INSPE Paris. Comment l’islamophobie est enseignée aux futurs profs

En passant

L’INSPE Paris semble se complaire à propager une idéologie nauséabonde: après sa Journée laïcité en 2017, qui avait entraîné un communiqué intersyndical ( Ferc Sup CGT Paris Sorbonne, CGT Educ’action 75, SNEIP CGT 75, Sgen-CFDT 75, Sud Education 75) aussi unanime que cinglant,  son directeur, Alain Frugière s’était fait remarquer pour sa participation dans le « colloque de la honte » sur laquelle il ne s’est jamais expliqué. On se demande à quel point cette caution hiérarchique donne un signal d’encouragement à celles et ceux qui instrumentalisent la laïcité comme « cache sexe » de l’islamophobie et du racisme, qui hiérarchise cultures et individus ?

Extraits. À l’Institut national du professorat et de l’éducation de Paris (INSPE), les étudiants du Master 1 « Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation » (MEEF) suivent un cours sur la laïcité et les faits religieux aux accents… tout sauf laïcs. Blast s’est procuré un document extrait d’un support de travail digne d’un meeting d’Éric Zemmour.

Extraits de documents pédagogiques. Inspe Paris, 2023

Depuis deux jours, un extrait de partiel tombé en M1 MEEF à l’INSPE de Toulouse circule sur les réseaux sociaux. Dès la première question, les étudiants sont mis en situation : « A la fin d’un de vos cours, un élève vient vous interpeller (…). Il y’a quelque chose qu’il ne comprend pas et qu’il trouve injuste : une de ses amies a été exclue de l’établissement car elle refusait d’enlever son foulard. “Pourquoi n’est-on pas libre de s’habiller comme on veut ?” vous demande-t-il. En vous appuyant sur les principes et les valeurs de la République et sur des références juridiques, que pouvez-vous lui répondre ? ».

Epreuve de force budgétaire entre le MESRI et l’Université Paul-Valéry, qui supprime ses capacités d’accueil pour 2024

Comme beaucoup d’universités, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est dans une situation budgétaire de plus en plus intenable. Pour l’année 2023, elle vient de voter un budget en déficit de 11,3 millions d’euros, tout en maintenant une campagne d’emploi ambitieuse. En effet, il s’agit d’une des universités les plus sous-dotées en terme d’encadrement. Les embauches prévues apparaissent donc comme un rattrapage urgent et nécessaire.

C’est dans ce contexte que le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), nouvellement majoritaire au sein de la représentation étudiante de cette université, a fait voter le 10/01/2023 en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) une mesure inédite : l’université Paul-Valéry refuse de voter les capacités d’accueil en Licence et Master tant que le MESRI n’aura pas alloué une dotation budgétaire à hauteur des besoins de l’établissement.


Victoire historique obtenue par le SCUM en France : l’Université Paul-Valéry vote la fin de la sélection

Ce mardi 10 janvier 2023 avait lieu le premier Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry pour la nouvelle mandature 2023-2024. Depuis les dernières élections étudiantes de novembre, grâce au score de 56%, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) est majoritaire parmi la représentation étudiante au sein de cette instance, qui prend les décisions relatives à la scolarité, aux examens et à la sélection en Licence et en Master.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une victoire historique. Au terme d’une séance du CEVU qui a duré plus de 4h, et avec 15 voix pour, 6 voix contre et 3 abstentions, la motion soumise au vote par les élues et élus du SCUM a été adoptée, elle supprime de fait toute forme de sélection à l’entrée en Licence et à l’entrée en Master pour la rentrée de septembre 2024 dans les termes suivants :

« Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni ce mardi 10 janvier 2023, décide de ne pas fixer de capacités d’accueil en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025.

Aux côtés de l’ensemble des personnels, des enseignantes, des enseignants, des étudiantes et des étudiants, nous considérons que la pénurie budgétaire qui frappe l’ensemble des universités ne peut pas être combattue en acceptant de sélectionner les étudiantes et étudiants. Bien au contraire, elle ne peut se combattre qu’en réaffirmant le droit inaliénable à étudier pour toutes et tous.

Nous refusons aujourd’hui de voter des capacités d’accueil au sein de notre université tant que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) refusera d’attribuer à notre établissement une dotation budgétaire pérenne à la hauteur de nos besoins.

Nous appelons l’ensemble des universités, de leurs personnels et de leurs présidences à nous rejoindre dans cette démarche. »

Le vote de la motion du SCUM n’est pas symbolique, il engage l’université Paul-Valéry Montpellier 3 à ne pas définir de limites du nombre de places en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025, et supprime donc, pour l’instant, la sélection sociale pour la rentrée 2024.

La sélection à l’université accroît les inégalités sociales et plonge directement les étudiantes et étudiants refusés de l’université dans une violente précarité, avec perte de bourses et de logement étudiant. Cette situation s’ajoute au fait de priver ces étudiantes et étudiants de la possibilité de préparer un diplôme, dans un contexte de précarisation accrue du marché du travail.
Le combat contre la sélection est l’un des principaux que le SCUM mène depuis des années. Chaque année, nous faisons inscrire des dizaines d’étudiantes et d’étudiants “sans-fac” suite à des mobilisations victorieuses. Pour cette année 2022-2023, notre lutte a permis d’en inscrire près de 84%, un chiffre qui est en constante augmentation d’année en année.

Si désormais à l’université Paul-Valéry la sélection est pour l’instant refusée, il ne s’agit que d’une bataille de remportée, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant. Il est probable que le Ministère de l’Enseignement Supérieur tente de contraindre juridiquement l’université à violer ses propres décisions. C’est pour cela que notre motion votée aujourd’hui demande à toutes les universités de prendre une mesure similaire, afin de contraindre le gouvernement à financer les établissements à hauteur des besoins en termes de places et de postes.

Aujourd’hui, en faisant voter cette décision historique, nous sommes fiers d’avoir fait de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 un symbole d’espoir pour toutes les autres universités. Un symbole d’espoir pour tous les étudiants qui veulent pouvoir effectuer leurs études et les continuer, et un symbole de lutte contre le gouvernement au vu de la bataille contre Parcoursup Master qui s’annonce. Cette décision votée par les étudiants, personnels et enseignants de l’université Paul-Valéry signifie ici que la seule “université d’excellence” acceptable, est celle qui remplit la mission qu’elle prétend avoir : proposer une formation adaptée à toutes et tous afin de leur permettre de préparer leur avenir.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre pour le droit de chacun à un avenir sans tri social ni précarité.

Pour celà nous appelons les étudiantes et étudiants à rejoindre la mobilisation contre la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de candidature en Master lors d’un rassemblement jeudi 02 février devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’Université, Tramway Louis Blanc).

Et parce que nos luttes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université, nous appelons à participer au rassemblement contre la réforme des retraites ce jeudi 12 janvier à 18h devant la Préfecture de Montpellier.

Nous voulons vivre et ne plus survivre !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (II)

Ceci est le 2e billet de la série “Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ?”.
EDIT 10/01/2023 -> rajout de la recommandation 13 du rapport de la mission dans l’épilogue.

Rappel du 1er épisode.  Le PDG de l’institut est en conflit avec la Commission d’Évaluation, en particulier autour des listes d’admissibilités. En Juin 2021, il annonce avoir été mis au courant de trois “alertes significatives” de conflits d’intérêts dans des jurys de promotions. Il précisera plus tard qu’il parle des jurys d’admissibilités, présidés par la présidence de la CE, et non ceux d’admissions (où il est seul décisionnaire), malgré les observations qu’il a promu son adjoint sans avis consultatif ainsi qu’un autre membre de son comité de direction malgré l”avis défavorable de la CE.

Suite aux prétendues “alertes significatives”, le PDG décide de mettre en place, unilatéralement, une “mission” (qui n’est pas une commission d’enquête), constituée de 3 membres externes, choisis par la direction de l’institut (pour plus de détails sur cette constitution).

2 : La mission Conflits d’Intérêts

Si il y a eu des situations de conflit d’intérêts qui ont mené au déclassement d’un ou d’une candidat·e : pourquoi nommer une “mission” et non une commission d’enquête ? Quel est son rôle ? Si il y a un problème sur les gestions des Conflits d’Intérêts dans certains processus, pourquoi ne pas alerter pour changer cette gestion ?

Continuer la lecture

Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I)

Jusqu’où sera prêt à aller le PDG de l’Inria dans son conflit personnel contre la Commission d’Évaluation de l’institut ?

La Commission d’Évaluation (CE) de l’Inria est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifiques de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

À l’Inria, un conflit entre le PDG de l’institut et la Commission d’Évaluation perdure. Ce conflit vient de prendre un nouveau tournant suite à une lettre envoyée par le SNCS-FSU au président du collège de déontologie du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et la réception de la réponse de ce dernier.

Voici le premier de deux billets visant à expliquer la situation où se trouve l’INRIA désormais et dont la seule issue possible est la démission du PDG de l’Inria.

Continuer la lecture

Revalorisation pour tous et toutes les contractuel∙les : une pétition à l’INSERM

Dans un arrêté du 26 décembre 2022, la Ministre Sylvie Retailleau établissait égalité de traitement entre tous les agent∙es contractuel∙les doctorant∙es. Une nouvelle bataille commence.

La revalorisation salariale prévue pour janvier 2023 à l’INSERM devrait bénéficier à toutes et tous les contractuel·les, et pas seulement aux nouveaux et nouvelles recruté·es. 

À partir de janvier 2023, un  nouveau barème de rémunération, sensiblement réévalué, s’appliquera aux agent·es contractuel·les de l’INSERM. Une revalorisation indispensable compte tenu de l’inflation galopante et des problèmes d’attractivité rencontrés depuis plusieurs années par l’établissement.
Toutefois, il a été décidé de façon incompréhensible que les contractuel·les qui sont déjà en poste – y compris si leur contrat est renouvelé en 2023 ou
postérieurement – ne sont pas éligibles à cette revalorisation !

Une partie essentielle de la recherche en France est assurée par des agent·es contractuel·les (36% de l’effectif total de l’Inserm en 2021). Cette revalorisation fragmentaire va fragiliser les collectifs de travail en générant, à fonction égale, une inégalité de traitement salarial inexplicable et conduira également de nombreux contractuel.les à démissionner, ce qui risque de mettre en péril nombre d’études et de projets de recherche en cours.

Nous revendiquons la révision de cette décision arbitraire et préjudiciable afin de prévenir une mise en danger de la recherche en France : l’INSERM doit appliquer la même politique salariale à toutes et tous ses agent·es contractuel·les.

Pour signer la pétition →

Pour plus d’information

PSL a pérennisé ses statuts anti-démocratiques pour devenir un « grand établissement »

Le 28 novembre, l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL) a fanfaronné (ici et ), annonçant, après la parution du décret n°2022-1475 du 22 novembre 2022,  que l’établissement sortait de sa période d’expérimentation et que ses statuts étaient pérennisés. Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce que c’est bien pour les étudiant·es et personnels ?

On vous explique tout dans ce billet.

1. Ce qu’était PSL jusqu’à présent

Après avoir été un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) de 2012 à 2015 et une communauté d’universités et d’établissements (Comue) de 2015 à 2019, PSL a bénéficié depuis 2019 d’un troisième statut dérogatoire : celui d’établissement public expérimental (EPE). Ce statut a été créé en 2018 par ordonnance.

Pourquoi ce nouveau statut, si éloigné des besoins réels des étudiant·es et personnels ? Cette ordonnance a été écrite spécialement pour permettre à PSL (fer de lance de la néolibéralisation de l’ESR) et à d’autres constructions bureaucratiques semblables de « faire fusionner sans vraie fusion » les écoles et universités qui les composent. Autrement dit, de permettre aux briques composant ces méga-établissements de conserver leur personnalité morale et juridique. Ou comment monter artificiellement, en tant que PSL, dans l’inepte classement de Shanghaï, tout en pouvant prétendre séparément, en même temps, à des classements pour « petites universités » (ici, l’ENS de Paris).

Ce statut donne une grande liberté aux établissements qui l’adoptent, notamment en ce qui concerne la possibilité de sélection des étudiant·es ou la composition des différents conseils (et donc la démocratie universitaire ou son absence).

Continuer la lecture

BADASSES ! Nouveau blog contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enquête en sciences sociales

BADASSES, blog d’Auto-Défense contre les Agressions Sexistes et Sexuelles dans l’Enquête en Sciences Sociales, publie le Manifeste qui préside à sa création, signé par un collectif de jeunes chercheuses en sciences sociales. Elles entendent lutter contre l’inaction et l’invisibilisation des violences sexistes et sexuelles dans l’enquête scientifique en offrant des témoignages et une veille bibliographique.

https://www.flickr.com/photos/studioh/98577193/in/photolist-9HeyM-azY58z-5TCsA8-czSEdh-pLSspz-cbB9DS-apMBur-4rGhBW-LCFjfA-3VYvc-k5GCK1-4rZV5x-26sEWyK-7rGjr-65yBKX-83A1bq-22Epzws-2m2m9oH-6qGcH2-xs2FNh-233zscB-78nn6J-ggXWef-3awT6G-FemJ99-nMC1sj-9atMkZ-6odtX6-6qa2sA-5Mzvt-679HNv-4eemRG-oNsFD9-4XbfVH-4fcrc-QytYGo-aifpKs-2Lda75-8FL37N-7zZeXs-4rGhC3-4rGhBQ-4rGhBL-2ZCtE1-6tTUg-8z5P6E-jMLMT-4rGhBE-bHHQKF-z5aSE
Badass. Crédit: Chris Humphrey, 2006

Manifeste

« Les anthropologues ne se font pas violer ou harceler, les femmes si »* Moreno, 1995

C’est ce qu’écrivait Eva Moreno dans un article témoignant du viol qu’elle a subi lors d’une enquête de terrain vingt ans auparavant. Ne nous méprenons pas : la date n’explique rien. Aujourd’hui encore, les violences sexistes et sexuelles s’immiscent dans la relation d’enquête. Sans grande surprise, la fonction de chercheureuse ne nous protège pas. C’est parce que femme, ou minorité de genre, qu’on est harcelé·e, agressé·e, violé·e ; et en tant que chercheureuse et sur notre espace de travail que cela arrive.

Loin d’être anecdotiques, les violences sexistes et sexuelles dans l’enquête, tout comme dans l’ESR, sont pourtant invisibilisées : à l’Université, c’est le silence qui règne. Alors que les théories féministes et les études de genre ont largement travaillé sur les violences sexistes et sexuelles, que la sociologie regorge d’outils pour analyser les relations de domination, que la réflexivité dans l’enquête s’est imposée dans les sciences sociales, on ne peut que constater l’absence de la prise en compte de ces violences au sein de nos formations. À l’exception de quelques initiatives personnelles, souvent sous forme de séminaires ou de conseils informels aux jeunes chercheureuses, rares sont les TD de méthodologie où l’on discute de ces problématiques, des ressources dont les étudiant·e·s pourraient se saisir pour mieux penser les méthodes d’enquête, se protéger sur le terrain, et acquérir les outils permettant d’analyser et d’objectiver ces violences.

Pour lire la suite du Manifeste et consulter le blog →

Suspension de TestWe à l’Université de Paris-8 : vers la fin de la surveillance abusive ?

Sur l’usage de TestWe et la mobilisation ayant conduit au référé liberté :

Nantes Université au Conseil d’État : Victoire pour les libertés académiques et pour SUD-Éducation 44 !

Update 3/2/2023 – Un universitaire n’est cependant pas un fonctionnaire comme un autre.”

 Justice pour nos collègues enseignants-chercheurs,

indûment poursuivis et sanctionnés 

communiqué de SUD-Éducation 44  – version presse

Aux termes de quatre années et demi de procédures, le Conseil d’État, dans la décision qu’il a rendue le 15 novembre 2022, a définitivement annulé la sanction de trois mois de retard à l’avancement d’échelon qui avait été infligée le 11 février 2021 par la section disciplinaire du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) à notre collègue Gildas Loirand, sociologue et maître de conférences à Nantes Université. Après avoir été suspendu de toutes ses fonctions à titre conservatoire pour une durée de quatre mois, celui-ci avait été poursuivi en mai 2018 par le président en exercice de notre établissement pour avoir supposément « attisé » une vive expression de colère d’une cinquantaine d’étudiants et participé de la sorte à un « mouvement d’intimidation violent » et à une « agression » de cadres administratifs en marge d’une surveillance d’examen tenue en pleine contestation du dispositif de sélection ParcourSup et de la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE). Le 20 juillet 2018, la section disciplinaire de Nantes Université avait, en première instance, prononcé à l’encontre de Gildas Loirand une sanction de six mois de retard d’avancement d’échelon, alors même que l’instruction de cette affaire, hautement politique, aurait exigé un dépaysement géographique (les membres de la section disciplinaire étant des élus au conseil d’administration de l’université). La peine avait ensuite été réduite de moitié en appel devant le CNESER en 2021 et désormais définitivement annulée par le Conseil d’État le mois dernier. Dans sa décision, le Conseil d’État a toutefois pris le parti de ne pas régler le litige au fond et de renvoyer l’affaire devant le CNESER disciplinaire, très probablement pour que notre collègue Gildas Loirand y soit finalement relaxé au regard des termes du jugement prononcé. Continuer la lecture

Toute honte bue. 1480€ brut mensuels pour un temps plein d’enseignant-chercheur en sociologie

Voici l’annonce parue hier sur Indeed, proposant une rémunération inférieure au SMIC.

Enseignant·e en sociologie

1 480 € par mois – Temps plein

Détails du poste

Salaire

1 480 € par mois

Type de contrat
Temps plein

Analyse de recrutement

Activité de l’offre d’emplo Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture

CheckAcademia. Un∙e enseignant∙e-chercheureuse doit-iel surveiller les examens des autres ?

Une décision touchant un enseignant-chercheur de l’Université de Lorraine a fait jurisprudence ce printamps 2022 au sujet de surveillances d’examen. Pourtant, la jurisprudence est constante en la matière.

Article 1er : Les interventions de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et du syndicat national de l’enseignement supérieur ne sont pas admises.

Article 2 : L’université de Lorraine est condamnée à payer à M. C… la somme de 1 106,75 euros au titre de son préjudice économique et la somme d’un euro au titre de son préjudice moral, majorées des intérêts au taux légal à compter du 27 mars 2017.

Pour lire l’arrêt →

La presse nationale attire l’attention sur les rapports de pouvoir qui traversent la recherche

Plusieurs articles du magazine Campus du Monde et de Libération relèvent l’intersection des rapports de pouvoir dans la recherche scientifique, particulièrement sensible pour les doctorantes et autres chercheuses précaires. Signalons en particulier ces quatrearticles publiés en 2022, dont l’accès complet est réservé aux abonnés, qui s’appuient souvent sur des travaux universitaires accessibles.

Continuer la lecture

Usages d’écriture non sexistes dans les publications scientifiques. État des lieux, par les Cahiers du genre