Libertés académiques, raison d’État et pressions médiatiques : une histoire d’amour à la française

En passant

Tribune de Paul Max Morin publiée le 2 septembre à 6h et dépubliée le même jour par Le Monde

Extraits. Vous nous avez interrogés sur la dépublication, par le Monde, d’une tribune du chercheur Paul Max Morin ce jeudi 1er septembre. Intitulé «Réduire la colonisation en Algérie à une “histoire d’amour” parachève la droitisation de Macron sur la question mémorielle», le texte a été supprimé du site l’après-midi même, suscitant de vive réactions et des accusations de censure.

Dans cette tribune, Paul Max Morin analysait la visite d’Emmanuel Macron sous le prisme de la question mémorielle. L’auteur de les jeunes et la guerre d’Algérie (PUF, 2022) s’y montre sévère avec la politique du Président, estimant que «la question des mémoires […] a une nouvelle fois servi de vitrine pour simuler des avancements vers une “réconciliation”». Le chercheur diagnostique, comme l’indique le titre, une «droitisation» de l’Elysée, qu’il illustre notamment par une évolution de la sémantique présidentielle : «En cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” (2022).»

Cette dernière phrase a été prononcée lors de la visite du cimetière Saint-Eugène à Alger, ce 26 août. […] «Qu’elle ait été prononcée spontanément ou non, la réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle» écrit Paul Max Morin dans son texte.

Dans le court texte justifiant cette (rare) dépublication, le Monde estime que les termes dénoncés par le chercheur ne se rapportaient pas à la seule colonisation, comme le suggère la tribune, mais aux relations franco-algériennes dans un sens plus large. «Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’Etat. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République.»

Lire l’intégralité de l’article →

Sur Le Monde

Sur Mediapart

Contrat LRU 192h : retour d’expérience (2021-222)

  • par LL, docteure en langues et littératures anciennes

Titulaire d’un doctorat depuis 2017, j’ai réalisé plusieurs contrats de recherche après le doctorat. Mon post-doctorat à l’université de Lyon 3 s’est terminé le 28 février 2021. Je me suis donc retrouvée au chômage. J’avais une vacation à l’université de Dijon pour le S2, qui s’est terminé le 30 avril 2021, vacation qui a été déduite de mon chômage.

À la recherche de solutions, j’ai contacté les responsables des licences Lettres classiques, Histoire dans la plupart des universités françaises de métropole de Corse, et même d’outre-mer car il n’était pas certain que la rentrée universitaire aurait lieu en présentiel. Beaucoup d’universités m’indiquaient pouvoir proposer des vacations, à condition que je trouve un emploi principal de 900 heures sur l’année. Ayant travaillé dans un magasin Spar durant 6 ans (durant ma thèse et l’année suivante) à raisons de 15 heures semaines, j’ai essayé, en vain, de trouver un mi-temps me permettant d’accepter les vacations. Hélas, le Covid est passé par là et on me propose de l’intérim ou des CDD inférieur à 900h… Deux universités seulement m’indiquent pouvoir recruter pour une vacation durant l’année de chômage. J’ai accepté une vacation d’une vingtaine d’heures à l’université de Lyon 2 sur le S1 et une vacation de 36 heures à l’université catholique de Nantes pour le S1 et un nombre d’heures non défini, mais plus important pour le S2.

Les universités proposent peu de contrats d’enseignement et/ou de recherche, veulent recruter des vacataires, mais les vacataires1 doivent avoir un emploi principal. Une de mes collègues, docteure et bien courageuse, a accepté un CDI à temps partiel dans une enseigne du groupe Inditex afin de pouvoir assuré des vacations dans deux universités différentes, ce qui implique des déplacements, à sa charge, car les universités publiques ne sont pas tenuesde participer aux frais de transports des vacataires. Pour 2021-2022, j’ai redoublé d efforts pour trouver un emploi principal dans l’ESR.

https://www.flickr.com/photos/llansades/32094744361/in/photolist-QU6Xkp-QRcYAB-dpEAMM-BnxQy-R2cDoU-R2aWKw-R5ySJv-QU4VWX-dpEMsU-BnorS-R5BW4a-R5z7xT-PQYn4a-iGRF3u-EmfAJq-iGQJ2g-218LvRe-R2E8zR-RcfVfM-2z2s35-2yX4m2-2zN4HS-QU5M1D-2z2p8C-2z2oJf-PN6dSp-PN65fK-PN5ytF-QYkDNd-R2Ge16-QRtAKS-QRdDqv-R5yGjn-2zN4M7-2z2LCG-dpECJ2-2zN4EY-iQavd-dpEC38-PXE4gv-dpEN31-R2dNz7-2jtxo1-2zN5d7-2zN4Rq-dpEAAP-dpEAae-dpECqZ-2zN4XU-2zN52d

URBEX 2016. Faculté de Géographie, Université de Grenoble. Crédit: Thierry Llansades, 2016

Continuer la lecture

  1. NDLR: Qui ne sont pas doctorant·es.Texte de référence : décret de 1987, modifié en 2015. []