La #cancelculture pour les nuls

Faire taire : tel est l’objectif que se donnent celles et ceux qui pratiqueraient — consciemment ou non — la cancel culture. Depuis quelques mois, on assiste à une recrudescence de commentaires sur l’existence d’une #cancelculture à la française, qui consisterait à déboulonner les statues, à “couper la République en deux” (Emmanuel Macron), ou plus pratiquement, à entraver la tenue de “débats”1 ou à censurer des oeuvres2.

Il est pourtant une #cancelculture bien française, qui se reconnaît difficilement comme telle, et qui se pratique dans l’espace de communication feutrée des universités : le harcèlement sur les listes professionnelles, à l’endroit des jeunes chercheurs et, plus souvent encore, des jeunes chercheuses.

Pour ce billet, nous nous appuyons sur les archives de la liste Theuth, spécialisée en épistémologie et histoire des sciences. Nous ne souhaitons pas particulièrement stigmatiser une liste de diffusion qui a été, par le passé, un beau lieu de débat professionnel et scientifique. Cette liste en effet n’est pas modérée a priori3, ce qui favorise les débats ou les échanges. Elle diffère ainsi grandement des listes où les modérateurices, en autonomie ou soumis·es à un protocole complexe de censure, comme H-France, Histoire eco, la liste de diffusion de l’Association française d’histoire économique4, ou encore geotamtam, qui regroupe des centaines de géographes; ces listes sont modérées a priori ; les lecteurices n’ont pas accès aux épiques échanges invisibles ont lieu avant la publication ou la censure — ni même idée de leur existence, puisqu’aucune justification publique et régulière de l’activité de modération n’est jamais publiée sur lesdites listes. Parmi les sujets les plus censurés sur ces dernières listes citées, on trouve ainsi toutes les considérations touchant aux conditions de travail et d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, jugées “non scientifiques”, ou sans rapport avec l’objet de la liste de diffusion, et plus récemment, les informations touchant aux attaques contre les “libertés académiques”. C’est ainsi que, pendant des années, l’emploi dans l’ESR et ses conditions n’ont fait l’objet d’aucune discussion au sein de certaines sociétés savantes, les privant de facto d’un levier sur une évolution dégradant considérablement les conditions d’exercice et la science telle qu’elle se fait. En ce sens, Theuth n’est pas représentative de nombre de listes de diffusion universitaire et reste un espace professionnel bien vivant.

Meme sur Twitter, 10 décembre 2018

La conjonction entre un échange récent sur Theuth, à propos de l’Observatoire du décolonisme, et le fait que plusieurs membres, également membres de Vigilances Universités, y pratiquent de façon régulière le harcèlement sexiste et dominant à l’endroit de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs  — visant in fine à les faire taire — nous conduit aujourd’hui à resaisir le pseudo-débat autour du décolonialisme à l’université au prisme du harcèlement des subalternes de l’ESR5. Ce harcèlement prend plusieurs formes : en général, des interpellations à n’en plus finir sur l’usage “scandaleux” (sic) de l’écriture inclusive ou de la langue anglaise ; moins fréquemment, l’attaque ad hominem et l’injure publique6. Ces comportements, qui s’apparentent à du harcèlement avec ciblage spécifique des femmes et des jeunes chercheurs et chercheuses ne font pas l’objet d’une modération a posteriori effective7.

Le harcèlement professionnel ne laisse pas indemnes les membres d’une communauté scientifique. Plusieurs collègues ont d’ailleurs quitté Theuth, fatiguées des remarques sexistes continuelles. Dans le contexte récent de mise en lumière de l’association Vigilance Universités, à la manœuvre dans l’élaboration et la publication de plusieurs tribunes cette année8, la rédaction d’Academia a découvert avec stupéfaction que ceux-là mêmes qui prônaient le maccarthysme universitaire, pratiquaient quotidiennement le harcèlement sur une liste professionnelle bien familière. Attaques publiques et dévalorisation publiques apparaissent, sous ce nouveau jour, comme les deux mamelles de la domination professionnelle de ceux qui sont habituellement prompts à se poser comme victimes de la supposée #cancelculture des militant·es gauchistes9. Ce faisant, et sans modération de la part de leurs collègues titulaires, ce sont bien les “dominé·es” de l’ESR, les non-titulaires, les femmes et les personnes racisées, qui se trouvent privées d’un espace de travail serein. Il est ainsi plus simple de cancel celles et ceux à qui ces personnes malveillantes dénient toute légitimité ou qui, en raison d’une politique plus que malthusienne de l’emploi universitaire, ont intérêt à se taire, à oublier même certains sujets ou certaines pratiques de la recherche, s’iels veulent être un jour recruté·es.

Nous choisissons de reproduire trois réponses de la liste, sélectionnées au sein de son archive publique, avec l’accord de leurs autrices et de leur auteur, afin de donner à d’autres les moyens de se défendre contre la mâle #cancelculture à la française.

  1. Observatoire du décolonialisme, Vigilance universités et domination (janvier 2021)
  2. “Les convulsions qui indiquent la fin prochaine”: point médian, écriture inclusive et réactions d’arrière-garde (novembre 2020)
  3. Au revoir TheuthienNEs : quitter la liste pour en refuser le sexisme (décembre 2018)

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Entendre “soliloques” le plus souvent, à l’instar de la conférence annulée à l’Université de Bordeaux-Montaigne en octobre 2019. []
  2. En ce qui concerne la pièce des Suppliantes d’Eschyle, empêchée de se tenir à la Sorbone le 25 mars 2019 : les manifestations anti-racistes avaient été motivées par la fuite de photos faisant état de l’usage du blackface lors des répétitions. Ce n’est qu’après cette représentation avortée que le metteur en scène, Philippe Brunet, a choisi d’utiliser des masques, respectant ainsi par ailleurs la tradition antique. []
  3. Il en existe d’autres, parmi lesquels la liste de diffusion de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP). []
  4. Nous avons pu avoir comme justification à la non-publication d’un message touchant les conditions de travail universitaire, envoyé sur cette liste, que ledit message était passé sur celle de l’Association française de l’histoire des mondes du travail (AFHMT), liste proche par ses objets, non modérée a priori et qu’il n’était pas donc pas besoin de le publier sur Histoire eco ! []
  5. Nous invitons celles et ceux qui n’ont jamais eu vent de cette liste d’entrer Theuth dans le moteur de recherche de Twitter et d’y lire les commentateurs humoristiques ou désabusés des jeunes ou moins jeunes collègues. []
  6. Exemple rapporté par Alexandre Moatti le 5 décembre 2018 : “Du rififi sur la liste d’histoire des sciences Theuth. Un collègue défend le PIR et Bouteldja en traitant un autre collègue d’âne bâté, et en donnant en fin de courriel les définitions d”âne’ et de ‘bât’. Ambiance. #VivreEnsemble“. []
  7. Pour être précis, elle existe, mais elle est vraiment très peu utilisée, et la justification frise quelquefois le ridicule. Nous n’avons souvenir que d’une exclusion, celle d’un certain Lounès qui avait injurié un autre membre de la liste. []
  8. Ayant soutenu le Manifeste raciste dit “des 100”, devenu “des 90”, prônant la mise en place d’une police politique supervisant le contenu de la recherche en sciences sociales. []
  9. Pour une posture identifique, voir “La gauche cannibale, un syndrome universitaire” de Rick Fantasia, Le Monde diplomatique, août 2019, p.6-7. []

L’université : notre entrée dans la mort

On a l’habitude de mobiliser la biopolitique de Foucault pour penser la gestion et le gouvernement des vivants1, qui passent aujourd’hui par des mesures managériales, administratives, chargées d’optimiser nos rythmes, à la fois professionnels et ordinaires, pour les rendre plus efficaces, en célébrant les vertus de la flexibilité, de l’adaptation, de la mobilité, de l’instabilité.

En tant qu’enseignant-chercheur, comme tant d’autres (les collègues, les étudiant.e.s des universités, les personnels administratifs, etc.), j’ai d’abord eu du mal à qualifier ou à comprendre ce qui m’arrivait (tendinites, stress, insomnie, repli, etc.) ; j’ai trouvé d’infinies ressources depuis, notamment grâce à la stabilité matérielle que permet encore la titularisation, grâce aux amies — je suis clairement privilégié et chanceux. L’une des manières de penser ces réactions corporelles est d’invoquer le corollaire de la biopolitique : les “contre-conduites” (Foucault) ; le corps informe, alerte, s’inquiète ; il résiste.

Mais le corps s’use aussi : il diminue, s’amoindrit, s’anéantit (voir “Repenser la mort : perspectives queers et féministes”). Autrement dit  : la biopolitique ne suffit pas à comprendre ce qui nous arrive car nous n’assistons plus seulement à une optimisation managériale de nos vies. Nous avons davantage affaire à des nécropolitiques (Achille Mbembe) qui optimisent notre entrée dans la mort, nous trient, hiérarchisent, désignent les plus fragiles — et certains plus que d’autres : les non titulaires, les vacataires, les étudiant.e.s — comme des cibles dans une indifférente nationale d’autant moins étonnante que ces vies jugées trop coûteuses, improductives, ne comptent déjà plus ; elles entrent dans la mort sans cri.

Voir aussi :

  1. Sur ces questions, voir l’excellent livre de Daniele Lorenzini : Éthique et politique de soi. Foucault, Hado, Cavvell et les techniques de l’ordinaire, Vrin, 2020. []

LRPR. Le retour du délit d’entrave dans les universités et autres immondices législatifs

UPDATE 1/2/2021: L’amendement n°1255 (délit d’entrave) a été déclaré recevable par les services de l’Assemblée. Il sera donc bien discuté, quelque part entre demain soir et jeudi-vendredi selon la vitesse d’avancement des débats. Compte tenu du nombre d’amendements, leur discussion va aller très vite : il y a un réel danger qu’il soit adopté.

Et c’est reparti pour un tour. Ce lundi 1er février à partir de 16h, l’Assemblée nationale commence la discussion en hémicycle du projet de loi confortant le respect des principes républicains (LRPR), tel qu’il a été amendé après plusieurs semaines de débats en commission.

Academia a déjà lancé l’alerte sur le fait qu’il existe un vrai risque pour que l’enseignement supérieur et la recherche soient directement intégrés dans ce texte, qui est un grand fourre-tout liberticide, articulé autour de l’idée d’une lutte finale, qui serait actuellement en cours, entre la République, d’un côté, et « l’idéologie séparatiste », de l’autre côté.

Rappelons que quelques universitaires poussent fort en ce sens, en particulier du côté de Vigilance Universités et de l’ “Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires” tout récemment créé en partenariat avec Le Point. Pour la droite et l’extrême droite parlementaires, ces collectifs possédant leur rond de serviette au Point sont du pain-béni : ils seraient la preuve d’un appel à l’aide, qui proviendrait des tréfonds d’une communauté universitaire terrorisée par les ayatollahs américanisés du genre, de la race, de l’islamisme, du décolonialisme,  de l’intersectionnalité (nous ne caricaturons pas : nous en sommes à ce niveau de discours, désormais…), pour que le législateur intervienne dans ces territoires perdus de la République que seraient devenues les universités.

C’est pourquoi de nombreux amendements concernant l’ESR avaient été déposés il y a trois semaines par les Républicains. Jusqu’ici, toutes ces tentatives ont lamentablement échoué : clairement, la majorité gouvernementale ne souhaite pas rouvrir un front du côté des universités, même si, dans le même temps, certains députés de premier plan de la République en marche donnent crédit au discours – forgé, rappelons-le, dans les rangs de l’extrême droite – selon lequel il existerait dans les universités une

« montée inquiétante de l’idéologie portant le racialisme, portant le séparatisme racial, portant l’indigénisme, le décolonialisme » (Eric Poulliat, rapporteur de la loi).

Il était évidemment naïf de croire qu’on s’en tiendrait là, tout comme il est naïf de penser qu’on viendra à bout de ces idées en les ignorant, comme semblent le croire un certain nombre de chefs d’établissements d’enseignement supérieur. De façon peu surprenante, une nouvelle vague d’amendements concernant l’ESR a été déposée ces tout derniers jours. Très rapide tour d’horizon à chaud, avant examen, nous l’espérons, plus approfondi.

https://www.flickr.com/photos/30430801@N06/3118918048/in/photolist-5KBgF7-N1U9pp-2hRr5aW-2jhJx6L-amF5Eo-fAdMBD-5E2qv8-PGQJRm-Addror-H4d9zZ-6HPouy-uHhwhV-KjxkkF-9xp9VP-2hX9sfy-odx547-6HhVBf-QbzPMZ-divhFt-rmrMsd-dt7ekE-9pPXvU-divhBV-gwmAC2-2jWX5eY-J52CFV-PSs4Cj-6HhVkj-PVHUCe-8K7RCe-Kz8vzM-PSs6JU-cPmG2u-PmX2ww-PVHWgK-PmX35A-divgvQ-PGQJxq-PGQHDG-PGQGQh-PGQGwS-PmX2V7-PSs5Am-PmX2Z5-PGQHiw-PGQH6Y-NGiuxc-NGitkT-J52C7Z-eZnZb3

Nuclear wintter, Anderlues. by Bousure,

Continuer la lecture

Le naufrage du recrutement des professeur∙es

L’arrêté concernant le CAPES publié le 25 janvier dernier confirme nos pires craintes

CAPES d’histoire-géographie : la stagnation des postes, la perte des contenus disciplinaires, vient renforcer une tendance à la déqualification et à la précarisation de nos métiers. 

La présentation en novembre 2019 d’un projet de réforme du concours de recrutement des enseignants a suscité beaucoup d’émotion de la part des associations de spécialistes.

Mise à jour avec l’arrêté du 25 janvier 2021

L’arrêté publié ce 25 janvier 2021, et qui suscite une émotion tardive de la part de ceux que je ne peux m’empêcher d’appeler « les carabiniers d’Offenbach », Vient confirmer les pires craintes que nous pouvions exprimer à ce propos.

Le naufrage du Costa Concordia est survenu en Méditerranée, le vendredi 13 janvier 2012, à proximité de l’île du Giglio, au large du littoral sud de la Toscane.

Continuer la lecture

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Le texte ci-dessous est issu d’une communication présentée le vendredi 29 janvier 2021 à la journée « Femmes scientifiques à la Une ! Comment améliorer la représentation des femmes scientifiques dans les médias ? » organisée par Sciences et Médias à la BNF. 

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Quelques éléments de diagnostic quant aux représentations des femmes dans les médias scientifiques, avec une entrée par les produits culturels scientifiques destinés à la jeunesse.

L’enfance et la jeunesse sont en effet des moments cruciaux pour la formation des rapports aux sciences – le goût, l’intérêt, les aspirations… Tous les contenus qu’on fréquente et qu’on consomme à ce moment-là ont un impact fort sur la possibilité ou non de développer goûts et pratiques scientifiques.

Explorer la culture scientifique

La notion de « culture scientifique » permet de décrire l’ensemble des pratiques et objets culturels et de loisir liées aux sciences :

  1. les sorties : visites dans des musées, des centres de culture scientifique, technique et industrielle, des expositions… ;
  2. la lecture : sur papier ou écran (supports de vulgarisation ou médiation ou textes qui évoquent des personnages ou activités scientifiques) ;
  3. l’audiovisuel : émissions, vidéos en ligne… ;
  4. pratique amateur et ludique :  coffrets de chimie ou d’expériences, microscopes, télescopes, robots, maquettes, clubs et associations…

Le constat : minoration, invisibilisation et stéréotypisation des femmes

Lorsqu’on observe de près les contenus de cette culture scientifique jeunesse – on constate qu’elle est conçue à destination des garçons, et non des filles. Grâce aux enquêtes de corpus récentes, on peut identifier trois règles qui régissent la représentation des femmes :

  1. Une règle de minoration des femmes. Tous supports confondus, on y trouve représentés à peu près deux fois plus d’hommes que de femmes
  2. Une invisibilisation des femmes scientifique. L’écart sexué s’accroît pour le statut scientifique : les femmes de sciences sont presque invisibles dans les musées, manuels scolaires, magazines spécialisés, dessins animés…
  3. Une forte stéréotypisation. Lorsqu’elles sont présentes, les figures féminines sont souvent porteuses de stéréotypes. Ce sont des femmes passives, voire considérées comme des objets, et cantonnées aux domaines jugés féminins (la nature, la maternité, le soin de l’autre…).

Quelques exemple dans chaque catégorie pour illustrer ces phénomènes.

Continuer la lecture

Maroc : condamnation de l’historien Maati Monjib

Une dépêche AFP relayée par le journal Le Monde annonce ce jeudi 28 janvier 2021 que l’historien Maati Monjib, détenu depuis le 29 décembre dernier, est condamné à un an de prison pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ».

Capture d’écran, lemonde.fr, 29 janv. 2021

Un texte collectif appelant à la libération de Maati Monjib circule actuellement, relayé entre autres par L’Humanité et la revue Ancrages, à l’initiative d’universitaires de Princeton.

Si cette incarcération alerte, une fois encore, sur la situation générale des droits humains au Maroc, elle concerne aussi spécifiquement, et de manière liée, les libertés académiques. Rappelons par exemple la tribune d’universitaires qui, en 2019, dénonçait les menaces de renvoi de l’université que subissait M. Monjib, au prétexte, notamment, d’avoir accepté sans autorisation de participer, en qualité de rapporteur, à la soutenance d’une habilitation à diriger les recherches (HDR) à l’École normale supérieure, à Paris.

Atteintes aux libertés d’expression et invisibilité médiatique. Bilan de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay

Communiqué de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE 27 janvier 2021

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay le 21 janvier 2021
Jeudi 21 janvier 2021, le Président Macron est venu célébrer le lancement du « plan quantique » sur le tout nouveau campus d’excellence Paris-Saclay. À l’occasion de cette visite, avait été prévue une rencontre avec quelques étudiants dans la maison des étudiants, à Bures sur Yvette.
Cet événement, et surtout l’échange avec les étudiants, a bénéficié d’une vaste couverture pour relayer les nouvelles annonces du Président au sujet des conditions de retour des étudiants à l’université.

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de cette visite sur le campus, et restées largement ignorés par les médias :

  • Une visite tenue secrète jusqu’à son annonce par les médias, la veille après-midi, à l’ensemble du personnel de l’université et de ses usagers.
  • Un cortège présidentiel d’une ampleur inégalée comportant de nombreuses rues et axes fermés à la circulation sur tout le campus, et un dispositif policier semblable aux encadrements des manifestations parisiennes : plus d’une centaine de cars garés autour des bâtiments d’enseignement, des policiers en casques et tenues de combat, un cordon sécuritaire à plusieurs centaines de mètres du lieu de présence du Président.
  • Des contrôles d’identités, photos et films des quelques collègues venus protester avec des banderoles, se déplaçant à pied sur le campus et retenus par la police à plusieurs centaines de mètres du lieu sécurisé, sans motif.
  • Des menaces de garde à vue de collègues en cas de refus de confiscation des banderoles repliées qu’ils avaient avec eux.
  • Des ordres d’expulsion du campus envers des collègues assortis de menaces de garde à vue.
  • Des contrôles et fouilles d’étudiants et destruction de pancartes et banderoles.
  • Encerclement et retenue, pendant plus de 2h d’un groupe d’une trentaine de collègues du campus venus manifester leur désaccord sur les politiques concernant l’ERSI.
  • Accompagnement sous escorte policière des manifestants à travers le campus et jusqu’à sa sortie après le départ du Président.

