Chaires de professeur junior. Recommendation du Conseil scientifique de l’INSHS du CNRS, 25 janvier 2023

Le Conseil Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales, réuni le 25 janvier 2023, redit son opposition à la mise en place des Chaires de Professeur Junior et, en cohérence avec cette opposition, recommande aux sections du CoNRS de ne pas siéger dans les jurys relatifs à ces Chaires.

Nathalie VIENNE-GUERRIN
Présidente du Conseil Scientifique de l’INSHS

Texte voté, le 25 janvier 2023 : 19 oui, 0 non, 0 abstention.

Continuer la lecture

Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant

Academia a recueilli le témoignage d’un·e étudiant·e interpelé·e lundi 23 janvier au Campus Condorcet et remis en liberté 22 heures plus tard, sans qu’il y a notification de poursuite. Iel nous a autorisé à le reproduire

Avertissement Ce témoignage comporte des descriptions des violences, des injures et d’actes de torture, occasionnés par des policiers. 


Continuer la lecture

Rassemblement silencieux de soutien aux otages français détenus en Iran, Trocadéro, 28 janvier

Communiqué de presse des proches des otages français en Iran

Actuellement, sept Français sont détenus en Iran pour des raisons fallacieuses.

Pour certains accusés d’espionnage par la République Islamique d’Iran, ils sont privés des droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à une instruction judiciaire
et
un procès dignes de ces noms.

Continuer la lecture

Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es


Communiqué de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels du Campus Condorcet du 24 janvier 2023

Avant-hier, 24 janvier 2023, une assemblée générale des personnels et étudiant·es des établissements du Campus Condorcet a rassemblé une centaine de personnes au Centre des Colloques, entre 11h30 et 14h. Avant même le début de la réunion, un important dispositif policier avait été déployé autour du bâtiment, mais également dans le hall.

Crédit: Révolution permanente, janvier 2023

Nous avons discuté de la réforme des retraites ainsi que des conditions de travail et d’études au Campus Condorcet. Plusieurs groupes se sont constitués afin d’organiser une présence visible des salarié·es et des étudiant·es du Campus à la manifestation unitaire du 31 janvier, et de construire la mobilisation (communication/caisse de grève/mobilisation interprofessionnelle avec les salarié·es du secteur).

Continuer la lecture

Contre le recours à la violence dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Communiqué de la FERC CGT

COMMUNIQUÉ de la Fédération Éducation Recherche Culture – CGT

Le jeudi 19 janvier 2023, plus de 2 millions de personnes ont manifesté dans le calme pour protester contre le projet de casse de nos retraites par le gouvernement Macron – Borne. La jeunesse participait à cette déferlante au côté des travailleur·ses, et continue à se mobiliser dans les lycées et les universités.

En réponse à cette mobilisation légitime de la jeunesse, le pouvoir semble vouloir répondre par la violence : à l’université de Strasbourg, une Assemblée générale étudiante réunie après la manifestation du 19 a été expulsée par les CRS à la demande du Président de l’université. Sur le campus Condorcet à Paris, après une Assemblée générale étudiante réunie le lundi 23 janvier, une trentaine d’étudiant·es décident d’occuper un espace de réunion. Le président du campus Condorcet appelle immédiatement la police, conduisant à une intervention dans les locaux et à l’interpellation des étudiant·es, placé·es en garde à vue pendant vingt-deux longues heures émaillées de violences, d’insultes et de menaces contre plusieurs d’entre elles et eux.

La FERC CGT condamne avec la plus grande fermeté ces recours à la violence à l’initiative des chef·fes d’établissements en violation des franchises universitaires, garanties séculaires des libertés d’expression et de mobilisation au sein des universités. Elle appelle la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et les chef·fes d’établissements à veiller au respect des libertés fondamentales, et à préférer la discussion plutôt que le recours à une violence aveugle face à cette mobilisation massive.

La FERC CGT soutient la mobilisation de la jeunesse pour défendre sa retraite, en lien avec tou·tes les travailleur·ses, et selon les modalités qu’elle aura décidées elle-même avec ses organisations.

Elle appelle les personnels et les étudiant·es à continuer d’amplifier le mouvement pour défendre nos retraites, tous et toutes ensemble, afin de faire du mardi 31 janvier une journée encore plus puissante que le 19.

Montreuil le 27 janvier 2023

Continuer la lecture

Au courrier : pensées de Tunisie aux étudiantes et aux étudiants de France

Cet article ravive en moi de douloureux souvenirs de l’époque de la dictature.

Début  2011. L’une des toutes premières mesures du nouveau ministre de l’enseignement supérieur, feu Ahmed Brahim est la suppression des postes de police installés dans les facs et campus1. Depuis, la présence policière institutionnelle à l’intérieur des institutions universitaires, en uniforme et en civil, est un lointain souvenir.  Les  syndicats des forces de sécurité, sous couvert de lutte antiterroriste, ont essayé en vain de réinvestir l’espace universitaire 2. Nos facs sont désormais des espaces sans flics. Et c’est très bien ainsi.

De manière générale, ici, depuis 2011, les responsables d’universités ne songent guère, sauf situations extrêmes, à faire appel aux policiers. Les souvenirs de l’époque Ben Ali, où les facultés étaient encerclées par des escouades de BOP (brigades de l’ordre public, de sinistre mémoire) , armés jusqu’aux dents, et qui n’attendaient qu’un ordre pour déchaîner contre les étudiant•es une rage et une fureur spectaculaires, sont encore bien vivaces.

Lors de l’occupation de la faculté des lettres de La Manouba par les salafistes, des collègues m’ont raconté le refus initial du doyen, Habib Kazdaghli, de demander l’intervention des forces de l’ordre, et le cheminement douloureux qui l’avait mené à changer d’avis, pour sauver l’année universitaire. L’intervention avait été efficace, mais sans violence. (((https://www.webdo.tn/fr/actualite/national/fac-de-manouba-les-sit-ineurs-quittent-les-locaux-de-ladministration/172323)). 

 

Étudiante au début des années 1990,  j’évitais d’aller à la fac quand il y avait du grabuge. Enseignante à partir de 1997,  je me suis retrouvée, un jour de manifestation en 2002, enfermée, avec tout le monde, collègues, administration et étudiants. Les policiers interdisaient toute sortie hors de l’enceinte de la fac, et avaient même refusé très sèchement au doyen l’évacuation par ambulance d’un étudiant blessé au front, et qui saignait abondamment. Le bouclage de la fac avait duré jusqu’au soir.

Il  s’était bien achevé. Plus souvent, loin de se contenter de fermer les accès, les policiers chargeaient avec leurs chiens. Les récits d’étudiantes se jetant du quatrième étage pour tenter de leur échapper nous étaient familiers. Tout comme cette forme d’humiliation qui consiste à mettre tout le monde à genoux, les mains sur la tête, pendant des heures, dans la cour. Je ne l’ai pas vécue, mais bien des camarades et des collègues s’en souviennent. Il fallait “mater” la jeunesse.

 

Je plains la jeunesse de France, qui vit en 2023 ce que notre jeunesse vivait au début du siècle.

Centre universitaire de La Manouba. Crédit : Jorge Franganillo, 2015


Sur Academia

Continuer la lecture

  1.   https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Brahim []
  2. https://directinfo.webmanagercenter.com/2015/07/03/tunisie-luget-opposee-au-retour-de-la-police-universitaire/ []

La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse

Update 26/10/2023

Une semaine après l’évacuation par les forces de police d’une assemblée générale à l’université de Strasbourg, ce sont 29 étudiants du campus Condorcet près de Paris qui ont fini en garde à vue. La fébrilité quant à une possible conjonction des étudiants et des salariés contre la réforme des retraites pousse certains présidents d’université à faire appel à une aide policière très décriée.  Mediapart, 25 janvier 2023

 

Communiqué de Solidaires étudiant·es EHESS

Hier, l’EHESS a vécu une journée de mobilisation réussie. Aujourd’hui, toutes et tous nos camarades ont été libéré·es, mais avec beaucoup de dommages.

