Explications aux sénateurs et aux sénatrices par le coNRS

En passant

Lettre ouverte
à l’adresse de mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs
à propos du projet de loi de programmation de la recherche

Lettre au format PDF

Le 22 octobre 2020

 

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Vous aurez prochainement à examiner le projet de loi de programmation de la recherche (LPR).

Comme le rappelle l’exposé des motifs du texte transmis au Parlement avant l’été, la LPR vise à définir « l’ambition de notre pays pour son système de recherche publique et le soutien à sa recherche privée » pour les dix prochaines années, à permettre « l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes scientifiques qui [aura] vocation à porter le nouvel essor de la recherche publique française et son rayonnement dans l’ensemble de la société et dans le monde » et à traduire « un choix politique majeur : (…) replacer la science et la rationalité scientifique au cœur du pacte social et du développement économique du pays ».

La communauté scientifique partage cette ambition forte. Elle partage également en grande partie le diagnostic établi par les trois groupes de travail mis en place au printemps 2019 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En revanche, elle diverge profondément sur les mesures à mettre prioritairement en œuvre. Force est de constater, en effet, que ce projet de loi ne répond pas aux principales attentes qui ont été exprimées par la communauté scientifique lors de la phase de « consultation » organisée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) au printemps 2019, attentes dont le Comité national avait été l’un des porte-paroles mais qui avaient été également formulées dans des termes très proches par d’autres collectifs. Au contraire, ce projet de loi confirme pleinement les inquiétudes exprimées à plusieurs reprises par le Comité national depuis les premières annonces présidentielles et gouvernementales à la fin de l’année 2019.

Cinq points en particulier méritent à nos yeux une attention particulière du législateur.

1. La « trajectoire d’emplois » prévue concernant les personnels statutaires (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens) est très en-deçà du redéveloppement nécessaire.

Continuer la lecture

L’Université Jean Monnet Saint-Étienne signe la fin de partie pour l’IDEX

Résultat du vote sur la fusion au Conseil d’administration de l’Université Jean MOnnet de Saint-Étienne. C‘est un énorme NON !

11 pour, 22 contre, 1 abstention.

Les administrateur⋅ices de l’Université Jean Moulin font aujourd’hui le choix responsable de représenter leur communauté, contre des injonctions politiques hors-sol. C’est un événement rassurant pour la démocratie universitaire, après le passage en force qu’a connu l’ENS de Lyon hier.
Le score est bien au-delà de toutes les attentes. C’est une véritable gifle pour les porteur⋅euses du projet, la présidente Michèle Cottier en tête. 
Remercions nos ami⋅es étudiant⋅es d’OSE-CGT (@nicolasdu43000), les syndicalistes courageux⋅ses de l’UJM (@FraySebastien) et les membres du Collcetif UJM (@FlorentPigeon @SRiouUJM@FGarrelie & co.) pour leur responsabilité et leur courage.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

Saisir le CSA en cas d’abominations audiovisuelles

Les petites fiches d’Academia n°1

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, en application de la Loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard), garantit la liberté de communication audiovisuelle par tout procédé de communnication électronique.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel garantit l’honnêteté, l’indépendance et le pluralisme de l’information et des programmes qui y concourent, sous réserve de l’article 1er de la présente loi. […] Il veille à ce que la diversité de la société française soit représentée dans les programmes des services de communication audiovisuelle et que cette représentation soit exempte de préjugés. […]

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel contribue aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle. Il veille, notamment, auprès des éditeurs de services de communication audiovisuelle, compte tenu de la nature de leurs programmes, à ce que la programmation reflète la diversité de la société française et contribue notamment au rayonnement de la France d’outre-mer. […]

Il assure le respect des droits des femmes dans le domaine de la communication audiovisuelle. À cette fin, il veille, d’une part, à une juste représentation des femmes et des hommes dans les programmes des services de communication audiovisuelle et, d’autre part, à l’image des femmes qui apparaît dans ces programmes, notamment en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein des couples. Dans ce but, il porte une attention particulière aux programmes des services de communication audiovisuelle destinés à l’enfance et à la jeunesse.

Pour mener à bien ces missions et prendre des mesures à l’encontre des contrevenant·es à ses obligations, le CSA a créé un service de signalement.

Alertez-nous sur un programme

Vous souhaitez alerter le CSA sur un programme ou une publicité diffusés à la télévision, à la radio, ou accessibles sur un service à la demande ?

Vous pouvez saisir le CSA, en application des dispositions des articles L. 112-7 et suivants du code des relations entre le public et l’administration, relatifs au droit de saisine des administrations par voie électronique et aux modalités de ces saisines.

Le CSA examine tous les signalements des auditeur·rices et des téléspectateur·rices ; il intervient auprès de la chaîne, de la station ou du service s’il constate de leur part une infraction au cadre juridique de l’audiovisuel.

Projet de loi Recherche : modification du calendrier d’examen au Sénat

La fabrique de la loi #47

← Article précédent

Article suivant­ →

Le calendrier d’examen, par le Sénat, du projet de loi de programmation de la recherche est décalé d’un jour, afin de donner priorité à l’examen du projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire déposé hier sur le bureau de l’Assemblée nationale.

Le nouveau calendrier est le suivant :

  • Début de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : jeudi 29 octobre 2020 à 14h30, puis le soir
  • Suite de l’examen en hémicycle du projet de loi par le Sénat : vendredi 30 octobre 2020 à 9h30, puis à 14h30 et, éventuellement, le soir

François et fier de l’être, « Trop remontée », 1er octobre 2016

Vidal à Angers, Nantes et Le Mans le vendredi 23 octobre

Communiqué du comité de mobilisation de l’Université d’Angers

Cette fin de semaine, F. Vidal sera sur les sites de l’Université d’Angers (UA), notamment vendredi matin pour rencontrer les directeur·ices de laboratoire à propos de la LPPR. Nous sommes nombreux.ses à vouloir en profiter pour lui faire entendre notre colère face aux manques de moyens des Universités et de la recherche en France et particulièrement à l’UA, notamment en terme de personnels. Profitons-en!

Ce mois-ci, le conseil d’administration de l’UA a voté une motion réclamant de réelles négociations pour obtenir les 700 postes et les 7 millions qu’il nous manque pour atteindre (seulement) la dotation moyenne des universités françaises avec composante de santé. La motion est en PJ.

La rentrée nous le montre: nous sommes à peine au mois d’octobre et déjà complètement épuisé.esLes burn-out se multiplient et une proportion grandissante de collègues enseignants, administratifs et cherheurs exprime un mal-être et une incapacité à penser son futur professionnel dans ces conditions. Nos heures complémentaires et nos tâches administratives explosent. La crise du Covid révèle notre incapacité à absorber les tâches supplémentaires, alors nous nous mettons parfois en danger. Dans le même temps, la précarité se développe à vitesse grand V sous la forme des vacations ou des contrats courts. Les étudiants pâtissent de cette situation et ne peuvent pas trouver d’oreilles attentives pour résoudre des problèmes souvent graves liés aux difficultés de la période (logements, stages, suivi des études en hybride, etc.). Il nous manque également au moins 250 logements universitaires.

Lors d’une AG contre la LPPR la semaine dernière, nous avons invité Isabelle Richard, VP de l’UA, à répondre à nos questions. Elle nous a indiqué que l’UA ne peut pas indéfiniment être la moins bien dotée de France tout en étant la plus performante, qu’il nous faut un rattrapage de notre dotation, que les collègues sont épuisés et en ont assez. Selon elle, nous assistons à un Pré-burn-out collectif.

Pour toutes ces raisons et aussi parce que toute la communauté universitaire a été mobilisé cette dernière année (encore la semaine dernière avec des manifestation et rassemblement anti-LPPR dans plusieurs villes de France), nous serons présént.es lors de l’arrivée de F. Vidal afin de lui réclamer les postes et les moyens qu’il nous manque.

« Comité d’accueil » de Frédérique Vidal 

Vendredi 23 octobre – 10h30 – devant la Passerelle (Belle Beille)

Soyons nombreux et nombreuses!!

Vous trouverez en PJ le tract et l’affiche d’appel

n’hésitez pas à les imprimer et coller dans vos labos et bureaux.

À l’appel du comité de mobilisation contre la LPPR de l’UA, du FSU (Snesup, Snasub), FO, Sud éducation, Solidaire étudiant·es, CGT Ferc Sup, CGT Inrae, Facs et labos en lutte

Liens :

Candidature Coulhon : moins d’un tiers de votes favorables. Et pourtant…

La fabrique de la loi #46

Article suivant­ →

C’est dommage, Thierry Coulhon a été à deux doigts d’entrer dans l’histoire constitutionnelle française, et de devenir la première personnalité à voir sa nomination par le Président de la République bloquée par le Parlement au titre de l’article 13 de la Constitution [Mise à jour, 22 oct. 2020 : cela aurait été, en réalité, la seconde personnalité, après le blocage, en 2015, de la nomination du professeur Fabrice Hourquebie au Conseil supérieur de la magistrature].

Il entrera seulement dans l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche, au titre du décalage spectaculaire entre, d’un côté, l’excellence académique dont il se prétend le chantre et, de l’autre côté, la basse manœuvre de privilégié qui a permis sa nomination.

80 parlementaires auront donc voté, sur les 119 qui le pouvaient. 40 ont voté contre la candidature, 34 pour, les autres ont voté blanc ou nul, selon le détail suivant :

  • 31 votants au Sénat (sur 48), 3 pour, 25 contre, 2 abstentions et un nul
  • 49 votants à l’Assemblée (sur 71), 31 pour, 15 contre, 3 abstentions.

Il aura donc manqué cinq petites voix pour atteindre les 3/5 des suffrages exprimés, nécessaires pour que le Parlement puisse bloquer sa nomination par le Président de la République.

Nous en sommes, à Academia, très ému·es et saluons l’ensemble des parlementaires et des collectifs qui se sont mobilisés contre cette nomination, en premier lieu RogueESR.

Alan Levine, « Hammer Head », 22 novembre 2016

La suite

Dès la nomination de Thierry Coulhon parue au Journal officiel, nous engagerons une procédure de communication de documents administratifs, afin de comprendre enfin comment le scandale de cette nomination a pu se faire, et identifier exactement les sources des conflits d’intérêts et des magouilles qui ont jalonné cette procédure. Rappelons aussi, au passage, que la destruction d’archives publiques est pénalement sanctionnée. Continuer la lecture

De la responsabilisation personnelle des failles structurelles

En passant

De la responsabilisation personnelle des failles structurelles

Le 21 octobre 2020 arrive, dans la boîte mail des personnels d’une université en France, un message les invitant à s’inscrire à la formation:

  • Gestion du STRESS pour les enseignant(e)s

Ce message suit deux autres, arrivées dans les boîtes mails des collaborateurs de la même université quelques jours auparavant, et qui les informaient de l’ouverture des inscriptions pour deux autres formations:

  • Gestion de CONFLITS
  • Mieux vivre ses ÉMOTIONS dans ses relations professionnelles

Les trois formations étant inscrites dans la thématique «efficacité professionnelle »… ça ne s’invente pas!

Sur le même sujet : « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant », par Pierre Nocerino, 7 octobre 2020

Primus inter pares : la fonction de président du Hcéres n’existe pas !

La fabrique de la loi #45

Article suivant­ →

Alors que les auditions de Thierry Coulhon se tiennent ce matin, mercredi 21 octobre 2020, à l’Assemblée nationale et au Sénat, et que nous serons nombreuses et nombreux à les suivre, Academia a le plaisir de révéler à ses lectrices et lecteurs que la fonction de président du Hcéres n’a aucune existence légale.

C’est pourtant bien la nomination « à la présidence du Hcéres » qu’annonce le Premier ministre dans sa lettre de saisine de l’Assemblée nationale et du Sénat ; c’est pourtant bien la nomination « à la présidence du Hcéres » que l’Assemblée nationale a inscrit à son ordre du jour ; et c’est pourtant bien aussi la désignation « aux fonctions de président du Hcéres » que le Sénat a inscrit à son ordre du jour.

Mais il est un point que tout le monde semble avoir oublié : il a déjà été dit plusieurs fois qu’il est étonnant de nommer le président avant les membres du collège alors même que la loi prévoit que le président est nommé « parmi les membres du collège » ; mais on n’a pas suffisamment dit qu’en réalité, ni la loi, ni la loi organique ne prévoient l’existence d’une fonction de « président du Hcéres ».

Légalement, cette fonction n’existe pas : il n’existe qu’une fonction de président du collège du Hcéres ! Le tableau annexé à la loi organique est parfaitement explicite sur ce point, et le Hcéres est d’ailleurs la seule des autorités administratives indépendantes et des autorités publiques indépendantes à bénéficier d’une telle précision. Seul le décret d’application de la loi — un texte de 2014 écrit par le ministère, et d’une valeur inférieure à la loi — parle, dans son article 8, de « président du Hcéres », contre la loi.

https://www.flickr.com/photos/erix/2428134222/in/photolist-4GyPH9-idP1tB-di8DSc-di8Czm-di8CEd-di8CpA-5E1Xqz-v3dgFs-9p5rdR-fwLh5T-dkACpm-7xvEKH-fwLh3T-29LYgB-5yaCbm-8d7Ho5-8V64VB-9bGcC6-mqeDU-4uKz3p-7GgnWL-5nfAt9-5iXjpn-92gkw2-JHDGa-zoVih-RH8nBS-8Ju8zX-ZwPU-Kr1rwV-duBHv8-2gUqzuc-HEmeNy-4WF3tC-M5JTR9-fxDua2-7tAnHQ-8uzmZE-8uzmUj-Mp6QVQ-9GzLJN-fxDu86-2F7QwV-awknvN-WQA7mT-a6Vp7t-T84juw-dsh6sw-awkn7G-awkohY

Hammers (c) Erich Ferdinand, 2008

Primus inter pares : premier parmi les pairs !

Le Haut Conseil est une institution dont le fonctionnement est censé être collégial, et c’est cette collégialité qu’Academia a cherché à défendre dans ses suggestions d’amendements aux sénateurs et sénatrices : si président il y a, il est président du seul collège dont il est issu. Autrement dit, conformément à toutes les traditions académiques, le Hcéres est, lui aussi, censé être une institution au fonctionnement un tant soit peu non verticalisé, sans hiérarchie et sans autoritarisme. Tout le contraire du projet de Thierry Coulhon pour le Hcéres, et pour l’enseignement supérieur et la recherche en général.

Bon visionnage !

Lien :

Assassinat de Samuel Paty. Communiqué de la section 33 du coNRS

Communiqué
de la section 33 du Comité national du Cnrs
et de représentants des unités de recherche relevant de la section

Réunis le 19 octobre 2020, les membres et les représentants des laboratoires de la section 33 Mondes modernes et contemporains du CNRS, tiennent à exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches, aux collègues et aux élèves de Samuel Paty, professeur d’histoire et de géographie au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, victime de la plus insoutenable des barbaries, assassiné au nom du fanatisme religieux islamiste.

Ils s’associent aux messages des quatre Sociétés d’histoire (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR) pour témoigner leur soutien à toutes et tous les enseignant(e)s qui, au quotidien, transmettent les principes fondamentaux de la République indivisible, laïque et démocratique.

Face à l’obscurantisme et aux manifestations répétées et de plus en plus nombreuses de l’intolérance, ils s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté d’expression, la transmission des savoirs et la formation à l’esprit et la réflexion critiques. Ils en appellent à la responsabilité de toutes et tous pour lutter contre les idéologies de haine et leurs actes terroristes et pour défendre les valeurs humanistes et fraternelles.

Continuer la lecture