Grève dans l’ESR : un coin dans le CNESER

 

Bien que la LPR a finalement été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière, la mobilisation et les mouvements de grève dans l’ESR ne faiblissent pas (ex. : appel à la mobilisation par la CGT FercSup). Aujourd’hui, le mardi 24 novembre, le CNESER doit siéger. Cependant, certains syndicats, comme la CGT ont décidé de ne pas y assister et donc enfoncent un « coin » dans le CNESER. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/damienpollet/6597320885/in/photolist-b3YZDP-on8nA-99MBaN-2hLhjsg-4uJnLY-5PVfhj-6pWxVe-DAAR9-dw87CL-5aDvP1-9VRABj-8AvFiR-f7KgGu-xfbiuL-9VwPZ8-Gv7HEA-Cysegk-8AydXw-ehfejV-8Avdyg-bYXb2f-App6sU-qcm24b-CXkX5x-uifPdh-zuEr7Q-ehtrx4-App91Q-Aqv5Qu-9VwPMF-A4PG6a-3eDkc2-ArGnFZ-YV2aeW-qes5NB-AsFS78-AsFRur-ArGjJg-edByRV-AquY43-zuExNL-Aqv5F1-App5V1-AsFQFn-Aa6aG9-Aqv6id-Aa6bbA-Aqv2xN-Aqv2jb-4HBuMQ

Wedge, chipbreaker, iron (bottom sides). Credit: Damien Pollet, 2011

Dans le même temps, Denis Roynard, président du SAGES, a fait un discours sur l’instrumentalisation de l’avis du CNESER par le gouvernement après l’exament de la LPR. Denis Roynard a ensuite, comme la CGT et Sud Recherche, quitté le CNESER.

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin

Nos collègues d’Amérique latine savent d’expérience les dangers qui menacent à l’heure de dérives autoritaires. Plus de 30 associations, réseaux, groupes de recherche et 170 signataires (Brésil, Colombie, Argentine, Équateur, Mexique…) manifestent leur soutien, en même temps qu’à moi, à tou.te.s les collègues en France «victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement». Merci!
(Eric Fassin)

« Il vaut mieux se plaindre d’une bougie que de vivre dans l’obscurité ». Paris, juin 2018. Photo: Cristina Del Biaggio

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin (professeur à Paris 8 – Vincennes – Saint Denis, chercheur au Laboratoire d’études sur le genre et la sexualité et membre fondateur de l’Internationale du genre).

Une fois de plus, notre collègue Éric Fassin a été menacé de mort. Aujourd’hui, la menace de décapitation vient de Twitter, réseau social sur lequel cet enseignant est très actif. Ses recherches sur les questions raciales, les migrations, la sexualité et le genre en font une cible pour l’anti-intellectualisme des extrémistes politiques ; même quand ils sont peu organisés, ces groupes font beaucoup de bruit. Ils accréditent l’existence d’un complot contre la civilisation qu’ils nomment : « idéologie du genre ».

Éric Fassin est menacé parce qu’il est un intellectuel qui se bat. Il répond aux médias chaque fois qu’il est sollicité et ne craint pas de revendiquer ses engagements politiques en faveur de libertés radicalement démocratiques.

Nous, professeurs.euses et chercheurs.eures brésiliens.ennes et d’Amérique latine, sommes solidaires avec le professeur Éric Fassin, un intellectuel qui a été une présence constante dans les événements universitaires importants qui se sont tenus dans notre pays. Il est partenaire de projets de recherche qui lient le Brésil et la France à la recherche de réponses à des questions qui nous mobilisent toutes et tous, comme celles liées aux droits humains et au droit et à la dignité d’existence de groupes sociaux qui ont été historiquement subalternisés.

Le dialogue est un instrument fondamental de et pour la démocratie. Le dialogue implique de promouvoir des relations symétriques et respectueuses, de savoir écouter et de mobiliser la communication pour la paix dans la recherche de solutions collectives. Les attaques télégraphiques sur les réseaux sociaux, qui peuvent aller jusqu’aux menaces de mort, favorisent la haine et montrent que les extrémistes n’ont pour argument que de réduire au silence radical ceux qu’ils désignent comme leurs adversaires. Malheureusement, ce phénomène politique se révèle d’une ampleur mondiale ; face à cela, nous ne pouvons pas garder le silence. Soyons une résistance au démantèlement de toutes les institutions qui encouragent la libre pensée.

