Paris Nanterre: relaxe des militant∙es ! Communiqué de l’UNEF

Suite à la procédure en section disciplinaire intentée par la Présidence de l’Université Paris-Nanterre (UPN) contre 8 militant·es de l’UNEF Nanterre et élu·e·s étudiant·e·s de l’UPN pour leur participation à la mobilisation et à l’occupation des sans-facs de 2021-2022.
Après 2 ans de procédure, la décision de la section disciplinaire est claire: toutes les accusations de violences ou de harcèlement, à l’encontre du personnel de l’université ou de la direction, ainsi que les accusations de troubles à l’ordre, au bon fonctionnement et à la réputation de l’établissement, sont jugées infondées, en raison de l’exercice de mandat syndical des étudiant·es. Les frais d’avocat s’élevant à près de 20 000€, le syndicat lance une cagnotte.

Les militants de l’UNEF Nanterre relaxés par la section disciplinaire!

Après 2 ans de procédures, la section disciplinaire de l’Université Gustave Eiffel (Marne-la-Vallée) vient de relaxer l’ensemble des étudiant·e·s poursuivi·e·s par la présidence de l’Université Paris-Nanterre suite à la lutte des étudiant·e·s sans-facs de l’année 2021-2022 durant laquelle le collectif des sans-facs, soutenu par l’UNEF, a occupé les bureaux du président de la fac, M. Philippe Gervais-Lambony, pour exiger des inscriptions pour ces jeunes sans affectation à l’université.

La décision de la section disciplinaire est claire : toutes les accusations de violences ou de harcèlement, à l’encontre du personnel de l’université ou de la direction, ainsi que les accusations de troubles à l’ordre, au bon fonctionnement et à la réputation de l’établissement, sont infondées. Les accusations de dégradation sont elles aussi rejetées.
Pour rappel, M. Gervais-Lambony avait obtenu le dépaysement de la procédure. Afin d’éviter que nous soyons jugé·e·s par le jury de l’Université Paris-Nanterre, craignant que celui-ci ne lui donne pas raison, le président a obtenu, avec l’accord du recteur de l’Île-de-France, que la procédure soit dépaysée dans une autre université, en l’occurrence celle de Marne-la-Vallée. Malgré cette manœuvre, que nous avons dénoncée et contestée en justice, ce jury a été lucide et n’a pas avalé les mensonges de la Présidence de Nanterre. Il s’agit d’un revers clair pour celles et ceux qui cherchent à criminaliser l’activité syndicale étudiante.
Voici quelques extraits de la décision :

Continuer la lecture

Accueil d’étudiant∙es gazaoui∙es. Un timide début à saluer

Mise en place d’un dispositif de 7 bourses « Palestine » en soutien aux étudiant·es et aux jeunes chercheur.euses affecté·es par la situation humanitaire tragique à Gaza

Version .pdf

Faisant suite à une grande mobilisation des étudiant.es de l’ENS de Lyon, de ses personnels, et des élu.es CGT dans les instances en mai dernier, le Conseil d’Administration du 16 juillet 2024 a voté la mise en place une opération unique:

      • 4 bourses de Master d’un montant de 1000€ par mois
      • 3 bourses de Doctorat d’un montant de 1000€ par mois
      • Accueil garantissant le logement, les soins médicaux, et un accompagnement administratif.

Ce dispositif d’aides exceptionnelles sera mis en place au titre des années universitaires 2024-26.

Nous saluons l’esprit de solidarité des étudiant.es, des personnels et des élu.es CGT qui a animé le débat sur la situation des universitaires palestinien.nes. Nous saluons également la prise de décision de la direction qui a permis de mettre en place ce dispositif exceptionnel de financement destiné aux étudiant.es chercheur.euses palestinien.es.

Cette initiative de l’ENS de Lyon qu’il faut saluer s’ajoute à d’autres dispostifs que nous souhaitons recenser ici.

Bourses d’études France Excellence du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour étudiants gazaouis.Clôture : 16 août 2024.

Qualification CNU 2025. Le ministère plus-en-fonction recule sous la pression

VICTOIRE ! Après 2 jours d’intenses pressinos, le Ministère vient de se dédire. Voici son communiqué : les candidat·es ont jusqu’au 12 janvier pour déposé leur dossier.
Les universitaires encadrant·es et doctorant·ont appris il y a deux jours que les dates de dépôt des dossiers de demande de qualification passant du 12 janvier (2023) au 22 novembre 2024, mettant en danger de nombreuses soutenances de thèse prévues entre novembre et janvier.

Calendrier 2025 des qualifications aux fonctions de maîtres de conférences : extensions des dates de dépôts des dossiers

Publié le 12.07.2024

Depuis la crise sanitaire du Covid-19, une prise en compte des soutenances de thèses dites tardives avait été mise en place pour la qualification aux fonctions de maîtres de conférences et pour les fonctions de professeurs des universités pour les candidats qui ne sont pas déjà maîtres de conférences.

La thèse représente en effet le sésame nécessaire pour demander la qualification aux sections du Conseil national des universités. Cet aménagement permettait de répondre aux difficultés résultant à partir de 2020 des périodes de confinement. L’avancement des thèses de cette époque avait été très sérieusement retardé et les nouveaux docteurs auraient été injustement pénalisés sans mesure correctrice du ministère.

Les effets de la crise sanitaire sur le déroulement des thèses étant désormais résorbés, la campagne de qualification 2024-2025 avait été proposée dans un calendrier signant un retour à la normale. Comme chaque année, le calendrier des opérations de gestion des ressources humaines, dont les qualifications aux fonctions de maîtres de conférences, a fait l’objet d’une concertation entre la direction des ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, France Universités et la commission permanente des sections du Conseil national des universités.

Les dates communiquées pour la campagne de qualification 2024-2025 ont motivé des demandes d’amendement, notamment par les écoles doctorales. Par conséquent, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a décidé de réviser le calendrier afin de prendre en compte, pour une année supplémentaire, les derniers travaux impactés et justifiant d’un report de soutenance.

Calendrier qualification CNU 2025 publié le 10 juillet 2024

Continuer la lecture

François Burgat en garde-à-vue. Communiqué intersyndical, 11 juillet 2024

Un chercheur en garde-à-vue : une nouvelle étape franchie dans les atteintes à la liberté d’expression des universitaires en France

Communiqué intersyndical du 11 juillet 2024

François Burgat, chercheur émérite. Crédit: AMMAR ABD RABBO / MOFA / DOHA FORUM

Nous avons appris le 9 juillet le placement en garde à vue de François Burgat, directeur de recherche retraité du CNRS et spécialiste de l’Islam politique, dont l’expertise est reconnue par des institutions françaises et internationales qui le sollicitent encore aujourd’hui, à 76 ans, sur ce sujet hautement complexe

Francois Burgat était convoqué au commissariat de Police d’Aix-en-Provence pour des faits supposés d’apologie du terrorisme et a effectué sept heures de garde-à-vue pour répondre de son activité universitaire
À l’instar de nombreux collègues, en partageant la vive préoccupation de la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans (https://semomm.hypotheses.org/860), l‘intersyndicale ESR Aix-Marseille est choquée par cette garde à vue ; elle demande aux sociétés savantes et aux tutelles universitaires de soutenir fermement François Burgat et la liberté d’expression de leurs membres. Il est urgent d’engager une véritable politique de protection effective des libertés académiques sur les campus et en dehors.
 
 2ESR-13 CNT
 CFDT Aix-Marseille Université
 CGT FercSup AMU
 CGT FercSup EHESS
 Comité de lutte étudiant∙es AMU
 SNCS
 Snesup AMU
 Sud Education
Sud Recherche
 

CV HAL de François Burgat

 Communiqué du SEMOMM

Dans la presse 

François Burgat en garde-à-vue

Update 18h07

https://x.com/r_chekkat/status/1810680569367335153?t=SG9TzY_XIpIZh0KPeIhe8w&s=19


Nous apprenons à l’instant que François Burgat, entendu dans une procédure pénale à l’hôtel de police d’Aix-en-Provence, vient d’être placé en garde à vue pour “apologie du terrorisme”.François Burgat, politiste émérite et spécialiste d’islam, 76 ans, avait été notifié en mai de son audition.

