Organisons-nous ! Une lettre aux agents publics par Nos services publics

Alors que Stanislas Guerini vient d’envoyer avec une peu d’avance ses étrennes aux organisations syndicales, avec un projet législatif centré sur le renforcement de  l’efficacité de la fonction publique1, par “un texte resserré autour d’une vingtaine de mesures, essentiellement conçues pour donner des marges supplémentaires fondées sur la confiance dans les acteurs  et la valorisation de leur engagement2, Academia republie la Lettre ouverte aux agents publics après la loi Asile-Immigration du collectif Nos services publics, paru sur leur blogÀ notre tour, nous vous disons : organisons-nous !

En attendant reprenons des forces pour 2024 !

Lettre ouverte aux agents publics après la loi asile-immigration : organisons-nous

Le vote de la loi asile-immigration constitue une accélération historique de la dérive autoritaire et discriminatoire dans notre pays. Face à cette situation, notre responsabilité, en tant qu’agents publics, est directement mise en jeu. Continuer, partir, désobéir ? Soyons à la hauteur : organisons-nous.

Continuer, partir, désobéir ? Comment articuler nos convictions avec des orientations politiques qui leur sont contraires, lorsque l’on est fonctionnaire ? Cette question, tou.te.s les agents de la fonction publique se la posent, à un moment ou à un autre de leur carrière. Servir successivement sous des Gouvernements d’obédiences politiques différentes, y compris éloignées de nos convictions, est en effet une des particularités de nos métiers : les fonctionnaires et agents publics sont choisis pour leur compétences, et non pour leurs idées politiques. Cette particularité s’exerçait, jusqu’à il y a peu, dans un cadre politique relativement clair où des lignes de clivage séparaient certes la gauche de la droite, mais surtout où un consensus dit “républicain” distinguait ces deux composantes d’une part, d’une extrême droite et de sa xénophobie d’autre part.

Affaissement des digues

Ce cadre “républicain” est-il toujours d’actualité ? Force est de constater qu’il a, à tout le moins, été durablement abîmé par les derniers quinquennats, et que la loi asile-immigration s’inscrit dans un continuum de renoncements allant de la création du ministère de l’immigration et de l’identité nationale à la proposition d’inscrire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les Français bi-nationaux.

Continuer la lecture

  1. soit une accélération de sa disparition. []
  2. Entendre, “adopté par 49.3”, “pour supprimer le statut et rémunérer à la tête du client”. []

Lyon antiraciste : les sites universitaires bloqués ce jeudi 21 décembre 2023

Université de Lorraine contre la loi Immigration, 20 décembre 2023

Réaction d’Hélène Boulanger, présidente de l’Université de Lorraine, après l’adoption de la loi « pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration »

Hier soir, l’Assemblée nationale a adopté, à la suite du Sénat, le texte de la loi sur l’immigration porté par le gouvernement. Ce texte doit encore être examiné par le Conseil constitutionnel et il est encore susceptible d’évoluer. Il reste qu’à la faveur de jeux politiques qui nous conduisent peu à peu vers le précipice d’un populisme haineux, ce texte a été voté par les représentantes et représentants du peuple français. Il comporte des mesures qui piétinent nos traditions d’hospitalité et qui m’amènent aujourd’hui à exprimer mon profond et irréconciliable désaccord.

La Lorraine est une terre d’accueil qui incarne dans son passé et son présent les valeurs de la République. Les succès que nous remportons, nous les devons à des femmes et des hommes qui viennent de tous les horizons. Les décennies qui viennent de s’écouler nous ont démontré que nous avons besoin de ces femmes et de ces hommes pour nous aider à construire le monde de demain, un monde qu’il faudrait nous employer à rendre meilleur plutôt qu’à le découper en petites forteresses nationalistes. Je suis lorraine et l’histoire m’a appris que le rejet de l’autre n’est que le paravent d’une société qui n’a plus ni boussole, ni espoir d’un meilleur lendemain.

L’université est le lieu dans lequel se prépare notre futur, que ce soit en formation ou en recherche. Il se bâtit avec les cerveaux et les enthousiasmes de tous ceux et toutes celles qui s’engagent pour la science et les services qu’elle rend à la société toute entière, d’où qu’elles ou ils viennent. Nos laboratoires et nos entreprises ont besoin de tous les talents pour faire face aux défis qui sont déjà les nôtres aujourd’hui et seront encore là demain.

