Les post-docs post-LPR. Communiqué de l’Ancsmp

L’Ancmsp, l’association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique, vient de publier un important communiqué faisant le point sur les conséquences de la loi de programmation de la recherche sur le post-doctorat (article 7 de la LPR, créant les nouveaux articles L. 412-4 et L. 431-5 du code de la recherche).

Lire le communiqué de l’Ancmsp du 1er juin 2022

Se concentrant surtout sur le contrat post-doctoral dit « de droit public » – celui qui peut être mis en place dans les universités, au CNRS ou encore à l’Inria –, l’Ancmsp alerte sur le fait que, depuis la LPR, ce contrat de post-doctorat est étroitement encadré dans le temps : il « n’est accessible qu’aux docteur·es ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans (au moment de la signature du contrat), pour une durée maximale limitée à quatre années ».

Dans un monde idéal, la limitation dans le temps de la période intermédiaire entre le doctorat et la titularisation dans un des corps de fonctionnaires de l’ESR serait une excellente chose. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal et cette mesure est, en réalité, d’une immense hypocrisie, dès lors qu’à côté de ce « contrat post-doctoral », il existe aujourd’hui toute une série de dispositifs qui permettent, eux aussi, de recruter des docteur·es 1° quelle que soit la durée écoulée depuis la soutenance de thèse, 2° que le ministère se garde soigneusement de réguler d’une quelconque façon et 3° auxquels les établissements recourent de plus en plus puisque l’ESR est désormais configuré pour produire structurellement de la précarité, notamment par la voie des financements sur projets. Les contrats dits “LRU” de l’article L. 954-3 du code de l’éducation sont, de ce point de vue, un instrument caractéristique.

Le risque est donc considérable que les nouveaux « contrats post-doctoraux de droit public » renforcent en réalité, comme l’explique le communiqué de l’Ancmsp « la dualisation du marché du travail précaire post-thèse, avec d’un côté des post-doctorats offrant de bonnes conditions de travail, et de l’autre des postes sous d’autres statuts, moins rémunérateurs et moins protégés », contribuant par la même occasion à renforcer les inégalités de genre et les rapports de force entre porteur·ses de projets et non-titulaires.

Continuer la lecture

Enquêtes participatives. Cartographies des conditions d’emploi des vacataires par établissement

La situation des vacataires doit tou·te·s nous alarmer et nous amener à nous mobiliser. Il s’agit d’un statut indigne dont les établissements abusent largement. De plus, les injonctions à la “continuité pédagogique” et la communication hasardeuse du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur leur rémunération, depuis la fermeture des universités et le confinement, ont pu fragiliser la situation déjà précaire de nombreux·ses vacataires.
Le bureau de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP) souhaite travailler à une cartographie des conditions d’emploi des vacataires par établissement, notamment pour faire pression sur les établissements où la situation est inacceptable (ceci avant et/ou pendant l’épidémie actuelle). Il invite ainsi l’ensemble des persones ayant réalisé des vacations ce semestre ou cette année universitaire, et qui souhaiteraient l’aider à faire ce travail, à répondre au questionnaire au lien suivant  et à le diffusion largement. 
Par ailleurs, Academia a lancé il y a quelque temps une enquête visant à mesurer la part des heures complémentaires dans le temps de travail réalisé, à partir des bilans sociaux des Universités. N’hésitez pas nous aider dans cet effort, et a minima, trouver les bilans sociaux de votre universités et nous les envoyer.