C’est une étape supplémentaire dans l’atteinte aux libertés académiques et à la liberté d’expression des universitaires, y compris retraités.

Aix-Marseille Université : un campus silencié

En passant

Depuis le 7 octobre, étudiant·es et personnels des universités touché·es par la cause palestinienne tentent de se mobiliser. Un mouvement fortement réprimé par les institutions universitaires. Illustration à Aix-Marseille Université où un silence politique orchestré par l’administration pèse sur les étudiant·es et enseignant·es chercheur·ses1.

  1. Nous reproduisons une photo de l’article avec l’accord de son autrice, en nous excusant de ne pas pouvoir fournir un texte ALT. []

“Constructeurs du présent”. Discours de Shanese Rivera à SciencePo, 24 juin 2024

  • par Shanese Rivera, SciencePo Paris, 29 juin 2024

Madame la directrice de l’École d’Affaires publiques,
Mesdames et messieurs les représentants de l’administration de Sciences Po,
Chères familles
Mes cher∙es camarades,

Je vois les regards interrogateurs et je préfère que l’on en discute tout de suite. Vous vous demandez sûrement pourquoi je me présente à vous vêtue ainsi aujourd’hui. Il faut dire que la vie étudiante est faite de doutes, de découverte constante, parfois d’engagement, mais aussi de quête de soi.

Je porte aujourd’hui ces bijoux ancestraux originaires d’Afrique du Nord, qui auraient pu appartenir à mon arrière-grand-mère. Malheureusement, bien souvent pillés ou revendus après ou lors de la colonisation, ils sont pour d’autres et pour moi un patrimoine à chérir et à faire revivre, dont nous n’avons pas hérité directement. Témoins de traditions communes et plurielles entre différentes communautés d’Afrique du Nord, ces bijoux sont des symboles de résistance aux identités coloniales fabriquées.

Je suis particulièrement fière de les porter pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes, à ma famille, qui ont fait de la lutte pour la liberté leur boussole. Mais plus que de la fierté, je suis aussi émue et surtout reconnaissante d’avoir eu le privilège de poursuivre ces cinq années à l’université et de m’exprimer aujourd’hui devant vous. Alors que d’autres jeunes de mon âge n’ont pas cette chance ailleurs dans le monde, je veux leur prêter ma voix, et notamment aux enfants et étudiants de Gaza, qui meurent sous les bombardements et ont vu ces temples de savoirs s’effondrer devant eux. Parce qu’aujourd’hui, samedi 29 juin 2024, un étudiant ou une étudiante de 24 ans aurait pu être à ma place, debout fièrement devant ses parents et ses camarades, fraîchement diplômé, prêt à réaliser ses rêves d’enfants. Mais le colonialisme, nourri de toutes les haines et d’une volonté destructrice, l’a non seulement assassiné, mais l’a empêché de vivre l’un des plus beaux jours de sa vie, comme il sera probablement le mien actuellement. Pire encore, il tente de faire accepter au monde entier que des êtres humains méritent d’être tués.

Si loin, si proches, ces bijoux fièrement arborés aujourd’hui, à la veille d’un scrutin qui pourrait faire basculer notre pays dans un danger terrible, doivent pourtant être le témoin historique d’une quête de liberté, et un signe d’appartenance à notre humanité commune. Cette formule peut paraître niaise, mais elle est en réalité un signe d’espoir. Espoir de paix, de partage, de liberté.

À vous mes chers camarades, et à toutes celles et ceux qui nous suivront, je veux vous dire que nous devons être fier∙es d’appartenir à une génération qui aspire à vivre dans une société digne et émancipatrice. Parce que la paix, l’égalité et la dignité doivent être des évidences. Notre génération l’a montré à plusieurs reprises, en étant à l’origine de luttes communes contre les violences patriarcales, contre le changement climatique, contre les inégalités sociales, contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les formes de haines, mais aussi pour rappeler au monde entier que les droits humains sont une lutte de chaque instant, qui appelle notre vigilance la plus haute. Alors que beaucoup nous présentent comme les bâtisseurs de l’avenir, nous avons montré et affirmons toujours, que nous sommes aussi les constructeurs du présent.

