Aix-Marseille Université “socialement baillonnée”: Pour la liberté d’expression et les libertés académiques !

#Update 11 juin 2024

Pour signer la péition Pour les libertés à l’université d’Aix-Marseille

#ResistESR


Déclaration CGT-CFDT-FO-FSU-SUD  – Boycott du CSA par les élu.es CGT-SUD

7 juin 2024

Chèr·es collègues,

Vous trouverez ci-dessous la déclaration CGT – CFDT – FO – FSU – SUD “Pour la liberté d’expression et les libertés académiques ! Non à la censure et à la répression !”  lue par une représentante des organisations syndicales au Comité social d’administration le 6 juin 2024.

De nombreux points soulevés par cette déclaration et par le climat de censure dans notre université relèvent en effet des compétences du CSA : le règlement intérieur de l’université au nom duquel tout tractage est interdit, la liberté de réunion, le prétendu « devoir de réserve » opposé aux étudiant·es et personnels, et plus largement le respect des franchises universitaires et des libertés dans notre université.

Suite à cette lecture et face aux demandes précises qu’elle comporte, de respect des libertés fondamentales et académiques et d’arrêt de la répression envers les étudiant·es mobilisé·es, le Président d’AMU n’a daigné ni répondre, ni ouvrir le débat.

Face à cette nouvelle démonstration de refus de dialogue de la part de la gouvernance, refus déjà constaté y compris sur des points relevant directement des compétences du CSA, les élu·es CGT-SUD ont décidé de ne pas siéger lors de la séance du 6 juin.

La position de la gouvernance pourrait se résumer ainsi, « nous voulons bien discuter mais uniquement sur des points décidés unilatéralement ». Dans ces conditions, nous, élu·es CGT-SUD, refusons de participer à cette mascarade de « dialogue social » alors que nos étudiant·es et collègues sont interdit·es de discussion et réprimé·es.

Les élu.es CGT-SUD au CSA


Détournement ironique du logo d’Aix-Marseille Université sur un tract

Déclaration CGT, CFDT, FO, FSU, SUD au CSA du 6 juin 2024 :

Pour la liberté d’expression et pour la défense des libertés académiques !
Non à la censure et à la répression !

Nous sommes d’accord avec notre ministre Sylvie Retailleau quand elle dit : “Il est important que nos établissements d’enseignement supérieur restent un lieu de débat”.

Continuer la lecture

Personnels et étudiant∙es de l’ESR : l’extrême-droite ne doit pas arriver au pouvoir ! Communiqué de l’intersyndicale, 11 juin 2024

L’extrême droite a obtenu presque 40% des suffrages exprimés aux élections européennes. Les prochaines élections législatives laissent craindre une arrivée imminente au pouvoir du Rassemblement national. Nous rappelons solennellement notre opposition aux idées d’extrême droite dont les valeurs et les idées constituent une menace pour le service public de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), lieu d’émancipation par les savoirs, de vie sociale et de développement de l’esprit critique

L’extrême-droite a une vision réactionnaire et liberticide pour l’ESR : la mise en œuvre de son programme aurait des effets terribles. L’extrême droite ne condamne jamais l’insuffisance des moyens dans les universités, les services et les laboratoires, ni ne parle de la dégradation des conditions de travail pour tous les personnels. Son programme pour l’ESR, c’est la préférence nationale pour les étudiant-es et les personnels, la mise au pas réactionnaire en matière pédagogique, la répression de toute contestation, la priorité à l’apprentissage et aux cadeaux fiscaux aux entreprises, le soutien aux formations privées, des “bourses au mérite”…

Les valeurs que nous portons, en tant que personnels de l’ESR et étudiant-es sont à l’opposé de cela. Pour nous priment les valeurs d’égalité, de solidarité, de laïcité, de tolérance et vivre-ensemble contre l’obscurantisme, l’autoritarisme, l’exaltation des préjugés et des divisions, contre le racisme, l’antisémitisme, les LGBTIphobies, le sexisme et toutes les discriminations.

