Examens de Paris-1. De la normalisation à la suspension

Academia suit depuis le début du confinement la quête glorieuse des organisations syndicales étudiantes dans l’adoption de modalités du contrôle des connaissances en période de confinement. Après la décision du tribunal administratif de Paris et l’appel du président Haddad aux composantes d’appliquer le plan de cadrage adopté le 5 mai 2020. François-Guy Trébulle1 a sollicité un déféré rectoral pour obtenir rapidement un jugement au fond du tribunal administratif de Paris.

Pendant que les élites s’agitent devant le tribunal pour discuter de la « valeur des diplômes », qui se dévalorisent à mesure que la publicité autour de l’université prend de l’ampleur2, l’UNEF Paris 1 Panthéon-Sorbonne a recenser les composantes qui ont choisi d’appliquer le plan de cadrage voté par la CFVU.

Situation partiels UFR en date du 26 mai 2020 (mise à jour 1er juin)

UFR 02 (économie) : cadrage non appliqué (problèmes possible sur certains QCM)
UFR 03 : cadrage appliqué
UFR 04 : cadrage appliqué sauf CNED (licence d’art plastique à distance)
UFR 06 : cadrage appliqué
UFR 08 : DM sur 1 mois, cadrage plus qu’appliqué !
UFR 09 : cadrage appliqué
UFR 10 : cadrage appliqué
UFR 11 : cardage appliqué
EDS : cadrage pas appliqué… illégalité totale
UFR27 (MIASH) : aucun respect du cadrage : examens déjà passés donc recours individuels des étudiant.e.s
IAE : aucun respect du cadrage : partiels qui commencent aujourd’hui
CAVEJ : cadrage appliqué
IAES : cadrage appliqué
IREST : cadrage appliqué
IDUP : cadrage appliqué

Source : UNEF Paris-1 Panthéon Sorbonne

Crédit: Université ouverte

Pendant ce temps-là, le recteur a décidé de suspendre le plan de cadrage, le temps que le tribunal administratif de Paris statue au fond de l’affaire. L’arrêté du recteur Gilles Pécout documente les pressions exercés hors du cadre des conseils centreux par l’École de droit de la Sorbonne, par quarante-six enseignant·es-chercheur·ses d’économie (UFR 02), et mentionne un courriel de la directrice de l’UFR de mathématiques et informatique, pressions qui, associées à des doutes sur la légalité de la décision de la CFVU, lui permettent de conclure que l’exécution des décisions du 16 avril et du 5 mai  sont « de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’université de Paris-1 », il prend un arrêté afin de suspendre pour un mois le cadrage adopté, le temps que le tribunal administratif de Paris statue.

Pour satisfaire quelques egos limités au droit, à l’économie et aux mathématiques/informatique — disciplines sans doute divisées en leur sein — les étudiant·es sont donc censé·es attendre encore.

  1. Directeur de l’École de droit de la Sorbonne, professeur de droit privé et de sciences criminelles (page universitaire) et maire de Verrières-le-Buisson, selon sa page LinkdIn. []
  2. Voir le traitement par BFM TV, 26 mai 2020. []

Mécénat, greenwashing et premier cycle : turpitudes à PSL

À la rentrée 2020, une licence de développement durable, intitulée « Licence Sciences du monde durable et impact positif » doit ouvrir au sein de Paris Sciences et Lettres (PSL), COMUE qui regroupe différentes grandes écoles parisiennes. La formation sera notamment financée par la banque BNP Paribas, banque connue pour avoir des participations massives dans les énergies fossiles à l’international. La BNP est également accusée depuis septembre 2019 de complicité de génocide au Soudan, et finance divers projets menant à des désastres écologiques et humanitaires1. L’année dernière PSL projetait déjà d’ouvrir cette licence sous le nom « School of Positive Impact », mais ce projet a fait scandale et a amené des étudiant·es et des personnel·les de tout PSL à se mobiliser, et à former le collectif PSL contre-attaque.

La licence a finalement été suspendue et n’a pas ouvert à la rentrée 2019. En effet, que dire d’une formation tournée vers le développement durable et subventionnée par la BNP, championne du financement des énergies fossiles ? Championne du greenwashing, surtout ! BNP Paribas saisissait l’occasion de redorer son blason pourtant déjà recouvert d’or… noir. En ces temps de prise de conscience écologique et de manifestations étudiantes, une telle manœuvre de la part de la banque la plus sale de France n’est plus acceptable. La convention de mécénat2 liant PSL à la BNP prévoyait de plus d’accorder 50% des sièges du comité de suivi de la licence aux représentant.e.s de la banque. Cette immixtion du mécène dans la gouvernance de la formation n’était pas sans présager une alarmante atteinte aux libertés académiques. Par ailleurs, la convention contenait également une clause empêchant PSL de dénigrer l’image de son mécène. Ainsi ces étudiant.e.s en « développement durable » ne pourraient entendre parler du rôle massif de la BNP dans le réchauffement climatique ?

