Appel à participation et contributions du colloque-action “Et maintenant on fait quoi”, Grenoble, 23 et 24 mars 2022

Et maintenant on fait quoi ? Penser et agir collectivement à l’université.
Colloque-action,
23-24 mars 2022, Grenoble

→ Informations et inscriptions  ←

Dans quel état est l’université aujourd’hui ?  Que pouvons-nous espérer des diverses mobilisations et de l’action collective ? Comment mettre les personnels et les étudiants au cœur des processus de décision à l’université ? 

Dans un contexte de crises multiples, locale, nationale, politique, économique, sanitaire, écologique, Academia vous invite à participer à ce colloque, pendant 24 heures (du 23 mars 13 heures au 24 mars 13 heures), d’aborder ces questions, de confronter et rassembler des points de vue, et d’ouvrir un espace collectif pour entendre, discuter, débattre et proposer.

Au jour le jour nous assurons nos missions de recherche et d’enseignement, tout en continuant d’exiger des moyens à la hauteur de ces missions et en tentant de protéger les personnels de la surcharge. Cette gestion de la pénurie imposée atteint cependant ses limites, dans un contexte croissant d’individualisation du travail et de mise en compétition permanente. Nous proposons ici d’ouvrir le débat sur ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons plus accepter. Il nous faut sortir de la sidération provoquée par le rythme effréné des restructurations et autres appels à projet, nous extraire des logiques managériales et concurrentielles de “l’excellence” et prendre le temps de réfléchir et de redéfinir collectivement le sens de nos métiers.

Continuer la lecture

Défense de la justice, défense du statut. Au sujet de l’audience solennelle de François Molins, 10 janvier 2022

Il y a près d’un an et demi, Christelle Rabier signait, pour Academia, un billet alarmiste sur l’état très affaibli de la démocratie française, jugée “détaillante” en février par The Economist. Elle se basait alors sur un rapport d’Amnesty international et sur une intervention, bien moins attendue, de François Molins, procureur général, et de Chantal Arens, première présidente de la Cour de Cassation.

Le procureur général près la Cour de Cassation François Molins a réitéré il y a quelques jours sa défense du service public de la justice, alors que des milliers de magistrats ont signé une tribune inquiète sur le devenir de leur activité. En défense des services publics, et sans attendre la même intelligence ni la même ardeur de la part de la Conférence des présidents d’universités, désormais autoproclamée France Universités, plus occupée de marque que de sens des missions de l’université — et qui a l’outrecuidance de prétendre seule nous représenter, nous membres de la communauté universitaire —, nous reproduisons ici une partie de son discours donné en Audience solennelle de début d’année judiciaire (10.01.22).


François Molins, procureur général près la Cour de Cassation. Crédit: Cour de cassation, 2018

Monsieur le premier ministre, cette année encore, vous avez bien voulu honorer cette audience de votre présence. Nous vous sommes reconnaissants de cette marque de considération.

Monsieur le garde des sceaux, Mesdames et Messieurs les hautes personnalités, nous sommes très sensibles à votre présence à cette audience solennelle. Elle traduit l’intérêt que vous portez à la Justice et à ceux qui sont chargés de la faire vivre au quotidien.

Monsieur le président de la Cour de Justice de l’Union européenne, nous sommes très honorés de votre présence à cette audience qui marque l’importance du dialogue des juges dans l’application et l’interprétation du droit primaire et du droit dérivé constitué des règlements et directives européennes dans le respect des grands principes définis par la Cour de Justice de l’Union, dialogue dont le moteur doit être la confiance.

Monsieur le président de la Cour européenne des droits de l’homme, je vous remercie pour votre présence : la fréquence de nos rencontres témoigne de la grande qualité de nos relations.

En cette audience solennelle de rentrée sous les ors de la Grand-chambre, nous avons une responsabilité particulière qui nous est donnée depuis la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 par notre double qualité de première présidente et procureur général et de présidents des formations du siège et du parquet du conseil supérieur de la magistrature qui assiste le président de la République dans sa mission de garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire. C’est cette même responsabilité qui nous avait conduits en juin dernier à alerter le président de la République sur la crise de la justice et sur l’état d’esprit des magistrats, partagés entre la lassitude et la désespérance.

J’aborderai donc successivement l’action du parquet général au cours de l’année écoulée puis la situation de notre Justice.

[…]

Mais venons-en à la situation de notre Justice !

