#BnFgate. Communiqué de presse des personnels et public mobilisés contre les politiques d’austérité, 14 avril 2022

Personnels et public de la Bibliothèque nationale de France mobilisés
contre les politiques d’austérité et
un projet de dégradation sans précédent des services rendus au public

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours*) ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antis ociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintien de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Version .pdf

Élections présidentielles : pas une voix pour l’extrême-droite. La jeunesse mobilisée pour un droit à l’avenir. Communiqué de l’Alternative, 14 avril 2022

En passant

« Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité

Le réseau ESPAS, GHU-Sainte-Anne psychiatrie & neurosciences et la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse ont annoncé la tenue le 20 mai 2022 d’un débat sur « la transidentité, histoire, clinique, éthique », animé par Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco. Que la SIHPP et sa présidente Madame Roudinesco, psychanalyste et essayiste, organisent ce débat n’est pas étonnant. La participation de plus en plus réduite de psychanalystes aux protocoles pluridisciplinaires de soins prenant en charge les transitions de la partie des personnes trans passant par ces protocoles hospitaliers plutôt que par le secteur libéral, réduction qui s’est confirmée à l’échelle internationale au cours du XXe siècle et a aussi, quoique plus tardivement que dans d’autres pays, touché la France, si elle a été accueillie avec un enthousiasme et soulagement explicites par la majorité de la patientèle trans, a occasionné des plaintes de la part de plusieurs psychanalystes, probablement soucieuses et soucieux de voir un secteur de soin de plus en plus échapper à leur corporation.

Plus surprenantes sont l’organisation et la participation à cet événement de la part d’un certain nombre de praticien∙nes de santé suivant des personnes trans dans les protocoles hospitaliers ou le secteur libéral : Messieurs et Mesdames Serge Hefez, coorganisateur, David Cohen, Agnès Condat, Jean Chambry et Patrick Landman. On s’étonne en effet de ce que ces soignant∙es au contact de la transidentité acceptent comme interlocutrice Mme Roudinesco, qui n’est nullement spécialiste de la transidentité, et dont la seule réputation à ce sujet provient d’une sortie médiatique ordurière invoquant une « épidémie de transgenres », allégation qu’un certain nombre de soignant∙es ont d’ores et déjà réfuté dans un récent article1.

Pinel, médecin en chef de la Salpêtrière, délivrant les aliénés de leurs chaînes , huile sur toile par Tony Robert-Fleury, 1876. Wikicommons

Il semble que l’acceptation d’un tel débat relève d’un pari de bonne foi : celui que Mme Roudinesco, et sans-doute avec elle les autres psychanalystes et essayistes divers qui inondent depuis quelques années les librairies de pamphlets transphobes dépourvus de travail scientifique sur leur objet, sont simplement ignorant∙es, et le pari que des soignant∙es, en témoignant « enfin » (pour citer l’argumentaire du débat) de leur pratique clinique auprès des personnes trans, apaiseraient les craintes exprimées par Mme Roudinesco.

Un tel pari est compréhensible et bien intentionné, de la part de ces soignant∙es. Il est malheureusement affecté de naïveté et d’une erreur.

NaÏveté ou erreur ?

La naïveté consiste à croire que l’inquiétude exprimée par Mme Roudinesco, comme par d’autres intellectuel∙les, relève d’une position rationnelle, prête à entendre des raisons adverses et à changer en fonction de celles-ci. Ce n’est hélas pas le cas. Les réactions et propos virulents représentés par Mme Roudinesco ne relèvent pas de la crainte mais de l’hostilité envers les personnes trans, et ne relèvent pas de l’ignorance mais du préjugé envers la transidentité. Une telle position militante contre la transidentité ne cherche pas le débat et n’évoluera pas par lui. ∙elle cherche à s’imposer pour des raisons politiques et à peser sur le soin apporté aux personnes trans, dans le but de restreindre les transitions.

Continuer la lecture

  1. Rozenn Le Carboulec, « Comment les mineurs trans sont pris en charge : face à la désinformation, des médecins racontent », Mediapart, 4 avril 2022. []

« Siamo tutti antifascisti ». Sorbonne occupée, 13 avril 2022

Sorbonne, 13 avril 2022. Tous droits réservés

#BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public

Suite à l’importante mobilisation des lecteurs, lectrices, usagers et usagères de la Bibliothèque nationale de France, la direction des Publics a répondu la même langue de bois à ses correspondant·es. La BnF s’est fendue d’un entretien à l’Actualitté1
L’AluBNF fait de nouveau entendre sa voix.et participera demain au Comité technique de la BnF. Elle vous invite à reprendre la campagne de mailing dès aujourd’hui.
Pour signer les deux pétitions en cours

La direction de la Bibliothèque nationale de France refuse d’entendre le mécontentement et la mobilisation massive de ses lectrices et lecteurs  #BnFGate

Communiqué de presse de l’AluBnF
(Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF)

12 avril 2022

La mobilisation massive contre la restriction des conditions de consultation et de travail à la BnF se poursuit. A ce jour, ce sont plus de 13 000 personnes qui ont signé la pétition des usagères et usagers et plus de 2500 personnes celle de lIntersyndicale des personnels, pour la défense de conditions de travail et de recherche dignes en BnF.

Les actuelles représentantes et représentants élus, alertés par l’AluBnF et de nombreuses lectrices et lecteurs, constatent également dans un courrier que « la direction de la BnF n’associe pas suffisamment les représentants des usagères et usagers à la prise des décisions qui ont un impact sur les services au public », décisions que la direction adopte sans concertation et sans tenir compte de leur opposition comme de celle des personnels (comme en témoigne le vote unanime contre la mesure de restriction de la consultation directe lors du CHSCT du 31 mars, vote écarté dun revers de main par la direction).

Face à cette mobilisation inédite contre une mesure incohérente et injustifiable, la seule réponse de la direction est de botter en touche, comme le fait Laurence Engel dans un entretien accordé à Actualitté le 11 avril et reprenant les éléments de langage du courrier de réponse standard envoyé par la directrice des publics aux plaintes reçues par mail.

Cette nonréponse témoigne dune logique comptable inaudible et sans lien avec le service public rendu par la BnF, qui semble seulement destinée à pallier le manque de
moyens supplémentaires pour assumer dautres projets, comme la réouverture du site
Richelieu ou la création du centre de conservation dAmiens. Cette nonponse est par
ailleurs contradictoire quand elle affirme que les effectifs de la BnF sont constants, alors quà certains postes cruciaux les effectifs sont bel et bien en baisse depuis 15 ans (388 ETPT en 2021 dagents de catégorie C à la Direction des collections, contre 517 en 2009, soit une baisse de presque 25%). La seule concession marginale proposée pour linstant est un report de lhoraire de réservation du jour pour le lendemain de 17h à 19h, ce qui ne répond en rien aux demandes formulées par les lectrices et lecteurs.

LAluBnF appelle donc à la poursuite et à lamplification de la mobilisation, en lien avec
lIntersyndicale des personnels. Nous exigeons :

  • le retrait définitif de la mesure limitant la consultation directe à certains horaires.
  • le retour aux conditions de consultation directe prépandémie, avec possibilité de
    demande directe d’ouvrages le jourmême, sur toute l’étendue des horaires d’ouverture des salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les conditions de consultation (tarifs d’inscription, nombre d’ouvrages, politiques d’acquisition…) et les conditions de travail et recrutements de personnels.

(Contact : alubnf@gmail.com / @ALUBnF)


Continuer la lecture

  1. ““Faire des choix, en tenant compte des usages” : la BnF répond aux chercheurs”, entretien par Antoine Oury, Actualitté, 11 avril 2022. []

Polytechnique ou le pouvoir… masculin

En passant

À Polytechnique, des violences sexuelles révélées par une enquête interne, par Jessica Gourdon et Marine Miller, Le Monde, 11 avril 2022

Extraits.

Après Supelec en septembre 2021, qui déclarait une centaine d’agression sexuelle, voici une enquête interne de l’École Polytechnique, qui, accessible aux femmes depuis 1972, accueille toujours 83% d’hommes.À comparer avec les 72% d’hommes pour l’ensemble des écoles d’ingénieurses.

L’enquête, conduite auprès de 2 100 par une questionnaire envoyé à 3 400 jeunes entrés à l’école entre 2018 et 2021, tous cursus confondus, présentée en mars 2022, rélève l’ampleur des violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, dont onze viols ou tentatives de viols.

