À Aix-Marseille Université, pas de trève pour la LRU, ou la LPPR, en marche !

Reçu sur une liste d’Aix-Marseille Universté le 20 mars 2020

Mesdames et Messieurs les Doyennes et Doyens, Directrices et Directeurs de composantes d’Aix-Marseille Université et d’écoles du site d’Aix-Marseille,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’Unités de recherche d’Aix-Marseille,

Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

Nous souhaitons vous informer de l’ouverture effective de l’appel Chaires d’excellence 2020 ce jour. Nous avons rencontré un délai de quelques jours pour la publication des documents de l’appel et vous prions de nous en excuser, compte-tenu du contexte actuel.
Vous trouverez toutes les informations nécessaires au dépôt de dossier de candidature sur le lien suivant : https://www.XXX

Nous clôturerons les candidatures le 11 juin 2020, à midi.

Je vous souhaite bonne réception de cette information, et vous prie de ne pas hésiter à contacter Mme XXX, Chargée de projets Attractivité et International A*Midex, en copie de cet email, pour échanger au sujet de cet appel, A*Midex ayant mis en place le télétravail.

Salutations cordiales,

XYXY – Vice-Président délégué fondation A*MIDEX, Directeur filière Fast Spor’In
Aix-Marseille Université – Site du Pharo – 58 bd Charles Livon – 13284 Marseille Cedex 07

https://www.flickr.com/photos/61523467@N03/8615540162/in/photolist-e8jTVU-ek1eQD-291dtUL-8Bwutn-k1hD4t-71fYEj-h6FAN7-9wRjTP-9tsZXt-fKETse-4AUref-4n79tw-9mFKZD-a3FXFk-2dxQ1U7-4GSvoW-GX4nUE-XWr4tj-nMHMV7-5Rat7d-ZX4Cwk-oyZn8N-qxsNkS-29iutqL-2iwQwFA-38Ks9J-2hcDp7g-2d5nr6Q-RtveWB-nm5b5G-kwqrW3-cDyBCS-dSWAx6-dVxf5S-niE6og-bCCNZR-24SWQtw-KD21RH-fKFRed-nXA7Qz-2ifNTpQ-2iAC2YS-7MU9r8-5j7RHW-fKXvwy-24wdcrQ-4Amv8A-vPLC3w-4AhdEV-fKETWv

Useless, by Don Francisco, 2013

« Réponse, totalement inutile, mais ça fait du bien… »

Cher collègue,

Ne vous semble-t-il pas irresponsable, dans le contexte que nous traversons, de poursuivre ces opérations délétères, qui nuisent au progrès scientifique en concentrant les moyens sur des projets isolés et de court terme, alors que nous avons besoin au contraire de financements structurels des équipes, et d’égalité entre les personnels, seule garante d’une recherche libre et collaborative ? Le témoignage de notre collègue Bruno Canard — parmi tant d’autres — dont le laboratoire a été longtemps privé des postes et des moyens nécessaires pour poursuivre ses recherches sur la famille du coronavirus, ne suffit-il pas à convaincre ceux qui gouvernent notre université du caractère désastreux de ce mode de financement de la recherche, fondé sur la compétition ? Si notre université traverse la crise sans remettre en question son inepte politique de l’« excellence », alors même que dans toute la communauté universitaire — à Aix, en France, dans le monde — des voix s’élèvent pour en démontrer  l’inanité, alors notre établissement aura définitivement fait la preuve que malgré sa taille et l’extraordinaire qualité de ses chercheurs et de tous ses personnels, elle est institutionnellement frappée de cécité.

Je vous invite, à l’opposé de cette poursuite entêtée d’une compétition que la conjoncture rend indécente, à ouvrir le débat sur la manière d’organiser et de financer la recherche, dans le sens de l’efficacité collective. Nous avons tous un grand besoin de ce débat, afin de collectivement imposer, à la sortie de la crise sanitaire, une réforme de la recherche qui soit à la hauteur de ses enjeux.

Je vous prie, cher, collègue, de recevoir l’expression de mes sentiments cordiaux et de mon attachement au (vrai) service public de recherche et d’enseignement supérieur – un service public qui mérite que chacun lutte pour le défendre contre les entreprises destructrices du gouvernement non seulement le plus réactionnaire, mais aussi le plus incompétent que notre république ait connu depuis la Libération,

Sylvain Brocquet, professeur à l’Université d’Aix-Marseille

 

Chronique de grève #11 — Où étiez-vous ?

