Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit

L’urgence des très nombreuses luttes en cours – contre le sort réservé aux étudiant·es, contre le sexisme et les harcèlements, contre la précarité, contre les attaques en islamogauchisme, contre la loi de programmation de la recherche, contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, etc., la liste est malheureusement longue – ne doit pas faire oublier que l’on connaît précisément ceux qui sont les principaux responsables, depuis deux décennies, de la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Petit retour en arrière sous forme de portraits, pour le lancement d’une nouvelle série d’articles sur Academia.

La TNT offre parfois de surprenantes programmations, telle cette série mi-documentaire, mi-télé-réalité intitulée « les démolisseurs de l’extrême » qui met en scène des opérations de destruction de grandes structures « hors normes » par une équipe de démolisseurs professionnels, prise généralement par le temps et devant faire face aux contraintes techniques les plus diverses. On imagine la difficulté des producteurs à dénicher, saison après saison, des sujets à la fois spectaculaires et insolites. Academia relève le défi et s’apprête à proposer une nouvelle saison et une programmation tout à fait inédite des « démolisseurs de l’extrême », avec pour toile de fond l’actualité de l’ESR en France. Cette semaine, nous nous intéresserons à deux figures stars de la discipline qui ont fait parler d’elles récemment : Bernard Larrouturou et Antoine Petit. Rassurez-vous, Thierry Coulhon n’est pas loin dans cette histoire ; à un tel niveau de la compétition, les vrais talents sont rares.

Divulgâchons. Vous verrez comment, par un renversement de l’histoire et un invraisemblable conflit d’intérêts à venir, celui qui a dirigé le CNRS s’apprête dorénavant à superviser son évaluation HCERES pour le compte de son « ami de vingt ans », PDG de l’organisme.

Retour en pointillés sur deux décennies d’histoire du CNRS…

Nous sommes en juillet 2003. Bernard Larrouturou est nommé Directeur général du CNRS par la ministre de la recherche de l’époque, la stratosphérique Claudie Haigneré. Ce brillant cerveau, estampillé X-Pont, occupait jusqu’alors les fonctions de PDG de l’Inria depuis 1996 ; organisme où il a gravi à grandes enjambées tous les échelons depuis son entrée en 1983 comme chargé de recherche.

À son arrivée rue Michel-Ange, Bernard Larrouturou affiche des ambitions réformatrices qu’il souhaite mener tambour battant : réorganiser le navire amiral de la recherche française de fond en comble, rien que ça. Ce sera sa grande œuvre, son opus dei. L’homme est pressé mais cette « réorg » va rapidement tourner vinaigre et se trouver sous le feu de critiques internes à la maison. Et pour cause. Il ne s’agit pas d’une restructuration commandée par la science mais plutôt d’un micmac bureaucratique conçu par celui à qui, dans les couloirs du CNRS, va vite coller à la peau la célèbre définition de Coluche :

« un technocrate, c’est un mec que si tu lui donnes le Sahara, dans cinq ans, il va acheter du sable ailleurs ».

Le « projet Larrouturou » prévoit ainsi un bizarre redécoupage des contours des départements scientifiques qui va, dans un premier temps, tourner au couac puis à l’accident industriel.

Il faut dire que le grand architecte de la science française a une idée lumineuse : il décide de regrouper les mathématiques, l’informatique, la physique et les sciences de l’univers dans un seul et unique département de taille démesurée. Ce sera feu le département MIPPU, création « larrouturesque » typique qui explosera en vol rapidement, « ne serait-ce qu’à cause d’un acronyme à la con» d’après un ancien membre du comité de direction de l’époque. Le projet introduit également une surcouche administrative supplémentaire avec la création des fameux « directeurs inter-régionaux », l’œil de Moscou auprès des satrapes provinciaux, dont un délégué régional connu pour son fort accent du sud-ouest et sa verve légendaire dira à leur création : « Les directeurs interrrrrégionaux ne servent pas à grrrrand-chose, à part foutrrrrre la merrrrrrrde ! ».

