Chronique de grève #11 — Où étiez-vous ?

  • Médéric Gasquet-Cyrus, 5-6 mars 2020

Où étiez-vous ?

Vous étiez là j’espère ?

Aujourd’hui, 5 mars 2020, la fac est redevenue une fac.

Pas une enfilade de couloirs mal finis aux murs blancs et sans affiches (on n’a pas le droit : « ça appartient à Eiffage »), pas des salles quelconques qui se ressemblent un peu toutes, pas des amphis « fonctionnels » mais assez inconfortables, pas un préau sombre et glacé traversé par le vent où roulent des détritus et où l’on ne se rassemble que lorsque sonne l’alarme et que l’on doit évacuer le bâtiment. Pas une « UFR ALLSH », pas une « composante », pas une « faculté ». Non.

Une fac.

Avec des gens, jeunes et vieux, qui passaient, parlaient, mangeaient, pensaient, rêvaient, écrivaient, riaient, luttaient.

Vous étiez là j’espère ?

Où étiez-vous ?

J’ai vu des banderoles sur les murs ou déployées sur les grilles, j’ai vu des affiches, j’ai vu des panneaux. J’ai vu des mots, des discours, des slogans, des phrases, des livres, des témoignages, des pensées, des injonctions, des idées.

 

J’ai vu et entendu des gens, des profs, des étudiants, chanter dans les couloirs. Ou s’allonger devant les portes d’entrée, et chanter encore. Pour dire non, en riant. Mais non quand même.

Fermement. « Allongééééeees par terre-euh / Contr’ la LPPR euuuuh / On veut pas de cette loi ! // Allongées par terre / On bloqu’ l’UFoùR / On veut pas de cette loiiiiii ! »

Où étiez-vous ?

J’ai vu des collègues venir partager leur savoir, leur expérience, leur regard, dans des « cours » ouverts, gratuits. Pas d’UE, pas de crédits, pas de MCC, pas de CCI, pas de session 2, pas de Gigue, pas d’Ametice, pas de Parcoursup, pas d’HETD. Des cours de fac. Gratuits, ouverts, modestes, généreux. J’ai vu des étudiants lire et commenter des textes qu’aucun prof ne leur avait recommandé. Sans attendre de note. Sans attendre d’évaluation. Sans attendre de compensation. J’ai vu des étudiants se poser des questions, argumenter, se contredire, se rejoindre, penser ensemble.

J’ai entendu des débats des questions, des idées, des projets, des envies, des interrogations, des convictions, des curiosités insatisfaites, des espoirs. Avec des gens qui parlaient parfois avec des « tremblos » (non, pas des trémolos) dans la voix.

Où étiez-vous ?

J’ai vu des tables, des chaises, des fauteuils que chacun pouvait investir pour se poser, parler, créer.

J’ai vu des gens qui pouvaient se servir librement du café, du thé, du couscous, du pain, du jus d’orange, des gâteaux, des tartes ; pas de cocktail, pas de petits fours, pas de traiteur avec « devis » et « bon de commande » ; et des prix libres : tu donnes ce que tu peux. Pas de Moneo obligatoire, pas de présentation de sa carte pour avoir droit au tarif ceci-cela pour un sandwich spongieux du CROUS, de la salade en plastoc ou des carottes repeintes au Stabilo Boss. Des trucs à boire et à manger portés par des étudiants qui ont bricolé de quoi nourrir tout le monde.

Continuer la lecture

Grenoble, 5 mars — Murs de la recherche

 

Les directions de laboratoire se dotent d’un organe représentatif

Création de l’Assemblée des Directions de laboratoire

Paris, le 5 mars 2020

Nous, directrices et directeurs de laboratoires, nous sommes réunis le 5 mars 2020. Auteurs d’une tribune parue dans Le Monde le 11 février, co-signée par 744 laboratoires, nous représentons l’ensemble des disciplines et des établissements d’enseignement et de recherche français1.

Nous déclarons que les conditions ne sont plus réunies pour permettre aux laboratoires de fonctionner correctement et qu’il faut mettre un terme à cette situation. Nous affirmons que les intentions qui figurent dans les rapports préparatoires de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, relayées par diverses prises de position publiques et déjà engagées par certaines dispositions légales, constitueraient, si elles devaient être appliquées, une étape cruciale dans la longue entreprise de démolition de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Nous refusons de nous soumettre en silence à ces transformations qui se font au détriment d’une université ouverte et d’une recherche intègre et responsable. C’est pourquoi, aux côtés de milliers de collègues et d’étudiant.e.s, nous sommes toujours mobilisés et, face à l’urgence, avons décidé ce jour de nous constituer en collectif afin de défendre plus efficacement les besoins réels de la communauté scientifique et, ce faisant, l’élaboration de savoirs diversifiés au bénéfice de l’ensemble de la société.
Au nom de l’Assemblée des Directions de Laboratoires, nous demandons notamment :

    •  un recrutement massif sur des postes pérennes (de chercheurs et d’enseignants-chercheurs comme d’ingénieurs et de techniciens) pour compenser les baisses dramatiques de ces deux dernières décennies et pour que cessent ainsi la précarisation et ses nombreux effets délétères ;
    • une augmentation des budgets au profit des crédits récurrents des laboratoires pour que puisse continuer à se développer une recherche de temps long, sereine et véritablement attractive ;
    • l’instauration d’une politique qui ne fasse pas de la recherche orientée son unique boussole.

Nous nous engageons donc collectivement pour que soit mis un terme au délitement continu de nos professions. Affectant celles et ceux qui, quels que soient leurs fonctions et leurs statuts, font la richesse de l’enseignement supérieur et de la recherche, la politique menée attaque la science dans ses fondements mêmes. Nous porterons collectivement ces exigences et défendrons, si celles-ci devaient continuer à ne pas être entendues, le recours à d’autres modes d’actions.

Pour rejoindre l’Assemblée des Directions de Laboratoires :
s’incrire en cliquant sur le lien framalistes

Liens:

  1. En ce qui concerne le CNRS, cette tribune a notamment été signée par 343 UMR
    (dont 29 % de celles ayant l’INSIS comme premier institut de rattachement, 31 % pour l’INSB, 35 % pour l’INSU et l’INC, 37 % pour l’INP, 40 % pour l’IN2P3, 43 % pour l’INSMI et l’INS2I, 64 % de l’INSHS et 74 % pour l’INEE. []

L’Université et la recherche en marche : manifestation historique du 5 mars 2020

Un jeudi de printemps

Nous étions 25000 au départ de Paris-Diderot

Départ, Paris-Diderot, 5 mars 2020 (crédit: Gérôme Truc)

Conclusion des prises de parole, starring Marie Sonnette

Déambulation printanière

Continuer la lecture

Les 13 mesures de l’ANCMSP

Récapitulatif des 13 mesures

Mesures d’urgence (“pansements sur jambe de bois”)

  • Supprimer le statut d’Attaché Temporaire Vacataire (ATV).

  • Recruter les Chargés d’enseignement vacataires (CEV) effectuant plus de 64 Heures Équivalents TD (HETD) par an en contrat LRU.

  • Faire appliquer la Décision du Conseil d’Etat n°420567 sur la prise en charge à 25% ou 50% des frais de transport des enseignants vacataires (Décision du 7 février 2020).

  • Réévaluer le tarif de la vacation pour la faire correspondre au SMIC, soit passer de 41,41 euros à 42,63 euros pour 1 HETD. Indexer la rémunération des vacations sur la revalorisation annuelle du SMIC.

  • Mettre fin au travail gratuit à l’université des doctorants et des docteurs (surveillance des examens et correction des copies non rémunérées).

  • Suppression des frais d’inscription en doctorat et de la Contribution de Vie Étudiante et de Campus (CVEC) pour les doctorants.

Mesures de fond (“pour en finir avec la précarité des doctorants/docteurs”)

  • Réévaluer la rémunération du contrat doctoral (alignement sur la rémunération CIFRE).

  • Augmenter la durée du contrat doctoral d’un an (pour un total de 4 ans).

  • Augmenter le nombre de financements doctoraux (contrats ministériels, éducation nationale, CIFRE, CNRS, ANR, etc.) afin que chaque doctorant soit financé pour ses recherches.

  • Augmenter le nombre de contrats d’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER).

  • Réduire le nombre d’heures enseignées dans le cadre d’un ATER.

  • Création d’un statut de post-doctorant.

  • Fin du gel des postes au concours et rattrapage des années passées (CNRS + MCF).

Le détail des mesures proposées est disponible dans le document ci-joint et sur le site de l’ANCMSP.

 

Paris, le 6 mars 2020

Dans le contexte d’une mobilisation forte contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et au lendemain du 5 mars, nous saluons toutes les initiatives visant à faire reculer le gouvernement et à diminuer la portée de la future loi.

Continuer la lecture

5 mars, à l’EHESS Marseille

Why French Academic Journals are Protesting

Translation of “Sciences en danger, revues en lutte

Since the beginning of 2020, over a hundred academic journals, mostly French human and social sciences publications, have announced that they have “joined the struggle” or that they are “on strike”. Their editorial boards have teamed up with the ongoing social movement protesting the plans to overhaul the country’s pension system, the unemployment benefits reform of November 2019 and the proposals formulated in the reports for the upcoming law for the pluriannual programming of research known as LPPR. In its extent and its form – strikes and votes on motions in which editorial boards have abandoned their customary reserve – this is a historically unprecedented mobilization. A collective dynamic has swept the community, beyond disciplinary boundaries, schools and the working conditions of individual journals, reflecting the widespread uproar sparked by these reforms. For higher education and research, the pension reform devised by the government in its current state will lead to heightened inequalities across the board (between men and women, between permanent and short-term staff, etc.) and to impoverishment for all, civil servants, contract workers and precarious staff. The unemployment benefits reform is also expected to exacerbate the already great vulnerability of the very large numbers of precarious workers who contribute extensively to the day-to-day operations of universities and laboratories: they account for over 25% of teaching staff and far greater proportions of support staff. The LPPR research law will only make the lack of resources, of positions and of stability worse, and deepen the inequalities that have been undermining higher education and reform, amplified by two decades of massively protested “reforms”.

 

Manufacturing the crisis of the public service of research and of universities

For nearly thirty years, successive governments have contributed to the erosion of the welfare state, chipped away at the public sector, denounced the “privileges” earned through social struggles in the twentieth century, and weakened the redistribution principles aimed at regulating socio-economic and geographic disparities. In academia and research, the so-called Pécresse law on the liberties and responsibilities of universities of 2007 (commonly referred to as LRU) was the cornerstone of a twofold, seemingly contradictory shift: the state’s budgetary disengagement, reflecting a neoliberal approach, and the authoritarian strategic management of research by the very same state. The rationale behind the law consists in having the ostentatious (budgetary) autonomy of universities serve as a smokescreen for the deregulation of job statuses, the generalization of competition at all levels and the increased dependence of research on economic and industrial interests, ultimately threatening the actual autonomy of research. This policy has been pursued with tenacity despite the warnings and demands of the research community, leading to the creation of multiple, supposedly independent agencies for evaluation and funding, promoting a culture of “performance”, “results” and ‘excellence” while cutting back on the laboratories’ running funds to implement a targeted distribution of resources, largely defined by economic fluctuations (if not trends) as well as by preestablished hierarchies and situations. By promoting project-dependent funding, it has widened inequalities of resources between researchers and caused an immense waste of energy and public money, with countless hours lost to the evaluation or writing of projects to secure hypothetical funds – time that could have been spent on research or teaching.

To say the least, those in power have a morbid obsession for international rankings, which were introduced to promote the US/UK model of universities ran as businesses, i.e., operating with their own funds (and relying on increasingly high tuition fees), at the cost of sacrificing operating budgets and the quality of teaching. Since the LRU law, the allegedly insufficient rankings of French universities have been regularly invoked to scold researchers and pursue the liberalization of higher education and research further against their will. This has happened against a backdrop of drastic budgetary austerity: proportionally to the number of students, the higher education budget has dropped by over 10% since 2010, and despite the promises repeated by all governments since twenty years to devote 1% of GDP to public research, the budget is still stuck at 0.8% (i.e., short 6 billion euros, an amount lower than the research tax credit, a tax exemption offered to large industrial and service sector groups). As a result, researchers and academics in France are both overworked and facing degraded living and working conditions. They are placed in increasingly precarious situations for increasingly long periods of time, being hired at the age of 35 on average. Austerity policies have also led to punishing losses of income: in thirty years, permanent staff have seen their purchasing power drop by 30%, falling sharply behind the private sector, and precarious workers are faced with a great vulnerability, with short-term contracts succeeded by periods  of uncertainty, and casual teaching stints currently paid below minimum wage. Everyone is increasingly evaluated according to purely quantitative criteria – number of publications, contracts secured or patents issued, with no consideration whatsoever for their actual contribution to scholarship. These rationales have encouraged the rise of “career entrepreneurs”, to the detriment of fundamental, collective and genuinely independent research.

Continuer la lecture

5 mars : pérennité et sérénité par The Sound of Science

En passant

Mobilisation du 5 Mars : Face à la starification et la précarité une demande de pérennité et de sérénité

par Martin Clavey, SoundofScience, 5 mars 2020

Aujourd’hui, 5 mars,suite à la proposition de la coordination des « facs et labos en lutte que « L’université et la recherche s’arrêtent », les universités et les organismes sont en grève. Ce mouvement s’est peu à peu mis en place en opposition à la loi pluriannuelle pour la recherche.

Le texte finalisé de cette loi, annoncée depuis plus d’un an par le premier ministre Édouard Philippe, se fait toujours attendre, même si des fuites permettent d’en connaître les contours.

Manifestation Facs et labos en lutte, Paris, 5 mars 2020 (c) Université ouverte

Mais pourquoi une mobilisation contre ce texte alors que le ministère promettait l’année dernière « un investissement significatif » et assurait que le gouvernement allait « passer des paroles aux actes » ?

Trois visions du problème s’affrontent actuellement, celle du ministère de la recherche, celle des chercheur·euse·s mobilisé·e·s… et celle du ministère des finances.

La recherche au service de l’innovation

Continuer la lecture

Deux salles, deux ambiances – 4 mars 2020

La Ministre Vidal était au Sénat hier : elle était au Sénat aujourd’hui  l’occasion pour elle d’indiquer que le Ministère allait désormais rémunérer les vacations 1cm au-dessus du SMIC, de soutenir le mouvement de grève pour l’aider à faire plier Bercy, et d’annoncer à remédier au Crédit Impô (recherche) en créant 1 autre CNRS et 10 universités avec le montant dégagé.

Dans la presse, la loi sur la Recherche s’étale dans les pages du  Monde

Dans le Canard, journal parodique, le tableau de l’enseignement supérieur et de la recherche est saignant :