Organisons-nous ! Une lettre aux agents publics par Nos services publics

Alors que Stanislas Guerini vient d’envoyer avec une peu d’avance ses étrennes aux organisations syndicales, avec un projet législatif centré sur le renforcement de  l’efficacité de la fonction publique1, par “un texte resserré autour d’une vingtaine de mesures, essentiellement conçues pour donner des marges supplémentaires fondées sur la confiance dans les acteurs  et la valorisation de leur engagement2, Academia republie la Lettre ouverte aux agents publics après la loi Asile-Immigration du collectif Nos services publics, paru sur leur blogÀ notre tour, nous vous disons : organisons-nous !

En attendant reprenons des forces pour 2024 !

Lettre ouverte aux agents publics après la loi asile-immigration : organisons-nous

Le vote de la loi asile-immigration constitue une accélération historique de la dérive autoritaire et discriminatoire dans notre pays. Face à cette situation, notre responsabilité, en tant qu’agents publics, est directement mise en jeu. Continuer, partir, désobéir ? Soyons à la hauteur : organisons-nous.

Continuer, partir, désobéir ? Comment articuler nos convictions avec des orientations politiques qui leur sont contraires, lorsque l’on est fonctionnaire ? Cette question, tou.te.s les agents de la fonction publique se la posent, à un moment ou à un autre de leur carrière. Servir successivement sous des Gouvernements d’obédiences politiques différentes, y compris éloignées de nos convictions, est en effet une des particularités de nos métiers : les fonctionnaires et agents publics sont choisis pour leur compétences, et non pour leurs idées politiques. Cette particularité s’exerçait, jusqu’à il y a peu, dans un cadre politique relativement clair où des lignes de clivage séparaient certes la gauche de la droite, mais surtout où un consensus dit “républicain” distinguait ces deux composantes d’une part, d’une extrême droite et de sa xénophobie d’autre part.

Affaissement des digues

Ce cadre “républicain” est-il toujours d’actualité ? Force est de constater qu’il a, à tout le moins, été durablement abîmé par les derniers quinquennats, et que la loi asile-immigration s’inscrit dans un continuum de renoncements allant de la création du ministère de l’immigration et de l’identité nationale à la proposition d’inscrire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les Français bi-nationaux.

Continuer la lecture

  1. soit une accélération de sa disparition. []
  2. Entendre, “adopté par 49.3”, “pour supprimer le statut et rémunérer à la tête du client”. []

Communiqué unitaire: Appel pour la jeunesse populaire

La mort dramatique de Nahel à Nanterre a mis en lumière les tensions toujours très fortes dans les quartiers populaires de France qui dépassent le seul cadre des violences policières et sont liées aux injustices et discriminations subies au quotidien. Elles nécessitent une réponse politique de court et de long terme.

Nous, signataires de cette tribune, sommes convaincu-es que l’avenir de la société se joue dans la place qu’elle parvient à faire, notamment à toutes les jeunesses. Nous exigeons un plan ambitieux qui permette de sortir par le haut d’une situation que les gouvernements actuel et passés ont contribué à créer et ont laissé dégénérer.

Une grande partie de la jeunesse subit le racisme au quotidien, victime de préjugés, de discriminations, et de violences. Un climat idéologique d’ensemble stigmatise en particulier les musulman.es ou celles et ceux qui sont perçu.es comme tel.les et notamment les jeunes. C’est cette situation-là qui ne peut plus durer.

Continuer la lecture

Attaques des « Waffen-Assas » contre des étudiant·es rue d’Ulm

Communiqué suite à l’attaque des « Waffen-Assas »
sur des étudiant·es mobilisé·es contre la réforme des retraites


Combattons le danger de l’extrême droite néo-nazie !