Continuer la lecture

L’antisémitisme nous regarde : combattons-le partout, tout le temps

Une explosion d’actes antisémites

Depuis le 7 octobre, nous assistons en France et dans le monde à une multiplication terrifiante d’actes antisémites : inscriptions taguées, insultes, agressions et profanations. Le 20 octobre, à Paris, un homme a incendié la porte d’entrée d’un couple d’octogénaires sur laquelle était accrochée une mezouzah. Depuis, nombreuses sont les personnes juives en France à avoir retiré de leur porte ce symbole de protection.

Dans l’Éducation nationale, des parent·es d’élèves conseillent à leurs enfants de taire leur judéité et font part aux personnels de leur inquiétude que nos élèves de confession juive soient victimes de la haine antisémite au sein même de l’école. À l’université également, les étudiant·es juif·ves alertent sur une montée de l’antisémitisme, jusque dans les amphis, comme à Panthéon-Assas, où un enseignant a fait un salut nazi en cours et un autre a été suspendu pour avoir plaisanté sur les victimes du 7 octobre.

Regarder l’antisémitisme en face

Dans ce déferlement de haine et la cacophonie médiatique qui en résulte, avec son lot d’instrumentalisations et de récupérations, chacun·e croit connaître et reconnaître les coupables, direct·es ou indirect·es, mais personne ne regarde les victimes.

Continuer la lecture

Notre pays est en deuil et en colère. Manifestons le 8 juillet 2023

Notre pays est en deuil et en colère. Le meurtre de Nahel tué par un policier à bout portant à Nanterre, a mis à nu les effets de décennies de politiques publiques discriminatoires et sécuritaires ciblant notamment les quartiers populaires et la jeunesse qui y grandit et particulièrement les personnes racisées et précarisées. L’escalade des violences est une impasse et doit cesser. La conception essentiellement répressive de la police, et l’évolution législative de 2017 sur l’usage des armes de service, aggravent ce que la population vit et subit que ce soit en termes de discriminations et de pratiques racistes.

Les tensions entre population et police viennent de loin et s’inscrivent dans une histoire marquée d’injustices, de préjugés, de violences, de discriminations, de sexisme… et d’un racisme systémique qui traverse l’ensemble de la société et qui n’est toujours pas éradiqué.

Les habitant·es des quartiers concernés et notamment les femmes pallient bien souvent seul·es les carences en termes de services publics. C’est bien la régression de ceux-ci, l’école, les lieux de partage et de culture, sportifs, la poste, les administrations etc. et le recul du soutien de l’État au tissu associatif qui ont largement contribué à marginaliser ces quartiers et des territoires entiers bien au-delà, particulièrement dans les Outre-mer.

L’abandon de ces populations de quartier est aggravé par le contexte économique d’appauvrissement, d’inflation, de hausse des loyers, des prix l’énergie et la réforme de l’assurance chômage. Les inégalités sociales touchent particulièrement les enfants et les mères isolées. C’est ce que montrent les révoltes qui ont secoué les quartiers populaires depuis quelques jours en réaction à la tragédie de Nanterre.

En plus de décennies de dérives d’une politique du maintien de l’ordre, de lois sécuritaires (loi sécurité globale, loi séparatisme…) et de mesures d’exception, nous assistons depuis quelques jours à des pressions du gouvernement pour mettre en place une justice expéditive. Le prononcé de mises en détention préventives systématiques avec des peines de plus en plus lourdes n’est pas acceptable !

L’urgence n’est pas celle de la répression qui ne fera que renforcer l’extrême-droite et fera reculer une fois de plus les droits et libertés.

L’apaisement durable n’est possible que si le gouvernement prend les mesures nécessaires pour répondre à l’urgence de la situation et aux exigences des populations concernées.

L’ONU a critiqué à plusieurs reprises les politiques sécuritaires et les problèmes institutionnels de racisme en France, en particulier dans les forces de l’ordre.

Ce sont les discriminations qui sont un poison toxique qui décrédibilise l’idée même d’égalité et sème le désespoir.

Continuer la lecture

Communiqué unitaire: Appel pour la jeunesse populaire

La mort dramatique de Nahel à Nanterre a mis en lumière les tensions toujours très fortes dans les quartiers populaires de France qui dépassent le seul cadre des violences policières et sont liées aux injustices et discriminations subies au quotidien. Elles nécessitent une réponse politique de court et de long terme.

Nous, signataires de cette tribune, sommes convaincu-es que l’avenir de la société se joue dans la place qu’elle parvient à faire, notamment à toutes les jeunesses. Nous exigeons un plan ambitieux qui permette de sortir par le haut d’une situation que les gouvernements actuel et passés ont contribué à créer et ont laissé dégénérer.

Une grande partie de la jeunesse subit le racisme au quotidien, victime de préjugés, de discriminations, et de violences. Un climat idéologique d’ensemble stigmatise en particulier les musulman.es ou celles et ceux qui sont perçu.es comme tel.les et notamment les jeunes. C’est cette situation-là qui ne peut plus durer.

Continuer la lecture

Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019)

Si on cherche “Eschyle + Les Suppliantes + Sorbonne” dans Google Actualités, on retrouve 99 résultats. La “controverse” datée de mars 2019 apparaît même sur la page Wikipédia de la pièce. Systématiquement sont repris plusieurs communiqués : celui de l’Université, celui du metteur en scène Philippe Brunet et le communiqué commun de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Franck Riester, Ministre de la Culture — communiqués qui ont servi à la rédaction de plusieurs articles sans guère de réelle enquête. De nombreuses personnes et collectifs ont pris la parole1 une tribune signée par 343 personnes racisées a été publiée sur Mediapart2 en réponse à celle publiée dans Le Monde3. À aucun moment les étudiant·es à l’origine de cet appel au boycott n’ont été écouté·es.

Je voudrais ici revenir sur ce qui s’est joué à l’intérieur de la Sorbonne à ce moment-là, du point de vue d’une militante active dans l’association étudiante qui a relayé l’appel au boycott4.

Blackface

Au second semestre de l’année universitaire une étudiante publie sur le groupe facebook “Etudiant Sorbonne Université” une capture d’écran de ce tweet : 

 

Continuer la lecture

  1. Blackface au théâtre de la Sorbonne | Tribune des 343 racisé•e•s“. Arnaud Maisetti ; “Les Suppliantes : réaction de Joëlle Le Marec, professeure des universités au CELSA, directrice du département Magistère et chercheuse membre du GRIPIC“. La BAFFE []
  2. Racisme dans les arts: Lipanda Manifesto, tribune des 343 racisé·e·s“. Le Club de Mediapart []
  3. « Blackface » à la Sorbonne : « Ne pas céder aux intimidations, telle est notre responsabilité ». Le Monde []
  4. Je ne suis plus en contact avec l’ensemble des étudiant-es concerné·es, et il ne s’agit pas ici de faire seule le récit exhaustif de ce qu’il s’est passé. []

Solidaires étudiant∙e∙s est signataire de l’appel “Campagne antiracisme et solidarité”

« Nous n’allons pas combattre le racisme par le racisme,
mais grâce à la solidarité. »
Fred Hampton, Black Panthers Party – mai 1969

Notre pays construit des ponts pas des murs. D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, notre pays existe. Il s’appelle Solidarité.

Notre pays n’a ni carte, ni limites. Il ne fait pas la guerre si ce n’est au fascisme, au colonialisme, au racisme, à l’injustice et aux inégalités.

Notre pays n’existe pas isolé, atomisé, soumis. Il existe dans tout ce qui relie, regroupe, donne confiance et lutte.

Notre pays est en grand danger. Il doit sortir, se montrer, se lever. Vivre.

Car notre pays brûle. Il s’appelle Avenir.
Car notre pays est étouffé. Il s’appelle Liberté.
Car notre pays se meurt. Il s’appelle Égalité.
Car notre pays est opprimé. Il s’appelle Dignité.

Notre pays est en danger. Nous appelons à la mobilisation générale.

Pour l’avenir. Si la planète brûle, cela n’a rien à voir avec les migrations, nos couleurs de peau, nos origines, nos religions. Le monde n’attend qu’une étincelle pour exploser et certain.e.s nourrissent l’incendie qui nous menace.
Nous dénonçons toutes les formes de racisme dont l’islamophobie, l’antisémitisme, l’anti-tziganisme, la négrophobie et le racisme anti-asiatique. Nous exigeons notamment la fin des contrôles au faciès, l’abrogation de la loi dite « séparatisme », le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la fin des dominations économiques, militaires et politiques, en particulier la Françafrique.

Pour la liberté. Nous voyons que lorsqu’on commence à limiter la liberté pour certain·e·s, c’est la liberté de tou·te·s qui recule. C’est ainsi que se mettent en place des pouvoirs de plus en plus autoritaires.
Nous exigeons la liberté de circuler et de manifester et notamment l’abrogation de la loi dite « sécurité globale », la fin des violences et des crimes policiers et pénitentiaires, la suppression des mesures de répression contre les migrant·e·s (OQTF*, IRTF*, …) et la fermeture des Centres de Rétention Administrative. Nous exigeons la destruction des murs qui s’érigent partout dans le monde pour séparer et contrôler les peuples.

