Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna

Depuis mercredi dernier, 10 juin 2021, nous assistons à un embrasement général de l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, suite à une vidéo postée sur Twitter par le laboratoire Autrichien Böttcher (groupe de recherche en chimie basé à Vienne et Constanz. Cette vidéo realisée par le Ministère de l’éducation et de la recherche fédéral allemand BMBF se présente comme un tutoriel d’information pour les chercheurs et chercheuses en début de carrière ; il y met en scène une jeune universitaire fictive prénommée Hanna, qui joue le rôle d’une doctorante à qui sont accordées six années de financement pour stimuler l’innovation à l’universitaire. Hanna n’est pas seulement une jeune femme qui a réussi à faire la preuve de son intelligence en terminant son doctorat en trois ans ; elle stimule également l’innovation dans le paysage universitaire allemand avant l’expiration des six ans. Nous devrions tous être fiers du choix difficile, mais conscient, d’embrasser la carrière universitaire que fait Hanna; car elle utilise à bon escient ces six généreuses années sans encombrer (sic!) le système, afin que d’autres jeunes diplômé∙es prometteuses puissent faire exactement la même chose pour servir la société et stimuler l’innovation.

La shitstorm est devenue une “tendance”, restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

Comme on peut l’imaginer, 92% des universitaires en Allemagne, qui survivent dans un marché compétitif défini par des lois néolibérales et des contrats temporaires, ne sont pas restés sans rien faire : iels ont aussitôt déclenché  un formidable shitstorm sur les réseaux sociaux. Le nombre de tweets a atteint son maximum vendredi 11 juin, mais la campagne continue sous le hachetague #IchbinHanna (#JesuisHanna) depuis, avec le soutien de chercheurs et chercheuses du monde entier.

Avec l’aide de  plusieurs twitt@s qui se sont saisi∙es de l’occasion pour publier des éclaircissements sur les particularités du système allemand, je vous propose un résumé des récentes lois du travail et les inquiétudes qu’elles suscitent.

Capture d’écran de la vidéo réalisée par le BMBF, où figure Hanna, la jeune chercheuse à succès.

Passionate and burn out“. Un webinaire berlinois sur le travail précaire dans l’ESR, 8 avril 2021

Séminaire en ligne – jeudi 8 avril 2021, 14h

Description : Cet exposé traitera de l’état actuel du travail et de l’emploi universitaires. Une attention particulière sera accordée à la tension entre la précarisation néolibérale du travail et la culture traditionnelle du travail universitaire basée sur la passion et la motivation intrinsèque. L’impact de la diminution de la sécurité de l’emploi et de l’augmentation des pratiques d’emploi temporaire sera discuté du point de vue de l’avenir de l’enseignement supérieur et du bien-être des chercheurs en début de carrière. L’objectif principal est d’éclairer comment les facteurs spécifiques au secteur peuvent être propices aux mécanismes d’exploitation néolibérale, en particulier dans les secteurs créatifs/intellectuels. Au final, cet exposé cherche à stimuler une réflexion critique sur les moyens possibles de surmonter l’auto-exploitation volontaire dans les secteurs créatifs.

Aslı Vatansever (PhD Université de Hambourg, 2010) est sociologue du travail et de la stratification sociale et s’intéresse plus particulièrement au travail universitaire précaire. Elle est actuellement Philipp-Schwartz Fellow au Bard College de Berlin et travaille sur un projet intitulé “Varieties of Academic Labor Activism in Europe”. Ses livres incluent : “Ursprünge des Islamismus im Osmanischen Reich. Eine weltsystemanalytische Perspektive” (Hambourg : Dr. Kovač, 2010), “Ne Ders Olsa Veririz. Akademisyenin Vasıfsız İşçiye Dönüşümü” (Prêt à tout enseigner. La transformation de l’universitaire en travailleur non qualifié, Istanbul : İletişim, 2015 – coécrit avec Meral Gezici-Yalçın), et “At the Margins of Academia. Exile, Precariousness, and Subjectivity” (Brill: 2020). (Brill : 2020).

