Emploi à bac+5 : rémunération possible via Aix-Marseille Université

Rentrée : position de l’équipe pédagogique des Sciences du langage (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université, mardi 2 juin 2020
L’équipe pédagogique du département des Sciences du Langage s’est réunie à plusieurs reprises et a pris connaissance du questionnaire envoyé par la direction de l’UFR relatif à la rentrée 2020.
Elle regrette le caractère essentiellement technique de ce questionnaire qui ne pose pas les questions essentielles liées au sens de nos missions d’enseignement dans un contexte comme celui que nous traversons, sans poser non plus le sens de l’enseignement « à distance ».
Elle déplore le caractère individuel du questionnaire qui précède une réflexion collective de l’équipe pédagogique. Elle déplore aussi qu’un questionnaire similaire n’ait pas été envoyé aux étudiants, la seule enquête digne de ce nom faite auprès des étudiants étant celle organisée par des personnels mobilisés.
À ce jour, personne n’est en mesure de prédire à quoi ressemblera la rentrée, à quelque niveau que ce soit (UFR, AMU, ministère…).
Nous devons cependant anticiper les choses et ne pas nous laisser dicter des modalités de travail qui iraient contre nos principes et contre ce que nous jugeons pertinent d’un point de vue pédagogique. Chaque membre a répondu à sa convenance à ce questionnaire ; cependant, comme cela a pu être fait par le département d’études italiennes, l’équipe pédagogique tient à faire connaître ses positions communes sur le sujet.
  •  Le déconfinement généralisé et l’ouverture des écoles, lycées, entreprises, services, bars, restaurants, transports nous invite à penser que, sauf conditions sanitaires exceptionnelles, la rentrée devra(it) se passer le plus « normalement » possible (en tenant compte évidemment des règles de distanciation physique, des gestes-barrière, etc.). En cas de rebond dramatique de l’épidémie, il serait toujours temps de prendre des mesures adéquates en cours de semestre (y compris une fermeture temporaire). La rentrée étant un moment essentiel d’information, de prise de contact et d’encadrement, nous souhaitons que tous les efforts soient concentrés pour garantir une rentrée en présentiel.
  • Nous souhaitons que les modalités d’enseignement à distance ne deviennent pas la norme ni ne soient le prétexte à des économies ou à des façons de changer notre métier
  • L’enseignement à distance ponctuel en mode dégradé n’est pas l’équivalent des cours du SFAD (publics et contenus spécifiques ; contenus adaptés à un enseignement en permanence à distance ; progression choisie librement par l’étudiant·e et non subie du fait du contexte, etc. : voir les très bons arguments mis en avant par le département d’études italiennes).
  • Égalité de traitement entre étudiant·e·s : nous ne souhaitons pas instaurer des régimes différenciés entre les étudiant·e·s internationaux/-ales qui pourraient se voir dispenser des enseignements à distance et les étudiant·e·s locaux en présentiel.
  • Refus de l’hybridation : à de rares exceptions près, l’hybridation des enseignements distanciel/présentiel ne nous paraît pas une solution pédagogiquement satisfaisante, qui entraîne une quantité de travail supplémentaire non rémunérée. Par ailleurs, elle peut créer deux types de publics traités inégalement et recevant deux types de cours, même si on envisage des rotations de public.
  • Nous refuserons toute modalité pédagogique qui conduirait à filmer et/ou enregistrer des cours en amphi : d’une part pour des raisons pédagogiques, d’autre part car nous aurons toujours des doutes sur le devenir des fichiers enregistrés de même que sur les droits de ces contenus.
  • Nous souhaitons que des investissements soient faits au niveau de l’hygiène de nos locaux : plus de personnel de nettoyage, matériel d’entretien, organisation de désinfections au cours de la journée, etc.
  • Les dépenses prévues pour des équipements multimédia ou des ingénieurs pédagogiques ne nous semblent pas prioritaires : le budget de l’université doit prioritairement être destiné au recrutement de personnels titulaires (enseignants, personnels d’entretien).