Pour l’égalité des droits. Les arguments utilisés contre l’immigration sont faux économiquement et ne servent qu’à justifier les mesures qui amplifient monstrueusement le racisme et les inégalités sociales. L’oppression et la surexploitation des migrant·e·s aggravent les conditions de tou·te·s les salarié·e·s.
Nous revendiquons l’égalité des droits pour tou·te·s, le renforcement et l’accès réel à la santé, à l’éducation, à des revenus décents, au logement et l’arrêt des expulsions dans les foyers de travailleurs/euses migrant-es. Nous exigeons notamment la régularisation des sans-papiers.

Continuer la lecture

Rest in peace, rise in power : bell hooks (1952-2021) in memoriam

Permettez-moi de commencer en vous disant que j’en suis venue à la théorie parce que je souffrais — la douleur était si intense que je ne pouvais continuer de vivre. C’est désespérée que j’en suis venue à la théorie, désireuse de comprendre — de saisir ce qui arrivait autour et à l’intérieur de moi. Plus que tout, je voulais faire partir la douleur. J’ai entrevu dans la théorie un endroit de guérison.
La théorie ne guérit pas en soi; elle n’est pas libératrice ou révolutionnaire en elle-même. Elle remplit cette fonction unitquement quand nous lui demandons de le faire et quand nous orentions notre théorisation vers cette fin “. Gloria Watkins, alias bell hooks, “Theory as Liberatory Practice”, 19911

Continuer la lecture

  1. The Yale Journal of Law and Feminism, 4:1 (1991), p. 1-12, citattion p. 1 et 2, trad. Ch. Rabier. []

Charte de l’Association Française d’Études Américaines sur l’éthique, les discriminations et les violences: l’ambition d’une société savante

Charte de l’ASSOCIATION FRANÇAISE D’ÉTUDES AMÉRICAINES sur l’éthique, les discriminations et les violences – Annexe (1) aux statut, adoptée le 28 mai 2021

Préambule

Dans le cadre des valeurs humanistes et de tolérance défendues par l’AFEA, la présente charte entend rappeler à ses membres l’impérieuse nécessité de respecter les principes de dignité et de probité qui constituent le socle fondateur de toute société savante.

Les statuts de l’association définissent comme ses buts premiers d’”établir des contacts réguliers entre spécialistes d’études nord-américaines (art, politique, histoire, littérature, géographie, sociologie, etc.) de façon à faciliter leur tâche d’enseignant·es et de chercheur·ses”, et “de travailler au développement des études nord-américaines” ; à ce titre, l’AFEA souhaite rappeler son attachement à l’éthique à la lutte contre toute forme de discrimination et de rupture d’égalité aux fins que soient garanties les libertés d’opinion, de conscience et de croyance.

Afin de faciliter le travail de ses membres dans un climat collégial et serein, les activités de l’AFEA et de ses membres doivent s’effectuer dans le respect des libertés universitaires qui garantissent à chaque enseignant·e, chercheur·se, et enseignant·e-chercheur·se son indépendance, sa liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels. L’AFEA entend défendre l’indépendance scientifique de ses membres qui constitue un principe fondamental reconnu par les lois de la République (conformément à la décision du 20 janvier 1984 du Conseil Constitutionnel).

En ce sens, l’Association Française d’Études Américaines, réunie en assemblée générale le 28 mai 2021, réitère sa ferme condamnation de tout manquement à l’éthique, en son sein comme dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et ce, qu’ils prennent la forme de violences d’ordre physique, symbolique ou psychologique exercées à l’encontre des étudiant·es comme des enseignant·es, enseignant·es-chercheur·ses, chercheur·ses et autres personnels, ou de fraude.

L’AFEA proclame qu’il est de sa mission de créer et d’entretenir en son sein un climat de confiance, fondé sur le respect des personnes et des droits que la loi leur garantit. Elle reconnaît et affirme que ce climat de confiance est indispensable au bon accomplissement des missions d’enseignement, d’administration et de recherche qui incombent à ses adhérent·es.

Malgré le rôle crucial que jouent la législation française, le règlement interne des organismes d’enseignement supérieur et de recherche ainsi que les usages de la profession dans la prévention et la répression de manquements à l’éthique (règles de mise en retrait temporaire en cas de conflit d’intérêt potentiel appliquées au CNU ou par les comités de sélection), l’AFEA constate néanmoins que ces dispositifs peuvent s’avérer insuffisants.

La loi de 1901 relative aux associations rappelle que toute association “est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations” (Art. 1), aussi chaque membre de l’AFEA accepte de facto, en devenant membre, les dispositions de la présente charte.

ARTICLE I. Principes fondamentaux

I.1- L’AFEA condamne tout exercice de la violence, quelle que soit la nature des fautes ou manquements commis.

Cette charte s’applique au même titre aux

  • discriminations sous toutes leurs formes : racisme, antisémitisme, xénophobie, discrimination à raison de l’identité de genre (sexisme, transphobie), de l’orientation sexuelle réelle ou supposée (homophobie, biphobie), de l’âge (âgisme), de l’appartenance religieuse, de l’état de santé (capacitisme), du statut économique et social (classisme) ou de l’apparence physique.
  • violences sexuelles (viol, agression sexuelle, harcèlement sexuel) et abus de pouvoir dans le cadre des relations de travail (harcèlement moral). 
Sur ce dernier point, le bureau de l’AFEA rappelle que, en vertu de l’article 222-33 du code pénal, 
”Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. […] Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers.” 
Conformément à la loi elle-même, de tels agissements sont considérés comme aggravés lorsque les faits sont “commis par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions” (art. 222-33).

I.2- L’AFEA condamne toute forme de fraude, qu’il s’agisse de :

  • Plagiat dans la production scientifique : ouvrages, articles et communications scientifiques ou de vulgarisation ; exercices universitaires (thèses, mémoires) ;
  • Curriculum vitae frauduleux : mention de diplômes non obtenus ou de concours non réussis, d’articles non publiés ou non adressés pour publication mais 
présentés comme tels,
  • Faux en écriture publique : falsification de documents officiels tels que diplômes ou 
rapports de soutenance.

Débats à la Cour suprême des USA sur le mariage de même sex. Credit: Ted Eytan, 28 avril 2015

ARTICLE II. Engagements 


Continuer la lecture

Le temps est au changement ! Lancement du site Réussite noire

On y trouve notamment des informations pour son livre, Ouvrir la voix. Être Noire à l’université française aujourd’hui (2021), les dernières mises à jour concernant le projet antiraciste ainsi que des nouveaux témoignages qui seront publiés au fur et à mesure.
S’y trouve aussi recensée l’étroite collaboration nouée avec des collègues de Science Po Paris.

Travail d’archive (9). “Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème…” — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

“STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00”
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de “couper la République en deu”, chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était “garden-party” tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : “C’est qu’ils se confinent mal”

Continuer la lecture

“Le Ku Klux Klan en aurait rêvé !” Ce que les paniques morales sur les universités révèlent de la propagande d’extrême-droite

  • par Pandov Strochnis

Les universités n’ont jamais eu bonne presse avec les journaux conservateurs. Espaces de contestation et de critique, particulièrement depuis la massification d’après-Seconde Guerre Mondiale et les mouvements sociaux de la fin des années 1960 et des années 1970, ces  institutions se sont révélées, pour une part importante d’entre elles, très résistantes aux tentatives d’entrée et d’emprise du militantisme conservateur ou réactionnaire — même si quelques-unes d’entre-elles sont fameuses pour avoir accueilli des groupes et des intellectuels essentiels de la droite radicale. Il y aurait certainement une histoire à faire des paniques morales agitées concernant ces espaces, qui s’y prêtent bien, étant fréquentés par une partie bien définie de la population et relativement coupés du reste des sphères sociales, mais un tel effort dépasserait les ambitions de ce billet pour Academia.

Une actualité insistante

Une chose toutefois claire — et que j’ai discutée ailleurs — est le fait que l’année 2019 voit en France une résurgence d’un tel cycle de paniques, dont la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021 semblent être un pic : pas un jour ne passe ou presque sans qu’un article discutant, qui la mise en place d’une cérémonie de remise de diplômes réservée aux personnes LGBT dans une université états-unienne — où la pratique existe pourtant depuis plusieurs décennies —, qui un conflit mineur au sein d’une salle de classe quant aux conditions acceptables d’utilisation d’une injure raciste — particulièrement en ce qui concerne la lecture de textes employant ces termes — qui d’un débat concernant le programme à enseigner dans un cours. Les personnes ayant tenté sans succès l’attention des médias sur la situation des universités, notamment concernant les ravages de l’austérité et de la précarité tant sur les usagers que les travailleurs de ces institutions, ressentiront sans doute une pointe de jalousie face à cet intense intérêt pour la question de la composition du syllabus du cours de littérature médiévale de l’université de Leicester, par exemple, au moment même où l’avenir des départements de lettres est remis en cause en France car ils constitueraient un “aller simple pour le chômage”.

