Démission du jury du CAPES d’histoire-géographie. Explications sur Révolution permanente

Démissions du jury du CAPES d’Histoire-Géo : « On veut faire de nous des animateurs ! »

Le ministère de l’Éducation Nationale a décidé que cette année, le recrutement des enseignants se fera sans épreuves orales pour cause de crise sanitaire. Pourtant, deux vices-présidentes du jury du CAPES d’histoire-géo et une dizaine de membres ont décidé de dénoncer ces modalités et ont démissionné. Révolution Permanente a interrogé une de ces membres du jury.

Révolution Permanente : Pouvez-vous nous expliquer la situation cette année chez les membres du jury d’Histoire-Géographie ?

Professeure : On est au moins une dizaine à avoir démissionné dont les deux vices-présidentes du jury. On a eu une réunion en avril sur les modalités des oraux, suite à quoi nous avons envoyé une lettre ouverte adressée au ministère de l’Éducation Nationale et de la jeunesse signée par 116 membres du jury – cela représente 75% de la totalité du jury – pour dire que les modalités adoptées pour la session 2020 du CAPES de supprimer purement et simplement les oraux étaient complémentent insatisfaisantes.

Notre proposition à nous c’était plutôt de faire comme en 2014, c’est-à-dire de décaler les oraux à la fin de l’année suivante. Mais au final les évaluations ne se feront que sur la base des écrits.

RP : C’est ça qui vous a poussée à démissionner ?

Professeure : Oui, on est quelques unes – seulement des filles (rires) – à avoir démissionné par soutien aux vices-présidentes d’abord. Et puis parce que ce qui nous inquiète c’est que l’oral du CAPES va être de moins en moins disciplinaire. Ce qu’ils veulent faire ce sont des oraux où il y aura plus de pédagogie que de discipline [ou matière, ndlr]. Pour le recrutement du CAPES nous sommes attachés aux deux aspects – disciplinaire et pédagogique –, mais avec cette la logique appliquée aujourd’hui, on veut faire de nous des animateurs.

Donc la 1ère lettre des vices-présidentes date du 23 avril elle s’intitulait « Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuve orale », et leur démission ça a été le 2 juin. Dans la foulée il y a eu une dizaine de démissions de membres du jury. L’exemple qui était pris dans la première lettre était le suivant : en appliquant les règles de la session 2020 à la session de 2019 du CAPES d’histoire-géo, sur le principe 26% des candidats admissibles non admis en 2019 seraient admis, et inversement plus d’un candidat sur quatre admis en 2019 ne le seraient plus. Cela veut dire qu’un quart des profs qui vont être pris cette année n’auraient pas été pris en temps normal parce que pas assez bon à l’oral, alors qu’un quart des profs qui auraient pu être pris grâce à l’oral seront refusés.

Toute la partie visible du travail de prof se fait pourtant à l’oral !

RP : Qu’est ce que vous revendiquez ?

Pour lire la suite →

Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

Saint-Étienne : démission de nombreux proches de la présidente, laissée seule avec la fusion

Lire l’article complet sur le site Idexit


La détonation risque de retentir pendant plusieurs semaines : huit vice-président⋅es de l’université Jean-Monnet de St-Étienne (UJM), dont les trois vice-présidents centraux, annoncent aujourd’hui leur démission. Avec un collectif de dirigeant⋅es de l’université (chargé⋅es de mission, responsables de composantes ou d’unités), ils considèrent « que le projet d’Université-Cible, que certains d’entre nous ont porté, met en danger, aujourd’hui, notre établissement et notre capacité à porter une ambition académique sur le site de Lyon-Saint-Étienne. » Alors que la sauvegarde de l’université stéphanoise était au centre de la campagne des municipales et que Khaled Bouabdallah, véritable « parrain » de l’ESR local, a récemment été exfiltré vers Montpellier, la présidente Michèle Cottier se retrouve seule à porter un projet de fusion dont tout le monde, à Saint-Étienne, perçoit désormais l’absurdité.


Lire l’article complet sur le site Idexit


Né en 2017, le collectif « Idexit » regroupe des étudiant⋅es de Lyon et de Saint-Étienne mobilisé⋅es contre le projet de fusion de leurs universités et de leurs écoles.

Site internetFacebookTwitter

Université de Rouen : un « détournement de profil et de concours » ?

La correspondance qui suit a été adressée à Academia, par Anthony Mangeon, afin de faire part aurpès d’une plus large communauté universitaire le recrutement en littératures francophones de l’Université de Rouen. Nous republions ici deux lettres: une du #24juin, la seconde du 23 avril et la dernière du 8 avril 2020, ainsi que la composition du comité de sélection et la fiche de poste, qui documentent  ce que les auteurs et autrices du recours qualifient de « détournement de profil et de concours ».


Sujet : Comité de sélection, poste de maître de conférences en littératures francophones et comparées, Université de Rouen (référence Galaxie : 4488)
Date : Wed, 24 Jun 2020 12:02:46 +0200
De : amangeon <amangeon@unistra.fr>
Pour : Cecile Legros <cecile.legros@univ-rouen.fr>, florence.fix@univ-rouen.fr, joel.alexandre@univ-rouen.fr

À Monsieur Joël ALEXANDRE, président de l’université de Rouen,
À Madame Cécile LEGROS, vice-présidente du conseil académique et de la commission recherche de l’université de Rouen,
À Madame Florence FIX, présidente du comité de sélection,

Monsieur le Président,
Madame la Vice-Présidente,
Madame la Présidente du comité,

Comme nous vous l’avions signalé le 8 avril dernier, nous étions nombreux à nous réjouir du concours ouvert par l’université de Rouen, pour un poste de maître de conférences en littératures comparées et littératures francophones (référence Galaxie n°4488). Nous vous avions écrit pour nous étonner toutefois de l’absence totale de véritables spécialistes de ces littératures au sein de votre comité de sélection, en particulier parmi les membres extérieurs, et pour vous rappeler les usages qui prévalent, notamment dans la définition des disciplines, selon le code de l’éducation. Nous vous invitions, dans ces circonstances, à prêter toute l’attention qu’ils méritaient aux dossiers de candidatures relevant de ce domaine, et à respecter scrupuleusement, dans le recrutement que vous feriez, le profil francophoniste que vous aviez établi pour ce poste de maître de conférences.

(…)

Notre inquiétude ne portait évidemment pas sur la conformité à la réglementation. Nous vous adressions en réalité une question déontologique : est-il normal que les spécialistes d’une discipline soient exclus d’un comité de sélection recrutant dans cette discipline ? De notre point de vue, la composition d’un comité de sélection, pour un poste en littératures comparées et littératures francophones, aurait dû inclure des spécialistes des littératures francophones, et le concours devait naturellement déboucher sur le recrutement d’un-e maître de conférences spécialiste de littératures francophones et comparées.

Les travaux de votre comité sont à présent achevés. 80 docteurs s’étaient portés candidats, pour un poste dont le profil était, pour mémoire, défini comme suit : « Un intérêt pour les littératures de l’ailleurs (Afrique du nord ou Afrique subsaharienne / Caraïbes / Québec / Asie) sera apprécié : la demande est forte et la discipline est actuellement sous-représentée. Des travaux relatifs à des genres narratifs (autobiographie, essai, nouvelle, roman) en lien avec les questions d’identité, de mémoire et d’histoire seront d’autant plus bienvenus que le MCF recruté pourra également donner des cours transversaux en histoire littéraire, histoire des idées et littérature et société ». Cependant, au terme de ce concours, votre comité a classé première une candidate dont la thèse et les publications ne relèvent nullement de cette « discipline sous-représentée », puisqu’elles portent en réalité sur « l’Histoire du roman de l’Antiquité au XVIIIe siècle, le roman grec, le roman comique, Marivaux romancier, le roman anglais du XVIIIe siècle, le roman parodique, les réécritures et imitations, le roman policier. » Où sont passées les littératures francophones, et que deviendront-elles à l’université de Rouen ?

Un tel classement ne soulève évidemment pas une question de personne, mais de principe.  Est-il conforme à la déontologie universitaire d’éliminer systématiquement, en évitant de les convoquer pour l’audition, les spécialistes avérés d’un domaine, les littératures francophones, pour recruter quelqu’un qui ne l’est nullement

Il n’est de notre point de vue pas admissible que la discipline que nous représentons aujourd’hui, qui a eu du mal à émerger dans l’institution universitaire française au cours des années 1970 et 1980, subisse en 2020 un mépris aussi navrant et regrettable, qui rappelle les temps coloniaux.

Cette situation est d’autant plus accablante que l’université de Rouen se situe dans une ville où a exercé pendant trente ans, comme professeur agrégé de Lettres au lycée Corneille, l’un des écrivains francophones les plus talentueux de son temps, à savoir Mongo Beti (1932-2001), considéré comme un des classiques (au sens propre du mot) des littératures africaines.

Ajoutons que votre université a abrité les 28 et 29 septembre 2018 le grand colloque international intitulé « La transgression dans les épopées », organisé par le REARE (Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Épopées) qui regroupe les chercheurs spécialistes de ces questions, médiévistes français et africanistes de tous pays.

Le recrutement d’un enseignant-chercheur en littératures francophones (comme indiqué dans la fiche de poste) était l’occasion rêvée de connecter votre université à une partie de cette histoire littéraire méconnue et ô combien présente dans la ville de Rouen et dans la région normande par extension.

Par la présente lettre, nous voulons donc vous signifier qu’en ne respectant pas le profil mis au concours dans votre recrutement, vous venez de rendre votre établissement, votre département, votre unité de recherche et votre comité de sélection tristement célèbres à l’échelle nationale et internationale.

Nous prions M. Joël Alexandre, président de l’université de Rouen, ainsi que les présidents des sections 9 et 10 du CNU, M. Paolo Tortonese et Mme Anne-Gaëlle Weber Robineau, de bien vouloir prendre publiquement position sur ce que nous considérons comme un détournement de profil et de concours. Nous apporterons de notre côté notre soutien moral aux éventuels recours, contentieux ou gracieux, que pourraient déposer des candidats déboutés malgré l’adéquation de leurs profils avec la fiche de poste.

Veuillez agréer, mesdames, messieurs, chères et chers collègues, nos salutations distinguées.

Copie à Monsieur Paolo TORTONESE, président de la section 9 du Conseil national des universités, à Madame Anne-Gaëlle WEBER ROBINEAU, présidente de la section 10 du Conseil national des universités, à Madame Sandra PROVINI, directrice du département des lettres modernes, et à Madame Françoise TENANT, directrice du centre d’études et de recherche éditer / interpréter (université de Rouen), et à tous les membres du comité.

 Post-scriptum : un envoi postal de ce courrier électronique sera adressé, sous pli recommandé, à la présidence de l’université de Rouen

 

Liste des signataires (par ordre alphabétique) :

Continuer la lecture

ESR : après la crise, réduire la production, la compétition et l’empreinte environnementale

Source: https://labos1point5.org/wp-content/uploads/2020/06/ESR_transition_LPPR.pdf

Projet de « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR) : le Ministère (MESRI) subit un nouveau revers

Le 26 juin 2020

Alors que 200 personnes mobilisées pour le retrait du projet de loi LPPR étaient de nouveau rassemblées devant le ministère et que des rassemblements se tenaient en région, le Comité technique du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (CT-MESR) du 25 juin a voté contre le projet LPPR : 7 contre (CGT, FSU, FO, SUD), 5 pour (SNPTES, UNSA) et 3 abstentions (CFDT).

Après le rejet par le Conseil supérieur de la Fonction publique d’État (CSFPE : contre : CGT, FO, FSU, pour : UNSA, abstention : CFDT), et après le vote de l’avis au Conseil économique et social environnemental (CESE : 92 votants, 81 pour l’avis et 11 abstentions), c’est une nouvelle marque du refus de la LPPR de la part de la communauté universitaire et de recherche.

Suite au vote du CSFPE, le CT-MESR n’était consulté que pour une petite partie de la LPPR. La motion suivante a été largement approuvée :

« (…) Le CT-MESR dénonce l’urgence imposée par le ministère (…), qui ne se justifie en rien, qui a provoqué un calendrier intenable des instances, (et qui) empêche l’examen d’articles cruciaux pour l’avenir de l’ESR par les élus (…). Le CT-MESR dénonce cette manœuvre délibérée du gouvernement qui cherche à passer en force et atténue de fait le rôle de cette instance. ».

De plus, le CT-MESR a rejeté à l’unanimité l’article 19 du projet LPPR ratifiant l’ordonnance qui met en place les « établissements expérimentaux », dérogeant aux règles de droit commun et à la majorité, la demande de suppression des « CDI de mission scientifique » (article 5 du projet LPPR) ;

Enfin, le CT-MESR a voté à l’unanimité des vœux :

  • demandant la suppression des « chaires de chercheurs juniors » (« tenure tracks ») (article 3 du projet LPPR) ;
  • demandant une trajectoire budgétaire vers le 1 % du PIB pour la recherche publique soit 10 milliards sur 10 ans et des postes de titulaires (5 000 / an pendant 10 ans dans toutes les catégories de personnel)
  • demandant la saisie du CHS-CT sur les conséquences de la LPPR sur la santé et les conditions de travail des personnels.

Le gouvernement fait face à un rejet massif de la LPPR. Il ne pourra pas faire passer son projet cet été comme il le voulait. Les organisations appellent à se mobiliser par des rassemblements sur tout le territoire au moment du passage de la LPPR au Conseil des ministres début juillet. Elles appellent à voter des motions de retrait de la LPPR dans toutes les structures et à organiser dès la rentrée des assemblées générales pour débattre et décider des actions à mener.

Signataires : CGT (CGT FERC Sup, UN CGT CROUS, SNTRS-CGT, CGT INRAE, ), FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP), SOLIDAIRES (SUD Éducation, Sud recherche), FO ESR

LPPR: La section 72 veut faire retirer « ce projet de loi délétère »

De: « david aubin »
À: « metzger » <metzger@groupes.renater.fr>
Envoyé: Vendredi 26 Juin 2020 08:23:44
Objet: [Metzger] Motion de la section 72 sur la LPPR
Je vous prie de prendre connaissance de la motion suivante adoptée par les membres de la section 72 du CNU, par vote électronique, par 17 voix pour, 1 contre et 1 refus de se prononcer.
Bien cordialement,
David Aubin
Président de la Section 72
La section 72 du CNU (Epistémologie et histoire des sciences et des techniques) soutient le texte de la motion adoptée par le conseil facultaire de la faculté des sciences de l’Université de Paris. Nous appelons la CP-CNU à prendre position contre le projet de la LPPR et à tenter de trouver des points de convergence avec d’autres instances nationales (comme le CoCNRS) en vue de faire retirer ce projet de loi délétère et à proposer des alternatives prenant en compte les souhaits et les besoins exprimés par les acteurs de la communauté des universitaires et des chercheurs. Nous nous engageons à y contribuer dans la mesure de nos moyens.
MOTION DU CONSEIL FACULTAIRE DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L’UNIVERSITÉ DE PARIS
Suite à la diffusion, dimanche 7 juin 2020, du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle pour la Recherche (LPPR), nous, élus du Conseil de la Faculté des Sciences de l’Université de Paris, souhaitons exprimer notre profond désaccord sur la démarche et sur le fond.
La démarche, pour commencer, n’est pas acceptable. Au début de l’année, la communauté universitaire s’est largement mobilisée contre les esquisses d’un projet que le gouvernement ne voulait pas rendre public. Le 5 mars des milliers de collègues ont ainsi manifesté partout en France. De nombreuses analyses et propositions alternatives ont été publiées, co-signées notamment par plus de 700 directeurs d’unité, 29 sociétés savantes, et la quasi-totalité des membres du Conseil National de la Recherche Scientifique, dénonçant les dangers de la politique qui s’impose aujourd’hui. Malgré cela, le gouvernement fait le choix d’une diffusion du projet de loi de la LPPR juste avant l’été, et d’un calendrier ultra-resserré pour sa présentation en Conseil des Ministres, indiquant un objectif de promulgation de la loi en plein milieu des vacances universitaires. Tout ceci au sortir d’une crise sanitaire épuisante, et au moment même où un effort supplémentaire considérable est demandé aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels BIATSS pour organiser une rentrée hybride en présentiel et en distanciel, et simultanément mettre en place la reprise d’activités de recherche stoppées pendant plusieurs mois.
Sur le fond, les augmentations budgétaires programmées pour de futurs quinquennats restent à la marge et il est certain que les principes à la base du texte de loi renforceront une mise en compétition généralisée et entraîneront des effets délétères rapides pour les personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR).
Le texte dans son ensemble pose problème et ne répond pas aux objectifs d’amélioration de la recherche en France. Nous nous concentrons ci-dessous sur quelques exemples.
L’article 5 du projet de loi instaure par exemple un « CDI de mission scientifique », qui « prend fin avec la réalisation de l’objet pour lequel il a été conclu » mais « peut être également rompu lorsque le projet ou l’opération pour lequel ce contrat a été conclu ne peut pas se réaliser ». L’appréciation de ces motifs est laissée à l’employeur et peut inclure une rupture unilatérale par manque de financement. De tels contrats instaurent pour les chercheurs une précarité et une dépendance permanentes vis-à-vis de leur employeur, contraires à la Recommandation de l’UNESCO de 2017 concernant la science et les chercheurs scientifiques.
Autre exemple, l’article 3 du projet de loi instaure des contrats de type « tenure tracks/chaires d’excellence », en rupture complète avec le mode de recrutement par concours de la fonction publique. Ces chaires permettraient à des contractuels de bénéficier en 3-6 ans d’un passage rapide au grade de Professeur ou Directeur de Recherche, sans aucune des obligations statutaires imposées aux Maîtres de Conférences et Chargés de Recherche pour espérer atteindre le même objectif. Prélevées sur le même budget que les postes de Professeurs des Universités et Directeurs de Recherche, elles diminuent ainsi les possibilités d’évolution vers ces grades pour les Maîtres de Conférences et Chargés de Recherche actuels et à venir.
Citons également le transfert à l’ANR de financements jusque-là considérés comme pérennes (article 11), qui renforce la politique actuelle d’appels à projets et de mise en concurrence systématique pour l’accès aux moyens. D’autres propositions de ce texte contribuent également à la dégradation du management de l’ESR, comme l’attribution de primes en dehors de tout principe de collégialité (article 14).
Face à ces orientations néfastes pour le fonctionnement collectif de l’ESR, nous, élus du Conseil de la Faculté des Sciences de l’Université de Paris, demandons qu’un nouveau projet de loi voie le jour, élaboré de façon collégiale par les personnels de l’ESR.  Nous n’accepterons pas, ni maintenant ni à l’avenir, que soient signés des « CDIs de mission scientifique » ou des contrats de type « tenure tracks » au sein de la Faculté des Sciences. Nous appelons solennellement la Présidence de l’Université de Paris, et plus largement l’ensemble des membres de la Conférence des Présidents d’Universités, à soutenir notre démarche et s’engager pour une réécriture du projet de loi conforme aux enjeux de l’ESR et aux attentes de ses acteurs.
Texte approuvé à l’unanimité moins une abstention par le conseil de faculté, réuni le 12 juin 2020
Source : https://academia.hypotheses.org/24660

 

Contre la LPPR. Motion du Conseil academique de Paris-3

Le Conseil académique (CAC) de Paris 3, réuni le 25 juin 2020 en formation restreinte aux enseignant..e.s chercheur.e.s, a voté, à l’unanimité, la motion suivante:

Le texte de la Loi de Programmation Pluri-Annuelle de la Recherche, dont le CA du 31 janvier 2020 avait demandé la publication afin de permettre à la communauté universitaire d’en débattre, a été publié début juin et aussitôt présenté au CNESER et dans les instances. L’ on retrouve dans cette loi les dispositions qui avaient déjà suscité une forte mobilisation des collègues au début de l’année 2020, notamment l’instauration de «tenure tracks » qui pourraient représenter jusqu’à un quart des nouveaux recrutements de directeurs de recherche et de professeurs des universités. Ces nouveaux modes de recrutement risquent de faire exploser les inégalités de salaire et de statut dans les universités, menaçant ainsi les collectifs de travail qui les  font fonctionner. Elles contournent les dispositifs qui font barrière au localisme et garantissent l’indépendance des enseignants-chercheurs. Surtout, la LPPR est susceptible d’aggraver considérablement la vulnérabilité et la précarité qui est désormais le lot des jeunes chercheurs, et donc de rendre les carrières de l’enseignement et de la recherche encore moins attractives. 

La LPPR rejeté par le CTMESR

Le CTMESR a été réuni hier par la Ministre, pour examiner le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

  •  7 contre (CGT, FSU, Sud, FO),
  • 5 pour (UNSA, Snptes),
  • 3 absentions (CFTD)

En attendant la réunion du CTU (Comité technique des personnels enseignants titulaires et stagiaires de statut universitaire) lundi 22 juin.

 

Le projet de loi sur la recherche «pas à la hauteur», selon le Cese. Revue de presse

Le vote unianime — moins quelques abstentions —de la troisième chambre de la République sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche a été largement remarquée par la presse. En revue.

Déception.«Peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ?»s’interroge le Conseil économique social et environnemental (Cese) au sujet du projet de loi de programmation pluriannuel de la recherche (LPPR). Décidément, les avis se suivent et se ressemblent pour la ministre Frédérique Vidal.

Comme les instances représentatives du ministère, le Cese dit au gouvernement que son constat sur la recherche française est bon mais que ses solutions ne le sont pas.

Les 4 préconisations du conseil reprennent largement les critiques émises sur ce texte : pas assez de moyens, manque de marge de manœuvre pour les établissements, absence de campagne de recrutement de fonctionnaire massive et hausse des primes au lieu des salaires.

Frédérique Vidal a beau répéter partout avoir écouté et pris en compte les avis des uns et des autres, son projet reste le même : peu de moyens, distribués par une mise en concurrence des personnels et toujours plus de personnes recrutées hors statut. Un plan qui ne satisfait pas grand monde. La ministre sera présente à 16h30 au Cese pour la présentation de cet avis. A suivre ici. (Photo AFP)

Voir aussi Recherche : «Un projet de loi en décalage complet avec les attentes de la communauté», par Olivier Monod, Libération, 20 juin 2020

 

  • Le projet de loi sur la recherche «pas à la hauteur», selon le Cese, Le Figaro avec l’AFP, 24 juin 2020

    Le Conseil économique, social et environnemental (Cese), saisi par le gouvernement sur le projet de loi pluriannuel de la recherche, a rendu mercredi un avis très critique à l’encontre d’un texte qui n’est selon lui «pas à la hauteur» pour redonner du souffle au système.

Le Conseil Économique, Social et Environnemental vote un avis défavorable à la #LPPR

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #34
← Article précédent

Publication 24 juin 2020 20h – mise à jour 25 juin 2020, 10h30

92 votants : 81 pour, 11 absentions, 0 contre : l’avis du Conseil Économique, Social et Environnemental est très largement adopté, l’ensemble des groupes s’étant prononcé pour l’avis, à l’exception de la CFDT.

Les interventions ont souligné la grande qualité du travail accompli grâce à la rapporteuse Sylviane Lejeune, tout particulièrement en raison de sa capacité d’anticipation du processus législatif, le caractère précipité et peu honorable de celui-ci alors que nous sommes encore en état d’urgence sanitaire — laissant penser que le gouvernement voulait passer outre l’opposition de la communauté scientifique — , le mépris dans lequel la Ministre a tenu les organisations représentatives à l’occasion de la séance de 21h du CNESER. dont pourtant la Ministre s’est gargarisée. Les témoignages d’une docteure précaire, ainsi que celui de Bruno Canard, ont été rapportés, tandis que le représentant des organisations syndicales a critiqué le CIR, dont le budget manque si cruellement à l’enseignement supérieur. Enfin les groupes en présence ont rappelé la nécessité de former aujourd’hui les chercheurs et les chercheuses de demain et donc de disposer d’un financement des universités à la hauteur des grandes nations.

Le CESE dans le processus législatif
L’avis sur « la programmation budgétaire du projet de LPPR » rendu par le Conseil économique, social et environnemental le 24 juin 2020 est une étape importante dans la mobilisation contre la LPPR, à laquelle il apporte une vraie légitimité. Le CESE, en effet, n’est pas un énième comité Théodule : il est une assemblée constitutionnelle, et plus précisément, la troisième assemblée de la République à laquelle la Constitution de 1958 consacre un titre entier (titre XI de la Constitution, articles 69 à 71), aux côtés des deux assemblées parlementaires que sont le Sénat et l’Assemblée nationale.
Peu connue, cette assemblée créée en 1946 est le produit d’un vieux projet du XXsiècle : celui consistant à instituer un organe de « démocratie économique et sociale », chargée d’assurer la représentation des organisations économiques et sociales en complément des organes traditionnels d’expression de la « démocratie politique ».
Ceci dit, sous la Ve République, le rôle du CESE dans la processus de fabrication des lois est réduit à la plus simple expression : il ne rend qu’un avis. Si cet avis est dit « obligatoire » pour les projets de loi de programmation à caractère économique, social ou environnemental – catégorie dans laquelle rentre la LPPR –, cela signifie simplement que la consultation du CESE est obligatoire. Le contenu de l’avis rendu, lui, ne s’impose à personne : ni au gouvernement, ni au Parlement. Autrement dit, c’est un point de référence, qui ne produit aucun effet juridique – même si le consensus du Conseil sur une question peut avoir un net effet politique.
Rien n’empêche néanmoins de rappeler au président Macron qu’à Versailles, dans son discours devant le Parlement réuni en Congrès du 3 juillet 2017, il avait appelé à « renouer avec l’intention fondatrice » du CESE, celle consistant à « créer entre la société civile et les instances politiques un trait d’union » : le CESE « doit devenir la Chambre du futur, où circuleront toutes les forces vives de la Nation ». « Nous ferons de cette Assemblée le carrefour des consultations publiques », expliquait-il, et « cela sera un élément d’une plus grande représentativité de notre société civile ». Dont acte ?

Voici les 4 préconisations qui viennent ainsi être validées:

  • Préconisation 1
    Le Cese estime indispensable d’atteindre très rapidement l’objectif de 3% du PIB tel qu’il était mesuré avant la crise. Il rappelle l’urgence d’un sursaut en faveur de l’investissement public dans la recherche qui doit se traduire sur le plan budgétaire dans le plan de relance et d’ici la fin du quinquennat:
    (1) par l’affectation de moyens à hauteur de 6 milliards d’euros, pour atteindre l’objectif de 1% de PIB de dépenses publiques;
    (2) par la mise en œuvre d’une politique qui permettra aux entreprises d’augmenter de 14 milliards d’euros supplémentaires leurs dépenses de recherche pour atteindre l’objectif de 2% de PIB de dépenses privées.
    Au-delà, la programmation doit permettre à la France de progresser vers le niveau d’investissement des pays les plus en pointe. Le Cese demande plus de visibilité sur les financements et leurs impacts. Il recommande de mettre à plat les aides publiques directes et indirectes à la recherche et de les flécher plus efficacement pour permettre aux entreprises d’investir dans la R&D.
  • Préconisaton 2
    Le Cese préconise de rééquilibrer les financements et, indépendamment des financements par appel à projets, de redonner aux établissements de recherche la marge de crédits de base leur permettant de développer une véritable politique scientifique ; cela implique d’articuler des financements de base en volume suffisant avec des financements sur projet. Les dotations de base doivent être suffisantes pour permettre au budget des établissements de l’ESR d’assurer la totalité du financement des programmes de recherche des laboratoires, des charges structurelles des établissements et des infrastructures de recherche (équipement lourd et mi-lourd, renouvellement), par dotations annuelles.
  • Préconisation 3
    Le Cese demande que les rémunérations des chercheurs soient significativement revalorisées (grilles indiciaires dans le secteur public et grilles conventionnelles dans le secteur privé). Les grilles doivent tenir compte du niveau de qualification à Bac+8. Par ailleurs, le projet annonce un travail avec les représentants du personnel. Une attention devra être apportée au déroulement des carrières des enseignants-chercheurs et des chercheurs relevant du Mesri.
  • Préconisation 4
    Pour préserver et conforter les atouts de notre système national de recherche qui ont fait sa réputation, et pour permettre de contribuer à la résorption de la précarité, le Cese demande la mise en œuvre d’un plan exceptionnel de recrutements effectifs de l’ordre de 5000 à 6000 emplois par an pendant cinq ans, sur des postes statutaires (EPSCT et EPST) ou permanents (Epic), tous métiers et toutes disciplines confondus, dans les universités et les organismes de recherche publics. Il s’agit de garantir le recrutement des chercheurs et des enseignants-chercheurs sur des emplois permanents (dans le respect du statut de la fonction publique qui préserve l’indépendance de la recherche et la continuité des missions ou en CDI dans les Epic).

Cet avis, nourri par quatre ans de travail et plus de 50 auditions, infirme totalement la politique proposée par le MESRI avec la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. Il est extrêmement précieux et sera complété le 22 septembre par un avis long du projet de loi. Il représente désormais la première pierre d’une vraie loi pluriannuele de la recherche.

Page institutionnelle de l’avis

 

Pour suivre les débats :

Une Université ouverte, combien ça coûte ?

 

Après des mois de refus de mettre en discussion le contenu de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche (ESR) entend la faire voter à marche forcée. Nous présentons ici les revendications chiffrées des Facs et Labos en Lutte. Elles correspondent largement à l’avis du Coneil Economique, Social et Environnemental, très défavorable à la LPPR.

Le projet de loi présenté aux élu·es du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER, le 18 juin 2020) confirme son manque d’ambition budgétaire et, surtout, poursuit une logique néolibérale de l’ESR fondée sur la précarisation des ressources financières (recherche en mode projet) et des personnels (Chaires de professeur junior, CDD Tenure Track, CDI de mission).

  • La future loi prévoit ainsi une augmentation du budget de l’ANR (Agence nationale de la recherche) et le maintien des dispositifs renforçant la concentration des moyens sur une minorité d’unités et de chercheur·ses, comme les initiatives d’excellence, alors même que la crise sanitaire a montré les graves limites de ce modèle, qui a empêché la poursuite de recherches sur les coronavirus en coupant les financements récurrents.
  • Ensuite, la création de CDI de mission et de CDD de type Tenure Track en lieu et place du recrutement de fonctionnaires ne feront qu’accroître la précarité. La possibilité de recruter jusqu’à 25% du flux annuel de directeur·trices de recherche et de professeur·es sous cette forme menace à terme l’existence même des statuts de maitre·sses de conférence et de chargé·es de Recherche.
  • Par ailleurs, les annonces budgétaires prévues dans la loi sont très en deçà des promesses faites par le président de la République, et encore plus des besoins réels, si l’on prend en compte l’augmentation du nombre d’étudiant·es (+30 000/an) et le volume de recherche nécessaire pour répondre aux enjeux sociaux, de santé et de connaissance. Au mieux, le gouvernement propose une croissance équivalente à celles des années précédentes, et l’essentiel des promesses budgétaires porte sur les gouvernements futurs, qui ne seront nullement engagés par la loi.

Une augmentation massive des effectifs de fonctionnaires est nécessaire dès à présent du fait de l’accroissement du nombre d’étudiant·es, pour une meilleure qualité d’enseignement et pour mettre en oeuvre les mesures de distanciation physique, tout en maintenant les activités de recherche.

Contre la marchandisation des savoirs et face aux crises écologiques, sociales et sanitaires, nous exigeons toujours le retrait de ce projet de loi. Par ailleurs, nous proposons un contre-projet défendant les ressources collectives de la production des connaissances qui consiste en un plan massif de titularisation et de création d’emplois statutaires, et  qui assure un revenu garanti pour les étudiant·es et une redistribution plus égalitaire des moyens fondé·es sur deux principes :

  1. l’emploi de fonctionnaires pour résorber la précarité et assurer l’indépendance des chercheur·ses dans la poursuite de leurs travaux sur le temps long ;
  2. des dotations pérennes aux unités de recherche, à la hauteur des enjeux.

Sur la base de ces revendications portées par les organisations syndicales et les travaux d’une commission du comité de mobilisation, qui s’est réunie lors des coordinations nationales de la recherche de février et mars 2020, voici les différents éléments de chiffrage à même de constituer la base d’un véritable projet alternatif.

Une hausse des budgets

En France, l’ensemble des activités de recherche et développement (R&D), dans les domaines public et privé, atteint 2,19 % du PIB en 2017. C’est en-deçà de l’objectif de l’UE, fixé à 3% dans le cadre de la stratégie « Europe 2020 », ainsi que de l’objectif français établi par la stratégie nationale de la recherche (SNR). Ce chiffre place la France à la 5ème et avant-dernière place des six pays de l’OCDE les plus importants en termes de volume de dépense intérieure de recherche et développement (DIRD). Dans le projet de loi de Finance 2020, le budget du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) était de 25,5 Milliards d’euros. De nombreuses estimations basées sur le PIB ont souvent été mises en avant par les organisations syndicales : 1% pour la recherche publique civile, 2% pour l’enseignement supérieur par exemple. Cependant, si ces estimations sont intéressantes pour donner des ordres de grandeur, elles ont plusieurs défauts : elles ne prennent pas en compte la nécessaire décroissance de la production de certains biens ou services pour réduire notre impact écologique – ce qui peut aller de pair avec une réduction du PIB ; elles ne se sont pas révélées robustes ni dans le contexte de crise économique de 2008, ni dans celui de la crise sanitaire d’aujourd’hui. Ici, nous préférons donc mettre en avant une autre démarche qui parte des besoins dans la recherche et l’enseignement supérieur. Nous listons donc une série de propositions qui doivent être mises en place dans les 5 ans à venir avec les budgets correspondants. Certaines de ces revendications ne concernent pas directement le MESRI (comme le revenu étudiant), mais toute la politique gouvernementale.

Continuer la lecture

Alexandra voit ses chances d’être titularisée encore repoussées

NB: Section 25 : Neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie.PI – cher de projet (principal investigator)

Le combat juridique continue contre l’augmentation des frais d’inscription

Bienvenue en France, vraiment?

Juan Prosper, du Syndicat des avocat·es de France (SAF) explique la bataille juridique contre « Bienvenue en France » dans une vidéo:

 

« A partir du moment où les digues tombent, où on explique que 2770 euros c’est parfait pour un·e étudiant·e étrangèr·es, on pourra très certainement revenir plus tard en nous disant que si c’est parfait pour un·e étrangèr·es, on peut aussi l’appliquer pour un·e étudiant·e français·e, alors même que le principe du financement d’un service public, du financement de l’enseignement supérieur, repose sur l’impôt. »

 

« Si on considère qu’il y a un principe de gratuité, que c’est un service public, ce n’est pas pas à l’usagèr·es de financer le fonctionnement du service public. »