Academia fait sa rentrée masquée. Newsletter de la rentrée 2020

Alors que les étudiants, les étudiantes, les membres de l’enseignement supérieur et la recherche font leur rentrée en cette première semaine de septembre, Academia souhaite à tous et à toutes une belle année d’apprentissage et d’engagement.

https://www.flickr.com/photos/willbeardphoto/3992988883/in/photolist-75R7tV-docXAY-docTBz-75R6d4-dodud6-dodvDR-docYoW-dod5xy-docZp1-dod4hE-75UWeN-5RVvGg-pNg32r-5GM87T-oscFRd-6xFfdK-4pFFB1-72KTbR-nV5HXN-bsFp6n-7JKPcZ-q7hh1G-7Ku82r-ae3PEn-3p5H8V-2iUJWVX-F1EF4-6CgsvN-C6Wqu-CZNn7x-5Z8PKj-2jm7LJr-4BrRQA-3bRW-b6Z6yR-7FikqC-4v7s4P-koNt7-3vN15-8n192F-5sJEyQ-6CgsJq-3uYdy-e347Ho-6Cgsjy-PfyAV-62UokU-MexGd-aFxq8p-62Uoys

Mask, by Will in Nashville, 2009

De son côté, l’équipe – bien fatiguée par l’année qui vient de s’écouler – a choisi de poursuivre l’effort d’information et de coordination qui a été le sien dans sa mobilisation contre la loi de programmation de la recherche dite LPPR. Nous vous présentons, dans ce billet de rentrée, les actions en cours :

Continuer la lecture

La Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation auditionne

La fabrique de la loi #1

Article suivant →

Update (3/9/2020). L’Assemblée des directions de laboratoire, représentée par Valérie Boussard (IDHES) et par Giancarlo Faini (C2N) a été auditionnée in extremis ce jeudi 3 septembre 2020 à 17h.

Désormais à l’Assemblée, la LPPR – ou plutôt feu LPPR, et désormais Loi Recherche & Cie pour Academia – a été envoyée pour examen à la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation. Celle-ci a désormais pour tâche de préparer l’examen du projet de loi en hémicycle, c’est-à-dire, concrètement, de procéder aux auditions des personnes jugées susceptibles d’éclairer la représentation nationale, de rendre un rapport et de préparer des amendements (sachant que d’autres amendements pourront encore être présentés en séance).

La première phase de ses travaux, celle des auditions, est en cours depuis ce matin, après la nomination des rapporteur-es fin juillet 2020, qui nous a permis de comprendre le profil des responsables du texte devant la Commision.

https://www.flickr.com/photos/julesdphotographie/8421289746/in/photolist-dQaj3N-fnoErz-dZXYpi-84ZJur-bZ9N3d-7Z7Z56-9pvEMm-5nPGJe-5xd5eU-9reYJ3-4BvPB5-ARvGb-7hXmH9-xqoY7D-6bpLQw-9K6pmY-8UtZ1X-8Ux4bm-x8MoJf-8Ux4z3-24AGZLS-4maKCA-8UqDp-7jThxN-8qaRq-662aRZ-26KeAb2-8qaR4-37V1-47d3cA-5MyC7-fnCNLh-6q4NgW-rKFbZ-8uxMyW-o5vmz-92rCcs-6BSdd3-2EMvGx-9j24Ap-478Y8T-47d3Bj-7Y3UXm-47d3xA-47d3yG-6Do9sx-478XWM-7U6zet-47d3hW-5LPfxt

Tools, par Julien Dumont, 2013

Quelques précisions sur cette commission : composée de 71 membres, elle est dominée par le groupe LREM, dont l’obéissance à la logique de parti continue d’étonner, et son allié le Modem (6). Elle comporte par ailleurs 13 Les Républicains, 4 Socialistes et apparentés, 2 Gauche démocrate et républicaine et quelques autres députés, 2 La France Insoumise. L’opposition représente donc moins du quart des membres : si tant est qu’ils n’abondent pas dans le sens LREM, ils ou elles auront peu de chance de peser. Les amendements de la commission, sous le contrôle étroit du gouvernement – ou plutôt ce qui en tient lieu, à savoir le Conseiller présidentiel à l’enseignement supérieur et la recherche -, risquent donc de ne rien changer, ou si peu.

A ce stade, nous savons qu’une première réunion a eu lieu en fin de semaine dernière, sous la présidence de Daniele Hénin, rapporteure.

Nous disposons surtout désormais du calendrier des auditions de la Commission qui débutent ce matin même, par

  • la CURIF (Mme Christine Clerici, présidente de l’université de Paris, présidente de CURIF/UDICE, M. Manuel Tunon de Lara,président de l’université de Bordeaux, M. Jeanick Brisswalter);
  • l’ancien directeur de l’HCERES, Michel Cosnard, en attendant l’intronisation du futur1, patronaux (mercredi après-midi) ;
  • du PDG de l’institut Curie et
  • du directeur de l’ANR (mardi) après-midi.

Enfin, l’administration aura son mot à dire les derniers jours de l’audition :

  • le MESRI :
    • Direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI) –M.Bernard Larrouturou,directeur général de la recherche et l’innovation au ministère de l’enseignement supérieur etde la recherche, responsable des programmes
    • Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) -Mme Anne-Sophie Barthez, directrice générale
    • Conférence des présidents d’université (CPU) –M. Gilles Roussel, président
  • Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) -Mme Sylviane Lejeune, membre
  • le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) –M. Guillaume Boudy, secrétaire général,M. Laurent Buisson2
  • Bercy :
    • Direction du Budget -Bureau «Recherche et Enseignement supérieur»: M. Alban Hautier, sous-directeur du bureau Recherche et Enseignement Supérieur

Pour conclure avec  :

  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS), son pdg Antoine Petit, président, et M. Thomas Borel, chargé des relations avec les élus et
  • le Conseil stratégique de la recherche (CSR), avec M. Pascal Colombani

Ces auditions semblent établir l’intérêt de la Commission pour deux champs de recherche importants pour l’avenir : la santé et l’environnement. Sont auditionnés les dirigeants de l’INSERM, de l’Institut Curie, de l’ADEME, le titulaire de la chaire Médecine expérimentale au Collège de France. Pasteur – très fracturé en interne sur la LPPR qui est rejeté par la plusieurs de ses chercheurs et chercheuses – n’a pas confirmé la venue de son dirigeant pour le moment. En dehors de l’INSERM, très attaché à la précarisation de la recherche, il n’est pas certain que les intervenants aient un discours unanime sur le projet de loi.

La Commission consacre une journée entière aux syndicats professionnels et étudiants. Il faut noter que la rentrée – la santé des personnels et des étudiant-es, les conditions de travail, la pauvreté étudiante – accapare beaucoup l’énergie des syndicats. Le CJC a d’ores et déjà rendu public son analyse du projet de loi . Pour le reste, Academia sera heureux de rendre public les comptes rendus d’interventions.

Bien sûr, du côté présidences d’universités, le CURIF et la CPU sont auditionnées, la seconde étant désormais plus critique de la loi. Quant aux organismes de recherche outre l’INSERM, seul le CNRS et son Petit darwinien sera entendu avec l’homme « chargé des relations avec les élus« .

Du côté de la « société civile », 45 min sont consacrées au CESE qui prépare un rapport sur l’enseignement supérieur et la recherche si important, soit autant que le temps consacré à l’audition de deux associations Sciences et sociétés (ALISS et Sciences citoyennes). Les sociétés savantes, qui avaient envoyé des « analyses et correctifs », sont, quant à elles, restées sur la touche.

Enfin, un tiers du temps est accaparé par l’administration de l’ESR : Direction générale de la recherche et innovation ; DGESIP ; et bien sûr, au budget – notamment la sous-direction qui s’occupe de l’administration du Crédit Impôt Recherche ; et le secrétariat à l’innovation. Reste le Conseil stratégique de la recherche, institution créé sous Hollande, et désormais mis sur la touche, puisque c’est l’HCERES qui doit avoir désormais ce rôle.

A suivre donc – mais pas en direct, puisque le choix a été fait de ne pas retransmettre les auditions, pas davantage que d’établir des comptes rendus, qui pourtant auraient aidé la représentation nationale de se faire une meilleure idée d’un dossier assez illisible.

Liens :

  • Composition de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation (au 31 août 2020)
  1. Sur ce sujet, voir la saga « L’évaluateur évalué » que nous avons chroniqué sur Academia et l’idéologie du bouchon présidentiel.) ;
  2. le pdg de l’ADEME, ce matin ; quatre professeurs au Collège de France (Pr. Christine Petit, titulaire de la chaire génétique et physiologie cellulaire;  Alain Fischer, titulaire de la chaire de Médecine expérimentale ; Antoine Compagnon, titulaire de la chaire de littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie ; Serge Abiteboul, directeur de recherches en informatique à l’INRIA et à l’ENS Paris à confirmer);
  3. les associations ALLISS Sciences et sociétés (Madeleine Akrich) et Fondation Sciences citoyennes (Kevin Jean et Aude Lapprand) clôturent la journée.
  4. Le reste de la semaine verra l’audition :

    • des syndicats professionnels et étudiants (mardi 1e et mercredi 2 matin []
    • Information insuffisante sur cet organe au moment de la publication du Budget. []

Classement de Shanghaï : instrument de justification du démantèlement de notre service public d’Enseignement supérieur et de Recherche

Le classement de Shanghaï est contesté depuis sa création en 2003. Il a servi de prétexte auxgouvernements successifs pour imposer les réformes qui ont déstructuré l’enseignement supérieur et larecherche (ESR) depuis 20 ans: autonomie des établissements, désengagement financier de l’État au profitde financements par projets, regroupements divers et variés, fusions-absorptions… Rien d’étonnant donc à l’auto-satisfaction de la ministre Vidal de l’ESR lors de la publication du classement de Shanghaï 2020:

«En décloisonnant universités, grandes écoles et organismes de recherche, et en leurpermettant de déployer leur stratégie au sein d’une organisation dont ils ont choisi le modèle, l’ordonnance du12 décembre 2018 a permis aux établissements français de valoriser leur potentiel scientifique et de se voirreconnaître parmi les meilleurs établissements au monde.»

Et plus loin:

«Ces nouveaux modèles d’universitésfont la preuve de leur pertinence et sont désormais reconnus à l’étranger, témoignant de la qualité de notreenseignement et de notre recherche au plan international».

Même le président Macron a jugé bon de publier un tweet:

«La qualité de notre enseignement supérieur et denotre recherche est enfin reconnue internationalement à son vrai niveau».

Pour la CGT FERC Sup, c’est exactement le contraire.

La reconnaissance scientifique internationale ne passe pas par un tel classement. Elle est le résultat de laqualité du travail des personnels du service public d’ESR. Les diverses lois (Pacte pour la Recherche, LRU-Pécresse 2007, LRU-Fioraso 2013…) ont épuisé les personnels, contourné ou supprimé les règlesdémocratiques de fonctionnement des universités, et renforcé la bureaucratie universitaire. L’ordonnancede décembre 2018 –imposer une politique en légiférant par ordonnances: bravo la démocratie!– estcélébrée alors qu’elle accélère la dérégulation en permettant de déroger pendant 10 ans à quasiment toutesles règles de fonctionnement des universités.De ce point de vue, Saclay est l’aboutissement de cette dérégulation d’un tel dérèglement: l’agglomérationd’établissements absurde et sans objectif scientifique (hors paraître «gros»)… et le risque pour lespersonnels des EPST (CNRS, INSERM, INRAE, INRIA…) d’être fondus / noyés dans le nouvel ensemble.La réalité, c’est la concurrence stérile entre établissements, au détriment des personnels et de la recherche.La réalité, c’est le financement différencié des établissements: le développement de quelques «universitésde recherche» prestigieuses et le marécage pour les «collèges universitaires» accueillant les classespopulaires. La réalité, c’est la volonté de détruire le service public d’ESR. La réalité, c’est la marche forcéevers la marchandisation et la privatisation de l’ESR. C’est le résultat d’une transformation bureaucratique et managériale de l’université à l’opposé de sa missionde production de savoirs et de leur appropriation par les étudiant·es.Le communiqué de la ministre Vidal conclut:

«La future loi de programmation de la recherche, avec uninvestissement de 25 milliards d’€ sur les 10 prochaines années, contribuera encore davantage à cette distinctionfrançaise en confortant la France parmi les grandes nations scientifiques ». Pour la CGT FERC Sup, au contraire, le développement du service public de l’ESR n’est pascompatible avec la LPPR qui remet en cause le recrutement des personnels sous statut defonctionnaire, accroît le financement de la recherche par contrat et le recours aux travailleurs ettravailleuses contractuels, et favorise ainsi le développement de la précarité qui nuit à la qualitéde la recherche et de l’enseignement. Plutôt que courir après les bons points d’un classementprincipalement destiné aux universités chinoises, nous avons besoin d’un service public national d’ESR et d’un recrutement massif de fonctionnaires.

Contact: www.cgt.fercsup.net • www.adherer.cgt.fercsup.net • tract

Revue de presse : Rentrée sous tension à l’Université, pour Alternatives économiques

L’incertitude sur les modalités de la rentrée se double, chez les enseignants, d’une inquiétude vis-à-vis du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et de ses effets sur la précarité de leur statut.

La consigne est tombée le 6 août : le ministère de l’Enseignement supérieur préconise une rentrée (échelonnée sur le mois de septembre) qui donne la priorité au « présentiel » masqué, autrement dit à la présence des étudiants et enseignants dans les locaux. La circulaire prévoit que la distanciation sociale ne soit observée que « dans la mesure où elle n’affecte pas la capacité d’accueil », le port du masque étant obligatoire dans le cas contraire. Reste à savoir si cela rassurera les agents des universités qui, lors du déconfinement, faisaient partie – avec les discothèques ! – des rares établissements où aucune réouverture n’avait été autorisée avant septembre… Cela avait suscité l’incompréhension des enseignants-­chercheurs en particulier, empêchés de reprendre leur activité normale en raison des risques de contagion, alors même qu’on autorisait, voire qu’on incitait, les Français à se rendre dans les magasins et autres centres commerciaux.

Lire la suite →

Rentrée 2020 : les préconisations du Haut Conseil de la santé publique

Le 20 août dernier, le Haut Conseil de la santé publique a émis des préconisations pour l’enseignement supérieur, que le media spécialisé Newstank vient de publiciser.

voici le document. Alors que tous recevons, en cette rentrée des injonctions surprises contradictoires et évolutives d’une heure à l’autre, il n’est pas inutile de lister les dernières recommendations en matière de santé publique dans un contexte épidémique de COVID19, après avoir fourni un argumentaire détaillé.

https://www.flickr.com/photos/prachatai/49718934141/in/photolist-2iKuwWr-2iNTrPk-2iKw951-2ju3GRG-2iKrLH2-2iHKtKP-2iLwack-2iHM3tD-2j6pnV2-2jpXkpG-2iU7vAa-2iYbjef-2jknxQF-2iJZ8tT-2jaH47e-2jkHPdE-2jzdsKS-2iQwiNi-2j8cAii-2jaJG4h-2iG53i7-2iSBqRz-2jmeKKJ-2iTPMMC-2iZE5jv-2jyvUWk-2jcjU2Z-2jaS5r4-2jaPqrY-2iXYfFo-2iJdhqc-2jcjSjF-2jrHi6F-2iSyAxB-2iSBqPq-2iSoU1W-2j4VX1S-2iLtNvP-2j7P7fE-2iT8azQ-2j6iR47-2j9vhDi-2jaNSjb-2iSyBdV-2iSBrtS-2j4ys1y-2iJz27s-2iVeDaF-2jrBuSD-2iQHeTo

Covid-19, by Prachatai, mai 2020

Le HCSP recommande:

D’une manière générale:

  • De favoriser le port de masque grand public en tissu réutilisable (selon les préconisations Afnor) par la population française, en facilitant le choix et l’accès des masques pouvant être réutilisés jusqu’à 50 fois, ayant des performances de respirabilité et de filtration constantes et validées et en simplifiant les conditions d’entretien.
  • De poursuivre la recherche et le développement de masques grand public faciles d’emploi, d’un grand confort d’utilisation, réutilisables un grand nombre de fois par des procédures d’entretien simples, et d’un faible coût d’utilisation.
  • De responsabiliser les porteurs de masque « S’approprier son masque réutilisable » par des messages d’information simples et actualisés envers la population générale avec mise en évidence de leur intérêt en termes de réduction des risques directs pour le porteur et son entourage et de réduction de la circulation du virus dans la population générale.
  • De rappeler la nécessité de jeter dans des poubelles les masques à usage unique lorsqu’ils sont utilisés.
  • De continuer à respecter l’ensemble des mesures barrières notamment l’hygiène des mains et les gestes barrières, comme déjà précisé par le HCSP dans ses avis antérieurs.
  • D’inciter les responsables d’établissements scolaires/universitaires/professionnels ou d’entreprises à organiser des réunions d’information sur les modalités de transmission du SARS-CoV-2, sur les moyens de prévention et sur la perception du risque individuel et de la bonne utilisation des masques dès la reprise des activités scolaires/universitaires et socio-économiques dans chaque établissement, auprès des élèves/étudiants, salariés et autres intervenants en entreprise.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, en plus des recommandations précédentes :

Continuer la lecture

Loi recherche &c. Nomination de la rapporteure et des rapporteurs-adjoints

La loi Programmation de la recherche 2021-2013 vient d’arriver au Parlement dans une version remaniée : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/programmation_recherche_2021_2030

À l’Assemblée, la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation a désigné en son sein comme rapporteur Danièle Hérin (LREM), professeure d’université retraitée et présidente de Montpellier 2 Sciences et techniques de 2008 à 2012. Députée de l’Aude, elle est membre de la Ses adjoints sont

Nous avons donc un triumvirat méditerrannéen d’universitaires et un connaisseur des attelages publics-privés, toustes La République en Marche, ce qui semble étonnant.

Selon nos informations, leur rapport est à rendre pour début septembre, avec examen des amendements en commission le 14 septembre et en séance (hémicycle) à partir du 21 septembre.
Au Sénat, le calendrier parlementaire est différent car la Chambre Haute est renouvelable par moitié tous les 3 ans et cette année une élection a lieu le 27 septembre. Pour cette raison, la session parlementaire ne reprendra que  le 1er octobre avec l’élection du Président-e et l’installation des différentes commissions (président-es, bureau)1
Les rapporteur-e-s pour la LPPR ne peuvent donc pas être nommé-es au Sénat.
La date d’arrivée de la Loi Programmation au Sénat demeure encore incertaine, le gouvernement ayant très peu de créneaux pour l’inscrire au calendrier (semaines en gris dans le calendrier).   Les incontournables projet de loi finance de  la Sécurité Sociale (PLFSS)  et Projet de loi de finance 2021 (PLF 2021 – auquel sera joint le plan de relance) sont à voter avant la fin de l’année2.
  1. Calendrier de renouvellement des instances du Sénat : http://www.senat.fr/ordre-du-jour/files/Calendrier_renouvellement_instances_21_juillet_2020.pdf. []
  2. Calendrier des Séances : http://www.senat.fr/ordre-du-jour/files/Calendrier_oct_dec_2020.pdf. []