Lundi 23 janvier, à 20h, une Assemblée générale a été appelée à l’Espace associatif et culturel. À 20h30, ce n’est pas la présidence qui est venue discuter, ce sont les policiers qui sont venus réprimer. À partir de ce moment, nos camarades ont été traite·es comme des terroristes et nous qualifions ces violences de torture. Nos camarades ont été menotté·es. Au sein des différents commissariats, 16 étudiant.es ont été mis·es dans une salle de 4m2 sans VMC, et ont subit des blagues de la part de policiers sur qui allait mourir en premier. D’autres policiers rigolaient sur qui allait être violée. Par conséquent, un.e étudiant·e inconscient.e a fait un malaise et a été trainé·e sur le sol, dans des escaliers par les policiers, sans avoir recours au médecin. Un·e étudiant.e a eu les côtes cassées. Ces étudiant·e.s n’ont pas pu aller aux toilettes, avoir accès à boire, même dormir. Toutes ces gardes à vue ont duré 22h. Cette garde à vue collective allait à l’encontre de la volonté de nous organiser démocratiquement dans un mouvement social qui concerne le pays tout entier. La Préfecture et le parquet de Bobigny ont accepté ces poursuites judicaires, nous attendons des explications.

Nous ne sommes pas de la chair à matraque. Nous ne sommes pas non plus des ignorant·es. Nous connaissons les coupables. La direction du Campus Condorcet n’a admis que du bout du lèvres avoir convoqué une intervention policière. Pourtant, grâce à la mobilisation du personnel et des étudiant·es, nous avons forcé la présidence à descendre des ses bureaux et à parler directement aux personnes mobilisées. Nous avons été 150 dans une salle face aux présidences du Campus Condorcet et de l’EHESS. Nous espérons que la direction du Campus maintiendra ses promesses qu’aucun.e étudiant.e n’aura de poursuites judiciaires. Le parquet inculpe les étudiant.e.s d’intrusion par effraction, de dégradations et que ce n’était pas des étudiant.e.s, mais un groupuscule militant obscur. Cette occupation a été la volonté des étudiant·es de l’EHESS qui l’ont organisé. Militer n’est pas un crime.

Cette répression s’inscrit dans un mouvement social grandissant contre la réforme des retraites. Nous l’avons vu à Strarsbourg. Le gouvernement a peur du potentiel de mobilisation des étudiant.e.s. Pour 29 étudiant.e.s en garde à vue, nous avons été 150 étudiant·es et membres du personnel réuni.e.s en solidarité pour obtenir la libération de nos camarades et l’avancée dans nos revendications.

Ceci est le premier pas. Poursuivons la dynamique pour frapper fort. Nous appelons donc à une Assemblée générale, ouverte à tout le monde, le Jeudi 26 janvier à 14h. Nous appelons tout le monde à nous rejoindre, toutes et tous les étudiant·es, et le personnel à s’organiser ensemble !

Solidaires étudiant-e-s EHESS et étudiant.e.s mobilisé.e.s- solidaires_ehess@riseup.net

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONTRE LA REPRESSION POLICIERE

Jeudi 26 Janvier – 14h00
Espace Associatif et culturel – Campus Condorcet

 

 

Précaires, témoignez de votre situation! Communiqué de l’ANCMSP

La réforme chômage de 2021 étant encore très récente, nous commençons à peine à en subir les effets, ce qui rend d’autant plus difficile de les aborder sereinement. C’est pourquoi les membres du bureau de l’ANCMSP appellent les précaires concerné-es par la réforme à continuer à témoigner de leur situation, publiquement ou anonymement via notre formulaire de signalement.

Nous rappelons que ce formulaire participe à une enquête sur l’application de la mensualisation des vacations dans les universités, mais permet également aux précaires (de toutes les disciplines) de témoigner de leurs conditions de travail, y compris lorsqu’iels cumulent vacations et chômage. Pour cela, la partie du formulaire dédiée aux témoignages libres permet aux précaires de détailler, autant qu’iels le souhaitent, leur situation et les difficultés rencontrées. Merci aux personnes intéressées de préciser si iels répondent à l’enquête sur les vacations ou si iels témoignent de leurs expériences de chômage (ou même les deux), cela afin de faciliter le travail des membres du bureau.

À partir de cette nouvelle année 2023, de plus en plus de précaires seront concerné-es par cette réforme, il est par conséquent important que nous puissions au mieux les informer de leurs futures situations ainsi que de souligner les risques encourus, toujours plus nombreux, d’accepter des vacations dans le contexte social actuel.


