Mécénat, greenwashing et premier cycle : turpitudes à PSL

À la rentrée 2020, une licence de développement durable, intitulée « Licence Sciences du monde durable et impact positif » doit ouvrir au sein de Paris Sciences et Lettres (PSL), COMUE qui regroupe différentes grandes écoles parisiennes. La formation sera notamment financée par la banque BNP Paribas, banque connue pour avoir des participations massives dans les énergies fossiles à l’international. La BNP est également accusée depuis septembre 2019 de complicité de génocide au Soudan, et finance divers projets menant à des désastres écologiques et humanitaires1. L’année dernière PSL projetait déjà d’ouvrir cette licence sous le nom « School of Positive Impact », mais ce projet a fait scandale et a amené des étudiant·es et des personnel·les de tout PSL à se mobiliser, et à former le collectif PSL contre-attaque.

La licence a finalement été suspendue et n’a pas ouvert à la rentrée 2019. En effet, que dire d’une formation tournée vers le développement durable et subventionnée par la BNP, championne du financement des énergies fossiles ? Championne du greenwashing, surtout ! BNP Paribas saisissait l’occasion de redorer son blason pourtant déjà recouvert d’or… noir. En ces temps de prise de conscience écologique et de manifestations étudiantes, une telle manœuvre de la part de la banque la plus sale de France n’est plus acceptable. La convention de mécénat2 liant PSL à la BNP prévoyait de plus d’accorder 50% des sièges du comité de suivi de la licence aux représentant.e.s de la banque. Cette immixtion du mécène dans la gouvernance de la formation n’était pas sans présager une alarmante atteinte aux libertés académiques. Par ailleurs, la convention contenait également une clause empêchant PSL de dénigrer l’image de son mécène. Ainsi ces étudiant.e.s en « développement durable » ne pourraient entendre parler du rôle massif de la BNP dans le réchauffement climatique ?

Troisième surprise, et pas la moindre : la décision de créer cette licence avait été prise dans un déni total des institutions de délibération. Dès le mois de décembre 2018, PSL se félicitait de lancer la « School of Positive Impact », alors que la création de cette dernière n’avait même pas été votée ni présentée aux instances de PSL ! Mais ceci n’est pas très étonnant : comment ce projet pourrait-il être endigué lorsque la plupart des membres du conseil d’administration sont nommé.e.s et pas élu.e.s ? Comment la convention de mécénat pourrait-elle être rejetée lorsque le comité chargé de la voter se compose de la direction et de représentant.e.s d’entreprises en écrasante majorité ? Voilà ce que soulignait également ce projet de licence « Impact Positif » : une inquiétante carence démocratique au sein de PSL. Cette année, la situation est plus inquiétante encore. Le mécénat de la BNP est désormais soigneusement passé sous silence dans la maquette de la formation et la convention n’est plus signé avec l’université PSL mais avec la fondation associée à PSL3, établissement encore moins démocratique. Les quelques élu·es siégeant dans les instances de PSL n’ont même plus accès à ces informations. On ne sait donc même pas quel sera le rôle de la BNP dans cette formation, ni la hauteur de son financement.

Enfin, les candidat·es — désormais ignorant du mécénat — auront une autre surprise en arrivant dans cette « licence ». PSL n’est pas habilité à décerner des licences à proprement parler et la « licence pour un monde durable » est en réalité un diplôme d’établissement, moins reconnu notamment à l’étranger. PSL continue cependant d’utiliser trompeusement le terme de licence et cela malgré la mise en garde de la ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche. Sans parler du flou qui plane sur l’organisation de la licence, en effet l’autre formation de premier cycle universitaire fait par PSL (le CPES), ne dispose pas de locaux en propre pour tous ces étudiant·es et les cours sont quasiment exclusivement dispensés par des contractuel·les ou des vacataires.

  1. Cf. le projet Hidroituango par exemple []
  2. Le mécénat est une opération de financement d’une activité donnée par une entité tierce. []
  3. La fondation est une entité juridique qui reçoit des dons — défiscalisés. Ces dons sont reversés de la fondation à l’université PSL sans que les élu·es au conseil d’administration de PSL puissent accéder aux informations concernant l’origine du financement. []

Quelques réflexions sur les politiques scientifiques françaises

par David Monniaux, le vendredi, février 7 2020, 20:33 – Recherche scientifiqueLien permanent

La section 6 du Comité national de la recherche scientifique a invité les chercheurs et chercheuses qui devaient lui envoyer leurs rapports et des projets de recherche à leur joindre, si tel était leur souhait, leurs doléances concernant les politiques actuelles en matière de recherche en France et les projets d’évolution de ces politiques. Je n’avais pas un temps énorme à consacrer à cela, d’où un caractère assez décousu de mes réflexions, mais j’ai rédige le texte suivant :

On annonce une loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Il ne faudrait pas que celle-ci, censée apporter du dynamisme dans la science française, alourdisse au contraire la bureaucratie au détriment des intérêts de recherche et d’enseignement. Je vais ici passer en revue quelques dysfonctionnements du système actuel et fausses bonnes idées de réformes, et parfois formuler des suggestions.

Des financements sur projet inefficaces

Bien loin d’être le système « darwinien » bénéficiant aux recherches les plus prometteuses, le maquis d’appels à projets à tous niveaux (établissement, région, agences d’état, Europe…) est au contraire inefficace et n’alloue pas les ressources où il le faudrait. Les raisons en sont multiples.

Le financement des doctorants et post-doctorants sur projets aboutit à ne pas pouvoir recruter, faute d’argent, les personnes intéressantes quand elles sont disponibles, et parfois à recruter des personnes qui n’auraient pas dû l’être, de peur de perdre un budget. Paradoxal, alors qu’on prétend que ce système est censé financer les meilleurs.

Certains appels à projet (RIA…) imposent un lourd formatage, avec usage d’une langue de bois et de figures imposées (impact sociétal, impact sur la compétitivité…), tellement éloignées de la science que des prestataires privés se proposent pour aider les chercheurs à monter des dossiers. Beaucoup d’énergie, de temps de travail, et d’argent se perdent dans une bureaucratie tant publique que privée.

Les taux d’acceptation trop bas de certains appels à projets, notamment de l’ANR, conduisent les chercheurs à déposer trop fréquemment des dossiers, au prix d’un travail de montage important et d’un grand stress — dossiers qu’il faut ensuite évaluer, là encore temps de travail.

https://www.flickr.com/photos/missouristatearchives/20958039231/in/photolist-xVZqTZ-u4Qam5-u4QGRm-MbDgZQ-tpzxer-tN3ihi-KrKQSB-CizNxH-ecjMev-7eCQ2D-tMWqGE-u5FSen-vvugeV-23guhxY-eckYE3-u5aGL5-2eGLvdp-do5RGD-24iCxhE-8mYthq-GbNKs7-61CkG9-CS5TMB-UMrF3C-UMJMGW-21dZGc4-EEBFgP-21A55Zd-DGFnfo-24iDEeU-KCR2m6-D7Tahm-EGb3ex-do5RGz-TLfKTS-HAda39-SC9Uqj-2eGLzNr-bj1YJV-GdeNJm-SZkGju-27bnbCm-25aZ5sV-GFZtWc-ByEJF5-Mp7VH1-HAhx4M-61yabc-21bb4m7-QsVBVu

Typing ppol, nd (c) Missouri State Aarchive

Quant aux projets ERC, si leur évaluation est plus scientifique et moins bureaucratique, ils ne sont pas forcément adaptés : ils concentrent des moyens considérables sur un petit nombre de lauréats, qui ensuite peinent à recruter les personnels contractuels ainsi financés (j’en ai fait l’expérience).

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search