La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

Continuer la lecture

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []