Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

Non à la répression policière à Sciences Po Lyon

Communiqué des enseignant⸱es et enseignant⸱es chercheur⸱es de Sciences Po Lyon du 7 mai 2024

Nous, universitaires de Sciences Po Lyon, tenons à exprimer notre profonde indignation face à l’évacuation de l’amphithéâtre Pacaut par la police ce vendredi 3 mai. Les images de nos étudiant·es aligné·es contre un mur et contrôlé·es par les forces de l’ordre sont choquantes. Elles nous rappellent s’il était besoin le sens des franchises universitaires. Cette évacuation a eu lieu alors qu’aucun signe de trouble à l’ordre public ne se manifestait et après une nuit d’occupation sans incident. Nous dénonçons avec force la répression et la criminalisation des mouvements sociaux.

Nous sommes solidaires de nos étudiant·es ainsi traité·es alors qu’ils et elles protestent pacifiquement contre des massacres de civil·es et se soulèvent pour le respect des droits humains les plus élémentaires. Quelles que soient nos divergences d’opinion et d’analyse sur la guerre en Palestine et en Israël, nous sommes uni·es pour condamner ce climat délétère où il semble aussi inaudible de condamner les massacres du Hamas et ceux perpétrés par l’armée israélienne. L’indispensable solidarité vis-à-vis des victimes gazaouies n’empêche en rien notre réprobation sans ambiguïté de toute forme d’antisémitisme.

Continuer la lecture

Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!”

Commettre un génocide est un crime, résister est un droit !

Dans la continuité de la mobilisation de jeudi dernier à Sciences po Lyon, le mouvement étudiant lyonnais engagé pour une paix durable a décidé, en ce lundi 6 mai 2024, d’occuper en partie l’ENS de Lyon. Nos revendications sont les mêmes :

Continuer la lecture

« Pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza » par 394 membres de l’EHESS

Academia reproduit la motion endosée par près de 400 membres de l’EHESS, motion qui n’a pas fait l’objet d’un vote dans les instances.

À l’heure où la Cour internationale de justice a alerté sur les risques de crime de génocide contre le peuple palestinien à Gaza, où les Nations unies ont produit un rapport accablant sur le sujet, où elles appellent à cesser les ventes d’armes à Israël pour empêcher toute nouvelle violation du droit humanitaire, et ont également condamné la colonisation en Cisjordanie comme crime de guerre, plusieurs centaines de membres de l’Ecole des Etudes en Sciences Sociales (EHESS) ont demandé à leur institution de se prononcer pour un cessez-le feu immédiat et durable.

Cette motion été soumise au conseil scientifique, au conseil d’administration et à l’assemblée des enseignants-chercheurs de l’EHESS : aucune de ces instances n’a jugé opportun de la considérer ou de la soumettre au vote. Comment comprendre qu’une institution fondée sur le respect du droit, y compris international, refuse de se prononcer clairement pour un arrêt des massacres en cours ?

Cette expression de solidarité s’inscrit pourtant dans un contexte de guerre où les douze universités de Gaza ont été entièrement détruites ainsi que leurs archives matérielles et digitales, plus de 94 universitaires palestinien·e·s tué·es dans des attaques ciblées de l’armée israélienne, et des milliers de vies étudiantes fauchées, endeuillées, mutilées et privées d’avenir. Nous la portons donc en notre nom collectif, en tant que membres d’une communauté engagée à comprendre le monde dans sa complexité, et à former les générations à venir.  Nous condamnons à ce titre avec fermeté et inquiétude la répression des étudiant·e·s, à l’EHESS et partout ailleurs en France et dans le monde, et la criminalisation de leur mobilisation. Face aux violences institutionnelles et physiques que subissent celles et ceux qui élèvent la voix dans les universités en exprimant leur solidarité avec la Palestine, nous affirmons l’espoir incarné dans cette composante de la connaissance qui fait défaut à notre institution : le courage de la vérité.

