Suspension de TestWe à l’Université de Paris-8 : vers la fin de la surveillance abusive ?

Sur l’usage de TestWe et la mobilisation ayant conduit au référé liberté :

Nantes Université au Conseil d’État : Victoire pour les libertés académiques et pour SUD-Éducation 44 !

Update 3/2/2023 – Un universitaire n’est cependant pas un fonctionnaire comme un autre.”

 Justice pour nos collègues enseignants-chercheurs,

indûment poursuivis et sanctionnés 

communiqué de SUD-Éducation 44  – version presse

Aux termes de quatre années et demi de procédures, le Conseil d’État, dans la décision qu’il a rendue le 15 novembre 2022, a définitivement annulé la sanction de trois mois de retard à l’avancement d’échelon qui avait été infligée le 11 février 2021 par la section disciplinaire du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) à notre collègue Gildas Loirand, sociologue et maître de conférences à Nantes Université. Après avoir été suspendu de toutes ses fonctions à titre conservatoire pour une durée de quatre mois, celui-ci avait été poursuivi en mai 2018 par le président en exercice de notre établissement pour avoir supposément « attisé » une vive expression de colère d’une cinquantaine d’étudiants et participé de la sorte à un « mouvement d’intimidation violent » et à une « agression » de cadres administratifs en marge d’une surveillance d’examen tenue en pleine contestation du dispositif de sélection ParcourSup et de la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE). Le 20 juillet 2018, la section disciplinaire de Nantes Université avait, en première instance, prononcé à l’encontre de Gildas Loirand une sanction de six mois de retard d’avancement d’échelon, alors même que l’instruction de cette affaire, hautement politique, aurait exigé un dépaysement géographique (les membres de la section disciplinaire étant des élus au conseil d’administration de l’université). La peine avait ensuite été réduite de moitié en appel devant le CNESER en 2021 et désormais définitivement annulée par le Conseil d’État le mois dernier. Dans sa décision, le Conseil d’État a toutefois pris le parti de ne pas régler le litige au fond et de renvoyer l’affaire devant le CNESER disciplinaire, très probablement pour que notre collègue Gildas Loirand y soit finalement relaxé au regard des termes du jugement prononcé. Continuer la lecture

Toute honte bue. 1480€ brut mensuels pour un temps plein d’enseignant-chercheur en sociologie

Voici l’annonce parue hier sur Indeed, proposant une rémunération inférieure au SMIC.

Enseignant·e en sociologie

1 480 € par mois – Temps plein

Détails du poste

Salaire

1 480 € par mois

Type de contrat
Temps plein

Analyse de recrutement

Activité de l’offre d’emplo Continuer la lecture

Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

Continuer la lecture

CheckAcademia. Un∙e enseignant∙e-chercheureuse doit-iel surveiller les examens des autres ?

Une décision touchant un enseignant-chercheur de l’Université de Lorraine a fait jurisprudence ce printamps 2022 au sujet de surveillances d’examen. Pourtant, la jurisprudence est constante en la matière.

Article 1er : Les interventions de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et du syndicat national de l’enseignement supérieur ne sont pas admises.

Article 2 : L’université de Lorraine est condamnée à payer à M. C… la somme de 1 106,75 euros au titre de son préjudice économique et la somme d’un euro au titre de son préjudice moral, majorées des intérêts au taux légal à compter du 27 mars 2017.

Pour lire l’arrêt →

La presse nationale attire l’attention sur les rapports de pouvoir qui traversent la recherche

Plusieurs articles du magazine Campus du Monde et de Libération relèvent l’intersection des rapports de pouvoir dans la recherche scientifique, particulièrement sensible pour les doctorantes et autres chercheuses précaires. Signalons en particulier ces quatrearticles publiés en 2022, dont l’accès complet est réservé aux abonnés, qui s’appuient souvent sur des travaux universitaires accessibles.