Troisième surprise, et pas la moindre : la décision de créer cette licence avait été prise dans un déni total des institutions de délibération. Dès le mois de décembre 2018, PSL se félicitait de lancer la « School of Positive Impact », alors que la création de cette dernière n’avait même pas été votée ni présentée aux instances de PSL ! Mais ceci n’est pas très étonnant : comment ce projet pourrait-il être endigué lorsque la plupart des membres du conseil d’administration sont nommé.e.s et pas élu.e.s ? Comment la convention de mécénat pourrait-elle être rejetée lorsque le comité chargé de la voter se compose de la direction et de représentant.e.s d’entreprises en écrasante majorité ? Voilà ce que soulignait également ce projet de licence « Impact Positif » : une inquiétante carence démocratique au sein de PSL. Cette année, la situation est plus inquiétante encore. Le mécénat de la BNP est désormais soigneusement passé sous silence dans la maquette de la formation et la convention n’est plus signé avec l’université PSL mais avec la fondation associée à PSL3, établissement encore moins démocratique. Les quelques élu·es siégeant dans les instances de PSL n’ont même plus accès à ces informations. On ne sait donc même pas quel sera le rôle de la BNP dans cette formation, ni la hauteur de son financement.

Enfin, les candidat·es — désormais ignorant du mécénat — auront une autre surprise en arrivant dans cette « licence ». PSL n’est pas habilité à décerner des licences à proprement parler et la « licence pour un monde durable » est en réalité un diplôme d’établissement, moins reconnu notamment à l’étranger. PSL continue cependant d’utiliser trompeusement le terme de licence et cela malgré la mise en garde de la ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche. Sans parler du flou qui plane sur l’organisation de la licence, en effet l’autre formation de premier cycle universitaire fait par PSL (le CPES), ne dispose pas de locaux en propre pour tous ces étudiant·es et les cours sont quasiment exclusivement dispensés par des contractuel·les ou des vacataires.

  1. Cf. le projet Hidroituango par exemple []
  2. Le mécénat est une opération de financement d’une activité donnée par une entité tierce. []
  3. La fondation est une entité juridique qui reçoit des dons — défiscalisés. Ces dons sont reversés de la fondation à l’université PSL sans que les élu·es au conseil d’administration de PSL puissent accéder aux informations concernant l’origine du financement. []

Paris-1 : les organisations étudiantes, la fin de la crise et les missions de l’Université

Aujourd’hui, les organisations étudiantes, qui ont tant fait pour la défense des droits des étudiant·es, n’en peuvent plus des tergiversations réactionnaires de ceux qu’elles appellent des « mandarins ». L’UNEF Paris-1 choisit la lettre ouverte, tandis que Le Poing levé (NPA) propose deux réflexions sur la séquence qui n’est pas encore tout à fait terminée.

À côté de cet appel de l’UNEF Paris-1, Le Poing levé a fait l’objet d’un entretien à Révolution permanente ce mardi 26 mai. Extraits.

Place du Panthéon, 5 mars 2020

Continuer la lecture

Misère des universités et universités de la misère (II)

Texte publié le 20 mai 2020 sur le blog de Olivier Le Cour Grandmaison

Première partie

23 janvier 2004. Le journal Le Monde titrait : « La grande misère des universités françaises » dans un contexte de mobilisations des étudiant·es, du personnel administratif et enseignant. S’y ajoutaient celles de nombreux conseils d’administration qui menaçaient de ne pas voter leur budget pour protester contre l’insuffisance des moyens alloués par l’État. Déjà, on apprenait que les universités étaient condamnées à « faire des économies de bout de chandelle » en réduisant les dépenses de chauffage (sic), les déplacements professionnels des enseignants-chercheurs et, faute de recrutement suffisant, en multipliant les heures complémentaires au risque de grever plus encore leurs finances. Perverse dynamique de la politique d’austérité imposée aux établissements d’enseignement supérieur. En lieu et place du « gagnant-gagnant », seriné par les défenseurs de la modernisation prétendue, triomphaient « le perdant-perdant » et la paupérisation de tous consciencieusement organisés par la majorité.

Dans l’entourage de l’oublié Luc Ferry, alors ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, seuls les spécialistes se souviennent qu’il a exercé pareilles responsabilités, on reconnaissait que la « France a favorisé le premier degré et les lycées. Les collèges et l’enseignement supérieur ont été sous-financés. »

Très juste. En effet, dans ce beau pays dont les dirigeants successifs, de droite comme de gauche, ont pour habitude d’enfiler les perles rhétoriques sur l’importance des universités et de la recherche en vantant l’ancienneté, l’excellence et le prestige de « nos établissements » dont témoigne la glorieuse Sorbonne, la dépense par étudiant·e était alors inférieure de 11% à la moyenne des pays de l’OCDE. Misère et inégalités remarquables aussi puisque l’État accordait 6840 euros par étudiant·e inscrit·e à l’université et 11450 euros aux élèves des classes préparatoires.« Élitisme républicain » ? Ce dernier adjectif, employé par celles et ceux qui justifient ces orientations en prétendant être fidèles aux principes de la République, est ici parfaitement superfétatoire. Après beaucoup d’autres possibles, ces chiffres mettent au jour une politique, qui a défaut d’être publiquement assumée, est cependant fort claire : donner plus à ceux qui sont déjà les mieux dotés sur le plan social, culturel et académique.

