***Dissent in European (and beyond) higher education***

Partout en Europe et au-delà, les étudiant-es et le personnel se soulèvent contre les faibles rémunérations, les lourdes charges de travail entraînant surmenage et burn out, une précarisation des emplois, l’évaluation néo-manageriale ou encore le financement de la recherche par projets.

Everywhere in Europe and beyond, students and staff are riotting against low pay, work overload, burn outs, contractualisation, neomanagerial evaluation or again research funding project.

Photo: Sur le piquet de grève à Cambridge, 20.02.2020

Réseaux, collectifs et associations mobilisés dans les différents pays européens – work in progress (n’hésitez pas à nous signaler d’autres collectifs)

    • ALLEMAGNE

      • Educational Workers union (GEW) (Adjunct Lecturer Initiative in Germany)
      • NGAWiss (Netzwerk für Gute Arbeit in der Wissenschaft) – The “Network for Decent Labour in Academia” is an open, transregional association of initiatives and individuals from mid-level academia across Germany. Being primarily the voice of mid-level scholars and employees and an advocacy of their interests, we nevertheless stand for decent working conditions in academia for all status groups. We fight for a comprehensive democratisation of universities and research institutions. The network of the repressed 93% cohort with temporary contracts due to precarious measures and lack of diversity in conventional German higher education system.
    • ITALIE
      • adi (Associazione dottorandi e dottori di ricerca in Italia) – ADI est l’association qui représente et protège les doctorants, les chercheurs et les jeunes chercheurs et s’efforce de donner plus de valeur au titre de docteur. Actuellement, l’ADI est présent sur le territoire national avec plus de 30 bureaux locaux.
      • ARTeD (Ricercatori a tempo determinato) – L’Association des chercheurs temporaires, ARTeD, est née du besoin d’un groupe de chercheurs avec des contrats à durée déterminée (RTD) et appartenant à différentes universités italiennes de s’unir, de clarifier les problèmes liés à la contractualisation, de se proposer comme interlocuteurs de divers sujets institutionnels (universitaires, ministériels et politiques) et de participer activement à la défense et à la promotion de la recherche et des chercheurs dans le monde universitaire
      • Rete 29 aprile – Ricercatori per una Università pubblica, libera e aperta (Chercheurs pour une université publique, libre et ouverte)
      • ROARS (Return on Academic Research) – The website ROARS was founded on September 2011 by eight academics and researchers. ROARS is one the most important Italian forums for discussion concerning research and higher education policies
    • ROYAUME-UNI
      • UCU (University and College Union) – The UCU represents over 120,000 academics, lecturers, trainers, instructors, researchers, managers, administrators, computer staff, librarians and postgraduates in universities, colleges, prisons, adult education and training organisations across the UK
    • SUISSE

      • ACIDUL (Association de l’Université de Genève pour la Relève Académique de la Faculté des Sciences de la Société) – AGRASS œuvre à la représentation et la promotion des intérêts du corps des collaborateur.rice.s de l’enseignement et de la recherche (CCER) et des doctorant.e.s de la Faculté des sciences de la société (SDS) à travers des actions collectives dans le but de promouvoir la relève et de garantir un enseignement et une recherche de qualité.
      • actionuni (actionuni le corps intermédiaire académique suisse) – actionuni represents young researchers as well as the associations of non-professorial academic staff of the Swiss cantonal universities, the Federal Institutes of Technology, the Swiss Universities of Applied Sciences, and the Swiss Universities of Teacher Education on the Swiss national as well as the international level. actionuni’s objectives are to improve the academic career tracks and to coordinate the activities of the Swiss associations of non-professorial academic staff.
      • AGRASS (Association de l’Université de Genève pour la Relève Académique de la Faculté des Sciences de la Société) – AGRASS œuvre à la représentation et la promotion des intérêts du corps des collaborateur.rice.s de l’enseignement et de la recherche (CCER) et des doctorant.e.s de la Faculté des sciences de la société (SDS) à travers des actions collectives dans le but de promouvoir la relève et de garantir un enseignement et une recherche de qualité.
      • PIR – Programme Indépendant de RechercheNous sommes des milliers de chercheurs précaires à être tributaires d’un système de financement de la recherche qui nous rend soit invisibles – en nous excluant – soit médiocres – en nous forçant à nous plier à des critères d’excellence définis selon des paramètres externes à nos disciplines. Pour autant, en parvenant à maintenir nos têtes au dessus de l’eau sur la longue durée, en continuant à écrire et à faire des recherches dans des conditions difficiles, nous sommes devenus des super-humains, doués d’une endurance redoutable. Le PIR est là pour décupler nos forces et pour mettre en commun nos énergies, au moment même où les notions de «collectif» et de «liberté» – pourtant essentielles à la recherche – sont mises à mal par les modèles du «génie solitaire» et du «projet de recherche pré-formaté» tels que proposés par les institutions de financement. C’est parce que nous refusons de nous plier à ces règles qui rendent la recherche stérile que nous avons créé le PIR. La recherche libre est encore possible si nous nous mettons ensemble pour en redéfinir les fondements et pour explorer de nouvelles possibilités de collaborations. Le PIR est à venir, mais le PIR est aussi avenir!
    • TURQUIE
      • Academics for peace (Académiciens pour la paix) – L’une des stratégies de résistance développées par les universitaires qui s’opposent aux politiques contemporaines de guerre de l’État turc a été la création d’Académies solidaires qui ont vu le jour en Turquie au printemps 2016. Il existe aujourd’hui en Turquie 11 Académies solidaires ainsi que des réseaux de solidarité internationale pour les universitaires en exil. Les chercheur·ses qui participent à ces académies proviennent de toutes les disciplines et représentent tous les niveaux de la hiérarchie universitaire: étudiant·es, doctorant·es, professeur·es – A lire: “Produire des savoirs en situation d’Etat d’urgence de la Turquie à Grenoble” publié dans Pour une géopolitique critique du savoir, 2019.

Rémunération et conditions de travail – Low Pay and Work Condition

Santé au travail – Occupational Health in Higher Education

      • SUISSE – 02/02/2020 – « Malaise dans la recherche », opinion de Nadia Cattoni paru dans le quotidien suisse Le Temps.
      • PAYS-BAS – 29/01/2020 – « De leerfabriek. Burn-outcrisis op universiteiten » (Crise de burn-out dans les universités) – Si le nombre d’étudiants dans les universités néerlandaises a fortement augmenté ces dernières années, le budget de la recherche est resté le même. C’est en partie pour cette raison que les scientifiques ont un risque accru d’épuisement professionnel.
      • SUISSE – 23/01/2020 – « Une relève académique en souffrance », opinion de Daniel Burnier, Nicola Cianferoni, Jacinto Cuvi, Thomas Jammet, Miriam Odoni (post-doctorant-e-s en sociologie, Université de Neuchâtel) paru dans le quotidien suisse Le Temps.
      • SUISSE – 08/01/2020 – «Burn-out en série chez les chercheurs genevois», Tribune de Genève – Le monde académique est devenu un environnement de travail toxique. L’article offre un témoignage éclairant sur une réalité méconnue. Il souligne que les conditions de travail très précaires sont le lot commun des doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et autres enseignant-e-s et chercheurs-euses réuni-e-s sous l’appellation de «corps intermédiaire» – et ce pendant de longues années: contrats à durée déterminée et à temps partiel, salaires insuffisants, dépendance personnelle aux professeur-e-s, problèmes de management, inégalités de traitement, harcèlement, multiplication des burn-out.

Financement de l’enseignement supérieur et de la recherche – Funding for higher education and research

      • ITALIE – 02//2020 – Disintossichiamoci – Sapere per il futuro (traduction disponible ici: Désintoxiquons-nous – Savoir pour l’avenir) – Appel provenant d’Italie: Ce dont on a besoin aujourd’hui, c’est réaffirmer les principes qui protègent le droit de l’ensemble de la société à un savoir, un enseignement et une recherche libres — afin de protéger le tissu même de la démocratie — et, pour cette raison, protéger ceux qui se consacrent à la connaissance. Ce qu’il faut, c’est un choix de domaine, capable de distinguer d’en bas ce qui résiste en tant que force critique, la capacité à discriminer, à distinguer ce qui ne peut plus être tenu ensemble: partage et excellence, liberté de recherche et néo-évaluation, formation de qualité et fourniture rapide de main-d’œuvre bon marché, libre accès à la connaissance et monopoles du marché.
      • ROYAUME UNI – 03/02/2020 – Market economics has driven universities into crisis – and we’re all paying the price, by Owen Jones
      • ITALIE – 09/01/2020 – Un inverno caldo: chiamata per la mobilitazione per l’Università pubblicaCommuniqué sur les discussions en cours en Italie autour de la Loi finance pour 2020. Dans le communiqué on explique que les chiffres de la loi sont alarmants. Depuis 2008, l’investissement public dans l’Université a perdu 1,5 milliard d’euros. Les crédits alloués avec ce budget sonnent comme une plaisanterie: 5 millions d’euros pour le refinancement du Fonds ordinaire des universités italiennes; 31 millions pour le financement de bourses d’études pour les étudiants – argent qui peut couvrir les besoins d’environ 10% de la population étudiante; 25 millions pour l’ouverture d’une nouvelle agence (Agence nationale pour la recherche), appelée à diriger, selon des modalités encore floues, les activités de recherche en Italie.
      • ITALIE – 02/11/2019 – Università, basta col baronato e la sottomissione all’economia. Serve rilanciarla con urgenza (L’université, stop au mandarinat et à la soumission à l’économie) – Opinion de Fabio Marcelli
      • ITALIE – 07/10/2019 – Università: l’evoluzione 2000-2019 dell’organico docente. L’analisi del CNU (Université: l’évolution 2000-2019 du corps enseignant. L’analyse de la CNU) – Un rapport publié par le Comité national universitaire (CNU) italien met en évidence les questions critiques et les marges de faisabilité de la réforme de l’enseignement universitaire, en s’appuyant sur une analyse détaillée de l’évolution du corps enseignant, ventilée par rôles et domaines disciplinaires.