Le prohibited impact factor et le verrounet scientifique

Envoi du rapport intermédiaire de notre ANR

Né·es avant la honte. Le président, les ministres et la prix Nobel française

Hier, nous apprenions qu’Emmanuelle Charpentier, de nationalité française, recevait le prix Nobel de chimie, avec l’Américaine Jennifer Doudna, de chimie pour leur travail sur le développement d’une méthode du séquençage et découpage de gènes (for the development of a method for genom editing).Les réactions ne se sont pas fait attendre, comme les réactions aux réactions, ou les mobilisations d’archives.

Parfaite démonstration, donc, du caractère vraiment nocif de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, en cours d’examen au Sénat.

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1313823056343769088?s=20

Continuer la lecture

Dr Animula reçoit sa première évaluation de l’ANR

Pour suivre les aventures de Dr Animula en cette rentrée 2020, nous commençons une série : Dr Animula fait sa rentrée 2020.
En voici le 2e épisode.

  • Les aventures de Dr Animula en Dystopie – épisode n°2

Antoine écrit à sa députée

Quelque part en France, dimanche 20 septembre 2020

À l’attention de Madame Stéphanie Atger,
députée de la 6e circonscription de l’Essonne

Madame la députée,

Mathématicien, professeur à l’université de Paris, vivant dans votre circonscription, j’écris ce courrier ce soir pour vous faire part de mon immense inquiétude devant la loi de programmation de la recherche qui va être étudiée à l’Assemblée nationale dès demain.

Les trois rapports préparatoires à cette loi ont été publiés il y a tout juste un an. Financement, attractivité, recherche partenariale, sur ces trois thèmes, le dessin qu’il font de la recherche française est aux antipodes des besoins du monde académique, parce qu’ils le regardent du mauvais côté de la lunette, c’est-à-dire le score d’une compétition internationale.

Durant l’automne et l’hiver 2019-2020, la communauté académique s’est émue de ces projets, parfois bruyamment : manifestations, bien sûr, mais aussi sociétés savantes, comité national de la recherche scientifique, jusqu’au Conseil économique, social et environnemental qui, dans son avis du 26 juin 2020, a même posé la question : « peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? »

Continuer la lecture

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture

Travail d’archives (2) : retour vers le futur de l’avenir de la recherche

La fabrique de la loi #18

← Article précédent

Article suivant­ →

Parmi les soubassements de la Loi de programmation pour la recherche, nous connaissions ce qu’en avaient laissé échappé les Macronleaks, l’idéolologie évaluatrice de Thierry Couhlon, les manœuvres avortées du député Berta de contourner ler Conseil national des universités. Julien Gossa et Ulysse Guttman-Faure ont également repéré la Loi programme pour la recherche (LPPR) de 2006, à la demande de Jean-Pierre Raffarin, avec Luc Ferry pour ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche.

Par le vocabulaire, les formulations, le système de références, et l’idéologie évaluatrice que les deux textes charrient, on peut se dire qu’après 14 ans de réformes au forceps, on est revenu à la case départ. Ne serait-il pas temps de passer à autre chose ? Par exemple au 21e siècle ?

https://www.flickr.com/photos/cezaryborysiuk/22749152985/in/photolist-AEgmBB-29Vzm2X-My8vtk-Y6MMQj-PbeADf-2kVXu-efQEN8-8YPfoD-5AHe8F-54hn7n-8LT3Lv-qoaeLx-5aRwow-8LWfW7-2Cp6Mc-8LWhku-8LT8fr-7XaDWg-8LW7Jf-7XdSJ3-8LWdKQ-2bj4axR-8LWcFL-My8zQX-8LWeHm-8LW9yC-9oSDeA-PbeteA-GLDHEY-4p3s3o-26drrD-7NnFmw-4za82U-5AHe8z-S3k3Bt-VKKqFG-mKTBi-c25Ec3-c25G85-29VzujZ-c25Fdm-28y1foC-CtyBr-dcpdu1-My8ADk-My8wGT-dcpieY-GLDGQ1-My8xmt-38FJ7i

Stamps, by Cezary Borysiuk, 2015

En 2004, le gouvernement Jean-Pierre Raffarin de Jacques Chirac préparait la Loi programme pour la recherche (LPPR) de 2006, avec Luc Ferry pour ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche.