À l’heure où telle une lame de fond, une tribune a recueilli plus de 7000 signatures de magistrats, de greffiers et d’avocats qui exigent une justice proche, humaine et qui se traduise par des décisions de qualité rendues dans des délais raisonnables, je voudrais rappeler que, juges ou procureurs, nous sommes magistrats et que nous exerçons un « métier passion ».

Un métier qui nous dépasse et nous incite en permanence au dépassement de nous-même.

Un métier qui nous conduit à juger ou requérir au nom de l’intérêt général en s’assurant que la loi est appliquée pour tous de la même manière.

Un métier qui nous conduit en permanence à décider, ce qui nécessite des qualités d’humanité, d’humilité et de courage.

Un métier qui nous conduit à être le gardien des libertés individuelles mais aussi le protecteur des plus fragiles et des plus vulnérables, un métier qui nous conduit à être en permanence au cœur de la cité, en prise avec tous les enjeux, les évolutions et les difficultés d’un monde à la complexité sans cesse croissante.

Un métier que nous avons choisi par passion de la justice et dans lequel nous voulons donner du sens à nos actions, au service de la justice et des justiciables.

Une passion pour la justice qui nous a, peut-être à tort, conduits à accepter trop longtemps ce qui ne devait pas l’être, c’est-à-dire l’insuffisance chronique et l’inadéquation des moyens qui nous sont donnés au quotidien pour remplir nos missions et qui n’ont pu en réalité être menées à bien que grâce au dévouement sans limite des magistrats et des fonctionnaires de justice.

Grand-chambre de la cour de Cassation Crédit: Cour de cassation

La crise que nous vivons et que nul ne peut nier aujourd’hui est là : conditions de travail intenables dans les juridictions du fond, souffrance, perte de sens. La tribune, qui dénonce une Justice qui déshumanise et maltraite les justiciables ainsi que ceux qui œuvrent à son fonctionnement, rejoint en réalité le constat de nombreux Français qui estiment la justice trop lente et déshumanisée.

Cette situation, qui est au cœur du travail des États généraux qui se déroulent en ce moment, est en fait la conséquence de plusieurs facteurs qui sont connus depuis longtemps tout comme le sont les remèdes nécessaires.

Quels sont ces facteurs ?

Continuer la lecture

Retour sur un conflit social sur le campus Jussieu – Où comment une société de nettoyage exploite et persécute son personnel avec la complicité de l’université

Depuis février 2021, la société Arc-en-Ciel assure le nettoyage du campus Jussieu pour le compte de Sorbonne Université.

Toutes les universités ne recourrent pas à la sous-traitance. C’est le premier élément qui nous semble important de souligner : certaines universités — ou parfois certains composantes d’université — ont décidé de ne pas externaliser ce service. Contrairement à ce que certain·es aimeraient le faire croire, ce n’est pas une règle ; qui plus est, ce n’est général pas souhaité par les salarié·es1

Grève de septembre 2021, Jussieu. Tous droits réservés

Grève du ménage à Jussieu – Rassemblement 21 septembre (Crédit Photo CGT FERC Sup Sorbonne Université)

En septembre 2021, une grève de l’ensemble des agent·es qui a duré plusieurs jours a permis d’obtenir, sur le papier, une avancée non négligeable sur leurs conditions de travail. Iels dénonçaient la maltraitance dont iels faisaient l’objet et ont obtenu la signature d’un protocole d’accord.  Désormais, c’est de persécution qu’est accusée la société Arc-en-ciel.

Quatre mois plus tard, les inquiétudes restent vivent. Non seulement, ce protocole signé n’est pas respecté mais lun des chefs d’équipe solidaire de ses collègues dans la grève est convoqué pour une procédure disciplinaire pouvant conduire à son licenciement.

Photo: Serge d’Ignazio, janvier 2022

Suite à ces mauvaises nouvelles, une intersyndicale large de Sorbonne Université a appelé à une manifestation devant le siège de la société Arc-En-Ciel et une pétition a été relayée par SUD Éducation2

“Stop sous-traitance”. Manifestation sur la dalle de Jussieu, 27 jnavier 2022. Tous droits réservés.

De manière plus globale, les externalisations au sein des services publics augmentent, ce qui implique évidemment l’appel à des sociétés privées pour faire du travail qui pourrait être fait par des fonctionnaires, avec un vrai statut protecteur.

C’est ici l’occasion pour Académia de faire un peu de publicité à l’excellent livre de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public. Iels ont accepté que nous reproduisions un extrait : nous les remercions vivement.


Quand le service public lavait plus blanc. Pourquoi des éboueurs ou des blanchisseuses fonctionnaires ?