  • Médéric Gasquet-Cyrus, 5-6 mars 2020

Où étiez-vous ?

Vous étiez là j’espère ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Pas une enfilade de couloirs mal finis aux murs blancs et sans affiches (on n’a pas le droit : « ça appartient à Eiffage »), pas des salles quelconques qui se ressemblent un peu toutes, pas des amphis « fonctionnels » mais assez inconfortables, pas un préau sombre et glacé traversé par le vent où roulent des détritus et où l’on ne se rassemble que lorsque sonne l’alarme et que l’on doit évacuer le bâtiment. Pas une « UFR ALLSH », pas une « composante », pas une « faculté ». Non.

Une fac.

Avec des gens, jeunes et vieux, qui passaient, parlaient, mangeaient, pensaient, rêvaient, écrivaient, riaient, luttaient.

Vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai vu des banderoles sur les murs ou déployées sur les grilles, j’ai vu des affiches, j’ai vu des panneaux. J’ai vu des mots, des discours, des slogans, des phrases, des livres, des témoignages, des pensées, des injonctions, des idées.

 

J’ai vu et entendu des gens, des profs, des étudiants, chanter dans les couloirs. Ou s’allonger devant les portes d’entrée, et chanter encore. Pour dire non, en riant. Mais non quand même.

Fermement. « Allongééééeees par terre-euh / Contr’ la LPPR euuuuh / On veut pas de cette loi ! // Allongées par terre / On bloqu’ l’UFoùR / On veut pas de cette loiiiiii ! »

Où étiez-vous ?

J’ai vu des collègues venir partager leur savoir, leur expérience, leur regard, dans des « cours » ouverts, gratuits. Pas d’UE, pas de crédits, pas de MCC, pas de CCI, pas de session 2, pas de Gigue, pas d’Ametice, pas de Parcoursup, pas d’HETD. Des cours de fac. Gratuits, ouverts, modestes, généreux. J’ai vu des étudiants lire et commenter des textes qu’aucun prof ne leur avait recommandé. Sans attendre de note. Sans attendre d’évaluation. Sans attendre de compensation. J’ai vu des étudiants se poser des questions, argumenter, se contredire, se rejoindre, penser ensemble.

J’ai entendu des débats des questions, des idées, des projets, des envies, des interrogations, des convictions, des curiosités insatisfaites, des espoirs. Avec des gens qui parlaient parfois avec des « tremblos » (non, pas des trémolos) dans la voix.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des tables, des chaises, des fauteuils que chacun pouvait investir pour se poser, parler, créer.

J’ai vu des gens qui pouvaient se servir librement du café, du thé, du couscous, du pain, du jus d’orange, des gâteaux, des tartes ; pas de cocktail, pas de petits fours, pas de traiteur avec « devis » et « bon de commande » ; et des prix libres : tu donnes ce que tu peux. Pas de Moneo obligatoire, pas de présentation de sa carte pour avoir droit au tarif ceci-cela pour un sandwich spongieux du CROUS, de la salade en plastoc ou des carottes repeintes au Stabilo Boss. Des trucs à boire et à manger portés par des étudiants qui ont bricolé de quoi nourrir tout le monde.

Continuer la lecture

« La ministre ne connaît pas encore le contenu précis de la loi » – la LPPR à Marseille

Hier, vendredi 21 février 2020, Frédérique Vidal avait convoqué à la Présidence d’Aix-Marselle Université, au Pharo, les directions d’unités des Universités d’Aix-Marseille, Avignon, de Nice et de Toulon ainsi que des représentant·es des syndicats. Accueillie par un comité d’accueil engagé, au chant de « Frédérique Vidal, Ministre du capital, on ne veut pas voter pour toi » et accompagnement de casseroles, la Ministre a essuyé un feu de questions.

