Le combat juridique continue contre l’augmentation des frais d’inscription

Bienvenue en France, vraiment?

Juan Prosper, du Syndicat des avocat·es de France (SAF) explique la bataille juridique contre « Bienvenue en France » dans une vidéo:

 

« A partir du moment où les digues tombent, où on explique que 2770 euros c’est parfait pour un·e étudiant·e étrangèr·es, on pourra très certainement revenir plus tard en nous disant que si c’est parfait pour un·e étrangèr·es, on peut aussi l’appliquer pour un·e étudiant·e français·e, alors même que le principe du financement d’un service public, du financement de l’enseignement supérieur, repose sur l’impôt. »

 

« Si on considère qu’il y a un principe de gratuité, que c’est un service public, ce n’est pas pas à l’usagèr·es de financer le fonctionnement du service public. »

 

Pour une université ouverte, émancipatrice et internationale

Publiée sur Regards.fr, 6 mars 2020

Un groupe d’universitaires signent cette tribune pour combattre la réforme des retraites, la destruction des services publics et la marchandisation de l’enseignement et des savoirs.

Tribune – Nous, étudiant.es, doctorant.es, ingénieur.es, technicien.nes, personnels administratifs, enseignant.es et chercheur.ses, étranger.es et français.es, combattons, avec tous les autres secteurs actuellement en lutte, la réforme des retraites et, plus généralement, la destruction des services publics et des systèmes de solidarité qui touchent les travailleuses et travailleurs du public comme du privé. Nous revendiquons une université ouverte, émancipatrice et internationale. Nous nous mobilisons contre la marchandisation de l’enseignement et des savoirs, la concurrence généralisée et la précarisation des conditions de travail, que consacre le projet de loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Cette lutte est internationale pour plusieurs raisons. D’abord, parce que c’est la même approche néolibérale, sous-tendue par les logiques du capitalisme académique, qui sont imposées à des degrés divers dans les différents pays du monde. Dans de nombreux pays, les communautés universitaires, étudiant.e.s en premier lieu, s’opposent aux logiques managériales, concurrentielles et financières qui régissent leurs établissements désormais gérés comme des entreprises. Les effets de ces politiques — aggravation des inégalités, précarisation, autoritarisme — sont bien connus. Le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche devient un marché globalisé et concurrentiel, objet de prédation de grandes entreprises et fonds d’investissement, menaçant à la fois les étudiant.e.s et l’ensemble des personnels universitaires. Ceci ne fait qu’accentuer la division internationale du travail scientifique, dans un monde déjà dominé par les pays et les universités les plus riches. Enfin, le champ académique français est l’un des plus internationalisés du monde. La France figure depuis des décennies parmi les cinq premières destinations des étudiants internationaux1. Or, les personnes étrangères présentes dans l’enseignement supérieur et la recherche en France – étudiant.e.s et travailleur.e.s – subissent la précarité économique et administrative organisées depuis des années par les gouvernements successifs, et caractérisées par des contrats courts, des tâches ingrates, des procédures juridiques angoissantes et humiliantes conditionnant la demande et le renouvellement des titres de séjours, la stigmatisation et les discriminations. Le plan « Bienvenue en France »2 institutionnalise ainsi une politique sélective et discriminatoire qui s’est mise progressivement en place depuis les années 90. Les étudiant.e.s étranger.e.s en France sont les premier.e.s à en subir les conséquences, et à y résister.

Continuer la lecture

  1. CHIFFRES (source : Campus France, 2019) :  
    > 343 000 étudiant.e.s étranger.e.s étudient en France
    >
    Environ 240 000 étudiant.e.s étranger.e.s accueilli.e.s chaque année  Les premiers pays d’origine des étudiant.e.s étranger.e.s en France sont, pour un tiers : Algérie, Maroc, Chine, Italie.
    >
    Les étudiantes et les étudiants étranger.es représentent 13% de l’ensemble des inscrits de l’enseignement supérieur en France  : 42% des doctorant.e.s en France sont étranger.e.s. []
  2. Le 19 novembre 2018, le Premier ministre annonce une nouvelle stratégie « d’attractivité des étudiants internationa4ux », ironiquement appelée « Bienvenue en France », dont la mesure phare est l’augmentation drastique des frais d’inscription, qui sont multipliés par plus de dix (2770 euros au lieu de 170 euros pour la licence, et 3770 euros pour une formation en master ou en doctorat – contre 243 euros et 380 euros actuellement). L’augmentation exponentielle pour les étranger∙es non européen·ne·s inscrits en licence et en master y est actée alors que les doctorant∙es sont, pour l’instant, épargné∙es. Si les gouvernements précédents ont tracé la voie des réformes actuelles dans l’enseignement supérieur, le plan « Bienvenue en France » institue un changement de paradigme en faisant le choix de la marchandisation de l’enseignement supérieur, à la fois à travers l’instauration de droits d’inscription différenciés selon l’origine géographique mais aussi à travers la promotion de la délocalisation des formations françaises payantes à l’étranger, en particulier dans les pays d’Afrique francophone. Ce plan ne menace donc pas uniquement les conditions d’accès aux études supérieures des étudiants étrangers, mais constitue une étape de plus vers une hausse généralisée des frais d’inscription et un changement radical du paysage de l’enseignement supérieur en France. Sa mise en place, si jamais elle devait se faire, va également accentuer les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur dans les pays d’origine des étudiants internationaux. Voir le dossier du SNESUP. []