Note de solidarité à l’intention des chercheuses et chercheurs en poste en France

deutsche Fassung unten
Nous, chercheurs et chercheuses en poste en Allemagne, suivons avec inquiétude les derniers développements de la polémique en France autour du prétendu « islamo-gauchisme » dans les universités françaises ainsi que les attaques répétées faites aux recherches intersectionnelles et postcoloniales. Nous y voyons un effort ciblé pour réduire au silence certains champs de recherche qui, par leurs résultats scientifiques, remettent en question des privilèges et inégalités structurellement ancrés.

Ce débat a des effets dévastateurs sur nos collègues dont on essaie de délégitimer le travail. Nous rejetons résolument les insinuations destinées à semer le doute sur leur intégrité scientifique. Nous voyons dans ces reproches un empiètement inacceptable sur la liberté de recherche et de l’enseignement académique. L’évaluation de la qualité académique d’une approche scientifique n’incombe pas aux ministres ou aux parlementaires, c’est une compétence primordiale de la communauté scientifique. Or, tout comme chercheuses et chercheurs font valoir les fruits de leurs recherches sur la scène publique sous forme d’un transfert des connaissances, leur travail régulier consiste également en l’évaluation des travaux de leurs pairs.

Nous déplorons que cette polémique ait vu certains membres du gouvernement et de la majorité présidentielle apporter leur soutien à des positions et des stratégies rhétoriques jusqu’ici réservées à l’extrême droite. Nous constatons avec inquiétude ces évolutions, qui ouvrent la voie à une profonde remise en question des principes qui sous-tendent jusqu’à présent l’enseignement supérieur et la recherche.

Le débat dépasse le seul cadre de la sphère académique française : il a une dimension européenne et mondiale. Il touche également aux valeurs communes de la coopération scientifique franco-allemande et internationale. Afin de pouvoir continuer notre travail au-delà des frontières tant disciplinaires que nationales, il est essentiel que nos collègues en France puissent poursuivre leurs recherches sans aucune intervention politique dans le choix de leurs approches théoriques, méthodologiques et empiriques. Notre échange d’idées ne saurait se faire si nos travaux étaient soumis à une conditionnalité politique.

C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité et notre soutien à nos collègues de toutes les disciplines qui refusent de telles tentatives d’intimidation. Nous lançons un appel solennel à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et à toutes les personnalités de l’échiquier politique qui alimentent cette polémique : nous vous demandons instamment de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France.

[Nous suivons de très près les développements actuels de ce débat en France. La collecte des signatures est ouverte jusqu’au 25 février inclus. Si nous arrivons à atteindre un nombre significatif de signatures, nous transmettrons cette note aux médias français et allemands le 26 février.]

*** Solidaritätserklärung mit Forschenden in Frankreich ***

Wir, in Deutschland beschäftigte Forschende, verfolgen mit Sorge die andauernde Debatte in Frankreich um angebliche „islamisch-linke“ Strömungen an den französischen Universitäten und die wiederholten Angriffe auf intersektionale und postkoloniale Forschungsrichtungen. Wir sehen darin einen gezielten Versuch, bestimmte Forschungsfelder zum Verstummen zu bringen, welche auf Basis ihrer wissenschaftlichen Erkenntnisse zahlreiche lange bestehende Privilegien und strukturelle Ungleichheiten offenlegen.

Des papillons au plafond: en attendant l’audition

Par Anne Baillot, rédactrice du carnet Digital intellectuals. A blog accompanying the production of the digital edition “Letters and texts. The intellectual Berlin around 1800

DigitalIntellectuals

La situation d’attente de l’audition pousse au cauchemar. La nuit passée, j’avais ainsi deux concurrentes préalablement déclarées meilleures que moi avant même l’audition, je levais les yeux et trouvais, au plafond, une multitude de papillons, les uns petits, les autres plus grands, blancs, avec des taches noires. Sans savoir ce qu’ils symbolisent, l’image ne me quitte plus dans mes préparatifs pour cette audition allemande, qui s’avère bien différente de l’audition francaise. Continuer la lecture