15 octobre 2015. Mitan du quinquennat de François Hollande, cet extraordinaire dirigeant qui a réussi deux exploits qui resteront dans les annales de la Cinquième République et dans celles de la formation socialiste qui l’a soutenu : être obligé de renoncer à se représenter à l’élection présidentielle et transformer un parti de gouvernement en un groupuscule marginal qui tente aujourd’hui de survivre. Admirable. Au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la docile Najat Vallaud-Belkacem qui a servi tous les gouvernements de cette période glorieuse en apportant ainsi sa contribution réitérée au désastre que l’on sait. Elle est alors flanquée d’un transparent et dispensable secrétaire d’Etat chargé du monde universitaire, Thierry Mandon. Par charité, on n’évoquera pas ici ses exploits ultérieurs en tant que directeur de publication de L’Ebdo ; cette formidable aventure intellectuelle et éditoriale qui devait révolutionner la presse. La longue et triomphale marche promise s’est transformée en une pitoyable déambulation qui, débutée en janvier 2018, s’est achevée trois mois plus tard. Quel talent !

Le 15 mars 2015, donc, Le Monde publie un article : « Les universités dans la rue pour crier misère. » Ce titre et les éléments d’information apportés prouvent ceci : la politique mise en œuvre s’inscrit dans la continuité de celle appliquée par la droite antérieurement. En attestent les faits suivants : 44% des établissements universitaires sont vétustes, 13% sont très dégradés, selon un rapport établi par la Cour des comptes, et les dépenses publiques et privées pour l’enseignement supérieur — 1,5% du PIB — sont toujours inférieures à la moyenne des pays de l’OCDE et plus encore à celle des pays d’Europe du Nord — 2 %. Quant aux inégalités précitées, elles demeurent. En 2015, le coût d’un·e élève en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) s’élève à 14850 euros soit 40% de plus que son “homologue” des premiers cycles universitaires (10850 euros). Les mieux dotés sont les élèves des écoles d’ingénieur (16 000 euros). Entre 2008 et 2018, la hausse des budgets des universités a été inférieure à 10%, le recrutement des enseignant·es-chercheur·ses a baissé de 40% alors que dans le même temps le nombre d’étudiant·es a augmenté de 20% à 26%.

https://www.flickr.com/photos/122837542@N02/47580807432/in/photolist-2e7ZW7K-2fuy5mQ-9D5WTn-oZazd-rFZ5jS-REEwNe-nwhFkY-2fkKkUL-2e3eHbg-5LK2L7-26UGCxi-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-HgWJPE-WULyog-25Bu16v-2iPqXzA-HgWKSG-X9kMTc-2e854Th-2iWgzuh-2iHMtJ2-VFnkXk-shHLSe-VSrpfC-X9kua6-UGgxMW-UeYyXa-HgWKuY-nuoMLs-9yi4nS-e6inkb-VYFu2D-nH7KGX-VtTCAt-H6Sckt-HdYysK-HgWKdA-WTAHYf-TU2dzj-X7rpA6-UZWw8E-2iXErhp-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-GpkGUA-2fmqnCC-RN84n6/

Refuge, by Andrew Morse, 2019. Ontario en débâcle

« Liberté, Égalité, Fraternité » ? « Destin, Inégalité et Lutte des places », telle est en réalité la devise de celles et ceux qui, depuis des années, s’obstinent à traiter l’enseignement supérieur en chien crevé au nom de ce qu’ils nomment « sérieux budgétaire » et « adaptation indispensable à la compétition internationale ». Crise des universités ? Assurément à condition d’ajouter qu’elle est structurelle et qu’elle est la conséquence directe des politiques publiques mises en œuvre par les majorités de droite comme de gauche qui se sont succédé au pouvoir. Nombreux sont les concepteurs et les agents d’exécution de ces orientations qui se gaussent des analyses de Pierre Bourdieu — voir Les Héritiers (avec J.-C. Passeron, 1964) et La Reproduction (avec J. C. Passeron, 1970) — alors qu’ils les valident pour l’essentiel en favorisant les pires mécanismes de sélection et de ségrégation sociales qui frappent les plus démunis. Quant aux mieux dotés, ils jouissent de conditions privilégiées — cf. les classes préparatoires, entre autres — et/ou parviennent à déjouer les pièges nombreux de la sélection universitaire en accédant aux formations et aux diplômes valorisés et valorisant de leur choix. Ceux-là mêmes qui leur permettront de maximiser leur chance de trouver un emploi bien rémunéré. Organisation, permanence et triomphe du darwinisme social cher au président-directeur général du CNRS, Antoine Petit (26 novembre 2019).

