Dr Animula reçoit sa première évaluation de l’ANR

Pour suivre les aventures de Dr Animula en cette rentrée 2020, nous commençons une série : Dr Animula fait sa rentrée 2020.
En voici le 2e épisode.

  • Dr. Animula fait sa rentrée – épisode n°2

LPPR : bonneteau à l’Assemblée

 puLa fabrique de la loi #26

← Article précédent

Article suivant­ →

Le projet de loi de programmation de la recherche (LPPR) a été adopté en première lecture par l’assemblée nationale ce 24 septembre 2020. Les débats ont pu mettre en lumière la perspective d’un bonneteau consistant à financer cette loi grâce à la diminution des cotisations employeurs prévue dans le projet de loi relatif au système universel de retraite. Ce serait donc par un désengagement progressif des retraites des personnels de la recherche que l’Etat pourrait à terme refinancer les travaux de recherche, mais aussi l’ANR et le CIR. Comment cela pourrait se passer concrètement ?

La perspective du financement de la LPPR par un transfert des cotisations employeurs pour les retraites des personnels de l’ESR intrigue. D’abord soutenue par le Groupe Jean-Pierre Vernant, elle a fait l’objet d’insistantes questions de MM. Patrick Hetzel (LR) et Régis Juanico (Soc). Mme. Frédérique Vidal n’a cependant pas souhaité apporter de réponse claire (voir quelques verbatims).

Le bonneteau s’explique ainsi : d’une main, le gouvernement finance effectivement la LPPR ; mais de l’autre, il intègre la fonction publique dans le régime général des retraites. Or, les cotisations employeurs sont beaucoup plus basses dans le régime général : 17% contre 74% actuellement. Ainsi, l’Etat réduirait sa dépense pour le compte d’affectation spéciale pensions (CAS pensions), qui assure l’équilibre des caisses de retraite des personnels de la recherche, dégageant des marges de financement pour la LPPR.

Il faut effectivement reconnaître qu’aucun autre moyen concret de financement n’a été évoqué : ni hausse d’impôt, ni baisse d’une autre dépense. De plus, le caractère progressif de la baisse des cotisations retraites correspond assez bien au caractère progressif du refinancement de la recherche prévu dans la LPPR, lui aussi largement discuté sans que le gouvernement n’apporte de réponse satisfaisante.

Actuellement, les contributions aux CAS pensions sont intégrées aux subventions pour charge de service public (SCSP) que touchent les établissements. Sa compensation en cas de hausse n’est pas automatique. Il faudra vérifier lorsqu’il baisse si les SCSP baissent d’autant ou pas. Si c’est le cas, c’est que ce bonneteau est une réalité.

Continuer la lecture

Une autre université est possible, RogueESR invite au débat

https://twitter.com/Gjpvernant/status/1309251340284178432?s=20

25-26 septembre : deux jours de réflexion prospective pour l’ESR à l’initiative de Rogue et Politiques des Sciences

Jour 1. 25 septembre 2020 (I)

14h : Introduction – RogueESR
14h15-15h30 : Parole scientifique et parole experte: enjeux démocratiques
Barbara Stiegler,Emmanuelle Huver, Marc Debono, Didier de Robillard en visio; sous réserve)

16h00-17h15 : Pratiques universitaires en temps de crise démocratique et environnementale

Finalités et les modalités de notre enseignement: Véronique Durand
Recherche et Workday for Future: Vincent Guillet
Sciences Citoyennes: Aude Lapprand
Labo1point5

Jour 2. 25 septembre 2020  (II)

17h15-18h : Un nouveau modèle de publication scientifique
Exposé introductif: Johan Rooryck puis discussion

18-18h45: La division du travail scientifique
Exposé introductif : Romain Brette “Un autre laboratoire est possible” puis discussion

Surprise ! Thierry Coulhon est pressenti pour prendre la tête du HCERES

La fabrique de la loi #25

← Article précédent

Article suivant­ →

Update – 26/9/2020

Dans les décombres encore fumantes d’une adoption en première lecture de la Loi de programmation de la recherche à l’Assemblée  — qui laisse nombre de collègues, jeunes et moins  jeunes, abasourdi·es et démoralisé·es après près de dix mois d’une mobilisation acharnée — ne voilà-t-y pas qu’on entend parler du HCERES.

