Financements de master

Cette section vise à rassembler en un lieu facile d’accès toutes les informations relatives aux financements divers et variés accessibles aux étudiant.e.s de master recherche en sciences humaines et sociales. Les informations sont à ce jour extrêmement éparpillées, ce qui induit une réelle inégalité des candidat.e.s. Cette page est participative, et tout le monde peut faire parvenir des informations qui y seront ajoutées.

L’équipe d’Academia tient à remercier Deborah Dubald, à l’origine de l’idée, et Claire Maligot, qui a fourni le document princeps.

Attention : l’exhaustivité et l’exactitude de cette page ne peut être assurée, malgré tous nos efforts. Les étudiant.e.s sont en particulier vivement invités à vérifier les conditions, les dates de candidature et les montants auprès des institutions elles-mêmes. L’inclusion ou non des masterant.e.s 1 et 2 dans les aides à la mobilité des UMIFRE semble par exemple pouvoir varier d’une année sur l’autre.

Annonces ponctuelles

  • Dans le cadre du projet ANR/DFG ARCHITRAVE, le Centre de recherche du château de Versailles propose un CDD de 2 mois d’assistant de recherche et documentation, accessible aux master 2 en histoire de l’art/architecture moderne.

Bourses nationales

Bourses locales

  • Histoire du genre : bourse de recherche de la ville de Paris pour les études de genre, sans spécification du niveau d’études retenu, mais pour des étudiants inscrits à Paris. Dossier à déposer avant le 1 octobre.
  • Histoire de l’antisémitisme et de la xénophobie : bourse de recherche de la ville de Paris pour les études sur l’antisémitisme et la xénophobie, sans spécification du niveau d’études retenu, mais pour des étudiants inscrits à Paris. Dossier à déposer avant le 1 octobre.
  • Histoire et patrimoine local : la commune de Romans-sur-Isère offre une bourse de recherche à destination des étudiant.e.s en master et doctorat consacrant leurs recherches à son histoire et son patrimoine. Dossier à déposer avant le 1er octobre.
  • Le département de la Drôme propose des bourses annuelles de soutien à la recherche pour les étudiants en sciences humaines et sociales, du master 1 au doctorat.

Prix

Séjours de courte ou moyenne durée en France

Certaines Archives départementales, et donc certains conseil généraux, offrent des aides pour les déplacements. Pour chaque institution et chaque année, il faut se renseigner auprès du service concerné.

Séjours de courte ou moyenne durée à l’étranger

De manière générale, il faut penser à consulter le site internet de l’ambassade française dans le pays d’accueil : certaines d’entre elles recensent également les offres de stage, de formation et les possibilités de financement dans le cadre d’accords bilatéraux spécifiques. De même, il faut penser à se tourner vers les groupes de recherche existant sur des aires régionales spécifiques, ainsi que sur le réseau des écoles françaises à l’étranger et celui des unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE).

Si certaines offres sont octroyées avec une régularité annuelle depuis de nombreuses années, il ne faut pas oublier que, dépendant des financements publics ou privés, certains postes peuvent ne pas être mis au concours d’une année sur l’autre.

Général

Avant toute chose, consulter les offres du programme Erasmus+, qui appuie la mobilité étudiante à l’échelle européenne, mais aussi hors UE. En particulier, les possibilités de master conjoint peuvent être intéressantes. Le portail Ploteus centralise en outre un nombre important d’opportunités.
En France, le “complément Erasmus”, en cas de mobilité à l’étranger, est réservé aux étudiants déjà boursiers sur critères sociaux. Il existe en outre des aides spécifiques disponibles pour les étudiants boursiers.

Le ministère des Affaires étrangères propose des aides à la mobilité, des programmes spécifiques et des offres de stage.

L’Institut de France offre lui aussi quelques possibilités, en particulier les bourses Walter Zellidja, de l’Académie française, et les bourses de l’Académie des inscriptions et belles lettres.

Enfin, il existe des aides à la mobilité financées par les régions, les départements, les communautés de commune et les communes, trop nombreuses pour être recensées ici : nous ne pouvons que vous encourager à explorer tous les niveaux du millefeuille. De même, il existe de nombreux programmes d’échange bilatéraux, beaucoup trop nombreux pour être recensés ici.

Allemagne

  • Le Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) est l’office allemand d’échanges universitaires ; il propose une série de programmes de bourses d’études, en général pour des études de longue durée (10 à 24 mois) à l’échelle du master, les bourses de courte durée étant plutôt à destination des doctorants.
  • Le Centre interuniversitaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) propose des bourses de mobilité vers les pays germanophones (Autriche, Allemagne, Suisse), pour trois mois maximum (non renouvelable). Deux sessions sont organisées, au printemps et à l’automne.
  • L’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) offre quelques bourses et stages pour les moins de 31 ans, généralement centrées sur des projets artistiques ou professionnels, mais pas uniquement.
  • Le Centre Marc Bloch, localisé à Berlin, propose des aides réservées aux doctorants, mais il existe des possibilités de stage au niveau master.
  • L’Institut français d’histoire en Allemagne, à Francfort, dispose d’un programme de bourses d’aide à la mobilité, de courte et moyenne durée (deux à six semaines).
  • Les masters habilités par l’Université franco-allemande offrent des aides à la mobilité.
  • Le Bundestag attribue quelques bourses, pour des stages parlementaires.

États-Unis

  • La commission franco-américaine Fulbright, subventionne de manière générale la mobilité vers les États-Unis, et centralise toute une série de programme de bourses de mobilité. Une session annuelle est organisée, close en décembre. Les financements couvrent une année académique (9 à 10 mois), avec un départ à partir du 1er août. Les montants sont compris entre $6 000 et $45 000 en fonction des fondations partenaires, des accords particuliers, et des cumuls possibles. Attention : l’obtention d’une bourse Fulbright ne préjuge pas de l’acceptation du dossier par une université américaine, ce sont deux procédures différentes.

Italie

  • De manière générale, le Centro di Informazione sulla Mobilità e le Equivalenze Accademiche (CIMEA) centralise les informations sur les aides à la mobilité possibles.
  • L’université Franco-Italienne concentre son action sur les doctorant.e.s (programme Vinci), mais offre aussi quelques financements ainsi que des cours binationaux de niveau master (qui prévoient la délivrance de doubles diplômes).
  • L’École française de Rome réserve ses financements de séjours de recherche aux doctorants. Mais depuis quelques années, elle a développé des ateliers de formation et d’initiation à la recherche qui, eux, sont ouverts aux masterant.e.s.

Espagne

  • À la Casa de Velázquez, les aides sont généralement réservées au niveau doctorat, mais l’institution recense aussi les aides disponibles pour les mondes hispaniques et les pays hispanophones.

Grèce

  • À l’École française d’Athènes, les aides sont réservées au niveau doctorat, mais l’institution offre des possibilité de stages. Par ailleurs, l’EFA recense les aides disponibles pour étudier en Grèce.

Royaume-Uni

  • De manière générale, il faut se renseigner sur le site du British Council, comme guide dans les démarches.
  • Le site Prospects recense les aides possibles, y compris en master. Attention, il n’est pas forcément complet pour certaines universités, qui proposent des portails dédiés, en particulier Oxford et Cambridge (voir aussi les pages de chaque collège, par acquis de conscience).
  • La Maison française d’Oxford propose des bourses de recherche pour séjour court, réservées aux doctorants, mais quelques accords existent au niveau master, en particulier avec les ENS.
  • La Knox Scholarship de Trinity College (Cambridge), réservée aux étudiants français, prend en charge l’intégralité des frais d’inscription d’un.e masterant.e à Cambridge, avec une bourse mensuelle

Reste de l’Europe

  • Centre français de recherche en sciences sociales de Prague
  • Centre d’études franco-russe de Moscou

Monde musulman en général

  • Le GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans recense et offre plusieurs subventions en partenariat avec d’autres groupes ou fondations, notamment avec la Fondation de l’Islam de France.
  • L’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) recense offres, prix, aides à la mobilité.
  • La Halqa, association des doctorants en sciences sociales sur les mondes musulmans modernes et contemporains, fait un travail de veille des possibilités de financements, bourses, et prix, existant pour les mondes arabes et musulmans.
  • Dîwân, association des doctorants en histoire des mondes musulmans médiévaux, fait de même pour la période médiévale.

Proche-Orient

Égypte

Israël

  • Le Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ) réserve ses bourses de recherche aux doctorants et aux post-doctorants, mais des possibilités de stage existent pour les étudiants de master (deux mois maximum, donc sans gratification).
  • L’École biblique et archéologique française (EBAF), implantée à Jérusalem, peut offrir un complément à une série de bourses offertes par d’autres institutions, ainsi que quelques bourses propres.

Maghreb

  • L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), implanté à Tunis, semble offrir des aides à la mobilité dès le master 2 (mais le site n’est plus mis à jour depuis 2016).
  • Le Centre Jacques Berque (CJB), à Rabat, offre une bourse de courte durée et une bourse de longue durée chaque année ; la seconde est réservée aux doctorant.e.s, mais la première peut être obtenue dès le master.

Afrique

Asie

Amérique latine