possibles, j’ai commencé, déjà, à m’asseoir sur un certain nombre de mes principes, parce que je pensais qu’il demeurerait une possibilité de les retrouver plus tard. Que ce renoncement n’était que provisoire. J’avais tort. Continuer la lecture