Dans le cadre de la mobilisation du 23 mars contre la réforme des retraites, un cortège commun au départ de l’ENS s’est fait attaquer rue d’Ulm, une centaine de mètres avant la place du Panthéon. Une quinzaine de militants d’extrême-droite cagoulés, casqués, armés de gants coqués, de parapluies, postés en guet-apens, ont surpris le cortège d’étudiant·e·s de l’ENS et d’Assas. Des coups ont été portés sur les camarades de la première ligne du service d’ordre auto-organisé et composé d’étudiant·es volontaires. Passé le premier moment de choc, le cortège les a fait déguerpir, en leur courant après aux cris de « Tout le monde déteste les fachos ! ». Cette attaque lâche a été revendiquée par les « Waffen-Assas », groupuscule néo-nazi mobilisé en représailles du blocage organisé par les étudiant·es d’Assas.
Cette attaque n’est qu’une preuve supplémentaire de l’hypocrisie et de la violence des membres de l’extrême-droite, qui prétendent lutter contre Macron alors qu’ils sont en réalité ses alliés objectifs. En s’attaquant aux blocages, aux grèves et désormais à l’intégrité physique des manifestants, ils dévoilent leur vraie nature : milice armée de la bourgeoisie néolibérale. Ils cherchent par la terreur à imposer un projet de société toujours plus raciste et violent, un projet néo-nazi comme le nom qu’ils se sont donné l’atteste.
Nous condamnons fermement cette attaque et nous ne nous laissons pas intimider. Nous poursuivrons la lutte en renforçant notre organisation dans le quartier face aux groupuscules fascistes. Contre la réforme des retraites et l’extrême-droite, le combat continue, ils ne passeront pas !

L’assemblée générale du 24 mars réunie à l’ENS Ulm en présence d’étudiant·e·s mobilisé·e·s de l’ENS d’Ulm, de l’ENSAD, d’Assas et de l’ESPCI

Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture

Intervention violente de militants royalistes : Science Po Lyon va porter plainte

Intervention en cours… écrivait un groupe royaliste sur Twitter le jeudi 16 décembre 2021.

Voilà donc une conférence donnée dans un établissement d’enseignement supérieur, à l’invitation d’une association étudiante envahie par des militants royalistes qui reprochent à l’intervenant l’engagement de sa mère dans la guerre de libération algérienne, qualifié de “traîtrise”.

Cette intervention survient alors que des militants antifascistes viennent d’être libérés à la suite d’une instruction pour le moins problématique, comme si à Lyon, les fascistes tenaient le haut du pavé grâce à la bénédiction du Procureur de la République.

Condamnation et interpellation  de Youth for Climate, 17 décembre 2021

Continuer la lecture

Les universitaires suisses contre la banalisation de l’extrême-droite

L’EHESS contre le fascisme

En passant

Nous, membres de l’EHESS, dénonçons les violences fascistes
La haine n’a pas sa place dans nos murs ni devant ceux-ci

Ce mercredi 29 janvier, un étudiant a été agressé devant les locaux de l’EHESS par deux individus se réclamant du groupuscule d’extrême-droite les Zouaves Paris. Ils ont également volé, pour la troisième fois, une banderole de grève de l’EHESS et ont revendiqué cette action sur les réseaux sociaux. Cette agression n’est hélas pas la première au sein de notre établissement. Nous rappelons les multiples attaques et menaces subies par la Brêche de la part de groupes fascistes, ainsi que l’irruption violente de nationalistes antisémites lors d’un colloque l’année dernière.

Rappelons que l’EHESS et ses étudiant.e.s ne sont pas les seules victimes de ces violences. Le 5 décembre, l’Action française a agressé des élèves mobilisé.es du lycée Montaigne. Le 12, des étudiant.e.s de Strasbourg ont été attaqué.e.s sur leur piquet de grève par un groupe d’extrême-droite. La semaine dernière, des étudiant.e.s de Nanterre se sont fait gazer par La Cocarde, un syndicat d’extrême-droite, lors d’un blocage de partiels. Les attaques se multiplient contre les étudiant.e.s mobilisé.e.s. et de manière plus générale les idées fascistes et réactionnaires sont en progression en France comme dans toute l’Europe. La manifestation en l’honneur de Louis XVI organisée en plein Paris par l’Action française le 18 janvier en est une flagrante démonstration. Dans ce contexte d’accroissement des idées et des violences d’extrême-droite et fascistes nous dénonçons l’impunité dont jouissent ces groupes, permise par l’inaction des pouvoirs publics.

Nous dénonçons ces tentatives d’intimidation. Nous appelons à des actions concrètes comme un rassemblement antifasciste au niveau de la région parisienne et d’afficher clairement notre refus des violences d’extrême-droite et fascistes au sein de la mobilisation actuelle notamment en mettant en place des ateliers d’auto-défense au sein de l’EHESS.

Face à la haine de l’autre, au racisme, à l’islamophobie, au sexisme, à la LGBTphobie, face à celles et ceux qui portent fièrement l’idéologie d’extrême-droite et fasciste, il n’est pas question de céder !

Antifascistement,

Le comité de mobilisation de l’EHESS

 

FERC-CGT EHESS
Solidaires Etudiant.es EHESS
Sud Education EHESS

Lien: