#BnFgate. Pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs

«BNFgate» : pourquoi la Bibliothèque nationale de France fâche ses lecteurs, par Paul Sugy, Le Figaro, 2 mai 2022

Extraits.

À partir de ce lundi [2 mai 2022], les lecteurs matinaux de la BnF ne pourront plus demander un ouvrage qu’ils n’ont pas réservé à l’avance. Les chercheurs redoutent que cette décision ne ralentisse leur travail.

Le calme feutré des salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France est trompeur. Dans le silence studieux des lieux sourd en réalité un vent de tempête : à compter de ce lundi, de nouvelles modalités concernant la communication des documents entrent en vigueur sur le site François-Mitterrand – le plus fréquenté – et suscitent l’ire des «lecteurs», les usagers réguliers de la BnF.

Où l’on apprend que si un∙e enseignant∙e-chercheur∙se demande à être payé∙e pour les heures de surveillance en dehors de ses enseignements…

il doit être rémunéré… 23,30 € brut de l’heure, sur la base de sa rémunération statutaire !

Décision de la Cour administrative d’appel de Nancy, 20NC03616 28 avril 2022

s’agirat-il d’une habitude ? L’Université de Lorraine s’illustre encore une fois par la protection de ses agents et le respect des textes, allant jusqu’à soutenir que

si le recours aux enseignants-chercheurs pour la surveillance des examens est illégale, la circonstance pour M. C… d’y avoir participé est constitutive d’une faute faisant obstacle à son indemnisation. 

La Cour administrative d’appel en a jugé autrement.

Précisons qu’en l’affaire, le maître de conférences a défendu ses droits sans l’assistance d’un syndicat, tandis que l’Université de Lorraine a fait appel à la Ministre pour ne pas appliquer la loi.

La Cour a estimé que :

L’arrêt à rendre sur la requête de M. C… n’est pas susceptible de préjudicier aux droits de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (…).

Dès lors, son intervention n’est pas recevable.

Invitations aux séminaires de recherche : un impensé économique ?

Qui n’a pas eu l’occasion comme invité ou invitant de nier la réalité économique d’une invitation à un séminaire de recherche sans aucun support budgétaire ? Celle-ci est d’autant plus incongrue pour les non-titulaires, qui doivent subir une forme de chantage des titulaires.

C’est ce que rapporte Haude Rivoal, autrice de La fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2021, à l’occasion d’un commentaire à une réponse faite à sa demande de rémunération.

Offres de post-doctorats. Rappel aux abonné-es de l’ANCMSP de la législation

Paris, 27 mars 2022

En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur.ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes qui circulent sur sa liste de diffusion afin de s’assurer qu’elles soient en conformité avec la législation et avec l’éthique professionnelle qu’elle défend.

Depuis la mise en œuvre de la LPR, celle-ci dispose en l’article L.412-4 de la Loi n°2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 que les contrats post doctoraux doivent être conclus “pour une durée minimale d’un an et maximale de trois ans”.

Or, ces dernières semaines, nous observons que le flou entourant la qualification des postes soumis à candidature permet des stratégies de contournement de cette disposition. En effet, afin de neutraliser l’une des rares mesures protectrices que compte la LPR – à savoir, l’obligation d’une durée minimale d’un an pour les contrats postdoctoraux – certaines offres re-qualifient artificiellement les missions proposées en poste d’ingénieur.e de recherche, catégorie qui échappe aux nouvelles normes de recrutement et qui permet de proposer des contrats inférieur à un an. Le tout en exigeant parfois la possession d’un doctorat.

Notre association condamne vigoureusement cette pratique qui consiste à jouer des inégalités statutaires entre les différentes catégories de personnels de l’ESR pour maintenir sur le marché de l’emploi postdoctoral des formes de contrats parmi les plus pourries de notre champ professionnel. Continuer la lecture

#BnFgate. Communiqué commun des représentants élus des lecteurs et usagers de la BnF et de l’AluBnF

Paris, le 28 avril 2022

Madame la Présidente de la BnF,

Vous persistez à vouloir modifier radicalement les conditions de travail et de recherche à la BnF, sur la base de statistiques tronquées, utilisées de façon purement comptable, et même manipulatoire, comme nous vous l’avons démontré à plusieurs reprises et par plusieurs canaux.

Vous cherchez à passer en force, en essayant d’imposer à tout prix un projet de réforme qui n’a le soutien de personne, ni des personnels, ni des lecteurs et usagers.

Vous balayez d’un revers de main l’avis unanime des organisations syndicales des personnels, qui ont déjà voté à trois reprises contre votre projet. Vous intégrez d’ailleurs dans votre réforme la création de contrats ultra-précaires (des CDD d’un an non renouvelables) qui sont un reniement complet du protocole de fin de grève de juillet 2016 sur lequel vous vous étiez engagée formellement.

https://twitter.com/PorcherAncelle/status/1519708714957164547?s=20&t=ysVEDPq0MnpHVGwChGNvtw

“Chère @laBnF, J’espère que maman canne et ses cannetons peuvent faire leur petite promenade dans le patio même s’ils n’ont pas réservé leurs graines la veille avant 14h… 😉 #BNFgate #PatrouilleAnatidée”. Crédit: Pierre Porcher-Ancelle

Continuer la lecture

#BnFgate. Question écrite du sénateur Ouzoulias à la Ministre de la Culture

Réduction du service aux lecteurs de la bibliothèque nationale de France
15e législature

Question écrite n° 27835 de M. Pierre Ouzoulias (Hauts-de-Seine – CRCE)

publiée dans le JO SÉNAT DU 28/04/2022 – page 2187

M. Pierre Ouzoulias attire l’attention de Mme la ministre de la culture sur l’évolution des modalités de communication des documents dans les salles de recherche du site François Mitterrand de la bibliothèque nationale de France. À partir du 2 mai 2022, leur communication directe ne sera plus possible que l’après-midi ce qui constitue une sévère dégradation du service aux lecteurs.
Le 18 novembre 2021, lors de l’examen du projet de loi de finance pour l’année 2022, le rapporteur du budget « médias, livres et industries culturelles », pour la commission de la culture du Sénat, avait souligné les contraintes nouvelles que faisait peser sur le budget de la bibliothèque nationale de France la réouverture du site Richelieu. Il notait que le site Richelieu allait mobiliser une soixantaine de personnes supplémentaires et un surcoût budgétaire de 5,5 millions d’euros. Il concluait son avis en attirant l’attention du ministère chargé de la culture sur l’équation particulièrement complexe qu’il aura à résoudre dans les prochaines années pour assurer la gestion simultanée de ces deux sites.
L’auteur de la question regrette que cette équation ait fini par être résolue par la dégradation du service rendu par la bibliothèque à un public qui a besoin de disposer aisément de ressources qui ne sont disponibles dans aucune autre bibliothèque. Il pense particulièrement aux lecteurs venus de l’étranger pour lesquels cette réduction de l’accès aux documents est très préjudiciable. Plus de 14 000 lecteurs ont ainsi manifesté leur vive inquiétude pour cette dégradation continue de leur condition de lecture.
Il l’interroge donc sur les moyens qui vont être mis en œuvre pour permettre à la bibliothèque nationale de France de revenir sur cette mesure de limitation et d’assurer pleinement ses missions au service du public et du rayonnement international de la production intellectuelle française.

En attente de réponse du Ministère de la culture.

Sur le blocage des établissements comme mode d’action

En passant

À Paris, des jeunes bloquent leurs établissements pour faire entendre leur voix

Les résultats du premier tour de la présidentielle étaient à peine tombés que les appels à la mobilisation se sont multipliés partout en France. À Paris, notamment, cette opposition s’est caractérisée par un blocage massif des universités.

Extraits.

Les étudiant·es, posé·es sur un banc, profitent du soleil et se remémorent les premiers instants du blocage : « Dès le premier jour, Alain Fuchs [président de l’université Paris Sciences et Lettres – ndlr] nous a dit : “Ici, c’est l’élite, et l’élite, ça ne bloque pas” », affirme l’un du groupe. Un autre renchérit, prenant l’exemple d’« HEC, Assas, c’est sûr que ça va pas bloquer là-bas », provoquant le rire de ses camarades. Discutant des blocus démantelés et du manque de mobilisation dans certaines facs, une étudiante relativise, car « c’est aussi une période où deux tiers des Français sont en vacances. On a commencé notre blocus au moment où les vacances ont commencé. » (…)

https://twitter.com/SorbonnePartout/status/1517624414682107908/photo/1

Drapeau noir symbole d’occupation. Crédit: SorbonnePartout, 23 avril 2022

Continuer la lecture

Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales »

  • par Agnès Vandevelde

Un article/grand entretien vient de paraître dans la revue de l’Association internationale de sociologie Global Dialogue (n°12.1, avril 2022) sur l’évolution des universités australiennes depuis 30 ans : « Universités entrepreneuriales et injustices épistémiques. Entretien avec Jill Blackmore », par Johanna Grubner.

« Le monde universitaire et la science sont l’objet de profondes mutations liées à leur marchandisation ou quasi-marchandisation imposées par la gouvernance néolibérale »,

soulignent les rédacteurs en chef de la revue, Brigitte Aulenbacher et Klaus Dörre, ajoutant que

« Jill Blackmore décrit les profondes restructurations qu’ont connues les universités australiennes au cours des dernières décennies, ce qui les a motivées, et les effets qu’elles ont sur la production de connaissances et la justice épistémique. »

Un éclairage utile pour questionner ce qui se passe aussi ailleurs dans le monde…

https://www.flickr.com/photos/126483205@N08/45113448714/in/photolist-2bJwdzh-2ecuV6w-2CqGvN-XTJrJi-28uM2Mu-6fB1DY-dETx1W-2b1ZEgT-6fB3P7-o1bB6a-6fwTkH-6fB4GS-6fwS9t-6fwReg-6fB22J-atkGY2-2inPW6P-S52bU2-22xTr6H-2hud5ua-2miLTBP-6fwSuv-2d4Xgnk-6fB2Rq-6fwSjv-6fB2co-6fB3af-6fwSYV-4jzE5-6fB2wd-6fB4ky-4jAj7-4jzSn-6fB2Gu-oz6vYh-4jzST-6fwRPx-6fB3Z5-4jA9k-21gXehc-2iaEU1M-2hvjipe-2htHRko-2ikRFT6-2htMLfr-2huQF7N-2mDbq77-2htLRDt-4RnAGG-2htJgzB/

Graffiti Tunnel. University of Sydney,
Australia. Crédit: Martin Snicer, 2018

Continuer la lecture

Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

Mutation prioritaire : compilation des textes et jurisprudences sur la procédure

  • par Marie Peyronnet, maîtresse de conférences en droit, Université de Tours

La carte ci-dessous se propose de décrire la procédure de mutation prioritaire — principalement sur le motif du rapprochement de conjoint — avec, pour chaque étape, une compilation des textes (lois, décrets, arrêtés, lignes directrices …) et de la jurisprudence existante.

https://www.flickr.com/photos/dianasch/48705560072/in/photolist-2hcWJ8J-RXFKr5-2ndvVUf-2n7iW8F-2bdby2z-2kSiGj1-2n3UFho-2kS2J26-2kSs4UY-2kRNfCy-2iZ5KWJ-2m4UbBt-2gKeU3L-2mytMby-2mMoN1c-XLqTEW-PQttFJ-2mxDatw-2jMVkYa-2jYEZ4q-2mZbNWk-2mXTXbY-2n5675K-2kMiC21-2n9j69h-2k3F2oX-KC9KGa-2mrCQP1-2kqvWvD-2hT5ysN-2jfHJJu-27YtJXx-2kVv4Pb-2myi1zc-22v3PP9-2mRdrkQ-yRMJws-2maUe1p-EWjjfG-2jMVcPe-2mJ7dQi-2haoRC5-2kcYSvT-2iEjqhS-2jE6SFw-2jqYAbP-RejUZP-5sCmFC-MxjsQM-SK8UTm

Couple d’huîtriers noirs chassant des mouettes qui s’approchaient trop près de leur nid à Bandon Beach (Oregon). Crédit: Diana Robinson, 2019

Ces informations sont régulièrement mises à jour au regard des décisions de justice / modifications des textes et des problématiques soulevées par les collègues.

Continuer la lecture

« Parité, j’écris ton nombre » : 1 femme vaut 0,9 homme au Ministère de l’écologie

Au Journal officiel du jour est paru l’arrêté suivant qui nous donne la composition de la commission administrative paritaire compétente au Ministère chargé du réchauffement climatique – pardon, de la transition écologique.

Quelle suprise de découvrir nous seulement la composition statutaire, mais aussi l’idée assez particulière que ledit ministère se fait de la parité, soit de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Comment, en effet, compte tenu d’une commission composée de 8 personnes, 4 titulaires et 4 suppléant·es, parvenir aux ratios indiqués ? Soit une composition de 2.6848 femmes et de 5.3152 hommes,à  charge à eux et elles de se répartir des fractions non entières comme iels souhaitent se définir ? 

Ou alors, en comptant qu’une femme représente 0,9 homme, on parvient à peu près au sex ratio indiqué. Tout est en ordre