Quelle surprise !

https://www.aefinfo.fr/depeche/630756

Dépêche AEF n°630756, 24 septembre 2020

Rappellons que Thierry Coulhon,est depuis juin 2017, conseiller d’Emmanuel Macron : d’abord chargé de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ses attributions ont été étendues à l’éducation en septembre 2017. Cet éminence grise du Président a donc une responsabilité considérable dans les dispositions mises en œuvre par les gouvernements Philippe et Castex : loi ORE, gestion de la crise COVID, LPPR, etc.

La dépêche AEF précise que la procédure a connu plusieurs interruptions. Ce que ce média ne dit pas — qui lit pourtant attentivement Academia — c’est que qu’il ne s’agit pas d’une procédure unique, au cours de laquelle Thierry Coulhon se revèle le seul candidat à tenir la corde, candidat dont la légimité professionnelle et la probité sans faille seraientt enfin reconnues par le Président de la République.

https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/618965

Thierry Coulhon @lias lors de son discours devant l’HCERES, octobre 2020 (c)AEF, 2 janvier 2020

Continuer la lecture

En attendant Coulhon : les 65 amendements du projet de loi consolidé

La fabrique de la loi #24

← Article précédent

Article suivant­ →

C’en est déjà fini de l’examen à l’Assemblée du « projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur ». Le texte a été adopté ce 24 septembre un peu après minuit, et est maintenant entre les mains du Sénat.


68 député∙es – même pas 12 % des 577 député.es français – ont pris la peine de participer au vote de cette nuit, et 48 se sont prononcé.es en sa faveur. Le détail du scrutin est particulièrement simple à décrire : la majorité a fait troupeau. Pas un∙e seul∙e des 379 député.es qui la composent ne s’est opposé∙e au projet. L’opposition a, elle, voté unanimement contre, tout du moins celle qui a voté, soit 20 député.es.

Dans les lignes qui suivent, on ne dira rien des débats en eux-mêmes, et des tentatives d’amender le texte qui ont échoué1. Il y a, c’est certain, plusieurs député∙es qui se sont âprement battu∙es contre le projet de loi. Mais le sentiment général qui ressort du visionnage des débats à l’Assemblée est bien celui que résume Christelle Rabier dans une lettre un peu désespérée envoyée hier soir aux 577 député∙es : ce visionnage

« nous a heurtés, tellement la représentation nationale – désengagée au mieux, méprisante au pire, généralement médiocre et incompétente – semble faire fi du service public que nous portons au jour le jour sans moyens, ni considération, sinon celui de nos pairs à l’étranger ».

 

Au titre d’une analyse à chaud – qu’il faudra progressivement compléter, mais tout va si vite en cette rentrée de cauchemar que l’on ne peut que bricoler… –, concentrons-nous sur les seules modifications que l’Assemblée nationale a choisi d’introduire dans le projet de loi.

La mise à l’écart violente de l’opposition

683 nouveaux amendements avaient été déposés pour le débat dans l’hémicycle, après les 539 amendements discutés en commission. Sur ces 683 amendements, 134 ont finalement été adoptés durant les deux jours et demi d’examen du texte.

Écartons tout de suite la moitié d’entre eux (69 amendements) car, Academia l’a déjà expliqué, ils ne valent rien sur le plan juridique. Le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État l’ont dit et répété : tout ce qui se trouve dans un rapport annexé à une loi de programmation est sans aucune portée normative. Tenu de rien, le gouvernement en fera ce qu’il voudra.

Si l’on retranche ces 69 amendements souvent pleins de bons sentiments, il faut donc considérer que ce sont 65 amendements qui ont, en réalité, été adoptés. Sur ces 65, cinq — moins de 8% —proviennent des Républicains (LR), et un du parti socialiste. Pour être complet, il faudrait dire que deux autres amendements du PS ont été adoptés, et même un de La France insoumise ; mais s’ils l’ont été, c’est vraisemblablement parce que des amendements identiques avaient été proposés par le Modem. Bref, il est inutile de tourner autour du pot : dans une logique de polarisation d’une très grande violence, le gouvernement a fait le choix de ne rien accorder aux député.es qui ne se reconnaissent pas dans l’action du gouvernement.

Pas le moindre compromis.

https://www.flickr.com/photos/danielmennerich/6854226731/in/photolist-brFGNX-2jmsSyN-raBy85-a9PBKD-qUYGrq-aSpnNZ-2hNtomz-aSpo3M-C8Ho1n-2hNtng8-2jmoMdB-4rzt5R-4W643G-a1r8NH-9V1Nxr-6mYti1-bESjVW-47AUjE-7GvVKT-HaryKC-8bxqjy-qQVhYT-nuPRQv-CUS6d-RD5wxm-bKBsb-9vPVmu-2j3akb8-2iDSapC-2iDpwWc-6KLGiC-g55YLB-oqToHU-Pz7U5J-gfXuvE-HaQ4R2-27DXkaR-CbpUCC-2jsGYKA-6mUjBa-2gVQvFn-2jrbytB-HzJVtt-RwffPf-JW1vLt-2jmsSqb-2jGvq8m-CH3be-2jJViL2-4XJsbd

Bochum – Deutsches Bergbau-Museum – Tunnelfräser Wohlmeyer-Krupp KTF 280 TBM (c) Daniel Mennerich, 2012

Continuer la lecture

  1. Ils ont fait l’objet de transcriptions particulièrement utiles et fiables,notamment pour s’éviter la souffrance à écouter la condescendance. []

Lendemain de vote : l’Université qui vient

Academia, à mesure que la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 prend forme, reçoit des messages manifestant colère, démoralisation, désengagement,
Le texte ci-dessous nous est parvenu, après le vote de l’article 3 de la loi, sur les chaires de professeur junior, avec l’avertissement suivant:

« Après quelques années dans un département de sciences sociales d’une université nord-américaine de rang moyen, voilà quelques notes sur l’Université qui vient en France si le train des réformes de l’enseignement supérieur se poursuit dans la même direction ».

 

  • Par un ancien titulaire de chaire de professeur junior tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France

L’Université qui vient, c’est être invité à boire un verre deux jours après ton arrivée sur un poste tenure-track par la directrice de ton département, qui t’explique ce que c’est qu’un bon dossier pour passer les étapes : le renouvellement du contrat après trois ans, donc un dossier à déposer au bout de deux ans, et la titularisation après 5 ou 6 ans. Il faut faire de bons cours ou plutôt, faire des cours bien évalués — on t’apprendra plus tard les astuces pour ça — , il faut participer aux comités administratifs, — nombreux, on y reviendra —  et surtout, il faut aller chercher des subventions et en faire des articles. D’ailleurs, ça tombe bien, le premier concours auquel tu peux candidater est dans trois mois, l’Université a une personne dédiée pour relire ton dossier et ton labo est super efficace pour revoir les budgets. C’est compris ? En fait, tu le sais déjà, c’est en montrant que tu étais déjà prêt à être candidat que tu t’es fait recruter.

L’Université qui vient, c’est le tribunal des collègues : la présentation de toutes tes activités devant le département au complet qui vote sur le fait de te garder ou pas. Il n’y a pas de désaccord scientifique, quelques questions polies sur les orientations de recherche mais surtout il y a des chiffres : tant d’argent, tant d’articles, tant d’étudiant.es dirigé.es, tant de colloques. Les vieux se souviennent des moments où il y avait des engueulades politico-scientifiques entre bords opposés du département. Et il en reste un ou deux qui tentent leur chance pour discuter le fonds. Mais les jeunes sourient. C’est fini tout ça : un article dans une bonne revue pour dire qu’il faut faire la révolution et un article dans une bonne revue pour dire que les inégalités sociales c’est de la génétique, c’est le même bon point. Le bonus, c’est que la décision des profs du département est ensuite soumise à tout un parcours dans l’administration de l’Université. Donc, le département peut voter pour virer un prof qui va finalement être titularisé quelques mois après. Bonne ambiance garantie pour les deux/trois décennies suivantes.

https://www.flickr.com/photos/crazysphinx/4035062492/in/photolist-79yKuY-r4CoZV-2aU5k2n-8kWdYW-hqQx2-i2Hwop-2hoGAPB-WF9G4M-5Evrz9-5GQP2T-5vwT5z-5HTink-LvTiWh-bVKYpo-PFiAYd-KoFa95-zQZFqQ-2V3eTL-38uF-3yJa4Y-k85e2K-5s5RVi-MU4jnw-Kx7mQD-kQ42w5-jBdTeZ-LzbbL1-8wkz18-p26eet-2jpk4Xc-kHrDS-dNevZ3-2grqC3f-2hCRk3u-2hMi5r7-P3pa3c-yENd2-2jggvQS-9Ddsq6-phGXfH-qokNi1-2hoHr9t-2g6FYgs-PyRhSc-7dwF3n-57PN6-2jBgMDp-2jpDgZD-2iQbnrb-6jBKM6

Dead leaves, by Al Ibrahim, 2009

Continuer la lecture

48 pour, 20 contre. La Loi pour la programmation etc. adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale

La fabrique de la loi #23

← Article précédent

Article suivant­

Jeudi 24 septembre 2020, 0h34

Le Projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur vient d’être adopté en première lecture.

Départ pour le Sénat.

Sur La chute de l’Université. Christelle écrit aux député·es

Lettre adressée aux 577 député·es de l’Assemblée nationale

Marseille,
le 23 septembre 2020

Madame la députée,
Monsieur le député,

Vous êtes sur le point de vous prononcer sur l’avenir de l’université et de la recherche française lors du vote final sur la Loi de programmation de la recherche 2021-2030. Permettez-moi —maîtresse de conférences à l’EHESS, normalienne, agrégée d’histoire, passée par la London School of Economics et la Cité des sciences —qui anime depuis 2013 Academia.hypotheses.org, un blog très suivi (1,5 millions de pages vues depuis janvier 2020) sur les conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche depuis 2013 de vous faire part de mon désarroi.

Je n’irai pas par quatre chemins : nous sommes inquiets. Non pas pour nous titulaires, même si nous aurions de quoi l’être. Mais pour la relève, désormais exsangue, et qui après l’engagement personnel et intellectuel sur lequel repose la thèse de doctorat et que vous ne mesurez peut-être pas, s’apprête à faire défection.  Sans eux, sans elles, dont nous avons besoin sur des postes de fonctionnaires, stables, protecteurs, nous ne pourrons continuer à travailler, relever les défis sociaux et politiques que vous et vos mandants attendent de nous, ni former celles et ceux qui doivent nous succéder.

Je vous invite à lire un texte qui est parvenu à la rédaction d’Academia au lendemain d’une première séance en hémicycle, dont le visionnage nous a heurtés, tellement la représentation nationale —désengagée au mieux, méprisante au pire, généralement médiocre et incompétente — semble faire fi du service public que nous portons au jour le jour sans moyens, ni considération, sinon celui de nos pairs à l’étranger. Ce texte, sobrement intitulé « La chute de l’Université », vous donnera à lire le quotidien qui est celui de ces jeunes chercheuses et chercheurs, qui ont accepté de prendre sur leurs deniers et leur santé pour explorer dans un domaine qu’ils et elles jugeaient porteur d’avenir, exigeant intellectuellement, innovant. Aujourd’hui, grâce ou malgré vous, ces jeunes chercheurs et chercheuses ont compris, plus rapidement et plus cruellement que nous, que, ni pour elles, ni pour eux, il n’y avait pas d’avenir dans la recherche publique.

Ils et elles s’en vont.

Il n’y a pas de problème d’attractivité à l’université publique, seulement d’insupportables conditions de travail et comportements bureaucratiques de l’administration. Grâce à la publicité des débats parlementaires, nous pourrons vous tenir responsables, ainsi qu’à la Ministre Vidal, d’une dynamique nouvelle : l’extinction des vocations.

https://www.flickr.com/photos/145642363@N04/43941630694/in/photolist-29WYkUj-RzKESd-2F3dNg-b84mUk-2gKuwbz-8ByxAQ-2ivJssu-2jbMf5r-vo3b9Q-og3pDt-Ee6fey-dFmNto-2aUDkbd-22KJBb9-a9wqqP-2jjCP1n-2hQmTj6-2k6aqq-2jbMeXn-2iJvaUa-7fQScd-Kkitwf-2g2JoB2-pY8Sxb-M1Ew2z-232DPmU-6UUWT5-MXFbhJ-D6qc9E-JubY3R-Ly7AoS-pd4mZb-Q9CB26-ovJrVk-2geVBLp-JYnNV-GNxZhu-dS46J-DS7RmY-9hpPG8-8vTDrs-TZy4in-SAzqXD-2fRn7qf-84bCDC-q3Nqh1-2hEceTL-42V3w-8d9PFC-VB4jSE

British Columbia forest fires, by Aimee, 2018

 


La chute de l’Université, par Claire C., jeune chercheuse

Continuer la lecture

La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages « Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ? » depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

Continuer la lecture

Le CESE achève d’enterrer la loi Vidal

En passant

La fabrique de la loi #22

← Article précédent

Article suivant­ →

 

L’Assemblée des directions de laboratoires répond à la rapporteure générale

Image

Recherche : « Le projet de loi de programmation sur la recherche n’est pas à la hauteur des vrais enjeux d’avenir »

L’adoption de ce texte débattu à l’Assemblée nationale en procédure accélérée fragiliserait encore un peu plus ce secteur essentiel, dénonce, dans une tribune au « Monde », l’Assemblée des directions de laboratoires, constituée de plus de 800 équipes.

Le projet de loi de programmation de la recherche (LPR) suscite depuis des mois maints débats et autant d’oppositions fermes. À l’unisson des critiques formulées par une multitude d’instances représentatives, de collectifs, de syndicats et de laboratoires, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a également émis un avis sévèrement opposé aux orientations du projet, voté à une écrasante majorité tant par les professionnels du service public que les représentants de la société civile et du monde de l’entreprise.

En pure perte : le texte soumis en procédure accélérée à l’Assemblée nationale n’a pas évolué sur le fond. Cette constance à balayer d’un revers de main des avis émanant de la réalité du terrain n’a d’égale que l’unanimité de l’insatisfaction vis-à-vis de ce texte. Il s’agit pourtant d’une question essentielle pour l’avenir de notre société et les connaissances qui pourront construire le monde de demain.

En tant que directrices et directeurs de laboratoires, faisant de la recherche tout en étant responsables de sa bonne administration, nous sommes bien placés pour savoir comment se produisent les recherches à haute valeur scientifique et sociétale. Aujourd’hui, nous faisons le même constat que celui qui nous a conduit à créer l’Assemblée des directions de laboratoires (ADL), un collectif composé de 800 équipes de directions représentant des structures de recherche de toutes tailles et disciplines, réparties sur l’ensemble du territoire : ce projet de loi n’est pas à la hauteur des vrais enjeux d’avenir. Continuer la lecture

Meurtre à la fac – une enquête du lieutenant Collenduo

L’inspecteur : Pardon, madame…
Elle : Qui êtes-vous ? Et qui vous a permis d’entrer chez moi de cette façon ?
L’inspecteur : Vous êtes bien madame Frédérique ?
Elle : Cela ne vous regarde pas… Et veuillez sortir immédiatement… Vous allez salir mes tapis en peaux d’ATER.
L’inspecteur : Oui, pardon, madame… Vous avez raison, madame… Il faut que je me présente… Lieutenant Collenduo de la police française… Ah mais je vous rassure… Pas de celle qui vous attaque au LBD… On n’a jamais voulu m’en donner un. Moi j’ai juste un 3,825.
Elle : Mais c’est quoi un 3,825 ?
L’inspecteur : Un 7,65 coupé par la moitié en raison des baisses de budget… Il parait qu’à la police criminelle, on n’a pas besoin d’armes pour attraper les criminels. Tandis que la police de rue en a besoin pour attraper les désarmés…
Elle : Mais enfin, inspecteur, que me voulez-vous ? J’allais justement sortir pour aller au gala caritatif au profit des startups éducatives désoeuvrées…
L’inspecteur : Je promets de ne pas vous déranger trop longtemps, madame…
Elle : Tant mieux…
L’inspecteur : Mais je me dis, madame, que si vous sortez ainsi pour un gala, c’est que vous ne connaissez pas la terrible nouvelle.
Elle : La nouvelle ?… Quelle nouvelle ?…
L’inspecteur : L’université française… Assassinée…
Elle : Assassinée ?…
L’inspecteur : Oui, madame… Je sais, ça fait un choc… Surtout quand ça arrive comme ça… Un dimanche alors que la France a la tête tournée vers l’arrivée du Tour de France… Comme une privatisation des routes nationales un 14 août. Dans l’indifférence quoi…

Diables, (c) Ajuntament Sant Sadurní d’Anoia, 2019

Continuer la lecture

Embedded. Academia dans l’hémicycle

[DÉPÊCHE] Pour suivre en direct de le vote des amendements, suivre ce lien :

http://eliasse.assemblee-nationale.fr/eliasse/

Codage

Adopté : après vote
Rejeté : après vote
Non soutenu : personne dans l’hémicycle pour le présenter et le défendre
Tombé : amendement non considéré, car dépendant d’un amendement rejeté ou adopté

https://twitter.com/Gjpvernant/status/1308052033157640192?s=20

Chronique de GJPV, 21 septembre 2020

De votre rédaction bien aimée, with love 😈

Veillée d’armes. Newsletter du 14 au 20 septembre 2020

RAS. La rédaction d’Academia n’attendait pas grand-chose de la Commission des Affaires culturelles qui devait examiner les 577 amendements déposés la semaine précédente. Ce fut pire : en deux jours, c’était bouclé. Nous avons tout de même eu le déplaisir d’entendre la hargne de Frédérique Vidal à l’endroit des personnels de l’ESR et de leurs statuts que la LPPR attaque de front et d’être défendu∙es par une opposition large— et au final 182 amendements adoptés en commission, dont 96% par l’ensemble majorité + gouvernement (sic). Il restait alors trois jours aux député∙es pour déposer des amendements supplémentaires, et ce jusqu’à vendredi 18 septembre 17h.

*
*   *

Le véritable événement politique est venu du Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes.  Par sa note Vigilance égalité, il recadre un projet de loi qui n’a pas prévu d’étude d’impact — obligatoire — sur la parité et dont les dispositions font de la LPPR une « loi sans chercheuses ».

Parmi les dispositions du projet de loi consolidé, nous ne sommes pas au bout de nos surprises : alors qu’on se souvient de la défense et illustration par le déni de la séparation des pouvoirs de la qualité des diplômes par la Ministre, Vidal Schwarz nous a fait remarquer que le Ministère aurait désormais toute latitude pour accorder le grade de docteur à des personnes qui n’auraient pas fait de thèse. Nous allons découvrir dans les jours à venir bien d’autres dispositions, qui achèvent d’établir que la loi de programmation de la recherche n’est pas une loi de finances, mais bien une loi sur les statuts universitaires. Ajoutons, en suivant Julien Gossa, qu’il s’agit d’une loi réactionnaire, qui puise ses fondements idéologiques dans l’ère Raffarin, dont elle reprend le vocabulaire, les ambitions, le chiffrage. Un projet de loi, donc, qui n’a pas lieu d’être, sinon par le secret espoir d’obtenir aujourd’hui,  en adoptant une stratégie du choc, ce qui ne l’a pas été depuis plus de quinze ans et dont le modèle est désormais caduc.

Il est pour le moins honteux d’occuper le Ministère et la représentation nationale par un ramassis de dispositions délétères, quand la totalité des collègues de l’ESR est concentrée à assurer une rentrée « de la honte », hors normes, dont la Ministre se lave les mains, ou plus prosaïquement, à chercher un bureau pour conduire son projet de recherche ou à faire grève de la faim pour obtenir accès à un Master. Academia, avec Université ouverte, encourage agents et étudiant∙es à nous envoyer photos, témoignages, mesures de CO2 en amphi sous-ventilés, etc. en vue de les communiquer à la représentation nationale. Vous pouvez d’ores et déjà avoir un premier aperçu de la rentrée, en articles de presse et en images. La rentrée devrait être achevée dans toutes les universités à la fin du mois: signifiera-t-elle retour en confinement ?

Petites fourmis au service de la communauté universitaire, nous mettons en ligne deux articles dans notre collection ESR – Guides de survie : Une place à soi, par Chouyo, sur les dynamiques de classe dans la lutte contre le sexisme ; et un guide Primes d’activité, par Gwendal Ranou, à destination des personnels précaires de l’ESR. C’est aussi l’occasion de rappeler l’existence d’un recensement des Financements de Master, par Pierre Verschueren.

https://www.flickr.com/photos/moritzbarcelona/6322861420/in/photolist-aCJjq5

Número 15 blau. Toros a les Landes. © Bruno Lasnier, 2011

*
*   *

Nous entrons enfin dans le vif du sujet, alors que s’achève une longue séquence de novlangue, de demi-vérités, de mensonges crus, de scandales à répétition, d’absence d’administration de l’ESR digne de ce nom. Il y a plus de vingt mois le Premier Ministre, désormais administrateur d’Atos, demandait à Frédérique Vidal une loi ambitieuse pour la recherche. Après des mois et des centaines de billets Acadamia —soit 1,5 millions de pages consultées depuis janvier 2020 —à décrypter les ombres portées derrière les écrans de fumée, à entendre la souffrance et la colère des étudiant∙es et des collègues, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, et à en témoigner, nous sommes désormais certains que la communauté universitaire est prête pour la bataille qui va commencer. Des dizaines d’estocades ont été portées ce week-end contre le gouvernement.

Signalons deux d’entre elles :

  • Bruno Canard, virologue marseillais et auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » en mars que nous avions traduit en anglais et en néerlandais, fait une réponse au vitriol à Frédérique Vidal qui l’accusait publiquement d’avoir bénéficié de tous les crédits et des équipements nécessaires ;
  • À l’instar de dizaines de collègues, ayant saisi l’importance d’alerte la représentation nationale et de contrer les puissants lobbys qui s’y sont déployés, Antoine Chambert-Loir, mathématicien, professeur à l’Université deParis, a écrit sa députée.

Derrière leur flambeau, l’intersyndicale ESR, Facs et labos en lutte et Academia vous invitent demain, lundi 21 septembre, à une opération « À Paris et ailleurs, tous et toutes à l’Assemblée nationale ! ».

Nous comptons sur vous.

Antoine écrit à sa députée

Quelque part en France, dimanche 20 septembre 2020

À l’attention de Madame Stéphanie Atger,
députée de la 6e circonscription de l’Essonne

Madame la députée,

Mathématicien, professeur à l’université de Paris, vivant dans votre circonscription, j’écris ce courrier ce soir pour vous faire part de mon immense inquiétude devant la loi de programmation de la recherche qui va être étudiée à l’Assemblée nationale dès demain.

Les trois rapports préparatoires à cette loi ont été publiés il y a tout juste un an. Financement, attractivité, recherche partenariale, sur ces trois thèmes, le dessin qu’il font de la recherche française est aux antipodes des besoins du monde académique, parce qu’ils le regardent du mauvais côté de la lunette, c’est-à-dire le score d’une compétition internationale.

Durant l’automne et l’hiver 2019-2020, la communauté académique s’est émue de ces projets, parfois bruyamment : manifestations, bien sûr, mais aussi sociétés savantes, comité national de la recherche scientifique, jusqu’au Conseil économique, social et environnemental qui, dans son avis du 26 juin 2020, a même posé la question : « peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? »

Continuer la lecture