À l’heure où le Brésil, et le monde, traversent une vague conservatrice, extrémiste, antiscientifique et qui nient la domination sexuelle et raciale, il est fondamental que nous nous unissions et luttions pour stopper les reculs dans le domaine des droits sociaux et politiques et pour pouvoir avancer vers un monde plus solidaire et démocratique.

Notre solidarité avec le professeur Éric Fassin s’étend à tou.tes les chercheurs.euses victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement dans des projets citoyens et dans la transformation des institutions autoritaires.

(Liste des signataires et traduction en espagnol et portugais de la déclaration ici)

Communiqué de presse contre l’interdiction de la manifestation du 24 novembre

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dénoncent l’interdiction de la manifestation prévue à Paris le mardi 24 novembre contre la loi de programmation de la recherche. Elles appellent, dans le respect des règles sanitaires demandées, à participer massivement au rassemblement autorisé place Jussieu à 14h « pour que la Loi de programmation de la recherche reste lettre morte ».

La direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris a interdit la manifestation organisée par les syndicats et associations de l’ESR le 24 novembre, qui devait prendre la forme d’un défilé reliant la place Jussieu à la rue de Varennes. Elle a accordée uniquement une autorisation pour un rassemblement place Jussieu à 14h.

Elle indique que cette restriction de la liberté de manifestation prend appui sur « un avis sanitaire sur les manifestations revendicatives rendu le 9 novembre 2020 », par lequel « le directeur général de l’agence régionale de santé d’Île-de-France considère que seules les participations organisées de manière statique sont susceptibles d’éviter le brassage des populations et donc de prévenir la propagation du virus, ou du moins la ralentir fortement ». Une interdiction générale des défilés et cortèges aurait donc été établie en Île-de-France le 9 novembre, sans que nul n’en ait été informé et sur la seule base d’un « avis sanitaire » du directeur général de l’agence régionale de santé ?

Comment croire que confiner des manifestant.·es sur une place est moins risqué sur le plan sanitaire qu’un défilé dans les rues de Paris ? Nous rappelons que le 13 octobre une manifestation du personnel de l’ESR à Paris a pu se dérouler dans de très bonnes conditions et dans le respect des règles sanitaires avec accord de la préfecture de police de Paris.

Nous ne comprenons pas cette décision qui outrepasse les pouvoirs que la loi reconnaît au préfet d’interdire une manifestation précisément déterminée, s’il considère, sur la base d’éléments objectifs et sérieux, que cette manifestation, par les conditions dans lesquelles elle est prévue, est de nature à susciter des troubles à l’ordre public, du point de vue de la sécurité publique, de la tranquillité publique ou de la salubrité publique.

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne considèrent pas que la liberté de manifester puisse dépendre du seul bon vouloir du préfet de police. A l’évidence, l’interdiction du défilé prévu le 24 novembre, parce qu’elle révèle une interdiction générale de tout cortège ou défilé en Île-de-France à compter du 9 novembre, excède les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi.

Les organisations syndicales et les associations appellent le personnel de l’ESR à se rassembler nombreux le 24 novembre place Jussieu à Paris pour renouveler notre opposition toujours aussi vive contre la loi de programmation de la recherche et signifier par notre présence notre détermination à préserver nos droits fondamentaux.
Vous pouvez télécharger l’attestation de déplacement dérogatoire ici.

Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE

La LPR démolit deux institutions fondamentales de l’Université

Intervention de Rafaëlle Maison, professeure de droit public, dans un conseil de l’Université Paris-Saclay, le 19 novembre 2020. Parution originale sur Université ouverte.