Maison des sciences de l’homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e. Crédit: Célette

Motion signée par 394 membres de l’EHESS pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza

“Nous, membres de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous nous prononçons solennellement pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza dans l’intérêt des peuples. Nous exigeons le respect du droit international, en particulier les résolutions passées du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la récente ordonnance de la cour internationale de justice imposant de prévenir un crime de génocide et une nouvelle Nakba à l’encontre des Palestiniennes et Palestiniens résidant dans la bande de Gaza et à Rafah.

Continuer la lecture

En passant

Financement, divergences, méthodes : comment l’Observatoire du décolonialisme s’est enfoncé dans la crise, par Alix L’Hospital, L’Express, 28 avril 2024. Extraits.

“À l’initiative de professeurs d’université, tels les linguistes Yana Grinshpun, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle, Jean Szlamowicz, professeur à l’université de Bourgogne ou encore Xavier-Laurent Salvador, maître de conférences à l’université Sorbonne-Paris-Nord, le groupe, rejoint par une soixantaine d’universitaires lors d’un “appel” publié dans Le Point, s’était fixé comme projet d’analyser, et si besoin dénoncer, les travaux de recherche en sciences sociales flirtant avec le militantisme woke. Près de trois ans et demi plus tard, le bilan de l’organisation pose question, sans doute parce que sa mission elle-même est devenue ambiguë. Dernière manifestation en date, l’émergence d’une rumeur : le fond du Bien Commun, organisation philanthropique fondée par le milliardaire conservateur Pierre-Edouard Stérin, serait l’un des soutiens financiers de l’Observatoire. Si l’hypothèse se confirmait, tous les ingrédients d’un mauvais procès seraient réunis : l’un est un
entrepreneur catholique au profil libéral et conservateur, dont les rencontres avec le polémiste Éric Zemmour, avant qu’il ne s’en éloigne une fois la campagne présidentielle de 2022 lancée, avaient été relatées
dans les colonnes de L’Express. […]

Continuer la lecture

Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués

Plusieurs collectifs se sont exprimés en faveur de la mobilisation et de la liberté d’expression des étudiant·es. Nous les recensons ci-dessous.

Communiqué du medialab, 25 avril 2024

Dans la nuit du mercredi 24 avril, la direction de Sciences Po a fait intervenir les forces de police pour déloger les étudiant·es rassemblé·es en solidarité avec la Palestine. L’intrusion de la police, ainsi que le recours croissant aux convocations d’étudiant·es dans le cadre de commissions disciplinaires, marquent de dangereux précédents dans la vie de notre institution. Répondre par la force à une mobilisation pacifique de nos étudiant·es est en dissonance avec les valeurs universitaires, et fait courir des risques disproportionnés à l’intégrité de nos étudiant·es.

Continuer la lecture

Santé au travail dans la fonction publique : la faire revenir « par la porte ou par la fenêtre »

Tribune des Assises Santé-Travail. Paris, 13 mars 2024. Crédit: Patrice Raveneau

  • par Jennifer Bellay, Christine Eisenbeis, Gwenaëlle Fabre, Lorena Klein, Christelle Rabier, représentantes des personnels en Formation spécialisée Santé-Sécurité-Conditions de travail et actrices des Assises Santé-Travail

Les Assises de la santé et sécurité des travailleurs et travailleuses des 13 et 14 mars 2024 ont réuni 500 participants et participantes, rassemblées autour de préoccupations partagées, souvent invisibles dans nos organisations syndicales. À l’instar des «intersyndicales femmes», un réseau de réflexion et d’entraide autour des syndicats CGT-FSU-Solidaires, associations, équipes de recherche, médecine du travail, inspection du travail, avocat∙es, etc. est appelé à devenir un collectif de soutien militant, juridique et technique aux nombreuses luttes en cours. Préparant la journée mondiale du 28 avril de la santé et sécurité au travail initiée par l’Organisation internationale du travail (OIT), cette première édition des Assises portait prioritairement sur les accidents au travail1. Les agents publics — et surtout les agentes — étaient très représentés. En conclusion des Assises, les secrétaires confédéraux, Sophie Binet en tête, ont souligné que l’état de la santé au travail dans la fonction publique dépassait la situation scandaleuse de France Télécom en 2006-2011. Les conditions de travail dans la fonction publique et leurs effets sur la santé des personnels sont désormais devenus une question majeure qu’il nous faut faire entrer, dans le débat public et dans chacune de nos administrations, « par la porte ou par la fenêtre ».

Affiche du film documentaire Par la fenêtre ou la porte, par Jean-Pierre Bloc, 2023

Depuis 20062, en effet, la fonction publique connaît un plan social de grande ampleur, même s’il ne dit pas son nom3. Des décennies d’attaques et de maltraitance institutionnelle ont donné lieu à des dé/ré-organisations du travail qui ne semblent pas connaître de fin. Trop de directions se refusent à mettre en débat ces transformations alors qu’elles affectent profondément la santé des agent·es.

Continuer la lecture

  1. Matthieu Lépine brise le silence sur la mort au travail“, par Clémentine Goldszal, Le Monde, 9 mars 2023; “Les morts au travail, une hécatombe silencieuse en France“, par Jules Thomas, Le Monde, 6 février 2024. []
  2. La LOLF (Loi organique relative aux lois de finances) s’applique en 2006 à l’administration, avec la Révision générale des politiques publiques (RGPP) en 2007. []
  3. Sur Academia, Magali Nachtergael, De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir, 9 mars 2022. []

“The students give us hope”. Grafitti de Gaza

Réponse aux étudiant·es de Columbia et autres universités aux États-Unis

Continuer la lecture

Manifestations étudiantes en soutien à Gaza: les Nations Unies s’alarment pour la liberté d’expression

En passant

Guerre à Gaza : la liberté d’expression en question dans un contexte de répression sur des campus universitaires

Aux États-Unis, des universités sont accusées de réprimer les étudiants qui protestent contre la guerre d’Israël à Gaza, braquant les projecteurs sur la question de la liberté d’expression dans le monde entier, selon une experte indépendante des droits humains de l’ONU, Irene Khan.

Extraits. La crise de Gaza est en train de devenir une véritable crise mondiale de la liberté d’expression », a déclaré Mme Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression. « Cela aura d’énormes répercussions pendant longtemps ». […]

Lors d’un entretien exclusif à ONU Info, l’experte a soutenu que la manière dont la liberté académique est restreinte aux États-Unis porte atteinte aux droits des personnes à manifester contre la guerre et l’occupation en cours, y compris sur les campus des université d”élite de l’Ivy League telles que les universités de Columbia, Harvard et Yale. […]

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d'expression et d'opinion.

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d’expression et d’opinion.

Continuer la lecture

La santé au travail à la moulinette législative. Gouvernance et prévention après la LRU

À l’occasion de la journée internationale de la santé au travail, à l’initiative de l’Organisation internationale du travail, Academia reproduit l’intervention d’une collègue, représentante SneSup-FSU dans les instances santé-travail de l’Université d’Orléans. L’alerte est sonnée.

À partir de 2006 environ, les agents de la fonction publique, dans des proportions sans doute différentes selon les ministères, vivent une modification profonde de leurs pratiques professionnelles avec l’introduction du pilotage de la performance et ses indicateurs. Dans le même temps, on pousse la fonction publique dans une logique de rentabilisation des services qui heurte les valeurs qu’on associe à ses missions (LOLF et RGPP)1.

Nouvelles responsabilités, déficits de moyens

Les universités n’échappent pas à cette logique, avec en particulier, la loi dite Liberté et responsabilité des universités (LRU) promulguée à l’été 2007, renforcée par la loi Fioraso en 20132. Dès sa promulgation, la LRU bouleverse totalement le fonctionnement des universités où s’exerçait jusqu’alors un certain contrôle collectif, fait d’une certaine collégialité et de contre-pouvoirs cadrés.

La LRU repose sur la réduction de la représentativité des agents et usagers dans les instances, au profit des personnalités extérieures, le renforcement massif des pouvoirs de la présidence et la mise en concurrence généralisée : celle des universités entre elles, notamment via le partage de la dotation budgétaire, jusqu’à celle des agents, notamment via l’individualisation des services (référentiels des tâches), des rémunération (système de primes) puis, ultérieurement, des carrières.

En temps contraint (5 ans), les universités doivent passer aux « responsabilités et compétences élargies », c’est-à-dire à la gestion autonome des établissements. Concrètement, il s’agira de gérer la masse salariale avec un budget dédié délibérément sous-dimensionné par le ministère3. Cette sous-dotation conduira mécaniquement à un recrutement massif de personnels contractuels et à l’externalisation de certaines fonctions pour un « bénéfice » à court terme (ménage, gardiennage, imprimerie centrale par exemple). Pour n’évoquer que les deux plus gros postes budgétaires, il reviendra aussi aux universités de gérer leur patrimoine immobilier qui représente 20% du patrimoine immobilier de l’État et dont chacun sait le triste état et les nombreux risques associés (notamment amiante)4 Il faudra l’entretenir, voire le rentabiliser (location par exemple puis vente dans une ultime phase).

https://urbex45.wordpress.com/2014/06/29/ancienne-fac-de-sciences-dorleans/

Batîments présumés de physique-chime. Crédit: Ubex45

À l’époque, nombre d’universités n’ont pas les compétences pour faire face à ces nouvelles « responsabilités et compétences élargies » et/ou n’ont pas de budget pour les acquérir.

L’université, monde du travail

Pour rappel, une université, c’est une organisation initialement cadrée par le Code de l’éducation. C’est une fourmilière de gens : ce sont des étudiants – souvent salariés par ailleurs – et des travailleurs de différents métiers, avec différents employeurs publics et maintenant privés, sous différents statuts (env. 70% de fonctionnaires).

Tout ce monde, agents comme usagers, est soumis à des risques variés : les risques bâtimentaires liés à des locaux usés et ceux issus de la proximité des salles de travaux pratiques et laboratoires (des risques chimiques, biologiques, lasers, explosifs, etc.), auxquels on est d’autant plus exposé que la pénurie bâtimentaire tend à conduire à la coactivité des bâtiments. Agents et étudiants sont aussi soumis aux risques psycho-sociaux et organisationnels, aux violences sexistes et sexuelles évidemment… en plus bien sûr des risques plus spécifiques à certains métiers ou domaines d’activité (port de charge, entretien des bâtiments par exemple).

C’est aussi un univers où se manifeste un certain mépris de classe des uns envers les autres, et ce d’autant plus que l’on ne saisit pas ou plus les rôles et nécessités de chacun dans l’organisation, ce qui arrive notamment quand on méconnait la structure parce qu’on y est employé sur un contrat trop court, ou quand on sort du cadre qui définit l’ensemble de la structure… Et c’est précisément cette dérégulation que permettent les textes promulgués à partir du début des années 2000.

Continuer la lecture

  1. Promulguée en 2001, la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF) s’applique à toute l’administration en 2006 ; elle sera suivie en 2007 de la Révision générale des politiques publiques (RGPP). []
  2. Rappelons aussi l’introduction du financement de la recherche via les appels à projets (cf. Loi de programme pour la recherche de 2006). []
  3. L’enveloppe dédiée à la masse salariale est calculée sur des années antérieures, sans prendre en compte le « glissement vieillesse technicité » (GVT), autrement dit les évolutions des salaires des fonctionnaires en lien avec les changements automatique d’échelons. Le Rapport du Sénat n° 446 (2012-2013), déposé le 26 mars 2013 indique, par exemple, « Une évaluation de la prise en charge du GVT des universités passées aux RCE par la Cour des comptes s’avèrera sans doute nécessaire ». []
  4. Cour des comptes. L’immobilier universitaire. Synthèse. octobre 2022 ;  Sauvons l’université, La gestion de leur patrimoine immobilier par les universités, condition de leur autonomie assumée, nd .; Soazig Le Nevé, “Plus du tiers des locaux des universités sont en mauvais état, selon un rapport de la Cour des comptes“, Le Monde, 11 octobre 2022. []