Continuer la lecture

Usages d’écriture non sexistes dans les publications scientifiques. État des lieux, par les Cahiers du genre

 

Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre

Academia reproduit la lettre ouverte envoyée le 12 décembre à Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sujet de la nomination d’une nouvelle direction à l’ENS Lyon, vacante depuis la démission de Jean-François Pinton au printemps dernier, éclaboussé par plusieurs scandales de violences sexuelles et des décès. Beaucoup espèrent par ailleurs que l’Ecole soit bientôt présidée par une femme, afin de respecter la parité, qui figure parmi les engagements de l’ENS de Lyon ainsi que du gouvernement en la matière, même si les tractations en cours en laissent présager autrement.

Selon nos sources, 8 candidats et candidates ont été présenté.es en Conseil d’Administration, sans que le reste de l’École en soit informé. Les rumeurs laissent entendre que Cédric Villani, que l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon Yanick Ricard a chargé de piloter un “comité de recherche pour le renouvellement du mandat”, s’apprête à candidater. De même, Alain Dereux et Camille Galap doivent rencontrer aujourd’hui et jeudi les directeur⋅ices des départements. Ils souhaitent que leurs possibles candidatures restent discrètes, simplement connues de la direction et des directions des départements. L’ENS de Lyon n’aurait-elle pas à gagner d’une plus grande transparence dans cette procédures de désignation ?


Mme. Sylvie Retailleau
Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
1 rue Descartes
75231 Paris


Objet : Lettre ouverte sur le renouvellement de la présidence de l’ENS de Lyon adressée à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche


Madame la Ministre,

Aujourd’hui, enseignant·es, chercheur·ses, personnels, et étudiant·es, demandons à être entendu·es dans le cadre de la désignation de la nouvelle présidence de l’établissement.
Notre établissement va être doté d’un ou d’une responsable qui ne sera que le deuxième de plein exercice depuis la fusion de ses deux composantes (langues, lettres et sciences humaines et sciences exactes et expérimentales) en 2010. L’enjeu est d’autant plus crucial que ces douze années ont été marquées par une série de crises internes, ainsi que par la crise sanitaire, qui ont mis à l’épreuve le fonctionnement normal de l’École.

Continuer la lecture

Avis du COMETS – « Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche – Une responsabilité éthique »

Le COMETS publie un nouvel Avis «  Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche – Une responsabilité éthique  » (n°2022-43), approuvé le 5 décembre 2022.

Accéder à l’avis

RÉSUMÉ – Le COMETS a été saisi par le PDG du CNRS de la question de l’impact environnemental de la recherche scientifique. Cette saisine s’inscrit dans un contexte d’interrogations profondes, au sein du monde de la recherche, sur la responsabilité de ce secteur à l’égard des défis environnementaux. Un très large accord se fait jour sur la nécessité que la recherche, comme toute activité, participe à l’effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Après avoir établi son bilan carbone, le CNRS travaille ainsi à la mise en place d’un plan de transition. Mais des divergences notables s’expriment quant aux directions concrètes à suivre. Faut-il désormais s’interdire toute recherche qui a ou peut avoir un impact environnemental négatif – terrain éloigné, expérimentation énergivore, intrusion dans un milieu fragile ? Comment articuler l’enjeu environnemental avec les injonctions a priori contradictoires « d’excellence » et de compétitivité de la recherche ? Faut-il que l’éthique de la recherche s’enrichisse désormais d’une « éthique environnementale » ? Cette orientation n’entraverait-elle pas la capacité de la recherche à produire des connaissances et des solutions innovantes, y compris pour répondre aux dégradations de l’environnement ? C’est parce qu’elle suscite de multiples questionnements sur les valeurs de la recherche, sa finalité et sa place face à un sujet majeur pour la société que la question de l’impact environnemental de la recherche, qu’il soit positif ou négatif, doit être appréhendée non pas seulement sous un angle scientifique ou politique, mais aussi sous un angle éthique.

Dans son avis, le COMETS estime d’abord que la prise en compte des impacts environnementaux de la recherche doit être considérée comme relevant de l’éthique de la recherche, au même titre que le respect de la personne humaine ou de l’animal d’expérimentation. Parce que l’éthique de la recherche, comme la notion de « recherche et innovation responsables », conduit à penser les effets de cette activité sur la société, il est de la responsabilité collective des personnels de recherche de prendre en compte sa dimension environnementale.