Chères et chers collègues,

Je m’exprime comme universitaire, spécialiste de droit public, de droit international et des droits fondamentaux des personnes et des peuples. Sans être véritablement surprise, je suis sidérée par la gravité des atteintes portées aujourd’hui à nos institutions. Je me limiterai ici, car j’ai promis d’être brève, aux derniers amendements qui ont généré un sursaut de colère dans notre communauté.

Les derniers amendements donc, qui ont été introduits au Sénat, en dernière minute, sans avoir jamais été discutés avant, ont particulièrement choqué les universitaires. Dans la forme d’abord : soutenus par le gouvernement, et probablement par un certain nombre de présidences d’université, ils viennent aggraver, dans la dernière phase d’un processus législatif accéléré, dans un contexte où la mobilisation est quasiment impossible, un texte déjà très destructeur de nos institutions.

Si nous avons évité de justesse la remise en cause radicale de nos libertés académiques, par leur limitation aux « valeurs de la République », en revanche, deux institutions considérées comme fondamentales par nombre d’entre nous, sont mises en péril.

Continuer la lecture

Représentation étudiante : le bruit et l’odeur

Il existe au coeur des universités, de nombreuses instances, pour la plupart régies par le Code de l’éducation, ou à défaut le réglement intérieur. Certaines invitent des représentant·es ou des syndicats étudiants. Représentation, pourtant, ne veut pas dire citoyenneté : à l’université, quelle place est donnée à la parole étudiante ? Pour les instances définies dans le Code de l’éducation, on peut se demander si les nobles principes imposés par le législateur ne posent pas problème aux primi inter quasi pares — les enseignant·es-chercheur·ses. L’an passé, Academia avait relaté la saga CFVU de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où le détournement des principes légaux confinait à de l’abus de pouvoir au plus haut niveau ministériel. En cette période de refondation de l’université, il nous semble utile de continuer à contribuer à la réflexion sur la démocratie universitaire, telle qu’elle est actuellement pratiquée par les enseignant·es-chercheur·ses, les agents BIATSS et des étudiant·es, en particulier en son cœur : la formation.

Arrêtons-nous des instances créées récemment par l’arrêté du 22 janvier 2014, en son article 5 : les conseils de perfectionnement.

Article 5. Dans le cadre de la politique de l’établissement, des dispositifs d’évaluation sont mis en place pour chaque formation ou pour un groupe de formations, notamment à travers la constitution de conseils de perfectionnement réunissant des représentants des enseignants-chercheurs, des enseignants, des personnels bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé, des étudiants et du monde socioprofessionnel.
Une évaluation des formations et des enseignements est notamment organisée au moyen d’enquêtes régulières auprès des étudiants. Cette évaluation est organisée dans le respect des dispositions des statuts des personnels concernés.
Ces dispositifs favorisent le dialogue entre les équipes pédagogiques, les étudiants et les représentants du monde socioprofessionnel. Ils éclairent les objectifs de chaque formation, contribuent à en faire évoluer les contenus ainsi que les méthodes d’enseignement afin de faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité. Ces dispositifs peuvent également servir de base à l’évolution de la carte de formation de l’établissement en cohérence avec la politique de site.
Les résultats des évaluations font l’objet de présentations et de débats au sein des équipes pédagogiques, du conseil de perfectionnement, du conseil de la composante concernée et de la commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique ou du conseil de l’établissement qui a compétence en matière de formation.

L’intention du législateur, en 2014, est parfaiement clair : la formation nécessite de constants ajustements, peu compatibles avec la rigidité des maquettes. Le « dialogue » entre enseignant·es et étudiant·es, étayé d’évaluations mais aussi d’échanges, en faisant particulier personnels de bibliothèques et autres agents contribuant à la formation, doit ainsi conduire non seulement à des débats au sein des équipes pédagogiques, mais surtout  « faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité ». Pourtant, il peut y avoir un monde entre ces principes légaux et leur mise en œuvre.