The Cerda family’s house is demolished for ABC’s “Extreme Makeover: Home Edition” filming in Las Vegas this week.

Un projet d’hommes et d’organigrammes

On l’aura compris : au-delà des coupes budgétaires et de la mise à l’arrêt de nombreux programmes-supports internes initiés du temps de Geneviève Berger, le « projet Larrouturou » apparait surtout comme un projet d’hommes et d’organigrammes. Son but : installer une garde rapprochée qui devra jurer solennellement « fidélité et loyauté » à son DG bien aimé en comité de direction1. Elle en dit long sur les méthodes de management que Bernard Larrouturou essayera d’imposer pendant son mandat de démolisseur. D’une certaine façon, avec le recul, on peut y déceler un précurseur de la macronie ayant une bonne décennie d’avance sur les pratiques devenues monnaie courante dans le monde de l’ESR. Chapeau bas l’artiste ! L’intéressé dira lui-même, après son départ2 :

« Le CNRS a été mis sous pression. Mais la recherche a surtout de la peine à admettre l’intérêt du management » (sic).

Autre perle rapportée dans une interview célèbre de l’Usine Nouvelle : « Ces années ont fait de moi un dirigeant, et plus seulement un chercheur. » (resic). Fermez le ban !

Mais revenons à ce qui nous occupe aujourd’hui.

Continuer la lecture

  1. L’anecdote est authentique, nous y reviendrons dans un prochain billet. []
  2. « Bernard Larrouturou, tête chercheuse« , L’Usine Nouvelle, 16 novembre 2006. []

Affichage des résultats d’admissibilité aux concours chercheurs et chercheuses sur le site du CNRS. Motion de la CPCN, 15 mars 2021

Le 15 mars 2021.

La CPCN — qui réunit l’ensemble des présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS — a appris que le PDG du CNRS avait décidé que les listes de candidates et candidats admissibles ne seraient plus affichées selon l’ordre de mérite établi par le jury, comme c’était le cas antérieurement, mais selon l’ordre alphabétique.

Sur la forme, la CPCN déplore profondément de n’avoir été ni consultée avant cette décision ni même informée de ses motivations. Elle note que cette décision va à l’encontre des informations contenues dans le Guide du candidat et de la candidate mis en ligne par les services du CNRS pour le concours actuellement en cours, qui précise que « les résultats d’admissibilité et d’admission sont mis en ligne sur le site web du CNRS à l’issue des réunions des jurys » (p. 13).

Sur le fond, les règles d’organisation des concours CNRS confient au comité national, instance indépendante représentant la communauté scientifique, la mission de sélectionner les candidates et candidats admissibles à ces concours. Le classement « par ordre de mérite » des admissibles relève des prérogatives des jurys d’admissibilité et figure au procès-verbal de leurs travaux. Ce classement fait suite à un long travail d’évaluation reposant sur l’analyse des dossiers, l’audition de candidates et candidats, et des délibérations approfondies. Sur cette base, le jury d’admission établit la liste des lauréates et lauréats des concours. Cette organisation en deux phases distinctes garantit la qualité du dispositif de recrutement et lui confère une légitimité forte. La transparence des décisions concluant chacune des étapes du concours est en outre un facteur essentiel de la confiance que la communauté scientifique place dans le dispositif de recrutement du CNRS.

La CPCN réaffirme donc avec force son attachement à la publication sur le site du CNRS des résultats d’admissibilité par ordre de mérite.

Motion approuvée à l’unanimité par les présidentes et présidents des sections et commissions interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique, présidentes et présidents des jurys d’admissibilité des concours chercheurs et chercheuses du CNRS.