Ainsi, 23 % des interrogées disent avoir été victimes d’une agression sexuelle pendant leur scolarité à Polytechnique : sans leur consentement, on leur a touché les seins, les fesses, on s’est frotté à elles ou on les a embrassées ; 11 % des femmes ayant répondu à l’enquête affirment avoir reçu des propositions sexuelles insistantes « malgré leur refus ». Trois jeunes disent avoir été droguées à leur insu pendant une fête étudiante. Et onze personnes (dont dix femmes) affirment avoir été victimes d’une tentative de viol ou d’un viol durant leur scolarité à l’X.

Campus de l’École polytechnique . Crédit: École polytechnique – J.Barande, 2020

Continuer la lecture

Galaxie ou l’enfer des COS, par Florence

#BnFgate. Communiqué de presse de l’AluBNF, 8 avril 2022

Les usagers et les usagères de la Bibliothèque nationale de France exigent le retour à des conditions de travail dignes

Communiqué de presse de l’AluBnF (Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF), 8 avril 2022

Le 31 mars dernier, le CHSCT de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a adopté, sur proposition de la direction, une mesure visant à limiter drastiquement la communication d’ouvrages en bibliothèque de recherche. À partir du 2 mai prochain, si cette mesure s’applique, il sera impossible de demander le jour même des livres des magasins de la BnF en dehors du créneau réduit 13h30-17h00, ce qui va altérer radicalement les conditions de recherche. Cette mesure témoigne d’une méconnaissance complète de la pratique des chercheurs et chercheuses qui travaillent dans ses collections, et remet en cause ce qui faisait la valeur de la BnF aux yeux de ses usagers et usagères : la possibilité d’y mener des recherches complexes, aux ramifications imprévues, qui nécessitent de pouvoir consulter parfois de grandes quantités d’ouvrages non repérés à l’avance, dans un délai resserré. Cette pratique exigeante de la recherche nécessite certes des moyens, et c’est la raison pour laquelle nous soutenons, depuis des années, les demandes des syndicats de personnels visant à enrayer la suppression de postes et la précarisation de leurs métiers, qui est inacceptable pour un service public comme la Bibliothèque nationale de France, institution centrale pour l’enseignement supérieur et la recherche française, mais aussi pour la communauté scientifique européenne et internationale.

Cette mesure de dégradation du service public s’accompagne, en outre, de l’annonce d’une augmentation à partir de septembre prochain de 10 % du tarif de la carte Recherche. Où sont passées les promesses pourtant réitérées de la direction de la BnF de tendre progressivement vers la gratuité d’accès ? Faut-il inlassablement rappeler qu’entre les murs de la BnF sont conservées des collections publiques pour l’essentiel issues du dépôt légal et pour partie acquises sur des fonds publics ou grâce à des donations faites aux collections publiques ?

Continuer la lecture

IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne

En passant

Islamophobie à l’IEP de Grenoble : deux interpellations dans le Var pour des propos haineux en ligne,

Extraits.

C’est un rebondissement varois dans l’affaire de l’IEP de Grenoble, avec l’interpellation de deux personnes ce mardi à Toulon et la Crau. En toile de fond de cette affaire, un conflit autour de la signification du terme islamophobie opposant un professeur notamment de l’IEP de Grenoble en début d’année dernière et cette enseignante du laboratoire de sciences sociales [dont il a jeté le nom en pâture].

Sciences-po Grenoble (Isère), le 9 mars. Des étudiants manifestent devant l’école contre l’islamophobie, quelques jours après les accusations contre deux professeurs. AFP/Philippe Desmazes

Continuer la lecture

Guide des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, par Solidaires étudiant-e-s

Après pas mal de temps de travail, voici le guide des réformes qui se sont attaquées à l’enseignement supérieur et à la recherche (ESR) depuis 1986. Ce guide a pour objectif de constituer un outil de formation pour comprendre les processus de libéralisation de l’ESR et donc aussi pour construire des luttes pour un enseignement supérieur émancipateur, populaire, gratuit et ouvert à toutes et tous ! Il a été construit avec les camarades de SUD éducation et SUD recherche.

Accéder au Guide (2020)

 

Site de Solidaires étudiant-e-s

 

Galaxie ne répond plus (3). Mépris « raisonnable » du Ministère

Islamophobie et discriminations à l’université : enquête de l’association Étudiants musulmans de France

Pour répondre à l’enquête, c’est ici

Contact EMF: https://www.emf-asso.fr/