 

Mesures prises pour les examens. Une recension

https://www.flickr.com/photos/cammino/41730251674/in/photolist-26zyrXQ-2iv4bAM-29swtoD-oD8umZ-28tDGY1-2h1DMSw-6vRy95-24ZMs3d-xAiXNr-AvZjiU-WQzb7H-Z2sstd-2iijhk8-24GaFZP-9q135u-26VqeFD-24zDFFr-xNGfun-4PZVbn-25NHedw-2ixfev6-SxZzYN-E7fafn-23PF1eG-2hCR4yi-WoaEBP-HvdyQV-KzyQcJ-KoLZ4G-2gWEQ47-pYvEgC-2434C86-xQEuZG-8fkzGa-2evnTEm-2fd15p4-248TrMv-2dLeiQb-MXRjsE-HvdyEe-4RzwSY-2e6sbcV-Byhzpo-upY5WK-UgY6RM-rjfXFr-25QjYp8-21TFbMW-xuSeKQ-27EFf1P

Survival of the fittest, by cammino, 2018

Dans le grand débat actuellement en cours sur la neutralisation des semestres pairs dans les universités, les discussions se sont largement déplacées, ces trois derniers jours, sur le terrain juridique. La direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle a ouvert le feu, en affirmant dans la nouvelle version de son « plan de continuité pédagogique » (p. 19) que la neutralisation pure et simple d’un semestre (entendue comme sa validation automatique) était « inadmissible » sur le plan du droit.
Dans cette fiche, les deux arguments juridiques mobilisés au soutien de cette affirmation ont fait sourire, tant ils étaient faibles. Les choses ont quelque peu changé depuis que, directement confrontée à la décision de la CFVU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de neutraliser, malgré tout, le semestre en cours, l’École de droit de la Sorbonne s’est sentie obligée de venir au secours de la DGESIP, et de mettre toute sa puissance d’exégèse dans la bataille. Dans la lettre qu’elle fait parvenir aux étudiant·es et aux collègues de Paris-1, la décision de neutraliser le semestre est « évidemment » illégale, expliquent les éminents jurisconsultes, en même temps qu’ils ne trouvent rien à redire à l’illégalité consistant à substituer le conseil d’administration de l’université à la CFVU pour fixer la liste des aménagements aux modalités de contrôle des connaissances.
Les articles du Code de l’éducation ont beau dos, en réalité. C’est une manière un peu facile de ne pas assumer le choix politique fait, comme souvent dès qu’il est question de droit : pour certain·es, l’idée que l’on puisse laisser des étudiant·es valider leur semestre sans avoir passé d’examens est insupportable, quand bien même l’épidémie en cours est dramatique, et en dépit de l’inégalité de nos étudiant.e.s devant celle-ci.
D’importants débats sont donc en cours au sein de chaque établissement. Incontestablement, la question de la neutralisation suscite au sein des équipes présidentielles de farouches oppositions, mais elle avance doucement, malgré tout. Des solutions intermédiaires émergent aussi, comme à Aix-Marseille université, même si elles restent modérément satisfaisantes à ce stade.

Suite au billet de Benoît Kloeckner, «Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP» paru le 17 avril 2020, plusieurs membres d’université nous ont informer des choix faits : Université de Lorraine ; Aix-Marseille Université ; Université de Bretagne-Sud ; Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Mise à jour : 13 mai 2020

1. « Valider les semestres pairs : un choix politique qui s’impose » Communiqué de l’intersyndicale de l’Université de Lorraine