Diffusion :

  • Monsieur le PDG du CNRS
  • Messieurs les DGDS et DGDR du CNRS
    Mesdames les directrices et Messieurs les directeurs des instituts du CNRS
    Mesdames les directrices adjointes scientifiques et Messieurs les directeurs adjoints scientifiques des instituts du CNRS
  • Madame la Présidente du conseil scientifique du CNRS
    Mesdames les présidentes et Messieurs les présidents des conseils scientifiques d’instituts du CNRS
  • Mesdames les assistantes et Monsieur l’assistant du Comité national

1968, anonyme

Réintégration des CR CNRS de la section 36: déni de démocratie. Lettre du député François Descroizaille, 2 mars 2021

« Qu’une initiative parlementaire portée par 92 députés ne s’impose pas dans le calendrier sans appui au niveau du gouvernement, cela pose un problème démocratique dont Mme Vidal ne tient pas compte mais c’est une question institutionnelle. » 

En publiant la lettre de François Descroizaille, député de la première circonscription du Val-de-Marne, Academia entend souligner que le déni de démocratie caractérise désormais pleinement le ministère de Frédérique Vidal, et partant, le gouvernement. En effet, le refus d’inscrire à l’agenda parlementaire la proposition de loi pour réintégrer les cinq fonctionnaires lésé·es par les conséquences judiciaires des pressions de la direction de l’INSHS, après avoir fait voter la suppression de l’amendement de la loi de finances qui les aurait réintégrées, éclaire la position du gouvernement d’une lumière encore plus crue. Le député Desroizaille ne parvient pas à y croire.

Paris, le 2 mars 2021

Depuis le 21 octobre 2020, le milieu de la recherche publique est secoué par une décision de justice qui en ébranle le statut. La titularisation de cinq chargés de recherche du CNRS au titre de l’année 2019, dans le domaine de la sociologie et des sciences du droit, a en effet été annulée suite au recours en justice d’un candidat écarté par le jury d’admissibilité.

Le 20 novembre 2020, tous les membres de l’Assemblée nationale ont reçu un courrier signé par 1762 chercheurs, solidaires des cinq dont ils réclamaient le rétablissement de la titularisation par voie législative.

Le 20 janvier 2021, la Proposition de Loi de validation législative de cette titularisation que j’avais déposée avec les signatures de 91 de mes collègues, relevant de tous les groupes parlementaires, a été enregistrée par les services de l’Assemblée nationale.

Mais sous la cinquième République, l’équilibre des pouvoirs est tel qu’une initiative parlementaire, même de cette ampleur, ne s’impose pas dans le calendrier législatif, essentiellement tributaire du gouvernement. Or, la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mme Frédérique Vidal, ne soutient pas cette Proposition de Loi à laquelle elle semble préférer la voie juridictionnelle, pourtant plus incertaine et déstabilisante pour les chercheurs : le CNRS a fait appel.

Pour moi qui suis un député de la majorité, soucieux de loyalement soutenir le gouvernement sans renoncer au contrôle de son action comme le prévoit la Constitution, ce choix de Mme La Ministre est incompréhensible.

Continuer la lecture

Chaque geste compte (4)

Remerciements à #Républigram, à @MartyBestof et à un illustre inconnu

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Dans le cadre de la journée de lutte du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), s’est tenu sur le campus d’Orsay un atelier sur les inégalités Femmes/Hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Un des objectifs était d’interpeller la présidente de l’Université Paris Saclay et le Président du CNRS qui, tout à la fois, prétendent agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes et soutiennent la LPPR que la ministre remet à nouveau à l’agenda. La pandémie du COVID-19 et le confinement ont interrompu la rédaction de cette adresse. En voici le texte repris et actualisé.

