La direction de l’école d’architecture de Lille, spécialiste des tours d’ivoire

Communiqué de presse

Les signataires du présent communiqué, rassemblés sous le nom d’Instance Démocratique Expérimentale (INDEX), souhaitent porter à la connaissance du plus grand nombre les méthodes antidémocratiques qui ont été employées par le Conseil d’Administration de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille (ENSAPL) en vue d’imposer son adhésion à l’Etablissement Public Expérimental (EPE) de l’Université de Lille.

Logo de l’ENSAPL

Peu de temps avant le début de la crise sanitaire, le Conseil d’Administration (CA) de l’ENSAPL a été invité à suivre l’élaboration des statuts de ce futur EPE, regroupant autour de l’Université de Lille 5 grandes écoles (Centrale Lille, ESJ, Sciences Po, Institut des Mines de Douai, ENSAPL). Les différentes instances de l’établissement ont été invitées par le directeur à s’exprimer à propos de ce projet. De nombreuses composantes de l’ENSAPL ont alors rédigé et adressé au CA des motions clairement opposées à l’adhésion de notre école à l’EPE. Ce fut le cas de la totalité de la formation Paysage (l’une des deux formations regroupées à l’ENSAPL), de la commission de la recherche (CR, l’une des deux composantes de la CPS, c’est-à-dire de l’assemblée des enseignants, administratifs et étudiants de l’école), mais aussi du comité technique (CT) et du conseil du laboratoire de recherche de l’école. Ces motions n’ont pour la plupart pas motivé de réponse de la part de la direction ni du conseil d’administration.

Un vote, commun à l’ensemble des établissements concernés par le regroupement,  a été organisé le 22 Avril 2021, à un jour des congés de printemps. En ont résulté 10 voix favorables à l’adhésion, 9 contre et 1 abstention. Conformément aux règles du vote préalablement établies qui exigeaient la majorité absolue de voix favorables à l’adhésion, soit 11 voix pour,  le CA a conclu que l’adhésion de l’ENSAPL à l’EPE n’était pas validée.

Quelques jours plus tard, en plein congé de printemps, un membre extérieur du CA, occupant une place importante dans l’organigramme de direction de l’Université de Lille, a demandé à la présidente du CA d’organiser un nouveau vote pour qu’une position plus nette soit dégagée. Cette demande impliquait d’invalider une décision légitime d’une instance élue de l’ENSAPL. La présidente du CA, avec l’appui du directeur de l’ENSAPL, et le soutien du ministère de tutelle (le ministère de la Culture), a entériné le principe de ce nouveau vote, et en a fixé la date à la rentrée, soit le 12 Mai, ne laissant ainsi aucun temps à l’échange et au débat contradictoire des points de vue, condition demandée par une majorité des enseignant.es titulaires de l’établissement par voie pétitionnaire.

Face à cette situation ubuesque, 4 membres du CA, représentants des enseignants et des étudiants, (rejoints depuis par 2 autres) ont démissionné pour protester contre le caractère irrégulier et antidémocratique du second vote. Cela n’a pas troublé la direction et la présidence du CA, et ces défections ont permis de faire passer à 13 le nombre de voix favorables à l’adhésion.

C’est dans ce contexte que le collectif d’enseignants, d’étudiants, de doctorants et de personnels administratifs que nous représentons s’est formé, en rassemblant les personnes qui ne se sentent plus légitimement représentées par le CA de l’ENSAPL, suspendent leur participation à toute forme d’instance et conditionnent leur retour dans ces instances à la démission préalable du CA et de sa présidente. L’INDEX a organisé une consultation électronique de l’ensemble des enseignants de l’école pour savoir s’ils seraient favorables à ce qu’un recours contre le second vote soit porté devant le Tribunal Administratif, afin de clarifier la situation et de ramener les instances sur des bases saines et légitimes. La majorité des enseignants ont approuvé ce choix et ce recours a donc été déposé durant l’été et transmis en Septembre dernier aux directions concernées.

Continuer la lecture

Les universitaires suisses contre la banalisation de l’extrême-droite

Claude Danthony in memoriam

Nous sommes nombreux à avoir été choqués et meurtris par le brusque décès de Claude Danthony, victime d’un malaise mortel le vendredi 8 octobre 2021, à 60 ans. 

Claude Danthony. Photo d’archives Progrès /Richard Mouillaud

Nous avons eu la chance de croiser sa route et il nous a énormément apporté, comme enseignant, collègue, compagnon de lutte, ami. Auteur d’un billet sur le plagiat – Paris-1, la valeur des diplômes et l’appel disciplinaire, juillet 2020 – Claude était aussi un correspondant complice et compétent de la rédaction d’Academia ; nous nous réjouissions de le rencontrer bientôt à l’occasion du colloque qui allait se tenir pour les 10 ans du célèbre arrêt auquel il a donné son nom, en sa présence. Nous n’aurons plus ce plaisir.

Mathématicien, maître de conférences à l’ENS de Lyon depuis 1989, c’est dans le domaine du droit administratif qu’il a connu sa plus grande célébrité suite au recours au Conseil d’État qu’il a porté pour faire annuler un décret de constitution de l’ÉNS de Lyon pris dans l’illégalité. La décision du Conseil d’État a fait date, en annulant le décret mais en consacrant ses conséquences antérieures à l’annulation comme définitives : on parle maintenant de “jurisprudence Danthony”. Ce recours, et d’autres qui ont suivi, ont été mal perçus par certaines personnes, bien entendu, jugeant ses interventions et ses actions comme autant d’obstacle à la “bonne” marche des institutions universitaires. C’est pourtant le souci de maintenir vivante la démocratie universitaire qui motivait Claude. Il a travaillé d’arrache-pied sur ce recours historique, mais aussi d’autres actions1  pour l’ÉNS de Lyon – qui s’identifie  non à sa direction, mais à l’ensemble des personnes, élèves, personnels qui la font vivre.  Il fallait être persuadé qu’une telle institution mérite d’être dirigée dans le respect des règles démocratiques pour trouver toute l’énergie que ce combat lui a demandé, et pour se former en vue de le mener.

Profil public de @claude_danthony sur Twitter, où il était un contributeur actif.

Cet attachement à la démocratie et à la transparence à l’université, mais plus simplement aux personnes, membres de la communauté universitaire, étudiants et étudiantes incluses2, se ressentait dans beaucoup d’autres actions où les grandes compétences juridiques de Claude ont été sollicitées par la suite, comme par exemple dans le soin extrême qu’il mettait à préparer des cours limpides ou à s’engager contre les violences sexistes et sexuelles.

Nous espérons que Claude savait notre attachement, combien nous l’estimions. Il va nous manquer, beaucoup.
***

Continuer la lecture

  1. Voir tout récemment le succès collectif contre la COMUE lyonnaise Saint-Étienne dit non à la fusion universitaire avec Lyon : et maintenant ? []
  2. Parmi les témoignages de l’attachement des étudiantes et des étudiants à Claude, voir Inspectrice Gadget sur Twitter. []

Étudiantes contre violences sexistes et sexuelles : une rentrée engagée

Des réalisations mettent à l’honneur le travail du collectif Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L’Enseignement Supérieur, qui commente durement l’action en demi-teinte du Ministère en la matière.

Le podcast Thésard-es, produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier, explore le travail des doctorantes et des doctorantes, et les difficultés qu’iels surmontent. Pour sa nouvelle saison (2), Thésard-es, produit par se propose d’y ajouter quelques émissions thématiques et commence avec une invitation des membres du Clasches.

 

Autre réalisation à partir du guide de Clasches (73 pages) pour Paris-1, le tract conçu et réalisé par le Collectif fémniste de Paris-1 (version .pdf)

Merci et bonne rentrée féministe !

 

Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

#NousEtudiantEsHandiEs : L’Alternative saisit la Ministre

Suite aux révélations de Mediapart  sur le harcèlement vécu par une étudiante handicapée de l’Université de Paris1 et aux nombreux témoignages publiés sous le #NousEtudiantEsHandiEs, l’union syndicale L’Alternative écrit à la Ministre pour demander l’ouverture d’une enquête administrative, des mesures conservatoires pour le bon déroulé de l’enquête, une intervention de la ministre pour que l’étudiante puisse reprendre ses études dans un cadre protecteur, et plus largement, la mise en œuvre d’un plan national Handicap et longue maladie dans l’enseignement supérieur.

 

  1. Handicap : l’université Paris-Descartes fait vivre un calvaire à une étudiante jugée encombrante, par David Perrotin, Mediapart, 11 octobre 2021. Voir également la vidéo comprenant des éléments choquants. []

Nouvelle attaque contre le budget de la recherche scientifique dans le Brésil de Bolsonaro

  • par Laura Leal, Universidade Federal de São Paulo (UNIFESP)

Le budget du Brésil subit des coupes sévères depuis 2016, lorsqu’un coup d’État a chassé Dilma Roussef de la présidence. Ces coupes se sont aggravées après 2018, avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Bolsonaro. En 2016, 5,6 milliards de reais ont été alloués au ministère de la Science et de la technologie, alors qu’en 2021, ce montant était de 1,8 milliard de reais, soit une réduction de 68 %. En 2012, le budget total alloué à la science était de plus de 11 milliards – une réduction de 84% entre 2012 et 2021. Sur les 1,8 milliard de R$ alloués à la science en 2021, environ un milliard est utilisé pour financer les bourses de master et de doctorat des étudiants, ce qui laisse moins de 800 millions de R$ pour financer tous les projets de recherche menés par plus de 200 000 chercheurs brésiliens. Pour réduire l’impact de cette réduction massive du financement de la recherche, le Congrès et le Sénat brésiliens ont approuvé en août 2021 l’allocation d’un financement supplémentaire de R$ 690 millions à la science et à la technologie. Malgré cela, sans aucune discussion avec la communauté scientifique, Paulo Guedes, notre ministre de l’économie, a décidé d’allouer 92% de cette ressource supplémentaire à d’autres ministères, laissant la Science avec presque aucune ressource pour financer les projets de recherche déjà approuvés cette année. Cette décision a été rapidement approuvée par le Congrès et le Sénat brésiliens. Il s’agit d’un scénario catastrophe qui va étrangler encore davantage la recherche scientifique de la  9e économie mondiale.

Il est important de noter que, bien que le budget des bourses d’études n’ait pas été affecté cette fois-ci, les ressources qui lui sont allouées ont également subi des coupes sévères au cours des cinq dernières années. En 2021, le ministère de la Science et de la technologie n’a pu accorder que 13% de toutes les bourses doctorales et post-doctorales demandées. En outre, la valeur des bourses d’études au Brésil n’a pas été réévaluée depuis 2013, alors que l’inflation cumulée au cours des 12 derniers mois dépasse les 10 %. Au Brésil, les étudiants doivent s’engager pleinement dans leurs projets de master ou de doctorat, et ne sont pas autorisés à pratiquer d’autres activités rémunérées. Par conséquent, ces bourses rares et insuffisantes fonctionnent comme un salaire pour les jeunes chercheurs qui perdent progressivement la motivation pour s’engager dans une carrière scientifique.

Pour aller plus loin