Academia publie le témoignage d’étudiant·es invité·es au conseil de perfectionnement dit « conseil pédagogique » d’un Master recherche pendant l’hiver 2019-2020, alors que la mobilisation contre la précarité, les retraites et la LPR avait gagné l’établissement. Récit d’un non-dialogue ou d’une mise à distance.

https://www.flickr.com/photos/stephen63/30927235911/in/photolist-P7WaKn-7P4TTs-25XjYFo-8DSEFz-HFX9Zy-vcPiRG-5Dycra-Ea6kv-9xWtdU-ebMgqH-54gPL5-SY9Jik-bixioe-4dTWCy-9FMJVx-26ZqpGk-6qWi5d-awZrHN-Gdk2cF-8VM3ei-4GMCDW-7SBWGP-8qPwoh-4wNJZo-L2h1R6-S5Q5G-dmnvKJ-BHoPHW-hwdP5-iVzn-bXcvGi-fCjTxn-7NSW4K-2rmN6-2fpcz2h-KxDSx-athayM-3cgJSF-2nYM9d-2o7CVR-9qWrx-dCY7xi-CUqESX-8ppwd4-9yyi34-fCBqVC-tNCayK-GFiWfi-a87gFx-TSHwSW

Fallen. Credit: Steve Byrne, 2016


Cet après-midi avait lieu le conseil pédagogique de notre master. Il se trouve que nous sommes réprésentant·es, un peu par hasard, puisqu’aucune élection n’a eu lieu. On ne nous a pas vraiment dit en quoi consisterait ce conseil pédagogique. Simplement que nous étions convoqué·es à participer au conseil une heure après son commencement.

Nous décidons de tenir une réunion entre étudiant·es en amont. Nous sommes alors en pleine mobilisation contre la contre-réforme des retraites et la LPPR. Deux problématiques majeures se dégagent de la réunion étudiante, en premier lieu les problématiques des étudiant·es dans le cadre de la mobilisation, en second lieu les problématiques que nous considérions d’ordre « pédagogique » (problème de maquette, stage, cours etc.)

À la fin de notre assemblée générale improvisée, nous avons décidons de rester en nombre (à 14) pour essayer de participer dès le début du conseil — sans attendre l’heure de notre convocation une heure plus tard. Nous avons donc attendu nos enseignant·es devant la salle de la réunion. En nous voyant, iels réitèrent le fait que nous ne sommes pas convié·es pour ce début de réunion. Nous leur proposons de leur remettre un document résumant la réunion que nous avons tenue en amont : iels refusent sous prétexte que « ce n’est pas une assemblée » , « aucune décision ne sera prise » , « on discutera après un peu avec vous »,  « on les connaît déjà vos revendications ». Face à cette situation, nous décidons de laisser passer l’heure pour revenir plus tard. Nous en profitons pour rédiger un texte plus précis, cohérent pour expliquer les situations et les problématiques.

Continuer la lecture

Couples s’éloignant de ce qu’ils ont détruit sans se retourner… #régionales2021

Sur une idée de Julien Gossa, avec l’aide de @SpaceLada

Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Continuer la lecture

Chez les étudiant∙es, la crise sanitaire se paie au prix fort

Academia avait recensé pendant le premier confinement les enquêtes sur les condtions d’études très dégradées, et avait publié les résultats pour Rennes-2, seule enquête menée à l’échelle de l’université par la présidence. Parmi les étudiant·es,les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise, comme le rappelle Modibo Massaké.

Avec le plaisir d’accueillir dans sa rédaction un nouveau rédacteur, Ugo Thomas, Academia se donne comme nouvelle mission de recenser les initiatives locales, enquêtes comme initiatives, à l’instar de Cop’1, association de soutien alimentaire. #ResistESR

  • par Ugo Thomas, Union Pirate, Université de Rennes-2

Depuis le reconfinement, la réalité de nombreux étudiant∙es a été, à nouveau, complètement bouleversée. Alors qu’écoles, collèges et lycées ont été maintenus ouverts, les établissements du supérieur n’ont pas connu le même sort puisque l’accueil des étudiant∙es, à de rares exceptions près, y a été suspendu. Pour mesurer les conséquences de cette situation, l’Union Pirate, le premier syndicat étudiant rennais a non seulement mené des initiatives de solidarités mais également lancé une grande consultation des étudiant∙es de l’Université Rennes 2. Entre le dimanche 8 novembre et aujourd’hui, cette consultation a reçu près de 4 000 réponses. Ce chiffre, qui représente plus de 18% des étudiant∙es inscrit∙es, nous permet d’observer un certain nombre de phénomènes et en particulier les nombreuses difficultés des étudiant∙es.