Continuer la lecture

Enseignement à distance, enseignement de la distance. Retour d’expérience sur un cours de L3 Lettres en confinement

  • par Aurélie Huz et Irène Langlet, Université Gustave Eiffel

Contexte

Licence 3 de Lettres, UE61 de Littérature française des XXe-XXIe siècles: une quarantaine d’étudiant·es suivent cet enseignement obligatoire de 18h CM et 18h TD (9 séances de 2h sur le semestre 6 de licence).

Le thème du cours est « Littérature et travail », avec 3 œuvres au programme de lecture obligatoire (Yves Pagès, Petites natures mortes au travail, Verticales, 2000 ; Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, Editions de l’Olivier, 2010 ; Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, Actes-Sud, 2014) assorties d’un recueil de 22 extraits allant de Mme de La Fayette à Aurélie Filipetti. Les objectifs du cours sont :

    • consolider les connaissances en histoire littéraire française contemporaine,
    • analyser l’écriture du travail dans 3 genres différents (fiction romanesque, grand reportage, recueil de textes brefs entre fiction et choses vues),
    • reconnaître les grandes phases du rapport de la littérature au travail depuis la révolution industrielle,
    • développer une réflexion sur la place de la littérature dans le monde du travail immédiatement contemporain.

L’évaluation annoncée en début de cours comportait 3 notes de contrôle continu (1 test de lecture, 1 exposé oral de commentaire de texte, 1 devoir maison de création) et 1 note d’examen terminal (devoir sur table de réflexion critique).

Le confinement a été imposé alors que 4 séances CM / TD avaient déjà eu lieu, ainsi que le test de lecture et une partie des exposés oraux. Pour les 5 suivantes, nous avons coordonné nos efforts numériques en exploitant les outils de Moodle sur la plate-forme « E-Learning » de l’u. Gustave Eiffel. Les étudiant·es la connaissaient déjà parce que nous y déposons systématiquement tous les supports de cours (biblios, diaporamas, extraits de textes). Elle sert aussi au dépôt des devoirs maison et à l’échange d’informations et questions par le forum du cours. Cela nous a donc paru le plus simple, dans un enseignement qui consiste surtout à accompagner la lecture individuelle des œuvres et des ouvrages critiques, favoriser le dialogue lors des commentaires, et développer le recul critique personnel par des connaissances factuelles, des écrits et des lectures autonomes.

Dans ce retour d’expérience nous décrivons ce qui a été plutôt simple à adapter, mais aussi des nécessités d’apprentissage que nous n’avions pas prévues et qui devront être intégrées à la progression si le cours doit être tenu à distance l’an prochain. Nous n’avons pas eu le temps de lire des articles de didactique et de théorie critique sur l’EAD (par exemple sur les temps de concentration des étudiantes), c’est donc un retour complètement personnel après une expérience imposée et menée dans l’urgence – plutôt remote teaching que distance learning, pour reprendre des termes qui ont circulé pendant le confinement. Nous serons heureuses si des personnes plus instruites nous indiquent une littérature secondaire utile.

Mise en ligne de fichiers texte, PDF, diaporamas, audio, HTML

En CM, Irène a opté d’abord pour le couple PDF + enregistrement audio du cours (en 2 ou 3 fichiers, pour une durée globale de 1h30 à 2h), déposés en ligne quelques heures avant la date et l’horaire du CM en présentiel. L’écoute s’appuyait ainsi sur le défilement des pages, et vice-versa. Cela reproduisait à peu près la formule du CM en présence. Par exemple, dans le CM consacré à « la figure du délégué syndical », les étudiant·es étaient invité·es à avoir sous les yeux cette page du PDF (correspondant à une diapo du diaporama prévu) :

pendant que le fichier audio leur racontait l’histoire jalonnée par ces dates, et détaillait les subtilités du financement des CSE, permettant de prendre du recul sur l’intrigue du roman de Nicolas Mathieu (dans lequel le délégué détourne des chèques vacances pour payer ses dettes personnelles). Quand les fichiers audio sont trop lourds pour être directement intégrés comme médias dans Moodle, l’u. Gustave Eiffel met à disposition une plate-forme de dépôt de vidéos et audios appelée « Podcast » vers laquelle Moodle peut renvoyer. Cette plate-forme est aussi utilisée comme une WebTV pour diffuser les captations de conférences et séminaires.

Le CM se présente donc ainsi sur Moodle :

Les étudiant·es ont dit que la formule était pas mal mais que la concentration demandée était trop ardue, et qu’ils ou elles écoutaient chaque séance d’env. 45 mn en plusieurs fois. Dans le cas où le fichier était trop lourd et était déposé sur Podcast, la combinaison de plusieurs fenêtres : PDF + Moodle / WebTV rendait le suivi du CM trop difficile sur un téléphone mobile ou une tablette. Certain·es étudiant·es ont imprimé le PDF.

Irène a donc tenté autre chose, via les activités sous forme de fichiers HTML de Moodle, notamment l’activité « Livre ». Elle permet d’organiser une série de pages HTML liées, avec un menu latéral se présentant comme une table des matières. De plus chaque page peut accueillir des « annotations » audio ou vidéo, limitées à 2 minutes, et qui viennent s’intégrer dans la page. Ça donne ça :

Cela a semblé plus efficace car l’attention des étudiant·es est davantage maintenue avec une série de courts enregistrements audios directement situés dans le défilement du cours, qu’avec un long fichier audio qui renvoie oralement aux pages du PDF. C’est du web et HTML, donc c’est plus adapté à la consultation à l’écran, notamment petits écrans de téléphone. Par contre cela prend beaucoup plus de temps à construire et à « granulariser » correctement.

Rumination : si les CM doivent être à distance, la maîtrise du protocole distant devra être intégrée à la progression de cours, en vertu du principe que tout s’apprend, y compris à rester concentré et actif pendant 45mn d’écoute d’un audio en tournant les 30 ou 40 pages d’un PDF. Il faut partir des compétences ordinaires : temps d’attention très court, et l’augmenter petit à petit. Cela nécessite une granularisation très poussée du cours pendant les premières séances, puis d’augmenter petit à petit la durée des audio, des extraits. Cela demande sans doute aussi une explicitation de la méthode et peut-être une évaluation formative, pour valoriser l’effort des étudiant·es dans les longues séquences (mais avec quel exercice ?).
https://www.flickr.com/photos/kylemcdonald/36996046880/in/photolist-YndpPf-9jdCUM-7nx8Yn-qSB3s4-qQtpmm-5KrSBC-qx9Geb-9CP9V5-bzecGv-5nYjZM-91Wws2-4Pj6PU-qJtzr1-2hhB9JB-5SG3Hu-6p5wbd-9jBkRL-7NnVAC-FsGuDD-9CNPK9-yw6CgG-6jeBBd-qTDjTK-2fZqg7P-2fV1YsC-em6HPe-2hPvT9C-nozaEj-FLq3gH-pUxdYA-cJHGxJ-ekskRG-5kgWAU-6Knjkt-TCCpZP-85DWNr-6awcWX-2Fbzt7-Gkmu9x-5SnMzB-2F7exv-85DWRT-3Afu96-e84RTv-7NnVBQ-KFGZmm-e7RawT-obADPA-as5fC-cpuKAy

Deep learning machine, by Kyle McDonald, 2017

Continuer la lecture

Parcoursup 2020  : 4 lycéen∙nes sur 10 n’ont eu aucune proposition

En 2019, 27% des lycéen∙nes n’avaient eu aucune proposition ; en 2020, ielles sont 41%1, soit 100 000 candidat·es de plus.

Pensée à elles et à eux :  aucun·e n’a mérité un tel stress et une telle incurie.

Souce: Ministère, 21 mai é020

  1. Julien Gossa précise 41% des lycéens, 51% des autres candidat·es. []

Misère des universités et universités de la misère (I)

Le 4 février 2020

Novembre 1997. L’Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche (ARESER) publie un ouvrage auquel de nombreux universitaires et chercheur-e-s-ont participé1. Parmi eux, Pierre Bourdieu qui, avec l’historien Christophe Charle et le sociologue Bernard Lacroix, a coordonné cette publication. Les diagnostics établis sont graves et, déjà, révélateurs de la situation alarmante des universités Sous-investissement chronique de la puissance publique, manque d’encadrement des étudiant-e-s en particulier en sciences humaines et en droit ce qui a notamment pour conséquence un taux d’échec élevé en premier cycle dont sont victimes les personnes socialement et culturellement les plus fragiles, démoralisation des enseignants toujours plus absorbés par des tâches administratives multiples2 et incapables d’accomplir dans de bonnes conditions les missions d’enseignement et de recherche qui sont les leurs, opacité des mécanismes de recrutement des enseignants-chercheurs et « poids croissant du localisme » auxquels s’ajoute une « concurrence » exacerbée « pour des postes raréfiés » en raison de restrictions budgétaires et d’une politique malthusienne qui ne s’est jamais démentie.

Et les auteurs de rappeler ce paradoxe singulier. Alors que l’éducation et la scolarité des enfants sont des préoccupations majeures des familles dans un contexte de chômage de masse et de longue durée, de même la poursuite des études supérieures après l’obtention du baccalauréat, les responsables politiques ne s’inquiètent de l’état des universités, de la situation des étudiant-e-s, de celle des personnel-le-s administratifs et des enseignant-e-s qu’à l’occasion de mobilisations significatives et/ou de difficultés financières d’une particulière gravité en alternant mesurettes élaborées dans la précipitation pour rétablir le calme et poursuite des politiques de « rigueur ».

Vingt-trois ans plus tard, la situation n’a cessé d’empirer et ce quels que soient les majorités à l’Assemblée nationale, les gouvernements en place et les présidents. Le quinquennat de François Hollande l’a confirmé. Qui se souvient des diaphanes secrétaires d’État à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso d’abord, Thierry Mandon ensuite, et de leurs actions significatives en faveur des universités ? Après avoir servi avec docilité le fossoyeur en chef de la majorité présidentielle et du Parti socialiste, ils ont, comme beaucoup d’autres, disparu corps et bien avec la débâcle politique que l’on sait. À droite comme au sein de la défunte gauche gouvernementale, nonobstant de menues oppositions rhétoriques sans grandes conséquences pratiques, le budget de l’enseignement supérieur est depuis longtemps une variable d’ajustement toujours conçue comme une dépense, jamais comme un investissement à long terme exigeant une constance certaine dans l’allocation des ressources financières et humaines afin de bâtir des universités capables d’assurer de façon optimale leurs missions d’enseignement et de recherche.

https://www.flickr.com/photos/pvarney3/13537216353/in/photolist-mCeLMX-9yi4nS-e6inkb-2iJKxmr-2favGew-2fmqnWU-2iXErhp-GZ64z-F9Hde7-HVX1k-X7rpA6-iB4bg2-84rfC4-84rezX-REExpp-2iTuv9c-2e2vKoM-2fduJNU-edLur9-5LK2L7-RN84n6-24WXqta-WKXNKz-rYf4UV-rdS3Sq-25m8EVs-VMF4JU-Tofd7Z-22XPqqY-s4kR7V-e6SJsQ-HgWJPE-Tjb81Q-9uUu1D-SUFM1c-HgWKSG-e6MgBv-2e854Th-VFnkXk-2g4RJnN-X9kua6-rYaQ4c-e6SGTE-e6Mghn-nuoMLs-e6MiJX-2erRdv9-2ebezLP-VYFu2D-KmJyb

Débâcle à Arabia Mountain, Georgia,, par Phil Varney, 29 mars 2014
Arabia Mountain

Continuer la lecture

  1. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997. Furent également associés F. Balibar (Paris-VII), C. Baudelot (ENS Ulm) et D. Roche ( Paris-I), notamment. []
  2. En 1964, déjà, Paul Ricœur écrivait : « Il faut mettre fin à l’écrasement stupide des universitaires sous les tâches administratives, sinon ancillaires, à la monumentale bêtise du gaspillage d’énergie que le manque de moyens entraîne. » « Faire l’université. » In Lectures 1. Autour du politique, Paris, Seuil, 1991, p. 375. Le chef de l’Etat, qui a réussi à faire croire qu’il est un disciple de ce philosophe, serait bien inspiré de le lire au plus vite. []

Le culte du diplôme et la fin des libertés académiques : l’UFR de droit de Paris-1 retourne au tribunal

Le 24 mai, les hommes maîtres de conférences ou professeurs d’université de l’École de droit de la Sorbonne de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne ont reçu le courriel suivant émanant de son directeur.

De: F.G.Trébulle .
Objet: Point sur la situation liée au cadrage voté par la CFVU
Date: 24 mai 2020 à 10:46:15 UTC+2
À: enseignants-chercheurs-eds@listes.univ-paris1.fr

Chers Collègues,

Comme vous le savez, nous sommes confrontés à une situation particulièrement troublée en cette fin d’année académique.

Je viens par ce message vous donner quelques informations que tous n’ont pas nécessairement eues, même si la presse s’est fait l’écho de l’ordonnance du 20 mai.
En raison de la situation d’urgence sanitaire liée au Covid 19, la CFVU a adopté le 5 mai, à une très courte majorité,  un « cadrage » relatif aux examens très différent de ce qui était proposé par la présidence ou de ce qui a été retenu par les Conseil d’UFR en général et celui de l’EDS en particulier, qui prévoyaient ou permettaient déjà des allégements significatifs pour tenir compte du contexte.
Le texte adopté par la CFVU conduit, notamment, à interdire les épreuves écrites ou orales à distance en « temps réel » (alors même que vous êtes nombreux à avoir témoigné de leur faisabilité avec un taux de retours excellent) et impose des « devoirs maison » de 15 jours tout en prévoyant une « dispense » pour toutes les matières dans lesquelles les candidats n’auraient pas obtenu la moyenne.Vous avez été nombreux à soutenir et signer deux Lettres ouvertes dénonçant cette situation et je ne saurais trop vous remercier de ce soutien extrêmement précieux.J’ai cru devoir, avec quelques collègues élus des conseils centraux de l’Université ou directeurs d’UFR, former un recours contre la décision de la CFVU, en référé suspension et au fond. Le « cadrage » en question nous paraît en effet frappé d’illégalité à plusieurs titres et violer la souveraineté des jury et l’indépendance des enseignants chercheurs.Le 20 mai, sans avoir pris la peine de tenir audience, le juge des référés a rejeté notre requête dans des termes que vous trouverez en pièce jointe. Cette décision, qui reprend littéralement certains des arguments présentés par les défenseurs de la décision de la CFVU, nous a beaucoup surpris et nous avons résolu de nous pourvoir en cassation.Le jour même, la ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation manifestait sont (sic) soutien à notre démarche dans un communiqué de presse.Par l’effet de l’ordonnance, la délibération de la CFVU conserve, nonobstant les éléments d’illégalité que nous y voyons, sa valeur juridique.Avec certains autres directeurs d’UFR de l’Université, j’ai donc demandé au recteur de se saisir de cette situation le 22 mai.

