Jean-Michel Blanquer, le point d’indice et FO ESR

CTMESR du 26 octobre      2020
Déclaration liminaire FO ESR

La fédération FO de l’Education Nationale, la FNEC FP-FO, dont fait partie FO ESR, et sa confédération, a pris toute sa place dans les initiatives et rassemblements en soutien à la famille de Samuel Paty, à ses collègues, en défense des libertés individuelles, de la liberté d’instruire, de la liberté pédagogique.

Dans toute son atrocité, l’assassinat de ce professeur nous rappelle que les personnels sont de plus en plus exposés aux dangers qui traversent la société. Trop souvent, nombre de nos collègues se retrouvent isolés face à des pressions et à des menaces extérieures à l’Ecole, extérieures à l’Université.

C’est la raison pour laquelle FO ESR demande que l’administration, à tous les niveaux, appuie de manière systématique les demandes de protection fonctionnelle sollicitées par les agents. Pour cela le cadre réglementaire existe. Il porte un nom : c’est le statut de la Fonction publique et en particulier son article 11 qui prévoit que

« La collectivité publique est tenue de protéger le fonctionnaire contre les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne, les violences, les agissements constitutifs de harcèlement, les menaces, les injures, les diffamations ou les outrages dont il pourrait être victime sans qu’une faute personnelle puisse lui être imputée. Elle est tenue de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Avec la fédération FO de fonctionnaires, la FGF-FO, nous rappelons que le Statut général des fonctionnaires est le garant de la neutralité et de la laïcité dans la Fonction publique. Le gouvernement serait donc bien avisé de le respecter et d’accepter d’en améliorer les garanties, au lieu de chercher à le détruire pour promouvoir une fonction publique fondée sur le contrat. Cela passe par l’abrogation de la loi de Transformation de la Fonction publique. Cela passe par le maintien des CHSCT et le respect de ses prérogatives.

FO ESR réaffirme la place centrale de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, pilier de la République, que le président de la République entend aujourd’hui réviser au nom de la lutte contre les « séparatismes ».

FO ESR ne peut accepter aucune tentative d’utiliser le crime épouvantable dont Samuel Paty a été la victime pour imposer une parole officielle ou réduire les libertés fondamentales, comme celle du ministre J.-M. Blanquer qui, la semaine dernière, a accusé le syndicat étudiant UNEF d’être indirectement lié aux attentats terroristes.

Au delà de l’UNEF, c’est toute l’université que le ministre a attaquée en la qualifiant de lieu où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y  fait des ravages . Une fois n’est pas coutume, avec la CPU, FO ESR répond  La recherche n’est pas responsable des maux de la société, elle les analyse. L’université est, par essence, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique .

FO ESR demande à M. Blanquer de retirer ses propos.

Défendre l’Ecole et l’enseignement supérieur public, c’est défendre ses personnels, leurs statuts et leur autorité, et leur donner la considération et les moyens pour réaliser ses missions. C’est prendre en compte les revendications portées par les organisations syndicales.

Continuer la lecture

Contre la suppression de la qualification par le CNU

Lien vers la pétition

Dans la nuit du 28 au 29 octobre, le Sénat, dans le cadre de l’examen du projet loi de programmation de la recherche a adopté un amendement soutenu par la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation supprimant la qualification par le Conseil National des Universités (CNU) pour les candidat·e·s aux fonctions de Professeur déjà Maître de conférences (MCF) et ouvrant aux établissements la possibilité de déroger à la qualification par le CNU pour les candidats aux fonctions de MCF ou Professeurs. Cette qualification est la première étape dans le recrutement des enseignants-chercheurs. Cette étape jusqu’à présent nationale est suivie par une seconde étape, qui consiste en un classement des candidat·e·s par un comité de sélection spécifique à chaque poste ouvert au recrutement dont la composition est arrêtée par l’établissement propose le poste.

La remise en cause du rôle d’une instance nationale dans le recrutement des enseignants-chercheurs ouvre la voie à la suppression de leur statut de fonctionnaire d’État. Le CNU a pourtant démontré sa capacité à assurer une régulation nationale efficace. En effet, étant donné la rareté des postes par rapport au nombre de candidat·e·s, chaque candidat·e postule en général dans un grand nombre d’établissements en même temps. Il est ainsi plus efficace en termes de temps de travail mobilisé, de demander à une instance nationale d’examiner une fois pour toute l’ensemble des dossiers plutôt que de demander à chaque établissement d’examiner le même dossier que d’autres établissements auront examiné. Le vivier des qualifié·e·s par le CNU reste suffisamment large pour que chaque établissement puisse avoir un réel choix dans la deuxième étape du recrutement.

À travers la qualification, nous défendons l’existence d’un statut national d’enseignant-chercheur, indispensable à la garantie d’un service public d’enseignement supérieur d’égale qualité sur l’ensemble du territoire. Les signataires appellent instamment la Commission mixte paritaire du Sénat et de l’Assemblée nationale à supprimer cet amendement et à revenir d’urgence sur une décision inconsidérée, prise sans concertation aucune avec les instances représentatives telles que le CNU et le CNESER, qui met gravement en péril le statut national et le caractère équitable de la gestion des carrières des enseignants-chercheurs.

Premiers signataires :

Sylvie Bauer, Professeure de Littérature des Etats-Unis, Présidente de la CP-CNU
Christine Chojnacki, Professeure de Langues et cultures indiennes PR de VP CP-CNU
Damien Sauze, Maître de Conférences, Economie, VP CP-CNU
Arnaud Martinon, Professeur de Droit privé, VP CP-CNU
Fabrice Planchon, Professeur de Mathématiques, VP CP-CNU
Thierry Divoux, Professeur en Génie informatique, VP CP-CNU

France. Solemn appeal for the protecting of academic freedom and the right to study

PRESS RELEASE

29 October 2020 – 12:00

On 29 October, a solemn appeal is launched to warn of the general deterioration of academic freedom and the right to study in France.

The Senate, tonight, during the discussions on the research programming law, confirmed in every respect the fears that had motivated the drafting of this appeal on Tuesday 27 October 2020. With the vote of the senators, the attacks on academic freedom are unprecedented, with, on the one hand, the exclusion of the elected and collegiate National Council of Universities ensuring the proper and authentic representation of teacher-researchers, in the recruitment of all the professeur∙es universities, and part of the maîtres∙ses conferences. In another outrageous provision, parliamentarians have — for the first time in the history of the French university — subjected academic freedom to political values, formulated in very vague terms. What happened tonight in the Senate is the worst thing that has happened to higher education and research for a very long time.

This confirms the importance of the appeal initiated by the editorial team of Academia, a monitoring blog on employment conditions in higher education and research, now carried by more than 72 academic journals, and a significant number of learned societies, associations and trade unions, whose support was gathered in less than forty-eight hours.

The signatories of this appeal denounce the wide variety of signals showing the accelerated erosion of academic freedom in France in recent weeks. They refer in particular to the law on research programming, of course, but also to the comments of the Minister of Education on the « intellectual complicity of terrorism », the appointment of an advisor to the President of the Republic at the head of the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education, not to mention the very precarious working conditions in educational and research institutions, which the epidemic has highlighted. They are also concerned about the content of the provisions on higher education and research that may be included in the draft law on separatism, as well as the resurgence of discourse questioning the right of men and women to study – regardless of dress – in French universities.

The adoption of measures seriously undermining academic freedom, unexpectedly, makes it indispensable and urgent that this appeal be disseminated as widely as possible.

Academia editorial team calls on senators, who are to meet again this Thursday 29 October and Friday 30 October to discuss the programming bill on research, to reconsider these disastrous decisions for higher education and research.

It also calls on all the signatories of the solemn appeal for the protection of academic freedom and the right to study to disseminate it as widely as possible, and to encourage as many people as possible to show their support for this call by signing the text collectively or individually.

Text of the call (French): https://academia.hypotheses.org/27287
First signatories: https://academia.hypotheses.org/27287#Soutiens
Press release (French): https://academia.hypotheses.org/27418
Contact: academia_redactionATgroupes.renater.fr – Twitter : @Academia_carnet

Update: on Nov. 1, 2020, Thierry Coulhon, Higher Education and Research advisor to Emmanuel Macron has been nominated as head of the French Agency of Higher Education and Research Assessment (Hcéres).

https://www.flickr.com/photos/watsonalan/23830365201/in/photolist-CiNRkx-JHnR3D-2fgqngL-2jQZECo-2gKtkSq-RNtdGc-6KQzN4-2j3kVuo-7nEKK6-7nEJx6-gUTMkD-UVqauf-6KUUm1-BTcooC-274GXjS-MkVcco-pUbQAx-2ju7bif-GQMMpP-NXUk94-Nexu9n-RasoUV-MZ3sVd-2jjVG1A-2jMYwn5-2jGAQh1-2jWXzem-2jNJvsc-2j8Gdzb-2jDtBCn-LPYDZe-2jJ3AKv-RsyMQA-2boDvfi-2jGQhx1-2hfPykN-2h15tEG-Bf7q34-2ikaNAF-Xp8nFB-UMirWk-2gQCa2A-rSPMYi-2eZ9JXE-2j9fmf1-B2UzVY-2jDbVPz-2jN8vPi-2dJUS67-qYGqnk

Dark figure, dark night (c) [Alan], 2015


Solemn call for the protecting of academic freedom and the right to study in France

To provide institutional or professional association support →
To provide individual support →

We, members of universities and public scientific research institutions, trade unions, learned societies, journals and higher education and research associations, sound the alarm against the general deterioration of the state of academic freedom and the right to study in France, of which the Programming Act for Research 2021-2030, which will be examined this week in the Senate, is only one facet.

In recent days, this degradation has been expressed in a clear manner.

It was explicitly expressed in the words of the Minister of National Education who, in line with the so-called « analyses » of the President of the Republic of 10 June 2020, accused academics of « intellectual complicity of terrorism », the result of an « Islamo-leftism » that « ravages » higher education. What did Mr. Blanquer mean when, on Thursday, October 22, 2020 before the Senate Laws Committee, he envisaged defining « an initial matrix, perfect, impeccably regulated » for the courses delivered at the university, considering that « it is a question of understanding what really happens in the courses that are taught »?

This deterioration also stems from the President of the Republic’s plan to appoint one of his closest advisers to head the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education (Hcéres), following a procedure tainted by serious conflicts of interest, and at a time when this authority is called upon to play a leading role in the years to come, insofar as an ever-increasing share of the resources of the ESR will be correlated with the evaluations made by this very High Council.

This deterioration also stems, of course, from the Programming Act for Research that is in the process of being adopted by Parliament, which multiplies the mechanisms of dependence and control within higher education and research institutions, both by weakening statutory protection and by the generalisation of targeted funding and individual premiums.

Finally, this deterioration is the result of the general casualisation of working conditions in higher education and research institutions, which is particularly evident in the health crisis and its chaotic management by the Ministry. Without doubt, this precariousness represents the most direct of all attacks on our academic freedoms, insofar as these presuppose, as Article L. 123-9 of the Education Code reminds us, « conditions of serenity indispensable for reflection and intellectual creation ».

These are some of the converging signals of the accelerated erosion of academic freedom in France.

Let there be no mistake about it: it is not only the professors and researchers who are under attack here, but the very modes of knowledge making, in their necessary plurality, and notably the making of critical academic discourses  that representatives, associations and citizens sometimes use — the wide dissemination of the results of our research is truly one of our most rewarding missions — to counter, through argued discourse, the fractures in society caused by simplifications of all kinds, particularly racist ones, and, more generally, to contribute to the formulation of responses – including political ones — to contemporary issues.

It is now time to collectively counter these developments. Not to counter each of these signals in isolation, but to counter the cluster that they all form together. It is urgent, indeed, to do so now, because the last days of October 2020 represent a pivotal moment.

On Thursday 29 and Friday 30 October, the final debates on the Programming Act for Research will be held in the Senate. Consequently, it is now or never that academic freedom must be reinscribed at the core of the bill.

It is also this week that the President of the Republic may again abandon his plan to appoint his own advisor to head the High Council for the Evaluation of Research and Higher Education.

This very week, finally, Ms Vidal, Minister of Higher Education, Research and Innovation, must resolve to fully embrace the Bonn Declaration on the Freedom of Scientific Research, which the European Research Ministers adopted on 20 October 2020 and which states that the freedom of scientific research implies “the right to freely define research questions” and the right “to choose and develop any theory […] to question preconceived ideas”.

Decisions must be made now, as the next step looks even worse. We are very concerned and worried about the infringements of academic freedom that may be included in the attacks on academic freedom that are likely to be included in the bill on separatism, which is scheduled for consideration by the Council of Ministers on December 9. Indeed, what meaning should be given to Mr. Blanquer’s latest « releases/ words », again confirmed in Oct. 25 issue of the Journal du Dimanche, if not to be « trial balloons » for this bill? We also know already that during these same debates, the rights of men and women to study – regardless of their dress code – in French universities risks being called into question by discriminatory measures.

In spite of the fatigue of our colleagues who have been mobilised for months in defence of the public service of research and higher education; in spite of a university term that we have to manage in Dantesque epidemic conditions; in spite of other initiatives in progress, which we call on to join, we sound the general alarm about the state of academic freedom and the right to study in France.

We still hope that this alert will be heard.

Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier. Communiqué de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

29 octobre 2020 – 12:00

English version

Ce 29 octobre, un appel solennel est lancé pour alerter sur la dégradation générale des protections des libertés académiques et du droit d’étudier en France.

Le Sénat, cette nuit, à l’occasion des discussions sur la loi de programmation de la recherche, a confirmé en tout point les craintes qui avaient motivé la rédaction de cet appel mardi 27 octobre 2020. Avec le vote des sénateurs et des sénatrices, les atteintes portées aux libertés académiques sont sans précédent, avec, d’une part, la mise à l’écart de l’instance nationale élue et collégiale, le Conseil national des universités assurant la représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses, dans le recrutement de l’intégralité des professeur∙es des universités, et une partie des maîtres∙ses de conférences. Autre disposition outrageante, les parlementaires ont soumis, pour la première fois dans l’histoire de l’université française, des libertés académiques à des valeurs politiques, formulées en termes très vagues. Ce qui s’est passé cette nuit au Sénat est ce qu’a connu de pire l’enseignement supérieur et la recherche depuis très longtemps.

Cela confirme l’importance de l’appel initié par l’équipe de rédaction d’Academia, carnet de veille et d’analyse des conditions d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, désormais porté par plus de 72 revues de recherche, et un nombre important de sociétés savantes, de collectifs et de syndicats, dont les soutiens ont été réunis en moins de quarante-huit heures.

Les signataires de cet appel dénoncent la très grande diversité des signaux manifestant l’érosion accélérée, ces dernières semaines, des libertés académiques en France. Ils évoquent en particulier la loi de programmation de la recherche, bien sûr,  mais aussi les propos du ministre de l’éducation nationale sur les « complicités intellectuelles du terrorisme », la nomination d’un conseiller du président de la République à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, sans oublier la très grande précarité des conditions de travail dans les établissements d’enseignement et de recherche que l’épidémie met tout particulièrement en lumière. Ils s’inquiètent, en outre, du contenu des dispositions concernant l’enseignement supérieur et la recherche susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, ainsi que de la résurgence de discours remettant en question le droit des hommes et des femmes à étudier – indépendamment de toute considération vestimentaire – dans les universités françaises.

L’adoption de mesures portant gravement atteinte aux libertés académiques, de manière inopinée, rend indispensable et urgente la diffusion la plus large de cet appel.

L’équipe de rédaction d’Academia appelle les sénateurs et les sénatrices, qui se réunissent à nouveau ce jeudi 29 octobre et ce vendredi 30 pour discuter du projet de la loi de programmation de la recherche, à revenir sur ces décisions funestes pour l’enseignement supérieur et la recherche.

Elle appelle en outre tous les signataires de l’appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier à le diffuser le plus largement possible, et à encourager le plus grand nombre de personne à manifester son soutien à cet appel en signant le texte à titre collectif ou individuel.

Texte de l’appel : https://academia.hypotheses.org/27287

Premiers signataires : https://academia.hypotheses.org/27287#Soutiens

Communiqué de presse : https://academia.hypotheses.org/27418

Contact : academia_redaction@groupes.renater.fr

Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat

La fabrique de la loi #54

← Article précédent

Article suivant­ →

Les six premiers articles de la loi de programmation de la recherche ont été adoptés hier par le Sénat. En une soirée – une seule soirée ! –, les sénateurs et les sénatrices auront délibéré sur l’ensemble de la programmation budgétaire (articles 1 et 2), les chaires de professeurs junior (article 3), les contrats doctoraux de droit privé (article 4), les contrats post-doctoraux (article 5) et les CDI de mission (article 6). Les débats se poursuivront ce matin à partir de 10h30 ; mais, sans attendre, nous pouvons dresser un bilan d’étape, car ce qui se passe est bien au-delà de nos pires craintes. Il suffit de parcourir la version de la loi faisant apparaître les modifications du Sénat pour s’en convaincre : non seulement le Sénat n’a pas corrigé tel ou tel point de la loi de programmation de la recherche ; mais il l’a gravement empirée.

Pourtant, certaines sénatrices et certains sénateurs se sont courageusement battus. Mais la droite sénatoriale, elle, n’a pas caché son accord de fond sur la partie non budgétaire du texte.

https://www.flickr.com/photos/watsonalan/23830365201/in/photolist-CiNRkx-JHnR3D-2fgqngL-2jQZECo-2gKtkSq-RNtdGc-6KQzN4-2j3kVuo-7nEKK6-7nEJx6-gUTMkD-UVqauf-6KUUm1-BTcooC-274GXjS-MkVcco-pUbQAx-2ju7bif-GQMMpP-NXUk94-Nexu9n-RasoUV-MZ3sVd-2jjVG1A-2jMYwn5-2jGAQh1-2jWXzem-2jNJvsc-2j8Gdzb-2jDtBCn-LPYDZe-2jJ3AKv-RsyMQA-2boDvfi-2jGQhx1-2hfPykN-2h15tEG-Bf7q34-2ikaNAF-Xp8nFB-UMirWk-2gQCa2A-rSPMYi-2eZ9JXE-2j9fmf1-B2UzVY-2jDbVPz-2jN8vPi-2dJUS67-qYGqnk

Dark figure, dark night (c) [Alan], 2015

Libertés académiques : le début de la fin

Cet accord de fond sur la loi de programmation de la recherche s’est manifesté dès les premiers échanges. Il était prévu que le Sénat prenne une position forte sur les libertés académiques, qui, nous annonçait-on, serait introduite en tête de la loi, avant les articles budgétaires.

C’est vrai que dans le climat général des dernières semaines, c’était une urgence, et c’est pourquoi Academia avait pris l’initiative de lancer en catastrophe une alerte collective dénonçant spécifiquement l’érosion des libertés académiques en France , dont la LPR n’est que l’une des facettes. Des propositions très concrètes d’amendements sur les libertés académiques, acceptables par tous les bords politiques, avaient même été envoyées début octobre aux sénateurs et aux sénatrices, après avoir réalisé avec effroi que personne – absolument personne – parmi les opposants au projet de loi ne faisait ce travail, au moment même où, de leur côté, la CPU et l’Udice s’en donnaient à cœur joie.

Le sénateur Ouzoulias et la sénatrice de Marco ont bien voulu défendre un certain nombre de ces propositions hier soir en séance. Le résultat est terrible : ce n’est pas seulement que la ministre et la rapporteure les ont balayées avec mépris ; c’est qu’elles les ont balayées en expliquant qu’elles avaient, elles, une vraie proposition pour défendre les libertés académiques. Cette proposition, c’est l’amendement n° 234 déposé hier – hier, à quelques heures à peine du débat donc ! – par Laure Darcos. Et c’est donc désormais l’article 1er A de la loi.

Modifiant l’un des plus beaux articles du code de l’éducation, issu de la loi Savary de 1984, l’article L. 952-2, cet amendement vient affirmer que « Les libertés académiques s’exercent dans le respect des valeurs de la République », au premier rang desquelles, a pris soin de préciser Laure Darcos dans son exposé sommaire, figure la laïcité.

Faire cela, et l’annoncer comme une défense des libertés académiques, c’est ignoble. Nous ne craignons pas de le dire quand bien même, nous le savons, il est très difficile de faire entendre que l’on puisse être contre une obligation de « respecter les valeurs de la République ».

C’est ignoble, d’abord, parce que c’est donner crédit aux élucubrations du ministre de l’éducation nationale qui, dans la foulée d’un vieux combat de Marion Maréchal, dénonçait il y a quelques jours « ceux qui dans l’université ont une conception très bizarre de la République ». Mais c’est ignoble, surtout, parce que c’est introduire une rupture majeure dans la protection des libertés académiques en France, qui mérite quelques explications.

Continuer la lecture

Sénat : chroniques d’un désastre

La fabrique de la loi #53

← Article précédent

Article suivant­ →

Avant 20h:

Après 20h30:

https://www.flickr.com/photos/basicgov/4029724029/in/photolist-796oyv-4pTtwZ-9otiiE-5skEaM-27aV7F-NR1one-8t6WHH-5NZe9-79Ej1a-79JaLQ-71T393-7NeHsw-8t8KCM-51frcB-dPqJi-KzHebP-cnh6vw-JkvP85-6LVf4D-6hjTAf-7b6NFt-asQy7v-xvrcxM-77qh92-exE72-m1nMYX-7eWhyc-nXdV1-GEHuqQ-3njVZG-6hfHH8-77ucZb-eE3r9o-tqWE6d-5CNctd-5CHTax-hx7pa4-hioRzT-8qWx73-61NMLz-NPuCcA-79mkTJ-dCH9oj-ovVux1-bs1vy-bRQwPn-2fCAtDi-7vzoVt-i5dpFs-9vHdVA

Speaking about disasters (c) BasicGov, 2009

Devant le Sénat, 28 octobre, contre la LPR 2021-2030

Alerte ! Le sénateur Hingray et la ministre Vidal vont-ils saborder in extremis le CNU ?

La fabrique de la loi #52

← Article précédent

Article suivant­ →

Et voilà, cela devait arriver : in extremis, le groupe centriste au Sénat propose de saborder le CNU, tout du moins l’une de ses fonctions les plus importantes. L’amendement n° 150, déposé par l’obscur Jean Hingray, 34 ans et ancien responsable de l’UNI Lorraine, supprime l’étape de l’inscription préalable des maîtres et maîtresses de conférences sur la liste de qualification établie par le Conseil national des universités pour devenir professeur·e.

https://www.flickr.com/photos/twicepix/3902796929/in/photolist-6WSRye-a6yntM-2DWhMw-5kNqGH-ewXH7d-6Kti3J-4Hs3ot-XGVj77-QZLivz-GUZEEK-JkC4-fsnucL-7HxvyK-5mYbEA-9YPeeT-2cyjXzS-99nZWM-ke7AtH-5u4z4L-dKMvt7-23GEC2t-95K2x1-5peTZ7-81cHX7-7s8icG-34rx3B-6Ab6V5-axKDWW-DSGGK-7NYUA3-L4wyxu-2g3PpdS-aHSiwc-PFyBEd-58Soip-yWPgsm-6NCaW3-6eDeg7-qrGFsE-2jcuNmy-666Dfo-9nQhQE-5AAH3q-4WAdd4-29FcbUy-52nkoK-bybKN4-dKESSo-6Rjhwc-F3tqq

(c) Martin Abegglen, 2009

La ministre avait juré du contraire, nous avait accusés de nous répandre en fake news ; et c’est pourtant très exactement ce qui va se passer si, cette nuit au Sénat, lors des discussions sur la LPR, elle ne s’oppose pas de toutes ses forces à l’adoption de cet amendement : si cet amendement est adopté, le CNU se trouvera totalement évincé du recrutement des professeur·es des universités. Plus précisément, on savait déjà que le CNU serait évincé chaque fois que le recrutement d’un professeur·e des universités se ferait par la voie des chaires de professeur junior ; il risque maintenant d’être évincé pour toutes les autres hypothèses de recrutement des professeur·es.

Cet amendement, le sénateur Hingray ne l’a pas écrit lui-même, tout comme il n’a écrit aucun des quinze amendements qu’il a déposé : il en serait bien incapable. Il s’agit d’amendements extrêmement techniques, très majoritairement consacrés aux élections des présidentes d’universités, si bien que leur auteur ne fait guère de doute : il y a fort à parier que ce soit la CPU, la Conférence des présidents d’universités – et en tout cas presque certainement un ou plusieurs président·es, qui ont bien pris la peine de ne pas l’assumer.

Il y a un risque que cet amendement passe. Et il passera certainement si la ministre ne s’y oppose pas. Madame Vidal, peut-on vous faire au moins une fois confiance ?

Madame Vidal, souvenez-vous de ce que vous avez écrit dans votre tribune au Monde du 10 février dernier : « […] suppression du Conseil national des universités (CNU) […] : on prête au gouvernement toutes les intentions, sans jamais prendre la peine de lire ce que le président de la République, le premier ministre et moi-même avons d’ores et déjà indiqué ».

Verdict ce soir tard au Palais du Luxembourg.

Les mots de Blanquer et les yeux des manifestants : assaut étatique contre la liberté d’expression

Les mots de M. Blanquer, les mains et les yeux des manifestants: ce sont là les deux faces d’un même assaut étatique contre la liberté d’expression. La sortie de Blanquer, bête, peu informée et aveugle aux inégalités systémiques et au vrai séparatisme, n’est que le bras rhétorique des lacrymogènes, LBD et violences policières.

L’art dans le parc, Kaboul, Afghanistan (c) Canada en Afghanistan, 2014
En octobre 2014, l’ambassade canadienne en Afghanistan a organisé sa célébration annuelle de la liberté d’expression des femmes par l’art et la musique. ART IN THE PARK a présenté des performances d’étudiantes du célèbre Institut national afghan de musique.

Depuis l’affreux attentat de Conflans-Sainte Honorine, les sorties médiatiques de certains ministres montrent qu’il est loin le temps où le pouvoir macronien, ou en tout cas son leader éponyme, ne voulait pas verser dans la surenchère sur le « communautarisme », la laïcité » (mal) comprise comme interdiction des signes religieux dans l’espace public, « le problème musulman », etc. En quelques jours, M. Macron a montré son incapacité à cadrer ses troupes, dont certains membres importants chassent en toute quiétude sur les terres politiques de l’ex-Front National.

Blanquer et les philosophes du dimanche

Les propos de M. Blanquer sur « l’islamo-gauchisme » qui gangrènerait l’université sont en train de susciter un tollé légitime dans les facs de France. En reprenant une antienne sans le moindre début de fondement dans les sciences sociales, M. Blanquer a fait un clin d’œil complice à certains intellectuels du dimanche qui, en France, sont ubiquitaires dans les médias, mais invisibles dans les archives, les bibliothèques, et dans l’espace social au-delà, bien sûr, d’un périmètre feutré autour de Saint-Germain des Prés.

Beaucoup plus grave : M. Blanquer s’immisce sur un terrain qui n’est pas le sien. On attend toujours une réaction sans aucune équivoque de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, notre ministre. Continuer la lecture

Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

English version
Signataires (actualisés en temps réel)

Pour soutenir à titre collectif (mail, ou utiliser la fonction commentaire)  →
Pour soutenir à titre individuel

UPDATE  6/11/2020. La CP-CNU, au vu du comportement de la Ministre depuis de longs mois à l’endroit des universitaires et de leurs instances représentatives, interoge le Président de la République sur le bien-fondé du maintien en poste d’une Ministre qui « a provoqué une crise de confiance et un désordre sans précédent dans le monde de la recherche ».

UPDATE 1/10/2020. Thierry Coulhon, conseiller du président Macron, vient d’être nommé président du Hcéres au mépris de la légalité et de la déontologie. Rien n’arrête ce gouvernement.

UPDATE 31/10/2020. Les craintes formulées dans cet appel, rédigé le 27 octobre, ont malheureusement été confirmées en tout point lors de l’examen au Sénat du projet de loi de programmation pour la recherche, du 28 au 30 octobre.

Non seulement l’instance nationale élue et collégiale, le Conseil national des universités assurant la représentation propre et authentique des enseignant·es-chercheur·ses, est mise à l’écart du recrutement de l’intégralité des professeur∙es des universités, et d’une partie des maîtres∙ses de conférences ; mais en outre, pour la première fois dans l’histoire de l’université française, les libertés académiques sont subordonnées à des valeurs politiques, formulées en termes très vagues. Il ne fait plus de doute : les libertés académiques sont gravement en danger en France aujourd’hui, n’en déplaisent à celles et ceux qui préfèrent agiter de vieux fantasmes venus d’un autre temps.

Cela confirme l’importance de l’appel initié par l’équipe de rédaction d’Academia, carnet de veille et d’analyse des conditions d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, désormais porté par plus de 74 revues de recherche, et un nombre important de sociétés savantes, de collectifs et de syndicats français et étrangers, dont les soutiens ont été réunis en moins de quarante-huit heures. Nous faisons donc le choix de le maintenir à la signature jusqu’au 8 novembre 2020, et appelons à sa diffusion la plus large.


Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

Nous, membres des universités et des établissements publics à caractère scientifique et technologique, syndicats, sociétés savantes, revues et collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), sonnons l’alerte contre la dégradation générale de l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France, dont le projet de loi de programmation de la recherche, qui sera examiné cette semaine au Sénat, n’est qu’une des facettes.

Ces derniers jours, cette dégradation s’est exprimée de manière patente.

Elle s’est explicitement manifestée dans les propos du ministre de l’Éducation nationale qui, dans la lignée des soi-disant « analyses » du président de la République du 10 juin 2020, a accusé les universitaires de « complicité intellectuelle du terrorisme », fruit d’un « islamo-gauchisme » qui « ravage » l’enseignement supérieur. Que voulait dire M. Blanquer lorsque, ce jeudi 22 octobre 2020 devant la commission des lois du Sénat, il envisageait de définir « une matrice initiale, parfaite, impeccablement réglée » pour les enseignements délivrés à l’université, considérant qu’« il s’agit de voir ce qui se passe, pour de vrai, dans les enseignements qui sont donnés » ?

Cette dégradation découle aussi du projet du président de la République de nommer l’un de ses plus proches conseillers à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, au terme d’une procédure entachée de graves conflits d’intérêts, et alors même que cette autorité est appelée à jouer, dans les années à venir, un rôle de premier plan, dans la mesure où une part toujours plus importante des ressources de l’ESR sera corrélée aux évaluations faites, précisément, par ce Haut Conseil.

Cette dégradation découle également, bien sûr, de la loi de programmation de la recherche en passe d’être adoptée par le Parlement, qui démultiplie les mécanismes de dépendance et d’emprise à l’intérieur des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, à la fois par l’affaiblissement des protections statutaires et la généralisation des primes et des financements orientés.

Cette dégradation découle, enfin, de la précarisation générale des conditions de travail dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, que la crise sanitaire et sa gestion chaotique par le ministère rendent tout particulièrement manifestes. Sans doute cette précarisation représente-t-elle même la plus directe de toutes les attaques contre nos libertés académiques, dans la mesure où celles-ci supposent, comme le rappelle l’article L. 123-9 du code de l’éducation, des « conditions de sérénité indispensables à la réflexion et à la création intellectuelle ».

Voilà quelques-uns des signaux convergents de l’érosion accélérée des libertés académiques en France.

Qu’on ne s’y trompe pas : ce ne sont pas seulement les agents de l’enseignement supérieur et de la recherche publics qui se trouvent ici attaqué·es, mais les modes mêmes d’élaboration des savoirs, dans leur nécessaire pluralité, et en particulier des savoirs critiques dont les élu·es, les associations et les citoyen·nes se saisissent parfois ― c’est vrai et la diffusion élargie des résultats de nos recherches fait partie de nos missions les plus gratifiantes ― pour contrer, par des discours argumentés, les fractures que font naître, dans le corps social, les simplifications en tous genres, racistes notamment, et, plus généralement, pour contribuer à la formulation des réponses ― y compris politiques ― aux problèmes contemporains.

Mais il est temps, maintenant, de contrer collectivement ces évolutions. Non pas contrer chacun de ces signaux pris isolément, mais contrer le faisceau qu’ils forment tous ensemble. Il est urgent, même, de le faire maintenant, car ces derniers jours d’octobre 2020 représentent un moment charnière.

Jeudi 29 et vendredi 30 octobre se tiendront les ultimes débats au Sénat sur le projet de loi de programmation de la recherche. C’est donc maintenant ou jamais que les libertés académiques doivent être remises au cœur du projet de loi.

C’est cette semaine aussi que le président de la République peut encore renoncer à son projet de nommer son propre conseiller à la tête du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

C’est cette semaine, enfin, que Madame Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, doit se résoudre à assumer pleinement la Déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche scientifique que les ministres européens de la recherche ont adoptée le 20 octobre 2020 et qui rappelle que la liberté de la recherche scientifique suppose « le droit de définir librement les questions de recherche » et le droit « de choisir et de développer toute théorie […] pour interroger les idées reçues ».

C’est maintenant que ces décisions doivent être prises, car la suite s’annonce pire encore. Nous sommes très inquiètes et inquiets des atteintes aux libertés académiques susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, dont l’examen en Conseil des ministres est programmé pour le 9 décembre prochain. Quelle signification accorder, en effet, aux dernières « sorties » de M.  Blanquer, encore confirmées dans le Journal du Dimanche du 25 octobre, sinon d’être des « ballons d’essai » pour ce projet de loi ? Nous savons d’ores et déjà aussi qu’à l’occasion de ces mêmes débats, le droit des hommes et des femmes à étudier – indépendamment de toute considération vestimentaire – dans les universités françaises risque d’être remis en question par des mesures discriminatoires.

http://jlggb.net/blog4/?tag=vincennes

6 juin 2015, Bois de Vincennes. Crédit : jlggbblog4

En dépit de la fatigue des collègues mobilisé·es depuis des mois pour la défense du service public de la recherche et de l’enseignement supérieur ; en dépit d’un semestre universitaire qu’il nous faut gérer dans des conditions dantesques ; en dépit des autres initiatives en cours, que nous appelons à rejoindre1, nous sonnons l’alerte générale sur l’état des libertés académiques et du droit d’étudier en France.

Nous avons encore espoir que cette alerte sera entendue.


Premiers signataires

Soit 6 laboratoires, réseaux et fédérations de recherche, 16 sociétés savantes, 11 fédérations ou organisations syndicales, 6 collectifs académiques, 93 revues savantes, en France et hors de France

En vert, les soutiens apportés à partir du 30 octobre 2020. En violet, à partir du 26 novembre 2020

Nous avons créé une plateforme de soutien ouverte à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui souhaiteraient soutenir notre appel à titre individuel.

Continuer la lecture

  1. Cf. la pétition collective « Suspendons la loi de programmation de la recherche : notre société exige beaucoup mieux ! » (https://rogueesr.fr/une_autre_lpr/) que nous appelons à signer de toute urgence. []

Les enjeux du projet de loi de programmation de la recherche : réalité ou fiction ?

La fabrique de la loi #51

← Article précédent

Article suivant­ →

  • par Florent Figon

Nous proposons ici d’analyser cinq enjeux de la LPR en utilisant les données statistiques fournies par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que des bilans sociaux1.

Ces enjeux — attractivité de la recherche française, égalité femme-homme, etc. — ont permis de légitimer certaines des mesures proposées, telles que les chaires de professeur junior (CPJ ou tenure-tracks). Nous ne discuterons pas des effets de ces mesures mais nous chercherons à savoir si les diagnostics qui les sous-tendent sont réels ou fictifs.

https://www.flickr.com/photos/nine2ninetysix/30344678166/in/photolist-NespCj-qKSbme-CnPfaq-9epTwT-6yp3ke-JJcbMn-Lcs1qz-2jp6rYK-yJJ6W8-JHBLSZ-2jLqPTd-3wW9qW-5yw9zE-LNJYN7-rtSERo-NMCYHj-Uumoo7-LLCoZ-uDoiM-7p4pbd-i59R8u-4frmBY-e14yec-CndfK-2a4FGeL-TNFPqY-2qm7f-8DLQG8-9MwpWU-8DPXtd-bBPDUV-bFuB94-3fjKQS-4AbDww-2bnqbd-23dQRXx-cTdRQ3-5vGAnW-3wStUc-5avAD-2aPw6e9-6AQzAW-2aPw7vC-5ipEnr-8afbYi-2dvB8RE-PPWyMK-e5oGA-2Bs6kk-bkssFc

Edge, by Harry McGregor, 2016

En préambule, nous tenons à préciser que l’idée n’est pas de dire que tout va bien dans l’ESR, loin de là. Nous pensons au contraire que la situation est préoccupante à plusieurs titres (voir la partie sur la précarité). Nous souhaitons ici documenter en quoi la LPR se base sur un certain nombre de prémisses erronées ou exagérées.

Enjeu n°1 : la place de la France dans la recherche mondiale

La France est-elle en train de décrocher dans l’arène mondiale ?

Continuer la lecture

  1. Voir les sources en fin d’article. []

LPR : nouvelle modification du calendrier d’examen au Sénat

La fabrique de la loi #50

← Article précédent

Article suivant­ →

Le calendrier d’examen, par le Sénat, du projet de loi de programmation de la recherche a une nouvelle fois été modifié, du fait du discours du Premier ministre sur l’évolution de la situation sanitaire qui se tiendra jeudi.

L’examen qui devait se tenir sur cinq séances (une séance du matin, deux séances d’après-midi, deux séances du soir) ne s’étalera plus que sur trois séances (une séance du matin, une séance d’après-midi raccourcie, une séance du soir).

La nuit de mercredi à jeudi s’annonce longue. Mais voilà un projet de loi dont l’examen est, dans tous les cas, vite expédié !

Le nouveau calendrier est donc le suivant :

  • Début de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : mercredi 28 octobre 2020 à 16h30, puis le soir
  • Suite de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : jeudi 29 octobre 2020 à 10h30.

    Blondinrikard Fröberg, « Clockwork », 6 juillet 2016