Extrait de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public, Paris, La Découverte, 2021.

Le fonctionnaire stéréotypé, c’est celui qui dort à son bureau, ou une guichetière désagréable. Rares sont les personnes qui savent qu’il y a aussi des ouvriers dans la fonction publique, pas seulement des cadres et des employés. Il faut dire qu’il y en a de moins en moins. Altadis, fabricant de cigarettes (dont les Gauloises), c’est aujourd’hui une entreprise privée, filiale d’un groupe anglais. Au XIXe et pendant une bonne partie du XXe siècle, c’étaient des ouvriers et ouvrières « d’État » qui fabriquaient allumettes et cigarettes pour une « régie » publique. De même, Safran, comme quelques autres grands groupes de fabrication d’armes, d’avions ou de navires militaires, n’appartient plus que pour 10 % à l’État ; mais auparavant, c’étaient des « ouvriers d’État » qui fabriquaient tout cela pour la défense de la France ou d’ailleurs. Fabrique de mort dans les deux cas, sans doute ; mais niveau de vie honnête pour le personnel.

Continuer la lecture

  1. Le recours à l’externalisation est désormais devenu le premier poste budgétaire étatique, à hauteur de 160 milliards d’euros, selon Nos Services publics, qui  en démontrent le caractère très dispendieux dans une analyse récente. []
  2. Dans la presse, voir “En grève, des agents de nettoyage du campus Jussieu sous les fenêtres de leur direction à Champigny-sur-Marne“, Le Parisien, 19 janvier 2022. []

Le recours contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres a été examiné par le Conseil d’État

Il est désormais bien connu que Thierry Coulhon, l’ancien conseiller du président de la République devenu, par la grâce du prince et contre l’avis du Parlement, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), a de sérieux problèmes avec la déontologie. Il n’a, en particulier, pas encore bien compris la différence entre ses anciennes fonctions politiques au sein du pouvoir exécutif et son nouveau mandat à la tête d’une autorité publique indépendante. Certains individus se transcendent lorsque la République leur confie une fonction de contrôle indépendant. Ce n’est à l’évidence pas le cas de Thierry Coulhon.

Ce faible niveau d’exigences déontologiques le conduit parfois aux limites de la légalité. Mais l’homme sait indiscutablement jouer dans les zones grises. C’est ce que le rapporteur public du Conseil d’État a constaté vendredi 21 janvier, dans les conclusions qu’il a prononcées devant la 1ère et la 4e chambres de la haute juridiction, lors de l’audience dédiée à l’examen du recours pour excès de pouvoir déposé en janvier 2021 par onze enseignant·es-chercheur·ses titulaires contre la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres.

Voici donc le communiqué des onze enseignant·es-chercheur·ses ayant formé ce recours. La décision du Conseil d’État est attendue dans deux semaines environ.


Le rapporteur public du Conseil d’État dit sa « gêne » devant la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, mais assure qu’« aucune règle ni aucun principe n’empêchait le président de la République de procéder à un tel choix »

Communiqué

Paris, le 22 janvier 2022.

Le Conseil d’État a examiné vendredi 21 janvier après-midi en séance publique le recours de onze enseignant·es chercheur·ses titulaires contre la nomination par le président de la République de son propre conseiller, Thierry Coulhon, à la présidence du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), l’autorité publique indépendante chargée d’évaluer les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que les formations et les équipes de recherche.

Rôle de la séance publique du Conseil d’État statuant au contentieux du 21 avril 2022

Continuer la lecture

Université de Lorraine : jugement et sanction exemplaires

Le 2 septembre 2020, les parents d’une étudiante remettent à l’Université de Lorraine une lettre que celle-ci a laissé : la doctorante a mis fin à ses jours en raison du comportement de son directeur de thèse. Le geste et la raison du geste, tenus sous silence très longtemps par la présidence, auraient-ils pu etre disparaître dans l’omerta qui caractérise les violences masculines à l’université ? Nous ne le saurons jamais, car en médiatisant la toxicité des relations que son directeur de thèse entretenait avec ses doctorantes, Camille Zimmermann a fait preuve d’un courage inouï et voit aujourd’hui l’aboutissement de sa prise de parole, qui a signifié pour elle abandon de sa thèse.