Plus de deux tiers des étudiant∙es ne se sentent pas bien, près de quatre cinquièmes rencontrent des difficultés

Sur le lieu de leur confinement, 57,1% des étudiant∙es se déclarent confinés chez leurs parents contre 42,9% dans leurs logements (25,2% en appartement individuel, 12,1% en colocation et 5,5% en cité universitaire). Quel que soit le lieu où ils sont confinés, une grande majorité des étudiant∙es rencontrent des difficultés. Ainsi, seuls 41% des étudiant∙es disent se sentir bien et seuls 20,9% ne rencontrent aucune difficulté. À l’inverse, 56,9% des étudiant∙es déclarent rencontrer des difficultés scolaires, 36,7% des difficultés psychologiques, 23,1% des difficultés financières et 6,8% des difficultés liées à la santé. Dans 92% des cas, ces difficultés ont pour origine ou ont été amplifiées par la crise actuelle (42,6% provoquées par la crise, 49,4% aggravées par la crise).

Continuer la lecture

Le prohibited impact factor et le verrounet scientifique

Une sur-représentativité écrasante des rangs A dans les conseils d’administration des universités

Academia, qui accueille parmi ses membres Romain Biard, s’intéresse depuis longtemps aux modes de représentation dans le fonctionnement bien spécifique de la « démocratie universitaire ». La loi de 1984 dites loi Savary prévoyait un collège unique pour les enseignant·es-chercheur·ses. Et que c’est le Conseil Constitutionnel par en considérant le Professeur d’Université devait « avoir une représentation propres et authentiques » qui a imposé ce système inégalitaire 1.

Lumière sur la représentation différentielle des agents de l’université de Franche Comté, à partir de l’élection qui vient de se dérouler à Besançon, pour sa présidence.

  • par Romain Biard, Université de Besançon

L’organe décisionnel au sein des universités est le conseil d’administration. En particulier, ce sont ses membres qui en élisent le président ou la présidente. C’est l’article L712-3 du code de l’éducation qui fixe sa composition. On y retrouve donc des représentants du personnel, des étudiants et également des personnalités extérieures.

Les personnels sont divisés en trois collèges :

  • le collège A – professeurs d’université ou assimilés ;
  • le collège B – autres enseignants-chercheurs, enseignants et personnels assimilés qui n’appartiennent pas au collège « A » ;
  • les personnels Biatss.

L’article L712-3 laisse une certaine latitude aux établissements pour définir le nombre de représentants auquel a le droit chaque collège. Les enseignants et/ou chercheurs peuvent donc en avoir entre huit et seize, avec la moitié pour chaque collège, A et B. Les Biatss en ont entre quatre ou six.

Cela peut paraître assez équilibré à première vue mais ce ne l’est pas du tout, bien au contraire. En effet, les effectifs au sein des universités ne sont pas du tout de même grandeur.

Prenons l’exemple de l’Université de Franche-Comté dans laquelle le processus électoral vient de se terminer.

Le collège A élit 8 représentants et compte 276 électeurs inscrits. Le collège B en élit donc également 8 mais compte 1038 électeurs. Les personnels Biatss n’ont que 6 représentants pour 1149 inscrits. Ainsi, un élu A représente 35 de ses pairs alors qu’en même temps un élu B en représente 130 et un élu Biatss 192.

Clairement, le poids des A dans le conseil d’administration, et donc dans toutes les décisions importantes de l’université est démentiel.