Nef pour quatorze reines de Rose-Marie E. Goulet, place du 6-Décembre-1989, mémorial marquant la tuerie de Polytechnique, situé dans le quartier Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Crédit: Montrealais, photographie personnelle

Dans ce contexte médiatique survolté, l’association Qualité de la science française s’interroge “sur la place à réserver au sein des universités à des manifestations consacrées à la défense ou à la promotion de certaines valeurs (telles les “semaines de l’égalité”)”. Car, ajoute-elle, “Les valeurs sont par définition des objets polémiques”.

C’est précisément ce qui va m’intéresser ici, à savoir la place que tient en particulier le thème de la “ségrégation” dans le registre de la dénonciation des initiatives pro-diversité ou anti-racistes, spécifiquement dans les universités, tel qu’il se déploie dans ces paniques morales. Une interjection souvent entendue en ce sens se résume ainsi à “Le Ku Klux Klan en a rêvé, les universitaires l’ont fait !”, reprenant la vieille accusation bien connue de “racialisme”, selon laquelle dans une société largement post-raciste, les seules personnes faisant exister encore le racisme seraient d’une part quelques marginaux racistes en pleine débandade, et de l’autre un groupe bien plus dangereux, que seraient les antiracistes “obsédés de la race”.

Continuer la lecture

Qui veut noyer son chien (ce dont islamo-gauchisme est le nom)

L’exercice de possession coloniale procède d’un geste de re-nomination. Le nom colonial vient toujours par-dessus un autre nom, une autre histoire, une épistémologie qui dit d’autres rapports au monde. Il est une manière de d’imposer une origine, de marquer une propriété, de dire que la chose commence à exister comme objet ou comme sujet à partir d’un nom qui la convoque depuis le néant surune scène de la dignité en même temps que sur un marché qui lui attribue une valeur – de transaction ou d’épouvante, c’est selon. Pour cette bouche coloniale donc, tout ce qu’il y avait avant le nom qu’elle prononce ne peut être que sauvagerie inarticulée, obscurité sans valeur, vaines croyances improductives. Cette manière de nommer par-dessus est ainsi un geste d’appropriation mais également de dissimulation et d’effacement qui rompt les généalogies, les alliances, les attachements, embrouille l’Histoire. Un geste qui sépare et rend les relations impraticables.

Dans “islamo-gauchisme”, le préfixe “islamo” est donc d’abord une façon de nommer sans le nommer l’antiracisme politique. Grâce à de longues années de lutte et à la dynamique récente du mouvement Black Lives Matter en France, les sensibilités, les mots et les prises du mouvement antiraciste ont élargi brutalement leur audience. Les violences policières ont mobilisé plus que jamais, le racisme systémique est apparu soudainement –même brièvement –comme une évidence qui s’est même invitée, parfois à des heures de grand eécoute, à la radio et à la télévision. La fête fut courte. Ça ne pouvait durer. Mais l’antiracisme ne peut être contré sur son terrain sauf à revendiquer la légitimité à être raciste – ce qu’a fait Donald Trump de manière continue durant son mandat de Président de la plus grande démocratie du monde. Le moins que l’on puisse dire c’est que personne ne s’attendait au succès de cette approche qui fracasse à la hache la table des négociations et anéantit tout débat d’idées. Cette méthode épuise par la transparence et l’aveu de sa violence. Elle a inspiré. L’inconvénient est qu’elle fait une confession à laquelle certains leaders européens se refusent; celle de reconnaître le privilège et la domination, voire l’impunité du patriarcat blanc. Ce qui va à Donald n’est pas encore confortable pour tous et toutes. Pas encore. Mais en France, l’État a quelques autres atouts dans sa manche. Il arrive au même point par un chemin détourné grâce à des invité·es de choix: les indigènes musulman·es. Ceci nous obligent au passage à redéfinir de manière située – plutôt que d’en chercher une traduction – ce que pourrait bien vouloir dire “blackness” dans le contexte particulier de la société postcoloniale française. Puisqu’une Matière Noire politique y fait irruption, y reçoit des coups etque le seul terme de “négritude” ne saurait suffire à nommer cette apparition dérangeante.

Olivier Marboeur, 2021

Continuer la lecture