Jeudi 9 avril, nous avons reçu un message signé par Sabine Chaupain-Guillot, vice présidente formation et insertion professionnelle et par Brigitte Nominé, vice-présidente numérique. Après nous avoir dit que nous étions toutes et tous formidables, elles nous alertent sur cette réalité qui « s’impose à nous », celle de l’évaluation à distance pour les examens des semestres pairs. Pour ce faire, nous disposons de boîtes à outils préconisées par la direction du numérique.
Quelle est la réalité qui « s’impose à nous » ?
Nous voudrions revenir sur cette réalité qui « s’impose à nous ». Ce qui « s’impose à nous », c’est une situation sanitaire que nous n’anticipions pas encore il y a quelques mois et même quelques semaines. Ce qui « s’impose à nous », c’est un éloignement des étudiants de leurs lieux d’études, pour certains l’éloignement de leurs familles, de leurs amis. Ce qui « s’impose à nous », c’est une situation dans laquelle les inégalités sont renforcées, parfois de façon extrêmement grave, par le confinement, par la pandémie et par la maladie. La réponse à la situation ne peut pas et ne doit pas être réduite à une question technique sur les modalités de l’évaluation à distance. Le gouvernement n’a-t-il pas annoncé qu’aucune évaluation à distance ne pourrait être prise en compte pour le premier des diplômes universitaires, le baccalauréat ?
Qu’en est-il du respect du principe d’égalité de traitement des étudiant·e·s ?
Les syndicats CGT FERC-SUP, FO-ESR, SNESUP-FSU et SUD-Éducation se sont déjà exprimés à ce propos dans leur communiqué du 31 mars : la période que nous vivons n’est pas normale. Parler de continuité pédagogique n’a pas de sens : quels que soient les efforts que chacun d’entre nous déploie, nous sommes collectivement confrontés à une situation de rupture dont nous devons tenir compte. S’il faut rappeler que l’ordonnance 2020-351 du 27 mars permet que le conseil de la formation et les conseils de collégiums modifient les modalités de contrôles des connaissances, notamment pour intégrer des évaluations à distance, il faut aussi insister sur le fait que cette même ordonnance précise que cela doit être fait « dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation ». Tout est dans le passage surligné en gras ! Or nous savons que ce seul principe suffit à éliminer la grande majorité des examens à distance en direct puisque les conditions matérielles, de connexions, mais aussi sociales, ne permettent pas de vérifier cette condition. Ce n’est pas parce qu’un étudiant se sera connecté une fois ou deux à Arche que l’on pourra prouver « l’égalité de traitement des candidats ».

Valider les semestres pairs pour toutes et tous

Continuer la lecture

Enquête sur les conditions actuelles d’étude à distance auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université

  • Synthèse réalisée par Corine Eyraud Département de Sociologie,14 avril 2020

Passation des questionnaires réalisée par Caroline Renard (Arts du spectacle et Cinéma), Pascal Romeas et Sylvie Wharton (Sciences du langage), Corine Eyraud, Alice Pavie et Patrick Perez (Sociologie), Estrella Massip i Graupera (Espagnol), Hervé Rostaing (Administration publique), Julien Lefèvre (Math/Informatique/physique) et Clothilde Melot (Sciences de l’ingénieur).

À la lecture du billet de Pierre Merklé (http://pierremerckle.fr/2020/03/la-continuite-pedagogique-vraiment/) diffusé le 26 mars sur son blog, nous avons décidé de réaliser la même petite enquête auprès d’étudiants d’Aix-Marseille Université de différentes disciplines. Pierre Merklé nous a fourni son questionnaire et nous l’en remercions. Nous reprenons ici son analyse et le cheminement de son billet en y intégrant nos propres résultats ainsi qu’un nombre important de réponses aux questions ouvertes, à même de donner une idée de la pluralité des situations concrètes et des difficultés rencontrées par nos étudiants en matière de travail à distance.

Un sondage sur les capacités à suivre des cours et à travailler à distance ? Encore faut-il y répondre…

Le questionnaire de cette mini-enquête a été mis en ligne sur « Ametice » — dénomination pour Aix-Marseille Université de la plate-forme Moodle d’apprentissage en ligne — le lundi 30 mars après-midi, et il est resté ouvert jusqu’au lundi 6 avril minuit. Les étudiant.es ont été invité.es à y répondre par plusieurs messages envoyés par Ametice, et relayés de différentes façons (pages Facebook, emails personnels…). Le choix de mesurer la capacité des étudiant.es à suivre des cours à distance à partir d’un sondage sur Ametice était délibéré : cela devait permettre déjà tout simplement de déterminer la proportion des étudiant.es qui recevraient le message les invitant à répondre à ce sondage, par un canal ou un autre, et qui y répondraient dans Ametice. La non-participation au sondage peut de ce fait être tenue comme un indice d’une très grande difficulté à utiliser les outils les plus simples mis à notre disposition pour faire cours à distance, et qui sont ceux que notre établissement nous recommande très fortement d’utiliser.

De ce point de vue, la conclusion est malheureusement sans ambiguïté, le taux de réponse général au sondage est très faible :

Tableau 1. Le taux de réponse au sondage (en %)

Discipline, diplôme N’a pas répondu A répondu Total (%, n=effectifs)
Licence Arts du spectacle + Master Cinéma 70 30 100 (n=134)
Licence Sciences du langage 57 43 100 (n=366)
Licence Espagnol 66 34 100 (n=96)
Licence + Master Sociologie 63 37 100 (n=323)
L3 Adm. Publique, Parcours Info Com 37 63 100 (n=46)
L1 Math/Informatique/physique 75 25 100 (n=400)
L2 Sciences de l’ingénieur 81 19 100 (n=91)
ENSEMBLE 66 34 100 (N= 1 456)

La capacité à répondre à une demande très simple dans Ametice en huit jours n’est observable que pour un tiers (34%) des 1 456 étudiant.es enquêté.es. Les plus « connectés » ne sont pas forcément ceux que l’on croit : le taux de réponse est le plus bas chez les étudiant.es de sciences (L1 Math/Informatique/physique et L2 Sciences de l’ingénieur).

Avant même d’invoquer des difficultés de connexion liées à la crise sanitaire et au confinement, ou la démobilisation, il faut d’abord tout se demander si même avant le début de cette crise, les étudiant.es utilisaient Ametice. Il nous faudrait donc avoir une meilleure connaissance de leurs usages d’Ametice en « temps normal ».

Principaux enseignements

  • Un accès basique à internet apparemment correct, mais un accès compliqué aux plateformes nécessitant un débit élevé et un ordinateur fixe
  • Des conditions de travail dégradées pour un nombre significatif d’étudiant·es

    Commentaires (extraits) :
    Conditions matérielles

    • Mes sœurs étant respectivement étudiantes en 3ème année de fac et en terminale, il est difficile de travailler dans de bonnes conditions car nous devons partager un ordinateur pour 3. (L3)
    • J´ai des problèmes de connexion puisque ma mère entreprend le télé-travail. Et le réseau est saturé. (L1)
    • Quand mon forfait sera épuisé ou mon débit réduit, j’aurais des difficultés pour envoyer mon travail ou bien même carrément pour accéder à internet et Ametice car je n’ai pas de box WIFI chez mes parents seulement mon forfait internet sur mon téléphone qui me permet de faire des partages de connexion à mon ordinateur. (L2)
    • Je ne dispose pas des logiciels afin d’ouvrir les fichiers audio de mes enseignants pénalisant ainsi ma compréhension des cours. (L2)
    • C’est aussi compliqué car moi qui de base imprime mes cours car je n’arrive pas à réviser directement sur ordinateur, je suis en manque d’encre, par conséquent je ne sais pas si je vais pouvoir tenir tout le long pour imprimer tous les cours car ils sont encore plus longs que d’habitude. (L2)
https://www.flickr.com/photos/31408335@N03/3613747647/in/photolist-pVFLpM-RVf1Jw-SBQuA1-T1iGzM-RXMjiV-6vkpgV-4cMa1C-4cH9Me-nE3SoV-27U7nyM-rXznnp-29Hqqk5-JsxcVX-dAynHL-2dRUbEb-5mrMPM-RNuRQf-mb9eb-T2CNV8-Kc1mAR-2eGNJWW-W4pJjs-Xzv9Bq-5ZFzgi-RzJXtu-Stesuw-2ioVAyi-2ioUtGi-xvBTsU-2ioUvAi-2iMzQZk-4cHayK-4cM9mN-5A2vZj-4cMapu-7cboH3-4cHaCV-8vNWen-8ZMxpD-4cHamD-5vecas-4cHafV-4Eaju3-4cManS-7XCKLp-KdTHbn-pmRinQ-4cM9oN-cHrHFw-VA7CUC/

My old student room, by Harry Hendricks, 2007

Continuer la lecture

À Aix-Marseille Université, pas de trève pour la LRU, ou la LPPR, en marche !

Reçu sur une liste d’Aix-Marseille Universté le 20 mars 2020

Mesdames et Messieurs les Doyennes et Doyens, Directrices et Directeurs de composantes d’Aix-Marseille Université et d’écoles du site d’Aix-Marseille,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’Unités de recherche d’Aix-Marseille,

Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

Nous souhaitons vous informer de l’ouverture effective de l’appel Chaires d’excellence 2020 ce jour. Nous avons rencontré un délai de quelques jours pour la publication des documents de l’appel et vous prions de nous en excuser, compte-tenu du contexte actuel.
Vous trouverez toutes les informations nécessaires au dépôt de dossier de candidature sur le lien suivant : https://www.XXX

Nous clôturerons les candidatures le 11 juin 2020, à midi.

Je vous souhaite bonne réception de cette information, et vous prie de ne pas hésiter à contacter Mme XXX, Chargée de projets Attractivité et International A*Midex, en copie de cet email, pour échanger au sujet de cet appel, A*Midex ayant mis en place le télétravail.

Salutations cordiales,

XYXY – Vice-Président délégué fondation A*MIDEX, Directeur filière Fast Spor’In
Aix-Marseille Université – Site du Pharo – 58 bd Charles Livon – 13284 Marseille Cedex 07

https://www.flickr.com/photos/61523467@N03/8615540162/in/photolist-e8jTVU-ek1eQD-291dtUL-8Bwutn-k1hD4t-71fYEj-h6FAN7-9wRjTP-9tsZXt-fKETse-4AUref-4n79tw-9mFKZD-a3FXFk-2dxQ1U7-4GSvoW-GX4nUE-XWr4tj-nMHMV7-5Rat7d-ZX4Cwk-oyZn8N-qxsNkS-29iutqL-2iwQwFA-38Ks9J-2hcDp7g-2d5nr6Q-RtveWB-nm5b5G-kwqrW3-cDyBCS-dSWAx6-dVxf5S-niE6og-bCCNZR-24SWQtw-KD21RH-fKFRed-nXA7Qz-2ifNTpQ-2iAC2YS-7MU9r8-5j7RHW-fKXvwy-24wdcrQ-4Amv8A-vPLC3w-4AhdEV-fKETWv

Useless, by Don Francisco, 2013

« Réponse, totalement inutile, mais ça fait du bien… »

Cher collègue,

Ne vous semble-t-il pas irresponsable, dans le contexte que nous traversons, de poursuivre ces opérations délétères, qui nuisent au progrès scientifique en concentrant les moyens sur des projets isolés et de court terme, alors que nous avons besoin au contraire de financements structurels des équipes, et d’égalité entre les personnels, seule garante d’une recherche libre et collaborative ? Le témoignage de notre collègue Bruno Canard — parmi tant d’autres — dont le laboratoire a été longtemps privé des postes et des moyens nécessaires pour poursuivre ses recherches sur la famille du coronavirus, ne suffit-il pas à convaincre ceux qui gouvernent notre université du caractère désastreux de ce mode de financement de la recherche, fondé sur la compétition ? Si notre université traverse la crise sans remettre en question son inepte politique de l’« excellence », alors même que dans toute la communauté universitaire — à Aix, en France, dans le monde — des voix s’élèvent pour en démontrer  l’inanité, alors notre établissement aura définitivement fait la preuve que malgré sa taille et l’extraordinaire qualité de ses chercheurs et de tous ses personnels, elle est institutionnellement frappée de cécité.

Je vous invite, à l’opposé de cette poursuite entêtée d’une compétition que la conjoncture rend indécente, à ouvrir le débat sur la manière d’organiser et de financer la recherche, dans le sens de l’efficacité collective. Nous avons tous un grand besoin de ce débat, afin de collectivement imposer, à la sortie de la crise sanitaire, une réforme de la recherche qui soit à la hauteur de ses enjeux.

Je vous prie, cher, collègue, de recevoir l’expression de mes sentiments cordiaux et de mon attachement au (vrai) service public de recherche et d’enseignement supérieur – un service public qui mérite que chacun lutte pour le défendre contre les entreprises destructrices du gouvernement non seulement le plus réactionnaire, mais aussi le plus incompétent que notre république ait connu depuis la Libération,

Sylvain Brocquet, professeur à l’Université d’Aix-Marseille

 

Chronique de grève #11 — Où étiez-vous ?

  • Médéric Gasquet-Cyrus, 5-6 mars 2020

Où étiez-vous ?

Vous étiez là j’espère ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Pas une enfilade de couloirs mal finis aux murs blancs et sans affiches (on n’a pas le droit : « ça appartient à Eiffage »), pas des salles quelconques qui se ressemblent un peu toutes, pas des amphis « fonctionnels » mais assez inconfortables, pas un préau sombre et glacé traversé par le vent où roulent des détritus et où l’on ne se rassemble que lorsque sonne l’alarme et que l’on doit évacuer le bâtiment. Pas une « UFR ALLSH », pas une « composante », pas une « faculté ». Non.

Une fac.

Avec des gens, jeunes et vieux, qui passaient, parlaient, mangeaient, pensaient, rêvaient, écrivaient, riaient, luttaient.

Vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai vu des banderoles sur les murs ou déployées sur les grilles, j’ai vu des affiches, j’ai vu des panneaux. J’ai vu des mots, des discours, des slogans, des phrases, des livres, des témoignages, des pensées, des injonctions, des idées.

 

J’ai vu et entendu des gens, des profs, des étudiants, chanter dans les couloirs. Ou s’allonger devant les portes d’entrée, et chanter encore. Pour dire non, en riant. Mais non quand même.

Fermement. « Allongééééeees par terre-euh / Contr’ la LPPR euuuuh / On veut pas de cette loi ! // Allongées par terre / On bloqu’ l’UFoùR / On veut pas de cette loiiiiii ! »

Où étiez-vous ?

J’ai vu des collègues venir partager leur savoir, leur expérience, leur regard, dans des « cours » ouverts, gratuits. Pas d’UE, pas de crédits, pas de MCC, pas de CCI, pas de session 2, pas de Gigue, pas d’Ametice, pas de Parcoursup, pas d’HETD. Des cours de fac. Gratuits, ouverts, modestes, généreux. J’ai vu des étudiants lire et commenter des textes qu’aucun prof ne leur avait recommandé. Sans attendre de note. Sans attendre d’évaluation. Sans attendre de compensation. J’ai vu des étudiants se poser des questions, argumenter, se contredire, se rejoindre, penser ensemble.

J’ai entendu des débats des questions, des idées, des projets, des envies, des interrogations, des convictions, des curiosités insatisfaites, des espoirs. Avec des gens qui parlaient parfois avec des « tremblos » (non, pas des trémolos) dans la voix.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des tables, des chaises, des fauteuils que chacun pouvait investir pour se poser, parler, créer.

J’ai vu des gens qui pouvaient se servir librement du café, du thé, du couscous, du pain, du jus d’orange, des gâteaux, des tartes ; pas de cocktail, pas de petits fours, pas de traiteur avec « devis » et « bon de commande » ; et des prix libres : tu donnes ce que tu peux. Pas de Moneo obligatoire, pas de présentation de sa carte pour avoir droit au tarif ceci-cela pour un sandwich spongieux du CROUS, de la salade en plastoc ou des carottes repeintes au Stabilo Boss. Des trucs à boire et à manger portés par des étudiants qui ont bricolé de quoi nourrir tout le monde.

Continuer la lecture

« La ministre ne connaît pas encore le contenu précis de la loi » – la LPPR à Marseille

Hier, vendredi 21 février 2020, Frédérique Vidal avait convoqué à la Présidence d’Aix-Marselle Université, au Pharo, les directions d’unités des Universités d’Aix-Marseille, Avignon, de Nice et de Toulon ainsi que des représentant·es des syndicats. Accueillie par un comité d’accueil engagé, au chant de « Frédérique Vidal, Ministre du capital, on ne veut pas voter pour toi » et accompagnement de casseroles, la Ministre a essuyé un feu de questions.

Frédérique Vidal répond aux directions d’unité, Aix-Marseille Université, Pharo, 21 février 2020

Comme le rapporte un compte rendu informel :

La ministre n’a qu’un seul message finalement : je ne comprends pas que la communauté de l’ESR soit contre une réforme qui veut lui donner de  l’argent ! Et elle est vraiment persuasive sur cet élément de langage. Elle promet beaucoup oralement : augmentation des récurrents, augmentation des postes, revalorisation des carrières… Mais elle est  finalement aussi acide sur la discrétisation des rumeurs autour du texte, qu’elle est floue sur les promesses, jamais chiffrées. Elle a  donc tenté d’être convaincante, mais n’a clairement pas convaincu les directions d’unité qui n’étaient pas tous au garde à vous, loin s’en faut, et qui ont bien réussi à témoigner de leurs inquiétudes.

Comme l’indique Hélène Aurigny, maîtresse de conférences en histoire grecque (Force ouvrière) , dans le reportage de France Bleu Provence de ce matin (7h), la Ministre « vient nous parler d’une loi dont elle dit elle-même qu’elle n’en connaît pas le contenu ». Cela rend ainsi complètement inutiles les éventuelles discussions. Qui plus est, son nouvel élément de langage vise à étouffer complètement les profonds désaccords entre communauté universitaire et Ministre sur la philosophie des réformes en cours, au MESRI ou au Ministère de l’Économie et des Finances ; le nouveau motif invoqué étant que le calendrier retraites vient perturber la réflexion sur la LPPR.

À Marseille, comme dans le reste de la France, l’Université et la recherche restent pleinement mobilisée contre les projets de loi Retraites, Recherce, Pacte de productivité et, le 5 mars, s’arrêtent !

Continuer la lecture

Vers la fin de l’externalisation ? À propos de la sous-traitance propreté

Des témoignages d’Aix-Marseille Université et de l’Université de Toulouse Jean Jaurès permettent de saisir comment les personnels universitaires en sont venus à soutenir les salarié-es en sous-traitance et réfléchissent à remettre en cause l’externalisation des services de propreté, restauration, etc.

1. Aix-Marseille Université : une victoire intersyndicale

« Nous avons été confronté à la même situation il y a quelques jours à l’Université d’Aix-Marseille, également avec les salarié.es de la société Arc-en-Ciel.
En gros les salarié.es ont refusé qu’on leur impose une réduction d’heures. Ils ont reçus pour 6 d’entre eux.elles des convocations en vue de licenciements.
Ils.elles se sont donc mis.es en grève, avec piquet de grève sur le parvis du site d’Aix ALLSH.

Les camarades de la CGT Propreté 13 avaient déjà pris contact avec nous plusieurs jours auparavant, ce qui nous a permis d’être très réactifs.
Nous avons immédiatement lié leur lutte à la mobilisation en cours et les avons invité à s’exprimer en AG centrale de l’université.
Une motion à été lue et votée à l’unanimité, appelant à un rassemblement au siège de l’université le lendemain à l’occasion de la rencontre entre le président d’AMU et la directrice de la société Arc-en-ciel.

Continuer la lecture

Vice de forme (IV): harcèlement à l’Université et compétence en matière disciplinaire

Après les décisions de l’année passée, le CNESER nous apporte au Bulletin officiel du 19 juillet 2018 son lot d’excellentes nouvelles : le droit de victimes de sanctions disciplinaires pour harcèlement moral et sexuel est sauf.

En effet, toutes les sanctions prises à l’encontre des personnes reconnues coupables de harcèlement moral ou sexuel en première instance obtiennent un « sursis à exécution » qui empêche la peine prononcée par la commission disciplinaire, peine quelquefois lourde, d’être appliquée.

Cela pose un sérieux problème : celui de la compétence des équipes universitaires chargées des procédures, qui conduisent ces dernières avec une certaine légèreté, voire commettent des fautes grossières.

Cela ne peut durer. Alors qu’il est si difficile d’obtenir une sanction disciplinaire au sein de l’Université – en raison de l’auto-censure des victimes, et de la difficulté à établir des faits – il est indispensable que les sanctions prises soient exemplaires et ne puissent faire l’objet d’aucune discussion en appel. C’est à ce prix que les sanctions, pénalisant les coupables, auront un effet véritablement dissuasif.

À quand la formation des équipes universitaires pour une meilleure protection des victimes étudiantes et enseignantes ?

Que fait le Ministère?

 

Affaire Première : Aix-Marseille Université – Harcèlement moral à l’encontre de collègues par une professeure d’université

Continuer la lecture

Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que « toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie ».

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Continuer la lecture