École polytechnique : lettre ouverte pour un tournant écologique et social

Le 6 avril 2024, 590 personnes liées à l’École polytechnique ont adressé à la direction et au Conseil d’administration de l’établissement une lettre appelant à une prise en compte sincère et profonde des enjeux sociaux et écologiques actuels. Nous publions ici ce texte en intégralité.

Le 6 avril 2024, les membres de l’équipe de direction de l’École polytechnique, mais aussi les autres membres du Comité exécutif et du Conseil d’administration ont reçu un message inattendu, avec une lettre ouverte en pièce jointe. Rédigé par un collectif réunissant 590 élèves, ancien·nes élèves, chercheurs et chercheuses, enseignant·es et personnels, ce courrier demande à l’École polytechnique, et à toutes les personnes prenant part aux décisions stratégiques, de faire des questions sociales et environnementales une “colonne vertébrale”, un élément structurant dans leur réflexion et leur action.

Insistant sur l’objet social d’intérêt général de l’École polytechnique, sur ses leviers d’action importants et sur sa responsabilité comme école d’ingénieur·es historique et reconnue, les signataires formulent de revendications concrètes, parmi lesquelles :

  • l’adaptation de l’enseignement et de l’aménagement du campus,
  • l’arrêt des relations avec les entreprises les plus polluantes,
  • et la transparence sur les relations avec des partenaires privés.

Nous publions ci-dessous le contenu de cette lettre ouverte, dont le document original (avec les notes de bas de page) peut être lu ici.

Un article paru dans Libération le 12 avril nous apprend que ce document a fait l’objet d’une discussion lors du Comité exécutif de l’École polytechnique le 8 avril.

Le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” soutient les revendications des signataires de ce texte, et appelle la direction de l’École polytechnique à se saisir sincèrement des questions soulevées.


L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE DOIT SE TRANSFORMER EN PROFONDEUR POUR AGIR EN VUE D’UNE SOCIÉTÉ JUSTE ET RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT

Lettre ouverte aux membres du comité exécutif et du conseil d’administration de l’École polytechnique, au nom des 590 élèves, alumni, et personnel·les scientifiques de l’École signataires.

Madame, Monsieur,

La catastrophe écologique en cours nous impose de repenser en profondeur l’École polytechnique, sa formation et sa recherche. De nombreux·ses étudiant·es, chercheur·euses et membres de la direction se sont déjà engagé·es dans une réflexion profonde sur ces sujets. Nous appelons les membres du conseil d’administration et de la direction de l’École à soutenir ces efforts pour formuler une proposition ambitieuse visant à la restructuration de nos formations et de nos recherches.

Les rapports successifs du GIEC sur la crise climatique et de l’IPBES sur l’effondrement
de la biodiversité sont de plus en plus explicites. Nous devons changer radicalement, et le plus rapidement possible, nos modes de vie pour préserver les conditions d’une vie soutenable sur Terre et rendre notre société plus juste.

La direction de l’École s’est engagée à agir pour les « transitions sociétales et
écologiques » : il est nécessaire de multiplier les efforts dans cette direction, et de montrer que l’École peut se transformer radicalement pour être à la hauteur de ces enjeux.

UN TOURNANT À PRENDRE POUR L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

L’identité de l’École polytechnique a été fondée comme une réponse aux grands défis
d’intérêt général. À ce titre, les questions sociales et environnementales doivent devenir la colonne vertébrale de l’École pour les années à venir, aussi bien au niveau des formations que de la recherche.

L’École doit devenir porte-parole des centaines de milliers de scientifiques qui alertent depuis des décennies sur la dangerosité de notre trajectoire. Elle doit embrasser l’appel de Klaus Hasselmann, prix Nobel de physique en 2021, à « agir très vite et sans délai en faveur des générations futures » et répondre au désespoir de Jean Jouzel face à la persistance du climatoscepticisme et à l’inertie des décideurs : « J’ai décrit les choses telles qu’elles sont face à un parterre de chefs d’entreprise, et j’ai reçu un accueil glacial. »

L’École a à cœur de dispenser une formation scientifique pluridisciplinaire, et c’est une grande force. Elle a donc les moyens de construire une pensée systémique. C’est une pluralité d’approches, sociologiques, économiques, biologiques, physiques, géologiques, mathématiques, historiques, culturelles et philosophiques, qui permet de comprendre le monde. L’École a la capacité d’enseigner à penser hors du cadre plutôt qu’à reproduire les schémas extractifs, productifs et techno-solutionnistes qui ont mené à la catastrophe environnementale et sociale actuelle. Elle doit se donner l’ambition de former des esprits capables d’identifier et réduire les impacts des activités humaines, pour respecter les limites physiques et biologiques de la planète.

Les efforts fournis pour insérer les défis socio-écologiques dans les cursus académiques et dans les thématiques de recherches doivent s’accompagner d’un questionnement plus général sur le système dans lequel l’École s’inscrit. Comment la recherche est-elle orientée ? Doit-on poursuivre la course à la renommée auprès des grands groupes ? Quel est le sens des classements internationaux qui ne mettent pas au premier plan la qualité et la pertinence de l’enseignement ? Pour que l’École serve véritablement l’intérêt général, ces paramètres doivent être remis en question.

Proposer une autre direction demande beaucoup de courage, mais la complexité du
changement ne peut pas justifier le statu quo. Nous pouvons faire le choix de penser un nouveau monde pour les générations actuelles et à venir.

DES ACTIONS DE L’ÉCOLE À LIER AVEC SES ENGAGEMENTS ÉCOLOGIQUES

Pour assurer sa crédibilité et sa renommée, l’École doit mettre en cohérence ses engagements et ses actions. A ce titre, la mise en place prochaine d’un cours sur les questions environnementales va dans une bonne direction, et nous l’encourageons. Espérons que la création de ce cours permettra d’initier des réflexions à long terme, et que de telles initiatives se multiplieront.

Cependant, l’École continue d’accepter des partenariats avec des entreprises dénoncées par les scientifiques pour leurs activités néfastes, fonctionnant sur un modèle extractiviste et perpétuant la domination des pays développés. Nous ne pensons pas que ces partenariats permettront de rendre ces entreprises plus vertueuses tant que la fonction principale de celles-ci demeure l’accumulation de richesses. Assurons-nous donc de les choisir en phase avec nos valeurs.

Citons en particulier TotalEnergies, dont le président-directeur général siège au conseil d’administration de l’École, bien qu’il s’agisse d’une multinationale connue pour ses multiples « bombes carbone ». Ces projets d’extraction de combustibles fossiles, dont
les émissions potentielles dépassent le milliard de tonnes de CO2, sont contraires aux
recommandations du GIEC ou de l’Agence internationale de l’énergie. Mentionnons
également BNP Paribas et le Crédit Agricole, dans le top 10 mondial des financeurs de ces « bombes carbone ».

Ces entreprises justifient ces projets par la nécessité, entre autres, de financer les énergies alternatives avec les revenus des énergies fossiles. Cependant, de nombreux scientifiques et ONG pointent l’absence de mesures crédibles pour évoluer vers un modèle durable, voire une tendance à freiner le changement. En l’état, leur trajectoire est incompatible avec les engagements internationaux de l’État français. Certaines de ces entreprises sont même dénoncées pour leur communication volontairement trompeuse sur leurs engagements.

NOS DEMANDES POUR UNE TRANSFORMATION DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Pour être en cohérence avec l’ambition que l’École polytechnique doit se donner, il est nécessaire qu’elle se transforme en profondeur. Certaines mesures mises en place par l’École vont dans la bonne direction (plan climat, évolution de la formation des étudiant·es, formation du personnel administratif), et ces efforts doivent être poursuivis et intensifiés au regard des transformations à mener. Si un changement général de paradigme est nécessaire, avec une volonté étatique forte, l’École polytechnique garde tout de même un fort pouvoir qu’elle peut utiliser pour montrer que la transformation est possible.

Les premières mesures que nous souhaitons voir mises en place par l’École en cette année 2024 sont les suivantes :

1. Transformation de l’enseignement. Former à penser le changement au-delà de la seule perspective de l’innovation technologique. À plus court terme, inclure systématiquement des espaces de discussion, de débats informels et aborder des questionnements éthiques, politiques et écologiques avec des intervenant·es extérieur·es critiques et s’interroger sur le sens et la finalité de chaque enseignement.

2. Arrêt des relations avec les entreprises impliquées dans des « bombes carbone » : TotalEnergies, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Amundi. Exclure du conseil d’administration tous les membres issus de ces entreprises. L’École doit donner un calendrier pour la fin de ces partenariats.

3. Transparence complète sur les partenariats de l’École avec les entreprises et les personnes privées. L’École doit rendre publique chaque année la liste des partenariats établis avec les entreprises et les personnes privées en détaillant les financements accordés, les contreparties, les engagements pris et la gouvernance associée. De nouveaux partenariats ne doivent pas être conclus avec des entreprises qui ne souhaiteraient pas voir ces informations diffusées. Mettre en place des mécanismes de prévention des conflits d’intérêt (notamment, rendre publiques les déclarations d’intérêts des membres de la direction et du conseil d’administration).

4. Formation obligatoire aux enjeux écologiques des membres du conseil d’administration, de même que les enseignant·es, chercheur·euses et services avant la fin 2024.

5. Aménagement du campus en cohérence avec l’objectif défini par la loi de zéro artificialisation nette des sols. Tout projet d’aménagement ou de cession d’un terrain à une entreprise privée doit être décidé de manière démocratique. Les rénovations et nouvelles constructions doivent viser en premier lieu la sobriété, tant dans la définition des besoins que dans les matériaux utilisés et l’énergie consommée (construction et utilisation des bâtiments).

La mise en place de ces propositions devra intégrer pleinement les élèves, les enseignant·es, les chercheur·euses et les personnel·les de l’École. Nous sommes prêt·es à être acteurs et actrices du changement aux côtés de la direction.

Respectueusement,

Élèves, alumni, enseignant·es et chercheur·euses signataires

L’éducation nationale du 93 en lutte : forces et enseignements d’une mobilisation en cours

La rédaction d’Académia n’a pas encore beaucoup évoqué l’extraordinaire mobilisation en cours pour l’enseignement public en Seine-Saint-Denis, si ce n’est pour signaler l’existence d’une caisse de solidarité pour les grévistes.

Pourtant, la situation dans laquelle est laissé le service public de l’éducation nationale dans ce département est un scandale gigantesque, qui n’est jamais que l’autre face de l’affaire Oudéa-Castéra ou, si l’on préfère, le revers répugnant mais visiblement accepté du tri social à l’œuvre dans l’accès à l’éducation en France – ce que les personnels de Seine-Saint-Denis ont immédiatement pointé, d’ailleurs, en organisant l’une de leurs premières manifestations de février près du collège Stanislas.

II apparaît désormais très clair qu’on voit se construire dans cette mobilisation en Seine-Saint-Denis des formes de lutte qui pourraient servir de modèle à l’ensemble des mobilisations dans les services publics paupérisés, en premier lieu dans nos services publics universitaires étonnamment silencieux ces derniers mois face aux gels de postes, aux coups de rabots budgétaires, à la précarisation et aux ségrégations croissantes entre étudiant·es et établissements.

Bref retour, donc, sur quelques éléments de cette mobilisation en cours, qui, ce 27 mars, tient depuis un mois.

La lutte des personnels de l’éducation nationale et des parents d’élève de Seine-Saint-Denis a désormais pris une tournure historique dans ce département, à tel point que le souvenir de 1998 resurgit : jeudi 7 mars 2024, à la deuxième semaine de mobilisation, la grève a été majoritaire dans les écoles et les établissements du département (45 % dans le 1er degré, 60 % dans le 2nd degré) ; les piquets de grève, les initiatives des élèves et des parents d’élèves, les AG de villes et les réunions publiques se sont multipliées et massifiées ; et 4 500 manifestant·es du 93 ont défilé en direction du ministère de l’éducation nationale, rue de Grenelle. Mardi 19 mars, iels étaient près de 5000 en tête de la manifestation parisienne pour la défense de la fonction publique.

Visuel de l’intersyndicale, 26 mars 2024

Cette lutte contre l’insuffisance des postes et des moyens et l’augmentation générale des formes de tris entre les élèves s’articule autour d’une question simple : où est l’égalité des chances pour les enfants si vivre dans le 93, c’est vivre des conditions d’éducation différentes des autres départements ?

Elle présente trois caractéristiques principales :

  • des revendications locales très précises, mais, tout en même temps, non séparées d’un discours de dénonciation de l’effondrement national du service public et, tout particulièrement, du principe d’égalité devant l’éducation ;
  • une mobilisation qui associe tant les personnels que les parents – et donc aussi les élèves ;
  • une très grande palette d’actions différentes menées, avec un rythme non monotone.

Continuer la lecture

Menaces sur la liberté académique et la liberté d’expression dans l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR). Communiqué du SNTRS-CGT

Communiqué

Chère collègue, cher collègue, 

Le SNTRS-CGT s’alarme du climat de restriction de la liberté scientifique et de la liberté d’expression qui s’est installé dans le paysage de l’ESR depuis la reprise d’un conflit de haute intensité au Proche-Orient, le 7 octobre dernier.

La plupart des événements scientifiques touchant de près ou de loin à la question palestinienne ont été annulés ou reportés sine die. Nombre de spécialistes du Proche-Orient se sentent aujourd’hui dans l’impossibilité de s’exprimer librement à propos de leurs propres objets de recherche, redoutant des sanctions. Les journalistes reconnaissent une difficulté inédite à trouver des chercheurs et des chercheuses pour intervenir dans leurs émissions.

Ces peurs de censure sont fondées : une véritable police de la pensée s’est installée dès les premiers jours suivant le 7 octobre, avec des effets immédiats.

Le 20 octobre, la présidence de l’Université de Savoie Mont-Blanc a décidé d’interdire à la section syndicale CGT FERC-Sup d’accéder à la liste de diffusion des personnels, à la suite de l’envoi d’un communiqué sur la situation à Gaza intitulé « Halte aux crimes de guerre ! »

Au même moment, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), une véritable vague de haine et d’insultes a visé une anthropologue reconnue, spécialiste de la Palestine, pour avoir relayé le communiqué d’un syndicat étudiant sur la liste de discussion politique et syndicale interne à l’École. En réponse à ce qui ne peut être qualifié autrement que de délation calomnieuse, la direction du CNRS a initié une procédure disciplinaire accélérée contre notre collègue, pour des motifs aussi graves et choquants qu’« apologie du terrorisme » et « incitation à la haine raciale » ! Lors de cette procédure, la défense précise assurée par le SNTRS-CGT a permis de démontrer l’absurdité de ce qui était reproché à notre collègue, et de rappeler les grands principes et la jurisprudence sur la liberté d’expression, en particulier dans le monde universitaire. La direction du CNRS s’est ainsi contentée de prononcer une sanction minime – un avertissement – mais, a toutefois décidé de la publier au Bulletin Officiel, contre l’avis de la CAP.

Continuer la lecture