Retour sur un conflit social sur le campus Jussieu – Où comment une société de nettoyage exploite et persécute son personnel avec la complicité de l’université

Depuis février 2021, la société Arc-en-Ciel assure le nettoyage du campus Jussieu pour le compte de Sorbonne Université.

Toutes les universités ne recourrent pas à la sous-traitance. C’est le premier élément qui nous semble important de souligner : certaines universités — ou parfois certains composantes d’université — ont décidé de ne pas externaliser ce service. Contrairement à ce que certain·es aimeraient le faire croire, ce n’est pas une règle ; qui plus est, ce n’est général pas souhaité par les salarié·es1

Grève de septembre 2021, Jussieu. Tous droits réservés

Grève du ménage à Jussieu – Rassemblement 21 septembre (Crédit Photo CGT FERC Sup Sorbonne Université)

En septembre 2021, une grève de l’ensemble des agent·es qui a duré plusieurs jours a permis d’obtenir, sur le papier, une avancée non négligeable sur leurs conditions de travail. Iels dénonçaient la maltraitance dont iels faisaient l’objet et ont obtenu la signature d’un protocole d’accord.  Désormais, c’est de persécution qu’est accusée la société Arc-en-ciel.

Quatre mois plus tard, les inquiétudes restent vivent. Non seulement, ce protocole signé n’est pas respecté mais lun des chefs d’équipe solidaire de ses collègues dans la grève est convoqué pour une procédure disciplinaire pouvant conduire à son licenciement.

Photo: Serge d’Ignazio, janvier 2022

Suite à ces mauvaises nouvelles, une intersyndicale large de Sorbonne Université a appelé à une manifestation devant le siège de la société Arc-En-Ciel et une pétition a été relayée par SUD Éducation2

“Stop sous-traitance”. Manifestation sur la dalle de Jussieu, 27 jnavier 2022. Tous droits réservés.

De manière plus globale, les externalisations au sein des services publics augmentent, ce qui implique évidemment l’appel à des sociétés privées pour faire du travail qui pourrait être fait par des fonctionnaires, avec un vrai statut protecteur.

C’est ici l’occasion pour Académia de faire un peu de publicité à l’excellent livre de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public. Iels ont accepté que nous reproduisions un extrait : nous les remercions vivement.


Quand le service public lavait plus blanc. Pourquoi des éboueurs ou des blanchisseuses fonctionnaires ?

Extrait de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public, Paris, La Découverte, 2021.

Le fonctionnaire stéréotypé, c’est celui qui dort à son bureau, ou une guichetière désagréable. Rares sont les personnes qui savent qu’il y a aussi des ouvriers dans la fonction publique, pas seulement des cadres et des employés. Il faut dire qu’il y en a de moins en moins. Altadis, fabricant de cigarettes (dont les Gauloises), c’est aujourd’hui une entreprise privée, filiale d’un groupe anglais. Au XIXe et pendant une bonne partie du XXe siècle, c’étaient des ouvriers et ouvrières « d’État » qui fabriquaient allumettes et cigarettes pour une « régie » publique. De même, Safran, comme quelques autres grands groupes de fabrication d’armes, d’avions ou de navires militaires, n’appartient plus que pour 10 % à l’État ; mais auparavant, c’étaient des « ouvriers d’État » qui fabriquaient tout cela pour la défense de la France ou d’ailleurs. Fabrique de mort dans les deux cas, sans doute ; mais niveau de vie honnête pour le personnel.

Continuer la lecture

  1. Le recours à l’externalisation est désormais devenu le premier poste budgétaire étatique, à hauteur de 160 milliards d’euros, selon Nos Services publics, qui  en démontrent le caractère très dispendieux dans une analyse récente. []
  2. Dans la presse, voir “En grève, des agents de nettoyage du campus Jussieu sous les fenêtres de leur direction à Champigny-sur-Marne“, Le Parisien, 19 janvier 2022. []

Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR

À l’occasion de la réflexion collective en préparation du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), l’équipe des Rédacteurs d’Academia est heureuse d’accueillir des femmes et des hommes ITA (personnels ingénieurs, administratifs, techniques) et BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) mobilisés pour leurs métiers. Dans ce blog consacré à l’emploi en sciences humaines et sociales, ces femmes et ces hommes représentent plus de la moitié des effectifs ; pour autant, ces personnels, injustement subalternes, sont peu audibles. Ces corps de l’enseignement supérieur et de la recherche ont pourtant connu d’inquiétantes mutations de leurs niveau et conditions d’emploi, qui pourraient préfigurer l’avenir de l’emploi de recherche et d’enseignement. ITA et BIATSS mobilisés pour leurs métiers inaugurent, avec ce billet, une réflexion pour que vraiment toutes et tous, ensemble, imaginions l’avenir de la recherche et le contenu de la LPPR.  

 

 

Le CDI de chantier : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017 le CDI de chantier ou contrat de chantier est une possibilité ouverte à  tous les corps de métier sous réserve d’accords de branche ou de convention collective (articles 30 et 31) ; il est donc possible de recruter des agentes et agents pour une durée indéterminée, pour une mission spécifique liée à une opération ou un projet à l’échéance non prévisible. Les agent·e·s seront ensuite licencié·e·s lorsque l’opération ou le projet seront considérés comme achevés, l’achèvement étant considéré alors comme une cause réelle et sérieuse de licenciement (article 31).

Continuer la lecture

“La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, “Attractivité des emplois et des carrières scientifiques“, dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. “Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture