Le MESRI fait appel de la décision du tribunal administratif de Paris réintégrant la Ferc-CGT aux discussions ; satisfaction du SGEN, du SNPTES et de l’UNSA

Extraits. Le MESRI a décidé de faire appel de la décision en référé du tribunal administratif de Paris du 9 mars 2021, qui lui enjoignait de convier la Ferc-CGT aux réunions du comité de suivi de l’accord du 12 octobre 2020 relatif à l’amélioration des rémunérations et des carrières, apprend AEF info le 29 mars 2021. Le tribunal justifiait sa décision par le fait que les discussions de ce comité de suivi portaient sur des sujets plus larges que ceux mentionnés dans l’accord, ce qui impliquait, selon lui, d’y associer les organisations représentatives. (…)

La CFDT manifeste à Rennes contre la loi travail © SIPA

Continuer la lecture

La direction du CNRS, missionnée par le ministère, envisage de réduire la proportion de membres élu·e·s dans les sections du Comité national. Communiqué intersyndical, 30 mars 2021

Communiqué des organisations syndicales représentatives du CNRS du 30 mars 2021

Les organisations syndicales représentatives du personnel du CNRS ont été informées des intentions très graves de la direction du CNRS concernant un projet de réforme du Comité national de la recherche scientifique, lors d’une rencontre le 19 mars 2021 avec A. Schuhl, Directeur général délégué à la Science. À la demande de la ministre, la direction du CNRS est missionnée pour rendre, d’ici le début de l’été, des propositions de modifications de la composition et des missions des sections du Comité national. À cette occasion, la direction du CNRS souhaite réduire la proportion à moitié de membres élu-e-s dans les sections au lieu de deux tiers actuellement, en diminuant la part des enseignant·e·s-chercheur·euse·s élu·e·s.

Le Comité national est une instance qui représente l’ensemble de la communauté scientifique académique. Sa composition et son mode de fonctionnement visent à garantir l’indépendance de la recherche par rapport aux intérêts politiques et économiques, ce qui suppose de s’assurer de sa diversité et de sa qualité, mais aussi de son organisation démocratique. En particulier, le Comité national est, et doit rester, indépendant de la direction du CNRS. C’est pourquoi les sections du comité national sont composées d’un tiers de membres nommé-e-s et de deux tiers de membres élu-e-s issu-e-s de l’ensemble de la communauté scientifique : chercheur·euse·s du CNRS, mais aussi d’autres organismes nationaux de recherche, enseignant·e·s-chercheur·euse·s des établissements d’enseignement supérieur, ingénieur·e·s et technicien·ne·s. La proportion de deux tiers de membres élu·e·s est essentielle pour garantir la diversité et la représentativité de la communauté scientifique et l’indépendance et le rôle du Comité national.

Les organisations syndicales signataires s’opposeront à toute diminution du nombre et de la proportion de membres élu·e·s.

SNCS-FSU, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST, SNPTES

L’ISBA de Besançon : déni, « ESR-style »

Omerta mode d’emploi #13

Tout commence en septembre 2020 par la création d’une page Facebook « Balance ton école d’art » qui relaie des témoignages glaçants au sein de l’école des beaux-arts bisontine. Violences sexuelles et sexistes, racisme, abus d’autorité, une partie du corps professoral est visée.

Face à cela, deux enquêtes sont lancées : une judiciaire et une administrative. A quelques jours de la publication des conclusions de cette dernière, un comité de soutien anonyme signe une lettre de soutien au directeur de l’école, accusé d’avoir couvert les faits et protéger les mis en cause.

Cette lettre de soutien, intitulée « QUI VEUT NOYER SON CHIEN L’ACCUSE DE LA RAGE »  est un archétype de réactions que l’on observe dans l’enseignement supérieur face à ces situations1

Elle commence par la victimisation, criant à la cancel culture :

« En tant que groupe de soutien à Laurent Devèze, nous souhaitons à présent prendre la parole car celle-ci doit être enfin entendue. Il est temps que d’autres voix s’élèvent. »

Continuer la lecture

  1. Sur Academia, les réactions oscillent entre déni et omerta. Voir Omerta mode d’emploi, 11 septembre 2020 ou plus récemment « E.cole N.ormale S.existe » et « #PintonDémission ». Sur le scandale des agressions sexuelles à l’ENS de Lyon, 24 mars 2021; Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne, 30 mars 2021. []

Violences sexuelles à l’école des mines d’Alès : le directeur démissionne

Omerta mode d’emploi #12

← Article précédent

Article suivant →

 

  • France 3 Occitanie, 9 mars 2021

L’école des mines d’Alès est dans la tourmente depuis la révélation par des jeunes filles d’affaires de viols et d’abus sexuels lors de fêtes étudiantes. Dans ce contexte, le directeur Thierry de Mazancourt annonce sa démission pour des « difficultés internes ».

L’école des Mines (IMT) d’Alès, dans le Gard. • © FTV

Pour lire l’article sur France 3 Occitanie →

Ce que Université veut dire

Mise en place du Comité des Financeurs de l’Inria et rappel des libertés académiques. Communiqué du SNTRS/SNCS-FSU, 23 mars 2021

23 mars 2021
Dans la droite ligne du COP, la création d’un « comité des financeurs » a été soumise au vote du conseil d’administration de l’Inria le jeudi 11 mars. Ce comité devra contrôler l’utilisation des moyens incitatifs vers l’implémentation de la politique scientifique du COP1, ces moyens étant octroyés par les différents financeurs publics de l’institut. Dans la note associée à cette création, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État ». Ce document étant le seul de ce CA marqué « Confidentiel », nous ne pouvons pas le partager avec l’ensemble des personnels de l’institut.
Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT au CA s’opposent à cette vision réductrice des missions de l’Inria et ont voté contre la mise en place de ce comité. Ils ont présenté la motion ci-dessous lors du conseil d’administration.

Motion présentée au Conseil d’Administration

Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT souhaitent interpeller l’ensemble du Conseil d’Administration sur la mise en place du comité des financeurs (Point 9 de l’ordre du jour du CA). En effet, dans ce point il est écrit : « À ce titre, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État » « . Les élu·e·s rappellent que l’Inria est un institut de recherche publique, et que les missions de ses personnels sont définies par le code de la recherche. Ces missions comprennent en particulier le développement des connaissances, leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société, l’information des citoyens et la diffusion de la culture scientifique et technique dans toute la population. Le code de la recherche précise également que les statuts des personnels de recherche doivent garantir l’autonomie de leur démarche scientifique pour l’accomplissement de ces missions.
La charte européenne du chercheur, signée par l’Inria, indique :
« Les chercheurs devraient centrer leurs travaux de recherche sur le bien de l’humanité et l’extension des frontières de la connaissance scientifique, tout en jouissant de la liberté de pensée et d’expression, ainsi que de la liberté de déterminer les méthodes qui permettent la résolution des problèmes, selon les pratiques et principes éthiques qui sont reconnus. »
Il est donc très réducteur d’écrire que l’Inria « n’est qu’un instrument au service de l’État » et cette formulation pourrait induire une volonté de revenir sur la liberté académique.
Comme le document l’indique, la création du comité des financeurs s’inscrit dans la droite ligne du COP auquel nous nous opposons depuis sa première présentation. Il aura pour conséquence l’augmentation des financements sur projets au détriment des financements pérennes et la précarisation des chercheurs par l’augmentation des contrats à durée déterminée et la dégradation de la qualité du travail scientifique. La formulation peut-être maladroitement trop franche du document d’aujourd’hui est une excellente illustration du caractère délétère du COP.

  1. ce comité est également supposé vérifier que les différentes tutelles fournissent bien les financements auxquels elles se sont engagées, toutefois au vu de la composition de ce comité (représentants des tutelles, et pas de représentants syndicaux), on se rend bien compte de l’asymétrie du procédé. []

Ouvrir la voix. Être noir·e à l’université en France, par Candyce Bosson IV, 2021

Ouvrir la voix est la première partie de mon projet « Vers une réussite universitaire noire française ». Ce projet est issu du mémoire que j’ai effectué en master de géographie à la Sorbonne, entre 2017 et 2019. J’étais alors tutrice de méthodologie pour l’UFR de géographie et je voulais com-prendre pourquoi il y avait si peu d’étudiants noirs dans certains hauts lieux français du savoir. La première phase de mon enquête consistait à observer les dynamiques sociales et spatiales d’un campus de la Sorbonne (Clignancourt) et y récolter les témoignages de plusieurs étudiants noirs.

Ouvrir la voix est un compte rendu de ce riche matériau universitaire dont émanent plusieurs réflexions et enjeux.Quels sont les éventuels éléments qui obstruent l’ascen-sion de cette minorité étudiante noire française ? Quelles stratégies met-elle en place pour pouvoir briller, malgré les obstacles ? Quels sont les points communs, mais aussi les divergences entre ces étudiants qui partagent l’expérience d’être racisés, dans un prestigieux géosymbole du savoir français ? Autant de questions soulevées par cet ouvrage qui entrecroise des témoignages anonymisés d’étudiants noirs avec des planches d’observation de mon carnet de terrain.

Continuer la lecture

Contribution de la CP-CNU à la concertation article 5, mars 2021

Préambule aux réponses de la CP-CNU au questionnaire en vue de la concertation

Le questionnaire proposé par la DGRH en vue de la concertation engagée par le Ministère sur l’article 5 de la LPR a été soumis à toutes les sections du CNU et la contribution écrite de la CP-CNU est une synthèse des réponses des sections. Il ressort de la consultation des membres des sections une très grande colère qui est le résultat de l’adoption de la LPR et qui tient tant à la méthode qu’au contenu de cette concertation.

Même si nous considérons tout à fait légitime que le CNU soit associé à la réflexion sur la mise en oeuvre de l’article 5 de la LPR, nous ne pouvons que dénoncer une nouvelle fois cet article, surgi à la dernière minute lors des discussions au Sénat.

Madame la Ministre, ses deux derniers cabinets en date ainsi que la DGRH ont affirmé à plusieurs reprises aux membres du bureau de la CP-CNU que la LPR ne concernait pas le CNU et n’en modifierait pas les prérogatives, raison sans doute pour laquelle le CNU n’a à aucun moment été associé aux travaux préliminaires à l’élaboration de cette loi. Que la réflexion sur les modifications d’accès à l’emploi statutaire des enseignants-chercheurs intervienne en aval de l’élaboration de la loi et de son adoption semble pour le moins contraire à ce que doit être une concertation pensée collectivement.

Continuer la lecture

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Mis en avant

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis

Academia a demandé audience au président du Sénat au sujet de la protection constitutionnelle due aux libertés académiques et au droit d’étudier

