Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat

J’ai rédigé la première version de ce vade-mecum pour de jeunes collègues dont la première campagne a commencé en mars 2017 et qui, pour toutes sortes de raisons (étudiant-e-s étrangers et étrangères, docteur-e-s de l’EHESS ou de petites facs de province) ne possédaient ni les codes de l’audition de recrutement à un poste de MCF, ni les ressources (l’entourage) pour les acquérir rapidement. Les semaines passant, j’ai été de plus en plus convaincue que nombre d’entre nous gagneraient à la publication de ce vade-mecum et à sa discussion. 

Le 24 mai 2017, une dizaine de jours après publication, et après avoir reçu ou lu un certain nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’ajouter quelques considérations et précisions supplémentaires, notamment sur l’écriture du discours et la gestion, disons, émotionnelle et morale de l’exercice. Afin de conserver la logique du billet, j’ai inséré ces nouvelles remarques dans le texte original, précédées d’un astérique.

L’autrice de ces lignes a passé neuf auditions MCF en histoire, une quarantaine d’auditions blanches pour son propre compte, une quinzaine pour celui des autres. Le but du texte ci-dessous est simplement de récapituler les conseils dont j’ai moi-même bénéficié au fil de cette expérience. Il expose d’abord « l’esprit » d’une audition MCF (très différent – justement – d’une audition CNRS ou post-doc) avant de revenir longuement sur le travail de préparation à la rédaction du texte et à la séance de questions.

Ce vade-mecum sert aussi à faire comprendre qu’une audition n’est, au fond, qu’un exercice, qui a ses règles. Bien sûr, la qualité du dossier compte, mais au moment de l’audition, le dossier est ce qu’il est. Il faut donc préparer à fond l’audition. Comprendre comment le faire, apprendre à séduire un jury, lui tendre des perches, voire lui faire des appels du pied (et presque, le manipuler), présenter son dossier, un jour comme un dossier  « d’histoire politique de la Bretagne » et la semaine suivante, comme une candidature en « histoire culturelle internationale »  – tout cela finit par avoir, comme tous les exercices dont on finit par maîtriser (et jouer avec) les règles, un côté ludique. Il faut donc dédramatiser à fond (malgré les enjeux) en séparant clairement sa propre valeur d’enseignant-chercheure, d’un côté, et sa réussite de l’exercice, de l’autre.

Combien de temps prend la préparation de cet exercice ? Il n’y a pas de règle – ça dépend du degré d’élaboration du profil (qui doit être absolument décortiqué comme s’il faisait l’objet d’un commentaire de document) et de sa motivation pour le poste. En règle générale, je dirais qu’il faut s’y mettre minimum cinq jours à l’avance pour avoir le temps de réfléchir à sa stratégie d’auto-présentation de soi et aux réponses aux questions, sachant qu’on a déjà commencé ce travail au moment de la rédaction du CV analytique. La recherche stricto sensu (points 2 à 4) prend une journée de travail minimum ; davantage si on juge nécessaire de faire des lectures, par exemple en regardant les publications (enfin, des recensions) de certains membres du jury qui travaillent sur des sujets proches de siens et qu’on ne connaît pas, ou encore pour se renseigner sur certains aspects du poste pour lesquels on n’est pas très compétent-e (humanités numériques, concours qu’on n’a pas passés, etc.). Il faut avoir une v1 du discours plusieurs jours avant pour le tester en audition blanche et avoir le temps de le réécrire : en général, pour mes premières auditions, je réécrivais tout mon topo intégralement après chaque audition blanche. Au bout d’un moment, ça va plus vite, mais tout dépend, encore une fois, du degré de complexité du poste et de sa motivation. Au final, néanmoins, le temps de préparation nécessaire n’a rien d’extravagant par rapport à un poste équivalent en termes de compétences dans le privé.

Un exemple de texte d’audition (passée avec succès) est joint, en espérant que d’autres se dévoueront pour partager leurs propres textes.

 

1. Comprendre ce qu’est une audition de recrutement MCF et comment se positionner face au comité

En un temps record (de 10 à 15 minutes d’exposé suivies de 10 à 15 minutes de question), le ou la candidat-e doit convaincre une assemblée d’une dizaine de professeur-e-s qu’il ou elle 1) est compétent-e pour faire tout et absolument tout ce que ses futur-e-s collègues lui demanderont en cas de recrutement, et encore avec bonheur car; 2) il ou elle sera un-e collègue idéal-e : sympa, dynamique mais humble, collectif, responsable. Lire la suite

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.