Continuer la lecture

Menaces de mort contre une universitaire : la haine raciste en procès. Revue de presse

En passant

Extraits. Cette audience laisse donc un goût doux-amer. Dix prévenus sur les milliers de messages reçus, cela semble bien faible. « On a sélectionné les messages les plus outrageants », reconnaît maître Kempf. Mais le mieux est l’ennemi du bien. « Quand on porte plainte, je ne suis pas certain qu’elle aboutisse », nous glisse-t-il.
« Cette audience montre que le système judiciaire est capable de réagir », positive aussi Anne-Laure Amilhat Szary, qui a remercié la cour de sa rapidité. Cette audience participe à faire reculer le sentiment d’impunité en ligne. Dominic V., un prévenu de 56 ans absent à l’audience, a revendiqué ses propos lors de sa garde à vue, croyant que « seuls des rappels à la loi sont prononcés » dans ce genre de cas. La procureure a enjoint la cour à « lui donner tort ». Réponse le 13 janvier.

Lors de la polémique qui visait Sciences Po Grenoble en mars 2021, certains journalistes à l’instar de Pascal Praud et Caroline Fourest, avaient accusé à tort une enseignante. Après avoir subi une vague de cyber-harcèlement, celle-ci avait porté plainte contre dix personnes.

Continuer la lecture

Faire travailler les enfants sous couvert d’apprentissage. Un entretien

Faire travailler les enfants des pauvres à moindre prix, désinvestir l’éducation nationale au profit du patronat (offrant aux entreprises à la fois des aides financières et des travailleur·ses dociles) tel est le projet du gouvernement Macron. Alors que la journée de grève intersyndicale sur la question de la réforme des lycées professionnels s’est vue quelque peu noyée sous la journée de grève interprofessionnelle du 18 octobre dernier, il nous semble important de souligner combien il est urgent de stopper le saccage des lycées professionnels – ainsi que la destruction en cours de l’ensemble du service public de l’éducation. Entretien avec Christian Sauce, ancien professeur en lycée professionnel.

Céliane Svoboda: Si l’histoire des lycées professionnels avait pour ambition d’émanciper la formation du pouvoir patronal, ces dernières années sont marquées par bon nombre de contre-réformes qui, au détriment de l’éducation nationale, visent à redonner aux entreprises toujours plus de pouvoirs sur la « formation » des plus jeunes. Selon vous, Christian, quelles sont les contre-réformes les plus marquantes de ces dernières années qui démontrent le mieux la trajectoire empruntée par nos gouvernements successifs?

Christian Sauce: Pour répondre avec précision, il faut revenir aux sources de l’enseignement professionnel sous statut scolaire. En 1959 précisément, avec la réforme Berthoin, ministre du président De Gaulle : les Centres d’apprentissage, qui existaient depuis la Libération, deviennent des Collèges d’Enseignement Technique (CET), ancêtres de nos Lycées Professionnels. Dans De Gaulle et l’éducation nationale, Françoise Mayeur explicite cette décision :

« Pour le Général, l’État a une responsabilité en matière d’éducation : il lui faut assumer la responsabilité de former la jeunesse, ce qui signifie aussi évaluer les besoins, les possibilités, planifier l’action éducative. Les jeunes doivent être orientés dans les voies qui leur conviennent, mais qui conviennent aussi aux nécessités de la France et de la société contemporaine. »

Et il y met les moyens. De 383.200 élèves en 1960, les CET doublent quasiment leurs effectifs en 10 ans : 650.600 en 1970 puis 773.200 en 1980 ! Ils forment alors une bonne partie de la main d’œuvre des ouvrier-e-s et employé-e-s qualifié-e-s des 30 glorieuses puisqu’on ne recensait à l’époque que 222.000 apprenti-es !