Il nous faut réfléchir aux conséquences des actes de la police sur un campus universitaire face à des collègues et étudiants venus pacifiquement avec des banderoles ainsi qu’au traitement de l’information choisie par les médias.

Alors que l’amendement ajouté au Sénat sur l’intention de nuire vient d’être censuré par le Conseil Constitutionnel, les agissements de la police envers les collègues sur le campus universitaire sont graves, et doivent être connus.

                                                                                             Pour la SMF, Mélanie Guenais

Grèce: Pas de police dans les universités

Όχι Αστυνομία στα Πανεπιστήμια – Pas de police dans les universités

Texte du collectif des enseignant·es – chercheur·es contre la création d’une force de police au sein des Universités en Grèce

 Communiqué du 17 janvier 2021:
Nous traversons actuellement en Grèce une période particulièrement critique à cause de la pandémie, la crise du système de santé publique et aussi des répercussions des mesures de confinement dans les domaines de l’économie, la culture et l’éducation.

Au milieu de ces conditions, le monde universitaire a été stupéfait d’apprendre, via des divulgations journalistiques et des déclarations ambiguës des ministres, la décision du gouvernement d’instituer une « brigade de protection » dans les Universités. Ce nouveau corps ne sera pas rattaché au rectorat, comme cela correspond au caractère autonome des universités, mais directement à la Police Nationale.

Le gouvernement a déjà déposé un projet de loi sur la création de ce corps, sans pour autant consulter au préalable les Universités. Il veut par ailleurs procéder au recrutement immédiat d’un millier de policiers afin de constituer ce corps de police dans les Universités.

Des objections ont été avancées, aussi bien de la part de la Conférence des Présidents d’Université de Grèce, que par la Fédération des Associations des Enseignants – Chercheurs (POSDEP). Cependant, ces objections ne sont prises en compte.

Nous déclarons que nous ne consentirons pas à la création, ni au fonctionnement de quelconque corps de garde ou de sécurité qui sera hors du contrôle de la Communauté Universitaire. Nous considérons que la décision de financer ce corps par le budget des Universités grecques est une provocation à un moment où les ressources pour l’éducation, la recherche et les infrastructures sont déjà minimes. Le recrutement de 1000 policiers pour les Universités, au moment où ces dernières souffrent d’une diminution des ressources et des effectifs pendant plus qu’une décennie, rend cette provocation encore plus flagrante.

Dans une période de pandémie où les Universités, espace unique de l’éducation et de la recherche, éprouvent des grandes difficultés dans leur fonctionnement, il est inconcevable que la police universitaire constitue un sujet auquel ils accordent une priorité absolue.

Nous appelons les autorités universitaires, les associations des enseignements et des chercheurs, le personnel administratif et les étudiants à dénoncer le projet gouvernemental qui vise à créer encore un « corps de sécurité », et de faire le nécessaire pour l’empêcher.

Contact: NoUniPolice@gmail.com

Nouvelles du 19.01.2021:

Plusieurs réactions ont été soulevées. La majorité des conseils des universités, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, s’oppose fortement à ce projet de loi. Même la fédération nationale de la police rejette ce projet dans son communiqué. Il s’agit d’une violation de la Constitution grecque et du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires seront transformés en un milieu de surveillance, de répression, et de l’ordre. Ceci menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société. Il est aussi possible qu’il engendra des agitations et de conflits violents.
Le collectif « non à la police dans les universités », qui a déjà assemblé plus de 1000 signatures des professeurs et des enseignants des universités grecques, demande par ailleurs que toutes les forces démocratiques s’opposent à l’adoption et l’application de cette intervention anticonstitutionnelle dans l’autonomie universitaire. En même temps, le collectif dénonce les attaques contre lui, tantôt via les discours haineux contre l’université publique, entrepris par les mass médias, tantôt via les attaques violentes et sexistes s’adressant personnellement à ses membres dans les réseaux sociaux. La page du collectif https://www.facebook.com/OxiAstynomiaStaPanepistimia et les publications sur Facebook ont été temporairement bloquées.

À Sinega Santhirarajah, étudiante à Sorbonne Université, in memoriam

La rédaction d’Academia adresse ses douloureuses condoléances à la famille et aux proches de Sinega Santhirarajah. Puisse l’étudiante reposer en paix

https://static.actu.fr/uploads/2021/01/sans-titre-47.png

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à la Sorbonne s’est donnée la mort mercredi 13 janvier 2021. (©Sharuga Vishayamoorthy)

Suicide d’une étudiante en médecine de la Sorbonne à Paris : “Le Covid-19 l’a isolée”

Sinega Santhirarajah, étudiante en médecine à Paris, s’est suicidée mercredi 13 janvier 2021. D’après sa famille, les résultats de ses partiels seraient à l’origine de son acte.

« Depuis toute petite son rêve était de devenir chirurgienne. » Étudiante en médecine à la Sorbonne, à ParisSinega Santhirarajah s’est donnée la mort le mercredi 13 janvier 2021. Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.

Pour lire l’article sur le site d’Actu Paris →

Des messages retrouvés par sa famille dans son portable laissent penser que ses résultats du premier semestre sont à l’origine de son suicide. Témoignage de sa cousine.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture, Street Press, 26 janvier 2021

En passant

Le 19 janvier, Mégane, 26 ans, est mise à la porte de sa chambre étudiante gérée par le Crous. Une expulsion menée par un huissier, sans la présence des forces de l’ordre. Depuis elle alterne nuits à l’hôtel et dans sa voiture.

Une étudiante expulsée par le Crous de Lille dort dans sa voiture

Mardi 19 janvier 2021, Lille (59) – Le Crous met à la rue Mégane, étudiante en sociologie. L’expulsion est, raconte la jeune femme, exécutée de force et sans l’autorisation du préfet par maître José L., huissier de justice à Roubaix. Pour l’occasion, il est accompagné de deux « témoins » et d’un serrurier. Alors que l’État d’urgence sanitaire impose un couvre-feu à 18 heures et que la météo est glaciale, l’étudiante alterne désormais les nuits dans sa voiture et à l’hôtel.

Mégane, 26 ans, donne rendez-vous à côté de sa Peugeot qui fait office d’abri depuis mardi. Elle est calme et souriante malgré la situation mais déterminée à faire valoir ses droits. Elle est en rupture familiale depuis ses 15 ans :

« Mes parents ne sont pas dans la métropole lilloise et ne m’ont jamais aidée. »

À la sortie du lycée, elle enchaîne les petits boulots puis travaille un an pour une association pour laquelle elle distribue des paniers alimentaires. C’est en 2018, qu’elle décide de reprendre ses études. Elle s’inscrit en Licence de psychologie à l’Université de Lille. Après deux premières années difficiles, elle se réoriente en septembre dernier en sociologie. Son année, comme beaucoup d’étudiants, est compliquée : confinement, couvre-feu, cours à distance. Sa situation financière est précaire : elle ne peut plus prétendre aux bourses étudiantes.

Pour lire la suite de l’article sur le site de Street Press →

Grève féministe des chargé∙es de cours de Paris-3 : l’université à bout de bras

#ResistESR
Malgré notre combat depuis des années, nous ne sommes toujours pas tenu·es au courant des affaires qui nous concernent (sans parler d’y être pleinement associé·es), comme la mise en place de la mensualisation. Celle-ci nous aurait été enfin accordée à l’échelle d’un “test”, avec une sorte de contractualisation des doctorant·es non contractuel·les, jugées les “plus précaires” (qu’en est-il des docteur·es sans poste?). Nous ne sommes pas informé·es de sa mise en place. Et elle n’est PAS suffisante. Nous exigeons la mensualisation des chargé·es de cours, une revalorisation de l’heure équivalent TD, pour le moment inférieure au SMIC, suivant l’augmentation du SMIC horaire du 1er Janvier 2021 et prenant en compte 1h de travail supplémentaire de préparation. La mensualisation peut passer par une contractualisation des chargé·es de cours. En effet, nous rappelons qu’aujourd’hui, être vacataire requiert d’avoir un “emploi principal” à côté d’au moins vingt-cinq heures, ce qui entraine les chercheur·ses à prendre des “petits boulots” pour pouvoir assurer leurs charges de cours. Comment les chargé·es de cours vont trouver un emploi à 25h pour pouvoir donner leurs cours avec la crise sanitaire ? Le contexte vous incitera de toute façon à la contractualisation, quand vous serez en pénurie de vacataires, et nous demandons dès maintenant que ces contrats soient dignes et incluent directement nos droits les plus élémentaires, comme le remboursement des frais de transport, les congés payés, la sécurité sociale.
Nous rappelons que les chargé·es de cours assurent largement le socle de formation en Licence de nos étudiant·es et que les titularisations ne sont qu’un mirage pour une grande majorité de docteur·es formé·es, brillant·es et désireux·ses de travailler à l’Université. Rappelons aussi que les femmes et minorités de genre chargées de cours sont les principales pénalisées dans l’ESR, du fait de leur statut précaire et de leur position hiérarchique : en plus de nuire à leurs activités de recherche et de publications scientifiques, cela les expose de manière privilégié au harcèlement sexuel et sexiste. Certes, nous avons la passion de nos métiers, mais nous ne sommes pas des bénévoles, nous sommes des travailleur·ses et exigeons d’être considéré·es comme tel·les.
La vraie résolution de la crise consisterait à créer des postes et titulariser les chargé·es de cours pour augmenter les effectifs et ainsi soulager la charge de travail de chacun·e. C’est pour cela que nous demandons à la Présidence de rendre compte de notre grève auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de demander la création immédiate de postes. On ne peut nous demander, alors que nous sommes déjà à bout, de tenir l’université à bout de bras, en nous auto-formant en distanciel, sans moyens supplémentaires. Les étudiant·es sentent une proximité générationnelle avec nous et se confient plus aisément qu’à des titulaires (aussi car beaucoup d’entre nous s’impliquent dans des pédagogies bienveillantes) : nous sommes les premières oreilles pour leurs difficultés et, trop souvent, leur détresse. Nous craignons des décrochages supplémentaires, mais nous craignons surtout des suicides.
La décence consisterait a minima à nous recevoir, ce que nous avons demandé à plusieurs reprises sans réponse, et d’avoir un calendrier clair concernant une mensualisation et une contractualisation. 
Rappelons aussi que l’on n’a JAMAIS été consulté·es sur les modalités des cours à distance. On n’est TOUJOURS pas éligibles aux différents conseils. On n’est TOUJOURS pas remboursé·es des transports. Les doctorant·es n’ont TOUJOURS pas été exonéré·es des frais d’inscription (pour pouvoir travailler auprès de… leur propre employeur ?).On n’a eu le droit qu’à 2 salles ouvertes à la Maison de la Recherche pour les cours à distances, à 3 ordinateurs à l’UFR Arts et Médias, et moins de 10 tablettes pour pallier la fracture numérique des un·es et des autres. On n’a TOUJOURS aucune création de postes de MCF.
De plus, on a dû gérer tout un semestre en distanciel, refonder nos pratiques pédagogiques, essayer tant bien que mal de prendre soin des étudiant·es, écouter leurs plaintes des 4 PDF de cinquante pages laissés par des collègues titulaires en guise de cours, et à quoi s’ajoutent en plus, nos propres problèmes personnels : les morts Covid de nos proches, nos dépressions, nos burn-out, nos remises en question de vocation, notre fatigue de rédaction de thèse, pour celles et ceux dont les activités de recherches ne sont pas à l’arrêt, nos enfants, nos emplois principaux, et tant d’autres choses encore.
Qui soutient nos luttes pendant qu’on essaye de soutenir les étudiant·es et nos collègues démoralisé·es par un semestre complètement dégradé ?
Redisons-le : nous n’avons même pas été REÇU·ES par la Présidence.
Face à cette indifférence, et parce que nous refusons d’imposer un autre semestre de souffrance, à nous-mêmes, mais aussi visiblement aux étudiant·es, nous décidons d’entrer en grève pédagogique.
Auront lieu une rétention des notes du SM1 et/ou du SM2 et les cours ne reprendront pas normalement tant que nous n’aurons pas été reçu·es par la Présidence, qu’il n’y aura pas de réponses à nos revendications, c’est-à-dire un calendrier clair de contractualisation/ mensualisation, et qu’un message ne sera pas adressé au gouvernement pour la création de postes dont nous serons dûment informé·es.
Tou·tes les doctorant·es et docteur·es sans poste n’ont pas de charges de cours, et/ou n’ont pas les moyens de faire grève de par leur précarité matérielle ou psychologique, mais iels soutiennent aussi nos actions, et se lancent dans l’esprit de grève et réflexions pédagogiques féministes.
Nous ne pouvons pas continuer avec un tel bilan. Malgré nos efforts individuels, et pour beaucoup, la tentative de prendre soin des étudiant·es, le manque de postes et de matériel fait que nous pouvons seulement assurer un enseignement dégradé, aux dépens de notre santé et de celles des étudiant·es.
Nous demandons aussi à la Présidence de se positionner clairement auprès du gouvernement pour la réouverture de l’université dans des conditions sanitaires permettant d’assurer la sécurité de celles et ceux qui peuvent et veulent reprendre en présentiel. Et nous exigeons que ne soient pas appliquées les mesures précarisantes de la LPR telle que les tenure tracks, les chaires d’excellence ou CDI de chantier. Ces mesures vont précariser d’avantage les chargé·e·s de cours et par conséquent augmenter et accroitre très significativement les inégalités et les discriminations sexistes, racistes, clavistes et validistes qui existent déjà.
Nous incitons aussi toutes les directions de département à soutenir nos revendications, et à mettre en place des mesures concrètes pour que les chargé·es de cours, les personnels et étudiant·es puissent faire remonter, anonymement et distinctement, leurs revendications.
Enfin, nous appelons notre grève “féministe”, d’une part car la majorité des vacataires de l’université sont des femmes et minorités de genre, et que notre grève et nos réflexions pédagogiques prennent sens dans ce cadre.
Le Collectif des Non-titulaires de Paris 3 – Page Facebook
Pour soutenir la grève féministe, signez la tribune

Qualification PR en droit : pour un débat sans tabou

Le gouvernement veut aller vite dans la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche. On sait que onze décrets d’application, au moins, sont prévus, mais on n’en sait guère plus : la plus grande opacité règne.

Dans ce travail de rédaction à marche forcée, le décret du 6 juin 1984 sur le statut des enseignants-chercheurs est concerné au premier chef et les enjeux sont considérables. Doivent notamment être tirées les conséquences de la suppression, par l’article 5 de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 (LPR), de la procédure de qualification nationale pour l’accès des maîtres et maîtresses de conférences titulaires au corps des professeurs des universités (PU).

À ce propos, le message envoyé par le ministère est très clair. Il considère qu’il n’y a rien à discuter, encore moins à négocier : la loi a tranché, la procédure dite du « 46-1 » doit donc être immédiatement abandonnée pour les maîtres et maîtresses de conférences. C’est le sens de l’interruption brutale et sans préalable, au début du mois de janvier, de toute la procédure Galaxie de qualification sur travaux.

Plus rien à discuter, ni à négocier ? À voir… Le ministère semble enclin à faire une exception pour les sections du groupe 01 du Conseil national des universités (CNU), et en particulier pour les sections juridiques (sections 01 à 03). Comme il l’annonçait dans son communiqué du 22 décembre dernier, il accepte en effet de discuter d’un traitement qui serait particulier pour ces sections : il s’agit

“de construire de nouvelles modalités spécifiques d’organisation nationale pour certaines disciplines lorsque cela est justifié, notamment pour celles qui recrutent des professeurs par la voie de l’agrégation et au sein desquelles un important travail d’évolution des voies d’admissions a été initié depuis 2014”.

Cette négociation “par exception” est difficile à comprendre depuis l’extérieur des disciplines juridiques.

Elle nécessite, pour être comprise, d’avoir à l’esprit la configuration extrêmement hiérarchisée de ces sections : si nombre de PU en droit se mobilisent depuis quelques semaines sur ce sujet, c’est d’abord et avant tout pour défendre l’« agrégation externe », la voie spéciale d’accès au corps des professeurs des universités dont ils ont bénéficié et dont ils craignent qu’elle ne soit la victime collatérale du localisme des recrutements des professeur·es des universités qu’organise la nouvelle loi.

On peut bien sûr se réjouir de cette défense acharnée des procédures nationales de recrutement, mais à condition d’avoir une autre donnée importante en tête : cette « agrégation externe » est elle-même très problématique. Il se joue donc, en réalité, une drôle de partie, que l’on pourrait résumer ainsi : la procédure de qualification nationale aux fonctions de professeur des universités a été supprimée pour les maîtres et maîtresses de conférences, et le ministère refuse toute négociation sur ce point ; mais, dans le même temps, ce même ministère accepte de négocier avec les juristes, et ce, pour défendre une voie nationale d’accès au corps des professeurs des universités pourtant devenue très contestable.

Le document qui suit revient sur cette situation paradoxale. Rédigé par des universitaires en droit, il entend alerter sur les enjeux du débat actuellement en cours, dans lequel ils et elles se trouvent pris en étau entre la reconnaissance du pouvoir des universités de recruter des professeurs des universités hors de toute qualification nationale, d’une part, et la défense d’une voie nationale d’accès au corps des professeurs des universités dont ils et elles dénoncent les travers, d’autre part.

https://www.flickr.com/photos/neelsandrine/36256272612/in/photolist-XeQSGu-8g4jhd-7iYGUQ-2h7xNhB-2dLgVnT-m1gr7-a8LLxG-5CoDhH-2j85dDb-2Sgwfw-8uaA37-2bHSRPJ-ofU9ky-fkJsXB-95iun2-WZnLhn-95my8w-6RcJKT-YvfshH-6yoxxb-9yoJmd-37vazJ-2jMTDRT-eNftc8-W7fiDA-2iFEi54-6EqVMu-iQCv8-BMGfSX-7tiG42-2FTT4V-MP2SaW-6VM97j-6eNAQS-86b2q7-oZNmCK-5MQDuN-a5a7Xd-5MLesp-drj83j-2u4o5j-D3uB1-xfT5nD-M5qxNc-6vYMWi-n6k1N2-5fuaGi-cjE1NE-oAb84b-WQvwkm

Joubarbe, par Sandrine Néel, 2017

Continuer la lecture