En 2020, le gouvernement Edouard Philipe d’Emmanuel Macron prépare la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2021, avec Frédérique Vidal pour ministre lʼEnseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation.

En 2004, « nous voulons tenir les objectifs de Lisbonne / Je crois que c’est possible ; les 3 % en 2010, il faut que ce soit possible ». En 2020, la LPPR « prévoit, avant toutes choses / d’aller vers l’objectif d’un effort national de recherche atteignant 3 % du PIB ».

En 2004, c’est « 70 milliards d’euros consacré à l’intelligence, Education et recherche. 70 milliards ! ». En 2020, c’est « un effort budgétaire supplémentaire de 25 milliards d’euros pendant les dix prochaines années, ce qui est sans précédent depuis plusieurs décennies ».

En 2006 « Le futur projet de loi prévoit une très forte augmentation des crédits de cette agence qui pourraient atteindre 1,5 Md€ en 2010 ». En 2018, l’ANR a consacré 518M€ aux appels à projets de recherche. En 2020, Il faut « Accroître de 1 Md€ les financements compétitifs de l’Agence nationale de la recherche (ANR) pour être au niveau des standards internationaux »… Pour atteindre donc 1,5 Md€.

En 2004, « il ne sert à rien d’opposer les différents types de recherche, notamment la recherche publique et la recherche privée ». En 2020, il y a « La nécessité de financer la recherche publique et de soutenir la recherche privée ».

En 2004, il faut « mettre en place un dispositif pour clarifier la responsabilité des différentes institutions publiques de recherche ». En 2020, il faut « clarifier et d’unifier la place de ces unités dans l’ensemble des établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche ».

En 2004, il faut  « renforcer l’évaluation de leurs formations, de leur recherche ». En 2020, faut « une évaluation de façon harmonisée sur la totalité de leurs missions ».

En 2004, il faut « pouvoir mener des politiques qui leur soient propres, avec leurs partenaires territoriaux ». En 2020, il faut « renforcer les politiques de site de l’ESRI et l’ancrage de chaque site dans son territoire ».

En 2004, on discute de « La création d’un contrat de mission, intermédiaire entre contrat à durée indéterminée (CDI) et déterminée (CDD) ». En 2020, il faut un « un contrat à durée indéterminée de mission scientifique sera créé qui permettra d’allonger les contrats actuels ».

En 2004, on voit « le pays douter de la recherche, ou douter des capacités qu’a la société à résoudre les problèmes qui lui sont actuellement posés ». En 2020, « la société française est traversée par des courants d’irrationalité et de doutes sur les progrès et les connaissances ».

En 2004, « ce qui est préoccupant dans le développement de la Chine, c’est le développement des centres de recherche qui s’y développent ». Mais « Entre 2000 et 2016, la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne, l’Allemagne, les Etats-Unis, l’UE-28 et le Royaume-Uni ont augmenté leur DIRDA significativement plus que la France ». En 2020, donc, « il est évident que, sur de nombreux sujets, c’est uniquement à l’échelle de l’Europe que nous pouvons espérer rivaliser avec les géants de la recherche que sont les Etats-Unis et la Chine ».

En 2004, Bernard Larrouturou était PDG du CNRS. En 2020, l’auteur du rapport annexé de la LPPR est « blarrout ».

En 2004, le gouvernement était « dans l’impasse des retraites ». En 2020 aussi.

En 2004, le gouvernement annonçait « des réformes qui, dès cet été, seront en place pour les 20 ans qui viennent ».

En 2020, « Une loi de programmation est nécessaire » car « La dernière loi de programmation de la recherche est la loi n° 2006-450 du 18 avril 2006. L’absence de loi de programmation de la recherche depuis cette date est sans doute un des facteurs ayant conduit à l’état des lieux détaillé ci-dessus. »

En 2004, peut-être pouvait-on y croire.

En 2020, le peut-on encore ?

https://www.flickr.com/photos/denverjeffrey/2724469765/in/photolist-59KBWD-aRFuxr-6k9oVc-6kdzeE-8jFmuU-P7tQLw-2gUSQ7H-75q4FB-buwjnb-5ua7R6-JRvnm-5JGVmg-bZiQqb-87Be5R-9P8RAp-cg483L-4Zhdqn-nuKUW2-5hdb7J-bzAw1j-o2ZMJD-cQWQa1-9wMWTR-atVBwM-4kgxw8-bZunCE-7Y2BYe-o3BefR-oKVQXR-bnA8CS-d7suQG-KZ2DDA-oKUKfv-oKVXWa-av3nnv-4PVHuX-GF3wCC-oJbftN-vz8fdW-6cjc3a-Dq6q5-75P9BE-5pqx4-HpT6Jj-9Wpw69-2brU679-2YSaBc-4tHz5R-cCLxZ-6uhrK

Garbage truck, by Jeffrey Beal, 2008

Continuer la lecture

Amender la loi (1) : premiers amendements de la Commission de finances

La fabrique de la loi #5

← Article précédent

Article suivant →

Update. 08/09/2020. Encadré Amendement

Pour l’examen de la loi de programmation de la recherche (LPPR), l’Assemblée nationale a délégué à trois de ses Commissions la responsabilité de prendre connaissance de la loi avant son passage en hémicycle. La Commission des Affaires culturelles tient le rôle principal, dit « au fond ». Deux autres Commissions sont sollicitées pour « avis ». Il s’agit de la Commission des Affaires économies et de la Commission des finances1.

Les premiers amendements de la Commission des finances viennent d’être publiés. Émanant de député·es individuel·les, ou des groupes de député·es, chaque amendement propose une modification du texte article par article, l’assortissant d’une motivation. Depuis la réforme de Nicolas Sarkozy sur la modernisation des institutions, en séance publique, les parlementaires débattent du texte élaboré par la commission à partir de celui du gouvernement. En l’occurrence, à l’Assemblée nationale, tous les amendements votés par la commission des Affaires culturelles seront votés par les députés réunis dans l’hémicycle. Néanmoins, les amendements rejetés par les commissions peuvent de nouveau être défendus en séance publique.

Voir Le pouvoir d’amendement. La fabrique de la loi n°7

Pour ce qui est de la Commission des finances, qui, à l’instar de toutes les Commissions, a jusqu’à ce mercredi  9 septembre 17h pour proposer des amendements que votera la Commission des Affaires culturelles la semaine suivante, 11 amendements sont déposés à ce jour, émanant de l’opposition, soit Groupe socialiste et apparentés, Groupe La France insoumise, et de M. Hetzel (Les Républicains). On devine derrière ce travail et sa cohérence un intense travail de lobbying, vraisemblablement de la Conférence des présidences d’universités (CPU), qui le 29 juillet déjà, invitait à « inverser la trajectoire ».

 

https://www.flickr.com/photos/desives/41616545060/in/photolist-26pvEWY-85bUfX-8xCy6Q-dPrrAZ-dPx4Yw-dPrrtB-dPwYBf-ovq6tA-4Upa9j-yQbgc-37zgt4-bArEry-8hp6Qi-dPx4VJ-dPrrs6-o2QwU-b9nJ1R-28796tN-29867xS-EWNuZ6-26pvF2N-o1V8mF-okaCST-6WLFJ5-6WLFVq-KvhGyx-aoJfLU-b6gFGi-2852kvm-RtmqnF-bJAKe-rZeSU-ajREwE-bAHVUt-e4xaDP-27NQHep-PsfuQ-a6vNc-n7co-dChpvs-94qJh2-78iSpm-22gW-5BPePi-KvhGDH-bgk9Gp-8sXUT7-FNPhip-cmqpB-oinnkY

Erasers, by Philippe_, 2018

Revoir la durée et la trajectoire budgétaire de la loi : un consensus de l’opposition

Continuer la lecture

  1. La Commission des finances se réunira le 9 septembre à 9h30 pour l’examen de la loi (diffusion en direct). []

L’évaluateur évalué… 4 – La Commission des finances du Sénat éreinte l’ANR (et le gouvernement)

L’Agence nationale de la recherche a fait l’objet d’une évaluation sans appel par la Commission des finances du Sénat le 26 juill 2017, grâce au rapporteur spécial Michel Berson, évaluation qui tient en une question : l’Agence nationale de la recherche a-t-elle encore un avenir ?