Créée en 1995, l’ANCMSP (Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique) est une association de défense des droits des chercheu·r·se·s précaires dans le domaine de la science politique et dans les disciplines proches. Elle a vocation à lutter contre la casse du service public et pour l’amélioration des conditions de travail des non-titulaires

Nantes Université. Menace de démissions à la Faculté de droit et science politique

Communiqué de presse

Face au sousencadrement manifeste de la faculté de droit et sciences politiques de Nantes (pour rappel, il manque 200 personnels pour atteindre le taux moyen de Nantes Université ou le taux moyen national) et malgré les risques psychosociaux déjà avérés que cette situation emporte, aucune réponse à la mesure des enjeux n’a été apportée ni par la présidence de Nantes Université, ni par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Non seulement les alertes lancées sont restées lettres mortes mais encore la mesure de sauvegarde adoptée à contrecœur par la faculté de réduire les capacités d’accueil a été rejetée par les instances de Nantes Université et le Ministère. En conséquence, une majorité des responsables de formation, de la 1ère année licence à la 2e année de master, ont pris la décision de démissionner de leur responsabilité s’il n’était pas répondu formellement et favorablement aux demandes formulées dans un courrier adressé (reproduit cidessous) à Madame la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et Madame la Présidente de Nantes Université avant la fin février.
Le bureau de l’Assemblée générale des personnels de la Faculté de droit de Nantes

Courrier à Madame La Ministre et Madame la Présidente de NU


Bureau de lAG des personnels

de la Faculté de droit et des sciences politiques de Nantes

Faculté de droit et des sciences politiques

Chemin de la CensiveDuTertre

BP 81307

44313 NANTES CEDEX 3

Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur,
de la recherche et de l’innovation

21 rue Descartes

75231 Paris Cedex 05,

Madame la Présidente de Nantes Université
1 Quai de Tourville

44035 Nantes Cedex 1

Nantes, Lundi 23 janvier 2023

Objet : Plan de redressement de la Faculté de Droit et des Sciences politiques de Nantes


Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

Madame la Présidente de Nantes Université,

Voici plus d’un an qu’a été sonnée l’alerte pour danger grave et imminent concernant la santé du personnel de la faculté de droit et des sciences politiques de Nantes adressée le 3 décembre 2021 au CHSCT de Nantes Université. Les raisons, qui ont été rappelées dans la tribune publiée dans Le Monde du 16 septembre, en sont notamment que ses personnels doivent assurer leurs missions avec des effectifs trois fois inférieurs à la moyenne nationale et à ceux de l’établissement tout en subissant une augmentation exponentielle de contraintes administratives toutes plus chronophages les unes que les autres (Parcoursup, sélection en master, développement de l’alternance et de la formation continue, augmentation des effectifs étudiants, multiplication des instances de délibérations, développement du reporting, appels à projet, mise en place de conseils de perfectionnement, VAE, etc.). Les impacts de
ce sousfinancement chronique sur l’état de santé physique et mentale de nombreux personnels ont été étudiés collectivement longuement et sérieusement documentés.

En dépit de la gravité des signaux émis, aucune réponse n’a été formellement apportée si ce n’est le refus catégorique de la mesure de sauvegarde adoptée par la faculté de réduire ses capacités d’accueil.

Continuer la lecture

« La protection fonctionnelle est un droit du fonctionnaire »

La protection fonctionnelle est un droit du ou de la fonctionnaire. Elle est rarement demandé et souvent refusée. Entretien avec Christine1 maîtresse de conférences à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis sous la présidence de Frédérique Vidal. Elle nous rapporte son expérience au sujet des agissements hostiles dont elle a fait l’objet, du contentieux qu’elle a mis en œuvre et revient sur les résultats obtenus.

Academia. Vous avez souhaité nous faire part de votre expérience. Pourquoi ?

Il y a quelque temps déjà, j’ai déposé — en ma qualité de maîtresse de conférences — un recours de plein contentieux au Tribunal Administratif de Nice contre Mme Vidal quand celle-ci était présidente de l’université Nice-Sophia Antipolis. J’ai obtenu gain de cause : l’université a été reconnue coupable de deux fautes graves à mon endroit. L’université a également été condamnée à me dédommager du préjudice subi et obligée de m’accorder la protection fonctionnelle que Mme Vidal m’avait refusée.

Cette décision étant publique, je souhaitais la partager avec les lecteurs et lectrices d’Academia afin de les inciter à saisir la justice quand ils — ou elles — subissent des attaques au cours de leur activité.

Academia. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qui vous a conduit à demander la protection fonctionnelle ?

