L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. « Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial », a déclaré un membre du corps enseignant. « Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel », a écrit un∙e autre. « Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes »… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que « troisième pays le plus représenté dans le Top 200 », selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information « particulièrement digne d’être soulignée » : « L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166 ».

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []