Bêtise, sadisme ou incurie ? Sur le dernier appel de l’Agence nationale de la recherche

Nous sommes fin juillet : derniers jours de réunions qui n’ont cessé de grignoter le mois de juillet. Le temps pour faire de la recherche, préparer ses cours et se reposer en famille ne cesse de disparaître au profit de plus de réunions, moins de temps.Reste le mois d’août, lui même déjà amputé par les premières réunions, en vue de préparer une rentrée toujours plus difficile faute des enseignant·es et des personnels BIATSS en nombre suffisant.

C’est ce temps-là que l’Agence nationale de la recherche décide d’amputer en lançant un énième appel à projet “Sciences avec et pour la société. Recherches participatives” le 29 juillet 2022, à remettre le 30 septembre 2022.

Sans doute est-ce pratique pour les employé·es de l’ANR ou les évaluateurices, mais quelle connaissance ont les concepteurices de l’appel du temps social des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche pour imaginer qu’il puisse s’agir d’un moment idoine pour imaginer un projet, établir des relations de travail, rédiger les dizaines de paragraphes nécessaires en synergie avec le personnel Biatss dédié. Entre le 29 juillet et le 30 septembre ?

À ce degré de maltraitance institutionnelle, il est désormais indispensable de se protéger. Comme nous enjoint Myriam Houssay-Holzschuch, professeure de géographie :

Au point où nous en sommes de l’effondrement de l’université, travailler à ne pas se mettre en burn-out les unEs les autres me parait une pratique essentielle de solidarité à mettre en place. C’est difficile, il y a de l’opposition, mais indispensable.

#ResistESR

Après l’appel à appel à projets, voici l’appel “Maroilles”

Le ministère et l’Agence nationale de la recherche (ANR) n’en finissent plus de toucher le fond du ridicule. À moins qu’il ne s’agisse de pourrir par le fondement.

Maroilles. Crédit: Frédérique Voisin-Demery

Après l’appel ExcellenceS aux dotations différentielles, l’appel à appel à projets initié en grande pompe par Jean Castex lui-même, voici un nouvel appel “Maturation-Prématuration” dit appel Maroilles pour les lecteurs et lectrices d’Academia.

Après le #BoycottHcéres, il est bien temps de #BoycottANR

Appliquer la Loi de programmation de la recherche (LPR): les décrets (1)

Plusieurs décrets d’appliquation de la loi de programmation de la recherche, votée en novembre 2020, viennent de sortir. En attendant un éventuel commentaire1.

  • Décret n° 2021-1424 du 29 octobre 2021 relatif à la déclaration de certaines activités accessoires par les personnels de l’enseignement supérieur et les personnels de la recherche en application de l’article L. 951-5 du code de l’éducation et de l’article L. 411-3-1 du code de la recherche

Continuer la lecture

  1. Si un lecteur ou lectrice veut le faire, qu’iel n’hésite pas à contacter la rédaction. []

Un appel à projets pour les gouverner tous…

Un AAP pour les gouverner tous
Un AAP pour les trouver
Un AAP pour les ramener tous et dans les ténèbres les lier.

Il y a quelques années, l’Agence nationale pour l’excellence scientifique (ANES) promettait monts et merveilles.1 Lors de son appel à projets (AAP) 2019, elle proposait notamment le si disruptif AAP Bollorex:

Bollorex : Il s’agit de la classe d’appels à projets la mieux dotée, avec des financements allant de 200 à 500 millions d’euros. Cette catégorie est réservée à des appels à projets d’excellence absolue, dont les retombées certaines se feront sentir sur des décennies. Grâce à ce financement, il devient possible pour les plus excellents de nos chercheurs de se faire construire leur propre laboratoire, juste à côté de leur laboratoire d’origine en voie d’écroulement, et d’y faire ériger leur statue dans un métal hors de prix comme le tantale. (…) Une part importante du financement Bollorex devra être consacrée à la communication et à l’ouverture au grand public : les moyens offerts donnent la possibilité de financer des pages de publicité pendant les grands événements sportifs internationaux, ou d’acquérir une chaîne de télévision privée. D’un point de vue pratique, les fonds alloués seront domiciliés à la Bank of Excellence à Guernesey, et les porteurs des projets auront toute latitude quant à l’emploi de cette somme faramineuse. L’objectif recherché est également de susciter des jalousies chez les chercheurs normaux i.e. non-excellents.

La rédaction d’Academia est heureuse de vous annoncer que, parmi les lauréat·es de l’appel à projet Générique de fin2 , figure en bonne place la Directrice générale de l’enseignement et de l’insertion professionnelle. À moins qu’Anne-Sophie Barthez n’ait tout simplement été nommée à la tête de l’ANES, for a better science and beyond.

*
*   *

Dès juin 2021, le MESRI, sous la houlette d’Anne-Sophie Barthez, lançait le fabuleux appel à projet “L’excellence sous toutes ses formes (ExcellencES)”3.

L’appel à projets “Excellence sous toutes ses formes” vise à reconnaitre l’excellence sous toutes ses formes et à accompagner les établissements d’enseignement supérieur et de recherche porteurs d’un projet de transformation ambitieux à l’échelle de leur site dans la mise en œuvre de leur stratégie propre, élaborée à partir de leur dynamique territoriale et de leurs besoins spécifiques.

Accompagner les établissements d’enseignement supérieur ? Oui, vous avez bien lu. L’AAP précise que “par transformation, on entendra ci-après toute évolution significative de l’établissement ou du site contribuant à développer leurs potentialités dans l’ensemble de leurs missions, ou dans les missions qui auront été choisies comme les plus importantes pour l’établissement ou le site dans le cadre de leur projet stratégique” (nous soulignons).

Il ajoute cependant, dans la logique d’excellence qui est la sienne, que “Il accompagne donc la différenciation entre établissements d’enseignement supérieur en reconnaissant davantage les différentes formes d’excellence dont ils font preuve dans l’accomplissement des missions que leur fixe la Loi, et en les aidant à atteindre, dans leur(s) domaine(s) d’excellence, les meilleurs standards internationaux” (nous soulignons).

Assez simplement, on passe ainsi (“donc”) de la dotation des établissements de façon équitable, selon des critères applicables à tous,pour accomplir les missions fixées par le législateur, à une politique darwinienne tous ne seraient pas choisis. Grand projet 2021 pour l’ANES : affaiblir encore davantage les non-excellents, en distribuant de façon inégale, arbitraire, et en utilisant à perte le temps de travail des personnels chargés de répondre à l’appel, un budget de fonctionnement. 

Mais la DGESIP ne s’arrête pas là : allant au-delà de la better science, elle propose désormais des financements pour financers les réponses aux appels à projets.

Nous en sommes donc là : un appel à projets pour financer des réponses à appel à projets. Si le ridicule tuait, l’équipe ministérielle se trouverait déjà six pieds sous terre. Le problème, c’est que le montant déboursé (200 millions d’euros4 ) — à un moment où les étudiant·es manquent de tout, à commencer par des enseignant·es — représente 1,5 fois l’augmentation du budget de l’Agence nationale pour la recherche promise par la Ministre — 131 millions d’euros.

L’avant-veille, Anne-Sophie Barthez avait inauguré un séminaire au CNAM sur la CVEC (Contribution à la vie étudiante et au campus), impôt de 92€ inauguré en 2018, versé par tous les étudiants et les étudiantes en formation initiale5 dont l’usage n’a pour l’instant fait l’objet d’une évaluation très insuffisante selon la Cour des comptes (p.109 sq) qui en estime le montant levé à 138 millions d’euros, répartis a minima . Tandis que les associations étudiantes critiquent avec virulence ce dispositif opaque et inefficient — puisque seuls 30% de la collecte doivent être consacrés aux associations et à l’action sociale, et 15% à la médecine — la Conférence des présidences d’université (CPU)  invite à désormais donner plus de souplesse dans l’usage de la CVEC tout en la conservant bien sûr, sur la vie étudiante” (Alain Bui).