Continuer la lecture

  1. Merci à @SchwartzVidal pour cette information que nous ajoutons, ainsi que le lien vers la décision du Constitutionnel. @SchwartzVidal ajoute : « Il faut comprendre les membres du Conseil Constitutionnel de l’époque. C’était un « gouvernement socialo-communiste » qui dirigeait la France. On commence par un collège électoral unique dans les établissements d’Enseignement Supérieur, on termine avec les soviets ». []

Dérive liberticide pour la recherche, par Stéphane Foucard. Le Monde, 21 novembre 2020

En passant

« La recherche n’échappe pas à la dérive liberticide »

Dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », revient sur la loi de programmation de la recherche, dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Chronique. L’action du gouvernement est marquée par une dérive liberticide qui inquiète jusque dans les rangs de la majorité. Cette érosion des libertés, sans doute inédite en France à l’échelle des dernières décennies, va au-delà de quelques dispositions controversées du projet de loi dite « sécurité globale », examiné ces jours-ci par les députés, et sur lequel l’attention médiatique est focalisée.

De fait, il est surprenant que le gouvernement d’un pays démocratique manifeste, dans un même élan législatif, la volonté d’interdire de facto la diffusion d’images des forces de l’ordre par les journalistes et les particuliers, et celle de permettre la surveillance de la population par des drones, dans une étourdissante variété de situations (le recours à la reconnaissance faciale n’étant à ce stade pas exclu).

La recherche n’échappe pas à cette dérive liberticide. Adoptée par le Sénat le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche (LPR) est dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Continuer la lecture

Le décompte des votes de la LPR au Sénat : un scrutin sans surprise

La fabrique de la loi #78

← Article précédent

Article suivant­ →

Mise à jour du 29 novembre : prise en compte de l’inscription sur le registre des déports de la sénatrice LR Sophie Primas (qui avait voté « pour ») et du souhait de voter « contre » de la part de trois sénateur·rice·s RDSE ayant voté « pour » (Maryse Carrère, Guylène Pantel et Jean-Yves Roux).

Tout comme pour le vote de l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, les sénateurs et sénatrices qui ont voté·e·s pour la loi de programmation de la recherche ont été étonnamment discret·ète·s sur l’adoption au Sénat le 20 novembre 2020. Ainsi, aucun tweet de la part de Jean-François Rapin ou bien de Laure Darcos, qui était pourtant la rapporteure de la loi pour le Sénat. Julien Bargeton n’a lui fait que retweeter les auto-congratulations de la ministre Frédérique Vidal. Si Stéphane Piednoir s’est bien fendu d’un tweet personnel, il rappelle tout de même une certaine déception de ce texte. Cela n’aura pas empêché de voter un prétendu « compromis ».

Notons aussi que si Les Républicains ont voté unanimement contre à l’Assemblée Nationale, ils ont voté pour au Sénat. Doit-on y voir un soutien à la rapporteure Laure Darcos, plus qu’une réelle envie de voter la loi ?

Destroyed, by Renata Mascarello, 2018.
— Casa abandonada, posteriormente incendiada e demolida em 2017, localizada nas escadarias do Parque Getúlio Vargas (Macaquinhos).

Tableau des votes par groupe

Groupe Pour Contre Abstention/Ne votaient pas
LR1 145 0 3
SER 0 65 0
UC 51 1 2
RDPI 23 0 0
CRCE 0 15 0
RDSE 11 (8)2 2 (5)2 2
LI–RT 13 0 0
E–ST 0 12 0
Sans groupe 0 0 3

1Prise en compte du déport de Sophie Primas qui avait voté « pour ».
2
En prenant en compte ceux et celles qui auraient souhaité voter « contre ».

Détail des votes

Continuer la lecture

À bon entendeur

#ResistESR

Nous faisons notre possible pour récolter ces informations.

Je signale que ce surcroît de travail administratif s’ajouteau surcroît de travail dû au passage à distance,

lequel s’ajoutait déjà au surcroît de travail dû à l’organisation bouleversée depuis la rentrée,

qui s’ajoutait lui-même au surcroît de travail qu’on nous demande habituellement.

Il me semble qu’on pourrait largement décentraliser et laisser les départements adapter leur travail en réponse à un contexte sans cesse changeant,

tout en leur proposant des services et de l’aide plutôt qu’en leur réclamant du travail supplémentaire.

Lu sur Twitter. Crédit photo: Kentucky Photo File, 2015