Les revers de l’excellence (académique)

  • par Camille Noûs, laboratoire Cogitamus, et par une docteure en sociologie
    33 ans
    qualifiée aux fonctions de maitresse de conférences en section 19

Actuellement recrutée pour un projet d’un an au sein d’un projet ANR, je souhaite témoigner de mon parcours de doctorante puis de jeune docteure.

Après un master de sociologie et un an passé en tant que chargée d’études dans une entreprise, j’ai obtenu un CDD de 6 mois à Paris au CNRS afin de mener à bien une revue de littérature pour une chercheuse CNRS. Elle avait évoqué un voyage à la clé dans une université aux États-Unis qui hébergeait une unité mixte du CNRS. Durant mon stage de 6 mois, j’ai pris des cours de sociologie dans cette université, puis postulé

au programme de doctorat, dans lequel j’ai fini par être acceptée (mon niveau d’anglais n’était pas tout à fait suffisant pour y entrer).

Apprentie chercheuse aux États-Unis

L’insertion dans un PhD program de 5 ans (dont 2 de master) m’a conduite à mener la vie d’une doctorante en sociologie sur un campus états-unien, à bénéficier des installations et des services (bibliothèque, salle de sport) et à suivre sur trois ans des cours et des séminaires, 18 au total, donc à rendre des papiers, à obtenir des notes, à passer des examens (comprehensive exams), à écrire une proposition de thèse de 70 pages.

J’ai pu y vivre des expériences individuelles riches que je ne cherche pas à minorer par ce témoignage. J’y ai appris l’importance du positionnement théorique en fonction de littératures et d’auteurs à citer (savoir à quelle audience on s’adresse) mais aussi à rédiger des papiers selon le formatage intro/ littérature/ méthode/ résultats. J’ai été formée aux multiples pratiques de l’ethnographie, et aux débats qui la traversent (qui opposent de manière plus ou moins cachée celle de Burawoy, multi-située, celle de Wacquant, incarnée ou celle de Duneier, dans l’héritage de l’école de Chicago). Avec le tsunami de l’affaire Alice Goffman1, je voyais apparaitre les règles de l’édition universitaire, des livres qui doivent parler d’inégalités, surtout raciales, et de sujets considérés comme médiatiques, sexy ou intéressants pour le grand public et qui influencent grandement le fonctionnement du travail scientifique.

https://www.flickr.com/photos/8404101/31397800390/in/photolist-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-6W1cNB-9CAzpy-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-NGTvka-2e4Wkpu-bAcrUP-aAAhj5-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-JNEaQj-cX3h21-ppU5o-m2UU-9hiMWv-4sF7xv-RGeJMx-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-9qgen8-adFXch-LGrV-2htuPzS-p5MHR-nDgjv-4wPJHw

Touch, par Philippe, 2016

Ce que j’ai pu observer, c’est aussi le fonctionnement d’un département de sociologie en fonction de son classement dans la hiérarchie universitaire. Le programme de sociologie de cette université locale était généralement classé entre 15e et 20e. Ce classement, dont tout le monde dans le département prend bien conscience, positionne le programme au sein même de l’université et définit certaines lignes de crédit pouvant ouvrir des postes, ce qui conditionne de fait toute une série de pratiques : l’importance du recrutement des doctorant·es à profils prometteurs, l’importance des publications dans des revues indexées pour les doctorant·e·s qui expliquent notamment la multiplication de séminaires collaboratifs du type publish or perish, des publications qui de préférence ont gagné auparavant toute une série de prix (awards) pour espérer être repérées par des universités qui recrutent, et obtenir un poste tenure track (CDD de 5 ans pour un éventuel CDI à la clé) dans une université dite de rang A (recherche).

Si ces conditions de fonctionnement et ces rites de passage ont constitué en soi une des richesses du parcours doctoral (j’y ai été suivie, relue et encadrée, et cela m’a permis d’y apprendre le métier de chercheur·e, d’avoir un nombre conséquent de publications à mon actif et de produire de fait un document de thèse), elles sont aussi tributaires d’un fonctionnement très inégalitaire du monde de la recherche académique aux États-Unis.

L’injonction à la productivité

Il existe dès la deuxième année du doctorat une forte pression à produire  en effet : cela est en partie dû à la raréfaction des postes et à la titularisation des chercheur·e·s. Les doctorant·e·s apprennent dès le départ la hiérarchie des revues en sociologie (ASR, AJS, Social Forces), elles·ils apprennent à maitriser les plateformes des éditeurs, à se confronter à 3 sessions de R&R (revise and resubmit) qui peuvent durer jusqu’à plus de 2 ans pour être rejeté·e (reject) à la fin. Continuer la lecture

  1. Voir par exemple, https://www.nytimes.com/2016/01/17/magazine/the-trials-of-alice-goffman.html []

Soutenir les forces françaises d’investigation dans le domaine du légume de saison : un appel à projet

Le SATT Paris-Saclay et le principe de réalité

Alors que le confinement général vient d’être déclaré, les universités fermées, on est à bon droit de s’étonner de l’initiative «Appel à jeunes docteurs (sic)» de SATT Paris-Saclay – intelligemment sous-titrée #restezchezvous et #candidatezjusquau3avril. Que l’institution comprend-elle par #noussommesenguerre du président Macron?

#BOYCOTTSATTParisSaclay