Frédérique Vidal répond aux directions d’unité, Aix-Marseille Université, Pharo, 21 février 2020

Comme le rapporte un compte rendu informel :

La ministre n’a qu’un seul message finalement : je ne comprends pas que la communauté de l’ESR soit contre une réforme qui veut lui donner de  l’argent ! Et elle est vraiment persuasive sur cet élément de langage. Elle promet beaucoup oralement : augmentation des récurrents, augmentation des postes, revalorisation des carrières… Mais elle est  finalement aussi acide sur la discrétisation des rumeurs autour du texte, qu’elle est floue sur les promesses, jamais chiffrées. Elle a  donc tenté d’être convaincante, mais n’a clairement pas convaincu les directions d’unité qui n’étaient pas tous au garde à vous, loin s’en faut, et qui ont bien réussi à témoigner de leurs inquiétudes.

Comme l’indique Hélène Aurigny, maîtresse de conférences en histoire grecque (Force ouvrière) , dans le reportage de France Bleu Provence de ce matin (7h), la Ministre « vient nous parler d’une loi dont elle dit elle-même qu’elle n’en connaît pas le contenu ». Cela rend ainsi complètement inutiles les éventuelles discussions. Qui plus est, son nouvel élément de langage vise à étouffer complètement les profonds désaccords entre communauté universitaire et Ministre sur la philosophie des réformes en cours, au MESRI ou au Ministère de l’Économie et des Finances ; le nouveau motif invoqué étant que le calendrier retraites vient perturber la réflexion sur la LPPR.

À Marseille, comme dans le reste de la France, l’Université et la recherche restent pleinement mobilisée contre les projets de loi Retraites, Recherce, Pacte de productivité et, le 5 mars, s’arrêtent !

Continuer la lecture

Vers la fin de l’externalisation ? À propos de la sous-traitance propreté

Des témoignages d’Aix-Marseille Université et de l’Université de Toulouse Jean Jaurès permettent de saisir comment les personnels universitaires en sont venus à soutenir les salarié-es en sous-traitance et réfléchissent à remettre en cause l’externalisation des services de propreté, restauration, etc.

1. Aix-Marseille Université : une victoire intersyndicale

« Nous avons été confronté à la même situation il y a quelques jours à l’Université d’Aix-Marseille, également avec les salarié.es de la société Arc-en-Ciel.
En gros les salarié.es ont refusé qu’on leur impose une réduction d’heures. Ils ont reçus pour 6 d’entre eux.elles des convocations en vue de licenciements.
Ils.elles se sont donc mis.es en grève, avec piquet de grève sur le parvis du site d’Aix ALLSH.

Les camarades de la CGT Propreté 13 avaient déjà pris contact avec nous plusieurs jours auparavant, ce qui nous a permis d’être très réactifs.
Nous avons immédiatement lié leur lutte à la mobilisation en cours et les avons invité à s’exprimer en AG centrale de l’université.
Une motion à été lue et votée à l’unanimité, appelant à un rassemblement au siège de l’université le lendemain à l’occasion de la rencontre entre le président d’AMU et la directrice de la société Arc-en-ciel.

Continuer la lecture

Vice de forme (IV): harcèlement à l’Université et compétence en matière disciplinaire

Après les décisions de l’année passée, le CNESER nous apporte au Bulletin officiel du 19 juillet 2018 son lot d’excellentes nouvelles : le droit de victimes de sanctions disciplinaires pour harcèlement moral et sexuel est sauf.

En effet, toutes les sanctions prises à l’encontre des personnes reconnues coupables de harcèlement moral ou sexuel en première instance obtiennent un « sursis à exécution » qui empêche la peine prononcée par la commission disciplinaire, peine quelquefois lourde, d’être appliquée.

Cela pose un sérieux problème : celui de la compétence des équipes universitaires chargées des procédures, qui conduisent ces dernières avec une certaine légèreté, voire commettent des fautes grossières.

Cela ne peut durer. Alors qu’il est si difficile d’obtenir une sanction disciplinaire au sein de l’Université – en raison de l’auto-censure des victimes, et de la difficulté à établir des faits – il est indispensable que les sanctions prises soient exemplaires et ne puissent faire l’objet d’aucune discussion en appel. C’est à ce prix que les sanctions, pénalisant les coupables, auront un effet véritablement dissuasif.

À quand la formation des équipes universitaires pour une meilleure protection des victimes étudiantes et enseignantes ?

Que fait le Ministère?

 

Affaire Première : Aix-Marseille Université – Harcèlement moral à l’encontre de collègues par une professeure d’université

Continuer la lecture

Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que “toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie”.

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Continuer la lecture