  • par Atelier inégalités Femmes/Hommes du 5 mars 2020 des personnels et syndicats mobilisés contre la LPPR

Orsay, juin 2020

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Adresse à Sylvie Retailleau (Présidente de l’Université Paris Saclay) et Antoine Petit (Président directeur général du CNRS)

Les deux mois de confinement dus à la pandémie du COVID-19 ont vu l’exacerbation brutale des discriminations, et violences envers les femmes. Concernant l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), des éditeurs, des associations et des tribunes ont alerté sur la dégradation spécifique des conditions de travail des femmes scientifiques et ses prévisibles conséquences négatives sur leur avenir et leurs carrières, notamment pour les plus jeunes et les plus précaires. Cette crise démontre – s’il en était encore besoin – combien les choix politiques qui ont prévalu jusqu’ici dans l’ESR, et qui seront aggravés par la loi de programmation de la recherche (LPPR) que la ministre Frédérique Vidal compte présenter au parlement en juillet, loin d’être une réponse à ces inégalités, en sont une des causes principales.

Comment pouvez-vous prétendre agir pour réduire les discriminations et les inégalités envers les femmes en défendant le système actuel de l’ESR et en soutenant son aggravation via la LPPR ?

Les violences sexistes, sexuelles et morales, au premier rang des inégalités et discriminations subies par les femmes.

Si elles ont dramatiquement explosé dans le cadre familial durant le confinement, elles sont une réalité à laquelle les femmes ont trop souvent à faire face également dans l’ESR. Une étude menée dans 159 pays sur plus de 30000 scientifiques révèle que les femmes sont 14,4 fois plus victimes de harcèlement sexuel au travail que les hommes1. Or, il est avéré que les trois facteurs les plus corrélés à ces violences sont (outre le genre) : travailler dans un univers à dominante masculine, être jeune, et avoir un emploi précaire2. Ainsi, en renforçant les rapports hiérarchiques par la généralisation des contrats précaires et le recul des postes permanents (contrats court terme, CDI de chantier, tenure tracks…), la LPPR augmenterait les risques de harcèlement sur les personnels précaires, et donc en particulier les femmes. Continuer la lecture

  1. Cf Gender Gap in Science – A Global Approach to the Gender Gap in Mathematical, Computing and Natural Sciences – How to Measure it, How to Reduce it (janvier 2020) []
  2. Le Défenseur des Droits, « Enquête sur le harcèlement sexuel au travail«  []

La LPPR, sa communication et la politique de la recherche. À propos d’une tribune, d’un communiqué et d’une interview

Voilà plusieurs semaines que l’ensemble les directions de laboratoires, des instances scientifiques du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) et du Centre national de la recherche scientifique  (CNRS) et du sont vent debout contre les annonces des groupes de travail qui ont préparé la future Loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), plusieurs d’entre nous avons été surpris·es de découvrir que le CNRS utilisait son compte Twitter non pas pour communiquer sur l’ensemble des prises de position publiques de ses instances, pourtant remarquables par leur unanimité, mais pour faire connaître une pétition en faveur de la LPPR. C’est l’occasion de revenir sur ce contrefeu (1) et reproduire l’entretien que le président du Comité national de la recherche scientifique Olivier Coutard (2), a offert au journal d’entreprise CNRS info.

1. Contrefeu : les émérites au secours des directions des EPST

Le 20 février 2020, le compte Twitter du CNRS informe la communauté de la parution d’une tribune dans un quotidien sous péage. Le texte, très court — 1440 caractères — peut être intégralement lu sans payer.

« La communauté scientifique attend un engagement financier
fort et durable pour la recherche »

Tribune, Le Monde, 20 février 2020

Monsieur le Président de la République,

vous avez annoncé, le 26 novembre 2019, votre intention de porter la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) à 3 % de notre produit intérieur brut. Pour la seule partie publique, cela représente une augmentation de plus de six milliards d’euros qui, dans le contexte actuel que nous connaissons tous, est une somme très importante. Mais le besoin est là, et l’urgence est manifeste. Plusieurs pays ont fait de la science une priorité. Vous l’avez affirmé vous-même pour la France : « Tous nos défis ont besoin de science et de technologie pour les relever ».

C’est une question de souveraineté et, en cela, la France doit se donner les moyens de garder sa place sur la scène internationale. Nous avons besoin d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, définie par rapport aux défis qui nous font face et correspondant à nos attentes et nos besoins. Comme vous le savez, il existe une inquiétude dans la communauté scientifique face à des informations qui sont encore fragmentaires.

Sans présumer de la rédaction finale de la loi, nous tenons à vous affirmer que la communauté scientifique soutient l’idée d’une loi de programmation et attend un engagement financier fort et durable pour la recherche. Elle saura répondre aux enjeux pour notre pays. Cette loi marquera votre engagement et celui de la France sur la durée. Elle doit avoir des effets tangibles dès 2021.

En substance, les 180 signataires demandent plus d’argent pour la recherche. Soit. Si possible de un financement pluriannuel. Re-soit.

De là à vouloir la loi de programmation pluriannuelle de la recherche telle que les rapports des groupes de travail préparatoires la préfigurent, il y a un pas qu’on ne peut .franchir sans examiner le dispositif de signatures et l’environnement éditorial1

Mettons de côté d’emblée la pétition associée à la tribune du Monde : les quelques 200 signataires, quatre jours après le lancement de la pétition fait peine à voir, d’autant qu’elle mêle aussi bien des citoyen-nes, des industriels et des scientifiques qui, tels cet Arnaud Pothier.

La pétition émane-t-elle bien des « premiers signataires », comme il est courant dans un cas de péitionnement ? On peut s’interroger sur le profil des premiers signataires, bien hiérarchisés entre « Prix Nobel, Médaille Fields, Médaille d’or du CNRS » ; « Responsables d’institutions, organismes et universités »: et « Membres de l’Académie des sciences ». Le premier groupe a une moyenne d’âge de 75 ; le second,  66, le troisième 72.  Le membre le plus jeune est Cédric Villani, qui n’est plus mathématicien, même s’il est bien médaillé Fields ; le plus âgé, Claude Lévi, professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, a 98 ans. Parmi ces signataires du troisième âge avancé, seules 15% de femmes. Le moins que nous puissions dire, c’est qu’à l’exception du groupe des Responsables, il s’agit de personnes qui ont quitté depuis longtemps, en moyenne plus de 5 ans le monde professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche et qu’ils ou elles en perçoivent difficilement les raisons de l’« inquiétude » de personnel à l’emploi très dégradé.

Distribution par âge et sexe des 176 premiers signataires de la tribune Pour une loi de programmation pluriannuelle de la recherche (c)PGE

À tout le moins peuvent-ils ou elle s’accorder sur le besoin de financement de la recherche à hauteur de 3% du Produit intérieur brut, soit un engagement financier durable dans la recherche, sans s’intéresser aux à-côtés dont les groupes de travail nous ont proposé, en particulier en matière d’emploi précarisé.

Continuer la lecture

  1. Par exemple, le lien fait avec la tribune de Philippe Froguel : « Vite une loi pour une science française productive, imaginative et compétitive », publiée pourtant le même jour que quatre autres tribunes opposées à la politique de recherche du gouvernement. []

Turpitudes (1) – Le montage du CNRS pour attirer des « stars internationales », par Martin Clavey

En passant

Par Martin Clavey, The Sound of Science, 13 décembre 2019

Pour attirer des stars internationales, la direction du CNRS a décidé de s’arranger avec les recrutements des directeur·trice·s de recherche du centre.

Stars » par natlas, 2016

Le PDG du CNRS Antoine Petit, on le sait, veut faire entrer son organisme dans le star-système de la recherche en recrutant des chercheur·euse·s connu·e·s à l’international mais une barrière reste, pour l’instant et au moins jusqu’à la mise en place de la loi pluriannuelle de la recherche, en travers de sa route.

La suite ici: https://www.soundofscience.fr/1899