À Besançon, les personnels en appellent au respect des candidat.e.s et du travail des personnels

Citation

Les collègues de Besançon nous font parvenir la lettre ouverte qu’ils ont envoyée à leur Président d’université vendredi 23 juin 2017, signée par plus de 110 membres de la communauté universitaire bisontine. Ils se sont indignés de la décision de ne pas pourvoir des postes d’ATER une fois la campagne d’emploi arrivée à son terme, c’est à dire après réunion des commissions ATER et validation des classements par le Conseil Académique;  et demandent le respect des candidat.e.s et des personnels qui ont procédé au recrutement. 

Besançon, le 23 juin 2017

Objet : Lettre ouverte concernant la campagne emploi ATER 2017

Destinataire :         Monsieur Jacques BAHI, Président de l’Université de Franche-Comt

En copie :              

  • Monsieur Christophe DE CASTELJAU, Directeur général des services
  • Monsieur Stéphane CROVELLA, Directeur des ressources humaines
  • Monsieur Eric PREDINE, Vice-Président chargé des relations humaines et du dialogue social
  • Monsieur André MARIAGE, Doyen de l’UFR SLHS, Université de Franche-Comté

Monsieur le Président de l’Université de Franche-Comté,

 

Réussir ensemble…sans les ATER ?

Dans votre profession de foi de mars 2016, lors des élections pour le CA qui allait vous conduire à un second mandat à la tête de notre université, vous vantiez les mérites de votre précédente mandature au cours de laquelle l’UFC avait « montré qu’elle était capable d’anticiper ». Ces belles qualités, celles du président-gestionnaire, se sont-elles dissipées dans les brumes de la chaleur du printemps ? Où sont passés les « efforts fondés sur une vision politique et stratégique anticipant l’avenir », ainsi que la « maîtrise des problématiques budgétaires » ? Certainement pas dans la gestion de la campagne ATER 2017.

Nous apprenons en effet le mardi 20 juin 2017 qu’une réunion d’arbitrage a eu lieu la veille entre la présidence et les directeurs de composantes. Cette réunion d’arbitrage, alors que la campagne d’emploi ATER 2017 (dont le calendrier a été fixé par la présidence) est terminée depuis le 30 mai, exige de l’UFR SLHS qu’elle renonce à trois postes d’ATER temps plein.

Peut-être, pour humaniser un peu cette histoire, vaut-il la peine de rappeler en quoi consiste une campagne ATER. Les ATER sont des attaché.e.s temporaires d’enseignement et de recherche, généralement recruté.e.s pour un an, dont le contrat est renouvelable une à trois fois selon les situations. Ces postes permettent à des doctorant.e.s ou à des docteur.e.s de maintenir un pied dans l’université en attendant de décrocher un jour un poste de maître.sse de conférences.

Lorsque les postes sont affichés (sur un portail dédié que met en place le ministère de l’enseignement supérieur sur le site Galaxie), et ils ne le sont qu’après une procédure stricte mise en place par les universités pour retenir les postes mis au concours, des candidat.e.s en grand nombre se lancent dans une campagne difficile et ingrate. Il faut mettre son C.V. à jour, présenter son dossier de publications et d’enseignements. Nombreux.ses sont les candidat.e.s puisque les départements reçoivent souvent plus de 60 candidatures pour un seul poste.

En face, c’est-à-dire dans les départements, des commissions de recrutement se mettent en place : elles réunissent des membres du département concerné, mais aussi des collègues d’autres départements puisque ces commissions, normalisées dans leur fonctionnement depuis quelques années, doivent compter 8 membres. Il va de soi que les postes d’ATER font l’objet au préalable d’une procédure d’éligibilité difficile, passent par différents conseils de l’Université avant que la campagne ne soit validée à l’échelon de la présidence. Tout ceci a été fait dans les règles de notre université : postes validés, affichage des postes sur Galaxie, candidatures, commissions tenues courant mai, et enfin validation lors d’un Conseil Académique des classements des candidat.e.s retenu.e.s par chaque commission ATER. Ce travail mobilise, on s’en doute, toute une chaîne de personnels : personnels administratifs et enseignant.e.s chercheur.e.s.

Cette lourde procédure de recrutement accomplie, l’université doit ouvrir sur Galaxie l’étape définitive par laquelle les candidat.e.s déclarent accepter le poste. Or cette étape, qui aurait dû être franchie dès les premiers jours de juin, n’a jamais été actée, sans qu’à aucun moment la présidence ne communique sur les raisons expliquant un tel blocage. Derrière une telle décision, prise dans la plus grande opacité, ce sont des candidat.e.s qui sont placé.e.s dans une situation d’attente anxiogène. Car pour ces candidat.e.s, un tel poste – malgré toutes les conditions de précarité qu’il comporte – est vécu comme une première forme de reconnaissance du travail déjà accompli à l’université.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui doivent souvent obtenir un détachement auprès d’un recteur d’académie lorsqu’ils sont enseignant.e.s dans le secondaire et qui, évidemment, laissent passer les étapes de vœux d’affectation dans le secondaire, assuré.e.s qu’ils ou elles sont d’avoir été classé.e premier sur un poste d’ATER. Il y aussi des candidat.e.s qui comptaient sur ce poste précaire pour assurer leurs revenus pendant un an.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui se sont projeté.e.s dans la fonction d’ATER, dans la mesure où le calendrier des emplois du temps à l’Université oblige les directeurs.trices de département qui les recrutent à anticiper la validation définitive du recrutement pour mettre en place les services à effectuer, établir les emplois du temps.

Derrière une telle décision, en somme, il y a des êtres humains qui se font une joie de venir enseigner et faire de la recherche à l’Université de Franche-Comté pendant une année ! Ces ATER sont, de fait, la garantie pour l’avenir de la recherche à l’Université de Franche-Comté.

Enfin, derrière cette gestion déplorable de la campagne ATER 2017, il y a tou.te.s les candidat.e.s classé.e.s sur les différents postes mis au concours, qui n’ont toujours pas été contacté.e.s officiellement et qui attendent un hypothétique appel de l’Université de Franche-Comté… Ou bien plutôt qui, dans la plupart des cas, ne l’attendent plus et ont accepté un poste ailleurs pour la rentrée de septembre. Combien de candidat.e.s disponibles restera-t-il sur les listes de classement remontées avant le 11 mai dernier ? Et combien de postes ne seront finalement pas pourvus, faute de candidat.e.s ?

 

Nous, directeurs, directrices de département, directeurs, directrices de diplômes, directeurs, directrices de laboratoire, enseignant.e.s-chercheur.se.s, personnels administratifs et techniciens à l’Université de Franche-Comté tenons à manifester par cette lettre ouverte notre indignation et notre colère.

L’Université doit traiter tous ses personnels, y compris ceux qui se trouvent dans les situations de précarité comme le sont les ATER, avec le respect qui leur est dû. L’Université doit respecter le travail qui a été fourni par les personnels administratifs, les enseignant.e.s chercheur.se.s de notre université pour mener à bien la campagne d’emploi ATER.

Lire la suite

Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Lire la suite