Le directeur de l’institut où j’exerçais, en conflit avec la responsable du département universitaire où j’enseignais, m’avait accusée de diverses fautes imaginaires afin que je mette en cause cette dernière. Face à mon refus, il a bloqué mes budgets de recherche.

Théâtre du grand Château de Valrose, parc Valrose, Nice, 13 novembre 2019. Crédit : Faculté des sciences, Université Nice Sophia-Antipolis

La présidente de l’université a alors diligenté une enquête administrative qui a prouvé mon innocence.

Pour autant, rien n’a été fait pour rétablir publiquement la vérité.

J’ai porté alors plainte pour diffamation. Mme Vidal a accordé sa protection fonctionnelle au directeur de l’institut mais pas à moi.

Continuer la lecture

  1. prénom modifié []

Lettre de soutien à la demande de protection fonctionnelle concernant Samuel Legris, doctorant de l’UPPA

Samuel Legris, doctorant contractuel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour où il est élu au Conseil d’administration, a fait l’objet d’une interpellation dans le cadre de son terrain de recherche. Ayant demandé la protection fonctionnelle, la présidence a indiqué oralement la lui refuser, avant de revenir sur ses propos, à la suite de la grande médiatisation de l’affaire. Nous publions ci-dessous le communiqué commun des associations de science politique.

N’hésitez pas à lui manifester votre soutien, en signant la tribune ou en cotisant à la cagnotte.


Association Française de Sociologie
Association Française de Science
Politique
Association Nationale des Candidat.e.s aux Métiers de la Science Politique

M. Laurent Bordes
Président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Avenue de l’Université BP 576

64012 Pau Cedex

Lundi 16 janvier 2023

Monsieur le Président de l’Université de Pau et Pays de l’Adour,

Nous avons été informés de la situation de M. Samuel Legris, doctorant en sociologie sous la codirection de Mme Stéphanie Dechézelles, Professeure des universités de sociologie et de M. Jeremy Ward, Chargé de recherche INSERM.
Dans le cadre de sa thèse intitulée «
Une sociologie des mouvements populaires contemporains : les mobilisations antipass en France », M. Legris est amené à collecter des données ethnographiques au moyen d’entretiens et d’observations participantes à des actions collectives. Le 10 décembre 2022, il s’est rendu avec un ordre de mission indiquant qu’il faisait du covoiturage, à la manifestation « contre
la vie chère
» de Montpellier avec trois personnes Gilets jaunes mobilisées sur son terrain de recherche. Il a été interpellé, ainsi que les trois passagers du véhicule, alors qu’ils quittaient un parking pour se rendre à Montpellier puis il a été placé en garde à vue pour vingtquatreheures, nonobstant la présentation d’un ordre de mission dans les heures qui ont suivi l’interpellation.

Continuer la lecture

Collecte pour le collectif des PrécairESR

Update 23/1/2023

L’inter-collectif des précaires de l’ESR continue son travail d’organisation et coordination. Le coup d’envoi réussi du mouvement social contre la réforme des retraites rend encore plus urgent pour nous l’organisation des rencontres des collectifs en présentiel pour gagner en efficacité. Les discussions d’organisation sont en cours, la date n’est pas arrêtée, mais il serait sans doute pertinent de tenir cette rencontre en février ou début mars au plus tard.

Précisions au sujet de la caisse de mobilisation – 23 janvier 2023

Nous voulions apporter des précisions au sujet de la caisse de mobilisation que nous avons récemment diffusée à l’aide d’Academia et Université Ouverte.

Le Discord “Coordination des précaires de l’ESR et de leurs collectifs” a été fondé en septembre 2022. Il rassemble à l’heure actuelle plus de 200 précaires de l’ESR issu·es d’une cinquantaine d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Les précaires de Pau, Toulouse, P13, Aix-Marseille, Saclay, Grenoble, Nantes et P1 y ont des salons. Ont également participé à des réunions du Discord des précaires de P8, de Condorcet, de Montpellier, de l’INRAE, de Sorbonne Université,  de Bordeaux, de Paris-Cité, de Dicensus (Strasbourg), de la CJC et, jusqu’à une date récente, de l’ANCMSP. Les syndiqué·es sont minoritaires, mais tout l’arc syndical de gauche est représenté. Les réunions sont diffusées dans et en-dehors du Discord, via des événements Facebook notamment, mais aussi des post Twitter et des mails sur la liste mail ecprecaires_national@lists.riseup.net. Les comptes-rendus sont disponibles sur le Discord.
L’idée d’une caisse de mobilisation s’est imposée pour permettre l’organisation d’une rencontre nationale en présentiel des collectifs de précaires de l’ESR. Le but premier et actuel et, pour le moment,  modeste de la caisse de mobilisation est de pouvoir proposer aux précaires qui ne pourraient se financer autrement de leur payer les billets de train pour qu’ils et elles puissent se rendre à cette rencontre des collectifs. Au cours de cette rencontre devront être établis des mandats plus détaillés sur la gestion de cette caisse et les autres usages envisagés.