De: Christelle Rabier
À: Gérard Larcher
Cc: academia redaction
Envoyé: Mardi 23 Mars 2021 09:31:59
Monsieur le président du Sénat,
au nom de la rédaction d’Academia, je me permets de vous écrire afin de vous demander audience. 
Àquelques jours de l’examen d’un projet de loi visant à renforcer les principes de la République en hémicycle, la rédaction d’Academia juge désormais critique de confier l’Appel solennel à la protection des libertés académiques et du droit d’étudier (https://academia.hypotheses.org/27287 )- au garant de la Constitution et de ses principes que vous êtes en qualité de président du Sénat. Cet appel a déjà été signé par des dizaines d’acteurs majeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Cet appel, initié le 28 octobre 2020, soit peu de temps avant le vote définitif de la loi de programmation de la recherche 2021-2030, conserve plus que jamais sa brûlante actualité. Depuis octobre en effet, les attaques n’ont cessé de se multiplier à l’endroit d’universitaires en exercice ou de présidents d’université, tant à l’initiative de parlementaires, que de médias et désormais de la part de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Les médias étrangers ne cessent d’alerter sur les graves dangers que courent les libertés académiques françaises depuis janvier 2021, après que des universitaires du monde entier ont exprimé leur inquiétude. Reprenant la requête formulée par la Commission permanente du Conseil national des universités le 6 novembre 2020 (https://academia.hypotheses.org/27925), qui jugeait que toute communication entre la Ministre et la communauté des universitaire était rompue, une pétition de 22 000 universitaires demandant la démission de Frédérique Vidal sera remise ce jeudi 25 mars au Premier Ministre (https://www.facebook.com/events/274450924273713).
Compte tenu des dispositions que comportent désormais les amendements déposés par la Commission Culture, nous en appelons au troisième personnage de l’Etat afin de nous assister dans la préservation des principes constitutionnels touchant aux libertés académiques et aux franchises universitaires.
C’est pourquoi nous sollicitons une audience qui nous permettrait de lire et de remettre publiquement notre appel, en présence des représentants de la presse, avant l’examen du projet de loi « Principes républicains », soit le lundi 29 en journée, ou le mardi 30 dans la matinée.
Dans l’espoir que vous accéderez à notre demande, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de la haute considération dans laquelle vous tient la rédaction d’Academia,
Christelle Rabier, pour la rédaction d’Academia
_________________________
La rédaction d’Academia n’a obtenu  à ce jour aucune réponse

Sur Academia

L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. « Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial », a déclaré un membre du corps enseignant. « Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel », a écrit un∙e autre. « Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes »… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que « troisième pays le plus représenté dans le Top 200 », selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information « particulièrement digne d’être soulignée » : « L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166 ».

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []

« Passionate and burn out« . Un webinaire berlinois sur le travail précaire dans l’ESR, 8 avril 2021

Séminaire en ligne – jeudi 8 avril 2021, 14h

Description : Cet exposé traitera de l’état actuel du travail et de l’emploi universitaires. Une attention particulière sera accordée à la tension entre la précarisation néolibérale du travail et la culture traditionnelle du travail universitaire basée sur la passion et la motivation intrinsèque. L’impact de la diminution de la sécurité de l’emploi et de l’augmentation des pratiques d’emploi temporaire sera discuté du point de vue de l’avenir de l’enseignement supérieur et du bien-être des chercheurs en début de carrière. L’objectif principal est d’éclairer comment les facteurs spécifiques au secteur peuvent être propices aux mécanismes d’exploitation néolibérale, en particulier dans les secteurs créatifs/intellectuels. Au final, cet exposé cherche à stimuler une réflexion critique sur les moyens possibles de surmonter l’auto-exploitation volontaire dans les secteurs créatifs.

Aslı Vatansever (PhD Université de Hambourg, 2010) est sociologue du travail et de la stratification sociale et s’intéresse plus particulièrement au travail universitaire précaire. Elle est actuellement Philipp-Schwartz Fellow au Bard College de Berlin et travaille sur un projet intitulé « Varieties of Academic Labor Activism in Europe ». Ses livres incluent : « Ursprünge des Islamismus im Osmanischen Reich. Eine weltsystemanalytische Perspektive » (Hambourg : Dr. Kovač, 2010), « Ne Ders Olsa Veririz. Akademisyenin Vasıfsız İşçiye Dönüşümü » (Prêt à tout enseigner. La transformation de l’universitaire en travailleur non qualifié, Istanbul : İletişim, 2015 – coécrit avec Meral Gezici-Yalçın), et « At the Margins of Academia. Exile, Precariousness, and Subjectivity » (Brill: 2020). (Brill : 2020).