Je vous remercie.

 

La présidence de la Commission d’Évaluation de l’Inria refuse d’engager la CE face à l’extrême droite

 

Des membres de la Commission d’Évaluation de l’Inria (CE) ont écrit le texte reproduit ci-dessous, qui a été mis au vote parmi les membres de la CE avec les résultats suivants :

    • 43 pour;
    • 0 contre;
    • 0 abstenions;
    • 14 ne souhaitent pas participer au vote.

Cependant, sur décision de la présidence de la CE ((Notons qu’en septembre 2023, un nouveau président de la commission d’évaluation de l’Inria a été nommé par Bruno Sportisse. Ainsi la présidence n’est plus la même que depuis les tentatives de décrédibilisation de l’instance (voir de la précédente présidence) lors de la précédente mandature par Bruno Sportisse.)), ce texte n’est pas une motion de la commission d’évaluation. La présidence de la CE a d’ailleurs tenu à ce que soit rappelé que ce texte était écrit à “titre personnel et en tant que citoyens”.

 

Cette position de la présidence de la Commission d’Évaluation de l’Inria est inquiétante et mérite d’être éclaircie. Elle pose des questions sur la démocratie dans l’instant et le rôle de la présidence.

Texte de la motion proposée par des membres de la Commission d’Évaluation

En phase avec nos collègues de la Coordination des responsables des instances du Comité National de la Recherche Scientifique (C3N) et de l’Académie des sciences quise sont déjà ex primés, la commission d’évaluation (CE) d’Inria exprime sa profonde inquiétude face aux risques que ferait peser un gouvernement d’extrême-droite sur la recherche scientifique à Inria et plus largement en France.

La science se construit de façon collaborative au niveau mondial et se nourrit d’échanges entre personnes d’horizons différents. La confrontation des idées, des
cultures, des schémas de pensée est un facteur essentiel de stimulation de la pensée scientifique. En particulier, l’accueil de chercheurs, de chercheuses, d’étudiantes et d’étudiants étrangers est à la fois une richesse et une nécessité pour la recherche française. Leur recrutement pérenne, dans le monde académique, dans les structures publiques, ou dans le secteur privé, est un élément essentiel du développement de notre société. La politique de préférence nationale de l’extrême-droite, à l’opposé de nos valeurs, est une menace pour nos collègues, nos étudiants, nos partenaires et nos réseaux d’excellence internationaux. Une telle politique serait indéniablement un obstacle à la qualité du travail dans nos laboratoires, et de nature à abimer durablement le rayonnement international de la science française.

La CE rappelle aussi l’importance de deux principes que sont la liberté académique, et le financement de la recherche sur le temps long. Les chercheurs et les chercheuses doivent être libres de leurs sujets de recherche et doivent pouvoir contribuer au discours public sur des questions en lien avec leur domaine de recherche. Les positions de déni scientifique soutenues par l’extrême-droite, par exemple pendant la crise du Covid ou à propos du réchauffement climatique, faisant fi de toute démarche scientifique rigoureuse, nous inquiètent pour le futur de la recherche scientifique en France.

La CE continuera à réaliser ses missions d’évaluation, quoi qu’il en coute, selon les principes de la liberté scientifique, de la valorisation de l’excellence scientifique sous toutes ses formes, et du soutien à toutes les diversités.

 

Update (11 juillet 2024) : on nous rappelle que Bruno Sportisse (le PDG actuel de l’Inria) avait signé l’appel des chefs d’établissement de l’ESR à voter contre Marine Le Pen au 2è tour qui l’opposait à Emmanuel Macron dans une tribune au Monde. On pourrait se demander ce qui a changé entre 2022 et 2024, le fait que la défaite du RN soit moins garantie peut être ?

Revues en lutte : les sciences sociales contre l’extrême droite

La décision du Président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale ouvre un risque historique de voir l’extrême droite arriver au pouvoir, conduisant le pays au bord du gouffre. Dans cette situation dramatique, nous, revues de sciences sociales, ne pouvons pas rester sans réagir, ni nous exprimer.

Le Rassemblement national n’est pas une formation politique de l’arc démocratique. Dans de nombreuses circonstances, l’extrême droite a témoigné de son hostilité pour les sciences sociales, de son mépris pour les personnels qui contribuent à produire une connaissance critique sur les sociétés et de ses engagements à contraindre les libertés académiques. Comme le documentent de nombreuses enquêtes, lorsqu’elle arrive au pouvoir, l’extrême droite réduit les libertés publiques et s’attaque violemment aux droits des minorités (femmes, minorités de genre et sexuelles, immigré·es et minorités racisées, personnes handicapées, etc.). Elle s’attaque également à la recherche en sciences sociales et à celles et ceux qui la produisent, afin de censurer les connaissances scientifiques. Les valeurs, objectifs et méthodes défendues par et dans nos revues sont incompatibles avec les pratiques et avec la vision de la société que porte le RN. Nous refusons la perspective d’une mise au pas de nos recherches, d’une caporalisation des sciences sociales et d’une censure contre les pensées critiques qui ne manqueraient pas de se produire avec un ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche d’un gouvernement RN. Dans une économie de la connaissance qui ne cesse de se paupériser, c’est notre existence même en tant que revues pluralistes qui est menacée. Nous nous joignons aux appels aux personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à se mobiliser contre l’extrême droite et à empêcher qu’elle accède au pouvoir. Nous appelons à nous rassembler autour du programme du Nouveau Front populaire qui porte des valeurs de liberté intellectuelle et scientifique auxquelles nous croyons fermement.

Les 86 revues signataires :

Continuer la lecture

Le Collège de France s’engage

Communiqué du Collège de France en faveur de l’humanisme, de la science et de l’ouverture sur l’Europe et sur le monde. 1 juillet 2024
Alors que notre pays doit élire une nouvelle Assemblée nationale, haut lieu de notre démocratie, le Collège de France appelle les citoyens et les citoyennes, les élues et les élus à un engagement renouvelé en faveur de l’humanisme, de la science et de l’ouverture sur l’Europe et sur le monde.
Dans un monde où les défis globaux tels que le changement climatique, l’effondrement des écosystèmes, les conflits armés, les pandémies et les inégalités sociales se font de plus en plus pressants, alors que se multiplient les contre-vérités et se développent diverses formes d’obscurantisme, nous souhaitons réaffirmer les valeurs humanistes que défend le Collège de France. Ce sont elles qui infusent tous les aspects de la recherche et de l’enseignement qui s’y déploient depuis 1530.
Ces valeurs impliquent un profond respect de la dignité humaine et des droits de l’Homme, de la diversité culturelle et de l’échange intellectuel, ainsi que de l’État de droit, qui seul garantit une complète liberté de pensée et d’expression. Elles incluent la conviction que l’éducation à la pensée critique, le savoir et la culture pour toutes et tous sont des piliers essentiels de la démocratie, de l’égalité et de la cohésion sociale.
Par l’étude des civilisations et des cultures les plus diverses dans le temps et dans l’espace, et la poursuite d’une recherche sans frontières de nationalité, de genre, d’orientation sexuelle ou de religion, le Collège de France continuera de lutter contre le racisme, l’antisémitisme et toute forme de discrimination. Par la promotion d’une connaissance scientifique libre, rigoureuse et désintéressée, il refusera toute instrumentalisation des sciences. Ces objectifs et les valeurs qui les sous-tendent sont et resteront intacts.

“À la fin on va gagner !” Academia toujours sur le pont tant qu’un gouvernement NFP n’est pas nommé

Mis en avant

Manifestation, Paris, 15 juin 2024. Tous droits réservés

Toute la rédaction est mobilisée pour que l’Assemblée nationale présente une distribution des sièges compatibles avec un gouvernement républicain.  Vous trouverez ici des ressources et une extrême motivation !

Continuer la lecture