Violences sexistes et sexuelles à SciencePo. Communiqué de la Faculté permanente, 20 janvier 2021

Position de la faculté permanente de Sciences Po-20jv2021 (version .pdf)

Désarrois. Motion de la section CNU 7, 13 janvier 2021

La Loi de Programmation de la Recherche, examinée en procédure accélérée, supprime, à la suite d’un amendement proposé nuitamment par le Sénat et sans débat préalable à l’Assemblée nationale, l’obligation de la qualification aux fonctions de professeur des universités pour les maîtres de conférences titulaires dans un établissement relevant du ministère de l’enseignement supérieur. Madame la Ministre Frédérique Vidal annonce dans son courrier du 9 décembre 2020 une concertation sur la « forme que doit prendre la nouvelle procédure » d’accès aux fonctions de professeur, concertation qui « doit se prolonger autant que nécessaire pendant le 1er trimestre » 2021 : la CP-CNU n’a, à ce jour, pas été invitée à cette concertation. Le 9 janvier 2021, à 18h30 passées, la direction de la DGRH a fermé l’accès des rapporteurs aux dossiers déposés par les candidats aux fonctions de professeur. Elle indique, indûment, « Candidature déjà qualifiée » pour ces candidats qui ne peuvent, en l’état actuel, bénéficier d’une qualification nationale.

La section 7, réunie le 13 janvier 2021 :

  • s’étonne de la précipitation et de la brutalité de cette fermeture. La forme adoptée témoigne du mépris du travail effectué par ces candidats, par les bureaux des sections, par les services du ministère et par les rapporteurs des sections,
  • alerte Madame la Ministre sur le désarroi des maîtres de conférences, qui se voient privés de toute validation nationale de leur dossier,
  • s’élève, à nouveau, contre la remise en cause de l’évaluation nationale des dossiers des candidats aux fonctions d’enseignant­-chercheur
  • demande que la concertation avec la CP-CNU sur les modalités de recrutement soit engagée sans délai. Dans l’attente d’une reprise du dialogue, la 7e section :
  • reporte la session des Qualifications et des CRCT,
  • demande aux universités d’adapter le calendrier de la campagne d’emploi à celui des sessions de qualification des sections CNU,
  • soutient l’appel de la CP-CNU à la communauté universitaire à ne plus siéger dans les comités du HCERES,
  • appelle les Conseils centraux des universités à réaffirmer la nécessité d’une évaluation nationale des dossiers des candidats aux fonctions d’enseignant-chercheur.

Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine

Grand frais sur les libertés académiques. Newsletter du 11 au 24 janvier 2021

Deux semaines qu’Academia saisit en une seule Newsletter, furent politiquement chargées

Les attaques inouïes contre les libertés académiques s’accumulent depuis 2020 conduisent à de légitimes motifs d’inquiétudes. Ce n’est plus seulement en Turquie que les universitaires se font attaquer, mais en France même, alors que les attaques contre le CNU, les licenciements de chercheur∙ses, ou les atteintes à la liberté d’expression se multiplient et que la protection fonctionnelle est devenue une protection politique.

Les femmes universitaires et/ou racisées se trouvent particulièrement exposées par ces atteintes, renouvelées par les amendements au projet de loi « confortant le respect des principes de la République » (LRPR, sic). Ces dynamique conduisent des universitaires moins familiers ou familières de ces questions à s’interroger publiquement sur l’institution de la domination masculine et raciste dans l’ESR, grandes écoles incluses, une réflexion plus large sur la place des universitaires et des étudiant∙es dans le backlash #MeToo en cours.

Membres à part entière de la communauté universitaire, les étudiant∙es, fragilisé∙es par la crise sanitaire et ses conséquences, sont-iels des #étudiantsfantômes aux yeux du gouvernement ? On peur à juste titre considérer que le refus de l’État de financer les CROUS et les difficultés de poursuite d’études, en bref de protéger les étudiantes, en situation de grande précarité et de détresse psychologique, renforcée encore par les tergiversations de la Ministre et de la DGESIP sur leur accueil sur les campus, montrant à la fois mépris pour ces usager∙esdu service public et pour le droit administratif, alors qu’elles transforment la parole présidentielle en circulaire inapplicable.

Rappelons ici qu’il y a des pétitions qui retrouvent une soudaine actualité et qu’Academia vous invite à signer à titre collectif ou individuel si vous ne l’avez pas déjà fait.

Et bien sûr, Academia appelle à rejoindre les intersyndicales étudiantes et agents Éducation nationale et ESR demain, mardi 26 janvier 2021 pour une grève nationale « De la maternelle à l’université : emplois, salaires, conditions de travail et d’études » !

#ResistESR

« Quoi ? L’éternité… », Marseille, 22 janvier 2021. Crédit: Arnaud Maïsetti

Continuer la lecture

LUTTE, le labo des initiatives citoyennes: Sit-in étudiant à Toulouse

[Photo-sonore] «Combien de suicides faudra-t-il?»

Jeudi 21 janvier, des centaines d’étudiant·es ont manifesté place du Capitole à Toulouse. Face à l’extrême précarité économique et psychique de leurs situations, ils demandent la réouverture des universités. Les appels à la mobilisation se multiplient pour s’auto-organiser, se soutenir et s’opposer aux « mesures liberticides ».

Pour en savoir plus, lire le texte de LUTTE sur le Blog de Médiapart.

Plusieurs d’entre eux/elles se sont livré.e.s au micro et à l’objectif de LUTTE.

Retrouvez les témoignages sonores de Juliette, Leia, Eva, Eva, Rachel, Mathéo, X (anonyme), Lucile et Damien sur souncloud.

Des centaines d’étudiants et de professeurs place du Capitole à Toulouse © Justin Carrette

 

Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Continuer la lecture

Détresse étudiante : mobilisons-nous le 26 janvier 2021

Du racisme dans le monde académique — Un exemple en mathématiques

Marissa Kawehi Loving est une jeune mathématicienne américaine. Originaire d’Hawaï (elle se présente comme kanaka maoli, le nom du peuple qui a quitté les îles Polynésiennes pour s’installer sur cette île il y a environ 800 ans), elle a soutenu sa thèse en 2019 à l’université de l’IIlinois (Urbana-Champaign). Elle est aujourd’hui visiting assistant professor à Georgia Tech, autrement dit, post-doc. Son parcours est assez emblématique d’une génération académique dont, malgré une grande précarité professionnelle, l’activité s’équilibre entre recherche, enseignement, diffusion de la science et engagement politique en faveur d’une plus grande diversité au sein des mathématiques.

Cet engagement, elle en témoigne dans son travail universitaire, sur sa page web (voir la section Required reading) mais aussi sur Twitter, où elle n’hésite pas à « monter en première ligne », par exemple pour dénoncer la dénomination choisie par l’American mathematical society (AMS) pour une bourse : “AMS Fellowship for a Black Mathematician”. Comme elle le dit, avec rage mais néanmoins humour :

Comme j’aimerais voir sur le CV des brillants profs senior les lignes « Bourse pour hommes blancs venant de famille riche », « Récompense pour hommes blancs disposant d’épouses à domicile qui organisent leur vie » & « Récompense pédagogique pour être un homme blanc respecté injustement »Tweet de @MarissaKawehi, 16 janvier 2021

Pour donner un peu plus de contexte aux lecteurs et lectrices d’Academia, le milieu mathématique américain a vu ces derniers mois l’éclosion d’un “mouvement inclusif” très vocal, notamment à l’occasion du congrès annuel de l’AMS en janvier 2020 et l’apparition d’un hashtag #DisruptJMM: ces jeunes chercheurs et chercheuses (beaucoup de chercheuses en effet) débutaient systématiquement leur présentation par une mention des territoires spoliés, des difficultés spécifiques aux minorités américaines, des conditions de travail…

Continuer la lecture

Soutenons Dr. Timmit Gebru #supportTimnit #BelieveBlackWomen

« Standing with Dr.Timnit Gebru #IsupportTimnit # BelieveBlackWomen, de Google Walk Out For Real Change, 4 décembre 2020. Traduction de Zoé Belleface

Nous, soussigné·es, nous déclarons solidaires du Dr Timnit Gebru, licenciée de son emploi de chercheuse scientifique et co-responsable de l’équipe d « ‘éthique en intelligence artificielle(IA) » chez Google, à la suite d’une procédure inouïe de censure de recherche scientifique. Nous demandons à Google Research à renforcer son soutien à l’intégrité de la recherche et à s’engager sans équivoque à soutenir les travaux de recherche qui respectent les engagements pris dans les principes d’IA de Google.

Jusqu’au 2 décembre 2020, le Dr Gebru était l’une des rares femmes noires à travailler dans la recherche au sein de l’entreprise, qui s’enorgueillit sans honte des 1,6% de femmes « noires » sur l’ensemble de ses employé·es. Ses réalisations en matière de recherche sont considérables ; elles ont eu un profond impact tant dans le domaine scientifique que sur les politiques publiques. Le Dr Gebru est une femme scientifique aux travaux originaux, qui ont contribué à  une IA juste et responsable et de créer, pour l’IA, espace de recherche accueillant et diversifié.

Plutôt que d’être considérée à sa juste valeur par Google pour ses contributions exceptionnellement talentueuses et prolifiques, Dr Gebru a dû subir méfiance, racisme, au harcèlement (« gaslighting »),à la censure, et désormais un licenciement en guise de rétorsion. Dans un courriel adressé à l’équipe du Dr Gebru le soir du 2 décembre 2020, les dirigeants de Google ont affirmé qu’elle avait choisi de démissionner. C’est faux. Dans leur correspondance directe avec le Dr Gebru, ces cadres l’ont informée que son licenciement était immédiat, prenant comme prétexte un courriel qu’elle avait envoyé à une liste de diffusion interne de Google Brain (« Women and Allies » ou « Diversity and Inclusion »).

Le contenu de ce courriel à toute son importance. Dr Gebru s’y exprimait justement contre la censure de ses recherches (et de celles de ses collègues), qui visent à examiner les implications environnementales et éthiques des modèles linguistiques d’IA à grande échelle (LLM), utilisés dans de nombreux produits Google. Dr Gebru et ses collègues ont travaillé pendant des mois sur un article en vue de sa présentation lors d’une conférence universitaire. Fin novembre, cinq semaines après l’évaluation et l’approbation pour publication de l’article selon les procédures standard, la direction de Google a pris la décision de le censurer, sans motif, ni préavis. Le Dr Gebru leur a demandé de justifier cette décision, et d’en tirer les conséquences, en précisant leur prise de position pour le moins mesurée sur discrimination et harcèlement dans l’espace de travail. Ce licenciement représente un acte de représailles contre le Dr Gebru et constitue une véritable menace pour les personnes œuvrant pour une IA éthique et juste — en particulier les « Noirs » et les « personnes de couleur » (« Black people and People of Colour ») — au sein de Google.

Continuer la lecture

L’excellence en temps de pandémie : chronique du naufrage des Universités