Pour les précaires réuni·es sur le Discord

Grâce à vous, nous avons déjà récolté 900 euros environ.

Entre syndicats étudiants et les syndicats de travailleur·ses, les collectifs de précaires de l’ESR font structurellement figure de parents pauvres : nos possibilités d’auto-financement, première condition nécessaire de l’autonomie politique, sont très limitées. C’est pourquoi l’inter-collectif des précaires de l’ESR lance une caisse de mobilisation :

Son premier usage sera de financer les frais de déplacement des membres des collectifs ne pouvant trouver d’autres apports de fonds pour se rendre à cette rencontre des collectifs de précaires. Mais elle pourra aussi servir à financer l’impression de tracts et affiches et la production de banderoles ; constituer le début d’une caisse de grève, tout particulièrement pour pouvoir compenser les pertes de salaires des vacataires d’enseignement, toujours payé·es à la tâche, …

Nous garantissons la transparence totale sur l’utilisation des fonds récoltés, en publiant régulièrement des bilans. Le véhicule envisagé est l’association Folia, que les précaires membres du comité national de coordination des Facs et Labos en Lutte ont utilisé au cours du premier confinement pour rassembler des fonds destinés aux travailleur·ses précaires de l’ESR et aux étudiant·es en difficulté, à hauteur, en fin de période, de plus de 28 000 euros de dons.

Les collègues qui le peuvent et qui souhaitent soutenir l’auto-organisation des collectifs de précaires sont donc invité·es à réaliser des dons, ponctuels ou mensuels, à la caisse de mobilisation de l’inter-collectif, ainsi qu’à la diffuser autour d’elles et eux.

Mobilisation retraites : les libertés universitaires et le droit de grève attaqués

Photo: Alternative étudiant-es Strasbourg, 19 janvier 2023

À Strasbourg, les CRS sont intervenus à la fin de l’assemblée générale post-manifestation. Sur plusieurs sites, les bâtiments ont été fermés – les agent∙es étant « invité∙es » à télétravailler.

Quelques rappels juridiques de base :

  • Pour ce qui concerne l’initiative strasbourgeoise, les forces de police n’ont en principe pas plus le droit de pénétrer sur les sites universitaires qu’ils n’ont le droit de pénétrer dans des lieux privés. La liste des exceptions est limitativement déterminées (mandat d’arrêt, par exemple). Parmi ces exceptions, il figure la possibilité pour la présidence d’université de demander cette intervention, au titre de ses prérogatives de police administrative tirées de l’article L712-2 alinéa 6. On peut s’inquiéter du fait qu’en pratique, les présidences semblent de plus en plus enclines à faire appel, pour un oui ou pour un non, aux forces de police, comme si – pour reprendre une vieille formule du président Vedel, pourtant pas suspect de gauchisme, “l’enceinte universitaire” n’est désormais “pas plus sacrée que l’enceinte du chemin de fer”. C’est le sens même des “franchises universitaires” que les présidences d’établissement ne voient plus, alors même que ces franchises sont un dispositif central pour la protection de la liberté d’expression et de réunion des agent∙es et des usager∙es du service public de l’enseignement supérieur, à savoir les étudiant∙es. Academia propose une analyse complète ici de ce point, qui représente aujourd’hui un gigantesque angle mort.
  • En vertu des dispositions sur le télétravail dans la fonction publique, le télétravail se fait sur la base d’une convention et du volontariat. Elle ne peut pas être imposée par la direction et elle ne concerne par les enseignants-chercheurs. Cette pratique de fermeture et d’ « invitation » au télétravail pourrait d’ailleurs représentation une atteinte du droit constitutionnel de grève. A suivre.