À Aix-Marseille université, la médecine du travail dynamitée

En passant

Ce 6 mars, le journal en ligne Marsactu publie un article sur la révocation de la médecin coordinatrice du Service de médecine de prévention des personnels (SUMPP) d’Aix-Marseille université, à la suite du communiqué unanime de l’ensemble des organisations syndicales représentatives des personnels d’AMU. Nous publions ici quelques extraits de l’article ainsi que le communiqué intersyndical.

Continuer la lecture

À Aix-Marseille, la Cocarde et l’UNI prennent le bouillon

177 voix : voici le résultat obtenu par la Cocarde, liste conduite par Marc Solina, connu pour participer à des manifestations d’ultra-droite. UNI perd 2 sièges, avec 15% des voix

Extraits.Sur les réseaux sociaux, La Cocarde s’est filmée quelques jours avant le scrutin en train de tracter sur les campus de la Canebière, Luminy, la Timone et Saint-Jérôme. À Aix, elle aura du mal à rivaliser avec l’UNI, un autre syndicat classé très à droite et déjà très bien implanté dans la ville.

La ligne de La Cocarde n’est pas uniquement sécuritaire. Le profil de sa tête de liste, le marseillais Marc Solina, apparait très radical sur d’autres sujets. Il s’est fait remarquer en juin dernier, en marge du concert de soutien à l’ONG de sauvetage de migrants SOS Méditerranée, en déployant une banderole de plusieurs mètres avec cette inscription : “qu’ils retournent en Afrique”. Un hommage aux propos tenus, et sanctionnés, en novembre 2022 à l’Assemblée nationale par le député RN Grégoire de Fournas, interrompant la prise de parole de l’élu LFI Carlos Martens Bilongo avec les mêmes mots.

Continuer la lecture

Fermeture administrative d’un campus : retour sur le référé-liberté d’Aix-Marseille Université

Academia continue de documenter les fermetures administratives de campus, et les contentieux dont ces fermetures font l’objet. C’est crucial, nous semble-t-il, afin de ne pas perdre la mémoire de ces épisodes.

Après le rejet du référé-liberté déposé contre la fermeture du campus Nation de l’université Sorbonne-Nouvelle, dont l’analyse a été faite dans ce billet, retour, aujourd’hui, grâce à un nouveau billet du groupe d’action Stop Distanciel, sur l’ordonnance de référé-liberté rendue par le juge des référés du Tribunal administratif de Marseille vendredi 21 avril 2023, à propos du campus Schuman de l’université d’Aix-Marseille.

L’Université d’Aix-Marseille dispose à Aix-en-Provence de locaux situés avenue Robert Schuman, formant un seul campus divisé en deux parties distinctes mais communicant l’une avec l’autre : d’une part la « faculté de droit », appelée aussi « campus de droit », au nord ; d’autre part, la « faculté ALLSH », appelée aussi « campus ALLSH », au sud, où est implantée l’UFR Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines. La partie du campus identifiée comme « faculté ALLSH » contient, outre le bâtiment dit « bâtiment Egger » qui abrite la plus grande partie des enseignements et de l’administration de l’UFR ALLSH, d’autres bâtiments, abritant, eux, différents services, dont tous ne ressortissent pas de l’UFR ALLSH : le « Cube », la Maison de la recherche, le bâtiment multimédia, le bâtiment de la scolarité, la crèche.

Batîment René Egger, campus Robert Schuman, Aix-Marseille Université

Le 11 avril au petit matin, des étudiant·es mobilisé·es contre la réforme des retraites occupent l’un de ces bâtiments, le bâtiment Egger. Nulle dégradation, aucune violence, pas une menace : simplement un bâtiment dont les accès sont bloqués par des tables et des chaises empilées, à l’exception de la porte extérieure d’un amphithéâtre, dit « amphithéâtre Guyon ». De manière significative, la crèche de l’université, qui se trouve immédiatement à côté de l’amphithéâtre, continue son activité, et la continuera sans aucune interruption durant toute l’occupation.

Qu’à cela ne tienne, le président de l’université d’Aix-Marseille, Éric Berton, et le directeur de l’UFR ALLSH, Lionel Dany, droits dans leurs bottes, décident de jouer aux petits Darmanin : clôture physique de l’ensemble du campus ALLSH, par la fermeture de toutes les grilles extérieures ; filtrage des entrées et surveillance renforcée assurés par une société privée de sécurité. Le renversement des choses est alors spectaculaire: pour répondre à l’occupation d’un bâtiment par quelques étudiant·es, le président et le directeur de l’UFR font le choix de bloquer… l’ensemble du campus ALLSH. Tout s’arrête immédiatement : la tenue d’une assemblée générale est non seulement empêchée, et la mobilisation, entravée, mais plus aucun enseignement ne peut se tenir – y compris, donc, les enseignements dispensés hors du bâtiment Egger, seul bloqué. Ordre est donné aux personnels BIATTS comme enseignant·es-chercheur·ses de ne pas se présenter sur le site et de basculer en télétravail. Des services communs, comme les Presses Universitaires de Provence, dont les bureaux se trouvent dans l’un des bâtiments du campus, ne peuvent plus fonctionner, tout comme, autre exemple, les activités du Théâtre Vitez dans le bâtiment nommé « Cube »1.

Une particularité est à signaler, néanmoins, par rapport à ce que l’on a pu voir dans nombre d’autres établissements : les cours ne sont pas basculés en distanciel — à l’exception des évaluations de contrôle continu, au nom, comme toujours, de l’absolue nécessité de délivrer en temps et en heure, et quelles que soient les conditions, les diplômes.

Far West juridique

La disproportion entre les mesures prises et le trouble à l’ordre public est manifeste et grossière : non seulement le risque pour la sécurité des biens et des personnes est pour ainsi dire inexistant, mais la fermeture est générale, indifférenciée et illimitée dans le temps. Bref, un·e étudiant·e de deuxième année de droit ayant reçu quelques rudiments en matière de police administrative saurait qu’une telle fermeture est illégale. Visiblement pas le président d’une université de 80 000 étudiant·es, 8 000 membres de personnel et 720 millions d’euros de budget.

Le Cube, campus Robert Schuman, Aix-Marseille Université

Mais le plus spectaculaire, et de loin, est ailleurs : durant une semaine, entre le 11 et le 18 avril, toutes les mesures concernant le campus Schuman ont été prises de manière parfaitement informelle. Des avalanches de mails contenant des ordres, et rien de plus : pas un arrêté édicté, pas une procédure respectée, pas la moindre référence à un fondement juridique, pas la moindre transmission réglementaire au rectorat. Rien. Juste le pouvoir nu de décider, et la conviction profonde que cela suffirait. Comme une ignorance extraordinaire des fondements minimaux de l’action administrative dans un État de droit. C’est une vraie énigme de l’affaire du campus Schuman, même : comment le président de l’université d’Aix-Marseille et le directeur de l’UFR ALLSH — des universitaires certainement bons dans leurs domaines respectifs, et de ce fait capables de projeter un minimum de réflexivité sur le monde qui les entoure — ont-ils pu si facilement perdre tout repère et sombrer dans le néant d’un pouvoir administratif brut ?

Continuer la lecture

  1. On peut aussi signaler qu’à midi, le 11 avril, une AG étudiante irréelle se tient de part et d’autre de la grille d’entrée, avec l’aval de la direction de l’UFR ; quant au Président Berton, après avoir tergiversé, il finit par se rendre sur le site le soir du 11 pour rencontrer les étudiant·es. Au-delà d’un dialogue de sourds, on mesure bien ici les hésitations de la direction sur les choix qu’elle est en train de faire. []

Quand la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fait marche arrière…

Communiqué des travailleurs et travailleuses de l’ESR d’Aix Marseille université

Nous, travailleurs et travailleuses de l’enseignement supérieur et de la recherche, avons appris en fin de semaine dernière que Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche serait en visite dans les locaux d’Aix-Marseile Université. Alors qu’elle avait prévu de se rendre sur trois des multiples sites de l’université, les personnels mobilisés contre la réforme des retraites avaient appelé l’ensemble des composantes de l’université à se rassembler. Réunis en Assemblée générale suite à la manifestation historique du jeudi 23 mars, les personnels mobilisés avaient décidé de l’accueillir comme il se devait et appelaient à organiser des comités d’accueil partout où la ministre se déplacerait. Mais visiblement Mme Retailleau préfère se faire discrète…

Quand les grévistes s’activent… les ministres trépassent !

Vieux Port, Marseille. Crédit: AM, mars 2023

Nous n’avions pourtant même pas envisagé de lui demander des explications sur les effets de la réforme du gouvernement pour les femmes dont les carrières sont hachées, ou pour ceux (la plupart) qui ont commencé leur carrière à l’université à un âge tardif, ou pour les travailleurs et travailleuses précaires de l’ESR, maltraité·es par les autorités universitaires, méprisé·es par les ministères, et qui font pourtant tourner la « machine » : seulement exiger le retrait de la réforme comme tout préalable. Continuer la lecture

Dans l’amphi Guyon occupé, site Schuman, Aix-en-Provence, mars 2023

  • par Isabelle Luciani, maîtresse de conférences, Aix Marseille Université

Mercredi 22 mars 2022 (le « 22 mars », clin d’œil printannier), j’apprends comme mes collègues que l’amphi 8, amphi Guyon (autrefois notre « Grand amphi ») est occupé par les étudiant∙es depuis la veille.

Une AG a lieu à midi : 400 étudiant∙es. Comment la mobilisation a-t-elle été insufflée pour en arriver là… ce n’est pas l’objet de ce texte (ce qui suit n’est pas une sociologie du mouvement, simplement l’observation « heureuse » de quelques jours d’un mouvement étudiant). 400 étudiant∙es : c’est une affluence exceptionnelle pour ces dernières années de luttes incessantes, épuisantes, et souvent vaines.

L’AG se déroule dans une sorte de joie un peu grave, des prises de parole solides se succèdent avec détermination. À l’unanimité, l’AG vote l’exigence de retrait du texte sur les retraites passé par le 49.3, le retrait du projet de loi Darmanin, la demande d’une « banalisation » du semestre, et à l’unanimité moins une voix, le blocage de la fac. Le lendemain soir, 23 mars, à 18h, après une nouvelle journée de mobilisation contre la « réforme » des retraites – et pour les étudiant∙es qui occupent l’amphi, deux nuits blanches – les prises de parole se succèdent encore lors d’une nouvelle AG : jusqu’à 150 étudiant∙es malgré l’heure tardive.

J’écoute, j’apprends.

Continuer la lecture

Repression policière à Aix-Marseille : une caisse de solidarité avec les étudiant·es

L’AG des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Aix et de Marseille (et autres sites d’Aix-Marseille Université) du 23 mars 2023 à Marseille Saint-Charles.

Si vous voulez participer à cette caisse de solidarité, vous pouvez le faire sur : https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/caisse-de-solidarite-repression-policiere-amu

Affiche mai 1968


Caisse de solidarité avec les étudiant.es et personnels
de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Aix et de Marseille mobilisé.es
confronté.es à la répression policière et/ou à des poursuites judiciaires en lien avec leur mobilisation contre la réforme des retraites

Votée par l’AG des personnels du 23 mars 2023

Si vous voulez participer à la caisse de solidarité ((N’hésitez pas à envoyer un mail à l’adresse indiquée pour plus d’informations)), vous pouvez le faire le site papayoux.

Continuer la lecture

Non à la criminalisation des élèves mobilisé·es. Communiqué intersyndical Aix-Marseille, 10 mars 2023

Update 27/3/2023

Non à la criminalisation des élèves mobilisé·es
contre la réforme des retraites et pour le service public de l’éducation

Communiqué intersyndical ESR CGT FercSup AMU – CGT INRAE – FO ESR – SGEN-CFDT AMU -SGEN-CFDT EPST – SNASUB-FSU – SNCS-FSU – SNESUP – SNTRS-CGT – Solidaires Étudiant∙e∙s – Syndicat des personnels du Céreq CGT – Sud Éducation – Sud Recherche EPST – Unef AMU

Marseille, le 10 mars 2023

L’Intersyndicale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Aix-Marseille dénonce l’interpellation de 2 collégiens et de 5 lycéens le 7 mars 2023 :

  • deux lycéens lors du blocage du lycée Thiers à 9h30 ;
  • Matteo D., au cours de la manifestation intersyndicale en fin de matinée ;
  • et les 4 autres lycéen∙nes/collégiens venu∙es en manifestation de soutien à ces lycéens et également interpelés le matin, vers 16h30.

Tous ont été relâchés le lendemain matin sans poursuite, mais avec l’obligation de suivre un stage d’éducation civique. Matteo D., président du Conseil de la vie lycéenne de son lycée, est resté 30h en garde-à-vue : il comparaîtra devant le juge des enfants pour « violences aggravées avec arme sur fonctionnaires dépositaires de l’autorité publique », en dépit de la faiblesse des éléments à charge contre lui1.

Rassemblement devant le commissariat de Noailles, 8 mars 2023. Crédit: Ch. Rabier

Rappelons ici que les lycéen∙nes ne bénéficient plus du même régime protecteur des franchises universitaires que les étudiant-es depuis la pénalisation des intrusions dans les établissements scolaires (article 431-22 du Code pénal) ; ces intrusions n’étaient auparavant punies que d’une simple contravention. Ce nouveau régime pénal laisse désormais la porte ouverte à la criminalisation des lycéen∙nes, citoyen∙nes en apprentissage, qui font entendre leurs revendications au sujet des retraites, mais aussi de la grande dégradation des services publics de l’Education nationale et de l’Enseignement Supérieur.

Dans notre pays, la police peut ainsi non seulement gazer des manifestant∙es pacifiques, mais aussi violemment interpeler des enfants mineurs, les placer en garde-à-vue sans avoir accès à leurs droits, joindre leurs parents ni jouir du strict respect de leur personne.

Continuer la lecture

  1. NDLR. Une collecte pour couvrir ses frais d’avocat a été monté par les parents d’élèves. []

Limoges, Aix, Toulouse, Lyon : occupons l’université

Quarante établissements étaient bloqués ou occupés le 7 mars, une vingtaine encore aujourdhui : en dépit des fermetures administratives abusives, les piquets de grève sont l’occasion de se rencontrer et de retrouver un temps d’échange qui a quasiment disparu de l’université néolibérale.

Quelques photos du #BlocageChallenge 😉

Continuer la lecture

Délire sécuritaire. Une pétition à Aix-Marseille Université

Academia reprend une pétition initiée par les agent·es du campus Saint-Charles, vent debout contre un portail hautement sécurisé, avec portiques en métal, badgeuses et caméras.


Nous refusons de passer dans les tourniquets installés à l’entrée du campus Saint-Charles. Nous ne sommes pas des bestiaux!

L’Université nécessite la circulation des idées et de celles et ceux qui les font vivre: étudiant-es, enseignant-es, chercheuses, personnels des bibliothèques, ingénieur-es, technicien-nes et administratif-ves. Nous avons besoin que les universitaires d’autres établissements nous rendent visite, nous avons besoin que nos étudiant-es voyagent, nous avons besoin de recevoir des étudiant-es venant d’ailleurs.

Notre université et nos activités ont aussi une vocation locale, celle d’échanger avec les habitant-es, la ville et la région autour de nous. Par sa taille et son activité, notre campus devrait interagir et structurer son quartier.

Les campus universitaires que nous fréquentons ailleurs en France, en Europe ou aux États-Unis sont librement accessibles.

Nous découvrons en ce mois de janvier 2023 avec l’achèvement des travaux de l’entrée du campus Saint-Charles la dérive sécuritaire qui va compliquer et déprimer notre vie universitaire. La nouvelle procédure est décrite ici. Il est prévu que nous passions par des tourniquets fortifiés après badgeage pour entrer et pour sortir du campus. Il est prévu que nos invité-es ou les personnes qui n’ont pas de carte de l’université d’Aix-Marseille doivent être au préalable déclarées par une procédure complexe, puis justifier de leur identité auprès des vigiles auxquel-les elles devront laisser leur pièce d’identité. Nous constatons que si les voitures ont toujours une belle et large entrée, il n’est prévu pour les vélos que d’utiliser l’entrée piéton en mettant pied à terre, en traversant le trottoir et en montrant une carte de l’université aux vigiles.

Pourquoi n’y a t-il pas eu une large concertation sur cette nouvelle procédure?

Nous demandons :

1/ Le retrait des tourniquets. Nous ne voulons pas être traité-es comme du bétail! Dans quel but a-t-il été prévu de nous faire badger à la sortie? Qu’a-t-il été prévu comme conservation des fichiers de nos entrées et sorties? À qui a-t-il été donné accès à ces données?

Portique campus Saint Charles. Créit: ChR, janvier 2023

2/ que nos invité-es puissent entrer facilement sur le campus. Nous proposons

  • que tout personnel Amu puisse faire entrer avec lui deux ou trois invité-es sans plus de formalités;
  • que montrer une lettre d’invitation avec logo de l’Amu suffise à autoriser l’entrée;
  • que les universitaires montrant une carte d’autres universités puissent entrer;
  • que les autres personnes puissent entrer simplement en indiquant leurs noms, prénoms et qualités dans un registre à la loge;

3/ que soit trouvée une solution pour les vélos, la plus simple étant qu’ils puissent entrer par l’entrée voiture avec ouverture de la barrière par les vigiles (comme actuellement). La pose d’une vignette sur les vélos pourrait permettre un contrôle.

Pour signer la pétition →

CHSCT MESR. Avis votés en séance plénière du 23 nov 2022

Le fait d’exposer un salarié à un risque identifié, sans prendre les mesures de prévention qui s’imposent, est un manquement à l’obligation de sécurité de résultat de l’employeur. L’obligation de sécurité est une obligation de résultat et le simple fait de ne pas arriver à ce résultat suffit à engager sa responsabilité. Ce manquement peut faire l’objet d’une condamnation pénale au tribunal correctionnel.

Nous demandons à Mme la Ministre de prendre ses responsabilités et de rappeler leurs obligations réglementaires et leur responsabilité pénale aux chef·fes d’établissements.Extraits des avis CHSCT MESR, 23 novembre 2022

Prenant, à la suite de Frédérique Vidal, le parti d’ignorer l’instance nationale chargée de l’hygiène, de la santé et des conditions de travail des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sylvie Retailleau était absente lors de la dernière séance d’une instance qui devient Formation spécialisée du Conseil social d’administration à partir de 2023.

« Le CHSCT ministériel de l’ESR est fatigué de répéter les mêmes avis tous les ans. Nous nous demandons sérieusement si Mme la ministre lit les avis ?»

Les avis formulés, reproduits par Academia, donnent un paysage très sombre de l’état des universités en matière de mise en oeuvre de mesures de protection des  salarié·es en matière de santé et de conditions de travail. La prise en compte des violences sexuelles, discriminations, harcèlement, ou agissements sexistes n’est pas du tout  Plusieurs établissements se voient rappeler leurs responsabilités ; pluiseurs corps de métier (infirmier·es, métiers de lédition scientifique publique) font l’objet d’un avis spécifique. Le nombre d’avis portant sur des suicides ou des décès sur le lieu de travail et sur les manquements des établissements doit particuièrement alerter la communauté universitaire.

https://www.flickr.com/photos/the-o/38645758956/in/photolist-21SZBJU-Nyf56Z-79mihr-NhfyT6-21FFuYC-2nSZRq4-B7PdaS-BtkokT-5VRj4-PQEjEW-2hCsLPS-D1PKi1-2nYppNG-NLXoVs-48tdg6-ZwyBex-YL1SYA-EvDikb-ZCERxe-a8WS3S-ZRXHgT-759dGu-PQEjFs-Jb2GvU-21Qc2ME-B4ZCGv-MrTNrj-PtpGLY-gWGeDW-8UVdJT-N4M71K-8N3HDX-2o2pB4Z-ZRXHgx-Q9Sux5-A5uYgq-2jRL6Ku-zBKPz8-AtENwQ-AtENwj-ZdnFJo-EymYYn-21Qc2Mu-7hjU86-2d5YuLM-NhcN7r-5VRCY-o5SG-ZNozxF-2jWUVZR

Cincinnati – Spring Grove Cemetery & Arboretu. Crédit:

Table des matières

II.   Rapport d’activité de l’Inspection Santé et sécurité au travail 2021-2022

II.1. Avis sur le rapport d’activités de l’ISST 2021-2022. 2

II.2. Avis sur l’absence d’enquête suite à 2 décès à l’ENS de Lyon

III. Rapport annuel 2021 faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail – éléments de bilan sur les violences, discriminations, harcèlement et agissements sexistes.

III.1. Avis rapport annuel 2021 (SST)  – Rappel des avis  Bilan SST 2017; rapport annuel 2018 ; rapport annuel 2019 Rapport annuel 2020 ; mandature 2019-2022

IV.  Rapport annuel de la médecine de prévention 2021

IV.1. Avis sur la carrière des infirmièr·es bloquée au niveau AI car pas de corps de promotion dans REFERENS III

V. Orientations stratégiques ministérielles 2023

V.1. Avis sur la majoration du contingent d’ASA..

V.2. Avis nombre de réunions de la Formation Spécialisée

V.3. Avis sur la période transitoire entre les CHSCT et les FS-SSCT

V.4. Avis sur l’archivage. 7

VI. Risques bâtimentaires : amiante, qualité de l’air et ambiance thermique. 8

VI.1. Avis amiante

VII. Points divers

VII.1. Point prion infectieux demandé par les OS selon l’article 70 du décret 82-453.

VII.2. Avis Sorbonne Nouvelle

VII.3. Avis pour la Bibliothèque J. Doucet

VII.4. Avis sur une absence d’enquête après suicide à l’EHESS

VII.5. Avis ergologie AMU (Aix-Marseille Université)

VII.6. Avis sollicitation des sciences du travail à l’universite

VII.7. Avis sur le rapport IGAS/IGENR de l’IHU de Marseille

  Continuer la lecture

L’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection sous la sellette : le gouvernement saisit la justice

En passant

Après de très longues années d’inaction et plusieurs inspections, le gouvernement rend public le rapport de l’Inspection général des affaires sociales au sujet de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infections, créé par Didier Raoult et publie un communiqué précisant que le procureur de Marseille est saisi au titre de l’article 40 du Code de la Fonction publique. Le rapport souligne à 9 reprises que des faits sont susceptibles de “qualification pénale”.

La presse quotidienne régionale craint les suicides des étudiant∙es

Zoë, doctorante, va pour la première fois de sa vie chercher un colis alimentaire

Continuer la lecture

Rentrée 2020 : grosse tension entre cours à distance et clusters du virus, pour RFI

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/WhctKJWHzTLgbXlpPbLjRnwssqNFQdWsVwvWDvLHPsnNhftXrGsqdGmrvhhxHFrVrNjwBXB

Un amphi à moitié plein – Université de Paris Nanterre – entrée 2020. RFI/Inès Edel-Garcia

Avec des dizaines de clusters dans les universités françaises, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a rapidement pris des mesures pour limiter les contaminations dont l’enseignement à distance. Aujourd’hui, la capacité de certaines universités, dont Paris et Aix-Marseille est limitée à 50%. Ce mode dégradé peut-il durer ? Quel risque de décrochage pour les étudiants, dont les effectifs ne cessent d’augmenter depuis 10 ans ?

Avec :
– Paul Mayaux, président de la Fage, Fédération des associations générales étudiantes
– Anne Roger, co-secrétaire générale du SNESUP-FSU, Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et enseignante en Sciences et Techniques des activités physiques et sportives (Staps) à l’Université CLaude Bernard- Lyon 1. 

Un reportage d’Inès Edel-Garcia à l’Université Paris Nanterre.