Nos organisations ont alerté à de nombreuses reprises le ministère de l’Enseignement Supérieur et la recherche sur le danger d’imposer, au mépris du dialogue social, certaines de ses réformes qui accentuent les fractures sociales. Dans l’ESR comme ailleurs, ces pratiques piétinent la démocratie sociale et nourrissent un désarroi grandissant chez nos collègues et plus largement une grave crise démocratique.

Le gouvernement actuel porte une lourde responsabilité. Par toutes les mesures anti-sociales qu’il a prises (Loi retraites, loi immigration, assurance-chômage, mesures contre les étudiants étrangers, …), le gouvernement Macron, a contribué à cette montée de l’extrême droite dans notre société.

Contre l’arrivée au pouvoir du Rassemblement national, dans l’unité syndicale, nos organisations appellent dès maintenant les personnels et les étudiant-es à se mobiliser massivement pour empêcher l’extrême droite de parvenir au gouvernement. 

Signataires : Snesup FSU, Sncs FSU, Snep FSU, Snasub FSU, CGT Ferc Sup, CGT Inrae, CGT Sntrs, SUD éducation, SUD Recherche, SNPTES, SUP Recherche UNSA, A&I-UNSA, UNSA ITRF BIO,CFDT, FAGE, UnionÉtudiante, UNEF, FSE, Solidaires étudiant·e·s 

Téléchargez le communiqué en pdf

« À l’ENS de Lyon, un soutien fort et massif au peuple palestinien ! »

Après l’AG organisée par les étudiant∙es en solidarité avec le peuple palestinien

À la suite de la mobilisation d’étudiantes et étudiants en solidarité avec le peuple palestinien, une assemblée générale a été organisée à leur demande le 23 mai dernier. Au cours de l’assemblée générale une motion a été discutée. Sa version finale a été soumise au vote de la communauté académique étudiant ou travaillant à l’ENS de Lyon. Le résultat du vote n’est pas le reflet d’une position institutionnelle de l’établissement, mais l’expression de l’ensemble des personnes qui ont participé au vote. Une diversité de points de vue a pu ainsi s’exprimer dans un cadre posé, en ouverture de l’assemblée générale, par le président de l’ENS de Lyon.

Une motion, l’expression des communautés

Les étudiants ont ensuite présenté leur proposition de motion qui a été discutée et amendée par la quarantaine de participants présents à l’assemblée générale. Les débats ont abouti à la motion soumise à consultation, du 4 au 7 juin.

Motion AG ENSL 23/05/2024

 Nous, communauté universitaire de l’ENS de Lyon rassemblée en assemblée générale le 23 mai 2024, affirmons notre horreur face au risque génocidaire à l’encontre des Gazaouis et tenons à exprimer notre soutien au peuple palestinien.

Continuer la lecture

Mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat : participez à l’enquête !

Aidez-nous à mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat !

Enquête du 3 au 30 juin 2024

  •  par l’Observatoire des VSS dans l’Enseignement Supérieur

L’Observatoire des Violences Sexistes et Sexuelles dans l’Enseignement Supérieur lance une nouvelle enquête intégralement dédiée au doctorat.

L’enquête est destinée aux personnes actuellement inscrites en doctorat, ainsi qu’aux personnes ayant terminé leur doctorat (via la soutenance ou par abandon) après janvier 2020. L’enquête ne concerne pas les thèses d’exercice dans le cadre des diplômes d’état en médecine, pharmacie, chirurgie dentaire ou médecine vétérinaire. La durée moyenne du questionnaire est estimée entre 15 et 30 minutes. Que vous soyez ou non directement concerné·e par les violences sexistes et sexuelles, nous vous serions très reconnaissant·es de prendre le temps d’y répondre : plus nous recevons de réponses, plus les résultats que nous publierons auront de force pour proposer des mesures efficaces de prévention et de lutte contre les VSS.

Ci-joint le lien du questionnaire : https://www.surveyhero.com/c/aveytbki . L’enquête est ouverte jusqu’au 30 juin !

Continuer la lecture

À l’Université Grenoble Alpes, le roi est nu … mais ses courtisans détournent pudiquement le regard !

  • par Philippe Cinquin, professeur des universités à Université Grenoble-Alpes

Dans le conte d’Andersen, le roi se présente nu à ses ministres et à son peuple, et personne n’ose reconnaître sa nudité … jusqu’à ce qu’un petit garçon ose dire la vérité.
Moins chanceux que le petit garçon du conte, un administrateur de l’UGA a osé demander au président sortant, qui se représentait le 16 mai dernier après l’annulation par le tribunal de sa précédente élection, s’il reconnaissait avoir manqué à la déontologie, par l’envoi d’un message mettant en cause un collègue devant 300 personnes, sur la base d’allégations graves, mais non étayées par des faits, et encore moins validées par les instances compétentes. Il lui a également demandé de s’expliquer sur l’enquête administrative le visant, qu’il avait invoquée deux jours plus tôt pour refuser de répondre à une question similaire posée publiquement. Le candidat a déclaré avoir déjà reconnu une erreur et
s’être excusé, et s’est refusé à tout commentaire supplémentaire.

Le roi est nu de Hans Andersen. Illustration. Tous droits réservés

Dans le conte, tout le monde donne raison au petit garçon. Au conseil d’administration de l’UGA, personne n’a osé relever l’inexactitude flagrante : le président sortant n’a en effet pas présenté d’excuse aux victimes de son message. Personne non plus n’a exigé qu’il s’explique enfin sur le fond, et en particulier sur le vraisemblable manquement à la déontologie. L’existence vraisemblable de ce manquement n’est pas une opinion, mais la conclusion d’un raisonnement élémentaire. Le jugement du tribunal établit en effet, sans contestation possible, que le code de l’éducation a été violé par le président sortant. Or, l’article 88 du règlement intérieur de l’UGA définit la déontologie comme : « l’ensemble des règles, principes et devoirs qui s’imposent aux agents dans l’exercice de leurs fonctions ». Le code de l’éducation s’imposant au président, chargé de le faire respecter, le manquement à la déontologie est aussi évident que la nudité du roi dans le conte
d’Andersen. Nous n’avons trouvé personne, pas même au sein des élus qui soutiennent le président sortant, pour contester la validité de ce raisonnement.

Continuer la lecture

Intersyndicale de l’ESR – Augmentation des frais d’inscription pour tou·tes, Macron fait payer la facture aux étudiant·es

Lundi 3 juin 2024

Depuis des années, le sujet de la hausse des frais d’inscription universitaires revient comme un serpent de mer dans le débat public. Après avoir augmenté les frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es – en les multipliant par 16 – et les élèves ingénieur·es, après avoir mis en place une taxe (“impôt”) étudiante (indexée elle sur l’inflation selon la loi) qui conditionne le droit à l’inscription, la CVEC a à nouveau augmenté pour atteindre 103€ cette année (+ 12,6% d’augmentation en 6 ans), le gouvernement s’attaque désormais aux poches de tou·te·s les étudiant·es pour les faire payer.

En janvier 2022, au Congrès de France Universités (alors Conférence des Présidents d’Université), Emmanuel Macron s’exprimait sur les frais d’inscription, laissant entendre qu’en cas de réélection, il s’attaquerait à la gratuité de l’enseignement supérieur. Il disait alors : “On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur est quasi-gratuit”.

Quelques mois après le lancement de l’Acte 2 de l’autonomie des universités, le gouvernement annonce désormais clairement la sentence pour les étudiant·es : à la rentrée prochaine, les frais d’inscription de toutes et tous seront augmentés de 2,9%.

Cette augmentation se matérialise par plus 4,93€ en licence, 7€ en master, 11,02€ en doctorat, 17,43€ en école d’ingénieur pour les étudiant·es français·es et européen·nes. Pour les étudiant·es internationaux·ales hors Europe, ce sera plus 80,33€ en licence et 109,33€ en master.

Ce gouvernement montre encore une fois son mépris pour la jeunesse, qu’il ne cesse de précariser. En l’espace de quelques mois, les factures d’électricité ont explosé pour les étudiant·es, qui ont aussi payé au prix fort l’inflation alimentaire, les loyers CROUS ont augmenté de 3,5% … Avec cette augmentation des frais d’inscription, le gouvernement sait pertinemment ce qu’il fait. En prenant appui sur le modèle anglo-saxon, qui a fini par augmenter de façon exponentielle ses frais, il entreprend de restreindre l’accès à l’enseignement supérieur pour les plus pauvres.

L’intersyndicale ESR dénonce cette augmentation des frais d’inscription et appelle la communauté universitaire à se mobiliser contre cette mesure et contre le projet de ce gouvernement concernant l’éducation et l’enseignement supérieur.

Signataires  : Union Etudiante, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, Sup’Recherche-UNSA, UNSA ITRF-BI-O, A&I-UNSA, SUD éducation, SNUASFP FSU, UNEF, SNETAP-FSU, Sud Recherche, FO ESR, CGT-INRAE, SNCS-FSU, CFDT Education, formation et recherche publique, SNPTES-UNSA, Solidaires Etudiant.e.s, SNTRS-CGT, FSE, CGT FERC Sup, FAGE

Sortir du blocage à l’EHESS ? Une élue étudiante intimidée, des étudiant∙es révulsé∙es

EHESS : une élue étudiante soutenant la Palestine intimidée lors du Conseil scientifique, Le Poing Levé EHESS et Marco Pogat, Révolution permanente, 1e juin 2024

Extraits. Depuis maintenant deux semaines, l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) est fermée administrativement par sa présidence. Une étape de plus dans la répression de la mobilisation pour la Palestine, qui a connu un nouveau saut mardi 28 mai dernier, avec l’intimidation violente d’une élue étudiante de Solidaires EHESS lors du Conseil Scientifique, par un professeur siégeant dans cette instance, censée se prononcer sur toute question concernant le fonctionnement de la recherche dans l’École.

Pour lire l’article

Depuis le 28 avril, les communiqués se multiplient. Sur la suggestion de leurs auteur·es, Academia en publie certains.

  • Communiqué des étudiant·es engagé.es du master SES-EE [Savoirs en sociétés – Études environnementales)  suite à l’agression d’une élue étudiante, 28 mai 2024
  • “Une de touchée, 3000 debout”. Communiqué des étudiant-e-s engagé-e-s du master Études Politiques, 28 mai 2024
  • Sortir du blocage. Appel au Président par des membres de l’Assemblée des enseignant.es, 29 mai 2024
  • Message des élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail de l’École des hautes études en sciences sociales, 30 mai 2024

Banderole Occupatino Leïla Khaled, EHESS boulevard Raspail, 24 mai 2024. Crédit: Comité Palestine

Continuer la lecture

Ces libertés académiques que le Conseil consitutionnel défend combat

Alors que les libertés académiques sont attaquées de toute part, le Conseil constitutionnel participe donc à la fascisation de l’espace d’expression politique français. En ce sens, le titre de l’article de Mediapart, dont nous publions des extraits, ainsi que la lettre comminatoire adressée au bâtonnier de Paris, qui choisit le registre de l’émotion ne convient pas : c’est un gest politique insupportable qui devrait alerter.

Le coup de sang de Laurent Fabius contre des avocats parisiens, par Jérôme Hourdeaux,Mediapart, 31 mai 2024

Extraits. Le président du Conseil constitutionnel s’est indigné de la programmation d’un colloque, organisé par des avocats du barreau de Paris, qu’il juge trop critique envers son institution. Il a écrit au bâtonnier de Paris pour que le conseil de l’ordre soit saisi.  […]

Continuer la lecture