Celui-ci, utilisant les pouvoirs qu’il tire de l’article L 719-7 al. 2 du Code de l’éducation (Le chancelier peut saisir le tribunal administratif d’une demande tendant à l’annulation des décisions ou délibérations des autorités de ces établissements qui lui paraissent entachées d’illégalité. Le tribunal statue d’urgence. Au cas où l’exécution de la mesure attaquée serait de nature à porter gravement atteinte au fonctionnement de l’établissement, le chancelier peut en suspendre l’application pour un délai de trois mois )  a engagé le 23 mai une procédure de déféré rectoral.

Confinée libérée – édition du WE – 23-24 mai 2020

Édition du WE. Samedi 23 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #7
  • 21 mai 2020 —  Facs et Labos en Lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue

    Durant la mobilisation de cet hiver, dans les facs et dans les labos comme ailleurs, les femmes ont été particulièrement actives, et ce dans des rôles pas toujours conformes aux stéréotypes de genre : dans les assemblées générales et les coordinations nationales, elles intervenaient voire introduisaient les discussions, elles n’hésitaient pas à apparaître dans les médias, occupaient l’espace de la parole en réunion, etc. Les premières initiatives pour l’emploi scientifique et contre la LPPR ont d’ailleurs été portées avant tout par des femmes, qui ont assumé un rôle d’organisatrices syndicales et politiques. Cette contribution collective propose un retour sur cette lutte, en analysant nos pratiques afin de saisir comment cette dynamique féministe a pu émerger et être perpétuée au sein du mouvement. L’enjeu est moins de livrer une analyse réflexive approfondie de cette séquence militante – qui se poursuit toujours, bien que sous d’autres formes, du fait du confinement – ce qui nécessiterait une plus grande prise de recul, que de consigner nos expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir.

    photographies prises le mars 2020 par Gilles Martinet

Rentrée 2020 : préconisations du Sénat

La commission de la culture et de l’éducation dévoile ses préconisations pour une gestion efficace des effets de la crise sur l’enseignement supérieur

Communiqué


Vendredi 22 mai 2020

Depuis la fermeture des établissements sur l’ensemble du territoire, la commission de la culture et de l’éducation a porté une attention toute particulière à la situation de l’enseignement supérieur et auditionné à ce titre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dès les 1er et 6 avril dernier.

La commission a par ailleurs créé un groupe de travail animé par Stéphane Piednoir (LR – Maine-et-Loire), rapporteur des crédits de l’enseignement supérieur, et composé de manière transpartisane, chargé de suivre la gestion de la crise sanitaire dans ce secteur.

Ce groupe a mené un travail d’auditions auprès des principaux acteurs centré sur trois problématiques : la continuité pédagogique, l’organisation des examens et des concours, l’accompagnement sanitaire et social des étudiants. Fort de ces échanges et des remontées d’informations dont ses membres ont été destinataires dans leurs départements respectifs, il constate que la gestion de la crise sanitaire s’est, dans les premières semaines, caractérisée par une réponse globalement réactive et concertée de la part du ministère de l’enseignement supérieur, doublée d’une très grande implication des acteurs du secteur sur le terrain.

Le groupe de travail appelle toutefois à la vigilance

  • la transition entre le second degré et le supérieur pourrait s’avérer délicate, compte tenu des bouleversements de l’année scolaire 2019-2020 ;
  • les limites de l’enseignement supérieur à distance au regard de la fracture numérique qui prive une part non négligeable d’étudiants de la continuité pédagogique ;
  • la mise en place des examens en distanciel interroge tant sur le plan de l’équité entre les candidats que des modalités de surveillance à distance ;
  • l’organisation des concours en présentiel pose un vrai défi en termes de logistique et de sécurité sanitaire;
  • la clarification des moyens dédiés aux mesures d’aide aux étudiants, qui pourraient s’avérer sous-calibrés face à l’ampleur des besoins ;
  • les conséquences financières de la crise sur les Crous qui vont accuser une forte baisse de leurs recettes d’exploitation.