Academia a relaté dans plusieurs billets les mécanismes de l’omerta : la première tentative de minorer les faits, voire célébrer le travail du directeur malfaisant sur les réseaux sociaux ; la complexité des procédures enchevêtrées, qui étaient autant d’occasions de protéger l’institution, plutôt que les victimes passées, présentes et à venir. Les étudiant·es ont pu changer de directeur au cours de l’automne 20201, lorsque le président de l’Université de Lorraine a demandé d’abord une enquête administratives puis engagé des poursuites contre lui le 15 décembre 2020 et l’a suspendu de ses fonctions d’enseignement et de recherche. Nous n’avons pas eu le temps de publier l’information selon laquelle  le 3 novembre 2021, le directeur de thèse incriminé, pourtant suspendu de ses fonctions de recherche et d’enseignement, se trouvait à enseigner dans la faculté Lettres et humaines de l’Université de Lille, dont le doyen, informé, a demandé à ce qu’il soit mis fin aux vacations.

Le jugement disciplinaire, sur la demande de l’Université auprès du CNESER, a été dépaysé à l’Université de Bourgogne dont la section disciplinaire a entendu le professeur de Lorraine le 13 décembre 2021.

Nous publions intégralement ce jugement et par la sanction que Mme Maryse Gaimard, président, Mme Catherine Vergely-Vandriesse, et M. Patrick Charlot et Gwenaël Massuyeau, assisté·es de M. Pierre-Alexandre Falbaire, ont prise et fait publier aujourd’hui à l’Université de Lorraine.

Disons-le simplement : le jugement et la sanction sont exemplaires, à l’image sans doute de l’instruction conduite par le CHSCT, qui a recueilli “de nombreux témoignages”, concordants. Les juges soulignent d’abord que le directeur de thèse n’assurait pas correctement la mission qui lui était impartie ni selon l’article 16 de l’arrêté du 25 mai 2016, ni selon la charte du doctorat de l’Université de Lorraine ; que le professeur des universités a enfreint, par son comportement, l’article 25 de la loi 83-634 portant droit et obligation des fonctionnaires, selon lequel “Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité“. Iels ont considéré que la personne jugée n’avait fait “preuve d’aucune remise en question de ses agissements, mais au contraire invoqué un complot contre sa personne” et que les enseignements à Lille représentaient une circonstance aggravante, motivant une décision immédiatement exécutoire nonobstant appel.

“Considérant la nécessité de protéger les étudiant·es du service public de l’enseignement supérieur de tout comportement inopportun du corps enseignant”, la section disciplinaire de l’Université de Bourgogne a condamné la professeur des universités de l’Université de Lorraine a sa mise à la retraite d’office2.

https://www.flickr.com/photos/104342908@N08/39205348361/in/photolist-22JrEb6-LGTBCk-iYFyuW-5xEkbB-bpLHJk-ApCKu-PWZtXE-qawc1d-21ZAkd9-rkmLcQ-QBirn1-QcdFk2-pM9DKn-Ebgc3o-QZGV7W-28rgLF7-24aKr6z-FEWt3F-PNxczn-JzvzPv-8WAhEx-7tqgFh-23mLnax-22WSjJH-rcM9Sk-SjLn6X-7PPrcd-21HgurJ-RkfXQK-R34kLu-SeDz9E-RUPQRf-NBYMPD-243QEUD-BhCVzG-PSi13H-2cZmHjV-RAgtry-DxH88F-LbmfJN-BgNtrb-EaBYhP-HV2WyP-Q3cfXd-ycLWP-irzF44-97oMNF-BYKBrU-7ye3cE-PtBqbn

Rose und Schnee, par Michael Mueller, 2017

Continuer la lecture

  1. Les étudiant·es qui en avaient fait la demande ont pu bénéficier de trois mois de financement supplémentaires.; voire d’une aide psychologique sur le campus. []
  2. La sanction “mise à la retraite d’office” est la dernière sanction par ordre de gravité, avant la révocation pure et simple, selon l’article L952-8 du Code de l’éducation. []

L’évaluateur évalué (8): à propos d’une note d’observations du président du Hcéres au sujet de l’Université de Bordeaux

Le rapport d’évaluation de l’Université de Bordeaux (vague B 2020-2021) vient d’être publié sur le site internet du Hcéres1. Cette publication s’accompagne d’une note d’observations du président du Hcéres, Thierry Coulhon, publiée hors rapport. Cette initiative, sans précédent dans le processus de publication des rapports du Hcéres, est scandaleuse car elle déroge aux règles élémentaires et à l’éthique de l’évaluation par les pairs, fondement méthodologique du Hcéres.

Cette note d’observations apparait dans un premier temps comme un résumé du rapport d’évaluation, qui peut avoir son intérêt (communication rapide sur les analyses du comité d’évaluation) mais fait courir le risque de détourner le lecteur d’une étude plus approfondie du contenu du rapport. À noter toutefois une incise pour le moins désobligeante pour l’Université de Bordeaux et totalement inappropriée dans le cadre méthodologique du Hcéres :  la première phrase mentionne en effet que la sélection de l’Université de Bordeaux dans le cadre de l’Idex aurait été opérée « à la surprise du monde académique ». Ce type d’appréciation, relevant plus d’une brève de comptoir que d’une analyse étayée par des preuves objectives, constitue une prise de position du président du Hcéres inacceptable qui laisse entendre que l’Université de Bordeaux n’avait pas a priori le niveau pour une telle reconnaissance ! Ceci s’entend évidemment du point de vue du microcosme parisien de l’ESR dont fait partie Thierry Coulhon….

Mais bien plus grave encore, et motivant la présente brève,  la fin de la note va au-delà du résumé du rapport avec des prises de positions directes au nom du Hcéres.

Désobligeance de méthode

Le président du Hcéres « regrette que l’université n’ait pas souhaité utiliser la possibilité qui lui était donnée de répondre publiquement au rapport pour assumer sa position sur le sujet » des « synergies nouvelles avec les divers acteurs universitaires » du site bordelais. J’objecterai que la réponse du président de l’établissement, insérée dans le rapport comme il en va traditionnellement dans les publications du Hcéres, est totalement libre et le président du Hcéres n’a pas à en commenter le contenu, ce qui est particulièrement irrespectueux à l’égard du président de l’Université de Bordeaux.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Les évaluations d’établissements se font sous la responsabilité du département dirigé par Pierre Glaude, éternel directeur, proche de l’Action française. []

Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

La circulaire du 5 janvier 2022 ou la banalisation au forceps des chaires de professeur junior

La direction générale des Ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation accélère encore sur les « chaires de professeur junior », la voie dérégulée d’accès au corps des professeur·es des universités créée par l’article 4 de la loi de programmation de la recherche du 24 décembre 2020.

La première campagne, lancée par voie de circulaire au début de l’été 2021, avait déjà été menée tambour battant, avant même que le décret d’application ne paraisse. Elle a débouché sur l’arrêté du 17 décembre 2021 ouvrant 92 chaires, dont 74 dans les établissements publics d’enseignement supérieur. Comme Academia l’avait résumé dans un précédent billet, certains établissements ont été particulièrement zélés, et cela ne surprendra personne : dix chaires pour Paris-Saclay1 ; sept pour l’université-qui-a-essayé-d’usurper-une-histoire-collective-avant-de-se-faire-condamner-par-le-Conseil-d’Etat ; ou encore quatre pour Cy Cergy Paris Université.

La LPR permet néanmoins de monter jusqu’à 15 % des recrutements annuels autorisés de professeur·es des universités, soit presque 250 chaires. On était encore loin du compte avec ces 74 chaires, et c’est pourquoi la DGRH a envoyé le 5 janvier 2022 une nouvelle circulaire à tous les établissements, annonçant l’ouverture in extremis d’une campagne complémentaire de recrutements pour des entrées en poste en octobre 2022.

L’effet a été immédiat. Des universités réticentes, et pire même, des universités dont les conseils centraux avaient solennellement pris position contre les chaires de professeur junior, commencent à s’agiter. C’est le cas, par exemple, à l’université Paris 1, comme le dénonce le collectif des doctorant·es mobilisé·es de cette université. C’est le cas, aussi, à l’université Paris-Est Créteil, où l’équipe présidentielle a demandé ingénument, mi-janvier, à toutes les composantes de transmettre leurs « éventuels projets » de chaires pour cette seconde vague, oubliant opportunément qu’il y a quelques semaines à peine, la Commission Recherche avait voté à l’unanimité le vœu que l’établissement ne recoure pas à ce dispositif, peu après que le Conseil académique en formation restreinte avait solennellement demandé, à l’unanimité aussi, que l’université ne participe à aucune « procédure locale ne permettant aucune évaluation nationale ».

Maxime Raynal, Le phare rouge. Port-la-Nouvelle par temps gris, 15 février 2019

C’était malheureusement prévisible : tout est fait pour imposer les chaires de professeur junior dans le paysage.

D’ailleurs, à chaque nouvelle étape administrative depuis la LPR, les conditions légales qui encadraient le recours aux chaires de professeur junior, pourtant déjà bien légères, s’érodent un peu plus. Les chaires sont non seulement inacceptables dans leur principe ; mais à l’évidence, le ministère entend en imposer la version la plus dure possible. Retour sur ce durcissement. Continuer la lecture

  1. Six pour l’université Paris-Saclay stricto sensu, auxquelles s’ajoutent : une chaire pour Centrale Supélec, membre-composante de cette université, une pour l’UVSQ, membre-associée, et une pour Evry, membre-associée aussi []

Non aux chaires de professeur junior à Paris 1 !

  • par les Doctorant·es mobilisé·es pour l’Université de Paris 1

Version .pdf        –     version en ligne

À l’automne, c’est avec grand étonnement que nous avons vu être abordée, en commission de la recherche, la question des chaires juniors, et ce sans en avoir été informé·es auparavant. À l’étonnement a succédé la colère lorsque, au détour des questions diverses, nous avons appris le 11 janvier dernier que la présidence comptait mettre au vote des conseils la mise en place de ces contrats, sans la concertation préalable qui nous avait été promise en commission de la recherche. Si sur le fond la présidence peut défendre une position, nous sommes floué·es sur la forme : le conseil académique devant trancher cette question se réunira en formation restreinte. Aucun·e doctorant·e ne pourra siéger, alors que nous sommes concerné·es au premier chef par cette question. Présentée comme “solution la moins pire” par certain·e·s, voire comme “bonne solution” par d’autres, nous tenions à rappeler à tou·te·s et à chacun·e que financer de la précarité sur de la précarité n’est pas acceptable.
Les éléments de communication du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) font de ce dispositif un moyen de développer “des carrières plus attractives”. Ainsi, les chaires juniors visent à permettre aux jeunes chercheur·se·s d’accéder plus rapidement à un poste, de favoriser le développement de disciplines émergentes, de mettre en avant les projets de recherche, en sortant des logiques disciplinaires et en prenant en compte “la diversité des mérites des candidats”, de réduire la précarité des années d’après thèse puisque ce dispositif a “vocation à déboucher sur de l’emploi titulaire”. Pour autant, ces belles intentions affichées par le ministère ne doivent pas faire oublier les dangers liés au développement de ces chaires juniors.

Logo de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Pourquoi signer la pétition “Carrières universitaires” de la CP-CNU ?

Relayer la pétition lancée par la commission permanente du Conseil national des universités pour “que l’université et la recherche restent un service public national” a suscité quelques discussions au sein de la rédaction d’Academia. Les étudiant·es font la queue aux distributions alimentaires et résistent désormais à la menace d’une augmentation des droits ; les jeunes docteur·es sans poste font des vacations moins rémunérées que le SMIC tandis que l’emploi statutaire s’érode inexorablement. Pire, la loi de Transformation de la Fonction publique, passée en catiminié l’été 2019, a privé les Commissions administratives paritaires(CAP) de leurs prérogatives en matière de promotion, condamant des dizaines de milliers d’agent·es BIATSS à dépendre exclusivement de leur hiérarchie pour leur avancement de carrière et ce, sans aucune réaction au sein de l’université1. Dans ce contexte, demander, comme le fait le début de ce texte, aux “étudiantes et étudiants, personnels d’accompagnement, citoyennes et citoyens” de défendre nos modes de promotion ne nous paraît pas être la manière la plus heureuse d’entrer dans le débat. Et pétitionner à propos de la procédure nationale d’avancement de grade ne nous semble pas tout à fait à la hauteur des enjeux du moment pour l’ESR.

Mais il est vrai aussi que lorsque chacun chipote, on ne fait plus rien collectivement. Il est vrai, surtout, que cette histoire de promotions est un marqueur : cette réforme, qui va toucher presque immédiatement la totalité de 60 000 enseignant·es-chercheur·ses, compromet effectivement “l’intégrité, la diversité et la qualité du travail universitaire, en amputant le CNU de ses principales compétences décisionnelles et en conférant aux chefs d’établissements une capacité exclusive de décision de toute promotion au sein des corps universitaires. En cela, elle est, de fait, une attaque majeure contre la liberté académique et le service public de l’ESR. Une parmi d’autres.

“Carrières universitaires : pour l’équilibre entre le local et le national”

→ Signer la pétition ←

Affiche, 2018

  1. Academia espère publier rapidement un billet sur ce sujet et en appelle aux bonnes volontés. []

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

[Edit du 2 février 2022 : ajout du retour de Blanche Leridon à l’Institut Montaigne]

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Continuer la lecture

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []