Misère des universités et universités de la misère (I)

Le 4 février 2020

Novembre 1997. L’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche (ARESER) publie un ouvrage auquel de nombreux universitaires et chercheur-e-s-ont participé1. Parmi eux, Pierre Bourdieu qui, avec l’historien Christophe Charle et le sociologue Bernard Lacroix, a coordonné cette publication. Les diagnostics établis sont graves et, déjà, révélateurs de la situation alarmante des universités Sous-investissement chronique de la puissance publique, manque d’encadrement des étudiant-e-s en particulier en sciences humaines et en droit ce qui a notamment pour conséquence un taux d’échec élevé en premier cycle dont sont victimes les personnes socialement et culturellement les plus fragiles, démoralisation des enseignants toujours plus absorbés par des tâches administratives multiples2 et incapables d’accomplir dans de bonnes conditions les missions d’enseignement et de recherche qui sont les leurs, opacité des mécanismes de recrutement des enseignants-chercheurs et « poids croissant du localisme » auxquels s’ajoute une « concurrence » exacerbée « pour des postes raréfiés » en raison de restrictions budgétaires et d’une politique malthusienne qui ne s’est jamais démentie.

Et les auteurs de rappeler ce paradoxe singulier. Alors que l’éducation et la scolarité des enfants sont des préoccupations majeures des familles dans un contexte de chômage de masse et de longue durée, de même la poursuite des études supérieures après l’obtention du baccalauréat, les responsables politiques ne s’inquiètent de l’état des universités, de la situation des étudiant-e-s, de celle des personnel-le-s administratifs et des enseignant-e-s qu’à l’occasion de mobilisations significatives et/ou de difficultés financières d’une particulière gravité en alternant mesurettes élaborées dans la précipitation pour rétablir le calme et poursuite des politiques de « rigueur ».

Vingt-trois ans plus tard, la situation n’a cessé d’empirer et ce quels que soient les majorités à l’Assemblée nationale, les gouvernements en place et les présidents. Le quinquennat de François Hollande l’a confirmé. Qui se souvient des diaphanes secrétaires d’État à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso d’abord, Thierry Mandon ensuite, et de leurs actions significatives en faveur des universités ? Après avoir servi avec docilité le fossoyeur en chef de la majorité présidentielle et du Parti socialiste, ils ont, comme beaucoup d’autres, disparu corps et bien avec la débâcle politique que l’on sait. À droite comme au sein de la défunte gauche gouvernementale, nonobstant de menues oppositions rhétoriques sans grandes conséquences pratiques, le budget de l’enseignement supérieur est depuis longtemps une variable d’ajustement toujours conçue comme une dépense, jamais comme un investissement à long terme exigeant une constance certaine dans l’allocation des ressources financières et humaines afin de bâtir des universités capables d’assurer de façon optimale leurs missions d’enseignement et de recherche.

https://www.flickr.com/photos/pvarney3/13537216353/in/photolist-mCeLMX-9yi4nS-e6inkb-2iJKxmr-2favGew-2fmqnWU-2iXErhp-GZ64z-F9Hde7-HVX1k-X7rpA6-iB4bg2-84rfC4-84rezX-REExpp-2iTuv9c-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-5LK2L7-RN84n6-24WXqta-WKXNKz-rYf4UV-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-Tofd7Z-22XPqqY-s4kR7V-e6SJsQ-HgWJPE-Tjb81Q-9uUu1D-SUFM1c-HgWKSG-e6MgBv-2e854Th-VFnkXk-2g4RJnN-X9kua6-rYaQ4c-e6SGTE-e6Mghn-nuoMLs-e6MiJX-2erRdv9-2ebezLP-VYFu2D-KmJyb

Débâcle à Arabia Mountain, Georgia,, par Phil Varney, 29 mars 2014
Arabia Mountain

Continuer la lecture

  1. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997. Furent également associés F. Balibar (Paris-VII), C. Baudelot (ENS Ulm) et D. Roche ( Paris-I), notamment. []
  2. En 1964, déjà, Paul Ricœur écrivait : « Il faut mettre fin à l’écrasement stupide des universitaires sous les tâches administratives, sinon ancillaires, à la monumentale bêtise du gaspillage d’énergie que le manque de moyens entraîne. » « Faire l’université. » In Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 1991, p. 375. Le chef de l’Etat, qui a réussi à faire croire qu’il est un disciple de ce philosophe, serait bien inspiré de le lire au plus vite. []

Le culte du diplôme et la fin des libertés académiques : l’UFR de droit retourne au tribunal

Le 24 mai, les hommes maîtres de conférences ou professeurs d’université de l’École de droit de la Sorbonne de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne ont reçu le courriel suivant émanant de son directeur.

De: F.G.Trébulle .
Objet: Point sur la situation liée au cadrage voté par la CFVU
Date: 24 mai 2020 à 10:46:15 UTC+2
À: enseignants-chercheurs-eds@listes.univ-paris1.fr

Chers Collègues,

Comme vous le savez, nous sommes confrontés à une situation particulièrement troublée en cette fin d’année académique.

Je viens par ce message vous donner quelques informations que tous n’ont pas nécessairement eues, même si la presse s’est fait l’écho de l’ordonnance du 20 mai.
En raison de la situation d’urgence sanitaire liée au Covid 19, la CFVU a adopté le 5 mai, à une très courte majorité,  un « cadrage » relatif aux examens très différent de ce qui était proposé par la présidence ou de ce qui a été retenu par les Conseil d’UFR en général et celui de l’EDS en particulier, qui prévoyaient ou permettaient déjà des allégements significatifs pour tenir compte du contexte.
Le texte adopté par la CFVU conduit, notamment, à interdire les épreuves écrites ou orales à distance en « temps réel » (alors même que vous êtes nombreux à avoir témoigné de leur faisabilité avec un taux de retours excellent) et impose des « devoirs maison » de 15 jours tout en prévoyant une « dispense » pour toutes les matières dans lesquelles les candidats n’auraient pas obtenu la moyenne.Vous avez été nombreux à soutenir et signer deux Lettres ouvertes dénonçant cette situation et je ne saurais trop vous remercier de ce soutien extrêmement précieux.J’ai cru devoir, avec quelques collègues élus des conseils centraux de l’Université ou directeurs d’UFR, former un recours contre la décision de la CFVU, en référé suspension et au fond. Le « cadrage » en question nous paraît en effet frappé d’illégalité à plusieurs titres et violer la souveraineté des jury et l’indépendance des enseignants chercheurs.Le 20 mai, sans avoir pris la peine de tenir audience, le juge des référés a rejeté notre requête dans des termes que vous trouverez en pièce jointe. Cette décision, qui reprend littéralement certains des arguments présentés par les défenseurs de la décision de la CFVU, nous a beaucoup surpris et nous avons résolu de nous pourvoir en cassation.Le jour même, la ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation manifestait sont (sic) soutien à notre démarche dans un communiqué de presse.Par l’effet de l’ordonnance, la délibération de la CFVU conserve, nonobstant les éléments d’illégalité que nous y voyons, sa valeur juridique.

Avec certains autres directeurs d’UFR de l’Université, j’ai donc demandé au recteur de se saisir de cette situation le 22 mai.

Celui-ci, utilisant les pouvoirs qu’il tire de l’article L 719-7 al. 2 du Code de l’éducation (Le chancelier peut saisir le tribunal administratif d’une demande tendant à l’annulation des décisions ou délibérations des autorités de ces établissements qui lui paraissent entachées d’illégalité. Le tribunal statue d’urgence. Au cas où l’exécution de la mesure attaquée serait de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’établissement, le chancelier peut en suspendre l’application pour un délai de trois mois )  a engagé le 23 mai une procédure de déféré rectoral.

Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet

Rentrée 2020 : préconisations du Sénat

La commission de la culture et de l’éducation dévoile ses préconisations pour une gestion efficace des effets de la crise sur l’enseignement supérieur

Communiqué


Vendredi 22 mai 2020

Depuis la fermeture des établissements sur l’ensemble du territoire, la commission de la culture et de l’éducation a porté une attention toute particulière à la situation de l’enseignement supérieur et auditionné à ce titre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dès les 1er et 6 avril dernier.

La commission a par ailleurs créé un groupe de travail animé par Stéphane Piednoir (LR – Maine-et-Loire), rapporteur des crédits de l’enseignement supérieur, et composé de manière transpartisane, chargé de suivre la gestion de la crise sanitaire dans ce secteur.

Ce groupe a mené un travail d’auditions auprès des principaux acteurs centré sur trois problématiques : la continuité pédagogique, l’organisation des examens et des concours, l’accompagnement sanitaire et social des étudiants. Fort de ces échanges et des remontées d’informations dont ses membres ont été destinataires dans leurs départements respectifs, il constate que la gestion de la crise sanitaire s’est, dans les premières semaines, caractérisée par une réponse globalement réactive et concertée de la part du ministère de l’enseignement supérieur, doublée d’une très grande implication des acteurs du secteur sur le terrain.

Le groupe de travail appelle toutefois à la vigilance

  • la transition entre le second degré et le supérieur pourrait s’avérer délicate, compte tenu des bouleversements de l’année scolaire 2019-2020 ;
  • les limites de l’enseignement supérieur à distance au regard de la fracture numérique qui prive une part non négligeable d’étudiants de la continuité pédagogique ;
  • la mise en place des examens en distanciel interroge tant sur le plan de l’équité entre les candidats que des modalités de surveillance à distance ;
  • l’organisation des concours en présentiel pose un vrai défi en termes de logistique et de sécurité sanitaire;
  • la clarification des moyens dédiés aux mesures d’aide aux étudiants, qui pourraient s’avérer sous-calibrés face à l’ampleur des besoins ;
  • les conséquences financières de la crise sur les Crous qui vont accuser une forte baisse de leurs recettes d’exploitation.

Le groupe de travail formule aussi des préconisations complémentaires pour une gestion des effets de la crise à moyen terme :

  • soutenir les formations professionnalisantes et accompagner les jeunes diplômés 2020 à s’insérer sur le marché du travail, au moyen de mesures incitatives à l’embauche, d’aides ciblées en faveur de la recherche d’emploi, de facilités pour le remboursement des prêts bancaires ;
  • financer le prolongement des contrats doctoraux et postdoctoraux par une augmentation de la subvention pour charges de service public des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ;
  • encourager et adapter l’accueil des étudiants internationaux en communiquant davantage, en envisageant des mobilités plus courtes et plus ciblées, en simplifiant les procédures d’obtention de visa, en clarifiant la question d’une éventuelle mise à l’isolement de ces étudiants à leur arrivée ;
  • mieux considérer les études de santé en assouplissant cette année les critères de sélection en Paces, en valorisant les stages effectués dans les services hospitaliers pendant la crise, en attribuant une prime exceptionnelle à l’ensemble des étudiants en médecine, étudiants infirmiers et étudiants techniciens de laboratoire mobilisés durant cette période ;
  • réfléchir à la mise en place d’un plan de rénovation des bâtiments universitaires comme facteur de relance économique.

La synthèse des travaux du groupe de travail est disponible sur le site du Sénat. 

Liens

Le président de Paris-1, la CFVU et le citoyen

Hier, 22 mai, en début d’après-midi, le président de Paris-1 Panthéon-Sorbonne a sifflé la fin de la récrée

Par ce communiqué laconique, le président demande de mettre en œuvre les décisions prises le 5 mai par la Ccommission de la formation et de la vie étudiante (CFU), après vote de l’ensemble des représentant∙es étudiant∙es, personnels, des administrations des UFR et de la présidence. Mais l’homme Haddad n’arrête pas là son devoir de président.

https://www.flickr.com/photos/paulhagon/9706482621/in/photolist-fMJg7D-2G4y3C-4zDi2b-4kz6Z6-4kz5ZT-9uDz38-L6Ctv-npyiT-ciVkCs-byyBuD-b9eDHF-CvZbd-kHcoGs-GpX7ar-2iV5qtm-2iRRXvP-287vBHp-yrfQyh-5Dpqh-2heoXMF-Lev2d-2feUesf-ouT8TD-bE8aa3-LA4vTb-4rhUjF-c7pCF-2kgh3S-6i3UFs-A95ZK-9hYsK-89oaLX-cU7fFw-6XWzNj-4ZPbTr-4yLV65-2fbCLw-4FXHgn-ZEUZQx-5pC59b-6CmJme-2f7b9V-2f763i-2f6XPr-2fbw1d-cE6MjG-2f7cSn-cC2Pfj-KGcynn-2f6VMV

Flipping, by Paul Hagon, 2013

Continuer la lecture

Décision du tribunal administratif pour Paris-1 : réaction immédiate de la Ministre

La saga de Paris-1 n’est donc pas finie. À peine  la décision du tribunal administratif de Paris étant connue que Frédérique Vidal a fait un communiqué

Organisation des examens à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Par une ordonnance de ce jour, le tribunal administratif de Paris a rejeté la requête formée par de nombreux enseignants-chercheurs de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soucieux de garantir la valeur des diplômes délivrés. Cette requête fait suite à l’adoption par la commission « formation et vie universitaire » d’un mode de contrôle des connaissances renonçant à l’évaluation rigoureuse des connaissances des étudiants dans le cadre de leurs examens   

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation prend acte de cette décision.

Pour la ministre, la délibération de la commission « formation et vie universitaire » de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne remet en cause et méprise l’engagement exceptionnel des enseignants-chercheurs de cette université au service de la continuité pédagogique pendant cette crise sans précédent, ce qui n’est pas acceptable.
Frédérique Vidal considère aussi que cette délibération porte une atteinte directe à la qualité des diplômes délivrés par l’université et ce faisant, à l’avenir de ses étudiants qui souhaitent préserver la valeur de leur formation. Quatre-vingt-cinq enseignants-chercheurs de l’université ont également fait part au ministère, par la voie d’un courrier, de leur vive inquiétude devant ces modalités qui ne permettent pas d’assurer la qualité des diplômes nationaux.
La ministre réitère sa confiance aux équipes pédagogiques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ainsi qu’à son Président qui met tout en œuvre afin de trouver une issue. La ministre souhaite également rassurer les étudiants sur la qualité des diplômes qui seront délivrés et dont le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est garant.
Dans ces conditions, le ministère appuiera les enseignants-chercheurs qui souhaiteront se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat. Il appartiendra à la plus haute juridiction administrative de l’Etat de dire le droit et de rappeler les uns et les autres à leurs responsabilités devant les étudiants et l’institution universitaire. Le ministère prendra ses responsabilités afin de garantir aux étudiants la qualité de leurs diplômes.

Publication : 20.05.2020

Séoaration des pouvoirs, bonsoir !

Victoire des organisations syndicales et de nos élu·es de la CFVU de Paris 1 !!

Notre détermination n’aura pas été vaine !!

Aujourd’hui, le juge administratif a rejeté la demande de suspension de notre cadrage concernant les modalités de validation du semestre datant du 5 mai 2020. Cette demande avait été déposée en référé-supension par Monsieur le Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne, ainsi que les directeurs des UFR d’Economie, d’Histoire de l’Art, Ecole des Arts, de Gestion, d’Histoire et MIASH.

Le juge a admis nos mémoires en défense. Côte à côte, élu.es étudiant.es, BIATSS et enseignant.es ont défendu l’Université et les décisions prises dans le cadre de ses institutions démocratiques.

Plus que jamais et fort.es de cette ordonnance de jugement, nous appelons la présidence à rappeler que le cadrage s’applique depuis le 5 mai et que nul.le ne peut y déroger.

L’ensemble de notre communauté universitaire n’a que trop longuement subi injonctions et décisions contradictoires ; il est temps de terminer cette année universitaire et de nous préparer dans la concertation à la rentrée prochaine.

Lien pour consulter l’ordonnance de jugement

Les organisations syndicales
UNEF Paris 1, CGT Ferc Sup, Snesup-FSU

Victoire sans appel à Paris-1 !

C’est donc la fin de la saga.

Saluons la détermination,la compétence et le talent des étudiants et aux étudiantes de Paris-1 qui ont porté leurs idées et la défense de leurs conditions d’études dans l’instance collégiale qu’est la Commission de la formation et de la vie étudiante, qui les ont fait adopter par le vote et qui les ont défendues en justice 

C’est une grande victoire pour la démocratie universitaire !

Au-delà de la crise sanitaire : redonner une mission à l’Université et du sens à notre métier !

1. Constat

La crise sanitaire est un révélateur des principes de fonctionnement du système mis en place dans l’ESR depuis quinze ans : les décisions prises dans l’urgence pour y faire face sont le plus souvent un instrument de renforcement de ces principes.
Si des réponses ont été apportées – tardivement, mais ce fut le cas partout en France – pour gérer le confinement en protégeant les étudiants et les personnels, si les risques ont été contrôlés et si le « lien » a souvent été maintenu, au prix d’efforts considérables, avec un nombre non négligeable d’étudiants et d’étudiantes, beaucoup d’entre eux ont cependant été laissés de côté pour des raisons sociales, sanitaires ou logistiques : de 10 à 40 % au moins selon les universités et les années d’études. Malgré les difficultés dans lesquelles les personnels administratifs et enseignants se retrouvaient pour exercer leur métier, la défense illusoire de la « continuité » à tout prix l’a souvent emporté dans les mesures prises par les présidences, comme si l’enseignement à distance et le télétravail pouvaient remédier à tous les problèmes.

La seule « continuité » qui a été assurée est bien à ce titre celle de la forme des décisions jusqu’à reproduire parfois les pratiques du pouvoir au plus haut niveau au mépris de la réalité des situations. Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, la législation permet un gouvernement extraordinaire des universités, qui passe notamment par la prolongation des équipes présidentielles sortantes [1], les dotant de pouvoirs exceptionnels bien au-delà de la seule gestion des affaires courantes. Les instances collégiales ont ainsi été affaiblies, réunies dans des circonstances problématiques – lorsqu’elles étaient réunies –, les directions administratives universitaires renforcées s’adressant directement aux membres des instances en court-circuitant ces dernières : ainsi des CHSCT, cruciaux en cette période.
Comment en sommes-nous arrivés là ? Le cadre institutionnel actuel, qui n’imagine que concentration du pouvoir et contraintes renforcées sur les acteurs, est tout aussi inadapté à la gestion de l’urgence absolue et au temps resserré de la crise qu’il l’était au quotidien des facs. La bureaucratie autoritaire promue ces dernières années ne voit rien, n’entend rien, n’écoute pas. Imposé sous le nom d’« autonomie des universités », ce dispositif tient par l’existence d’un petit groupe d’experts auto-proclamés, pris depuis quinze ans dans un jeu de chaises musicales bien orchestré qui les conduit à se partager et s’échanger les postes de pouvoir (tour à tour présidences, cabinets ministériels, rectorats, directions d’administration centrale ou d’agences, direction de Comue, charges de missions nationales, nomination au tour extérieur dans telle ou telle institution étatique), avec les avantages matériels et les lourdes primes afférentes à ces fonctions. Cette bureaucratie hors-sol s’est éloignée peu à peu de tout lien effectif avec les réalités qu’elle est censée organiser et administrer, toujours en retard ou en avance d’une (mauvaise) mesure. En temps normal ce système irrite et dysfonctionne ; en temps extraordinaire, ses effets peuvent devenir dramatiques.

Aussi cette crise appelle-t-elle chacun et chacune d’entre nous à réfléchir aux formes que peut prendre notre réaction, notre résistance si besoin est, face au cadre imposé au nom de l’urgence, lequel risque de transformer notablement et durablement les conditions d’exercice de notre métier à tous les niveaux – administratif, pédagogique, scientifique.

2. L’évaluation n’est pas la seule fin de l’enseignement universitaire

Université de Dijon3, printemps 2008

Dans un nombre trop grand d’universités, l’exigence qui a été placée au tout premier rang a été l’évaluation des étudiants alors même que les enseignements n’étaient, pour la plu-part, que partiellement dispensés. On prétend dissiper les inquiétudes des étudiants en précisant les conditions de validation de leur année universitaire, et on n’écoute pas les représentants des étudiants, comme le montre bien ce qui vient de se passer dans la CFVU de Paris I, où leurs propositions ont été successivement écartées sans vote, puis votées, puis éliminées de nouveau parce que contradictoires avec l’avis du ministère et la conviction du président d’université encore en place. Le degré de sophistication imaginé pour rendre possibles envers et contre tout des examens en ligne est à la mesure de l’incompréhension de l’état dans lequel se trouve une part importante d’entre eux. La réalité est que des milliers de personnes étudient dans des conditions très difficiles, certaines ne peuvent simplement plus étudier parce que leur premier objectif est de se nourrir. Dans ces conditions, imposer une évaluation des étudiants n’a plus rien à voir avec la transmission d’un savoir.

Lire la suite sur le site de SLU →

Les grands dangers de la connexion de Mme Vidal

Ne pas répondre aux questions du Parlement : les bienfaits de la visio-conférence

Nous avions connu l’arrêt brutal d’une instance collégiale à l’initiative de sa présidence, nous avons maintenant une Ministre qui n’entend pas les questions et n’y répond pas en raison (ou grâce à) une communication défaillante.

Nous n’aurons pas de réponse sur la LPPR. Mais pas non plus sur grand chose d’autre…

En résumé: