Suite aux propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer

En passant

Communiqué du bureau de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur

Lien vers le site

Le bureau de la SAES exprime sa stupeur suite aux propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale, à l’encontre des universitaires français. S’exprimant le jeudi 22 octobre sur Europe 1 et devant le Sénat, M. Blanquer a affirmé que l’Université serait infiltrée par « des courants islamo-gauchistes très puissants » qui « font des ravages ». S’emparant d’un concept vague et sans fondement qui émane de la rhétorique d’extrême-droite (rappelons que « l’islamo-gauchisme » ne désigne aucun courant politique ou intellectuel existant), il instrumentalise cyniquement l’atroce meurtre de Samuel Paty en jetant l’opprobre sur les universitaires, faisant ainsi écho aux propos d’Emmanuel Macron qui, cité par Le Monde le 11 juin 2020, estimait « le monde universitaire » « coupable » d’avoir « ethnicisé le débat social en pensant que c’était un bon filon » et « coupé en deux la République ». Dans un entretien au JDD publié le 25 octobre 2020, J-M Blanquer réitère ses accusations : « Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes du modèle républicain qui, lui, postule l’égalité entre les êtres humains, indépendamment de leurs caractéristiques d’origine, de sexe, de religion. C’est le terreau d’une fragmentation des sociétés qui converge avec le modèle islamique ».

Ces propos d’une extrême gravité appellent plusieurs remarques :

Continuer la lecture

Pendant le confinement, les affaires LPPR continuent : la privatisation des diplômes universitaires en marche

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #12
Article précédent

Dimanche 5 avril 2020, au Journal officiel sont parus deux textes — un décret et un arrêté — concernant respectivement l’ensemble des licences, licences professionnelles et DUT et sur le BTS. Précisons d’emblée que les dispositions ne concernent pas l’épidémie. Elles n’auraient pas dû être adoptées alors que des millions de citoyen·nes se trouvent confiné·es chez elleux. Et qu’iells ont autre chose à faire qu’à vérifier chaque jour si le gourvenement a pondu une nouvelle réforme touchant l’enseignement  supérieur et la recherche en visant pas à nous permettre de trouver des remèdes efficaces au choc respiratoire induit par le COVID-19 ou de sortir du confinement.

Deux textes ont ainsi été adoptés : d’une part, un Arrêté du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie et d’autre part, Décret n° 2020-398 du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats à l’examen du brevet de technicien supérieur et modifiant le code de l’éducation.Leur préparation est ancienne, comme le rapporte Bernard Gensané, sur son blog1..

Jeudi 17 octobre [2020] s’est tenue une réunion du COPIL du CLES (Certification de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur) à laquelle ont participé des représentants du Ministère et de la Conférence des présidents d’universités. Au cours de cette réunion, il a été question du prochain décret (présenté au CNESER mi-novembre) visant à subordonner l’obtention de la licence à la passation d’une certification en langue anglaise (cf. arrêté licence juillet 2018 + p.16 du document “ Projet de loi de finance 2020 ”).
Au cours de cette rencontre, il a été confirmé que l’obtention de la licence deviendra conditionnée par la passation d’une certification reconnue internationalement en langue anglaise à compter des toutes prochaines sessions.

On est donc en présence d’un texte préparé par le MESRI, en dépit de l’qustion de la part d’une députée, Sabine Rubin, à l’Assemblée nationale2, et de l’opposition affichée à la fois par les sociétés savantes3, les départements de langue4 qui sont sont manifestées au cours de l’automne et une certaine tiédeur de la Conférence des présidents d’université. Il a fait l’objet d’une quesiton au CLES par la député Sabine Rubin en mars 2019. Il paraît en plein cœur du confinement.

Modifier le Code de l’éducation pour y introduire une certification étrangère

Ces décret et arrêtés ne sont pas de textes consensuels, bien au contraire. Lors de leur présentation au CNESER en novembre dernier,  l’arrêté avait été rejeté par 62 voix contre, 2 absentions, aucun vote pour ; le vote sur le décret avait lui recueilli 57 voix contre, 2 abstentions, aucun vote pour5.

Pour ce qui touche au BTS, c’est bien la passation d’une certification qui conditionnera désormais l’obtention du diplôme, sans aucune autre précision de niveau.

Pour les autres diplômes, tout en précisant que la certification pourra se faire «dans la langue choisie», mais que « cette certification concerne au moins la langue anglaise ; dans ce cas, elle fait l’objet d’une évaluation externe et est reconnue au niveau international et par le monde socio-économique. La justification de la présentation à cette certification conditionne la délivrance du diplôme. ». Passation de nouveau (sic) ; évaluation externe (sic), reconnue au niveau international (sic) et par le monde socio-économique (re-sic).

Happisburgh Lighthouse, Happisburgh sur la côté du North Norfolk coast, Royaume Uni,par Luke Hanna, 2013

Continuer la lecture

  1. Bernard Gensané, retraité de l’Éducation nationale, tient un blog où il étudie les transformations — « privatisation » — de l’enseignement supérieur depuis Jacques Chirac et Valérie Pécresse, par plus de 250 articles sur le sujet, mouvement amplifié sous Hollande, et plus encore sous Macron selon lui. Voir également l’histoire longue de ces textes, présentée par P.-Y. Modicom, dans le commentaire à cet article. []
  2. À propos du Certificat de Langues Étrangères Supérieur, Sabin Rubin s’inquiète notamment du coût de la certification TOEFL. []
  3. par ex. Société des Anglicistes de l’enseignement supérieur français (SAES). []
  4. communiqué et tribune du Réseau des composantes de langues. []
  5. Rappelons, pour nos collègues, que l’avis du CNESER est consultatif et que parmi les membres du CNESER, on trouve des membres représentant la société civile (entendre le MEDEF). []