Mecanique Auto/ Portes Ouvertes au Lycée J.C.Aubry de Bourgoin-Jallieu – 16 Mars 2012. Crédit: Patrick Docq

Dans ces Collèges d’Enseignement Technique, les enseignants préparaient les élèves à passer le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) en 3 ans. Ils avaient alors 5360 heures d’enseignement général et technique (Wikipédia). Il n’y avait aucun stage en entreprises et toute leur formation se déroulait dans l’établissement de formation ! En 1967, les CET se sont enrichis d’un diplôme supplémentaire avec le BEP (Brevet d’études professionnel). Puis les CET sont devenus des Lycées d’Enseignement Professionnel (LEP) en 1976 et enfin des Lycées Professionnels (LP) en 1985. C’est l’apogée de cet enseignement avec la création du Bac Professionnel la même année (suite d’études de 2 ans après le CAP ou le BEP) ! 780.000 élèves fréquentent alors les Lycées Professionnels en France (Repères et Références Statistiques). Signalons au passage que depuis 1979, les élèves de l’enseignement pro effectuent des stages en milieu professionnel : 15 jours à l’origine, jusqu’à 22 semaines aujourd’hui.

Continuer la lecture

Le travail gratuit dans l’enseignement supérieur : cela suffit.

*** ENGLISH VERSION BELOW ***

Le texte ci-dessous a été préparé sur le Discord des précaires de l’ESR (que tout précaire de l’ESR, membre ou non d’un collectif de précaires, peut rejoindre). Vous pouvez signer individuellement ce texte. Les collectifs, syndicats ou associations souhaitant signer ou soutenir ce texte peuvent écrire à l’adresse precairESR@protonmail.com.

Le travail gratuit dans l’enseignement supérieur : cela suffit.

Les collectifs de précaires et de non-titulaires de l’ESR n’ont eu de cesse de le répéter : le travail gratuit dans l’ESR est une plaie qui, à force d’être creusée, est désormais béante.

Pour obtenir ces services gratuits, qu’on fasse miroiter aux non-titulaires des financements ou des postes, qu’on leur mette des “coups de pression”, par des injonctions menaçantes (“On te renouvellera pas tes vacations/ton ATER”) ou culpabilisantes (“Et les étudiants dans tout ça ? La fac a besoin de toi ! Do it for the team” ; “Je le faisais quand j’étais ATER” ) ou tout simplement qu’on se repose sur la docilité de “collègues” embourbé·es dans leur position vulnérable*… les modalités varient mais les résultats sont les mêmes : ces collègues non-titulaires se retrouvent à soutenir à bout de bras et gracieusement un système à bout de souffle.

À l’aube des examens terminaux du premier semestre, nous rappelons que les vacataires (ATV et CEV) « sont soumis aux diverses obligations qu’implique leur activité d’enseignement et participent notamment au contrôle des connaissances et aux examens relevant de leur enseignement » (décret n° 87-889 du 29 octobre 1987), et que la même règle prévaut pour les ATER (décret n° 88-654 du 7 mai 1988) et les doctorant·es contractuel·les (décret n° 2009-464 du 23 avril 2009). Continuer la lecture

« L’université Paris-1 doit (enfin) agir contre les violences sexuelles et sexistes ». Communiqué des doctorant∙es, 23 novembre 2022

https://payetatruelle.wixsite.com/projet

Site de Paye ta truelle, association pour l’égalité et la diversité en archéologie

  • Communiqué des doctorant∙es de l’ED 112 (Archéologie), diffusé sur les listes étudiantes de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 23 novembre 2022

Nous, doctorantes et doctorants mobilisé·e·s de l’ED 112 (Archéologie) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattaché·e·s aux laboratoires ArchAm, ArScAn, Orient et Méditerranée, TEMPS et Trajectoires, et étudiant·e·s en Master 1 d’Archéologie, en Master 2 Ingénierie de l’archéologie préventive et programmée, en Master 2 Histoire et anthropologie de l’Antiquité, en Master 2 Patrimoines et musées et en Master 2 d’Archéologie des périodes historiques, exprimons notre soutien sans réserve à la mobilisation de nos camarades contre la réintégration de M. Gernez, maître de conférences d’archéologie de l’Orient ancien à l’UFR 03 (Histoire de l’art et Archéologie).
Continuer la lecture