Taxer les étudiant·es, jeter l’argent de la recherche par les fenêtres : telles sont donc les ambitions du Ministère et de sa Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle.

Beau bilan !

Au vu de ces réussites dépassant l’imagination, l’ANES se propose6 d’accompagner la DGESIP dans l’accomplissement de son projet Générique de fin.

  1. Le titre en référence au maître anneau de Tolkien a été inspiré par un tweet de Pierre Verschueren ; merci à Martin Clavey et Hendrik Davi pour leurs commentaires dont s’est inspiré ce billet. []
  2. “Votre projet ne rentre dans aucune case ? Vous l’avez déjà soumis au minimum 8 fois sans succès ailleurs (ERC, IDEX, etc.) ? Il est à long terme ? Il porte sur des recherches fondamentales ? Vous ne savez pas quels résultats vous allez obtenir ni si ces résultats pourraient avoir des retombées économiques immédiates ? Vous pouvez déposer une candidature à l’AAP Générique de Fin. L’ANES vous aidera, par le biais d’un conseiller et sans financement, à mettre fin à votre projet. Si vous le souhaitez nous vous accompagnerons pour mettre également fin à votre carrière.” []
  3. La modification du cahier des charges vient d’être approuvée le 22 octobre 2021 au Journal officiel. []
  4. 200 millions d’euros : c’est l’équivalent de 1000 projets de recherche financés ou encore de l’emploi de 6000 chercheurs ou chercheuses. []
  5. Les inscrit·es en habilitation à dirigier les recherches en sont exclus, sans toujours le savoir. Cf. DGESIP, p. 11. []
  6. Exclusivité Rédaction d’Academia. []

Le prohibited impact factor et le verrounet scientifique

Envoi du rapport intermédiaire de notre ANR

Né·es avant la honte. Le président, les ministres et la prix Nobel française

Hier, nous apprenions qu’Emmanuelle Charpentier, de nationalité française, recevait le prix Nobel de chimie, avec l’Américaine Jennifer Doudna, de chimie pour leur travail sur le développement d’une méthode du séquençage et découpage de gènes (for the development of a method for genom editing).Les réactions ne se sont pas fait attendre, comme les réactions aux réactions, ou les mobilisations d’archives.

Parfaite démonstration, donc, du caractère vraiment nocif de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, en cours d’examen au Sénat.

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1313823056343769088?s=20

Continuer la lecture

Dr Animula reçoit sa première évaluation de l’ANR

Pour suivre les aventures de Dr Animula en cette rentrée 2020, nous commençons une série : Dr Animula fait sa rentrée 2020.
En voici le 2e épisode.

  • Les aventures de Dr Animula en Dystopie – épisode n°2

Antoine écrit à sa députée

Quelque part en France, dimanche 20 septembre 2020

À l’attention de Madame Stéphanie Atger,
députée de la 6e circonscription de l’Essonne

Madame la députée,

Mathématicien, professeur à l’université de Paris, vivant dans votre circonscription, j’écris ce courrier ce soir pour vous faire part de mon immense inquiétude devant la loi de programmation de la recherche qui va être étudiée à l’Assemblée nationale dès demain.

Les trois rapports préparatoires à cette loi ont été publiés il y a tout juste un an. Financement, attractivité, recherche partenariale, sur ces trois thèmes, le dessin qu’il font de la recherche française est aux antipodes des besoins du monde académique, parce qu’ils le regardent du mauvais côté de la lunette, c’est-à-dire le score d’une compétition internationale.

Durant l’automne et l’hiver 2019-2020, la communauté académique s’est émue de ces projets, parfois bruyamment : manifestations, bien sûr, mais aussi sociétés savantes, comité national de la recherche scientifique, jusqu’au Conseil économique, social et environnemental qui, dans son avis du 26 juin 2020, a même posé la question : « peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? »

Continuer la lecture

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture