À Paris et ailleurs, tous et toutes à l’Assemblée nationale !

Demain, lundi 21 septembre 2020, la LPPR — dite désormais « loi de programmation de la recherche 2021-2031 » — sera soumise à l’approbation des député∙es réunis dans l’hémicycle. Si son examen s’apparente à celui de la Commission des Affaires culturelles, la discussion du projet de loi consolidé et des 650 amendements proposés devrait être bouclée mercredi ou jeudi. Fin éclair d’un processus long et aussi remarquable par son anti-discours que par son déni de démocratie.

Plutôt que de laisser l’Assemblée nationale faire en silence son travail de fossoyeur de l’ESR, aidé par quelques amis qui lui veulent du bien1, l’intersyndicale, Université ouverte et Academia vous invitent à participer à deux événements, selon que vous êtes sur Paris ou ailleurs.

  • Hors de Paris : manifestation virtuelle par l’envoi d’un courrier personnel aux 577 députés, précisant votre point de vue sur cette loi, sa procédure d’adoption, son contenu, les enjeux actuels de l’ESR ou la situation de rentrée catastrophique que vous connaissez — ceci afin d’infléchir le puissant travail de lobbying qui a fait écran devant notre réalité quotidienne, dont Bruno Canard vient de rappeler la dureté.
  • À Paris : rassemblement à 14h devant l’Assemblée nationale.

  1. Voir aussi, sur Academia,  Travail d’archives : la seconde vie du recrutement hors CNU, 13 septembre 2020. []

Accès aux Master : un étudiant en grève de la faim

En passant

 #SOSMaster — Rassemblement de soutien à l’étudiant en grève de la faim lundi 21 septembre

Montpellier, 19 septembre 2020

Mehdi a commencé une grève de la faim le 18 septembre 2029 devant l’Université de Montpellier-3

En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son droit à la poursuite d’études, Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
Cette année, de nombreux étudiants refusés en Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une obligation légale.

Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).

L’événement Facebook

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias

L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture

Le doctorat selon la LPPR : grade ou diplôme ?

La fabrique de la loi #21

← Article précédent

Article suivant­ →

  • par Vidal Schwartz

Dans le cadre de la Loi de Programmation de la Recherche deux articles ont été ajoutéq par voie d’amendements en commission, les 16 ter et 16 quarter.

Le premier dispose :

« Les titulaires du grade de docteur peuvent faire usage du titre de docteur, dans tout emploi et en toute circonstance. »

Le second est plus explicite :

« Au début de la dernière phrase du troisième alinéa de l’article L. 612-7 du code de l’éducation, les mots : « Ce titre » sont remplacés par les mots : « Le grade de docteur » »

Ces deux articles visent donc à valoriser le grade au détriment du diplôme. Qu’est ce que ça change ? Si le diplôme national de doctorat confère le grade de docteur, il n’y a aucune nécessité que le grade soit conféré par le diplôme de doctorat. C’est le cas avec nombre de diplôme (d’ingénieur, d’école de commerce, d’IEP) qui confère le grade de Master comme le prévoit l’article D612-34 du Code de l’Education. De même pour nombre de diplôme bac +3 confère le grade Licence sans être des diplômes de Licence ou de Licence Professionnelle (article D612-32-2).

Par ailleurs depuis 2014 la ministre sur simple arrêté peut confère à n’importe quelle diplôme bac +3 et bac+5 respectivement le grade de licence et le le grade de master. Un arrêté du 27 février va encore plus loin et confit le soin de cette labellisation non seulement au ministère mais aussi à la Commission des Titres d’Ingénieurs et à la Commission d’Évaluation des Formations et Diplômes de Gestion alors qu’elles sont proches des Grandes Écoles

Ces deux articles préparent donc le terrain d’une réforme voulue par les membres des grand corps, celui de pouvoir se revendiquer du titre de docteur sans passer par une thèse universitaire et sans devoir se plier à diverses obligations (notamment celle de l’arrêté de 2016). De même nombre d’entreprises privées souhaitent que leurs cadres ou ingénieurs puisse prétendre à ce grade — et à la civilité allant avec — sans devoir passer par la recherche universitaire.

Il suffira à Vidal de définir par décret une liste des diplômes conférant le grade de docteur. Ou de définir par arrêté les conditions permettant à un diplôme, après labellisation de la ministre, de conférer ad hoc le grade de docteur. Cela ouvrira la voie à une dérégulation du titre de docteur qui profitera à beaucoup de monde mais ni aux universitaires, ni au service publique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

https://www.flickr.com/photos/drbethsnow/3661339389/in/photolist-6zxjDc-9AXC2t-dRqe71-eYqD3P-eYqD96-t5DVLS-ckFAR-gZhe6-qT54PA-ySgsp-5dkWe2-73VkBx-bgLgg-gZhiz-6jdgeD-ds8EV-xn1VC-2UgbXF-g8CGww-azK8i5-hAvUE-5AZwpn-4k2Kun-azK7AL-iCd2g4-6iaDXj-aUUJF-2Gsp7y-6i6ubX-dMJidz-iCcwxU-6i6x3H-6i6vn6-doWy59-4y9Rib-5duGmb-doWmmZ-doWy3m-iCd1eC-aLyjK-iCcvjm-dKtapW-iCckBB-4y5BHT-iCciJi-iCcZ1q-yShAH-5vcAPQ-2GsoS9-iCcXWw

(c) Beth, 2009

Bons baisers de rentrée

Academia a décidé de recenser des témoignages écrits et photographiques de la rentrée universitaire 2020, dont nous avons reçu de premiers échos épouvantables, dont la presse s’est fait l’écho.

Selon une stratégie du choc (Noemi Klein, 2008) inacceptable1, Frédérique Vidal profite d’une rentrée hors norme pour achever de faire passer sa loi rétrograde dite « de programmation de la recherche 2021-2030 ». Enseignant·es et étudiant·es subissent des conditions d’accueil épouvantables, en licence, en Master, tandis que l’administration réclame sans vergogne les droits de Contribution de la vie étudiante et de campus (CVEC) —doctorant·es doivent s’acquitter d’une cotisation de la vie étudiante et de campus — dont déjà ielles n’avaient pas profiter l’année dernière.

Voici une galerie de portraits de l’engagement pédagogique des maîtres·ses et des élèves, qui illustrent le mépris dans lequel leur Ministère de tutelle les tient.

Academia invite tous et toutes celleux qui le souhaitent de lui communiquer leurs clichés ou leur témoignage.

(c) Yann Leredde, UFR de sciences, Université de Montpellier, 9 septembre 2020

https://twitter.com/cjytheb/status/1303362655793614849?s=20

(c) Christophe Thebaud, 8 septembre 2020

 

Vicky 15 septembre 2020. Et vous remarquerez que la prof ne porte pas non plus de masque sous prétexte qu’elle ne veut pas avoir à crier sur ses 6 heures de cours consécutives 🙂
Mais sinon Sorbonne prestigieuse université apparement

 

 

https://twitter.com/elinalemaire/status/1305852328822665218/photo/1

(c) ElinaLemaire. Université de Bourgogne.
Les TD en L2 droit à l’Université, c’est 40 étudiants par groupe. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Pas de place assise pour tout le monde. La misère de l’Université française, par-delà les beaux discours et les classements absurdes.

 

 En réponse:

BELLAMY David @davbellamy,
« L’université a été abandonnée par certaines de nos élites depuis decennies. Voilà où nous en sommes. Perso, en L1 d’histoire je dois faire entre 360 étudiants dans un amphi de 400 avec une obligation de ne pas dépasser une jauge de 50%…… »
https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

Les conditions de cours à la Sorbonne en plein milieu d’une pandémie. @Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Continuer la lecture

  1. Cf. la stupeur de Fred Restagno dénonçant la conflagration vote LPPR et rentrée COVID. []

Prime d’activité chez les semi-précaires de l’ESR (ATER et contrats doctoraux) : halte au non-recours !

Peu d’étudiant·es et contratuel·les de l’ESR en connaissent l’existence. Cette information n’est pas toujours connue ni par les intéressé·e·s, ni par les titulaires, ni par les services administratifs, d’où un taux de non recours qui peut être important… y compris chez des semi-précaires qui enseignent cette question ! Guide de voyage dans le maquis indemnitaire.

Le 10 décembre 2018, alors que le mouvement des gilets jaunes battait son plein, inquiétant le pouvoir, le président de la République Emmanuel Macron annonçait dans son discours « Faire de cette colère une chance » une augmentation de 100 euros par mois des salariés au SMIC sans coût supplémentaire pour les entreprises.

Pour y parvenir, le gouvernement a augmenté le montant la prime d’activité tout en élargissent son plafond d’accessibilité d’1,3 à 1,5 SMIC (1828,5 € net en 2020) (décret n° 2018-1197 du 21 déc. 2018). Non fiscalisée, cette allocation sociale versée depuis 2016 pour compléter les revenus des « travailleurs pauvres » n’offre pas les avantages sociaux d’une hausse de salaire. Elle doit faire l’objet de procédures régulières auprès de la CAF, d’où un non-recours important. Les ressortissants extra-communautaires n’y ont pas accès. La demander permet cependant de bénéficier d’un complément de revenu précieux.

https://www.flickr.com/photos/68704638@N04/16591038796/in/photolist-rh6pP3-a158nU-vYj2Ls-Hy8usW-5CorSF-72eBe5-72i3X5-9TFdNf-5y5jAY-dtJBtd-6r3zHE-9ZgTkh-9z4r8f-Tds8yG-a61Ryz-rWNjU-dEuqWt-72i3Uj-bA7QsV-7W8iT7-qKy4WF-bwcmuf-4esUNi-4gEyUw-23w3xZx-id84EC-8HU4r2-9qbRyT-aqSiAc-o2FfMj-7nC1a9-5dafJZ-fP8AMj-sJAig-bxoRdF-4KG1bq-8qUdaa-9wHXgD-RQJ1gP-aqUWUf-91wC1Q-aBFLc2-9WBb8U-dkk8Lr-4Lgb9v-9z6myp-7wX6Cz-5Ttqfe-aqSjg4-7D1Ztr

(c) M. Dreibelbis, 2015

 

Continuer la lecture

Une place à soi

En cette période de rentrée où la question des violences sexistes et sexuelles se posent crûment, comme à l’Université de Lorraine où l’omerta règne, certains établissements, comme l’École normale supérieure de Lyon, organisent des formations de rentrée à desintation des étudiant·es et des enseignant·es  Academia publie un témoignage portant sur le contexte scolaire. Il s’applique parfaitement à l’enseignement supérieur.

http://www.chouyosworld.com/

Madame… on a besoin de votre aide.

Cela a commencé comme ça. Un petit groupe de six filles, à la fin d’un cours. J’ai mon sac prêt pour aller remplir ma bouteille d’eau et chercher un café, dans les dix minutes de récréation qu’il reste. Je leur dis avec un sourire que, s’il s’agit d’astuces pour leur devoir de physique-chimie, c’est pas gagné mais que je ferai mon maximum. Elles sourient. Trois autres filles, déjà parties dans le couloir, reviennent dans la salle.

L’une d’elle regarde ses camarades et commence à m’expliquer en choisissant bien ses mots. Depuis plusieurs semaines, certaines d’entre elles subissent des « remarques ». Des « moqueries ». Des « blagues ». J’écoute, hoche la tête. Vous avez vu comme cela va vite ? Elles ont 14 ans au mieux et elles ont déjà si bien intégré comment, dans le langage, édulcorer la réalité. Car ceux qui ont subi « blagues », « moqueries » et « remarques » savent de quelle réalité ces mots sont lourds.

Mais l’élève porte-parole tourne autour du pot : je lui dit que j’ai besoin d’exemples concrets pour comprendre ce dont il s’agit, ce qui se joue ici, et surtout clarifier ce qu’elles ne savent pas ou n’osent pas, plutôt, nommer. Elles dansent d’un pied sur l’autre, hésitent, l’une d’entre elles réajuste son sac sur l’épaule et se tournant vers la porte esquisse un « Nan mais c’est rien Madame, et puis vous n’avez pas le temps ».

Je pose mon sac et ma bouteille.

Je pose mes clefs de salle.

Je pose ma voix.

J’ai tout mon temps. Et vous aussi.

Continuer la lecture

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

La recherche publique est-elle à vendre ? sur France Culture

La Méthode scientifique, émission de France culture animée par Nicolas Martin, a invité ce jeudi 17 septembre, Erwan Lamy, Christelle Rabier et Jean-Marie Vigoureux.

La science au service de la société néolibérale : dans quel sens ? Peut-on l’empêcher ? Comment les scientifiques choisissent un sujet/obtiennent des crédits, et comment cela influence leur recherche ? Et comment par ce biais, l’économie néolibérale influence la recherche ?

La LPPR, la Ministre & la rentrée : Fred est sur le cul

Fred Restagno, directeur de recherches CNRS et directeur du parcours de Master 2 « International center for Fundamental physics/Soft matter and biological physics »6, n’en revient toujours pas.

Rentrée à l’UFR de sciences de l’Université de Montpellier (c) Yann Leredde, 15 septembre 2020

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes recadre la loi

La fabrique de la loi #19

← Article précédent

Article suivant­ →

Le Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes établit une note Vigilance égalité lorsqu’une loi susceptible d’aborder ces problématiques arrive au Parlement. Avec la Loi de programmation pour la Recherche, le Haut Conseil était donc servi. À l’occasion d’une table-ronde qui s’est tenue le jeudi 10 septembre 2020, il a auditionné quatre chercheuses et un chercheur, en présence-absence du conseiller auprès de la ministre, en charge de la recherche, de l’innovation et de l’industrie, Jean-Philippe Bourgouin1.

La LPPR ayant fait déjà l’objet de virulentes critiques, renouvelées avec l’épidémie, puis au moment des auditions à la Commission des Affaires culturelles, Academia attendait avec impatience l’analyse du Haut Conseil à l’égalité. Nous en publions le texte, ainsi que les liens vers les communications des participant·es à la table ronde.


L’égalité entre les femmes et les hommes : un impensé du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche ?

16 septembre 2020

Alors que le projet de loi de programmation pluriannuelle de recherche 2021-2030 est discuté à l’Assemblée nationale, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) a organisé une table ronde, le 10 septembre, avec des chercheur et chercheuses spécialistes du genre afin de pouvoir contribuer aux débats tant publics que parlementaires.

Cette future loi-cadre poursuit l’objectif principal de réinvestir massivement dans la recherche et l’innovation pour juguler le décrochage de la France dans la compétition internationale. Si des retombées positives sont à attendre de cet investissement de 25 milliards d’euros sur 10 ans, pour les hommes comme pour les femmes, tant dans le financement des appels à projets que dans la lutte contre la précarité par l’instauration de nouveaux dispositifs contractuels et une revalorisation indemnitaire, les chercheuses et chercheur consulté.es font un constat unanime : l’impact de ces mesures sur les femmes n’a pas été analysé que ce soit dans la configuration des carrières, la composition des instances, l’évaluation des dispositifs, ou encore dans l’accès aux financements, ou le contenu de la recherche, dans un contexte très inégalitaire entre les femmes et les hommes,

Grâce à la contribution enrichissante des spécialistes interrogé·es, le HCE souhaite en publiant cette Vigilance égalité :

  •  redonner toute leur visibilité aux inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes dans le monde de la recherche et les incidences de certaines dispositions du texte de loi, apparemment neutres, mais qui risquent de segmenter plus encore le marché du travail et accentuer la précarité des femmes;
  • apporter quelques éclairages et pistes de réflexion sur une utilisation plus constructive des financements publics pour œuvrer en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes ;

  • rappeler l’importance d’une dynamique paritaire des comités de sélection pour les carrières et de distribution pour les financements ;

  • attirer l’attention sur une approche innovante de la recherche : soutenir les études de genre et adopter une approche de genre dans toutes les disciplines.

Pour le HCE, une loi de programmation pluriannuelle ne peut faire l’économie d’inscrire l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur même de son texte, sans la renvoyer à des protocoles d’accord parallèles. C’est à ce prix que la France pourra retrouver le chemin de l’innovation.

Le HCE estime qu’il est urgent, au regard de la défaillance de l’étude d’impact, que les parlementaires s’emparent de cette question en amont des discussions en séance de ce projet de loi et puissent solliciter l’expertise des chercheurs et chercheuses spécialistes du genre ainsi que le HCE afin de pouvoir nourrir la rédaction de leurs amendements.

https://www.flickr.com/photos/vlastimil_koutecky/9208635428/in/photolist-f2JEum-bDMtD-mbyi4-7cUfY9-7cUgoy-4HVMf-73a6iz-YXhkhE-dXvSBo-5H8f5G-okk7-4gMBP3-48pSHV-4wPAq-7HejD-rxqN5-bM5Nj8-2bysVQw-9e6m8-cxH23o-U8EG2S-jxTsX-dAjUj-aXM9Jc-7yZqk3-b8vPBa-9LNzEf-6WjL-zGF53X-8g8T4o-5xyAt-3pkavp-daGKeC-dZGw1R-9EiYyM-jxTLk-YCYZxL-9ECX1M-mirwLS-3S7ZAK-gUfeV-4rb48E-27bJt-3nJxUm-fxzX-3nE3T6-3nJxHf-bPbPp-4kurVh-bVS1d3

Être précis·e. Needle, par Vlastimil Koutecký, 2015

 



 

Table-ronde, avec les interventions de

Continuer la lecture

  1. NDLR. Nommé par arrêté du 30 juillet 2020, M. Bourgouin, ancien élève de l’ENS Cachan, docteur en sciences physiques, a dirigé le laboratoire d’électronique moléculaire au Commissariat à l’énergie atomique entre 2001 et 2008 avant de diriger plusieurs programmes au CEA. Dès juin 2017, il entre au Cabinet Vidal comme Conseiller spécial à la recherche. Selon nos informations, c’est lui qui mène la plupart des discussions sur la LPPR pour la Ministre. Pour celles et ceux qui ont eu affaire à lui, il est décrit comme un homme aimant s’écouter, en particulier la langue technocratique dont il abuse, mais qui n’écoute pas ses interlocuteurices.
    Le 10 septembre, « devant partir », il a écouté 3 personnes, puis parler pendant près d’une heure, avant de s’éclipser au milieu de 4e exposé. Les intervenantes avec lesquelles Academia a pu s’entretenir ont jugé le personnage caricatural : aux objections des manquements de la loi, il précisait qu’elle allait être retravaillé ; aux critiques, que ses interlocuteurices n’avaient rien compris. Incompétence et suffisance semblent être les deux mamelles du Ministère et de ses conseillers. []

Travail d’archives (2) : retour vers le futur de l’avenir de la recherche

La fabrique de la loi #18

← Article précédent

Article suivant­ →

Parmi les soubassements de la Loi de programmation pour la recherche, nous connaissions ce qu’en avaient laissé échappé les Macronleaks, l’idéolologie évaluatrice de Thierry Couhlon, les manœuvres avortées du député Berta de contourner ler Conseil national des universités. Julien Gossa et Ulysse Guttman-Faure ont également repéré la Loi programme pour la recherche (LPPR) de 2006, à la demande de Jean-Pierre Raffarin, avec Luc Ferry pour ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche.

Par le vocabulaire, les formulations, le système de références, et l’idéologie évaluatrice que les deux textes charrient, on peut se dire qu’après 14 ans de réformes au forceps, on est revenu à la case départ. Ne serait-il pas temps de passer à autre chose ? Par exemple au 21e siècle ?

https://www.flickr.com/photos/cezaryborysiuk/22749152985/in/photolist-AEgmBB-29Vzm2X-My8vtk-Y6MMQj-PbeADf-2kVXu-efQEN8-8YPfoD-5AHe8F-54hn7n-8LT3Lv-qoaeLx-5aRwow-8LWfW7-2Cp6Mc-8LWhku-8LT8fr-7XaDWg-8LW7Jf-7XdSJ3-8LWdKQ-2bj4axR-8LWcFL-My8zQX-8LWeHm-8LW9yC-9oSDeA-PbeteA-GLDHEY-4p3s3o-26drrD-7NnFmw-4za82U-5AHe8z-S3k3Bt-VKKqFG-mKTBi-c25Ec3-c25G85-29VzujZ-c25Fdm-28y1foC-CtyBr-dcpdu1-My8ADk-My8wGT-dcpieY-GLDGQ1-My8xmt-38FJ7i

Stamps, by Cezary Borysiuk, 2015

En 2004, le gouvernement Jean-Pierre Raffarin de Jacques Chirac préparait la Loi programme pour la recherche (LPPR) de 2006, avec Luc Ferry pour ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche.

En 2020, le gouvernement Edouard Philipe d’Emmanuel Macron prépare la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de 2021, avec Frédérique Vidal pour ministre lʼEnseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation.

En 2004, « nous voulons tenir les objectifs de Lisbonne / Je crois que c’est possible ; les 3 % en 2010, il faut que ce soit possible ». En 2020, la LPPR « prévoit, avant toutes choses / d’aller vers l’objectif d’un effort national de recherche atteignant 3 % du PIB ».

En 2004, c’est « 70 milliards d’euros consacré à l’intelligence, Education et recherche. 70 milliards ! ». En 2020, c’est « un effort budgétaire supplémentaire de 25 milliards d’euros pendant les dix prochaines années, ce qui est sans précédent depuis plusieurs décennies ».

En 2006 « Le futur projet de loi prévoit une très forte augmentation des crédits de cette agence qui pourraient atteindre 1,5 Md€ en 2010 ». En 2018, l’ANR a consacré 518M€ aux appels à projets de recherche. En 2020, Il faut « Accroître de 1 Md€ les financements compétitifs de l’Agence nationale de la recherche (ANR) pour être au niveau des standards internationaux »… Pour atteindre donc 1,5 Md€.

En 2004, « il ne sert à rien d’opposer les différents types de recherche, notamment la recherche publique et la recherche privée ». En 2020, il y a « La nécessité de financer la recherche publique et de soutenir la recherche privée ».

En 2004, il faut « mettre en place un dispositif pour clarifier la responsabilité des différentes institutions publiques de recherche ». En 2020, il faut « clarifier et d’unifier la place de ces unités dans l’ensemble des établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche ».

En 2004, il faut  « renforcer l’évaluation de leurs formations, de leur recherche ». En 2020, faut « une évaluation de façon harmonisée sur la totalité de leurs missions ».

En 2004, il faut « pouvoir mener des politiques qui leur soient propres, avec leurs partenaires territoriaux ». En 2020, il faut « renforcer les politiques de site de l’ESRI et l’ancrage de chaque site dans son territoire ».

En 2004, on discute de « La création d’un contrat de mission, intermédiaire entre contrat à durée indéterminée (CDI) et déterminée (CDD) ». En 2020, il faut un « un contrat à durée indéterminée de mission scientifique sera créé qui permettra d’allonger les contrats actuels ».

En 2004, on voit « le pays douter de la recherche, ou douter des capacités qu’a la société à résoudre les problèmes qui lui sont actuellement posés ». En 2020, « la société française est traversée par des courants d’irrationalité et de doutes sur les progrès et les connaissances ».

En 2004, « ce qui est préoccupant dans le développement de la Chine, c’est le développement des centres de recherche qui s’y développent ». Mais « Entre 2000 et 2016, la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne, l’Allemagne, les Etats-Unis, l’UE-28 et le Royaume-Uni ont augmenté leur DIRDA significativement plus que la France ». En 2020, donc, « il est évident que, sur de nombreux sujets, c’est uniquement à l’échelle de l’Europe que nous pouvons espérer rivaliser avec les géants de la recherche que sont les Etats-Unis et la Chine ».

En 2004, Bernard Larrouturou était PDG du CNRS. En 2020, l’auteur du rapport annexé de la LPPR est « blarrout ».

En 2004, le gouvernement était « dans l’impasse des retraites ». En 2020 aussi.

En 2004, le gouvernement annonçait « des réformes qui, dès cet été, seront en place pour les 20 ans qui viennent ».

En 2020, « Une loi de programmation est nécessaire » car « La dernière loi de programmation de la recherche est la loi n° 2006-450 du 18 avril 2006. L’absence de loi de programmation de la recherche depuis cette date est sans doute un des facteurs ayant conduit à l’état des lieux détaillé ci-dessus. »

En 2004, peut-être pouvait-on y croire.

En 2020, le peut-on encore ?

https://www.flickr.com/photos/denverjeffrey/2724469765/in/photolist-59KBWD-aRFuxr-6k9oVc-6kdzeE-8jFmuU-P7tQLw-2gUSQ7H-75q4FB-buwjnb-5ua7R6-JRvnm-5JGVmg-bZiQqb-87Be5R-9P8RAp-cg483L-4Zhdqn-nuKUW2-5hdb7J-bzAw1j-o2ZMJD-cQWQa1-9wMWTR-atVBwM-4kgxw8-bZunCE-7Y2BYe-o3BefR-oKVQXR-bnA8CS-d7suQG-KZ2DDA-oKUKfv-oKVXWa-av3nnv-4PVHuX-GF3wCC-oJbftN-vz8fdW-6cjc3a-Dq6q5-75P9BE-5pqx4-HpT6Jj-9Wpw69-2brU679-2YSaBc-4tHz5R-cCLxZ-6uhrK

Garbage truck, by Jeffrey Beal, 2008

Continuer la lecture

182 amendements adoptés en commission

La fabrique de la loi #17

← Article précédent

Article suivant­ →

>> Mise à jour (17 sept.) : L’Assemblée nationale a mis en ligne le 16 septembre à 19h35 le très utile « texte comparatif » de la loi, c’est-à-dire une version de la loi rendant visible chacun des amendements adoptés en commission.

Nous voilà arrivé·es au terme de la première étape de l’examen parlementaire en mode express du « projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur ».

La Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale a terminé hier soir l’examen du texte, et le rapport des quatre rapporteurs (Valérie Gomez-Bassac, Philippe Berta, Danièle Hérin et Pierre-Alain Raphan) devrait être mis en ligne dans les heures qui viennent, à l’adresse au bout de ce lien. Bref, tout est maintenant prêt pour l’examen du projet de loi en hémicycle par les 577 députés, à partir de lundi prochain 21 septembre.

Click Kodak, Marteau-piqueur, 2017

Ne tournons pas autour du pot : cette première étape du processus parlementaire s’est révélée être un grand naufrage, et les débats de la commission, un exercice littéralement douloureux à visionner.

Les chiffres, pourtant, auraient pu laisser croire le contraire.

15 jours d’auditions et de discussions au sein de la commission ;
519 amendements déposés ;
182 amendements adoptés.

Force est de constater, pourtant, que rien n’a changé dans le texte déposé par le gouvernement. Sur certains points, même, les choses ont empiré.

*
*   *

La Commission des Affaires culturelles a adopté 182 amendements selon le détail suivant : trois émanent du gouvernement lui-mêmece qui a conduit un député à faire les gorges chaudes de la longue durée et la soi-disant méticuleuse préparation de ce texte, que la Ministre doit corriger en commission. 162 des amendements adoptés (89%) proviennent de député.es de la République en Marche (LREM), quatre du MODEM, cinq d’EDS (Écologie, Démocratie, Solidarité, le groupe dissident de LREM, qui s’est formé autour de Cédric Villani et de quelques autres). L’ensemble émanant de la majorité représente donc 96% des amendements portés au texte. Restent huit amendements, dont six sont issus des député.es Les Républicains (3%), un du parti socialiste (0%)  et un du parti communiste (0%). Huit tout petits amendements, donc, ne sortent pas des rangs de la majorité présidentielle, et s’ils ont été adoptés, c’est pour une raison simple : c’est qu’ils ne présentaient aucun enjeu. C’est si caricatural, et en même temps si violent, que — hantise de la rédaction d’Academia — le  ou la lectrice de ces lignes aurait beau jeu de ne pas y croire.

Si l’on entre dans le fond des choses, c’est pire encore.

*
*   *

Continuer la lecture

Fin de séance

La fabrique de la loi #16

← Article précédent

Article suivant­ →

Il est 23h. Le projet de loi recherche modifié par la Commission des Affaires culturelles, est adopté.  Celles et ceux qui ont eu le courage d’assister en vidéo à la séance sont groggy : des heures de discussion stériles, déconnectées le plus souvent avec la réalité des agents contractuels ou permanents de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Seul·es quelques député·es — citons notamment Marie-George Buffet, Elsa Faucillon, Patrick Hetzel, Régis Juanico, Michel Larive, Josette Manin, Muriel Ressiguier et Sylvie Tolmont — ont courageusement défendu l’université publique, ses chercheur·ses  et enseignant·es, les dispositifs les plus honteux du texte comme le CDI de mission et le langage orwellien de la Ministre, très soucieuse de défendre les points  touchant au statuts et aux dispositifs de ressources humaines les plus malfaisants. 

Capture de la séance du 16 septembre 2020 de la Commission des Affaires culturelles

Amertume et colère.

Il reste quelques heures pour déposer les derniers amendements qui seront examinés en séance.

https://www.flickr.com/photos/enigmabadger/6241916659/in/photolist-avzsmK-avC7ju-fZdKfW-cwTfKj-hmkkjP-EGzsKe-RjKXLK-81JzLb-81JzpW-fVQmEp-TE23RU-T8n8tP-25N9oiy-ysdJLv-T4Q1AR-U4jzVs-2esco56-GsjJgx-7Uv7Xn-26G49L1-g582b-bq4ha-6r3AUk-4yiSXf-6xu7tR-MjkYbQ-U51HWX-TFX86m-UeVQWx-L6RWTK-29qfFTD-T69LL2-aAYuD1-2857oUg-81JAH3-UoyrJD-81EsMc-TJQBfd-bAiTDH-248UXHj-Uf3gkk-DmgcFC-248V2nU-2jzXAiS-U3t9tn-2jA8N5k-81JCL1-cFtfyJ-8367w1-oE9U3D

BrickArms Cimmerian PickAxe prototype on 6L Bar, by enigmabadger, 2011