En dépit d’une certain nombre de recommendation, il semble bien que la réponse à cette question soit non. La Commission des finances préconise une transformation profonde des procédures — trop lourdes — et de la structure, mais surtout une augmentation significative du budget à plus de 850 millions d’euros, pour éponger le déficit de financement qui s’accumule depuis plusieurs années et retrouver le niveau de 2009. L’ANR qui mobilise 2400 expert·es, qui réalisent plus de 40 000 (!) expertises annuellement entre les préé-projets et les projets — pour un total de 1250 projets financés, épuisent les chercheurs et chercheuses.

Aujourd’hui, le taux de succès d’un projet soumis à l’ANR est de 11,4%, à comparer avec les 24% dans les organismes équivalents de l’Union européenne.

Le faible taux de succès a conduit à plusieurs organismes à s’interroger sur la pertinence de soumettre une demande de financement à l’ANR. Au vu de coût représenté par le montage des projets, la réponse de l’INSERM est : non.

« Du reste, précise le rapport, lorsqu’on les rapporte au taux de sélection drastique des projets, on comprend que certains directeurs d’organismes de recherche s’interrogent sur la pertinence d’encourager leurs équipes à candidateraux appels à projets de l’ANR».

Jean-MarcJézéquel, directeur de l’Institut de recherche en information et système aléatoires (Irisa) a sans doute formulé tout haut ce que beaucoup pensent tout basen expliquant récemment1:
«Je déconseille à mes équipesde répondre aux appels à projets de l’ANR. Compte tenu des faibles taux de succès, ils perdent du temps à monter des projets qui sont de plus moyennement intéressants sur le plan financier.«En fait, un projet ANR coûte de l’argent au niveau du laboratoire, car la surcharge d’activités administratives n’est pas compensée. De plus, l’ANR est radine sur les frais, ric-rac pour payer les gens; les coûts de mission ne sont pas suffisamment couverts. Je conseille plutôt aux équipes d’aller à l’Europe, où on a des marges pour fonctionner, ou vers les industriels, pour des contrats bilatéraux».

La conclusion du rapporteur spécial est sans appel :

En conclusion, je voudrais redire que, si les difficultés actuelles de l’Agence nationale de la recherche peuvent s’expliquer en partie par les tensions que suscitent sa programmation ou par les insuffisances de sa communication, force est de constater que la véritable raison de cette crise de confiance ne relève pas de la responsabilité de l’agence et de ses dirigeants.

L’ANR est aujourd’hui terriblement fragilisée par la faiblesse de ses moyens, qui lui sont attribués par l’État. (p. 79)

 

*
*    *

Datant de 2017, ce rapport doit être mis en relation, non seulement avec le budget actuel de l’ANR, un peu revalorisé, mais aussi au regard des autres missions de l’ESR désormais considérablement sous-dotées, avec l’augmentation du nombre d’étudiant·es de près de 250 000, sans augmentation de recrutements supplémentaires. Le temps de travail perdu dans la soumission et l’évaluation de projets n’est plus supportable.

Lien : Rapport d’information fait au nom de la commission des finances du Sénat sur l’Agence nationale de la recherche (ANR) et le financement de la recherche sur projets,Par M. Michel BERSON,26 juillet 2017

  1. AEF Dépêche n° 564617, 4 juillet 2017 []

Sur le financement de la LPPR : l’obole à Charon

Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine, et membre de la Commission Culture du Sénat, a proposé sur Twitter une analyse du volet budgétaire de la LPPR, en complément de notre billet d’analyse initiale de l’avant-projet. Nous la reprenons ici.

Espérons qu’à la suite de Pierre Ouzoulias et de Gérard Larcher, son président, le Sénat défendra avec vigueur l’université française contre la fragilisation de l’emploi et contre l’affaiblissement continu de ses crédits.

Liens

Confinée libérée – édition du WE – 16-17 mai 2020

Édition du WE. Dimanche 17 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #6
  • 12 mai 2020. COVID : la colère en prime – opposition des soignant·es aux primes COVID« A la mi-avril, dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tou·tes, le gouvernement annonce aux soignant·es des « primes COVID ». Loin de nous réjouir, ces primes nous choquent et nous humilient. Nous nous y opposons et refusons tout ce qu’elles représentent. » Tribune du collectif Hôpital Ouvert.

Le 29 février, devant l’Assemblée nationale. Alors que la crise du COVID se dessine, l’usage du 49.3 est utilisé pour la réforme des retraites et les protestations sont réprimées (photographe anonyme).

  • 14 mai 2020Et si la Loi de Privatisation Programmée de la Recherche c’était demain ?, par Paola Bertelli
    Dans un état de crise sanitaire et sociale sans précédent, la ministre Frédérique Vidal s’acharne dans ce projet, malgré la contestation qu’il a soulevé. Il paraît donc d’autant plus important de se mobiliser aujourd’hui pour que demain ne ressemble pas au monde décrit dans les lignes qui vont suivre.
  • 16 mai 2020Autoritarisme à Saclay
    La présidente de l’université Paris-Saclay, établissement expérimental lancé au 1er janvier 2020 et navire amiral de la « politique d’excellence », vient de suspendre un professeur des universités en droit, sans même l’entendre, dans l’unique but de l’empêcher de siéger dans un jury d’examen. Il lui est reproché d’avoir mis de trop bonnes notes aux étudiant·es lors d’un examen en ligne, en période de confinement.

L’évaluateur évalué… 2 – L’Hcéres rhabille l’ANR pour l’hiver

Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) évalue tout de l’ESR. Il a ainsi publié le 28 novembre 2019 un rapport intitulé « Évaluation de l’Agence nationale de la recherche ». Le rapport est signé par deux personnes : la première, secrétaire générale de l’institution, signe à la place du président, Michel Cosnard, atteint par la retraite et toujours non remplacé depuis1 ; le second, Rémi Quirion, est « scientifique en chef », soit l’équivalent de Conseiller de la Ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, pour les questions touchant au développement de la science et de la recherche au Québec2. On peut s’étonner que les demandes de financement françaises les plus pointues passent sous l’œil aguerri du haut responsable en poste d’un Ministère de l’économie étranger — mais, à la lecture du rapport, on n’est plus à un détail près.

Le comité d’évaluation examine la période 2012-2018, la précédente évaluation ayant eu lieu alors que l’AERES assurait les missions désormais dévolues à l’Hcéres.

Dans le cadre de la stratégie nationale de la recherche (SNR) définie par le gouvernement, l’ANR a pour missions  :
─ de financer et de promouvoir le développement des recherches fondamentales et finalisées, l’innovation technique et le transfert de technologie ainsi que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé ;
─ de mettre en œuvre la programmation arrêtée par le ministre chargé de la recherche qui recueille l’avis des ministres exerçant la tutelle d’organismes de recherche ou d’établissements publics d’enseignement supérieur ;
─ de gérer de grands programmes d’investissement de l’État dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, et de suivre leur mise en œuvre ;
─ de renforcer les coopérations scientifiques aux plans européen et international, en articulant sa programmation avec les initiatives européennes et internationales;
─ d’analyser l’évolution de l’offre de recherche et de mesurer l’impact des financements alloués par l’agence sur la production scientifique nationale. (…)

Pour mener à besoin ces missions, l’ANR pourrait utiliser différents outils — attribue d’enveloppes budgétaires à des laboratoires, plusieurs laboratoires sur une thématiques,aux universités — mais en privilégie un seul : le sacro-saint appel à projets. 

Ainsi la mission principale de l’agence est de financer et promouvoir le développement de la recherche sous toutes ses formes. À ce titre, elle finance des projets de recherche notamment à travers des dispositifs d’appels à projets (AAP).

Enfin le budget total de l’ANR s’élève à 708 M€, pour un personnel de 278 personnes.

Le budget d’intervention de l’ANR en 2019 s’élève à 708 M€. Il est alimenté par des co-financements à hauteur de 24 M€ et une subvention de 739 M€ de laquelle est retranchée 55 M€ de réserve de précaution.
Sur le budget d’intervention, 92,8 M€ sont directement affectés à l’Institut national du cancer (Inca), au préciput 1 et au RTB 2. (…) [p.6]
L’ANR dispose aussi d’un budget de gestion (personnel et fonctionnement de l’agence) qui ne présente aucun caractère de fongibilité avec le budget d’intervention. Le budget de gestion initial de l’agence s’élève en 2019 à 36 M€ en autorisation d’engagement. Le personnel de l’ANR se répartit en 278 équivalent temps plein annuel travaillé (ÉTPT). Le siège de l’agence
est situé avenue Daumesnil à Paris (75012). [p.7]

Le budget total de l’ANR représente ainsi le budget de la plus grosse université de France, comme Sorbonne Université ou Aix-Marseille Université3, ou 12% du Crédit Impôt Recherche. La gestion de l’ANR n’a pas fait l’objet d’une évaluation depuis 2012.

Positionnement et stratégie institutionnels

Sur le premier point — « positionnement et stratégie institutionnels » — le rapport fait preuve d’une certaine langue de bois. L’ANR, qui applique pourtant la stratégie nationale de la recherche (p. 6), doit encore développer une « vision ». Que faut-il entendre par « vision » ? Une pilotage de l’ANR ? Une politique scientifique nationale ? Rien n’est bien clair, mais dans l’un ou l’autre cas, ce n’est pas engageant pour cet acteur qui serait devenu « un acteur-clé de l’écosystème de la recherche et de l’innovation en France »4.  Pour autant, le comité salue le fait de le rapport d’autoévaluation met en évidence les valeurs de l’Agence — qualité, équité, transparence — que seuls partagent les personnesl ; ni  les comités scientifiques, ni le Conseil d’administration ne semblent avoir internalisées ses fondements éthiques de la même façon.

♣ Le comité recommande donc à l’ANR de définir une vision claire en lien avec ses missions et valeurs et de veiller à ce que tous les membres du CA, des divers comités externes et internes ainsi que du personnel puissent travailler à sa définition et à sa mise en œuvre, dans la perspective de renforcer l’adhésion du plus grand nombre aux valeurs et aux actions conduites. [p. 8]

Pas vraiment de pilote dans l’avion, aucune éthique professionnelle commune : à partir de là, il est difficile de concevoir que l’ANR puisse constituer l’instrument d’une politique scientifique nationale ambitieuse.

https://www.flickr.com/photos/hirominnovation-photograph/23950068508/in/photolist-CuomXE-6RatqD-2fw2HtK-coP48C-HN5Beo-21Bu3wj-29YwrNE-2gNoaFL-C9Cs5v-247Fo9a-aJ8Qve-aJ8QCv-aJ8Qht-9kbrYX-cvxZp9-otkgWc-vGrgSZ-28Wc34P-94VTcy-4vQzzm-djjbDn-28Wc3dr-65pu5h-9mkAfs-7oiPpb-2Z1fyZ-4JXLBN-SnvRKA-2XJ9sP-MabuhD-KWJnXr-5SZmcp-2ciTZRM-2hCjQKP-9XjFsP-6RQATv-6Sk4QA-e2GcJ3-H71VBz-svSZWh-67hbdk-9kqyEJ-5KgNu4-6vg3UM-6GoeHz-9ARnQ9-Ek8wXY-PEmpu8-4H8roc-4KC43r

Evaluation, by Hiromi Kano, 2016

Continuer la lecture

  1. Voir « Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR, billet du 17 janvier 2020 []
  2. Selon la Wikipédia, nommé pour la première fois en 2011, Rémi Quirion a été reconduit pour un 2e mandat de 5 ans en 2016. Outre le développement de la science et la recherche, il a également pour mission d’assurer la coordination des enjeux communs et le développement des recherches intersectorielles, de promouvoir la recherche québécoise au niveau international, la culture scientifique et les carrières de chercheur. Plus récemment, les missions économiques à l’étranger auxquels il prend part, notamment avec le gouvernement du Québec, l’amènent à mettre de l’avant le concept de « diplomatie scientifique », une approche adoptée par certains pays qui favorise le développement de liens entre nations en préconisant la science et la création de liens entre chercheurs.
    Il préside aussi les conseils d’administration et dirige les trois Fonds de recherche du Québec (Santé, Société et culture, Nature et technologies) qui ont été regroupés sous cette appellation depuis le 1er juillet 20116. En collaboration avec les directeurs scientifiques de chaque fonds, qui vise à promouvoir et à aider financièrement la recherche, la diffusion des connaissances et la formation des chercheurs, il en assure le bon fonctionnement.7 []
  3. À titre de comparaison, les produits encaissables des universités se situent entre 20M€ (Nimes) et 700 M€ (Sorbonne Université). []
  4. Même si on peine à comprendre à la lecture en quoi l’ANR est devenu un acteur-clé. []