Le groupe de travail formule aussi des préconisations complémentaires pour une gestion des effets de la crise à moyen terme :

  • soutenir les formations professionnalisantes et accompagner les jeunes diplômés 2020 à s’insérer sur le marché du travail, au moyen de mesures incitatives à l’embauche, d’aides ciblées en faveur de la recherche d’emploi, de facilités pour le remboursement des prêts bancaires ;
  • financer le prolongement des contrats doctoraux et postdoctoraux par une augmentation de la subvention pour charges de service public des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ;
  • encourager et adapter l’accueil des étudiants internationaux en communiquant davantage, en envisageant des mobilités plus courtes et plus ciblées, en simplifiant les procédures d’obtention de visa, en clarifiant la question d’une éventuelle mise à l’isolement de ces étudiants à leur arrivée ;
  • mieux considérer les études de santé en assouplissant cette année les critères de sélection en Paces, en valorisant les stages effectués dans les services hospitaliers pendant la crise, en attribuant une prime exceptionnelle à l’ensemble des étudiants en médecine, étudiants infirmiers et étudiants techniciens de laboratoire mobilisés durant cette période ;
  • réfléchir à la mise en place d’un plan de rénovation des bâtiments universitaires comme facteur de relance économique.

La synthèse des travaux du groupe de travail est disponible sur le site du Sénat. 

Liens

Le président de Paris-1, la CFVU et le citoyen

Hier, 22 mai, en début d’après-midi, le président de Paris-1 Panthéon-Sorbonne a sifflé la fin de la récrée

Par ce communiqué laconique, le président demande de mettre en œuvre les décisions prises le 5 mai par la Ccommission de la formation et de la vie étudiante (CFU), après vote de l’ensemble des représentant∙es étudiant∙es, personnels, des administrations des UFR et de la présidence. Mais l’homme Haddad n’arrête pas là son devoir de président.

https://www.flickr.com/photos/paulhagon/9706482621/in/photolist-fMJg7D-2G4y3C-4zDi2b-4kz6Z6-4kz5ZT-9uDz38-L6Ctv-npyiT-ciVkCs-byyBuD-b9eDHF-CvZbd-kHcoGs-GpX7ar-2iV5qtm-2iRRXvP-287vBHp-yrfQyh-5Dpqh-2heoXMF-Lev2d-2feUesf-ouT8TD-bE8aa3-LA4vTb-4rhUjF-c7pCF-2kgh3S-6i3UFs-A95ZK-9hYsK-89oaLX-cU7fFw-6XWzNj-4ZPbTr-4yLV65-2fbCLw-4FXHgn-ZEUZQx-5pC59b-6CmJme-2f7b9V-2f763i-2f6XPr-2fbw1d-cE6MjG-2f7cSn-cC2Pfj-KGcynn-2f6VMV

Flipping, by Paul Hagon, 2013

Continuer la lecture

Décision du tribunal administratif pour Paris-1 : réaction immédiate de la Ministre

La saga de Paris-1 n’est donc pas finie. À peine  la décision du tribunal administratif de Paris étant connue que Frédérique Vidal a fait un communiqué

Organisation des examens à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Par une ordonnance de ce jour, le tribunal administratif de Paris a rejeté la requête formée par de nombreux enseignants-chercheurs de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soucieux de garantir la valeur des diplômes délivrés. Cette requête fait suite à l’adoption par la commission « formation et vie universitaire » d’un mode de contrôle des connaissances renonçant à l’évaluation rigoureuse des connaissances des étudiants dans le cadre de leurs examens   

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation prend acte de cette décision.

Pour la ministre, la délibération de la commission « formation et vie universitaire » de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne remet en cause et méprise l’engagement exceptionnel des enseignants-chercheurs de cette université au service de la continuité pédagogique pendant cette crise sans précédent, ce qui n’est pas acceptable.
Frédérique Vidal considère aussi que cette délibération porte une atteinte directe à la qualité des diplômes délivrés par l’université et ce faisant, à l’avenir de ses étudiants qui souhaitent préserver la valeur de leur formation. Quatre-vingt-cinq enseignants-chercheurs de l’université ont également fait part au ministère, par la voie d’un courrier, de leur vive inquiétude devant ces modalités qui ne permettent pas d’assurer la qualité des diplômes nationaux.
La ministre réitère sa confiance aux équipes pédagogiques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ainsi qu’à son Président qui met tout en œuvre afin de trouver une issue. La ministre souhaite également rassurer les étudiants sur la qualité des diplômes qui seront délivrés et dont le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est garant.
Dans ces conditions, le ministère appuiera les enseignants-chercheurs qui souhaiteront se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat. Il appartiendra à la plus haute juridiction administrative de l’Etat de dire le droit et de rappeler les uns et les autres à leurs responsabilités devant les étudiants et l’institution universitaire. Le ministère prendra ses responsabilités afin de garantir aux étudiants la qualité de leurs diplômes.

Publication : 20.05.2020

Séoaration des pouvoirs, bonsoir !