Travail d’archive (6). Le courage de démissionner : Michel Deneken donne l’exemple aux membres de l’Udice

Michel Deneken et les membres de l’Udice, le club auto-proclamé des dix « grandes universités françaises de recherche » qui prend la suite de la CURIF, sont en colère. Ils ont raison : le gouvernement ne les écoute pas, désespérément pas, alors qu’ils réclament « instamment la possibilité d’accueillir » les étudiants, et ce, « dès début janvier, avec une jauge de 50 % ».

Face à ce silence, il n’y a que deux solutions. La première consiste à aller au contentieux. La conférence des évêques de France a eu le courage de le faire, plutôt que de se perdre en belles paroles : elle a déposé un référé-liberté et obtenu satisfaction en 48 heures devant le Conseil d’État. Simple et efficace. La seconde solution consiste à démissionner de ses fonctions.

Please Resign by Colin Knowles, 2011, CC BY-SA

Faute d’engager le moindre contentieux, c’est cette dernière solution qui s’impose à nos président.es d’université. Michel Deneken doit prendre ses responsabilités et démissionner. Par-delà la crise sanitaire, les raisons ne manquent pas. Bien sûr, il ne le fera pas, et d’autres, d’ailleurs, ont dû en tirer les conséquences à sa place.

Et pourtant, il l’a déjà fait.

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-3 — La mémoire de Brigitte Laîné en héritage

En passant

La promotion 2020 de l’Institut national du Patrimoine a choisi de porter le nom de Brigitte Lainé

« On choisit un autre métier si on ne veut pas d’ennuis », 
Philippe Grand dans “Entretien avec Brigitte Lainé et Philippe Grand”, Vacarme, numéro 13, 15 septembre 2000

Brigitte Lainé (1942-2018) a exercé son métier de conservatrice du patrimoine en étant passionnément dévouée à son travail. Elle appartient ainsi à la multitude de professionnels ayant entièrement et humblement consacré leur labeur à l’étude et à la valorisation du patrimoine. Cependant, elle tient une place toute particulière dans ce corps professionnel que nous venons d’intégrer. Le choix d’honorer sa mémoire a été motivé par l’exemple de son courage pour concourir à la manifestation de la vérité et sa considération du rôle et des devoirs attachés au métier de conservateur. Si elle tient cette place particulière, ce n’est pas parce qu’elle a théorisé ces devoirs mais parce qu’elle les a pratiqués et éprouvés en mettant en danger sa carrière professionnelle.

Diplômée de l’Ecole nationale des chartes en 1966 avec une thèse portant sur La vie économique et sociale à Collioure de 1360 à 1490, elle choisit d’embrasser la carrière d’archiviste. Son parcours professionnel emprunte la voie classique des services d’archives départementales : d’abord celui de la Vendée entre 1966 et 1972, puis celui de la Seine-Maritime entre 1972 et 1977, et enfin celui de la Seine, devenu par la suite les Archives de Paris. Sa passion pour les archives l’amena à faire preuve, tout au long de sa carrière, d’une grande disponibilité et d’un grand sens du dévouement envers les lecteurs. Son attachement aux Archives de Paris se poursuivit même pendant sa retraite, au cours de laquelle elle continua de fréquenter encore régulièrement le service. Étant également attachée aux autres formes du patrimoine et à l’architecture, elle publia plusieurs travaux scientifiques, particulièrement sur la ville de Saint-Denis. Mais son travail quotidien de traitement des fonds d’archives l’a conduit à être l’une des protagonistes d’une des plus importantes mises en accusation du travail d’un historien en quête de vérité sur un événement de l’histoire contemporaine.

L’affaire implique Jean-Luc Einaudi (1951-2014), historien travaillant sur la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 et sur sa qualification de massacre au vu de sa répression mortelle par la Préfecture de police de Paris, dans le contexte extrêmement violent de la guerre d’Algérie. Entre 1991, où il publie son ouvrage La Bataille de Paris, et 1998, il formule plusieurs demandes de dérogation pour obtenir l’accès aux registres d’information du parquet en charge de l’affaire. Ces documents, incommunicables jusqu’en 2021 en raison du délai de 60 ans applicable depuis la loi du 3 janvier 1979, lui fourniraient les preuves nécessaires à son argumentation. Cette année 1998, Maurice Papon, préfet de Paris à l’époque de l’événement, décide d’attaquer Jean-Luc Einaudi en diffamation après qu’un article publié dans Le Monde révèle sa responsabilité dans le massacre. Le procès s’ouvre en février 1999 alors que l’historien n’a toujours pas pu avoir accès aux documents, ces demandes ayant été systématiquement rejetées.

Agrandissement de l’affiche du documentaire « Ici on noie les Algériens », de Yasmina Adi. (DR)

Continuer la lecture

#4 – Chroniques de grève – Appel des invisibles, mai 2008

par Eliane Daphy, sur le site de Sauvons la recherche, 26 mai 2008

Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes fiers de nos métiers
Nous sommes fiers de nos disciplines, de nos savoirs et de nos savoir-faire
Nous sommes les petits, les clandestins, les précaires
Nous sommes invisibles

Nous sommes en danger. Nous sommes en colère
Nous ne nous laisserons pas faire
Nous sommes la partie d’un tout. Nous sommes la recherche et l’université
Nous avons bien constaté que certains des privilégiés nous ont déjà laissés tomber
Ces mandarins trop occupés à protéger leur notoriété
Nous les petits, les clandestins, les précaires

Nous les CDD les sans-statuts les sans-droits
Nous appelons à la solidarité des statutaires
Nous demandons la fin du travail gratuit, des CDD
Nous demandons la fin des concours bidons
Nous demandons de travailler dans la dignité
Nous demandons la fin des DU et chefs de service méprisants exploiteurs

digital.lib.muohio.edu/u?/snyder,1765

Secretary at typewriter, College administration, Miami University, 1912

Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes des milliers
Des masques blancs derrière nos visages
Pour bien monter notre existence
Nous nous donnons rendez-vous

 

Le 27 mai dans la rue
À l’Academic Pride
Marche de tous les savoirs

Texte écrit par Eliane Daphy, ingénieure d’études CNRS 2e classe,
intégrée au CNRS à 50 ans en 2002, après 20 années de bons et loyaux service
comme chercheure hors-statut précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche,
et comme bonne à tout faire bénévole dans un labo CNRS.